Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Comptes rendusSchnitzler (Bernadette), Patrimoi...

Comptes rendus

Schnitzler (Bernadette), Patrimoine en danger ! L’évacuation et la protection des biens culturels en Alsace (1938-1945)

Strasbourg, Publications de la Société savante d’Alsace (coll. Recherches et documents, 89), 2019, 235 p.
Nicolas Lefort
p. 427-428
Référence(s) :

Schnitzler (Bernadette), Patrimoine en danger ! L’évacuation et la protection des biens culturels en Alsace (1938-1945), Strasbourg, Publications de la Société savante d’Alsace (coll. Recherches et documents, 89), 2019, 235 p.

Texte intégral

1Conservatrice en chef du patrimoine e. r, spécialiste de l’histoire des musées et des collections archéologiques de Strasbourg, B. Schnitzler livre un récit très fouillé et documenté des mesures de protection et d’évacuation des biens culturels d’Alsace prises par l’administration française puis allemande, en préparation puis au cours de la Seconde Guerre mondiale. L’auteur englobe dans son propos les collections publiques des musées, des archives et des bibliothèques, les monuments historiques et les objets de culte, ainsi que les collections privées. Les notes de bas de page (il n’y a pas de liste récapitulative en fin d’ouvrage) montrent que l’étude s’appuie sur une riche bibliographie en langue française, allemande et anglaise, générale et locale, ainsi que sur le dépouillement des fonds des Musées de Strasbourg aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole, et du fonds du service des monuments historiques d’Alsace et du Landesdenkmalamt aux Archives départementales du Bas-Rhin. C’est donc une histoire vue principalement depuis Strasbourg, qui laisse notamment de côté les très riches fonds conservés à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine à Charenton-le-Pont ou les archives du Dr. Joseph Schlippe à Fribourg-en-Brisgau.

2Le plan chronologique reprend des jalons déjà bien connus. B. Schnitzler commence par évoquer la préparation d’un plan d’évacuation et de protection des œuvres à partir de 1935, puis sa mise en œuvre partielle lors de la « répétition générale » que constitue la crise des Sudètes de septembre 1938 (chapitre 1). La « drôle de guerre » qui s’étend de septembre 1939 à mai 1940 laisse tout le temps nécessaire aux autorités françaises de protéger sur place les monuments qui ne peuvent être déplacés et d’évacuer en Dordogne tout ce qui peut l’être (chapitre 2). Il manque dans ces pages un développement sur le statut particulier des objets de culte d’Alsace-Moselle, les dispositions de la loi française sur les monuments historiques relatives aux objets mobiliers n’ayant pu être introduites avant l’armistice. Après celui-ci et l’annexion de fait de l’Alsace-Moselle au IIIe Reich, les biens évacués sont « rapatriés » en trois étapes (automne 1940, février 1941 et mai 1943), non sans résistance, en particulier de la part des églises (chapitre 3). L’intensification du conflit et le bombardement des villes conduisent les autorités allemandes à mener une « seconde évacuation » en 1943‑1944. Les biens culturels sont mis à l’abri dans plusieurs châteaux d’Alsace, avant que les vitraux de la cathédrale ne soient envoyés dans les mines de sel de Heilbronn. Le récit s’achève par le retour définitif des œuvres après la Libération (chapitre 4).

3Les faits sont clairement exposés, avec une grande précision, mais l’ensemble est peu problématisé, faute d’introduction. On voit bien ressortir le rôle déterminant de certains hommes, côté français et allemand : Hans Haug et Kurt Martin pour les Musées de Strasbourg, Gélis, Czarnowsky, Lechten et Schlippe pour les monuments historiques, ou le conseiller ministériel Kraft (un utile index permet de se rendre compte du poids de chacun). Une attention particulière est portée à des questions pratiques concernant les conditions de déplacement et de conservation. L’illustration noir et blanc est bien choisie, mais on peut regretter l’absence de cartes qui auraient permis de localiser les lieux d’évacuation et de dépôts ainsi que les itinéraires empruntés par les œuvres. En annexes, les listes d’œuvres évacuées et rapatriées donnent à voir l’importance du travail accompli par les services. Au final, si les monuments historiques d’Alsace ont beaucoup souffert des combats et des bombardements, les collections des musées s’en sont sorties à peu près indemnes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lefort, « Schnitzler (Bernadette), Patrimoine en danger ! L’évacuation et la protection des biens culturels en Alsace (1938-1945) »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 427-428.

Référence électronique

Nicolas Lefort, « Schnitzler (Bernadette), Patrimoine en danger ! L’évacuation et la protection des biens culturels en Alsace (1938-1945) »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4598 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4598

Haut de page

Auteur

Nicolas Lefort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search