Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusParent Brigitte, Histoire du Ding...

Comptes rendus

Parent Brigitte, Histoire du Dinghof, du chapitre Saint-Thomas à Adelshoffen et des quatre Dietrich, Meier de père en fils

Schiltigheim, éditions Levang, 2021, 85 p.
Jean-Jacques Schwien
p. 411-413
Référence(s) :

Parent Brigitte, Histoire du Dinghof, du chapitre Saint-Thomas à Adelshoffen et des quatre Dietrich, Meier de père en fils, Schiltigheim, éditions Levang, 2021, 85 p.

Texte intégral

1Le Dinghof à Schiltigheim a défrayé la chronique locale ces dernières années opposant la commune et diverses associations autour de deux questions convergentes : la densification urbaine dans le dernier îlot préservé de l’ancien village et la conservation de l’une des dernières cours domaniales de la région issues du Moyen Âge, soit un bel ensemble du XVIIe siècle avec logis, dépendances et jardins. La question est aujourd’hui résolue avec le démarrage d’un projet de mise en valeur incluant les associations du patrimoine bâti et de l’environnement.

2Au cours de ce conflit, il est apparu que l’histoire du Dinghof de Schiltigheim n’était de fait pas si bien étudiée que cela. C’est pourquoi Brigitte Parent, bien connue pour ses travaux de conservatrice au sein du service de l’Inventaire, mais aussi présidente de l’une des associations patrimoniales locales, s’est attelée à mettre en forme des recherches menées sur le sujet depuis plusieurs années. C’est le résultat de cette enquête, préfacée par Jean-Michel Boehler, qui est présenté ici.

3De fait, l’ouvrage n’évoque que brièvement le Dinghof médiéval, en raison avant tout du caractère ténu des sources locales. Il rappelle que dans le cadre de l’émergence des seigneuries foncières, c’est le Chapitre Saint-Thomas qui était possessionné depuis l’époque carolingienne à Adelshoffen, un hameau qui a fusionné ultérieurement avec Schiltigheim. L’existence d’une institution collective gérant ces biens n’est citée toutefois qu’en 1163. L’auteure résume aussi rapidement les résultats des fouilles préventives menées sur le site du Dinghof en amont du projet (abandonné) de lotissement, avec ses découvertes d’une occupation néolithique mais surtout alto-médiévale (une maison à poteaux) et de la fin du Moyen Âge (plusieurs caves de stockage), confirmant au-delà des espérances la chronologie et les modalités d’occupation de cette cour domaniale. Ces fouilles d’ailleurs devraient faire l’objet d’une exposition au musée archéologique de Strasbourg en 2024.

4Mais c’est pour l’époque moderne que ces recherches sont les plus novatrices, l’historiographie de ce qu’on a aussi appelé « les cours colongères » s’étant avant tout préoccupée des origines du phénomène. Et là, les sources sont abondantes. Brigitte Parent analyse successivement le coutumier de 1522 et les terriers de 1683 et 1732, permettant de définir l’étendue du domaine et les contours de son organisation collective, dont les plaids annuels, les droits et devoirs des tenanciers et du seigneur. On y perçoit aussi la nature des cultures (froment et seigle), les origines et lieux de vie (pas toujours à Adelshofffen même) des tenanciers, la modicité des cens. Curieusement d’ailleurs, l’institution semble fonctionner un temps au-delà de la Révolution, le Chapitre réclamant encore des redevances en 1805 et ne vendant la ferme du Dinghof qu’en 1827.

5À partir des registres paroissiaux et quelques autres documents, Brigitte Parent arrive aussi à établir une histoire précise des Meier, les intendants ou fermiers à la tête de la cour domaniale. Elle pointe en particulier huit générations de la famille Dietrich, dont quatre ont été Dinghofmeier de père en fils, entre 1650 et 1750. C’est au second d’entre eux, au sortir des vicissitudes des guerres du XVIIe siècle, qu’il reviendra de construire le beau logis encore in situ actuellement, daté par dendrochronologie de 1682. Le dernier ajoutera une travée à cette même maison en 1752. Cette relation rarement détaillée entre des histoires familiales et leurs demeures permet enfin à l’auteure de décrire dans le détail la maison du Dinghof, en lui attribuant des qualités de demeure aisée par comparaison avec d’autres édifices des environs.

6Brigitte Parent nous apporte au total un éclairage original sur une institution qui a fait couler beaucoup d’encre sur ses origines et organisations médiévales, mais peu abordée pour l’époque moderne pourtant mieux dotée en sources. L’ensemble est clair et abondamment illustré. Les critiques sont minimes. Dans le titre, il eût été judicieux d’ajouter le nom de la commune actuelle de Schiltigheim, dans la mesure où il y avait des centaines de Dinghöfe dans la région. Les figures auraient pu être numérotées, facilitant le va-et-vient avec le texte. L’histoire des Dinghofmeier est exposée en deux chapitres un peu redondants. Enfin, la lecture du tableau généalogique de ces intendants nécessite une loupe, alors que la place ne manquait pas. Mais ces remarques ne gâchent en rien le plaisir qu’on a à découvrir par le menu une histoire locale qui ouvre sur des perspectives générales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Schwien, « Parent Brigitte, Histoire du Dinghof, du chapitre Saint-Thomas à Adelshoffen et des quatre Dietrich, Meier de père en fils »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 411-413.

Référence électronique

Jean-Jacques Schwien, « Parent Brigitte, Histoire du Dinghof, du chapitre Saint-Thomas à Adelshoffen et des quatre Dietrich, Meier de père en fils »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5129

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Schwien

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search