Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusHils Anne Marie, Liberté, égalité...

Comptes rendus

Hils Anne Marie, Liberté, égalité… déportées !

Fouesnant, Éditions Yoran, 2021, 255 p.
Claude Muller
p. 439-441
Référence(s) :

Hils Anne Marie, Liberté, égalité… déportées !, Fouesnant, Éditions Yoran, 2021, 255 p.

Texte intégral

1Charles Hils, né à Stetten ob Rottweil le 10 septembre 1851, décédé lors d’une excursion près de Thann le 1er juin 1914, épouse Marie Madeleine Simon, native de Colmar, le 12 juillet 1884. Le couple a quatre enfants : Joseph (1885-1947), Anne Marie (1887-1966), Charles (1889-1977), Madeleine (1903-1989) si l’on adopte une écriture française. Il aurait été possible de débuter par Karl Hils se marie avec Maria Magdelena Simon, dont il a quatre enfants : Josef, Anna Maria, Karl et Magdalena dite Lena, si l’on s’en réfère aux documents officiels d’état-civil allemands de l’époque. La dualité linguistique introductive veut souligner l’ambiguïté et l’importance de l’écriture historique dans un contexte de double nationalisme allemand et français, sans ordre de préséance, particulièrement perceptible en Alsace, récupérée ou annexée par l’Allemagne selon les opinions.

2Le catholique Charles Hils est sculpteur. Ce Badois, originaire de la Forêt Noire, œuvre notamment en Alsace et surtout à la collégiale Saint-Thiébaut de Thann. Ce merveilleux bijou à la porte d’entrée de la vallée de Saint-Amarin connaît alors une campagne de travaux réalisés sous la direction de l’architecte bavarois Karl Winkler (1834-1908), surnommé le Viollet-le-Duc alsacien. Hils y réalise, entre autres, une douzaine de nouvelles statues, notamment celle de Léon XIII, créée en 1903, au temps du curé Georges Jost, futur vicaire général.

3Le sculpteur n’est pourtant pas le personnage central de ce livre. Sa fille Anne Marie lui vole la vedette, car elle rédige et laisse à la postérité un intéressant récit – remarquablement traduit et enrichi par les copieuses recherches complémentaires de Jean-Louis Spieser, professeur d’allemand) – de son vécu et de son ressenti personnel au début de la Première Guerre mondiale. Elle affirme dans ses pages son identité allemande, qu’elle revendique fièrement (p. 182), considère les Français comme des ennemis. Elle assiste, par hasard, à la venue de Raymond Poincaré à Wesserling (p. 157, commentaires bien différents de ceux d’Isidore André, voir RA, 2015, p. 496).

4Surtout, cette pieuse jeune femme décrit avec force détails poignants les exactions françaises à l’égard de sa famille : d’abord la déportation (ou l’internement ou la transplantation ou encore, selon la phraséologie française originelle, l’évacuation) de ses deux frères dès le 15 août 1914 à Clermont-Ferrand, puis à l’île Marguerite de Lérins au large de Cannes, avant d’être libérés et envoyés en Suisse en novembre 1917 (p. 78-86) ; puis la sienne, celle de sa mère et de sa sœur (sa mère refusant de reconnaître devant la commission de triage des sentiments français, p. 181) en avril 1915 à Charensac près du Puy-en-Velay (p. 167-177), sa libération le 9 juin 1915 dans un échange de prisonniers et son installation à Singen, puis Stuttgart en Allemagne. Sa sidération devant la violence ordinaire qu’elle doit subir lui fait lâcher cette réflexion : « Seigneur, quand tu veux. Tu sais à quoi j’aspire. Tu sais où se trouve la frontière de ma chère patrie allemande » (p. 192).

5Ce poignant témoignage de la haine ordinaire dégoulinante (de part et d’autre, toujours sans ordre de primauté, les Allemands pratiquant aussi la transplantation de masse, ainsi celle des villages sundgoviens autour de Luemschwiller en 1917-1918, voir RA, 2020, p. 422), en période de nationalisme exacerbé, s’ajoute à une série d’autres textes récemment exhumés (voir RA, 2014, p. 507 ; 2019, p. 421, 427, 428, 429 par exemple). Ils mettent en évidence une Alsace plurielle, autrement écrit une Alsace déchirée par des options patriotiques et politiques discordantes. Le concept d’interférences s’y observe, remettant en question l’histoire patriotique monochrome. Cent ans après les faits, l’histoire évolutive permet de nuancer et de multiplier les approches. Reste une question lancinante sous-jacente, induite par le débat politique, intemporel mais très présent actuellement, entre centralisme et régionalisme et par l’ego-histoire des auteurs : servir l’histoire ou se servir de l’histoire ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Hils Anne Marie, Liberté, égalité… déportées ! »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 439-441.

Référence électronique

Claude Muller, « Hils Anne Marie, Liberté, égalité… déportées ! »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5274 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5274

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search