Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusMarti Hanspeter et Seidel Robert ...

Comptes rendus

Marti Hanspeter et Seidel Robert (dir.), Die Universität Strassburg zwischen Späthumanismus und Französischer Revolution

Vienne, Cologne et Weimar, Böhlau, 2018, 549 p.
Benoît Jordan
p. 416-418
Référence(s) :

Marti Hanspeter et Seidel Robert (dir.), Die Universität Strassburg zwischen Späthumanismus und Französischer Revolution, Vienne, Cologne et Weimar, Böhlau, 2018, 549 p.

Texte intégral

1Cet épais ouvrage de 549 pages contient douze contributions qui couvrent une longue période, de 1621 à 1789. L’histoire de l’institution n’est pas évidente et aucune synthèse n’en a encore été donnée. En ouverture, l’article d’A. Schindling replace la position de l’université de sa création à la Révolution, en rappelant la position des universitaires dans le contexte particulier de la cité (qui est d’abord une ville de garnison) et B. Jähnig rappelle la part de Gisenius dans l’érection d’une université de plein exercice. Les contributions suivantes privilégient des éclairages spécifiques sur des sujets plus restreints : on découvre ainsi , pas à pas, des exposés portant sur le droit (R. B. Sdzuj), la philologie (W. Kühlmann), l’histoire et les sciences politiques (M. Philipp), la médecine (Ch. Scheidegger), mais aussi les collections d’histoire naturelle (la seule en français, signée par D. Rusque) et la population universitaire d’après les origines géographiques (W. Mährle pour le sud-ouest de l’Allemagne, M. Komorowski pour la Westphalie et le Rhin inférieur, rapidement). Une contribution enfin (P. Schiele) traite de l’« autre » université strasbourgeoise, soumise à l’autorité du prince-évêque (en réalité réduite à la faculté de théologie catholique). Quant à l’historiographie, évoquée dans l’introduction, elle a droit à une communication de M. Komorowski sur l’édition de la matricule par Knod, et à un article, signé par M. Hanstein, traitant du jubilé de la fondation de la haute école, célébré en 1638 par un poème de Samuel Gloner.

2L’érudition et la qualité propre à chaque article sont de premier ordre. En revanche, on ne cherchera pas ici une synthèse sur cette institution qui a bénéficié en son temps de l’intérêt du doyen Livet : celui-ci avait notamment diligenté plusieurs mémoires de maîtrise sur différents aspects de l’histoire de l’institution. Bien d’autres thématiques auraient pu être abordées, comme les relations entre l’université, la ville et Saint-Thomas (certaines prébendes servant à rémunérer les professeurs), ou encore les sujets de thèse, la sociabilité universitaire, le corps professoral, enfin l’importance européenne des facultés de droit et de médecine, celles de théologie protestante et des arts n’ayant pas connu une réputation équivalente. Mais le colloque dont émane ce volume n’avait pas cette ambition.

3La richesse de chaque communication ne permet pas, ici, de présenter l’apport des contributions. Je me permets d’attirer l’attention sur celle de M. Philipp qui dessine au travers d’une fine analyse (l’article compte plus de 200 pages) des thèses publiées – soit un corpus de près de 200 titres – les références juridiques et sociales à l’époque des juristes Bernegger, Schaller et Boeckler, c’est-à-dire à l’époque du basculement politique et culturel qui traverse le XVIIe siècle. Autres contributions, celles nées de l’utilisation des matricules, disponibles par tout un chacun puisque publiées par Knod, qui permet d’aborder la question de la population étudiante. C’est sans doute l’aspect le plus ouvert de tout le volume : les analyses statistiques des Allemands (venus du Rhin inférieur comme du Sud-ouest de l’Allemagne) montrent combien l’université de Strasbourg est un pont entre les deux nations française et germanique. On n’en regrette que davantage le silence portant sur les autres peuples, Strasbourg accueillant des jeunes nobles depuis la lointaine Russie – aux confins du monde civilisé pour l’homme du XVIIIe siècle.

4L’apport de ce volume à la connaissance de l’une des plus célèbres institutions de notre ville est indéniable. Il reste cependant encore bien du chemin à parcourir, ne serait-ce qu’en consultant les très riches archives de l’université conservées dans le fonds du chapitre de Saint-Thomas aux Archives de Strasbourg. Les contributeurs ne l’ont, hélas, guère utilisé, sinon Mme Rusque… Pour autant, à lire ce volume né d’un colloque tenu en 2015 à Engi (canton de Glaris en Suisse) et si rapidement publié (dès 2018), on voit bien comment les réticences des bourgeois au XVIe siècle (l’humanisme est une chose sympathique, mais les désordres causés par les étudiants sont dirimants) ont été dépassées en 1621 et ont permis une floraison exceptionnelle sous la monarchie française. L’université est bien l’un des fleurons de la couronne de la ville !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Jordan, « Marti Hanspeter et Seidel Robert (dir.), Die Universität Strassburg zwischen Späthumanismus und Französischer Revolution »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 416-418.

Référence électronique

Benoît Jordan, « Marti Hanspeter et Seidel Robert (dir.), Die Universität Strassburg zwischen Späthumanismus und Französischer Revolution »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5169 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5169

Haut de page

Auteur

Benoît Jordan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search