Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Comptes rendusLang (Hans-Joachim), Des noms der...

Comptes rendus

Lang (Hans-Joachim), Des noms derrière des numéros. L’identification des 86 victimes d’un crime nazi. Une enquête

Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2018, 393 p.
Frédérique Neau-Dufour
p. 432-434
Référence(s) :

Lang (Hans-Joachim), Des noms derrière des numéros. L’identification des 86 victimes d’un crime nazi. Une enquête, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2018, 393 p.

Texte intégral

1Il existe au moins deux bonnes raisons de se plonger dans le livre de H.‑J. Lang. La première, la plus immédiate, la plus nécessaire aussi, est de découvrir l’histoire des 86 Juifs gazés en août 1943 par le professeur Hirt dans la chambre à gaz du camp de concentration de Natzweiler. Victimes humaines d’un crime inhumain motivé par l’idéologie nationale-socialiste, ces Juifs sont longtemps restés des anonymes, avant que H.‑J. Lang leur restitue, un à un, leur identité. Sous la plume précise de l’auteur, leurs visages et leurs parcours singuliers ressortent des limbes. On est frappé par l’extrême diversité qui se dégage de ce groupe souvent présenté comme homogène – les « 86 juifs ». Ils sont 29 femmes et 57 hommes. Un grand nombre d’entre eux ont été arrêtés à Thessalonique, d’autres l’ont été en Allemagne, en Pologne, aux Pays-Bas, en Belgique ou en France, etc. Certains sont pratiquants, d’autres ont à peine conscience de leur judéité. Tous les milieux sociaux et toutes les professions sont représentés parmi eux.

2Leur seul point commun est finalement d’avoir été désignés par les nazis pour l’extermination, d’avoir été déportés à Auschwitz et d’y avoir été sélectionnés par des anthropologues nazis à la demande du professeur nazi August Hirt, directeur de l’Institut d’anatomie de la Reichsuniversität de Strasbourg. Ce dernier, en lien avec l’Ahnenerbe (institut nazi consacré à la recherche des racines de la race aryenne), entendait créer une collection de squelettes juifs pour enrichir les collections anatomiques de son Institut et apporter sa contribution à la science nazie – raisons pour lesquelles il a passé commande de ce « matériel », à presque 1 500 km de l’Alsace.

3L’histoire de ce meurtre unique dans l’histoire de la Shoah occupe une grande partie du livre. La figure centrale du professeur Hirt y est décrite, de même que ses liens avec une pensée raciste pseudo-scientifique en vogue depuis le xixe siècle : Hirt explique vouloir compléter « d’un point de vue moderne » « la collection anthropologique de crânes qui fut fondée avant la Première Guerre mondiale par l’anatomiste allemand Schwalbe et complétée à l’époque française par l’addition de crânes venus du monde entier […] – crânes d’égyptiens, de nègres, de Chinois, de Japonais, d’Allemands, d’Anglais, de Français ».

4Le parcours individuel de ses 86 victimes contredit en tout point cette réduction de l’humanité à ses stéréotypes. Chaque individu prend chair, comme Jean Kotz, né à Paris en 1912, qui vivait avec sa mère et sa sœur dans un appartement du 10e arrondissement de Paris. Il est arrêté le 16 janvier 1943 par la police française pour avoir omis de porter son étoile jaune… Elisabeth Klein, arrêtée elle aussi en Belgique, réussit à écrire à ses enfants avant de partir vers Auschwitz : « Je vous supplie de ne perdre ni votre calme ni votre courage. Attendez-nous. Je vous embrasse mille fois ».

5La seconde raison de lire cet ouvrage est qu’il dévoile à l’état brut ce qu’est le métier de l’historien. Un métier nourri de passion, de ténacité et de méticulosité. Lang, lorsqu’il commence à s’intéresser en 1995 au sort des 86, n’a aucune archive. Il ignore jusqu’aux noms des victimes. « Cette lacune ne m’a plus laissé en paix », explique-t-il. À force de fouiller dans les archives, il finit par découvrir au musée de l’Holocauste à Washington une copie des numéros que les 86 portaient tatoués sur leur bras. Ces matricules avaient été relevés lors de leur arrivée à l’Institut d’anatomie par un employé, Henrypierre, qui avait jugé ces cadavres suspects. Cette mince feuille de papier devient « la balise » de Lang. Elle guide la quête qu’il mène dans de nombreux pays pour retrouver les noms, puis les parcours personnels des victimes, et, parfois, leurs descendants.

6H.-J. Lang offre avec cet ouvrage une leçon d’histoire et d’humanité. Une leçon qui nous met, nous Français, devant nos responsabilités : comment se fait-il que nul dans notre pays, en dehors de Serge Klarsfeld puis du Cercle Menachem Taffel, n’ait voulu en savoir plus sur ces 86 ? La parution en langue française du livre d’Hans-Joachim Lang permet de combler un vide abyssal, et d’éviter que l’extermination des 86 soit parachevée par leur oubli.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Neau-Dufour, « Lang (Hans-Joachim), Des noms derrière des numéros. L’identification des 86 victimes d’un crime nazi. Une enquête »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 432-434.

Référence électronique

Frédérique Neau-Dufour, « Lang (Hans-Joachim), Des noms derrière des numéros. L’identification des 86 victimes d’un crime nazi. Une enquête »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4622 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4622

Haut de page

Auteur

Frédérique Neau-Dufour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search