Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusHau Michel, Latham Antoine, Stosk...

Comptes rendus

Hau Michel, Latham Antoine, Stoskopf Nicolas, Cent ans d’histoire de la Société des amis des universités de l’académie de Strasbourg, 1920-2020

Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg (études alsaciennes & rhénanes), 2020, 198 p.
Nicolas Lefort
p. 432-435
Référence(s) :

Hau Michel, Latham Antoine, Stoskopf Nicolas, Cent ans d’histoire de la Société des amis des universités de l’académie de Strasbourg, 1920-2020, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg (études alsaciennes & rhénanes), 2020, 198 p.

Texte intégral

1« Si puissante que soit une maison, elle n’a jamais trop d’amis » : fondée le 13 juin 1920 sous le nom de Société des amis de l’université de Strasbourg, l’actuelle Société des amis des universités de l’académie de Strasbourg a fait paraître, à l’occasion de son centenaire, un ouvrage retraçant son histoire, de sa genèse jusqu’à 2020. L’écriture en a été confiée à trois de ses membres : les historiens Michel Hau et Nicolas Stoskopf et le journaliste économique Antoine Latham. Leur propos s’appuie principalement sur le dépouillement des archives de la Société, versées aux Archives départementales du Bas-Rhin pour la période 1920-1986, et de son Bulletin, publié de façon plus ou moins régulière au cours du siècle écoulé. Le livre se compose de trois parties chronologiques qui éclairent le rôle des différents acteurs dans le fonctionnement de la Société, ses réseaux, sa situation financière et ses principales activités et réalisations. Le texte est ponctué de photographies, de notices biographiques, de listes et de diagrammes très éclairants, le tout complété par un utile index.

2Dans la première partie, Nicolas Stoskopf étudie la création et la mise en œuvre de la Société dans le contexte particulier du retour de l’Alsace-Lorraine à la France. Pensée par le docteur Pierre Bucher pendant la Grande Guerre, sa naissance est annoncée lors de l’inauguration de l’université française de Strasbourg le 22 novembre 1919. Ses instances connaissent ensuite une remarquable stabilité : présidée par Raymond Poincaré jusqu’à sa mort en 1934, son secrétariat général est assuré par Ferdinand Dollinger jusqu’à sa disparition en 1936. Initiative privée, la Société se donne pour but de seconder l’état et les finances publiques dans le développement de l’université et de son rayonnement afin d’en faire un foyer de culture française et d’égaler voire de surpasser l’université allemande d’avant 1918. Elle entend y parvenir par l’octroi de subventions aux facultés, de bourses et de prix aux étudiants. Propriétaire de plusieurs bâtiments, dont son siège 2 rue Geiler, elle offre également l’hospitalité aux visiteurs de passage. Elle connaît un succès rapide, obtient des soutiens réguliers d’entreprises et de collectivités, des dons et des legs exceptionnels, mais elle doit aussi faire face à des difficultés financières liées à l’inflation des années 1920 puis à la crise des années 1930.

3Dans la deuxième partie, Antoine Latham évoque la période de la Seconde Guerre mondiale et de l’après-guerre. évacuée à Périgueux en septembre 1939, la Société se trouve séparée de l’université repliée à Clermont-Ferrand, ce qui ne l’empêche pas de poursuivre son œuvre de soutien par l’achat de livres et la création d’un foyer pour les étudiants. De 1947 à 1953, sous l’impulsion du professeur René Leriche, elle consacre toute son énergie et toutes ses ressources à la construction du « laboratoire Raymond-Poincaré », un centre de recherches chirurgicales. Le financement est assuré, de façon novatrice, en associant soutiens publics et privés. Si le laboratoire est à l’origine de nombreuses avancées, la Société s’est quelque peu détournée de sa vocation initiale. Elle doit ensuite s’adapter aux conséquences de la massification des études, des événements de mai 68 et de la réforme de l’enseignement supérieur. En décembre 1971, elle prend le nom de Société des amis des universités de l’académie de Strasbourg en raison de la division en trois de l’université strasbourgeoise et de la création de l’université de Haute-Alsace à Mulhouse. Durant cette période, elle connaît à nouveau des difficultés financières qui la contraignent à vendre progressivement ses immeubles.

4Dans la dernière partie, Michel Hau traite du temps présent, depuis 1986, date à partir de laquelle il remplit les fonctions de secrétaire général de la Société. Celle-ci parvient à augmenter son capital par la vente de son dernier immeuble en 1989, puis par l’absorption de l’Association – aux buts identiques – pour le développement des relations entre l’économie et la recherche auprès de l’université de Strasbourg (ADRERUS) en 2003. La Société aide à faire connaître l’offre de cours et le potentiel de recherche alsacien auprès du grand public à une époque où les universités affectent peu de ressources à leur communication. Elle fait venir des chercheurs de réputation mondiale dans le cadre des Entretiens des universités de Strasbourg à partir de 1991. Elle poursuit son soutien à la recherche en octroyant des aides à la mobilité, aux publications et aux colloques internationaux ainsi que des prix de thèse. Elle doit s’adapter aux nouvelles conditions créées par la fusion des trois universités strasbourgeoises et l’apparition d’une fondation partenariale en 2008. Idée émise dès 1949, relancée en 1972, elle contribue à la création d’une association des anciens étudiants qui voit le jour en 2012 sous le nom d’alumni, ce qui fait de Strasbourg la première université française à être dotée d’un tel réseau.

5À la lecture de l’ensemble de l’ouvrage, on relève quelques constantes : la permanence de certaines activités, une composition prestigieuse, le souci de lutter contre l’érosion du nombre de membres, d’en rechercher de nouveaux et de les fidéliser, ou celui de trouver des ressources supplémentaires pour dégager des marges de manœuvre. Sur ce dernier point, les auteurs mettent bien en avant le rôle de certaines banques, en particulier la Sogénal, dont le directeur René Debrix, a été trésorier de la Société de 1920 à 1955. Ayant des moyens très limités au regard de l’importance des enjeux, l’association doit en permanence se demander « comment faire beaucoup avec peu de ressources ? »

6Au final, cet ouvrage offert aux membres de la Société des amis des universités de Strasbourg intéressera également un public plus large. Comme le souligne Nicolas Stoskopf, c’est « une histoire qui entre étroitement en résonance avec la grande histoire, de l’Alsace ou de la France, qui épouse aussi les évolutions universitaires ». à noter que depuis la parution de ce livre en forme de bilan, Michel Hau a pris la présidence de la Société et annoncé une modification de son périmètre d’action pour s’adapter aux conditions actuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lefort, « Hau Michel, Latham Antoine, Stoskopf Nicolas, Cent ans d’histoire de la Société des amis des universités de l’académie de Strasbourg, 1920-2020 »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 432-435.

Référence électronique

Nicolas Lefort, « Hau Michel, Latham Antoine, Stoskopf Nicolas, Cent ans d’histoire de la Société des amis des universités de l’académie de Strasbourg, 1920-2020 »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 10 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5247 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5247

Haut de page

Auteur

Nicolas Lefort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search