Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusRichez Jean-Claude, Une révolutio...

Comptes rendus

Richez Jean-Claude, Une révolution oubliée. Novembre 1918, la révolution des conseils ouvriers et de soldats en Alsace-Lorraine

Paris, Syllepse, 2020, 251 p.
Raphaël Georges
p. 441-442
Référence(s) :

Richez Jean-Claude, Une révolution oubliée. Novembre 1918, la révolution des conseils ouvriers et de soldats en Alsace-Lorraine, Paris, Syllepse, 2020, 251 p.

Texte intégral

1Ce livre constitue la version publiée d’un travail de maîtrise présenté en 1979 à l’université de Strasbourg, attendue depuis longtemps puisqu’il s’agit de la seule étude universitaire consacrée à l’épisode révolutionnaire de novembre 1918 en Alsace-Lorraine. Si la structure du mémoire original reste la même, le texte a été mis à jour pour tenir compte de certains travaux publiés depuis lors. Il est accompagné d’un cahier d’illustrations et des notices biographiques des principaux protagonistes. Le titre évoque l’oubli dans lequel a sombré cet épisode après 1918, certes atténué, comme l’observe l’auteur, par un récent regain d’intérêt observé notamment à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale.

2Ces évolutions mémorielles mériteraient une analyse en soi, mais ce n’est pas l’objet du livre. Celui-ci vise plutôt à offrir au lecteur une vue d’ensemble du déroulement et des implications de ces journées au cours desquelles des conseils de soldats et d’ouvriers ont pris le pouvoir dans les principales villes du Reichsland, comme partout ailleurs dans cet Empire allemand en désagrégation. L’auteur commence par contextualiser les événements à l’aide d’un exposé sur la situation économique et sociale régionale, décrivant la déstabilisation de l’appareil productif et du marché du travail occasionnée par la guerre et les premiers mouvements d’agitation ouvrière. Le régime de dictature militaire imposé dans la province exacerbe en outre les tensions politiques qui s’expriment plus librement à la faveur de l’affaiblissement des autorités quand la défaite se profile de façon inéluctable. En novembre 1918, la population entière souffre de multiples privations, notamment en matière alimentaire, et depuis octobre le mécontentement gronde dans les armées où le nombre de déserteurs s’envole. Un mouvement d’insubordination d’ampleur inédite éclate au même moment dans les ports de la Marine impériale de la côte nord. Moins de dix jours plus tard, il est importé en Alsace-Lorraine par des marins et repris sur place par des soldats en garnison et des permissionnaires. Des conseils de soldats et bientôt d’ouvriers sont organisés partout où se trouvent des unités militaires. L’auteur décrit les conditions de leur formation dans chaque ville concernée ainsi que les premières mesures prises. Il s’agit alors de libérer les prisonniers politiques, d’abroger les distinctions de grade et, plus largement, de se substituer aux autorités locales. Mais la mise en œuvre d’un véritable projet révolutionnaire achoppe sur la nécessité de traiter des questions plus urgentes, à savoir le ravitaillement de la population, le retrait des troupes et l’accueil des démobilisés alsaciens-lorrains. Au moment où se multiplient les incidents et les pillages, le maintien de l’ordre devient en outre une préoccupation de premier plan. Des débats de fond entre réformistes et révolutionnaires ou autour de la question nationale divisent le mouvement autant que la classe politique locale qui, de son côté, continue de jouer un rôle dans la gestion des affaires publiques à l’échelle municipale et régionale, en relative bonne intelligence avec les conseils. Les différents rapports de force sont ainsi décrits, de même que les limites d’un phénomène demeuré essentiellement urbain, peu suivi par la population, et finalement incapable de bousculer l’agenda international. L’arrivée des troupes françaises y met brutalement fin. Un long développement y est consacré, sans qu’il ne soit plus question de la révolution, sauf dans les dernières pages où l’on perçoit son influence, voire ses prolongements dans les mouvements ouvriers de l’immédiat après-guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Georges, « Richez Jean-Claude, Une révolution oubliée. Novembre 1918, la révolution des conseils ouvriers et de soldats en Alsace-Lorraine »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 441-442.

Référence électronique

Raphaël Georges, « Richez Jean-Claude, Une révolution oubliée. Novembre 1918, la révolution des conseils ouvriers et de soldats en Alsace-Lorraine »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5282 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5282

Haut de page

Auteur

Raphaël Georges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search