Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusMuller Claude, Interférences, His...

Comptes rendus

Muller Claude, Interférences, Histoire du catholicisme en Alsace (XVIIIe-XXe siècles)

Strasbourg, ERCAL Publications (Histoire contemporaine du catholicisme en Alsace, no28), 2021, 217 p.
Nicolas Lefort
p. 420-421
Référence(s) :

Muller Claude, Interférences, Histoire du catholicisme en Alsace (XVIIIe-XXe siècles), Strasbourg, ERCAL Publications (Histoire contemporaine du catholicisme en Alsace, no28), 2021, 217 p.

Texte intégral

1Bientôt atteint par la limite d’âge dans l’enseignement supérieur, Claude Muller s’apprête à prendre sa retraite. Titulaire d’un doctorat de 3e cycle en histoire (1979), d’un doctorat de 3e cycle en théologie catholique (1983) et d’un doctorat ès lettres (1986), enseignant dans le secondaire puis professeur à l’université de Strasbourg et directeur de l’Institut d’histoire d’Alsace depuis 2008, il dresse le bilan de plus de 40 ans de recherches sur l’histoire du catholicisme alsacien du XVIIIe au XXe siècle dans un ouvrage à la forme originale qui s’apparente à un essai d’ego-histoire en lieu et place des traditionnels « mélanges » offerts aux universitaires sur le départ.

2Le texte accueilli par l’équipe de recherche sur le catholicisme en Alsace (ERCAL) se compose de trois parties complémentaires. Il commence par un entretien entre Claude Muller et François Wernert, maître de conférences HDR à la Faculté de théologie catholique de l’université de Strasbourg, tous deux originaires de Haguenau (p. 9-34), et se poursuit par une synthèse qualifiée de « glose » (p. 35-110), ces deux premières parties mettant en perspective le parcours et les recherches de l’historien, ses centres d’intérêt et sa méthode. Il se termine enfin par sa bibliographie monumentale riche de 930 titres dont une cinquantaine d’ouvrages (p. 111-208) qui omet pourtant de lister les 400 notices de dictionnaires – dont 160 pour le seul Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne – et les recensions publiées dans la Revue d’Alsace. À la lecture de ce catalogue classé de façon chrono-thématique, on est frappé par le nombre de « dossiers » ouverts, le poids des articles parus dans les annuaires des sociétés d’histoire locale du nord au sud de la région, et la forme récurrente de certains titres caractéristiques de l’auteur (« La croix et… »).

3La glose comporte d’utiles renvois à la liste bibliographique. Claude Muller y évoque huit grandes phases de recherches définies a posteriori : se succèdent et se superposent ainsi ses travaux sur le conseil de fabrique au XIXe siècle (à partir de 1976), le simultaneum au XIXe siècle, le clergé et les fidèles catholiques au XIXe siècle dans l’optique de la thèse d’état, la Révolution française autour du bicentenaire de 1989, la vigne et le vin du XVIe siècle au XXIe siècle notamment sous la forme de chroniques, le XVIIIe siècle en lien avec le tricentenaire de l’installation du Conseil souverain d’Alsace à Colmar, la vision monarchique de l’Alsace à partir des descriptions des ingénieurs militaires au XVIIIe siècle, et le XXe siècle, à l’occasion surtout du centenaire de la Grande Guerre et du retour de l’Alsace à la France.

4L’attention de Claude Muller pour l’histoire du catholicisme alsacien trouve son origine dans l’enseignement et les travaux de Francis Rapp et Louis Châtellier à la mémoire desquels l’ouvrage est dédié. En défenseur de l’histoire régionale, le directeur de l’Institut d’histoire d’Alsace considère comme plusieurs anciens maîtres de l’université de Strasbourg (Lucien Febvre, Paul Leuilliot, Félix Ponteil) qu’il n’y a « nulle histoire générale sans histoire locale ». Dénominateur commun de toutes ses recherches, l’Alsace en constitue à la fois l’objet et le problème : l’histoire particulière de ce pays de frontière(s) soumis à des influences et des interférences multiples entre deux nations, trois langues et trois religions, diffère de l’histoire nationale française, d’où l’intérêt que lui portent les Alsaciens et les conflits qu’elle entraîne, « chaque individu vivant dans la région ne (pouvant) se prévaloir que d’une infime partie de l’identité régionale ».

5Ne se réclamant d’aucune école et d’aucune idéologie, l’historien dévoile sa « douce réticence du passage d’une observation descriptive à une phase analytique » et explique qu’il s’ « intéresse plus aux individus au passé qu’aux idées ou aux doctrines ». Véritablement passionné par les recherches en archives et l’écriture qu’il considère plus comme un loisir qu’une activité professionnelle, il laisse une large place à l’anecdote et aux longues citations dans ses publications qui contiennent une profusion d’exemples locaux pouvant être utiles… aux historiens du global. Au final, ce petit livre constitue un exercice réflexif original au regard de l’ensemble de la production de Claude Muller et révèle, pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas encore, une personnalité non moins originale dans le paysage universitaire français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lefort, « Muller Claude, Interférences, Histoire du catholicisme en Alsace (XVIIIe-XXe siècles) »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 420-421.

Référence électronique

Nicolas Lefort, « Muller Claude, Interférences, Histoire du catholicisme en Alsace (XVIIIe-XXe siècles) »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5197 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5197

Haut de page

Auteur

Nicolas Lefort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search