Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusGätje Hermann et Singh Sikander (...

Comptes rendus

Gätje Hermann et Singh Sikander (dir.), Das geistige Straßburg im 18. und 19. Jahrhundert

Tübingen, Narr Francke Attempto Verlag (Passagen. Literaturen im europäischen Kontext 5), 2020, 178 p.
Thomas Nicklas
p. 418-419
Référence(s) :

Gätje Hermann et Singh Sikander (dir.), Das geistige Straßburg im 18. und 19. Jahrhundert, Tübingen, Narr Francke Attempto Verlag (Passagen. Literaturen im europäischen Kontext 5), 2020, 178 p.

Texte intégral

1Depuis 1996, les archives de la littérature de Sarre, de Lorraine, de Luxembourg et d’Alsace (Literaturarchiv Saar-Lor-Lux-Elsass) sont rattachées à la bibliothèque universitaire de Sarrebruck. Si la conservation et la valorisation d’archives littéraires constitue la première mission de cette institution, elle contribue aussi à l’animation de la recherche, en organisant des manifestations scientifiques et en initiant des travaux dans son domaine. S’intéressant à la création culturelle dans l’espace intermédiaire « lotharingien », les archives littéraires de Sarrebruck ont publié un volume sur le Strasbourg intellectuel des XVIIIe et XIXe siècles, ouvrage qui réunit des travaux de germanistes exerçant dans différentes universités de l’Allemagne et, pour un seul article, des États-Unis. Le premier texte traite d’un épisode de la vie intellectuelle de l’université luthérienne de Strasbourg, où le professeur de philosophie morale Elias Silberrad (1687-1731) avait lancé une réflexion critique sur la déontologie des dédicaces, pratique (bien trop) répandue dans la culture livresque de l’époque moderne (R. Seidel). Ensuite, on passe de la faculté au théâtre, puisqu’une pièce populaire strasbourgeoise de 1722 est analysée, intitulée Pancratz der eingefleischte Polter-Geist (S. Singh). Les articles suivants étudient les représentations du révolutionnaire Euloge Schneider dans la littérature alsacienne et allemande (A. Kliewer) et les perceptions de la ville de Strasbourg par deux figures éminentes de la pensée et de la littérature allemandes, Johann Gottfried Herder et Georg Büchner (H. Gätje). Tandis que Herder, séjournant à Strasbourg en 1770‑1771, subissait l’incompétence de la chirurgie oculaire de son temps, en se laissant opérer à plusieurs reprises aux yeux par des médecins alsaciens, le jeune étudiant et réfugié politique hessois Büchner (1831-1833 et 1835‑1836 à Strasbourg) y passa la période la plus heureuse de sa courte vie. Dans les années 1770, deux étudiants inscrits à l’université de Strasbourg y contribuèrent à l’animation et à l’agitation de la vie littéraire : Goethe, admirateur d’Erwin de Steinbach et de « sa » cathédrale (E. Garrett) et Lenz, qui s’essaya à la satire, en y rédigeant son drame irrévérencieux Pandaemonium Germanicum (M. Feminella).

2Finalement, un article très instructif se penche sur le regard des voyageurs allemands qui parcouraient l’Alsace, entre 1770 et 1830 (U. Hentschel). L’un de ces voyageurs s’intéressa, en 1803, aux mutations que la métropole alsacienne a connues durant la période révolutionnaire. On apprend que les changements sociopolitiques avaient surtout transformé le habitus économique des gens : « les bons Strasbourgeois dont on a tellement apprécié le caractère honnête » auraient disparu dans le monde du commerce où régnait désormais la plus rude concurrence. Ces honorables marchands ont été remplacés par de mornes affairistes : « sa bonhomie cordiale s’est muée en égoïsme, son affable probité s’est métamorphosée en sombre méfiance » (p. 136). D’autres textes problématisent la vision enthousiaste de la cathédrale de Strasbourg chez les frères Stoeber, dans les années 1830 (S. Knödler), et la percée des revendications nationalistes (allemandes) dans un roman, publié en 1862. Il s’agit de la représentation romanesque de la prise de Strasbourg par Louis XIV, issue de la plume d’un écrivain prolifique de Francfort, Heribert Rau (R. Fendrich). Pour conclure, l’ouvrage ouvre d’importantes perspectives sur le rôle intellectuel et culturel de Strasbourg dans l’espace germanophone, entre 1720 et 1860, mais on regrette l’absence d’un véritable texte introductif ou d’un bilan qui auraient facilité la mise en contexte des différentes études présentées dans le volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Nicklas, « Gätje Hermann et Singh Sikander (dir.), Das geistige Straßburg im 18. und 19. Jahrhundert »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 418-419.

Référence électronique

Thomas Nicklas, « Gätje Hermann et Singh Sikander (dir.), Das geistige Straßburg im 18. und 19. Jahrhundert »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5182 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5182

Haut de page

Auteur

Thomas Nicklas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search