Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Comptes rendusFeix (Marc) et Grandhomme (Jean-N...

Comptes rendus

Feix (Marc) et Grandhomme (Jean-Noël) dir., Les évêques alsaciens-lorrains pendant la Grande Guerre (1914-1918)

Strasbourg, Équipe de Recherches sur le Catholicisme en Alsace Publications, 2019, 746 p.
Jean-Louis Clément
p. 425-427
Référence(s) :

Feix (Marc) et Grandhomme (Jean-Noël) dir., Les évêques alsaciens-lorrains pendant la Grande Guerre (1914-1918), Strasbourg, Équipe de Recherches sur le Catholicisme en Alsace Publications, 2019, 746 p.

Texte intégral

1Existe-t-il un livre qui ne dévoile une part de la réalité historique ? Non. Les actes de cette journée d’études qui a tenu ses séances à Strasbourg le 18 novembre 2018 seront utiles pour la publication de documents d’accès difficile comme les lettres de soldats (à partir de la page 637) ou le dossier documentaire composé par Jeanine Siat (p. 707 et sq.) qui a recopié des documents des Archives secrètes du Saint-Siège. Ces textes, au-delà de l’empathie à éprouver à l’endroit des hommes qui ont souffert de la guerre, posent les questions qui étaient dans l’esprit de tous les ecclésiastiques alsaciens pendant ces quatre années : quelle appartenance nationale ? comment réintégrer la France tout en conservant les acquis juridiques qui ont modelé l’Alsace-Lorraine pendant le Deuxième Empire allemand ? Le traité de Francfort du 10 mai 1871 fut une cession de souveraineté quoiqu’en aient pu dire ultérieurement les professeurs français de droit international comme Edgard Rouard de Card (1853-1934) de l’université de Toulouse : « Il est inutile d’insister sur le funeste traité de 1871 qui, en privant la France de deux riches provinces, enleva l’espoir d’une longue paix » (E. Rouard de Card, Études de droit international, Paris, Pedone-Lauriel, 1890, p. 49). Or si l’on a beaucoup pensé aux « Provinces perdues » sans jamais en parler, il s’est trouvé des spécialistes du droit des gens pour chercher une solution définitive à la question d’une guerre de revanche possible et interminable. Dès 1877, Theodor Funck-Brentano et Albert Sorel envisageaient une neutralisation de l’Alsace-Lorraine, idée que commenta, en 1895, le professeur toulousain déjà mentionné (Th. Funck-Brentano et A. Sorel, Précis du droit des gens, Paris, Plon, 1877). E. Rouard de Card, « L’Alsace-Lorraine et le projet de neutralisation », Revue politique et parlementaire, octobre 1895). Ces difficultés forment le socle granitique de la politique à appliquer à une région disputée et à double culture. L’Alsace neutre est évoquée par certains prêtres que rencontre en 1917 Mgr Baudrillart (Les Carnets du cardinal Baudrillart (1914-1918), P. Christophe éd., Paris, Cerf, 1994, p. 635). Il est regrettable que ce colloque n’ait pas étudié la réaction publique ou privée aux ouvrages de propagande de guerre ainsi celui dirigé par Mgr Alfred Baudrillart, La guerre allemande et le catholicisme en 1915 et le livre qui constitue l’année suivante la réponse au premier écrit sous la conduite de Georg Pfeilschifter, La culture allemande, le catholicisme et la guerre.

2Les évêques alsaciens évoqués dans cet ouvrage le sont-ils tous de la même manière ? Charles Ruch, Jean-Julien Weber, Jean-Baptiste Pelt, François-Xavier Schoepfer, Louis Humbrecht, Sébastien Herscher, Michel Korum… sont certes alsaciens de naissance et de cœur mais le sont-ils de la même manière ? Le dernier cité, évêque de Trêves, est l’exemple de la bonne intégration de l’Alsace à l’Empire allemand tandis que les évêques Schoepfer et Humbrecht, « optants » français en 1871, vivent dans un souvenir figé de leur province natale à la différence du futur évêque de Strasbourg Weber qui fait le va-et-vient entre la France et le Reichsland. Dans leur manière de penser, ces trois hommes ont une sensibilité française. Mgr Humbrecht est sous l’influence de la Petite Église janséniste du Poitou lors de l’affaire Claire Ferchaud ; Mgr Schoepfer ne peut pas ignorer le rôle tenu par Léon Clergue dit frère Marie-Antoine (1825‑1907), un « verdet » c’est-à-dire un royaliste qui a œuvré à populariser le pèlerinage marial de Lourdes dans une sensibilité un peu imprégnée de la Petite Église janséniste de Toulouse dans laquelle la famille Lingua de Saint-Blanquat exerce son autorité (V. Alemany, La dernière solitaire de Port-Royal Survivances jansénistes jusqu’au xxe siècle, Paris, Cerf, 2013). Ils ne vibrent pas en harmonie face aux événements de la Grande Guerre, en dépit d’un amour profond de Jésus et de son Église.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Clément, « Feix (Marc) et Grandhomme (Jean-Noël) dir., Les évêques alsaciens-lorrains pendant la Grande Guerre (1914-1918) »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 425-427.

Référence électronique

Jean-Louis Clément, « Feix (Marc) et Grandhomme (Jean-Noël) dir., Les évêques alsaciens-lorrains pendant la Grande Guerre (1914-1918) »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4588 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4588

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search