Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147Comptes rendusGrodwohl (Marc), en coll. avec He...

Comptes rendus

Grodwohl (Marc), en coll. avec Hengy (François) et Verry (Christine), Les villageois de Lutter en leurs demeures

Hegenheim, Cercle d’histoire de Hegenheim et environs, 2020, 200 p.
Georges Bischoff
p. 360-362
Référence(s) :

Grodwohl (Marc), en coll. avec Hengy (François) et Verry (Christine), Les villageois de Lutter en leurs demeures, Hegenheim, Cercle d’histoire de Hegenheim et environs, 2020, 200 p.

Texte intégral

1À l’heure où l’édition scientifique se dématérialise et s’éloigne du grand public, réjouissons-nous pour cette nouvelle publication « papier », portée par une société d’histoire locale, dans un esprit de pédagogie et de proximité qui mérite d’être relevé. Cet ouvrage constitue le deuxième volume de la monographie du village de Lutter, dans le Sundgau : un village « clés en mains » d’avant la guerre de Trente Ans saisi dans sa dimension archéologique, en combinant étude du bâti et analyses dendrochronologiques d’une qualité jamais atteinte auparavant.

2Cette suite se situe dans une perspective différente et n’est pas seulement une mise à jour du dossier. En effet, M. Grodwohl y réveille une série de documents inédits découverts après coup, à commencer par le terrier des domaines du chapitre de Bâle, composé en 1575, et par les notes d’érudition laissées par Gérard Munch, disparu prématurément en 2018. Les sources d’archives sont confrontées au terrain, et le résultat de l’enquête s’avère particulièrement riche, en élargissant et en approfondissant le sujet.

3L’ouvrage s’articule en cinq grands chapitres. Dans le premier, consacré aux structures foncières, l’auteur constate que les 456 parcelles du registre de 1575 s’inscrivent dans la longue durée : les chanoines bâlois en conservent la propriété, au titre de leur cour seigneuriale (dinghof) de Brunn – les deux tiers du ban leur appartiennent, et les variations sont minimes.

4Les habitants, connus à travers le registre et d’autres pièces d’archives du XVe au XVIIe siècle, sont pour la plupart leurs tenanciers (autour d’une douzaine, mais, indirectement, 29 exploitants), sans qu’on puisse établir une concordance mécanique entre leur patrimoine et le classement supposé de leurs fortunes. Quelques figures se détachent, comme le coq de village LienhardtStehlin, un aubergiste qui détient, peut être le fameux « tribunal de 1542, à présent identifié comme auberge, ou l’« homme d’affaire » Wolff Birr, dont les deux tiers des terres sont affermées ou le fameux BurghardBigenwald, dont les déboires (et la succession) avaient nourri le premier volume.

5En confrontant les villageois à ce qu’on peut savoir de leurs biens à partir des indications du terrier, M. Grodwohl parvient à les localiser plus précisément (p. 40-41), et peut leur attribuer une partie des trente et une constructions antérieures à 1631, à un moment où Lutter compte 34 feux. La problématique « maisons ordinaires ou maisons d’exception » s’avère particulièrement stimulante, d’autant qu’elle est éclairée par une série de plans et par d’excellentes infographies dues à F. Hengy. Intitulé « quand des visages apparaissent furtivement aux fenêtres », le quatrième chapitre (p. 55-123) constitue alors le cœur de la démonstration : une méthodologie impeccable, qui combine exhaustivité et sagacité, un outillage cartographique d’une qualité exceptionnelle pour ressusciter l’environnement économique et social du village. Dans la foulée, on est à même de décrypter le paysage à travers une archéologie de l’espace : ainsi, pour les pratiques d’assolement (p. 142‑144).

6« Le temps est venu de s’éloigner de ce village, que nous avons vu au ras du terroir, au plus près de ce que nous croyons savoir des individus et de la société qui nous l’ont légué en héritage. Il faudra, le moment venu, le voir dans le contexte bien plus large de cette zone de fractures et d’échanges qui s’étend du sud du Massif vosgien au Jura jusqu’au sud de la Forêt Noire ». Cette conclusion invite à réactualiser les recherches, en associant la micro-histoire, dont Lutter est un modèle, et l’art de la synthèse, aux certitudes provisoires. La collecte de la mémoire des hommes est, d’abord, l’affaire du terrain, en observant et en protégeant le patrimoine, pour ne pas le travestir et le vider de sa substance (méditons l’exemple navrant du tribunal de 1542).

7Ce Lutter II comporte également, entre autres un atlas des toponymes (p. 155-169) – un exercice qui n’a jamais été pratiqué à cette échelle et paraît devoir s’imposer à toute monographie locale –, et un répertoire alphabétique des habitants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bischoff, « Grodwohl (Marc), en coll. avec Hengy (François) et Verry (Christine), Les villageois de Lutter en leurs demeures »Revue d’Alsace, 147 | 2021, 360-362.

Référence électronique

Georges Bischoff, « Grodwohl (Marc), en coll. avec Hengy (François) et Verry (Christine), Les villageois de Lutter en leurs demeures »Revue d’Alsace [En ligne], 147 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4776 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4776

Haut de page

Auteur

Georges Bischoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search