Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Comptes rendusVonau (Jean-Laurent), Des Alsacie...

Comptes rendus

Vonau (Jean-Laurent), Des Alsaciens-Lorrains internés civils, Hélène et Albert Schweitzer, dans la tourmente de la Grande Guerre

Bernardswiller, I.D. l’Édition, 2019, 144 p.
Jean-Georges Guth
p. 424-425
Référence(s) :

Vonau (Jean-Laurent), Des Alsaciens-Lorrains internés civils, Hélène et Albert Schweitzer, dans la tourmente de la Grande Guerre, Bernardswiller, I.D. l’Édition, 2019, 144 p.

Texte intégral

1Le professeur J.-L. Vonau, spécialiste de l’histoire du droit, aborde un sujet peu ou prou connu : le sort des étrangers dans un pays belligérant devenu hostile et la difficulté pour rentrer chez eux à la suite des réquisitions militaires des moyens de transport. Il y a alors l’apparition d’un vocabulaire nouveau. Les « déplacés » sont considérés comme des « évacués », les « raflés » comme des « réfugiés ». Tous deviennent des « proscrits » après la fin de la guerre.

2L’ouvrage bien documenté et illustré est structuré en trois parties : les Alsaciens-Lorrains en France durant la Grande Guerre, le parcours particulier des époux Schweitzer et le problème de l’indemnisation. Son intérêt réside dans la complexité du cas alsacien-lorrain. En dehors des 130 000 Alsaciens-Lorrains qui avaient opté pour la France après le traité de Francfort, il y avait aussi des résidents. Qui étaient-ils ? La plupart, des hommes de métier attirés par les centres industriels en pleine croissance. L’auteur montre qu’on se méfiait d’eux : « Ces gens, qui étaient allemands depuis 1871, représentaient désormais l’ennemi haï et risquaient à tout moment d’être molestés dans les lieux publics ou même lynchés par une foule hostile… On les considérait comme des espions en puissance, des saboteurs possibles, des fauteurs de troubles éventuels ». De plus, dès août 1914, l’armée française a occupé les vallées de Thann et de Masevaux, la haute vallée de la Bruche ainsi que la région de Sarrebourg. Elle y opérait des razzias parmi la population et emmenait des otages vers l’arrière. Le gouvernement a décidé d’interner les autres catégories dans 153 camps appelés « camps de concentration » c’est-à-dire de rassemblement puis de « dépôts ». Les conditions de détention variaient selon le lieu, en raison d’une part du régime juridique du camp et d’autre part du bon vouloir des directeurs.

3L’administration n’imposait pas à tous les Alsaciens un internement absolu et rigoureux. À partir de 1915, ils furent séparés des autres Allemands et conduits vers des camps réservés dénommés « dépôts de réfugiés ». L’administration fut amenée à distinguer quatre catégories d’Alsaciens. Ceux qui étaient en France, au moment du déclenchement de la guerre. Cette première catégorie fut considérée comme étant « d’attitude incertaine et de sentiments douteux ». Mais ils jouissaient d’une certaine liberté et possédaient une « carte blanche ». Ceux qui ont pu quitter l’Alsace-Lorraine ou des pays ennemis étaient qualifiés de « réfugiés ». Ces personnes pouvaient recevoir une « carte tricolore » leur permettant de circuler librement en France, sauf dans les zones de combat. La troisième catégorie concernait ceux qui habitaient un pays allié ou neutre et qui étaient venus en France depuis le début des hostilités. Enfin ceux qui furent évacués du territoire d’Alsace-Lorraine par les soins de l’autorité militaire ou simplement raflés, après l’avancée des troupes françaises en 1914. Ces deux dernières catégories relevaient des classés S « suspects ou très suspects ». Ceux-là ne pouvaient être maintenus en liberté.

4L’auteur analyse les pérégrinations des époux Schweitzer. Arrêtés au Gabon, ramenés à Bordeaux, ils furent détenus à Garaison (Hautes-Pyrénées) puis dans le camp de Saint-Rémy-de-Provence exclusivement réservé aux Alsaciens-Lorrains. En juillet 1918, ils furent échangés à Constance contre des civils français prisonniers en Allemagne et purent retourner en Alsace encore allemande. De cette période de captivité, les Schweitzer n’en ont pas parlé. Ils n’ont pas eu de ressentiment amer envers la France. Ils n’ont pas fait partie des 8 000 indemnisés. Si Albert a obtenu rapidement la réintégration à la nationalité française, sa femme, d’origine allemande, ne l’a acquise qu’en 1927.

5Les indemnisations étaient accordées aux Alsaciens-Lorrains arrêtés en France et aux personnes raflées en 1914 à la suite de l’avance des troupes françaises. Elles n’ont été versées qu’à partir de 1928. L’auteur se pose la question si cette mesure avait encore un sens à plus de dix ans voire de quinze ans après les faits. Il y a eu un préjudice pour ces anciens internés oubliés dans leur malheur. J.‑L. Vonau jette ici un regard critique sur ces événements qui contribuèrent après 1918 à alimenter le « malaise alsacien ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Georges Guth, « Vonau (Jean-Laurent), Des Alsaciens-Lorrains internés civils, Hélène et Albert Schweitzer, dans la tourmente de la Grande Guerre »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 424-425.

Référence électronique

Jean-Georges Guth, « Vonau (Jean-Laurent), Des Alsaciens-Lorrains internés civils, Hélène et Albert Schweitzer, dans la tourmente de la Grande Guerre »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4587 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4587

Haut de page

Auteur

Jean-Georges Guth

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search