Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Comptes rendusEttwiller (Éric) dir., 1914-1918 ...

Comptes rendus

Ettwiller (Éric) dir., 1914-1918 en Alsace-Moselle

Ebersheim, Unsri Gschìcht, 2019, 175 p.
Raphaël Georges
p. 419-422
Référence(s) :

Ettwiller (Éric) dir., 1914-1918 en Alsace-Moselle, Ebersheim, Unsri Gschìcht, 2019, 175 p.

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, l’association Unsri Gschìcht édite son premier opus et ambitionne de « faire connaître aux Alsaciens-Lorrains […] une histoire qui soit réellement [la leur] » (4e de couverture). L’introduction précise qu’il s’agit « d’exposer le point de vue des Alsaciens-Mosellans », dans « une histoire sans a priori, objective comme elle se doit de l’être, […] affranchie des histoires nationales ». La proposition laisse perplexe : comment concilier l’expression de points de vue, subjectifs par définition, et la prétention à l’objectivité ? Elle s’articule en outre à une résolution inhabituelle : « Unsri Gschìcht doit veiller, aussi, à traquer ces détails, qui, à force de répétition, causent de grands dégâts dans la perception de l’histoire ». L’association entend ainsi partir à la chasse aux traces durables de la mémoire publique officielle imposée après 1918 dans l’espace public régional. Il s’agit d’une lutte mémorielle visant à lui substituer une histoire supposée plus proche de la réalité des événements. Le premier combat est mené sur le terrain de l’enseignement de l’histoire de la guerre dans les écoles alsaciennes, par Éric Ettwiller. Celui-ci regrette la place marginale accordée à l’étude du contexte régional. Analysant minutieusement les programmes scolaires, il souligne les rares opportunités interstitielles qui s’offrent aux enseignants désireux de combler cette lacune. Il relève également dans la presse régionale ou sur les sites web d’établissements quantité d’exemples de projets pédagogiques menés à l’occasion du Centenaire, auxquels il distribue bons et mauvais points, selon que le fameux point de vue alsacien-lorrain serait respecté ou non. Telle classe commémorant la mémoire de soldats français plutôt qu’allemands, telle autre préférant visiter des lieux de mémoire français, ou produire un livret pédagogique faisant la part belle aux sources françaises et non allemandes, témoignent de l’empreinte de la mémoire nationale et suscitent les critiques de l’auteur. Celles-ci sont parfois hâtives, sans doute par défaut d’informations précises (un article de presse peut se révéler lacunaire). Par exemple, l’auteur évoque « dans la même veine d’une histoire régionale négligée et/ou déformée » un projet mené conjointement par des élèves de trois lycées professionnels d’Illkirch-Graffenstaden qui lui semble d’une coloration trop nationale. Or, il n’en retient que le spectacle musical, oubliant ou méconnaissant les autres volets, en particulier l’invitation d’un conférencier venu expliquer aux élèves les enjeux du retour de l’Alsace-Lorraine à la France. En somme, contrairement au reproche qui lui est adressé, ce projet a surmonté le défi consistant à aborder à la fois les dimensions nationale et régionale de la guerre. Cette posture de justicier de la mémoire, éloignée de la rigueur méthodologique attendue d’une analyse historique, est tenue plus ou moins vigoureusement par la plupart des contributeurs suivants : Jean-Claude Streicher s’emploie à démontrer la responsabilité de la France dans la mondialisation de la guerre, tandis que Bernard Wittmann livre son interprétation de « l’épuration ethnique à la française » (l’expulsion de civils allemands au sortir de la guerre), où l’indignation l’emporte sur la contextualisation. Le sujet est stimulant, mais les généralisations et affirmations péremptoires en affaiblissent le traitement. Jean-Paul Sorg, fin connaisseur des écrits d’Albert Schweitzer, offre un commentaire non moins personnel du parcours du pasteur et de l’un de ses sermons prononcé dans l’immédiat après-guerre. De façon surprenante, il en vient à critiquer la qualité du travail des policiers du renseignement chargés de surveiller Schweitzer, leur reprochant tour à tour d’être mal informés, confus ou colporteurs de fake news. François Waag se montre néanmoins plus mesuré dans la synthèse succincte qu’il livre sur l’expérience de guerre des soldats alsaciens-lorrains. De même, Michel Krempper rassemble un corpus de textes de nature variée (extraits de romans, de journaux de guerre, de mémoires, d’ouvrages historiques ou d’essai polémique) pour éclairer l’épisode révolutionnaire alsacien de novembre 1918. S’il entend livrer un aperçu nuancé des événements, on regrette toutefois qu’il s’en tienne à effectuer le commentaire de textes sans chercher à les confronter à d’autres sources (presse ou documents d’archives par exemple). À la fermeture de l’ouvrage, une question demeure lancinante : l’histoire doit-elle permettre de comprendre ou de juger le passé ? À cet égard, il semble qu’Unsri Gschìcht s’érige en tribunal de l’histoire, où est menée à comparaître une France monolithique accusée de tous les torts : la responsabilité de la guerre, la politique d’assimilation en Alsace-Lorraine, les expulsions précipitées d’Allemands, l’élaboration d’un roman national,… L’ouvrage prend alors la forme d’un réquisitoire qui se soucie peu des approximations (le titre de l’ouvrage renvoie à une entité géopolitique – Alsace-Moselle – postérieure à la guerre ; à la page 8, la germanisation semble se résumer à la question linguistique, or il s’agit d’un processus autrement plus complexe, comme la francisation), et foisonne de jugements de valeur anachroniques. Pourtant, une histoire régionale rigoureuse ne peut plus, aujourd’hui, faire l’économie des exigences méthodologiques élémentaires, dont certaines paraissent primordiales : « S’il vise l’impartialité, l’historien doit résister à la tentation de faire servir l’histoire à autre chose qu’elle même. Il cherche à comprendre, pas à faire la leçon, ou la morale » (Antoine Prost) ; « l’historien, en tant qu’historien, n’a ni compte à régler ni étendard politique à défendre ; il reste avant tout soucieux de rendre intelligible le passé » (Michel Winock). Évidemment, chacun est libre de ses opinions et de se saisir de l’histoire pour exprimer des considérations personnelles. Le problème se pose quand on essaie de les faire passer pour des vérités historiques, dans un mélange des genres trompeur pour le lecteur peu averti. Il ne nous reste plus qu’à compter sur la vigilance des libraires pour ranger de tels livres au rayon des essais régionalistes plutôt que sur les rayonnages d’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Georges, « Ettwiller (Éric) dir., 1914-1918 en Alsace-Moselle »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 419-422.

Référence électronique

Raphaël Georges, « Ettwiller (Éric) dir., 1914-1918 en Alsace-Moselle »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4572 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4572

Haut de page

Auteur

Raphaël Georges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search