Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148La Fédération des sociétés d'hist...Le Dictionnaire Historique des In...

La Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace

Le Dictionnaire Historique des Institutions de l’Alsace en est à la lettre O

François Igersheim
p. 471-472

Texte intégral

1L’Alsace a été – et est encore – une région de villes. Près de 70 villes voient le jour au Moyen Âge ; pour la plupart ceintes de remparts avec leurs portes où l’on perçoit l’octroi ; qui lèvent milices et passent alliances, avec leurs chartes et rendent la justice en vertu de droits urbains. Ville impériale, avec son aigle d’or brochant l’écu parti de gueules et de sable, Obernai a été l’une d’elles. Un abbé archiviste en a commenté l’histoire en deux gros volumes – en français et dès le Second Empire, qui fut un succès de librairie. Sa successeure nous présente l’histoire de la ville en une forte notice. S’arrêtant à 1815, le DHIA ne pouvait pas ne pas évoquer le Mont Sainte-Odile qui fut le haut-lieu d’une réinvention de l’identité française de l’Alsace en 1900. Mais il rappelle que dans ce couvent des ducs francs d’Alsace et de leur fille, née à Obernai aux pieds du mont, l’Alsace brilla, du haut Moyen Âge à nos jours, avec Relinde et Herrade et leur Hortus Deliciarum, l’Empereur Charles IV et son culte des reliques de la Sainte, les pèlerins des fêtes de la saint Louis, célébrées par les Prémontrés d’un couvent restauré. L’évêché de Strasbourg dont la mense a recueilli à plusieurs reprises le Mont Sainte-Odile, a été l’un des acteurs importants du développement du droit en Alsace, avec son officialité, partie prenante avec celle de l’évêché de Bâle, de l’introduction des droits romains et canoniques, de la scripturalisation des rapports juridiques et du notariat, de la sécurité des transactions, foncières, commerciales, matrimoniales et successorales jusqu’au XVIIIe siècle. Juge également des règles de la société ecclésiastique, où l’on entre par l’ordination, après le Concordat de 1802 aussi.

2Les villes d’Alsace ont préféré payer plus d’impôts, prélevés il est vrai principalement par les taxes de circulation dont l’octroi, plutôt que d’introduire la vénalité des offices que voulait leur imposer la monarchie française, soucieuse de rentrées immédiates et d’étendre ce système de participation des officiers aux fruits de l’exercice du pouvoir. Mais à l’instar du roi qui a introduit la vénalité des offices royaux de justice, les seigneurs, à commencer par l’évêque de Strasbourg ne se font pas prier. L’abolition de la vénalité sera l’un des acquis de la Révolution.

3Les grades d’officier militaire sont liés à l’achat de compagnies et de régiments. La noblesse d’Alsace achète volontiers les grades des régiments alsaciens dits étrangers de la monarchie française. Leur service dans les nombreuses guerres du XVIIe et du XVIIIe siècle, ainsi que dans les garnisons royales du temps de paix sont l’un des moteurs de la francisation de l’Alsace. Jusqu’à ce que les levées en masse prennent le relais et que soit fondé le lien entre la défense nationale et la citoyenneté, avec un bâton de maréchal dans la giberne de tout soldat.

4Les institutions de la vie sociale quotidienne prennent toute leur place dans le DHIA qu’elles concernent l’alimentation, comme l’orge ou l’oignon, avec les fruits – obst – ou le travail agricole et ses indispensables outils et auxiliaires, comme le bœuf – ochs – célébrés par les représentations populaires ou artistiques comme celles de la crèche de Noël, ou veille le bœuf associé à l’âne. Le luxe n’en est pas absent avec les chefs d’œuvre des corporations d’orfèvres des grandes villes. Territoire culturellement et économiquement homogène, le bailliage d’Orbey fait partie de la seigneurie de Ribeaupierre – Birckenfeld – Deux-Ponts : en Alsace une enclave catholique et francophone du versant alsacien des Vosges. Il a disposé de coutumes propres en parties inédites qui nous sont ici présentées. Voici quelques-unes des notices reprises dans ce fascicule O du DHIA, alors que se poursuit sa mise en ligne sur le site de la BNU, dhialsace.bnu.fr, en ligne jusqu’à la lettre M.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Le Dictionnaire Historique des Institutions de l’Alsace en est à la lettre O »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 471-472.

Référence électronique

François Igersheim, « Le Dictionnaire Historique des Institutions de l’Alsace en est à la lettre O »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5414 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5414

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search