Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146La Fédération des sociétés d'hist...Chez nos voisins d’Outre-Rhin

La Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace

Chez nos voisins d’Outre-Rhin

Olivier Richard
p. 461-466

Texte intégral

Le tome 168 – 2020 de la Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins

Walter Berschin

Ein Turm als Architekturmotiv der Wandmalerei in Reichenau-Oberzell St. Georg

Niels Becker

Der Evangelist Markus auf der Reichenau. Abt Berns (†1048) sermo (II) de S. Marco. Erstedition und Übersetzung

Jörg W. Busch

Rechtskultur und Rechtsschriftlichkeit am Oberrhein 1351-1500. Neuenburg am Rhein als Beispielfall

Stefan G. Holz/Konrad Krimm

Die badischen Genealogien Georg Rüxners. Ein Herold als politischer Waffenträger zu Beginn des 16. Jahrhunderts

Alexandra R. Nørgaard

Wie sich ein buntschuch erhube und widder getilget warde. Die Wahrnehmungen des Untergrombacher Bundschuhs und ihre Auswirkungen auf die Reaktion der Obrigkeit

Sigrid Hirbodian

Jüdisches Leben am Oberrhein im Spätmittelaltert. Einführung

Gerd Mentgen

Jüdisches Leben am Oberrhein im Mittelalter

Matthias Untermann

Die hochmittelalterlichen Synagogenbezirke in Speyer und Worms im urbanistischen Kontext. Befunde und Fragen

Valerie Schoenenberg

Stumme Steine: Interdisziplinäre Forschung zur jüdischen Gemeinde in Offenburg

Gregor Rohmann

Exorbitantzien […] die vor Gott nicht zu verantwohrten. Tanzwallfahrten am Oberrhein (16. - 17. Jahrhundert)

Almut Mikeleitis-Winter/Kai H. Schwahn

Johann Schilter (1632-1705) im Kontext seiner Zeit. Forschungsperspektiven interdisziplinär - Einführung

Kai H. Schwahn

„Die Hofdienste sind die unbeständigsten…“. Zur Karriereplanung als gelehrter Praxis am Beispiel Johann Schilters (1632-1705)

Klaus Vom Orde

Johann Schilter und Philipp Jakob Spener - Ein interdisziplinäres Gespräch

Nora Gädeke

Aussitôt, que Monsieur Schilter m’aura mandé ses sentiments sur ce sujet, je ne manqueray de Vous en donner part. Zur indirekten Korrespondenz zwischen Schilter und Leibniz

Almut Mikeleitis-Winter

Johann Schilter als Lexikograph. Das Glossarium ad scriptores linguae Francicae et Alemannicae veteris in seinem Entstehungskontext

Claudia Lieb

Schilter als Philologe. Literatur und Recht des Mittelalters in Johann Schilters Thesaurus Antiquitatum Teutonicarum, Ecclesiasticarum, Civilium, Literarium (1726-1728)

Wolfgang Zimmermann

Der Rhein in der Neuzeit – historischer Akteur oder nationale Projektionsfläche? Einführung

Christoph Bernhardt

Die Oberrheinkorrektion, ihre Umweltfolgen und der Mythos um J. G. Tulla: Neue Befunde

Armin Schlechter

Der Rhein im Spiegel von Reiseführern und Reiseberichten im 18. und 19. Jahrhundert. Die politische Dimension eines Reiselandes zwischen romantischer und nationaler Emotionalisierung

Sylvain Schirmann

Der Rhein - Natürliche Grenze von Erbfeinden?

Hans Fenske

Bismarck und das Elsass im Jahre 1866

Oded Heilbronner

Die Achillesferse des deutschen Katholizismus. Katholische-Liberale Subkultur in Südwestdeutschland 1871‑1932

Sylvia Schraut

Historisch verankerte kommunale Identität in der „Freiheitsstadt“ Offenburg

Polly Lohmann

Die Heidelberger Gipsabgüsse des Tropaeum Traiani von Adamklissi. Eine hundertjährige Biografie

Bernd Hainmüller/Christiane Walesch-Schneller

Die Rheinbrücke in Breisach: Der letzte Blick auf die Heimat der badischen Deportierten nach Gurs am 22./23. Oktober 1940

Klaus-Peter Schroeder

Dr. Katharina von Künßberg (1883-1978) - Eine deutsch-jüdische „Lebensreise“

Nachrufe

Christine Reinle

Karl-Friedrich Krieger (1940-2020)

Claude Muller

Francis Rapp (1926-2020)

Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 167 Jahrgang, 2019

1Le 167e volume de la Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins propose seize articles de fond, qui abordent toutes les périodes historiques. Niels Becker présente, édite et traduit en allemand un sermon inédit (extrait de Cod. Sangallensis 898), portant sur la Nativité du Christ, de Bernon de Reichenau, abbé entre 1008 et 1048 de cette grande abbaye située sur une île du lac de Constance. Werner Rösener présente les conflits et controverses entre Cisterciens et Bénédictins dans le sud-ouest de l’Empire dans un long xiie siècle. En effet, les Cisterciens s’installant dans cette région se heurtaient à de nombreuses abbayes bénédictines déjà présentes, souvent liées à Cluny ou Hirsau ; l’article s’intéresse en particulier aux cas d’Eberbach (Rheingau, aujourd’hui Hesse) et de Tennenbach (Brisgau). Puis un article original d’Iso Himmelsbach s’essaie à reconstituer l’histoire de l’église Notre-Dame de Neuenburg, dont il ne reste que peu d’éléments ; en utilisant les rares sources et en formulant des hypothèses parfois hardies, il attribue l’initiative de sa construction à Ulrich von Neuenburg († 1297), propose des dimensions pour l’édifice (calculées en s’appuyant sur la commande de 5 000 tuiles en 1422), et raconte comment il fut détruit au xvie siècle. Une autre église détruite, celle des dominicaines strasbourgeoises de Saint-Nicolas-aux-Ondes, dont la construction commença sans doute en 1252, est l’objet de l’étude de Liliane Châtelet-Lange. Elle opère elle aussi une tentative de reconstitution avec les sources disponibles, et montre combien ce bâtiment trop somptueux pour respecter les constitutions de l’ordre, qui appelaient à la modestie, a pourtant dû servir de modèle aux couvents de l’ordre dans la région, plutôt que celui d’Unterlinden, auquel on attribue souvent ce rôle.

2La chevalerie immédiate d’Empire est souvent mal connue, ses membres étant assez anonymes. Ainsi, un examen de sa structure interne n’est possible que pour des espaces peu étendus, constate Helmut Neumaier, qui entreprend de le faire pour la région du Bauland (au nord-est du Bade-Wurtemberg actuel), appartenant au « canton » de l’Odenwald. Il s’intéresse aux relations qu’entretenaient ces petits seigneurs avec leurs paysans, à l’administration et à l’économie de leurs domaines, ainsi qu’à leur style de vie et à leur horizon mental. L’influence très forte du luthéranisme transparaît partout. Anette Baumann présente ensuite les Augenscheinkarten de l’époque moderne conservées au Generallandesarchiv de Karlsruhe (il y en a au moins 1825) ; les illustrations sont très belles, comme c’est le cas dans tout le volume. Ces cartes manuscrites, faites selon des principes de perspective variés (vue à vol d’oiseau, cavalière, etc.), étaient souvent utilisées dans des conflits juridiques : leur valeur comme source est immense.

3Dans un bel article, Laila Baur s’intéresse aux manifestations de deuil des proches de Karoline Luise de Bade, morte à Paris en 1783. Elle examine comment, dans un contexte marqué par le piétisme et les Lumières, ils expriment une émotion sincère, se retirent dans la sphère privée et vivent un deuil individualisé, loin des seules manifestations rituelles.

4La constitution du pays de Bade de 1818, qui accordait aux parlements un droit de regard sur la politique du grand-duché, est ensuite analysée par Frank Engehausen, qui examine comment elle fut perçue par les conservateurs comme par les démocrates dans la première moitié du xixe siècle et montre que les conflits furent rapidement très nombreux entre les différents détenteurs de pouvoir.

5La Première Guerre mondiale fut menée aussi par la plume des écrivains, explique Barbara Beßlich, qui analyse successivement la fidélité à l’alliance germano-autrichienne, qui s’exprime avec force au moment de la déclaration de guerre, puis l’article Gedanken im Kriege de Thomas Mann, où il affirme la moralité du militarisme allemand et présente la paix comme une épidémie, enfin le déchirement alsacien qui se manifeste dans la pièce Hans im Schnakenloch de René Schickele, écrite en 1914 et créée en 1916. L’article suivant traite des répercussions de la Grande Guerre : Rainer Brüning expose puis édite les pièces d’archives trouvées récemment, un peu par hasard, dans les archives de Karlsruhe, sur l’assassinat du leader révolutionnaire anarchiste munichois Gustav Landauer en mai 1919 : elles permettent de voir que les autorités militaires de Fribourg, où eut lieu le procès d’un des assassins, voulaient avant tout clore discrètement l’affaire.

6Les cinq articles suivants traitent du national-socialisme. Sans former un dossier thématique, ils éclairent pourtant de façon convergente les spécificités du pays de Bade dans cette période. Dans le premier, René Gilbert raconte comment des nazis déclenchèrent des troubles en entonnant des chants anti-français dans une auberge de Karlsruhe le 18 décembre 1929 ; Robert Wagner (le futur Gauleiter du Gau Oberrhein pendant la guerre), qui en était, fut condamné pour avoir blessé un des clients. Cet épisode montre à la fois les tensions politiques fortes de l’époque et les manières des partisans de Hitler avant leur accession au pouvoir. Dans ces années 1920, les nazis du pays de Bade pouvaient compter sur la proximité idéologique des « nationaux-allemands » ; Viktor Fichtenau montre en effet combien, dans cette région spécialement, ils adoptèrent des positions proches du NSDAP. La violence du régime nazi est au cœur de la présentation du camp de concentration méconnu de Kislau (aujourd’hui Bad Schörnborn, entre Karlsruhe et Heidelberg) par Luisa Lehnen. Dès 1933, des opposants politiques y furent internés, puis toutes sortes de personnes considérées comme des ennemis du peuple. Parmi ces dernières, on oublie souvent les « asociaux », notamment les mendiants et vagabonds, qui avaient d’ailleurs déjà eu à subir avant le nazisme des mauvais traitements de la part des autorités. Laura Hankeln leur consacre une étude portant sur la première phase de leur persécution sous le iiie Reich, jusqu’en 1938 ; à travers le cas de Kislau, où ils étaient censés être rééduqués au travail, elle montre le rôle des initiatives locales dans la mise en œuvre d’une politique nationale. Ainsi, le pays de Bade fut particulièrement actif dans les razzias de mendiants, ainsi que dans les stérilisations de force. Il fut tout aussi zélé pour, dès la fin 1940, vider les maisons des juifs badois déportés dans le camp de Gurs (Pyrénées-Atlantiques), faire l’inventaire de leurs biens et les vendre aux enchères, rappelle Katharina Siefert.

7Enfin, la ZGO s’ouvre à l’histoire environnementale, très active depuis quelques années. Helmut Volk retrace 5 000 ans d’utilisation de la forêt et de façonnement du paysage dans la Baar et la Forêt-Noire, grâce à des analyses paléopalynologiques, aux autres sources archéologiques et textuelles, en fournissant de nombreuses cartes. La forêt n’est déjà plus « naturelle » bien avant l’époque romaine, depuis environ 1200 avant J.‑C. au nord de la Forêt-Noire, dès 3000 avant J.-C. dans la Baar, c’est-à-dire que les hommes avaient déjà modifié les paysages et les écosystèmes dans ces espaces à cette date, comme ils continuèrent à le faire par la suite. Depuis 1700, si la forêt recule un peu partout, elle progresse au contraire dans certains endroits, à la faveur de grands projets de reforestation.

8Christian Keitel et Robert Kretzschmar présentent rapidement la nouvelle plateforme en archivistique pour l’Allemagne du Sud-Ouest, mise en ligne par le Hauptstaatsarchiv de Stuttgart (https://www.leo-bw.de/​web/​guest/​themenmodul/​sudwestdeutsche-archivalienkunde) ; très bien faite, elle sera fort utile à celles et ceux qui travaillent sur les archives alsaciennes. La partie de ce numéro consacrée aux articles se clôt sur la nécrologie de deux médiévistes. Thomas Zotz remémore la carrière de Helmut Maurer (1936-2018), longtemps directeur des Archives de la Ville de Constance, grand connaisseur de cette ville mais aussi du sud-ouest allemand et de la Suisse, tandis que Jürgen Dendorfer rend hommage à Stefan Weinfurter (1945-2018), ancien professeur d’histoire médiévale à l’Université de Heidelberg, grand spécialiste des rois et empereurs germaniques au Moyen Âge central.

9La deuxième grande partie de ce numéro, celle des comptes rendus de lecture, n’est pas moins riche que la première. 72 recensions d’ouvrages, dont certains traitent de l’Alsace, donnent un bel aperçu du dynamisme de la recherche historique sur le Rhin supérieur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Richard, « Chez nos voisins d’Outre-Rhin »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 461-466.

Référence électronique

Olivier Richard, « Chez nos voisins d’Outre-Rhin »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4692 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4692

Haut de page

Auteur

Olivier Richard

Professeur d’histoire du Moyen Âge, UR3400 ARCHE, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search