Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusMasconi Marie-José, Et les femmes...

Comptes rendus

Masconi Marie-José, Et les femmes se sont levées : portraits de résistantes alsaciennes et lorraines

Strasbourg, La Nuée bleue, 2021, 91 p.
Catherine Lacour-Astol
p. 445-447
Référence(s) :

Masconi Marie-José, Et les femmes se sont levées : portraits de résistantes alsaciennes et lorraines, Strasbourg, La Nuée bleue, 2021, 91 p.

Texte intégral

1Pour rendre hommage à la mobilisation féminine pendant la Seconde Guerre mondiale, Et les femmes se sont levées. Portraits de résistantes alsaciennes et lorraines met en lumière « quelques destins héroïques » (p. 16). L’ouvrage de M.-J. Masconi se présente donc comme une galerie de portraits de résistantes, pour certaines bien connues à l’échelle nationale (telles Laure Diebold, secrétaire de Jean Moulin et l’une des six femmes Compagnon de la Libération, ou Adélaïde Hautval, première femme alsacienne reconnue « Juste parmi les Nations » par Yad Vashem en 1965), quand la notoriété d’autres s’inscrit à l’échelle régionale. Ainsi de Marcelle Engelen-Faber, à laquelle est dédié l’ouvrage, dernière survivante et benjamine de l’équipe des Pur-Sang, un groupe de jeunes guides de France bien connu en Alsace pour avoir autorisé dès l’été 1940 l’évasion de nombreux prisonniers de guerre et dont toutes les membres, arrêtées au printemps 1942, ont connu la déportation.

2Diverses par leur âge et leur statut marital (Hélène Wucher, célibataire, a 16 ans en 1940 ; Anna Rohmer est une veuve âgée de 56 ans ; Thérèse Adloff, mariée, est mère de deux enfants) comme par leur situation professionnelle (parmi elles figurent des étudiantes, des religieuses, des institutrices, des commerçantes…, mais aussi des ménagères), toutes les figures féminines mises en lumière ont en commun la répression endurée. Reflet du lien complexe noué entre engagement résistant et répression – la répression subie ayant, spécialement dans le cas des itinéraires féminins et d’une résistance d’aide (assistance, hébergement), joué le rôle de révélateur, sinon de gage, de l’engagement –, ce primat de la souffrance endurée fait aussi écho à la démarche de l’auteure. Lorraine d’origine, fille de parents résistants et déportés, M.‑J. Masconi a été élevée dans le souvenir des années noires. La déportation de sa mère est au cœur de son précédent livre (La longue nuit de Lucie : une résistante et ses compagnes dans les bagnes nazis, éditions Nuée bleue, 2019). Le présent ouvrage est le fruit de rencontres, spécialement des descendants ou parents proches des figures évoquées, de lectures, de consultation d’archives. Porté par l’émotion ressentie par l’auteure au fil de sa recherche, l’ouvrage en fait état, par petites touches, à maints endroits. En témoigne par exemple l’évocation de son recueillement sur la stèle érigée en mémoire d’Andrée Gadat et Thérèse Stutzmann, résistantes fusillées dans la forêt de Grammont le 3 septembre 1944 (p. 128).

3L’architecture conférée à l’ouvrage – un éclairage liminaire de Frédérique Neau-Dufour, longtemps directrice du Centre européen du Résistant déporté, situé sur le site de l’ancien camp de Natzweiler-Struthof, des chapitres resserrés, quelques brefs rappels historiques en fin d’ouvrage – invite à une déambulation parmi des récits de vies, présentés dans un ordre non convenu, et prenant appui sur une iconographie d’une grande richesse (des photographies le plus souvent issues des collections particulières des descendants). Les portraits successifs composent le tableau d’une résistance singulière, reflet de la spécificité du territoire dans lequel elle s’inscrit. Dans les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle soumis à une annexion de fait, placés sous la férule d’une administration civile confiée aux Gauleiter de Bade et de Sarre-Palatinat, soumises à la germanisation et à la nazification, l’urgence est d’autoriser l’évasion des prisonniers de guerre dès l’été 1940, des réfractaires au service du travail obligatoire mis en place dès 1941, de ceux qui refusent l’incorporation dans l’armée allemande à compter de l’été 1942. L’ouvrage montre que le rôle joué par les femmes dans les filières d’évasion est non seulement essentiel, mais souvent fondateur. La reconnaissance honorifique dont la plupart d’entre elles ont été l’objet après-guerre indique que leur action a alors été remarquée. L’ouvrage de M.‑J. Masconi contribue à lui redonner sa place dans notre mémoire collective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Lacour-Astol, « Masconi Marie-José, Et les femmes se sont levées : portraits de résistantes alsaciennes et lorraines »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 445-447.

Référence électronique

Catherine Lacour-Astol, « Masconi Marie-José, Et les femmes se sont levées : portraits de résistantes alsaciennes et lorraines »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5302 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5302

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search