Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusJean Valentin Haas, directeur des...

Comptes rendus

Jean Valentin Haas, directeur des forges De Dietrich. Mémoires, journal, agendas de ses années industrielles (1797-1832)

Société d’histoire et d’archéologie de Reichshoffen et environs, 2021, 364 p.
Nicolas Stoskopf
p. 422-423
Référence(s) :

Jean Valentin Haas, directeur des forges De Dietrich. Mémoires, journal, agendas de ses années industrielles (1797-1832), Société d’histoire et d’archéologie de Reichshoffen et environs, 2021, 364 p.

Texte intégral

1On ne peut être qu’admiratif devant cette publication réalisée par un collectif de membres de la Société d’histoire et d’archéologie de Reichshoffen (SHARE) parmi lesquels Étienne Pommois, Jean Salesse et Élisabeth Messmer-Hitzke, laquelle s’est chargée de l’édition scientifique et signe l’introduction. Ils interviennent ici au terme d’un long processus qui a commencé en 1926 lorsque le peintre Théodore Haas a publié dans la Revue d’Alsace des extraits des Mémoires de son arrière-grand-père avec une introduction de Georges Pariset. Puis deux descendantes de la famille Haas, Hélène Fillet et Adelaïde Haas, petite-fille de Théodore, mettent en ligne au début du XXIe siècle le contenu d’un cahier autobiographique qui se termine en 1823. À son tour, l’ingénieur centralien Jean-Pierre Diehl complète ce travail, tandis qu’Adélaïde Haas enrichit la documentation par des lettres retrouvées avec l’aide d’Hélène Georger-Vogt et d’Henri Mellon dans les archives De Dietrich. C’est alors que la SHARE reprend le projet de publication qui bénéficie en outre de la découverte ultime de manuscrits complémentaires détenus par d’autres membres de la famille Haas.

2Le choix éditorial est de limiter l’ouvrage, déjà très volumineux, aux « années industrielles » de Valentin Haas (1766-1833), celles qu’il passe au service de Frédéric de Dietrich à partir de 1797, de Louis Champy à Framont de 1800 à 1808 puis à nouveau de la famille de Dietrich qui fait de lui un directeur des forges, fonction qu’il exerce jusqu’à 1830. L’ouvrage fait donc partiellement l’impasse sur la partie des Mémoires de Valentin Haas antérieure à 1797 (il est d’abord charpentier comme son père, puis officier d’artillerie pendant la Révolution), dont quelques extraits sont cités dans une « synthèse biographique » et sur ses derniers écrits de 1830 à 1832, dont quelques autres extraits fournissent la matière à une « synthèse thématique ». Tel quel, l’ouvrage présente deux parties de tailles très inégales et de formes très différentes : moins d’une vingtaine de pages sont consacrées aux Mémoires proprement dites que Valentin Haas a commencé à rédiger en 1804 et qui couvrent ici la période de 1797 à janvier 1816 : c’est la partie rédigée, narrative, lisible… À partir de cette date, l’auteur tient son journal dans lequel il note de façon quasi-quotidienne ses activités de la journée, avant de remplir des agendas à partir d’août 1823. Ces notes sont assurément une source de premier ordre sur la vie professionnelle d’un directeur de forges, sur l’histoire de l’entreprise de Dietrich, l’exploitation des forêts et des minières, l’évolution des techniques, la marche des usines, la clientèle, la famille dirigeante et ses relations, la sociabilité au sein de la bourgeoisie protestante alsacienne, les ouvriers, etc. Compte tenu de sa rareté, son intérêt pour l’histoire industrielle et technique dépasse largement le cas particulier d’une entreprise du Nord de l’Alsace et prend la valeur d’un témoignage inestimable sur la métallurgie européenne dans la première moitié du XIXe siècle. Mais cela reste un document professionnel, difficile d’accès pour tout un chacun malgré les efforts d’illustrations et d’annotations et le choix de mettre en caractères gras les passages les plus intéressants. Certes, il fourmille d’anecdotes que l’on trouve au détour de telle ou telle entrée comme cette visite à Hayange chez M. de Wendel qui interdit l’accès à plusieurs ateliers par souci de secret industriel et dont Valentin Haas « admire la courtoisie », mais il faut reconnaître qu’on se lasse vite de la lecture d’agendas… Aussi se pose la question de la diffusion d’un tel ouvrage qui devrait évidemment dépasser le cercle des amateurs d’histoire de la région de Reichshoffen, être connu des chercheurs en histoire de la métallurgie et facilement accessible : il serait souhaitable qu’il soit prochainement accessible sur Numistral, Gallica et/ou le CNUM.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Stoskopf, « Jean Valentin Haas, directeur des forges De Dietrich. Mémoires, journal, agendas de ses années industrielles (1797-1832) »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 422-423.

Référence électronique

Nicolas Stoskopf, « Jean Valentin Haas, directeur des forges De Dietrich. Mémoires, journal, agendas de ses années industrielles (1797-1832) »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5199 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5199

Haut de page

Auteur

Nicolas Stoskopf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search