Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146In memoriamMarlène Anstett (1954-2019)

In memoriam

Marlène Anstett (1954-2019)

Claude Muller
p. 441-443

Texte intégral

Marlène Anstett

Marlène Anstett

Photo Journal L’Alsace.

1Une rubrique nécrologique d’une association historique présente une double caractéristique, bien connue des lecteurs de la Revue d’Alsace. Il y est, quasi systématiquement, question d’un homme d’une part, d’un homme au curriculum vitae, au service de Clio, long comme un pain d’autre part. Celle-ci constitue une exception.

2Née à Haguenau le 17 mars 1954, fille de Joseph, charpentier, et Thérèse Anstett, Marlène (pour l’état-civil Marie Madeleine) Anstett passe son enfance à Ohlungen, en compagnie de ses deux frères Maurice et Michel et de sa sœur Annelise. Elle participe à la vie de son village comme animatrice de la garderie et membre de la troupe de théâtre locale. Après ses études au pensionnat Sainte-Philomène à Haguenau, elle prépare un BTS trilingue au lycée René Cassin à Strasbourg, obtenu en 1976. Elle entame aussitôt sa carrière dans la communication et les relations publiques d’un grand groupe alimentaire basé à Haguenau. Elle œuvre d’abord dans la coordination usine-export de 1976 à 1990, puis dans la communication en affaires de santé de 1991 à 2002, enfin dans la communication interne de 2003 à 2010. Polyglotte, parlant couramment quatre langues, elle parcourt, professionnellement ou pour son plaisir, une cinquantaine de pays.

3Mariée en 1978, elle a une fille, Séverine, en 1982. Peu avant la cinquantaine, elle se passionne pour l’histoire de l’art. En 2003, elle suit les cours de l’université populaire de Strasbourg. à l’approche de la retraite, elle franchit le pas et s’inscrit à l’université de Strasbourg en 2008. Son premier objectif est de devenir guide-conférencière, ce qui est fait en 2009. Le deuxième est d’obtenir sa licence en histoire de l’art, ce qui est réalisé en 2011. Pouvant être la mère de tous les étudiant (e) s qu’elle côtoie, elle attire à elle toutes les sympathies juvéniles par son enthousiasme, au point de se sentir à l’aise dans l’univers des études supérieures. Elle décide de s’inscrire en master, qu’elle obtient en 2013, en s’investissant désormais dans l’histoire contemporaine.

4Son sujet : les Malgré-Elles, ces jeunes femmes le plus souvent nées entre 1923 et 1926, requises de force pour le Reichsarbeitsdienst (RAD) ou Service du Travail Obligatoire sous le Troisième Reich pendant la Seconde Guerre Mondiale. Devenues assistantes ménagères ou employées aux travaux agricoles ou ouvrières dans des usines de munition ou peuplant les services administratifs, elles se trouvent confrontées au même dilemme que les jeunes hommes : ou accepter leur sort ou risquer la déportation de leur famille. Pour étoffer son sujet, Marlène Anstett commence à constituer une banque de données en collectant, avec une folle énergie, les témoignages oraux, les souvenirs écrits, les pièces à conviction, les photographies d’antan en se déplaçant personnellement de la Moselle au Haut-Rhin chez les vieilles dames qui veulent bien la recevoir. Par le bouche à oreille, il se dit qu’une femme dynamique et sympathique, sachant l’alsacien, sésame déterminant, discrète et volontaire, rassemble tout ce qui est possible auprès d’une génération, en train de disparaître d’un coup.

5Son écoute attentive favorise la libération de la parole de nombreuses personnes, qui s’étaient emmurées dans un silence pesant et qui pourtant se considéraient comme des victimes. Victimes d’un extrémisme totalitaire qui les avait forcées à faire ce qu’elles ne voulaient pas et victimes d’un terrorisme intellectuel a posteriori qui leur déniait les violences subies, sans oublier, de manière sous-jacente, la violence insidieuse de certains Malgré-Nous, estimant qu’ils avaient souffert, de par leur condition de soldat, plus qu’elles. Malgré une chiche indemnité versée en 2008, un malaise est perceptible.

6En 2015, coup sur coup, paraissent plusieurs publications de Marlène Anstett. La première est un livre Gommées de l’histoire, paru aux éditions du Signe, succès d’édition (Revue d’Alsace, 2016, p. 464). La deuxième est un hors série de L’Ami Hebdo, consacré à ces femmes. La troisième, plus modeste en volume, s’insère dans une publication de la Société d’histoire de la Poste (Revue d’Alsace, 2016, p. 463). Reste enfin une communication présentée dans le cadre de Haguenau, 900 ans d’histoire (Revue d’Alsace, 2017, p. 476), colloque organisé conjointement par la Société d’histoire et d’archéologie de Haguenau et par l’Institut d’histoire d’Alsace, les 16 et 17 janvier 2015. Les personnes y ayant assisté se rappellent que l’amphithéâtre de l’IUT, correctement rempli jusque-là, s’est soudain, inexorablement, mis à dépasser la jauge avec l’arrivée de dames d’un âge certain en nombre impressionnant. Faut-il préciser que c’était le fan-club de Marlène ?

7Inscrite en thèse, elle décède à Strasbourg le 24 février 2019, des suites d’une maladie qui s’était déclarée un an auparavant, quelques semaines avant la date prévue pour la soutenance, non sans avoir eu le temps de participer à un reportage télévisuel diffusé le 26 mai 2020. Ayant découvert que d’autres Malgré-Elles étaient recensées sur les bordures du Grand Reich, elle s’était rendue à Berlin, en Slovénie, en Lituanie, entre autres, sur les traces archivistiques d’autres jeunes femmes ayant subi le même sort, à des fins nécessaires de comparaison avec la situation alsacienne. Elle venait de se rendre compte de la dimension internationale de son sujet et constatait la minoration, tout aussi internationale, de ce triste épisode.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Marlène Anstett
Crédits Photo Journal L’Alsace.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/4677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Marlène Anstett (1954-2019) »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 441-443.

Référence électronique

Claude Muller, « Marlène Anstett (1954-2019) »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 29 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4677 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4677

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Professeur et directeur de l’Institut d’histoire de l’Alsace, UR3400 ARCHE, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search