Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusChardin Jean-Jacques, Hobbs Geral...

Comptes rendus

Chardin Jean-Jacques, Hobbs Gerald et Vuillemin Rémi (dir.), Strasbourg and the English Reformation. Alsatian Contributions to the Formation of the Church of England

Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg (études anglophones), 2018, 200 p.
Annie Noblesse-Rocher
p. 415-416
Référence(s) :

Chardin Jean-Jacques, Hobbs Gerald et Vuillemin Rémi (dir.), Strasbourg and the English Reformation. Alsatian Contributions to the Formation of the Church of England, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg (études anglophones), 2018, 200 p.

Texte intégral

1Les neuf contributions de ce volume tentent de mesurer l’influence de la Réforme strasbourgeoise sur les origines et le développement de l’Église d’Angleterre au XVIe siècle. En effet, au tournant de ce siècle, la stabilité politique acquise grâce au premier des Tudor, Henri VII, permit à l’humanisme d’Europe du Nord de s’installer dans les universités de Cambridge et d’Oxford, et d’exercer une influence durable sur l’épiscopat anglais, comme le rappellent les éditeurs du volume, en introduction.

2La figure d’Érasme de Rotterdam est à cet égard emblématique, non seulement par la série de voyages qu’il entreprit Outre-Manche, à partir de 1499, mais aussi par l’influence que ses travaux exercèrent sur la traduction de la Bible de Tyndale et sur de grandes figures telles que Thomas More ou John Colet. De son côté, la ville de Strasbourg passée à la Réforme en 1529, avait su garder une certaine indépendance, tout du moins dans la première partie du siècle, vis-à-vis de la Réforme luthérienne et développé une ecclésiologie et une herméneutique biblique originales. La figure de Martin Bucer, exilé en Angleterre après l’Interim de 1548, fut décisive. G. Hobbs étudie les outils de propagande clandestine de la Réforme évangélique en Angleterre sous Henri VIII : petits traités de piété, traductions d’écrits de Bucer, de Capiton ou de Brunfels qui vont jouer un rôle-clef dans le développement de la piété des laïcs Outre-Manche. Le phénomène des communautés d’exilés pendant le règne de Marie Ière a été étudié largement déjà quand il s’agissait de ceux réfugiés à Francfort ou de Genève. Ici, A. Noblesse-Rocher s’attache à la communauté moins connue des réfugiés anglais à Strasbourg, et évalue l’influence des écrits bucériens sur les théologiens exilés dont John Ponet, ceci à travers un bilan historiographique. Dans la contribution suivante, S. Royal réexamine à nouveaux frais l’influence de John Foxe, en dépit des nombreuses études dont il a fait l’objet. Foxe a passé peu de temps à Strasbourg, circulant dans toutes les communautés d’exilés sur le continent. Susan Royal montre l’irénisme de Foxe dans une cité dont il ne partageait pas les options théologiques, mais dont il conserva bien des idées, lors de son opposition à l’Église sous Elisabeth Ière. J. Harmar, l’un des traducteurs de la King James Bible (1611), est le sujet de la contribution de Geoffrey Day, qui montre son implication dans les débats qui agitèrent l’humanisme strasbourgeois à travers les figures de Jean Sturm et de Martin Bucer en proie au luthéranisme à Strasbourg dans la seconde partie du siècle. On notera la belle contribution d’A. Null qui a identifié à la Bibliothèque nationale de France un manuscrit de la main du secrétaire de Thomas Cranmer, Pierre Alexandre, notes préparatoires à la Defence of the True and catholike Doctrine of the Sacrament (1550). S. Ludbrook reprend le dossier de l’influence de Bucer sur le Book of Common Prayer, en étudiant les premiers écrits liturgiques du Réformateur strasbourgeois. M. Venuat clôt ce cycle de trois contributions sur Cranmer en étudiant les relations entre celui-ci et l’archevêque de Winchester, Stephen Gardiner. Enfin, deux contributions viennent achever ce beau volume, l’une d’A. Wolff-Hoffmann sur l’émergence de la poésie métrique anglaise et son influence durable sur le chant liturgique anglican, et l’autre de B. Föllmi qui met en évidence le travail d’adaptation de la poésie sémitique du psautier en versification anglaise et étudie les premiers essais de musique liturgique anglaise, puis ceux du Book of commun Prayer.

3Le volume est doté d’une bibliographie et d’un index nominum. Ces études apportent une contribution remarquable et renouvelante à l’étude de l’influence de la réforme strasbourgeoise sur la construction de l’Église d’Angleterre, de façon beaucoup plus large que par la mise en évidence de l’impact des seuls Scripta anglicana bucériens par exemple, comme le fit longtemps l’historiographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Noblesse-Rocher, « Chardin Jean-Jacques, Hobbs Gerald et Vuillemin Rémi (dir.), Strasbourg and the English Reformation. Alsatian Contributions to the Formation of the Church of England »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 415-416.

Référence électronique

Annie Noblesse-Rocher, « Chardin Jean-Jacques, Hobbs Gerald et Vuillemin Rémi (dir.), Strasbourg and the English Reformation. Alsatian Contributions to the Formation of the Church of England »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5147 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5147

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search