Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Comptes rendusGlanesBezler Maximilien, Speisser René,...

Comptes rendus
Glanes

Bezler Maximilien, Speisser René, Speisser Romain, Woehl François, Geispolsheim au fil du Temps Historique et Histoires des propriétés anciennes

Mairie de Geispolsheim, 2019, 629 p.
Jean-Georges Guth
p. 453-454
Référence(s) :

Bezler Maximilien, Speisser René, Speisser Romain, Woehl François, Geispolsheim au fil du Temps Historique et Histoires des propriétés anciennes, Mairie de Geispolsheim, 2019, 629 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est d’abord une banque de données qui présente le devenir de 454 maisons, en énumérant les différents propriétaires de chacune d’entre elles. Il complète les livres de familles de Geispolsheim. Les auteurs se sont appuyés sur des sources diverses provenant des archives départementales et municipales mais aussi des fonds de la BNUS et de la BNF. Ce sont surtout les contrats de mariage et les inventaires des biens après décès qui ont permis d’approfondir nos connaissances.

2Cet ouvrage est une approche sociologique et générationnelle qui souligne tous les changements intervenus depuis le XVIe siècle jusqu’en 1970. Les auteurs identifient les propriétaires par leur statut, leur niveau de vie (certains possèdent plusieurs propriétés), leur métier et leur descendance. Les agriculteurs l’emportent numériquement jusqu’en 1970. Des artisans se sont installés dans la commune : ce sont des barbiers, des tailleurs, des forgerons, des cordonniers, des tisserands, qui sont nombreux jusqu’au début du XXe siècle. Au-delà, le nombre d’ouvriers et d’employés augmente régulièrement et certains des anciens métiers disparaissent ou se transforment. La population n’est pas figée. En effet, des habitants quittent le village, tandis que des personnes venues de l’extérieur s’y établissent à la suite de mariages. Une caractéristique importante : ce sont les sobriquets donnés à certains propriétaires, eu égard à leur comportement.

3Une évolution historique concerne certaines propriétés. Citons quelques exemples. En 871, Ratold, évêque de Strasbourg, a donné la cour collongère ou Dinghof au Grand Chapitre de la cathédrale : c’est une forme d’organisation du monde rural du Moyen Âge très répandue en Alsace. Elle désignait une communauté de fermiers et de métayers régie par une loi commune, dépendant d’un seul seigneur. Après la bataille de Hausbergen (23 mai 1262) entre l’évêque de Strasbourg et les bourgeois de la ville, le chevalier Werner, à la tête d’une délégation, a signé un traité de neutralité entre Strasbourg et Geispolsheim. Durant la guerre de Trente Ans, en 1622, le village a été sérieusement décimé par les troupes de Mansfeld, commandant en chef de l’armée protestante. Mais le ban de la commune s’est agrandi à la suite de la disparition des villages environnants. La période révolutionnaire a permis à certains habitants d’acquérir des parcelles de terre, lors de la vente des biens nationaux. Durant la période de la Terreur, le maire François Nuss a été guillotiné, le 6 novembre 1793, pour haute trahison.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Georges Guth, « Bezler Maximilien, Speisser René, Speisser Romain, Woehl François, Geispolsheim au fil du Temps Historique et Histoires des propriétés anciennes »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 453-454.

Référence électronique

Jean-Georges Guth, « Bezler Maximilien, Speisser René, Speisser Romain, Woehl François, Geispolsheim au fil du Temps Historique et Histoires des propriétés anciennes »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5329

Haut de page

Auteur

Jean-Georges Guth

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search