Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147In memoriamGeorges Foessel (1939-2020)

In memoriam

Georges Foessel (1939-2020)

François Uberfill
p. 405-408

Texte intégral

1Sa silhouette, celle d’un homme légèrement voûté, arpentant les rues du centre ville, était familière à de nombreux Strasbourgeois. C’était celle de Georges Foessel. Il nous a quittés le dimanche 11 octobre dernier à l’âge de 81 ans. Rien ne prédisposait cet enfant d’Orbey à devenir celui qui durant 35 ans veilla jalousement sur les archives et fit partager à un large public l’histoire et les secrets de la ville native de Jean Fischart, dont le buste ornait son bureau.

2Il est né le 31 mai 1939 et a passé toute son enfance à Orbey, cette charmante localité située au pied du Lac Noir. Son père, Pierre Foessel, qui tenait un négoce de munster, fut longtemps adjoint au maire du gros bourg. De son grand père paternel, il avait hérité le goût de histoire et un talent de conteur. Jean-Baptiste Foessel avait en effet commencé une carrière d’instituteur à Pairis avant d’être mobilisé durant la Grande Guerre dans l’armée allemande. Devenu, à partir de 1919, directeur d’école à Mulhouse, il publia dans des revues régionales et des almanachs des articles historiques. Mais surtout, en collaboration avec son ami, le grand folkloriste Joseph Lefftz, il participa activement à la collecte et à la publication de chants populaires alsaciens.

3Après des études secondaires au Lycée Bartholdi de Colmar où il ne passa pas inaperçu au point de se faire remarquer par Louis Charollais, un proviseur haut en couleur, il entreprit en 1958 des études d’histoire à l’Université de Strasbourg. Nous l’avions gentiment affublé du surnom de Sigismond qui lui allait à merveille. Il soutint en 1963 un diplôme d’études supérieures sous la direction du professeur Fernand L’Huillier intitulé « L’Action française et la crise internationale européenne (1932‑1936) ». Ce mémoire fut couronné en 1964 par un prix de l’Académie d’Alsace et par celui du Préfet du Haut-Rhin. Après avoir exercé durant quatre ans les fonctions de bibliothécaire de l’Institut d’Histoire du Moyen Âge, il entra en 1967 comme conservateur aux Archives municipales de Strasbourg. Philippe Dollinger en était alors le directeur, fonction qu’il cumulait avec celle de la direction de la Bibliothèque municipale. Georges Foessel y fit toute sa carrière et travailla ainsi successivement avec François-Joseph Fuchs (1974-1982), puis, Jean-Yves Mariotte (1983-2002). Il avait une façon inimitable d’accueillir les étudiants et même les chercheurs confirmés, commençant par les toiser d’un regard malicieux, les mettant ensuite à l’épreuve, avant de les guider et de leur prodiguer des conseils. Très bien introduit dans la société strasbourgeoise, il réussit à susciter des dons ou des dépôts de fonds privés ou de sociétés ; ainsi fit-il verser aux Archives celles des Tanneries Herrenschmidt. L’une des prises de guerre dont il n’était pas peu fier fut d’arriver à récupérer, grâce aux contacts qu’il avait gardés avec la Faculté d’histoire, une belle collection d’affiches de mai 1968, un moment de notre histoire nationale qu’il ne prisait pourtant guère.

4Dès son entrée aux Archives de la Ville, ses engagements extérieurs furent nombreux. Sa connaissance du milieu alsacien fit qu’il accepta la fonction de correspondant pour le Bas-Rhin du comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale (1967-1976) et de membre du Comité départemental d’Inventaire du Haut-Rhin (1968-1981).

5Avec le concours de conservateurs des Archives ou des Musées de la Ville, il réalisa plusieurs expositions dont il rédigea le catalogue (souvent en collaboration) : Le cinquantenaire de novembre 1918 (1968) ; Le centenaire du siège de 1870 (1970) ; Imprimerie et éditions de Strasbourg au XIXe siècle (1975) ; Histoire de la médecine à Strasbourg (1980) ; Édouard et Rodolphe Reuss ; Mille ans d’archives à Strasbourg.

6Bien que ses racines soient vosgiennes, Georges Foessel était un homme de la ville. Strasbourg l’avait adopté et lui-même l’avait adoptée. Il chérissait tant le passé de cette cité au point qu’elle était devenue sa petite patrie. Il en connaissait l’histoire jusque dans ses moindres recoins, ses heures de gloire autant que ses pages douloureuses. Il en était le mémorialiste et presque le héraut. Dans les cercles où il était introduit, il faisait partager sa passion. Par ses écrits d’abord, par exemple au sein de la Société des Amis du Vieux Strasbourg, où il alimentait régulièrement l’Annuaire de ses articles, de ses chroniques. Durant de nombreuses années il fut membre de son comité et de la commission des prix. On ne compte pas les ouvrages, la plupart du temps richement illustrés consacrés à une période de l’histoire d’Alsace, mais surtout de Strasbourg. Sa plume alerte, son sens du récit et son style quelque peu compassé tenaient le lecteur en haleine. À partir de 1987, en collaboration, il publia une succession de guides illustrés, intitulés Connaître Strasbourg, avec par la suite, plusieurs rééditions complétées ou refondues.

7À sa période de prédilection, les XIXe et XXe siècles, il consacra de nombreux ouvrages, souvent en collaboration : L’Alsace de 1870-1871 (1971) ; L’Alsace de 1900 à nos jours (1979). Il participa à la Grande Histoire de Strasbourg, sous la direction de Francis Rapp et de Georges Livet parue en quatre tomes entre 1978 à 1982, qui fut un grand succès éditorial. Nous lui devons une étude exhaustive de la période 1815-1870, sous le titre Le règne des notables. Strasbourg et la Monarchie constitutionnelle (1815‑1848) suivi de La Deuxième République et le Second Empire (1870).

8Mais il y avait aussi l’homme du monde au riche carnet d’adresses. Dans la bonne société strasbourgeoise, sa compagnie était recherchée. Il n’avait pas son pareil pour animer un dîner en ville, raconter des anecdotes, narrer des événements dont on se demandait pour finir s’ils avaient vraiment eu lieu. Le canular était un genre qu’il pratiquait avec malice. Tous les jeudis à midi, un groupe d’amis se réunissait dans une Winstub pour un Stammtisch, au Pfifferbriader, puis plus tard au Strissel. Les bonnes histoires et les mots d’esprit fusaient, on y échangeait aussi les derniers potins dont la ville bruissait. Autour de la nappe à carreaux rouges, de solides liens d’amitié se tissaient.

9La Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace perd un membre fidèle qui fut durant près de 15 ans membre du comité. Il fournit sa précieuse collaboration au Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA) dont il fut dès 1975 un des membres fondateurs. Il rédigea un grand nombre de notices et participa avec assiduité aux réunions de sa commission de rédaction. Le travail austère de relecture était ponctué par ses interventions qui provoquaient de brefs intermèdes de détente, souvent de francs éclats de rire.

10S’il est un ouvrage qui résume toute sa personnalité, ce fut bien Strasbourg l’insolite. 16 anecdotes historiques, paru en 2002, l’année de son départ à la retraite. Le regretté Francis Rapp saluait ainsi avec amusement son travail dans la préface :

Mais la nature de notre ami l’inclinait à ne pas négliger Clio-sourire. Malicieux, comme le sont les sages, il avait reconnu très tôt qu’il n’est pas nécessaire d’être sévère pour être profond.

11Cette « brassée d’anecdotes » fut en fait son chant du cygne… Puis, diminué par la maladie, il dut quitter son appartement et sa fabuleuse bibliothèque de la rue des Échasses pour être admis, à quelques pas de là, à la Maison de retraite, puis à l’EHPAD Saint-Arbogast. C’est là qu’il fit peu à peu ses adieux à un siècle qui n’était plus le sien.

12Sa mémoire continuera à habiter nos cœurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Georges Foessel
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5006/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Uberfill, « Georges Foessel (1939-2020) »Revue d’Alsace, 147 | 2021, 405-408.

Référence électronique

François Uberfill, « Georges Foessel (1939-2020) »Revue d’Alsace [En ligne], 147 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5006 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5006

Haut de page

Auteur

François Uberfill

Professeur agrégé d’histoire e.r.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search