Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusBoulat Régis et Pimmel Natacha (d...

Comptes rendus

Boulat Régis et Pimmel Natacha (dir.), La Société industrielle de Mulhouse. L’intelligence collective depuis 1826

Mulhouse, Médiapop, 2021, 95 p.
Michel Hau
p. 425-427
Référence(s) :

Boulat Régis et Pimmel Natacha (dir.), La Société industrielle de Mulhouse. L’intelligence collective depuis 1826, Mulhouse, Médiapop, 2021, 95 p.

Texte intégral

1À l’heure où la France pleure ses usines parties sous d’autres cieux, ce livre vient rappeler que nos ancêtres avaient bien compris qu’à condition d’être régulé, c’est le développement industriel qui peut le mieux faire progresser le niveau de vie général. Pour eux, la création de manufactures était d’abord l’accomplissement d’une mission au service du Progrès, dans son acception la plus large. Comme le remarque R. Boulat, sur 22 fondateurs de la Société industrielle de Mulhouse, 14 appartenaient déjà à la loge maçonnique de la Parfaite Harmonie fondée dix-sept ans plus tôt. La Société industrielle de Mulhouse s’est constituée à la fois comme centre de diffusion de l’innovation technologique et comme creuset de la réflexion sociale.

2L’ouvrage commence par la comparaison de deux gravures représentant Mulhouse, l’une en 1756, l’autre en 1836 ; elles montrent d’une façon saisissante la vigueur de la poussée industrielle survenue entre ces deux dates. Des encadrés présentent les principales familles Dollfus, Koechlin, Mieg, Schlumberger, Zuber, réservoirs de multiples talents et d’une culture du travail transmise de génération en génération. On regrettera seulement que leur action soit résumée un peu trop brièvement (p. 17) comme « l’introduction des innovations anglaises », alors que ces entrepreneurs ont su prendre une nette avance dans les techniques de fabrication des couleurs et ont conquis ainsi le marché mondial des produits haut de gamme. Ceci est lié à la création, il y a cent ans, par Daniel Dollfus et Daniel Koechlin, de l’École de chimie, la première dans l’histoire.

3Une particularité de la Société industrielle de Mulhouse est qu’elle fonctionne en réseau, sans qu’il soit besoin d’une hiérarchie pour conduire l’action. Son emblème, l’abeille, est le symbole de deux valeurs à la fois : le travail, certes, mais aussi l’aptitude à coopérer. L’expression « intelligence collective » qui figure dans le titre de l’ouvrage caractérise très bien le modèle mulhousien : les initiatives individuelles, nombreuses, sont soutenues par tous les membres. Assidus aux réunions, ces derniers mettent en commun leurs innovations technologiques, participent à la rédaction de la loi sur le travail des enfants, créent une bibliothèque et plusieurs musées, lancent la construction de cités ouvrières, fondent l’Association des propriétaires d’appareils à vapeur et électriques (APAVE) et conçoivent l’aménagement d’un jardin zoologique.

4L’annexion de 1870 freine cet élan : une partie des membres opte pour la nationalité française et s’exile outre-Vosges, tandis que la politique sociale patronale est remplacée par le système bismarckien, qui fait quitter les prestations du cadre de l’entreprise vers celui des caisses locales. Malgré cela, la Société reste active et son patrimoine s’enrichit de dons et de legs. En 1902, elle publie un ouvrage collectif de 1 095 pages, la monumentale Histoire documentaire de l’industrie de Mulhouse.

5Après la Première Guerre mondiale, la collaboration technologique entre chefs d’industrie, qui était une partie de sa raison d’être, disparaît. Mais la Société industrielle de Mulhouse continue à accompagner le développement des différentes écoles (chimie, filature et tissage, commerce, maîtres-mineurs, dessin, école d’art professionnel de jeunes filles) et des musées. Elle se tourne vers l’Afrique et l’Indochine en fondant en 1925 un Office colonial.

6Après la Seconde Guerre mondiale, elle accompagne le déclin du complexe textile, défavorisé par les bas prix de nouveaux concurrents asiatiques, en menant une réflexion prospective sur l’implantation de nouvelles activités. Elle pose les bases d’une coopération transfrontalière avec Bâle. Plusieurs de ses membres contribuent à transférer l’expérience accumulée vers l’Afrique pour que s’y développe une industrie textile proche de sa matière première. Bertrand Risacher évoque la figure de Bernard Thierry-Mieg, qui crée des filatures et tissages au Maroc dès 1946 puis, quelques années plus tard, au Sénégal et en Côte d’Ivoire. En 1974, après le premier choc pétrolier, la Société industrielle de Mulhouse réunit les principales entreprises de l’agglomération mulhousienne pour un échange d’expérience en matière d’économies d’énergie. Elle réactive son comité du logement pour traiter le problème de l’accueil des travailleurs migrants. La Société industrielle de Mulhouse aura aussi joué un rôle prépondérant dans la création de l’université de Haute-Alsace en 1975, comme le rappelle N. Stoskopf.

7Cette histoire, à laquelle ont participé de nombreux auteurs, montre, sur près de deux siècles, la très grande vitalité de la vie associative en Alsace, une région qui entend ne pas tout attendre de l’État et fait confiance à l’initiative des hommes de bonne volonté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Hau, « Boulat Régis et Pimmel Natacha (dir.), La Société industrielle de Mulhouse. L’intelligence collective depuis 1826 »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 425-427.

Référence électronique

Michel Hau, « Boulat Régis et Pimmel Natacha (dir.), La Société industrielle de Mulhouse. L’intelligence collective depuis 1826 »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5219

Haut de page

Auteur

Michel Hau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search