Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147Comptes rendusVogel (Jean), L’Appel de Saâles. ...

Comptes rendus

Vogel (Jean), L’Appel de Saâles. Le combat d’un maire pour réveiller la France rurale

préface Axel Kahn, Strasbourg, La Nuée bleue, 2019, 285 p.
Jean-Michel Boehler
p. 381-384
Référence(s) :

Vogel (Jean), L’Appel de Saâles. Le combat d’un maire pour réveiller la France rurale, préface Axel Kahn, Strasbourg, La Nuée bleue, 2019, 285 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage échappe à la facture conventionnelle à laquelle sont habitués les historiens, attachés à des sources manuscrites et à un copieux appareil de notes infrapaginales. S’appuyant au contraire sur des témoignages oraux et une irremplaçable expérience de vie, il affiche d’emblée son originalité en ce qu’il est à la fois témoignage, leçon de vie et, comme son titre l’indique, appel aux pouvoirs publics.

2C’est d’abord le témoignage passionné de l’enfant de la vallée, ingénieur agricole revenu au pays quand en 1993 il s’installe à Saâles comme paysan-producteur de fruits, et en devient, en 1995 et pour vingt-cinq ans, le maire avec l’espoir de pouvoir influer sur le développement rural. Il nous livre l’expérience d’un élu à un moment (fin XXe - début XXIe siècle) dont l’avenir nous dira s’il s’agissait d’une époque-charnière dans notre histoire. C’est néanmoins sans nostalgie qu’il retrace quelques linéaments d’une civilisation qui finit par s’évanouir sous ses yeux dans la seconde moitié du XXe siècle : les vacances chez les grands parents jalonnées par la récolte des fruits sauvages et la pêche à la main dans les ruisseaux ; les joies de la fenaison ; au village même, la rudesse de l’éducation scolaire compensée par la proximité avec la nature, l’incontournable trilogie curé-maire-instituteur dans la gestion de la société, le poids des directives de l’église dans les choix électoraux et la violence extrême des campagnes électorales… En tant qu’historiens, nous déplorons certes de ce que les vallées vosgiennes, dont celle de la Bruche, aient moins bénéficié de l’attention des chercheurs que la plaine agricole et le vignoble alsacien ; mais il ne s’agissait pas pour un auteur non historien de revenir en arrière de façon à tenter de récupérer ce qui reste d’un « monde que nous avons perdu », mais d’aller de l’avant en s’adaptant à des situations plus fluctuantes que jamais. Ce que nous propose Jean Vogel, ce n’est rien moins que d’écrire une page de l’histoire du temps présent qui est l’histoire en marche, tout en esquissant ce qui pourrait être l’histoire de demain.

3C’est ensuite une leçon de vie parfaitement mise en lumière par le préfacier Axel Kahn qui insiste sur les valeurs humaines que véhicule l’ouvrage, au prix d’une double communion de l’auteur avec la nature et avec les hommes. Avec une constante détermination, proche de l’opiniâtreté, avec cœur et raison, intuition et pragmatisme, dynamisme et bon sens, on le voit s’attaquer aux problèmes spécifiques d’une nature relativement hostile dans un territoire où « tout est compliqué » du fait des obstacles du relief, de l’ingratitude du sol et de la pénurie de terres labourables, des rigueurs hivernales ou de l’épaisseur du manteau neigeux, des catastrophes climatiques allant jusqu’à l’amplification, en moyenne montagne, de la mémorable tempête de la Saint-Étienne 1999 : bataille du chauffage et de la mutation forestière vers une économie plus pastorale ; préservation d’une eau de qualité et « saga des éoliennes » face à de vives résistances ; développement des emplois au lendemain de l’exode rural qui avait marqué l’après-guerre pour céder la place, à présent, à un mouvement d’implantation motivé par le retour à la nature et la quête de la qualité de vie ; résurrection d’un marché montagnard, « fabuleux lieu d’innovation, d’émulation et de confrontation », et promotion de la vente directe ; défense du commerce équitable ; bataille des transports – suite à l’encombrement des cols par les poids lourds, à la fermeture puis à la réouverture du tunnel, au projet abandonné d’un important axe routier – et des connexions pour rompre un isolement historique mais non inéluctable : car la résignation ne fait pas partie des facettes qui constituent la riche personnalité de Jean Vogel, lui-même davantage enclin aux possibilismes qu’aux déterminismes. Si la création de l’Association du Massif vosgien (AMV), au début des années 1970, semblait avoir donné un nouveau souffle en favorisant les échanges de part et d’autre du massif, le débat se focalise depuis lors, tout naturellement, sur les problèmes de nature politique – au sens noble du terme, car il s’agit de l’avenir de la planète – posés par le réchauffement climatique, la nécessité d’un développement durable et les dérives d’un capitalisme dont les seuls paramètres sont le profit et la compétitivité économique dans un monde matérialiste à l’extrême. « Panser le monde » et « faire face à la pauvreté » : tout un programme que d’aucuns considéreraient comme utopique !

4Son expérience africaine a conduit l’auteur, qui a séjourné pendant onze ans au Cameroun puis en Guinée, non seulement à observer la nature, mais à connaître les hommes avec lesquels il a appris à tisser – et cela lui a été fort utile en tant que maire – des liens de confiance et de solidarité, tout en se méfiant des théoriciens et des beaux parleurs. Car rien de ce qui est humain n’a jamais été étranger à cet homme de contact, même si des menées individualistes, à l’encontre de l’esprit communautaire qu’il préconise mais qui relèvent de l’éternel humain, pouvaient lui laisser un goût amer.

5Cette saine philosophie de la vie se trouve quelque peu assombrie par le constat de l’incurie des pouvoirs publics, qu’ils soient français ou européens, qui produisent de façon centralisatrice et sans discernement, depuis les années 2010, des règlements stéréotypés et non généralisables à l’ensemble de l’hexagone. Ils sont en général rédigés par des doctrinaires, hauts fonctionnaires sans contact avec les réalités rurales, et confirmés par des lois que l’auteur n’hésite pas à qualifier de « ruralicides » tant sont patents la polarisation sur les métropoles et l’abandon des territoires, en particulier de montagne : « cassure entre la France des villes et celle des champs », ne serait-ce qu’en raison de l’injuste répartition des financements et de la constante menace pesant sur les services publics. « Gardons nos villages, gardons nos maires » et aux lotissements impersonnels préférons une ceinture d’arbres fruitiers. C’est aussi cela, « l’appel de Saâles ».

6Ajoutons que l’immersion dans une vaste culture associée au recours à une vivante galerie de portraits ainsi que l’emploi d’un style alerte et pétillant, empreint d’humour, n’enlèvent rien, bien au contraire, à l’attrait de ce livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Boehler, « Vogel (Jean), L’Appel de Saâles. Le combat d’un maire pour réveiller la France rurale »Revue d’Alsace, 147 | 2021, 381-384.

Référence électronique

Jean-Michel Boehler, « Vogel (Jean), L’Appel de Saâles. Le combat d’un maire pour réveiller la France rurale »Revue d’Alsace [En ligne], 147 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4884 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4884

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Boehler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search