Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusMiot Claire, La Première Armée fr...

Comptes rendus

Miot Claire, La Première Armée française

Paris, Perrin, 2021, 455 p.
François Igersheim
p. 450-453
Référence(s) :

Miot Claire, La Première Armée française, Paris, Perrin, 2021, 455 p.

Texte intégral

1La Première Armée a libéré Mulhouse en 1944, défendu Strasbourg et libéré Colmar, et une partie du nord de l’Alsace en 1945. La grande photo de propagande de 1945 qui ornait nombre de mairies et salles publiques alsaciennes représentait les libérateurs : Leclerc (Strasbourg), de Lattre (Mulhouse, Colmar) entourant de Gaulle (la France). Libérées « avec le concours » – selon la formule de de Gaulle –, des armées américaines, souvent oubliées !

2C’est dire qu’on aborde l’ouvrage de Claire Miot, tiré de sa thèse Sortir l’armée des ombres. Soldats de l’Empire, combattants de la Libération, armée de la Nation ? La première armée française, du débarquement en Provence à la capitulation allemande (1944-1945) avec très grand intérêt.

3Dans les commémorations de la Victoire, la Première Armée fut moins bien traitée que la 2e DB, et est pourtant dix fois plus nombreuse. Elle avait libéré Lyon mais la 2e DB avait libéré Paris et au défilé de la Victoire du 18 juin 1945, c’est à la 2e DB, qu’est accordée la place d’honneur et la Première Armée se voit marginalisée (p. 285-286).

4Claire Miot entend situer son ouvrage dans le sillage de la nouvelle histoire militaire et de la guerre « qui s’attache à comprendre à l’échelle des soldats, leurs représentations, leurs émotions, leurs peurs et leurs souffrances, tant physiques que psychiques » (p. 11). On y insiste sur les disparités des déterminants – environnements géographiques et météorologiques, décalages chronologiques qui agissent sur les conduites des unités militaires et la description que nous en livrent les sources, presse, archives, mémoires. La guerre de poursuite en Provence n’est pas la guerre de tranchées des pentes glacées de la Schlucht ; les Provençaux ne sont pas les Alsaciens qui viennent de subir quatre ans de compression nazie et leurs rapports à l’occupant ont été fort différents.

5Centrale dans la recherche et dans le livre, la place de la Première Armée dans la formation d’un nouvel outil militaire français. La Première Armée est faite de composantes différentes et elle va changer en cours de campagne, d’août 1944 à mai 1945. En août 1944, c’est une armée d’Africains qui reviennent de loin : ses effectifs sont le produit de l’effort de mobilisation africain qui a mis sur pieds le Corps expéditionnaire français en Italie et l’Armée B qui débarque en août 1944. À partir de novembre 1942, seront mobilisés 134 000 Algériens, 73 000 Marocains, 26 000 Tunisiens, 80 000 Africains des colonies subsahariennes et 176 000 Européens – principalement « pieds noirs » et Français libres – cité d’après Julie Le Gac, Vaincre sans gloire. En mai 1945, la Première Armée compte 33% de colonisés (Algériens 14, Marocains 13, Tunisiens 2, Subsahariens 4% et Européens métropolitains ou non, 67% (p. 267). Entretemps l’armée a été « blanchie » et ses unités « amalgamées » avec l’adjonction aux unités de FFI. Sur environ 500 000 FFI, recrutés, 45 000 rejoignent les rangs de la Première Armée, 3 000 la 2e DB ; les Fronts de l’Atlantique et des Alpes réunissent 65 000 hommes (p. 107). Ces effectifs sont ravitaillés et armés par les Américains, dans le cadre du programme de 1943 puis du programme de novembre 1944. Insuffisamment bien sûr. On peut regretter que l’ouvrage, trop discret sur les institutions, ne traite pratiquement pas de l’articulation entre l’armée B et le 6th Army Group américain dont elle est partie intégrante.

6Claire Miot consacre deux chapitres à l’Alsace ; le premier traite de l’affaire de Strasbourg dans un chapitre d’ensemble consacré à « Front et arrières » avec l’intervention du général de Gaulle auprès du général Eisenhower le 3 janvier 1945. Il aborde aussi la crise du moral dans la Première Armée, au cours de ce dur hiver de 1944-1945. Le second est consacré à la situation spécifique d’une Alsace délivrée d’une annexion de fait par rapport aux autres régions de France libérées : « une fraternité malmenée ». Pour des raisons de clarté, on aurait préféré un récit plus chronologique évoquant Strasbourg défendu en janvier et Colmar libéré en février par la Première Armée. La libération de Colmar n’est-elle pas l’emblématique victoire de cette armée, qui avec l’amicale Rhin et Danube, porte sur ses uniformes les armes de Colmar ?

7Neufs et abrasifs, les passages consacrés aux rapports de la Première Armée et de la population civile haut-rhinoise. Les soldats des deux armées, l’américaine et la française ont-ils eu du mal à se convaincre que les Alsaciens (german speaking French) étaient français et les traiter comme tels, malgré les proclamations du général Patch (7e armée US) dès septembre 1944, ou du général de Lattre (novembre 1944), et même les appels à l’ordre de la hiérarchie ? Mais Claire Miot souligne que la criminalité de guerre a cru fortement avec l’arrivée des troupes françaises et américaines dans l’Est, l’hiver venu. En Allemagne, la permissivité voire la démission de la chaine de commandement de la Première Armée laissa libre cours à de trop nombreux crimes de guerre (p. 254-281), que l’on tente de réprimer par l’exécution sommaire pour l’exemple en Alsace déjà (p. 233) et plus encore en Allemagne.

8La place des femmes est-elle celle de soignantes : auxiliaires féminines – infirmières, liaison-secours –, ou de victimes de la violence des soldats ? Plus libérées les femmes alsaciennes ? Mais comme dans la France de Vichy, leur comportement « complaisant » est attribué par les aumôniers à leur passage dans les formations hitlériennes « valorisant la liberté sexuelle et la grandeur de la fille-mère ». Pour la hiérarchie, les rencontres amoureuses transforment « l’idée que se faisaient les Musulmans nord-africains de la femme française » et sont susceptibles de menacer l’ordre colonial. Le préfet du Haut-Rhin Fonlupt-Esperaber, tuteur légal des pupilles du département, est le seul à s’alarmer du nombre de liaisons suivies d’unions contractées entre Alsaciennes et tirailleurs, d’autres préfets ont émis des avertissements de ce type concernant les Américains. Longtemps après, la presse alsacienne s’est félicitée d’une union franco-marocaine et alsacienne qui a produit Leila Slimani, prix Goncourt 2017.

9La France vaincue de 1940 attachée à retrouver son rang en 1945 veut pour ce faire se tailler une zone d’occupation en Allemagne, en tant que « quatrième grand ». Les chapitres consacrés à cette histoire (p. 237‑282) constituent un apport majeur de l’ouvrage de Claire Miot. Bien sûr, les pages relatives aux violences et viols de Stuttgart et d’ailleurs retiendront l’attention, car conformément à son programme, Claire Miot attache une grande importance à la criminalité de guerre, indice évident (mais non exhaustif) de la violence exercée par les soldats et la guerre sur la population civile. Particulièrement prenant, le dernier chapitre, dont le titre « Amère victoire » fait écho au titre donné aux mémoires posthumes de Daniel Cordier (La victoire en pleurant) qui évoquent les énormes difficultés dans lesquelles se débattent la France et les Français, civils et militaires, aux lendemains de la Libération…

10L’ouvrage est doté d’un somptueux appareil critique (p. 307 à 407) qui illustre l’ampleur des recherches effectuées – en France, en Grande-Bretagne et aux états-Unis, en Allemagne, en Alsace, et d’une bibliographie très abondante.

11Autant que d’histoire militaire (et de la guerre), l’ouvrage prend place parmi les grandes études d’histoire politique de la France (et de l’Alsace) de la période de la Libération et des lendemains de la guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Miot Claire, La Première Armée française »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 450-453.

Référence électronique

François Igersheim, « Miot Claire, La Première Armée française »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5319 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5319

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search