Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147La vie démocratique et l'opinion ...Les élections régionales et dépar...

La vie démocratique et l'opinion de l'Alsace

Les élections régionales et départementales de juin 2021 en Alsace

Richard Kleinschmager
p. 271-301

Texte intégral

  • 1 . Corinne Challand, Olivasoa Razafindramanana, INSEE, Analyses Grand Est, no133, 2021.

1Les élections régionales et départementales de l’année 2021 ont été repoussées aux dimanches 20 et 27 juin, juste à la veille de l’été, faute d’avoir pu être organisées selon l’usage, au printemps. La tension sanitaire liée à l’épidémie de la Covid-19 a imprégné la vie politique et constitué un contexte contraignant et inquiétant. De mars 2020 à mars 2021, l’excès de mortalité dans le Grand Est, particulièrement touché par la pandémie, a dépassé de 18 % la mortalité annuelle des cinq années précédentes1.

2Au cours de la première vague de la Covid-19, la surmortalité dans le Grand Est s’est élevée de + 49 % puis de + 19 % au cours de la seconde vague. Cette surmortalité a particulièrement touché les personnes âgées. Les plus de 80 ans ont représenté les deux tiers de l’excédent de mortalité et les plus de 70 ans l’autre tiers. Le Grand Est a enregistré 9500 décès supplémentaires du printemps 2020 au printemps 2021 qui ont décimé les maisons de retraite. Nombre de familles endeuillées ont été affectées par les conditions très restrictives dans lesquelles elles ont pu accompagner leurs proches disparus. La vaccination a commencé avec les populations les plus âgées et les plus vulnérables à compter du 27 décembre 2020.

3La très singulière crise sanitaire de la Covid-19 a formé une toile de fond marquante des élections régionales et départementales 2021 même si elle ne pouvait en être l’objet. Le report à juin de ces élections de 2021 qui ont suivi d’un an les élections municipales de 2020, les a mécaniquement rapprochées de la reine des élections en France, l’élection présidentielle prévue au printemps 2022. Cette dernière volens nolens, s’est invitée dans une campagne électorale à bas bruit. L’élection des présidents de région a par exemple servi à tester l’état des forces politiques nationales voire contribué, comme chez Les Républicains, au choix de leur futur candidat, notamment entre Valérie Pécresse, Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez, présidents sortant d’importantes régions.

Une campagne électorale en sourdine

  • 2 . « Élections régionales : le report plébiscité », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition de Strasbo (...)

4La crise de la Covid-19 a imposé à cette campagne électorale une tonalité détonante par rapport aux campagnes du « monde d’avant » l’épidémie. Ces modalités nouvelles étaient déjà apparues en 2020 à l’occasion des élections municipales. Leur calendrier avait été chahuté avec un écart inédit de trois mois entre le premier et le deuxième tour. Les élections du printemps 2021 ont pu conserver le calendrier prévu après leur report du printemps à la deuxième quinzaine de juin, date tardive proche des congés d’été. Octobre 2020 avait été marqué par des discussions et des consultations, la création d’un comité des sages présidé par Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil constitutionnel sur un report des élections après le mois de mars 2021 et pour certains après les élections présidentielles de 2022. En octobre 2020, le baromètre mensuel Odexa/presse régionale indiquait que « 69 % des personnes interrogées demandent un report des scrutins de mars 2021. En cas de maintien, la participation pourrait chuter à 40 %2. »

  • 3 . Emmanuel Delahaye, « Ce qu’on vit, c’est une campagne confinée », L’Alsace », 15 mai 2021.

5Le report du printemps 2021 au début de l’été n’a pas suffi à atténuer la prévision de faible participation. Les formes anciennes de campagne – meetings, rencontre avec les électeurs sur les marchés, porte à porte, réunions d’appartement… – ont cédé la place à une présence plus forte sur les réseaux sociaux. Celle-ci est souvent biaisée par les algorithmes car elle conduit à n’atteindre que ceux qui sont déjà en accord avec les messages délivrés. Emmanuel Delahaye3 a exprimé avec clarté la faiblesse singulière de cette campagne électorale 2021 : « La campagne des élections municipales 2020 a été chaotique. Celle des départementales et régionales de juin sont jusqu’ici… inexistantes ou peu s’en faut ».

  • 4 . Philippe Rivet, « Six têtes de liste débattent : affirmer les différences, minorer les ressemblan (...)

6Les débats régionaux entre les candidats ont été organisés sans public présent par France 3 Grand Est ou la presse régionale comme celui du 11 juin à Reims entre six principaux candidats. « Invités à se prononcer sur cinq grands thèmes, les mobilités, la relance économique, la jeunesse et l’avenir de la région, l’environnement, ils n’ont pas manqué d’affirmer leurs différences, minorer leurs ressemblances, à une semaine du premier tour de scrutin » a commenté Philippe Rivet4.

7Les affichages sauvages hors des panneaux officiels des communes ont été très peu pratiqués. Si la presse régionale s’est fait un devoir de publier pour chaque canton, une présentation personnalisée de chaque binôme candidat, dans l’ensemble l’élection régionale a estompé la nature de l’enjeu départemental. En Alsace, cet estompage s’est opéré en dépit de la réelle nouveauté d’une nouvelle institution de niveau départemental dans la région, la Collectivité européenne d’Alsace (CeA), réunissant en une seule entité le Bas-Rhin et le Haut-Rhin. Autant le combat pour la constitution de cette institution nouvelle a été âpre et a fait l’objet de nombreuses manifestations et publications depuis la création de la région Grand Est en 2014, autant la campagne pour l’élection du conseil d’Alsace se substituant aux deux anciens conseils généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, est restée globalement modeste et largement cantonnée au niveau très local de chacun des 40 cantons alsaciens. La concomitance des scrutins n’a pas été favorable à la valorisation médiatique de la CeA. L’absence d’enjeu politique global quant à la majorité du conseil d’Alsace et à sa présidence a sans nul doute contribué au modeste intérêt suscité par cette élection départementale.

8Les forces politiques, culturelles et sociales plaidant pour le rétablissement de l’Alsace comme région de plein exercice et donc la sortie du Grand Est ont été à l’œuvre tout au long de la campagne régionale et départementale. Leur combat ainsi que celui d’autres élus s’est focalisé à la fin mai sur la question de la langue régionale et de l’enseignement immersif. La loi Molac du nom du député morbihannais (ex La République en Marche, aujourd’hui Libertés et Territoires) sur la préservation et la promotion des langues régionales a été retoquée par le Conseil constitutionnel, vendredi 21 mai 2021, après le vote en deuxième lecture à l’Assemblée nationale. Le Conseil a déclaré anticonstitutionnel certains signes diacritiques dans les actes d’état-civil et surtout l’enseignement immersif. Sa décision a déclenché des mouvements de protestation véhéments en Bretagne mais aussi dans le Pays basque, en Corse ainsi qu’en Alsace pour la défense des langues régionales et de l’enseignement immersif permettant de faire cours à 100 % en langue régionale. Le 29 mai 2021, les défenseurs du bilinguisme se sont réunis à Colmar pour une manifestation publique en faveur de l’alsacien avec nombre d’acteurs politiques régionaux. La présence un brin provocatrice de Jean Rottner, président de la région Grand Est à cette manifestation aux forts accents régionalistes lui a valu d’être « enfariné » par un manifestant comme l’avait été en son temps Manuel Valls à Strasbourg. Une algarade s’en est suivie entre le député Jacques Cattin et le conseiller régional Christian Zimmermann du Rassemblement national. Ce fut la seule manifestation publique qui ait véritablement émaillé cette campagne restée en sourdine et peu visible.

L’offre politique alsacienne à deux élections simultanées

Une offre politique sans surprise aux élections régionales du Grand Est

9L’élection régionale 2021 a eu pour objet la désignation des 169 conseillers du Grand Est, ce vaste territoire de 57 441 km2 accueillant 5 522 000 habitants et formant la 4e des 13 régions par la superficie et la 6e par la population. L’élection des conseillers régionaux a été organisée au scrutin de liste proportionnel à deux tours sur la base de listes à sections départementales. Dans les deux départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin fusionnés par la loi du 2 août 2019 créant la Collectivité européenne d’Alsace, les partis politiques ont présenté une liste unique à l’échelle de l’Alsace. De ce fait, le déséquilibre entre la représentation des divers départements du Grand Est et au sein du conseil régional s’est renforcé. Il a fortement singularisé l’Alsace avec des listes de 58 candidats contre 34 pour la Moselle ou 24 pour la Meurthe-et-Moselle et à l’autre extrémité 8 candidats pour les Ardennes ou en Haute-Marne.

10Dans le Grand Est, neuf listes se sont portées candidates représentant les grandes sensibilités politiques nationales. Elles ont eu à composer neuf listes de sections départementales à parité d’hommes et de femmes, ce qui a impliqué une recherche intense et parfois difficile de candidats dans les partis les moins importants. Cette complexité et la notoriété parfois modeste des têtes de liste des sections départementales a contribué mécaniquement à renforcer le poids des porteurs régionaux des différents partis candidats dans la campagne. Ce dispositif de sections départementales pour l’élection régionale parallèlement aux élections départementales, proprement dites n’a pas apporté la clarté du choix pour certains électeurs.

11Le spectre de la première place du Front national au premier tour du scrutin de 2015 a hanté la préparation politique de l’élection. Mené par Florian Philippot, le FN l’avait largement emporté avec 36 % des voix contre seulement 26 % à Philippe Richert (LR-UDI) et 16 % à Jean-Pierre Masseret (PS) en 2015. Il l’avait emporté dans neuf départements, Philippe Richert étant arrivé en tête dans le Bas-Rhin seulement. Désigné à la tête de l’exécutif en 2017 après le départ de Philippe Richert avant la fin de son mandat, Jean Rottner, né en 1967, ancien maire de Mulhouse, a naturellement conduit la liste Les Républicains après quatre années à la tête de la région. Médecin urgentiste, il s’était fortement fait entendre au cœur de la crise de la Covid-19, dénonçant une gestion qu’il avait qualifiée de « scandale d’État ». Le Rassemblement national, a choisi comme tête de liste Laurent Jacobelli, né en 1969, candidat de Debout la France en 2015 où il avait obtenu 4,8 % des suffrages. En avril, plusieurs sondages le donnaient en tête au premier tour. Le sondage Harris-interactive du 13 au 19 avril 2021 de 1 004 personnes lui conférait quatre points d’avance sur Jean Rottner avec un programme surtout national et favorable au retour des régions d’avant 2015. Brigitte Klinkert, ancienne présidente du conseil général du Haut-Rhin (2017-2020), favorable à la renaissance politique de la région Alsace, devenue ministre déléguée à l’Insertion auprès de la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion en juillet 2020 dans le gouvernement de Jean Castex, a été désignée tête de liste de la majorité présidentielle à l’élection régionale. Elle a bénéficié du soutien d’une fraction des centristes dont Sylvain Wassermann, député Modem du Bas-Rhin. Fondatrice de la CeA avec Frédéric Bierry, président du conseil général du Bas-Rhin, elle était censée rallier à elle des électeurs alsaciens hostiles au Grand Est au risque de la confrontation avec Jean Rottner avec lequel elle a eu en commun d’avoir appartenu à Les Républicains.

12Sur la rive gauche de l’échiquier politique, l’union des forces souvent évoquée ne s’est pas réalisée. L’ancienne ministre socialiste de la Culture, Aurélie Filippetti l’a esquissée à travers l’Appel inédit qu’ont rallié la socialiste strasbourgeoise Pernelle Richardot, secrétaire générale du PS bas-rhinois, conseillère régionale sortante, et Caroline Fiat, député de Meurthe-et-Moselle, membre du groupe de la France insoumise. Appel direct à l’opinion publique par delà les appareils des partis, l’initiative a été contrecarrée par le choix des instances parisiennes du Parti socialiste. Elles ont préféré signer un pacte avec le Parti communiste et Europe Écologie les Verts au niveau du Grand Est. L’ancien président de la République socialiste François Hollande y a apporté son soutien au grand dam de Catherine Trautmann proche de l’Appel inédit.

13Les clivages entre les programmes proprement dits sont restés modestes et souvent peu détaillés d’autant que certaines formations comme le Rassemblement national piloté par Laurent Jacobelli avec le slogan « faire gagner l’Alsace, la Champagne-Ardenne et la Lorraine » et a fortiori Unser Land, parti régionaliste et son péremptoire « Stop Grand Est, en avant l’Alsace », ont prôné la sortie du Grand Est et le retour à une région Alsace d’avant la réforme comme préalable. En Alsace, la question des rapports à établir entre la nouvelle CeA et la région Grand Est a été maintenue dans une certaine ambiguïté. Au sein d’une même formation politique, Les Républicains, les visions d’avenir de Frédéric Bierry, candidat déclaré à la présidence de la CeA et de Jean Rottner, président sortant du Grand Est ne se recoupaient pas.

Un nouveau cadre mais un même esprit qu’auparavant pour les élections à la CeA

  • 5 . Richard Kleinschmager, « Le référendum sur la collectivité territoriale d’Alsace du 7 avril 2013  (...)

14En Alsace, les élections départementales se sont déroulées dans un cadre institutionnel renouvelé par la loi du 2 août 2019 créant la Collectivité européenne d’Alsace qui a vu le jour le 1er janvier 2021. Réunissant les deux anciens départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, elle détient les compétences des départements avec en sus certaines compétences en matière de coopérations transfrontalières, de bilinguisme, d’organes professionnels et de transport. Pour l’administration d’État, le cadre des deux départements d’organisation et d’intervention a été maintenu. La création de la CeA a pour une large part été négociée avec l’appui en particulier de la ministre de la Cohésion des Territoires, Jacqueline Gourault, comme une réponse à la large protestation contre la disparition de la région Alsace. Sa fusion dans le Grand Est voulue par le Premier ministre du président Hollande, Manuel Valls en 2014, s’était effectuée en l’absence de toute concertation avec les territoires et les élus concernés selon un mode caricaturalement jacobin, accepté dans les autres régions voisines mais violemment récusé en Alsace. La création de la CeA fait aussi écho à l’échec du référendum de 2013 prôné par Philippe Richert qui proposait la fusion en une collectivité territoriale unique des deux départements alsaciens et de la région Alsace. La fusion avait été récusée faute de participation globale suffisante (20,1 % au lieu de 25 % nécessaires) et marquée par une moindre adhésion au projet, des Haut-Rhinois qui l’avaient rejeté à 55,7 % des suffrages contre une approbation à 67,5 % des Bas-Rhinois5.

15Chacun des 40 cantons alsaciens (23 dans le Bas-Rhin, 17 dans le Haut-Rhin) désigne par un scrutin majoritaire à deux tours, un binôme homme-femme assurant la parité dans le conseil d’Alsace parmi ses 80 membres auxquels il convient d’ajouter les suppléants de chacun des candidats. Au total en 2021, 181 binômes candidats se sont présentés aux suffrages, un peu moins qu’en 2015 où ils étaient 197. 22 % des binômes sortant ne se sont pas représentés. Cette élection a impliqué une offre mobilisant un nombre considérable de personnes, en l’occurrence 724 si on comptabilise les suppléants. Quand une grande formation politique comme le Rassemblement national entend être présent dans tous les cantons, il est, dans certains cas, obligé de mobiliser des personnes qui ont peu, voire aucune attache avec le canton où elles se présentent. Sur certains tableaux d’affichage pour cette élection à la CeA, ne figurait que la photo de Marine Le Pen avec le nom des candidats dans le canton. Il est vrai que cette élection a présenté pour cette formation une opportunité de pré-campagne en vue de l’élection présidentielle à l’heure où la préparation de celle-ci est moins avancée dans les autres grandes sensibilités politiques. Dans ce cas, il était évident que ces élections locales entraient dans une stratégie de préparation de la présidentielle du printemps 2022.

16Les compétences de la CeA, en particulier la gestion des collèges, la gestion des routes pour près de 6 600 kilomètres avec la récupération de 300 kilomètres de routes et autoroutes non concédés comme l’A35 qui traverse la région du nord au sud, la responsabilité sociale considérable avec la protection de l’enfance, la protection des personnes âgées et des personnes handicapées ainsi que le RSA, la mettent en grande proximité des populations. Avec un budget de l’ordre de 2 milliards d’euros et 6 600 agents territoriaux, elle est une collectivité d’importance concrète pour de nombreux citoyens, parmi les plus défavorisés notamment.

17La campagne électorale proprement dite a été largement promue par les deux quotidiens régionaux, L’Alsace et Les Dernières Nouvelles d’Alsace dont les diverses éditions locales ont dressé le portrait des divers binômes candidats sur les 40 cantons. Le journal en ligne Rue89 Strasbourg lié à Mediapart qui a racheté en 2020 les parts de Marie Hoffsess après que celle-ci ait rejoint l’équipe politique de Jeanne Barseghian, a assuré un suivi régulier de l’actualité électorale de la CeA.

18La campagne de ces élections à une collectivité territoriale nouvelle issue de la fusion des départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin créés il y a 231 ans par décret du 4 mars 1790, n’a pas été marquée d’un éclat particulier. Par bien des aspects, cette campagne départementale est restée sous le boisseau d’élections régionales très politisées à l’approche de l’échéance présidentielle et de l’importance politique nationale des grandes régions constituées. La modestie de la campagne pour la CeA a été d’autant plus marquée qu’aucun bouleversement politique de majorité n’était envisageable en Alsace. Un des rares enjeux politiques a été la confirmation ou non, dans les villes surtout, des gains électoraux des écologistes.

19Une double campagne électorale comme celle de ce mois de juin 2021 a confirmé que l’accolement des élections se fait toujours au détriment de l’un des scrutins, volens nolens. Censé permettre des économies, limiter l’abstention en ne multipliant pas la sollicitation des citoyens, cet accolement des régionales aux départementales même avec un enjeu singulier comme en Alsace, la création de la CeA, a certainement minoré la perception des enjeux spécifiques et l’importance politique du niveau départemental auprès du grand public.

Le premier tour du 20 juin : peu d’électeurs dans un contexte de crise sanitaire maintenue

  • 6 . Voir notamment gouvernement.fr/info-coronavirus ou Efficiens, Coronavirus statistiques, sites en (...)

20Le premier tour des deux élections de juin 2021 a eu lieu le dimanche 20 juin au terme d’une campagne, sans relief majeur, encore très marquée par le contexte de crise sanitaire d’une troisième vague moins forte en France que les deux précédentes. Autant la question du port du masque avait pesé sur la première vague, autant cette troisième vague a vu la question de la vaccination prendre le dessus des préoccupations sanitaires. Le 24 juin 2021, entre les deux tours, le bilan de l’épidémie fait par divers organes6 reprenant les chiffres officiels, établit dans le Bas-Rhin, à 667 dans les hôpitaux et 496 dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), les décès liés à la Covid-19 depuis le début de l’épidémie en 2020. Ce même 24 juin 2021, les autorités dénombrent encore 329 personnes hospitalisées atteintes de la Covid-19 dont 8 en réanimation. Dans le Haut-Rhin, particulièrement touché pendant la première vague, on a compté un total cumulé de 1517 décès de la Covid-19 depuis le début de la crise. La région Grand Est a été la troisième région la plus touchée (10 217 décès), après l’Île-de-France (20 593 décès) et Auvergne-Rhône-Alpes (11 667 décès). Les élections de juin 2021 se sont déroulées avec une troisième vague de l’épidémie de la Covid-19 en arrière-plan qui n’a pas eu la violence mortelle des précédentes, mais l’état d’esprit collectif a été lourdement marqué par les effets psychologiques de la crise sanitaire et des transformations de la vie collective qu’elle a introduites lors de ses trois phases. Les vaccinations opérées depuis la fin de décembre 2020 par tranches d’âge successives, n’ont pas empêché que se maintienne un climat délétère, du fait notamment du refus du vaccin par certains et des risques induits par l’arrivée de nouveaux variants de la Covid-19. À la veille de l’élection, 44 % des habitants du Grand Est soit 2,6 millions de personnes avaient reçu au moins une dose de vaccin. Au 19 juin 2021, 569 684 Bas-Rhinois soit 50,26 % de la population et 349 933 Haut-Rhinois soit 45,74 % des habitants avaient été vaccinés au moins une fois. Rien ne permettait toutefois de penser que la page de la crise sanitaire et de ses conséquences sociales et économiques était tournée.

Victoire de l’abstention, confirmation de la droite et du centre, recul de l’extrême-droite au premier tour des régionales

21À cette seconde édition des élections de la région Grand Est, l’abstention s’est élevée à 70,8 %. Elle a atteint 70,97 % dans la Collectivité européenne d’Alsace, troisième taux départemental après la Moselle (73,28 %) et la Marne (71,2 %). En 2015, les taux du Haut-Rhin (50,9 %) et du Bas-Rhin (50,4 %) étaient inférieurs à la moyenne du Grand Est (52,7 %). Si les votants du Grand Est étaient 1 861 799 en 2015, ils ne sont que 1 134 178 en 2021 soit une perte impressionnante de 727 621 électeurs. L’Alsace dans le cadre de la CeA est en 2021 dans la ligne de la désaffection générale, au dessus de la moyenne nationale de 66,3 % d’abstention, soit deux Français sur trois. La Moselle proche est le plus abstentionniste des départements du Grand Est alors que l’abstention est à son plus bas niveau en Haute-Marne (64,0 %). La carte de l’abstention par cantons en Alsace souligne son accentuation sur une bande rhénane nord urbaine et industrielle avec en son centre Strasbourg. Les cantons ultra-centraux bourgeois font exception. Au sud, un barreau ouest-est de Cernay à Rixheim s’inscrit dans la même logique socio-économique que la bande rhénane nord. De multiples raisons à cette forte abstention ont été évoquées : la situation sanitaire et ses effets psychologiques de repliement sur la sphère privée, l’accolement de l’élection de deux collectivités locales aux compétences et aux modalités d’élection pas toujours clairement identifiées, le recul à juin, tard dans l’année active, des jours de scrutin, une lassitude à voter après des municipales et avant une présidentielle. Aucune de ces explications n’est décisive même si cette abstention du 20 juin 2021 s’inscrit dans une tendance de longue durée qui met en cause certains fondements de la démocratie. Aux premières élections régionales de 1986 accolées aux élections législatives, le taux d’abstention était de 25 % seulement en France entière mais en 2010 déjà, il était passé à 53,7 %. Les municipales de juin 2020 avaient sonné l’alarme avec pas moins de 58,6 % d’abstention.

Elections régionales 2021 en Alsace, abstention au 1er tour

Elections régionales 2021 en Alsace, abstention au 1er tour

Elections régionales 2021 dans le Grand Est, résultats du 1er tour

Elections régionales 2021 dans le Grand Est, résultats du 1er tour

Elections régionales 2021 dans le Grand Est, résultats du 1er tour

Elections régionales 2021 dans le Grand Est, résultats du 1er tour

Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Plus forts ensemble »

Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Plus forts ensemble »

Elections régionales 2021 en Alsace, liste « La force de nos territoires »

Elections régionales 2021 en Alsace, liste « La force de nos territoires »

Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Rassemblement national »

Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Rassemblement national »

Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Les patriotes »

Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Les patriotes »

Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Il est temps pour l’écologie et la justice sociale »

Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Il est temps pour l’écologie et la justice sociale »

Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Appel inédit »

Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Appel inédit »

22Les résultats du premier tour des régionales 2021 ont été marqués par la très nette arrivée en tête, dans tous les départements du Grand Est, de Jean Rottner et des élus de sa liste, tous élus de terrain et membres de Les Républicains (LR) et de l’Union des démocrates et indépendants (UDI). L’ancien maire de Mulhouse avait été élu le 20 octobre 2017 par le conseil régional à sa présidence, suite à la démission en cours de mandat de Philippe Richert. Très présent sur le front de la crise sanitaire avec sa compétence de médecin urgentiste, il s’est imposé en critiquant avec vigueur la politique du gouvernement, ce qui lui a permis d’enlever au Rassemblement national le rôle de seul opposant. En 2021, cette première élection sur son nom l’a consacré avec 31,1 % des suffrages du Grand Est soit 335 946 voix. En 2015, Philippe Richert avait obtenu 459 138 voix soit 25,8 % des suffrages, nettement devancé par la liste Front national alors menée par Florian Philippot et ses 641 122 suffrages (36,06 %) des suffrages exprimés tandis que le socialiste Jean-Pierre Masseret obtenait 286 438 voix (16,1 %). Le score de Jean Rottner au niveau de la Collectivité européenne d’Alsace est inférieur de quatre points à son résultat sur le Grand Est. La carte de son résultat dans les départements du Grand Est détaille sa moindre performance à l’est, Vosges exceptées, par rapport aux départements de l’ouest du Grand Est.

23À l’inverse, Brigitte Klinkert dont l’investissement a été marqué en faveur de la création de la CeA, n’a totalisé que 10,8 % des voix soit 116 129 suffrages au niveau Grand Est sous la double étiquette La République en Marche (LREM) – Mouvement démocrate (Modem). Par contre, au niveau de la Collectivité européenne d’Alsace à cette élection du Grand Est, sa liste totalise pas moins de 19,1 % des suffrages (69 122 voix), reléguant le Rassemblement national (RN) au troisième rang avec 17 % des voix. En Alsace, elle a rallié à sa liste des centristes, les marcheurs du président Macron et divers déçus du Grand Est qu’elle a longtemps pourfendu. Les résultats de Brigitte Klinkert dont la carte au niveau alsacien confirme la concentration sur Colmar et le Haut-Rhin en général, sont généralement inférieurs à 7 % des suffrages dans tous les autres départements du Grand Est jusqu’à 4,59 % seulement dans les Ardennes, département du plus fort score de Jean Rottner avec 42 % des voix.

24Le véritable événement de ce premier tour a été le déclin du Rassemblement national par rapport à sa performance de 2015. Il était premier dans six régions. Il ne l’est plus dans aucune en 2021. Le successeur de Florian Philippot, Laurent Jacobelli n’est qu’en seconde position dans tous les départements du Grand Est sauf la CeA (3e position) avec 227 775 voix soit 21,12 % des suffrages. Ce désaveu dans les urnes souligne la fragilité de l’implantation de terrain du parti et la difficulté de Marine Le Pen à conserver son électorat après sa cuisante défaite des présidentielles de 2017. Le recul de 197 060 suffrages soit 36 % des voix en 2015 à 61 365 voix soit 17 % en 2021 marque une rupture dans l’histoire politique alsacienne.

25En 2015, Europe Écologie les Verts (EELV) avait obtenu 30 097 voix dans le Bas-Rhin (8,2 % des suffrages) et 18 357 voix (7,5 %) dans le Haut-Rhin. La liste EELV-PS-PCF totalise 52 835 voix en 2021 sur la CeA soit 14,6 % des suffrages exprimés. Ce progrès a confirmé leurs conquêtes municipales de l’année précédente. Nul doute que chez certains électeurs la crise sanitaire a trouvé une résonnance directe dans leur projet central de la préservation de l’environnement. Le résultat écologiste alsacien n’est toutefois pas le résultat départemental le plus élevé comme l’illustre la carte des résultats pour le Grand Est. Ils obtiennent 18,9 % des suffrages en Meurthe-et-Moselle contre 4 % en 2015, et 16,6 % contre 3,3 % en Moselle d’où est originaire la tête de liste régionale Éliane Romani. Les Vosges précèdent l’Alsace avec 14,8 % contre 4,2 % six ans plus tôt. Dans ces départements de Lorraine où la gauche avait ses quartiers, l’alliance officielle avec le Parti communiste et le Parti socialiste rappelée par François Hollande juste avant le scrutin, a pesé dans les gains de la liste Romani. L’alliance EELV-PS-PCF a esquissé une forme d’union réduite de la gauche alors que d’autres formations et personnalités de gauche s’associaient à « l’Appel inédit » lancé par Aurélie Filippetti. L’écho de celui-ci est resté modeste, de 8,64 % à l’échelle du Grand Est à 5,47 % dans la Collectivité européenne d’Alsace.

Un premier tour des départementales dans l’ombre des régionales :forte abstention et stabilité politique dans le nouveau cadre géographique

26L’élection départementale s’est inscrite dans l’ombre projetée de l’élection régionale malgré ses spécificités et l’ancienneté de l’institution départementale. L’abstention est la caractéristique majeure du premier tour des élections départementales dans le Grand Est en général comme en Alsace. Avec 70,9 % d’abstention, la CeA se situe juste après la Moselle (73,6 %). Ce taux d’abstention a conduit à des situations singulières : douze binômes ayant obtenu la majorité absolue en pourcentage ont été contraints de se représenter à un deuxième tour, faute de totaliser au moins 25 % des inscrits. C’est le cas notamment de Monique Houlne et de Frédéric Bierry (63 % des suffrages), un des promoteurs majeurs de la constitution de la CeA à Mutzig ou encore de la ministre déléguée à l’Insertion, Brigitte Klinkert, associée au maire de Colmar, Éric Straumann (63,6 % des voix). Il en est de même à Brumath (Wolf-Wolfhugel), Erstein (Muller-Bronn – Schultz), Haguenau (Dollinger-Erbs), Hoenheim (Debes-Delattre), Lingolsheim (Graef-Eckert – Zaegel), Reichshoffen (Marajo-Guthmuller – Vogt), Wissembourg (Heintz-Kochert), Altkirch (Drexler-Jander), Rixheim (Bohn-Munck) Strasbourg 4 (Tenenbaum-Vetter).

Elections départementales 2021 en Alsace, couleur politique des candidats élus

Elections départementales 2021 en Alsace, couleur politique des candidats élus

27Ces élections du conseil de la CeA n’ont pas marqué d’inflexion politique significative. Cette première élection aurait pu être l’occasion d’une adhésion populaire à la nouvelle collectivité. La faible participation l’a empêché et aucune différence dans les taux de vote entre les régionales et les départementales n’a été enregistrée. Les électeurs ont globalement autant voté pour l’un ou l’autre des scrutins. Si on prend par exemple, le canton d’Altkirch qui a un peu plus voté pour les départementales (11 328 votants) que pour les régionales (11 280 votants), la différence d’une poignée de 42 voix n’est pas significative. L’intérêt est resté aussi modeste pour l’une que pour l’autre élection.

Les seconds tours du 27 juin 2021

Confirmation du président sortant : Jean Rottner reconduit sans faille

28Les résultats du 2e tour se sont inscrits dans la ligne amorcée le dimanche 20 juin. Le Parti socialiste l’a emporté dans cinq régions – Bretagne, Nouvelle Aquitaine, Occitanie, Centre-Val de Loire, Bourgogne-Franche-Comté – tandis que Les Républicains outre le Grand Est, sont vainqueurs dans les Hauts-de-France, en Île-de-France, Pays de la Loire, Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les centristes via Hervé Morin confirment leur implantation en Normandie. La Corse fait exception avec la victoire des régionalistes. En cette période troublée de crise sanitaire, la stabilité du choix des électeurs est une caractéristique majeure. Treize régions métropolitaines sur treize ont reconduit à leur tête le président sortant avec 17 % des inscrits. L’abstention n’a pas décliné d’un tour à l’autre et la France qui vote a été très minoritaire par rapport à celle qui ne vote pas.

29Dans le Grand Est, l’union au centre et à droite menée par Jean Rottner l’a emporté sans coup férir avec 40,3 % des voix dans l’ensemble du Grand Est, plus qu’en Alsace. Le candidat LR de 2021 a devancé Laurent Jacobelli du Rassemblement national (26,3 %), Éliane Romani de l’union à gauche avec les écologistes (21,2 %) et Brigitte Klinkert avec une liste de divers centre (12,2 %). Le score du président sortant du Grand Est est légèrement supérieur dans le Grand Est à ce qu’il est en Alsace où il obtient 37,29 % des voix à l’inverse de Brigitte Klinkert qui majore de huit points de pourcentage son résultat alsacien par rapport à son score sur le Grand Est. Elle est en quatrième position dans tous les autres départements où son score ne dépasse pas les 9 % des voix. Elle talonne en Alsace la liste du RN avec 20,6 % des voix contre 22,9 % à Laurent Jacobelli. Ce dernier n’a pas réussi une véritable remontée d’un tour à l’autre et reste loin des résultats de son prédécesseur, Florian Philippot en 2015 qui avait obtenu 31,14 % des suffrages dans le Bas-Rhin et 36,98 % dans le Haut-Rhin. On peut supposer qu’une grande part des électeurs du RN s’est réfugiée dans l’abstention. L’Alsace est désormais le département du Grand Est le moins lepéniste. Le poids politique de l’Alsace dans le conseil du Grand Est présidé par Jean Rottner reste important. Une soixantaine de conseillers du Grand Est sur 169 sont Alsaciens dont 29 sur la liste Rottner, 11 sur celle de Klinkert, 11 sur celle du Rassemblement national et 9 sur la liste de la gauche et des écologistes.

30La majorité très confortable de Jean Rottner obtenue sans accord électoral particulier avec Brigitte Klinkert lui a valu une élection à la présidence du conseil du Grand Est sans problème pour mettre en avant les trois priorités de son projet pour le mandat : « mobilités, production et relance ».

Un conseil d’Alsace dans la ligne des équilibres politiques départementaux antérieurs

  • 7 . Emmanuel Delahaye, « Consultation sur la sortie du Grand Est : comment et pourquoi ? », Dernières (...)

31Les bulletins de vote des élections régionales et départementales étaient à peine décomptés que Frédéric Bierry potentiel président de la CeA, évoquait son intention de consulter les Alsaciens sur leur appartenance au Grand Est. C’était d’évidence une déclaration peu amène et offensive alors même que les conditions juridiques ne sont pas réunies pour une telle consultation selon le maître de conférences de droit public à Sciences-Po Strasbourg, Arnaud Duranthon7 : « Pas plus qu’une autre collectivité française, la CeA n’a la possibilité légale d’organiser un référendum sur l’appartenance de son territoire à une autre collectivité, sur son cadre géographique ou de compétence. Seul le Parlement le peut, en vertu de l’article 34 de la Constitution. »

Elections départementales 2021 en Alsace, second tour : abstention

Elections départementales 2021 en Alsace, second tour : abstention

Elections départementales 2021 en Alsace, second tour : résultats

Image 10000000000002BB0000038A042C38469374F909.png

Elections régionales 2021 Grand Est, second tour, liste « Plus forts ensemble avec Jean Rottner »

Elections régionales 2021 Grand Est, second tour, liste « Plus forts ensemble avec Jean Rottner »

Elections régionales 2021 Grand Est, second tour, liste « La force de nos territoires »

Elections régionales 2021 Grand Est, second tour, liste « La force de nos territoires »

Elections régionales 2021 Grand Est, second tour, liste « Il est temps pour l’écologie et la justice sociale en Grand Est »

Elections régionales 2021 Grand Est, second tour, liste « Il est temps pour l’écologie et la justice sociale en Grand Est »

Elections régionales 2021 Grand Est, second tour, liste « Rassemblement national »

Elections régionales 2021 Grand Est, second tour, liste « Rassemblement national »
  • 8 . Valérie Koelbel, « CEA : les élus minoritaires en pleine déprime », Dernières Nouvelles d’Alsace, (...)

32Cette élection à la CeA pas plus que les élections antérieures aux conseils généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin n’a été marquée par une évolution politique significative. La carte des résultats finaux du 2e tour par canton, le confirme avec des éléments d’opposition qui sont limités à Strasbourg et Bischwiller au nord et Ensisheim, Wittenheim et Mulhouse 1 au sud. Elle confirme la très massive implantation territoriale de la droite et du centre, souvent évoquée sous le terme de majorité alsacienne quand les temps ne sont pas à l’affrontement entre les deux forces. Dans les années soixante et soixante-dix, elles s’opposaient frontalement comme le rappelle l’épisode des élections cantonales de la Meinau en 1979 où Daniel Hoeffel de l’UDF était aller défier le président sortant RPR André Bord en poste depuis 1967. À cette première élection 2021 à la CeA, la droite et le centre droit l’emportent dans 33 cantons sur 40 avec une prime au sortant exprimée par des scores qui ont avoisiné les 70 %. De plus jeunes candidats reconnus dans leur camp comme Raphaël Schellenberger à Cernay, Jean-Philippe Vetter à Strasbourg, Charles Sitzenstuhl à Sélestat ou Thomas Zeller à Saint-Louis ont permis un rajeunissement des élus départementaux. Les stratégies d’alliance variable des écologistes leur ont permis dans certains cas de se substituer au Parti socialiste comme dans la canton de Strasbourg 2 où ils l’emportent d’un souffle de 99 voix sur le tandem socialiste sortant Elkouby-Jung. Le PS en est réduit à ne plus être représenté à Strasbourg que dans son vieux fief du canton 3 Cronenbourg-Hautepierre-Poteries par Françoise Bey et Serge Oehler. Avec les deux binômes Fleur Laronze-Damien Fremont dans le canton 2 (Koenigshoffen-Gare) et Ludivine Quintallet-Florian Kobryn dans le canton 1 (Centre-Krutenau-Neudorf-Meinau), les écologistes et le Parti communiste en la personne de Fleur Laronze se sont substitués au Parti socialiste mais n’ont nulle part ailleurs menacé la dominance de la droite et du centre sur le reste du territoire alsacien. Le tandem Nicolas Matt-Anne Reymann, l’un venu du PS, l’autre du mouvement centriste Agir, a écarté par une puissante remontée de deuxième tour ses concurrents écologistes. Au total l’ancrage à droite du conseil de la CeA comme auparavant des deux conseils généraux, est maintenu sans coup férir avec 74 sièges de conseillers sur 80 pour l’alliance des centristes et indépendants et de Les Républicains. Sur les 900 sièges de représentation de la CEA dans les instances partenaires, entre autres les 147 collèges et de nombreuses commissions, les sièges ont été minorés à l’extrême pour les trois binômes d’opposition8. La proportionnelle s’est appliquée avec vigueur au nombre de sièges détenus, pas au nombre d’électeurs représentés.

En guise de conclusion

33Lors de ces élections régionales et départementales de juin 2021, deuxièmes élections au temps de la Covid-19 après les municipales de 2020, les équilibres politiques antérieurs ont été conservés en Alsace. Au niveau du Grand Est, l’Alsace a apporté sa part au maintien de l’exécutif sortant de droite et du centre. Cette élection a consacré l’importance politique de Jean Rottner, l’ancien maire de Mulhouse, président plébiscité du Grand Est. En Alsace, la ministre déléguée à l’Insertion du gouvernement Castex, Brigitte Klinkert, qui avait bataillé pour la création de la CeA, exprime une nuance plus centriste dans le vote des Alsaciens aux régionales comme aux départementales que les autres départements du Grand Est. Le recul de l’extrême-droite est un des autres points saillants de cette élection auquel s’ajoute l’extrême faiblesse de la participation électorale. Elle fait planer une ombre délétère sur la vie politique.

34Les rapports de force politiques en Alsace restent caractérisés par l’importance des droites républicaines et du centre ainsi que la relative faiblesse des gauches où les écologistes se sont pour partie substitués à la gauche socialiste. Le Rassemblement national a vu son importance s’étioler par rapport à 2015. C’est une évolution marquante, mais il reste la deuxième sensibilité politique de la vie politique régionale. Prônant un retrait de l’Alsace du Grand Est, le Rassemblement national n’a pas trouvé une large adhésion des électeurs pour conforter sa démarche. La véritable innovation de ces élections a été le vote départemental dans le nouveau cadre géographique unique de la CeA. L’élection départementale de 2021 a reproduit pour l’essentiel les rapports de forces anciens des conseils départementaux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Elle consacre l’importance politique régionale de l’ancien président du conseil départemental bas-rhinois, Frédéric Bierry. Si l’objectif sous-jacent de certains est la reconstitution de la région Alsace hors le Grand Est, peu d’éléments dans cette élection en ont jeté les bases crédibles. Malgré la crise sanitaire, ces élections régionales et départementales de juin 2021 ont consacré la stabilité de la configuration politique aux deux niveaux du Grand Est et de l’Alsace.

35* Les cartes de cet article ont été réalisées par Léa Schmidt sous la direction de Benjamin Furst, ingénieur de recherche, dans le cadre de l’Atelier cartographique du CRESAT – UR 3436 de l’Université de Haute-Alsace.

Haut de page

Notes

1 . Corinne Challand, Olivasoa Razafindramanana, INSEE, Analyses Grand Est, no133, 2021.

2 . « Élections régionales : le report plébiscité », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition de Strasbourg, 27 octobre 2020, p. 4.

3 . Emmanuel Delahaye, « Ce qu’on vit, c’est une campagne confinée », L’Alsace », 15 mai 2021.

4 . Philippe Rivet, « Six têtes de liste débattent : affirmer les différences, minorer les ressemblances », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition de Strasbourg, 12 juin 2021, p. 23.

5 . Richard Kleinschmager, « Le référendum sur la collectivité territoriale d’Alsace du 7 avril 2013 », Revue d’Alsace, no139, 2013.

6 . Voir notamment gouvernement.fr/info-coronavirus ou Efficiens, Coronavirus statistiques, sites en ligne.

7 . Emmanuel Delahaye, « Consultation sur la sortie du Grand Est : comment et pourquoi ? », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition de Strasbourg, 29 juin 2021, p. 25.

8 . Valérie Koelbel, « CEA : les élus minoritaires en pleine déprime », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition de Strasbourg, 14 juillet 2021, p. 26.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Elections régionales 2021 en Alsace, abstention au 1er tour
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Elections régionales 2021 dans le Grand Est, résultats du 1er tour
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-2.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Elections régionales 2021 dans le Grand Est, résultats du 1er tour
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-3.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Plus forts ensemble »
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-4.png
Fichier image/png, 952k
Titre Elections régionales 2021 en Alsace, liste « La force de nos territoires »
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Rassemblement national »
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-6.png
Fichier image/png, 954k
Titre Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Les patriotes »
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Il est temps pour l’écologie et la justice sociale »
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-8.png
Fichier image/png, 950k
Titre Elections régionales 2021 en Alsace, liste « Appel inédit »
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Elections départementales 2021 en Alsace, couleur politique des candidats élus
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Elections départementales 2021 en Alsace, second tour : abstention
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-11.png
Fichier image/png, 128k
Titre Elections départementales 2021 en Alsace, second tour : résultats
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-12.png
Fichier image/png, 127k
Titre Elections régionales 2021 Grand Est, second tour, liste « Plus forts ensemble avec Jean Rottner »
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-13.png
Fichier image/png, 95k
Titre Elections régionales 2021 Grand Est, second tour, liste « La force de nos territoires »
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-14.png
Fichier image/png, 94k
Titre Elections régionales 2021 Grand Est, second tour, liste « Il est temps pour l’écologie et la justice sociale en Grand Est »
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-15.png
Fichier image/png, 96k
Titre Elections régionales 2021 Grand Est, second tour, liste « Rassemblement national »
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5020/img-16.png
Fichier image/png, 95k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Kleinschmager, « Les élections régionales et départementales de juin 2021 en Alsace »Revue d’Alsace, 147 | 2021, 271-301.

Référence électronique

Richard Kleinschmager, « Les élections régionales et départementales de juin 2021 en Alsace »Revue d’Alsace [En ligne], 147 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5020 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5020

Haut de page

Auteur

Richard Kleinschmager

Professeur émérite de géographie, Université de Strasbourg, président de l’Université populaire européenne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search