Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusVultur Smaranda, Des mémoires et ...

Comptes rendus

Vultur Smaranda, Des mémoires et des vies. Le périple identitaire des Français du Banat

Avignon, Éditions universitaires d’Avignon (Passion du Patrimoine), 2021, 371 p.
Ségolène Plyer
p. 423-425
Référence(s) :

Vultur Smaranda, Des mémoires et des vies. Le périple identitaire des Français du Banat, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon (Passion du Patrimoine), 2021, 371 p.

Texte intégral

1Depuis 1989, l’historiographie des identités collectives a connu un profond renouvellement auquel a participé l’Europe centrale et orientale, comme terrain de recherches et lieu d’élaboration théorique. En témoigne la traduction actualisée de Francezi în Banat, bănăţeni în Franţa (2012) de S. Vultur, qui porte sur les constructions identitaires d’une petite partie des Allemands ou Souabes du Banat. Certains d’entre eux, appelés au XVIIIe siècle depuis l’Est de la France par les Habsbourg comme colons, ont conservé la mémoire de leur origine et, après 1945, environ 10 000 Banatais ont émigré en France depuis la Yougoslavie ou la Roumanie, États qui se partageaient la région depuis 1918.

2Philologue, historienne et anthropologue, l’auteure rappelle d’abord le poids des constructions ethno-nationales des états au XXe siècle, en éditant deux textes sur la constitution du groupe des « Français du Banat » en Roumanie : Ştefan Frecôt, « Le problème du Banat à la Conférence de paix » (Deutsche Wacht, no137, 1919) et Emil Botiş, « Maître Ştefan Frecôt, un militant ‘souabe’ de l’Union du Banat avec la Roumanie », 1968, s.l. Elle les fait ensuite passer à l’épreuve de la réalité en en cherchant les traces dans une douzaine de témoignages recueillis dans les années 1990 à Tomnatic (Triebswetter) en Roumanie, village qui, au recensement de 1927, s’était déclaré à moitié français (p. 171), puis à la Roque sur Pernes, localité provençale repeuplée par des Banatais vers 1950. D’autres documents (modifications des noms français selon les langues dominantes qui se sont succédées au Banat ; nombreuses illustrations tirées, en partie, des archives des enquêtés) complètent le corps de l’ouvrage. Deux textes synthétiques et théoriques : l’introduction de B. Landais, spécialiste du Banat à l’époque moderne, et la conclusion de l’auteure, apportent les éclairages nécessaires sur l’histoire des « Français du Banat » et montrent l’intérêt des discours présentés ici dans leur diversité pour mettre en évidence le fait qu’une identité collective est, avant tout, un ensemble de « formes de gestion de la relation des individus et des groupes avec le passé et le présent », cette relation servant in fine à « prom[ouvoir] et négoci[er] une image de soi » (p. 20).

3L’appareil critique est réduit au minimum ; cela suppose que les intentions des sources, de l’enquêtrice et des témoins se révèlent à la lecture, de façon transparente. Ce choix susciterait de sérieuses réserves pour un groupe de Volksdeutsche plus compromis avec le nazisme, aux relations plus conflictuelles avec la majorité de la population avant 1939. L’attelage des sources historiques (en elles-mêmes fort intéressantes) et des entretiens ne fonctionne guère, le contexte d’émission des unes et des autres différant beaucoup. Enfin, les conclusions de l’auteure confirment les acquis de la recherche sur les identités collectives des vingt dernières années, mais ne les fait guère varier.

4L’ouvrage apporte néanmoins du neuf et ce, par les témoignages. Extensivement restitués, ils ne sont pas commentés. Mais s’il perd en précisions historiques, le lecteur gagne beaucoup à lire les entretiens bien menés où définitions extérieures, auto-définitions et « modèles dotant l’expérience personnelle d’une valeur exemplaire » (p. 21) s’entrechoquent au gré des péripéties, parfois tragiques, vécues par les enquêtés. En ressort que la construction identitaire des « Français du Banat » s’est appuyée sur une mémoire surtout familiale et rurale, mais aussi, pour les anciennes élites, sur des relations entretenues avec la France à l’époque du royaume de Hongrie, puis de la Grande Roumanie.

5Les stratégies de résilience des enquêtés se déploient sur un temps long qui se termine de manière plutôt heureuse, grâce aux échanges actuellement possibles entre France, Allemagne et Roumanie. En circulant entre Tomnatic et La Roque, en y faisant l’expérience de l’hospitalité (on apprécie les notations sensibles sur les conversations dans les jardins l’été, sur les plats préparés pour les hôtes), les enquêtés, parfois incités au voyage par le fait même d’avoir été interviewé, referment les blessures de l’histoire. C’est sans doute l’une des leçons à retenir de cette rare étude de cas d’Europe du sud-est.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ségolène Plyer, « Vultur Smaranda, Des mémoires et des vies. Le périple identitaire des Français du Banat »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 423-425.

Référence électronique

Ségolène Plyer, « Vultur Smaranda, Des mémoires et des vies. Le périple identitaire des Français du Banat »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5204 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5204

Haut de page

Auteur

Ségolène Plyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search