Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusTurlot Jean-Jacques, Aviatik Flug...

Comptes rendus

Turlot Jean-Jacques, Aviatik Flugzeuge. L’épopée aéronautique mulhousienne, 1909-1918

Rixheim, Les éditions Alsagraphic, 2021, 248 p.
Nicolas Stoskopf
p. 435-437
Référence(s) :

Turlot Jean-Jacques, Aviatik Flugzeuge. L’épopée aéronautique mulhousienne, 1909-1918, Rixheim, Les éditions Alsagraphic, 2021, 248 p.

Texte intégral

1Faire sortir l’histoire de l’entreprise Aviatik du néant dans lequel elle semblait à jamais enfouie, c’est l’exploit réalisé par Jean-Jacques Turlot, « médecin aéronautique » de son état et collectionneur passionné de documents relatifs à son sujet. Non seulement il retrace année par année la brève existence de cette entreprise, mais il illustre son propos par un nombre considérable d’illustrations, photos et dessins, qui ne sont malheureusement pas toujours légendées et qui ne sont jamais référencées. Car autant le dire tout de suite : l’auteur n’a que faire des us et coutumes des historiens, de leur manie d’indiquer leurs sources, de compléter leur texte par des notes. Il se contente d’une bibliographie d’une trentaine de titres, de quelques mentions d’organes de presse et d’allusions à Wikipedia. On comprend évidemment qu’internet a fourni de nombreuses ressources et on suppose que l’internationale des passionnés d’histoire aéronautique a constitué un réseau efficace, mais il n’empêche que l’éventuel successeur de Jean-Jacques Turlot devra reprendre la recherche à zéro, quasiment à l’aveuglette. C’est dommage, d’autant plus que l’ouvrage, qui aurait également mérité une édition plus soignée, est d’une très grande richesse, clair et bien écrit.

2Si les différents modèles d’avions et leurs caractéristiques techniques constituent le fil rouge de cette histoire, elle se découpe en deux périodes bien différentes : la première est celle des années de paix marquée par les progrès technologiques rapides et la mise au point à partir de 1912 du modèle de référence de la marque, le biplan Aviatik B. C’est l’époque des exploits sportifs et des records du monde, du premier meeting aérien de Mulhouse-Habsheim en juillet 1910, de la transformation en société anonyme au capital d’un million de marks en août 1911, des premiers brevetés de l’école de pilotage d’Habsheim et de Gotha, près d’Erfurt, créée en 1912 (car les militaires sont à l’affût), des essais d’hydravions et des ventes de licences à la Russie ou à l’Italie. L’auteur en profite pour examiner et réfuter la thèse selon laquelle William Boeing, le fondateur de l’entreprise de Seattle, aurait trouvé l’inspiration à Mulhouse auprès de son oncle Ludwig Böing, successeur de Thierry-Mieg & Cie depuis 1905. Il s’intéresse peu aux personnalités des fondateurs d’Aviatik, Georges Châtel et Jules Spengler, mais ressuscite de nombreuses destinées de pionniers alsaciens de l’aviation tombés dans l’oubli : Émile Jeannin (Mulhouse, 1874-Strasbourg, 1957), premier chef-pilote d’Aviatik, puis constructeur de moteurs d’avions… à Berlin comme son frère Henri, Charles Ingold von Röttenbach (né à Colmar en 1880, mais d’origine suisse), Victor Stöffler (Strasbourg, 1887 - Strasbourg, 1947), recordman du monde de distance en vol (2 165 km) en 1913, puis industriel à Schiltigheim après 1918, etc.

3Dès le 1er août 1914, l’usine de Mulhouse-Bourtzwiller est déménagée de nuit à Fribourg, puis en juin 1916 à Leipzig, mais le siège social de l’entreprise restera pendant toute la guerre à Mulhouse. Ses effectifs passent de 200 ouvriers en 1914 à 1 800 au plus fort de l’effort de guerre. Plusieurs pages sont consacrées au premier combat aérien de l’histoire le 5 octobre 1914 qui voit un Voisin piloté par Joseph Frantz abattre un Aviatik au-dessus du Chemin des dames. Quitte à sortir quelque peu du sujet, « l’odyssée alsacienne de Pégoud », as français de l’aviation, est racontée et illustrée en une vingtaine de pages d’avril 1915 à sa fin tragique en août 1915. L’essentiel du propos porte néanmoins sur l’évolution et l’adaptation des modèles aux besoins de la guerre, ainsi que sur la construction de copies en Suisse, par l’ancien ingénieur d’Aviatik, Robert Wild, ou d’avions sous licence en Autriche-Hongrie. Inversement, l’usine de Leipzig est amenée à construire de plus en plus d’avions sous licence d’autres marques : en 1916, Aviatik coopère avec Zeppelin pour construire un bombardier géant qui embarque un équipage de neuf hommes ! Cet inventaire de la production, toujours abondamment illustré, a évidemment de quoi ravir les amateurs d’histoire aéronautique !

4La fin de l’histoire est brutale, à l’image de la destinée de l’industrie aéronautique allemande stoppée net dans son élan. Curieusement, le siège social d’Aviatik est transféré à Leipzig en 1919, où la faillite est prononcée en 1920. Jules Spengler recrée à Mulhouse la société Autavia, sans succès, puis se réoriente vers d’autres activités et fonde ce qui deviendra Manurhin. Avec cet ouvrage, c’est un pan de l’histoire industrielle de Mulhouse, bref, mais glorieux, qui est porté à notre connaissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Stoskopf, « Turlot Jean-Jacques, Aviatik Flugzeuge. L’épopée aéronautique mulhousienne, 1909-1918 »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 435-437.

Référence électronique

Nicolas Stoskopf, « Turlot Jean-Jacques, Aviatik Flugzeuge. L’épopée aéronautique mulhousienne, 1909-1918 »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5253

Haut de page

Auteur

Nicolas Stoskopf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search