Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusZimmermann-Homeyer Catarina, Illu...

Comptes rendus

Zimmermann-Homeyer Catarina, Illustrierte Frühdrucke lateinischer Klassiker um 1500. Innovative Illustrationskonzepte aus der Straßburger Offizin Johannes Grüningers und ihre Wirkung

Wiesbaden, Harrassowitz, 2018 (Wolfenbütteler Abhandlungen zur Renaissanceforschung, 36), 464 p.
Frank Muller
p. 413-414
Référence(s) :

Zimmermann-Homeyer Catarina, Illustrierte Frühdrucke lateinischer Klassiker um 1500. Innovative Illustrationskonzepte aus der Straßburger Offizin Johannes Grüningers und ihre Wirkung, Wiesbaden, Harrassowitz, 2018 (Wolfenbütteler Abhandlungen zur Renaissanceforschung, 36), 464 p.

Texte intégral

1Issu d’une thèse, cet ouvrage apparaît comme une contribution extrêmement fouillée à la connaissance des débuts de l’illustration strasbourgeoise, dans la mesure où l’imprimeur Johann Grüninger (vers 1455-1532) a été le premier, et de loin le plus productif, en classiques latins illustrés, dont l’édition a été préparée la plupart du temps par deux célèbres humanistes, Sebastian Brant et le traducteur en allemand de sa Nef des fous, Jakob Locher.

2Le propos principal de l’auteur peut se résumer ainsi : pourquoi des illustrations et pour quel public ? Pour ce faire, elle met principalement l’accent sur les deux suites de gravures les plus importantes, pour les comédies de Térence (1496, puis trois éditions ultérieures) et les œuvres de Virgile (1502). En effet, le livre est devenu rapidement un médium de masse (vers 1500, on estime qu’un ouvrage était tiré à 1 000 exemplaires environ) et les imprimeurs ont vite compris que les illustrations allaient stimuler les tirages. D’autre part, même si Strasbourg n’était pas une ville universitaire, il existait un public cultivé et des écoliers intéressés par des classiques latins agrémentés d’illustrations.

3Après un essai non concrétisé à Bâle (vers 1492-1493), probablement sous l’égide de Brant et avec des illustrations de Dürer, les comédies de Térence sont éditées à Lyon en 1493 avec des gravures de qualité, vite imitées dans une édition vénitienne de 1497. Elles montrent des acteurs sur des planches et dans des décors antiquisants. Mais Grüninger, outre un appareil critique remarquable, va adopter un autre type de visualisation : chaque pièce a droit à une pleine page, avec des loci (décors) et des personnages (imagines) identifiés par des banderoles et reliés par des lignes, le tout accompagné de Declarationes figurae, qui explicitent l’argument de la pièce et les relations des personnages entre eux, en se servant de techniques didactiques de mémorisation (ars memorativa) appliquées à l’image. Pour les autres gravures, Grüninger utilise les combinaisons de bois, en « collant » les personnages les uns à côté des autres pour les faire dialoguer, technique souvent réutilisée ultérieurement par d’autres imprimeurs. Le succès a été au rendez-vous, puisqu’il y a eu trois rééditions, dans lesquelles on note un moins grand nombre d’images et où l’aspect didactique a tendance à se perdre.

4En ce qui concerne l’édition des œuvres de Virgile (1502), qui n’aura pas la même fortune, Grüninger avait pourtant voulu mettre tous les atouts de son côté, car le maître d’œuvre, Sebastian Brant, a non seulement travaillé et commenté les textes, mais a très probablement supervisé également les illustrations, en même temps qu’il était également l’éditeur du Heiligenleben de la même année. En tout cas, on peut considérer que les illustrations du Virgile sont un sommet de l’art de l’illustration de toute cette période : généralement en pleine page et souvent nourries de réminiscences de gravures antérieures de provenances diverses, elles sont d’une complexité et d’un niveau artistique remarquables. L’ouvrage s’adressait certes à un public cultivé et attentif à l’aspect esthétique, mais lui demandait aussi des efforts intellectuels conséquents, ce qui explique peut-être son succès mitigé.

5Un des aspects importants du travail de l’auteur est sa tentative de déterminer les principaux artistes ayant travaillé pour Grüninger dans ces années-là, étant entendu qu’il s’agissait certainement d’un atelier et que C. Dupeux a pu distinguer jusqu’à huit mains différentes dans le Virgile. En tout cas, les citations visuelles d’œuvres de Schongauer peuvent être attribuées au frère de ce dernier, Georg (Jörg), établi à Strasbourg à partir de 1494, alors que les réminiscences düreriennes pourraient être dues à Hieronymus Greff, peintre strasbourgeois qui a copié et édité en 1502 quinze gravures de l’Apocalypse de Dürer.

6Il faudrait aller encore bien plus loin pour rendre justice à la richesse d’information et d’analyse d’un ouvrage qui est d’ores et déjà une somme sur les débuts de l’illustration strasbourgeoise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank Muller, « Zimmermann-Homeyer Catarina, Illustrierte Frühdrucke lateinischer Klassiker um 1500. Innovative Illustrationskonzepte aus der Straßburger Offizin Johannes Grüningers und ihre Wirkung »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 413-414.

Référence électronique

Frank Muller, « Zimmermann-Homeyer Catarina, Illustrierte Frühdrucke lateinischer Klassiker um 1500. Innovative Illustrationskonzepte aus der Straßburger Offizin Johannes Grüningers und ihre Wirkung »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5138

Haut de page

Auteur

Frank Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search