Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Comptes rendusRosebrock (Tessa Friedericke), Ku...

Comptes rendus

Rosebrock (Tessa Friedericke), Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg, Politique des musées et des expositions sous le IIIe Reich et dans l’immédiat après-guerre

Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019, 532 p.
Delphine Barre
p. 429-431
Référence(s) :

Rosebrock (Tessa Friedericke), Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg, Politique des musées et des expositions sous le IIIe Reich et dans l’immédiat après-guerre, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019, 532 p.

Texte intégral

1Alors que les débats et études autour de la spoliation des œuvres artistiques par le régime nazi sont devenus de plus en plus présents dans l’historiographie de la période du Troisième Reich, l’ouvrage tiré d’une thèse de doctorat, proposé par T. F. Rosebrock, adopte un point de vue original. En proposant l’analyse d’une structure muséale, le musée des Beaux-Arts de Strasbourg, et d’un de ses directeurs, Kurt Martin, l’auteur alterne différentes focales : de la micro histoire, par les lieux et les acteurs, comme des dynamiques propres au marché de l’art et de ses problématiques, notamment en temps de guerre et face aux politiques de répression et de persécution.

2L’ouvrage se décompose en huit chapitres chronologiques, permettant au lecteur d’appréhender la création et l’évolution d’un musée et de sa collection de la fin du xixe siècle à l’immédiat après Seconde Guerre mondiale. Tour à tour sous domination française puis allemande, le musée en tant qu’institution d’État se retrouve ainsi au cœur des politiques culturelles, symbole de la mise en récit d’une histoire nationale. L’on sait, grâce aux travaux de nombreux historiens sur cette période, que le régime national-socialiste utilisa l’art et les politiques culturelles comme outils de propagande et d’éducation du peuple. L’auteur, en prenant l’exemple de Martin, met ainsi en lumière l’organisation, les prises de décisions parfois stratégiques et interroge sur la possibilité des acteurs, sous une dictature, de désobéir ou du moins de maintenir une autonomie intellectuelle et professionnelle face aux exigences du régime. Déjà en poste à de hautes fonctions dans les années 1930, Martin fut un acteur clé par sa connaissance du monde de l’art et de son réseau de professionnels, dont il sut faire bon usage, malgré la période tragique qui s’annonçait. Bien que soumis à la direction du Gauleiter de Bade Robert Wagner dès 1940 (devenu par la suite Oberrhein, et englobant le Bade et l’Alsace au Reich), et membre de la haute administration nazie, Martin n’en démontra pas moins un réel pouvoir décisionnaire dans la gestion des institutions sous sa tutelle, refusant même une « promotion » à la National Galerie de Berlin, signe de sa réserve envers le régime. L’auteur donne également plusieurs exemples très concrets, comme au chapitre V, portant sur l’enrichissement des collections des musées d’Alsace. Malgré les politiques d’aryanisation visant le monde de l’art et de spoliation à l’encontre des individus reconnus comme « ennemis du peuple » par les nazis, Martin veilla à préserver ses collections, tout en permettant un développement fidèle à ses principes, et donc sans recourir à des œuvres spoliées. L’auteur détaille les différentes acquisitions durant la période 1941‑1943 en France, en Hollande, en Allemagne et en Suisse, et revient tant sur les méthodes d’achat, les réseaux de marchands, que sur un panorama du marché de l’art dans ces différents pays. À l’appui de son analyse, de très belles reproductions de quelques-unes de ces œuvres sont visibles au fil de ces pages, permettant d’appréhender encore mieux les choix de Kurt Martin et sa politique artistique.

3De même, le chapitre VI présente le développement des activités culturelles sous l’Occupation et les différentes expositions organisées durant cette période ; l’auteur souligne le rôle de ces expositions de propagande mais aussi des lieux dans lesquels elles s’inscrivent. L’exemple le plus frappant fut celui de la maison Goethe avec la mise en scène et la réécriture de l’œuvre du grand penseur allemand au service de l’idéologie du grand Reich.

4Les derniers chapitres sont consacrés au temps de l’après-guerre et de la reconstruction du patrimoine artistique allemand mais aussi français. L’auteur y montre bien les échanges entre les puissances alliées, et notamment les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne. Martin y joua un rôle essentiel dans leur coopération avec l’Allemagne, avec la commission de récupération artistique française par exemple et son ancien collègue et ami, Hans Haug, comme de l’édification d’une politique européenne dans l’art et la culture. Des passages forts éclairants nous permettent de comprendre les enjeux présents dans le processus de dénazification des populations, ainsi que dans leur éducation ; pour les plus jeunes, parfois habitués à n’avoir connu ou côtoyé que l’art autorisé du régime nazi, il s’agissait de leur apprendre une ouverture sur le monde et les principes de la démocratie, parfaitement symbolisés à travers l’art mais aussi ses artistes. L’auteur nous montre ainsi que dès 1945 de nombreuses expositions furent organisées, de part et d’autre du Rhin, signe que les relations politiques ou diplomatiques entre les grandes puissances de l’après-guerre se construisirent aussi grâce à des partenariats entre les institutions culturelles et leurs représentants, tel Martin.

5Cet ouvrage, novateur par son point de vue, nous offre donc une analyse originale sur ces années de guerre dans une région sous domination nazie, encore peu étudiée. Cependant, dans sa conclusion, on pourra regretter que l’auteur ne nous livre une réflexion plus nuancée sur la trajectoire de Kurt Martin durant le Troisième Reich. De même, il nous aurait paru intéressant d’approfondir le cas de ses collaborateurs qui, bien qu’à des responsabilités sans doute moins élevées, ont eu un rôle à jouer notamment dans l’administration du musée des Beaux-Arts de Strasbourg et de la politique culturelle en guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Barre, « Rosebrock (Tessa Friedericke), Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg, Politique des musées et des expositions sous le IIIe Reich et dans l’immédiat après-guerre »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 429-431.

Référence électronique

Delphine Barre, « Rosebrock (Tessa Friedericke), Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg, Politique des musées et des expositions sous le IIIe Reich et dans l’immédiat après-guerre »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4602 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4602

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search