Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusFrère Pascal du Saint-Sacrement, ...

Comptes rendus

Frère Pascal du Saint-Sacrement, Monseigneur Freppel, t. IV : « J’ai lutté seul » (1887-1891)

Saint-Parrès-lès Vaudes, éditions de la Contre-Réforme catholique, 2021, 651 p.
Claude Muller
p. 429-430
Référence(s) :

Frère Pascal du Saint-Sacrement, Monseigneur Freppel, t. IV : « J’ai lutté seul » (1887-1891), Saint-Parrès-lès Vaudes, éditions de la Contre-Réforme catholique, 2021, 651 p.

Texte intégral

1Vingt-trois ans après son t. I (voir RA, 126, 2000, p. 427), vingt-deux ans après son t. II (voir RA, 129, 2003, p. 379), six ans après son t. III (voir RA, 144, 2018), Frère Pascal du Saint-Sacrement fait paraître le t. IV de sa volumineuse biographie de Charles Émile Freppel, né à Obernai le 1er juin 1827, décédé à Angers le 22 décembre 1891, évêque d’Angers de 1870 à 1891, député du Finistère de 1880 à 1891. L’homme de Dieu n’avait pas laissé indifférent. La Revue Catholique d’Alsace avait fait paraître de nombreux articles sur lui en 1921, l’abbé Eugène Terrien lui avait consacré une consistante biographie en deux volumes en 1932, un colloque à Angers en septembre 1992 avait abordé quelques aspects de sa forte personnalité, un article de Christian Sorrel dans le Temple national, sous la direction de Vincent Petit, paru en 2021, l’a encore évoqué.

2Un seul gros volume consacré aux quatre dernières années de Mgr Freppel laisse suggérer une étude pointue. Le lecteur n’est pas déçu. Un nombre considérable de citations, notamment des extraits de journaux, ont été mobilisées et l’auteur a donné, comme à son habitude et autant qu’il le pouvait, la parole au prélat par de nombreuses et parfois longues tirades. Un index bienvenu fourni pour les quatre volumes, s’ajoute en fin d’ouvrage.

3Rappelons quelques jalons du parcours politique de Mgr Freppel. Tenté de se présenter aux élections législatives en Alsace en 1871, s’abstenant dans le nord faute d’obtenir l’accord de l’archevêque de Cambrai en 1876, étant alors légitimiste, l’évêque d’Angers doit attendre juin 1880 pour réaliser son dessein. L’évêque de Quimper, qui n’a pas été consulté, s’oppose à sa candidature, d’un caractère protestataire après les décrets Ferry contre les congréganistes. Mais Mgr Freppel est élu avec 68% des voix, sans s’être déplacé une fois en Bretagne. En août 1881, il accentue son score avec 74% des voix, est reconduit sans difficulté en 1885 au scrutin de liste, puis en 1889 au scrutin uninominal, avec 95% des voix. Élu du Finistère, l’évêque intervient peu dans son département, mais affirme sans cesse ses convictions monarchiques en premier lieu. Il guerroie contre l’encyclique Immortale Dei (1885), s’attire les foudres du Saint-Siège en retour, s’oppose au rôle de l’État dans la question sociale. On voit là, en quelques mois, apparaître une double fracture, une forme de désobéissance, sur le plan politique et sur le plan religieux.

4Seul évêque voire prêtre député en France pendant quelques temps, Mgr Charles Émile Freppel a effectivement « lutté seul » les dernières années de son existence, à contre-courant faut-il le préciser. Remarquons qu’au même moment dans le Reichsland Elsass Lothringen, en 1890, les quatre députés lorrains sont tous des ecclésiastiques catholiques protestataires (Dellès, Mangès, Neumann, Kuchly), grand chelem invraisemblable, auxquels il faut encore ajouter les trois inamovibles prêtres aussi catholiques alsaciens (Winterer, Simonis, Guerber), soit un total de sept clercs pour quinze postes de députés à pourvoir. Précisons aussi que l’éminence grise de Mgr Félix Dupanloup, évêque d’Orléans, était jusqu’à son décès en 1878, Aloyse Guthlin, un Alsacien, entré en politique en 1869.

5Si l’alsacianité de Mgr Freppel n’est évidemment pas au cœur de la problématique de l’auteur, saluons son effort de recherche d’archives régionales, notamment la correspondance Winterer-Freppel (Archives d’Alsace, site de Strasbourg, anciennement Archives départementales du Bas-Rhin, 38 J 490, mais il aurait été judicieux de citer aussi J. Wagner, « Lettres inédites de Freppel à Winterer », Revue Catholique d’Alsace, 1927, p. 322-331). Il reste l’impression, à la lecture de l’ouvrage de Frère Pascal du Saint-Sacrement, que Mgr Freppel, personnage entier, alliant rigueur cartésienne et éloquence exceptionnelle, ne pouvait être que seul. Se lisent, entre les lignes, la frontière à la fois fascinante et mouvante (pour l’historien), entre orthodoxie et hétérodoxie en matière de dogme religieux, frontière concernant tant le héros du livre que son scrupuleux biographe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Frère Pascal du Saint-Sacrement, Monseigneur Freppel, t. IV : « J’ai lutté seul » (1887-1891) »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 429-430.

Référence électronique

Claude Muller, « Frère Pascal du Saint-Sacrement, Monseigneur Freppel, t. IV : « J’ai lutté seul » (1887-1891) »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5239

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search