Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Positions d'habilitations et de t...L’Homme et la faune sauvage dans ...

Positions d'habilitations et de thèses

L’Homme et la faune sauvage dans les pays du Rhin supérieur du XVIe au XVIIIe siècle1

Position d’habilitation à diriger des recherches
Philippe Jéhin
p. 355-366

Texte intégral

  • 1 . Dossier d’habilitation à diriger des recherches, soutenu le 12 novembre 2021 à l’université de Fr (...)
  • 2 . Jean-Marc Moriceau, L’élevage sous l’Ancien Régime : les fondements agraires de la France moderne(...)
  • 3 . Damien Baldin, Histoire des animaux domestiques : XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, 2014, 377 p.
  • 4 . Stéphane Audoin-Rouzeau, Damien Baldin, Jean-Pierre Digard, La Guerre des animaux : 1914-1918, Pa (...)

1Les animaux domestiques, d’élevage ou de compagnie, ont bénéficié de l’intérêt des historiens pour leurs rôles économiques et sociologiques. Les ruralistes ont investi les étables, les écuries et les bergeries2. Plus récemment, le regard des historiens s’est porté sur les animaux domestiques3 et même leur rôle pendant les conflits4. Les animaux sauvages semblent largement délaissés. Ils laissent peu de traces dans les archives si l’on excepte les grands prédateurs. Pourtant, l’étude des pratiques cynégétiques permet de dresser un tableau relativement précis des rapports entre l’Homme et la faune sauvage au cours des siècles passés. Jusqu’au XIXe siècle, les publications se montrent très disertes sur les techniques de chasse et surtout sur le droit de chasse qui occupe une large place dans les archives anciennes à cause des interminables litiges entre les prétendus ayants droit. Elles n’accordent cependant qu’un intérêt limité à la faune.

  • 5 . Philippe Salvadori, La chasse sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1996, 462 p.
  • 6 . Philippe Cadet, La chasse sur le littoral de la frontière belge à la Baie de Somme (1715-1914), A (...)

2L’historiographie cynégétique a été profondément renouvelée depuis la fin du XXe siècle. Philippe Salvadori a ainsi montré le rôle que jouait la chasse comme attribut de l’absolutisme royal5. Les recherches historiques se sont concentrées en particulier sur les prédateurs pour lesquels les sources littéraires et manuscrites se montrent relativement loquaces. Michel Pastoureau a retracé le tragique destin de l’ours tandis que Jean-Marc Moriceau s’intéresse aux relations conflictuelles entre l’Homme et le loup. Quelques études régionales sont venues compléter ce nouveau regard sur l’Homme et la faune comme celle de Philippe Cadet qui a exploré le littoral de la Manche pour en montrer les spécificités cynégétiques et sociologiques aux XVIIIe et XIXe siècles6. Pourtant, bien des aspects de ces rapports entre l’Homme et la faune sauvage demeurent méconnus, en particulier pour la période moderne.

Pour une histoire de la faune sauvage

  • 7 . Monique Harlé d’Ophove, Une forêt des chasses royales : la forêt de Compiègne de la réformation d (...)
  • 8 . Odile Vincent, Chasse du renard et chasse du sanglier dans les Ardennes françaises, thèse de 3e c (...)

3Les historiens de la faune ont largement privilégié les chasses royales et princières en Île-de-France et dans le Val de Loire7. Puis, les espaces périphériques, et en particulier les régions de montagne, ont retenu leur attention8. Le territoire de l’Oberrhein, ou Rhin supérieur, présente des caractéristiques géographiques, culturelles et politiques qui constituent un champ d’investigation intéressant, contrasté à bien des égards, pour retracer les rapports entre l’Homme et l’animal à l’époque moderne. De la vallée de la Meuse aux sommets de la Forêt-Noire, du Jura suisse aux frontières du Palatinat, le Rhin supérieur englobe une variété de terroirs sur une superficie de près de 38 000 km². Il comprend des paysages ouverts comme la plaine d’Alsace, le Pays de Bade ou le plateau lorrain, des régions boisées comme la Vôge ou le Pays de Bitche, des massifs montagneux comme les Vosges, le Jura suisse et la Forêt Noire, ainsi que les rives des grands cours d’eau comme le Rhin, la Meuse, la Moselle, la Meurthe ou la Sarre.

4Le Rhin supérieur se situe à la confluence des influences germaniques et françaises. Les deux espaces culturels se côtoient, s’interpénètrent. Au cours de la période moderne, les territoires du Rhin supérieur se trouvent aux marges fluctuantes du Saint-Empire romain germanique. Certains territoires restent partie intégrante de l’Empire comme le margraviat de Bade ou le Brisgau, tandis que la principauté épiscopale de Bâle, dans le Jura suisse, se rapproche de la Confédération helvétique et que d’autres espaces intègrent progressivement le royaume de France comme les Trois Évêchés, l’Alsace puis la Lorraine.

Une faune abondante ou en voie de disparition ?

5Contrairement au naturaliste qui découvre et quantifie les espèces animales par une longue et patiente observation scientifique dans un espace défini, l’historien reste dépendant des documents écrits pour tenter d’en définir les variétés et les effectifs. La biodiversité animale a évolué au cours des siècles : des espèces ont disparu, d’autres ont été introduites. Encore faut-il pouvoir le démontrer à l’aide d’indices historiquement fiables. Une telle étude exige la réunion critique de témoignages imprimés ou manuscrits. Malheureusement, ces documents soulèvent bien plus de questions qu’ils n’apportent de réponses. Leur intérêt propre paraît souvent limité : il s’agit généralement d’anecdotes qui relatent presque toujours des faits isolés concernant un seul animal, souvent un grand prédateur (loup, ours). Le chroniqueur ne prenait pas la peine de décrire la réalité banale mais confiait au papier un événement exceptionnel, ce qui frustre quelque peu l’historien qui ne recherche non pas l’exceptionnel mais le degré de généralité d’un phénomène.

6Ces témoignages paraissent souvent très dispersés dans l’espace. Il s’agit soit d’un fait très localisé comme un accident de chasse, soit d’une citation trop imprécise comme la mention d’une espèce sur un secteur géographique trop large : l’évocation d’un animal en Basse Alsace par exemple, signifie-t-elle que son aire de peuplement recouvre la plaine, les collines sous-vosgiennes et les montagnes ? D’autre part, les documents anciens évoquent généralement des mammifères, des oiseaux, des prédateurs ou du gibier, qui constituent les centres d’intérêt de diverses catégories sociales. D’autres espèces animales n’apparaissent presque jamais comme les batraciens ou les insectes. L’identification précise des espèces représente une gageure faute d’un vocabulaire spécifique et d’une description détaillée par le rédacteur du document.

  • 9 . Archives d’Alsace, site de Strasbourg (AA-S), G 5477 no7 et Archives du Land Rhénanie-Palatinat à (...)

7Les archives recèlent de nombreux documents sur le droit de chasse, mais ces derniers apparaissent généralement très décevants pour l’évocation et l’identification de la faune. Ces textes juridiques décrivent l’historique des droits de chasse et les limites des territoires où ils s’exercent. Pourtant, on découvre quelquefois au sujet d’un litige cynégétique, la mention d’une espèce précise dans les nombreux actes du procès qui en découle. Pour justifier d’un prétendu droit de chasse contesté par un autre seigneur, il est nécessaire de prouver l’ancienneté de cet exercice. Les chanoines de Neuwiller-lès-Saverne, dans le différend qui les oppose au duc de Deux-Ponts dans la seconde moitié du XVIIIe siècle au sujet du droit de chasse, fournissent de nombreuses dépositions mentionnant divers gibiers, tendant à démontrer qu’ils ont exercé ouvertement et sans contestation, un droit de chasse durant les trente années qui précèdent le dépôt de plainte du seigneur territorial9. Les archives judiciaires peuvent aussi contenir des informations sur la faune à travers les procès contre les braconniers surpris en train de poser des pièges, portant des armes et du gibier. Cette analyse nécessite un dépouillage minutieux et considérable des masses de rapports ou des procès-verbaux d’audiences des tribunaux forestiers pour un résultat souvent des plus limités. Ainsi, au XVIIIe siècle, sur 616 affaires traitées par le tribunal de gruerie du bailliage du Val d’Orbey relevant de la seigneurie de Ribeaupierre, on dénombre 21 délits de braconnage soit 3,5 % des cas.

  • 10 . Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 3014 à 3107 : comptes, acquits et contrôle du d (...)

8Si l’on parvient à trouver quelques mentions historiques dans les archives judiciaires, les données quantitatives quant à elles, demeurent encore plus limitées. Cependant, l’analyse détaillée des archives comptables des seigneuries peut apporter des éléments dans ce domaine. C’est le cas pour le comté de Bitche dans le dernier tiers du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle10. Sur le versant alsacien, les données paraissent particulièrement abondantes pour le XVIIIe siècle. Ainsi, la plupart des seigneuries de la vallée du Rhin tiennent des registres de comptes forestiers détaillés avec une rubrique consacrée au « Schußgeld » ou primes de tir. Il s’agit d’une somme d’argent tarifée offerte aux gardes-chasse pour rétribuer la capture de prédateurs et de gibier au cours de leurs tournées d’inspection. Les livres de comptes seigneuriaux recensent donc les animaux réellement tués et non des estimations à partir d’observations sur le terrain. Ces tableaux de chasse dépendent de la fréquence des patrouilles en forêt et de l’adresse au tir du garde-chasse. Malheureusement, les espèces restent assez mal définies. Si l’on prend la peine de distinguer précisément les mustélidés (martre, fouine, belette), pour lesquels la prime diffère selon les espèces, les oiseaux, et en particulier les rapaces, sont sommairement classés : « klein Falke, groß Falke, Eulen », termes génériques pour les rapaces diurnes et nocturnes. Ces mentions, inexploitées pour l’instant, apportent des renseignements très précieux sur la biodiversité à l’échelle d’une seigneurie.

9L’ensemble de ces données permet de dresser un tableau relativement complet de la faune présente dans le Rhin supérieur à l’époque moderne. Différentes illustrations mettent en scène le cerf, le gibier-roi, le trophée idéal. Mais le cerf est-il aussi fréquent dans les tableaux de chasse des chasseurs dans le Rhin supérieur sous l’Ancien Régime que dans leurs représentations iconographiques ? Un observateur attentif comme Philippe-Frédéric de Dietrich souligne la rareté du cerf dans les Vosges vers 1789 : « Le cerf y est rare ; l’ardeur des chasseurs à le poursuivre, en a presque détruit l’espèce ». Plus commun semble être le chevreuil, abondant dans l’ensemble de la région. Quant au sanglier, peu présent dans les massifs montagneux, il préfère le plateau lorrain ou la vallée du Rhin. Quelques « Schweinhatz » ou battues aux sangliers dans la plaine d’Alsace au XVIIe siècle se singularisent avec plusieurs centaines de bêtes abattues, dans un contexte général où cette espèce paraît plutôt peu abondante.

10Le Rhin supérieur se caractérise davantage par l’abondance du petit gibier. Les lièvres prolifèrent dans toutes les campagnes tout comme les gallinacées et les passereaux. Dans les massifs montagneux, la gélinotte et le grand tétras semblent alors communs, de même que dans certaines forêts de plaine. Les milieux humides abritent de nombreuses espèces d’anatidés (oies, canards), de gruiformes (poules d’eau) de limicoles (bécasses, courlis) ou d’échassiers (cigognes, hérons). En revanche, le castor, pourtant mentionné dans les textes médiévaux, n’apparaît bizarrement pas dans les documents de l’époque moderne.

11La documentation paraît nettement plus abondante pour les grands prédateurs que les autorités entendent éliminer. Le renard, ennemi des agriculteurs et rival des chasseurs, fréquente tous les terroirs. Le lynx se montre aussi discret dans les forêts que dans les archives. Souvent confondu avec le chat sauvage voire avec le loup, il semble avoir déserté la région au milieu du XVIIe siècle. Attesté en plaine d’Alsace au XIe siècle, l’ours est progressivement repoussé vers les massifs montagneux où il finit par être éliminé au cours du XVIIIe siècle. Relativement rare au cours du Moyen Âge, le loup devient, à l’époque moderne, la grande hantise du monde rural. L’abondance des mentions dans les archives fournit une documentation très complète à son sujet. Le loup est combattu au XVIe siècle avant de se multiplier au siècle suivant à la faveur des guerres. À partir de la fin du XVIIe siècle, la lutte reprend avec détermination dans toutes les seigneuries de l’espace rhénan. Des battues sont organisées, des primes sont offertes, des mesures dérogatoires au droit de la chasse sont prises pour tenter d’éliminer l’espèce.

La mise en place d’une réglementation concordante

12Si la région du Rhin supérieur présente un tableau relativement homogène de la faune en fonction des différents terroirs qui la composent, les réglementations et les pratiques cynégétiques, elles, diffèrent en fonction des espaces politiques et culturels. Rédigés dans les mêmes contextes économiques, sociaux et politiques, les textes qui réglementent la chasse dans le Rhin supérieur présentent des concordances mais aussi des divergences. On peut distinguer deux grandes phases législatives interrompues par les guerres du XVIIe siècle.

  • 11 . Archives du Land Bade-Wurtemberg à Karlsruhe, série 119 no334.
  • 12 . Archives d’Alsace, site de Colmar (AA-C), 2 B 5 no1 et 2.
  • 13 . Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), série VII 71 no1.

13Les droits de chasse et de chasser sont régis par les coutumes locales rédigées au cours du XVIe siècle. La coutume de l’Ortenau sur la rive droite du Rhin dans sa version de 1555 accorde aux habitants la liberté de chasser les espèces considérées comme nuisibles à savoir le sanglier, le loup, le lynx et l’ours à condition de remettre au bailli d’Oppenau la tête du sanglier ou de l’ours11. À partir du XVIe siècle, les autorités seigneuriales édictent une réglementation cynégétique plus contraignante. La plus ancienne ordonnance lorraine concernant la chasse est signée par le duc Antoine en juin 1528. De nouveaux textes réglementaires sont promulgués au cours des années suivantes, preuve de la difficulté à les faire respecter. En avril 1557, Ferdinand Ier de Habsbourg promulgue la première grande ordonnance sur la chasse applicable uniquement dans ses territoires héréditaires : l’Autriche, la Forêt-Noire, le Brisgau et la Haute Alsace12. De façon concomitante, les seigneurs laïques et ecclésiastiques édictent des règlements pour l’exercice de la chasse sur leurs terres. C’est le cas pour la ville de Strasbourg qui rédige un règlement pour la chasse dans la forêt de l’Oedenwald en 155113.

  • 14 . Archives de l’ancien évêché de Bâle à Porrentruy (Suisse), B 190 no1.

14La guerre de Trente Ans et les conflits suivants qui se déroulent en Lorraine et dans la vallée du Rhin écartent pour plusieurs décennies les préoccupations cynégétiques. À la fin du XVIIe siècle, dans des régions dévastées, dépeuplées, une reprise en main s’opère, y compris dans le domaine de la législation cynégétique. Partout dans le Rhin supérieur, le droit et la pratique de la chasse sont plus étroitement définis qu’au cours des siècles passés. Dans toutes les principautés et seigneuries, on note une inflation de textes réglementaires. Dès la fin du XVIIe siècle, des mesures sont prises dans la principauté épiscopale de Bâle14. En Lorraine, le duc Léopold promulgue le 15 janvier 1704 une ordonnance « sur le fait de la chasse ». Son successeur, François III, multiplie les textes législatifs à l’instar de ce qui se produisait dans la seconde moitié du XVIe siècle. Le mouvement de réglementation est général et concordant dans l’ensemble de la région.

15La réglementation insiste toujours sur la propriété du droit de chasse et de chasser. Le droit de chasse est inséparable du droit de haute justice. Le seigneur haut justicier peut chasser dans l’étendue du territoire sur lequel il exerce son droit de haute justice, que le sol lui appartienne ou non. Le noble non-propriétaire de fief ne peut en théorie pas chasser sur le terrain d’autrui. Dans les faits, la noblesse se réserve le droit de chasse pour le grand gibier et concède volontiers à des roturiers, jusqu’au début du XVIIe siècle voire au-delà, l’élimination des prédateurs et la chasse au petit gibier. Au XVIIIe siècle, la chasse est considérée partout comme un privilège de la noblesse qu’elle accepte néanmoins de partager avec d’autres catégories sociales.

Des pratiques cynégétiques différenciées

16Pour la noblesse lorraine et rhénane, la chasse présente plusieurs facettes. Elle peut apparaître comme ostentatoire ou utilitaire, correspondre à une passion individuelle ou à un véritable service public. La chasse est regardée comme la distraction aristocratique par excellence et c’est affirmer sa supériorité sociale que de l’exercer avec éclat. À l’instar des rois de France, plusieurs seigneurs du Rhin supérieur vouent une véritable passion pour la chasse. Aux XVIe et début du XVIIe siècles, les sires de Ribeaupierre séjournent alternativement dans leur château du Hohnack à Labaroche dans les Vosges pour la chasse au grand tétras et au Molkenbourg à Guémar pour les chasses de plaine dans la forêt de l’Illwald au sud de Sélestat.

17Si la Lorraine adopte progressivement à partir du XVIIe siècle la vénerie à la française qui consiste à poursuivre à l’aide de chiens une proie sélectionnée telle un cerf, un chevreuil voire un lièvre, les princes allemands se délectent de chasses devenues de véritables mises en scène. Le gibier, en particulier des cervidés, est d’abord traqué dans les forêts environnantes, canalisé par des toiles tendues verticalement et enfermé dans des espaces clos avant d’être envoyé vers un décor artificiel, souvent au bord d’un plan d’eau, où sont postés les chasseurs. Dans le parc de son château « Favorite » à Rastatt, le margrave de Bade-Bade organise des chasses au sanglier. Dans une arène fermée par des toiles, un pavillon central abrite le prince et sa cour. Dans l’enclos ainsi formé, des chiens poursuivent des sangliers tandis que les invités tirent les « bêtes noires ». Des tribunes placées à l’extérieur et surplombant les toiles accueillent des spectateurs. Les princes allemands montrent au XVIIIe siècle une grande prédilection pour ce type de chasse-spectacle ou « chasse à l’allemande ». Beaucoup moins enclins aux efforts physiques, aux risques et aux subtilités techniques de la chasse à courre ou « Parforcejagd », ils tiennent avant tout à prouver ainsi leur adresse personnelle au tir en réalisant des tableaux de chasse impressionnants.

  • 15 . AA-S, G 2023, plan de la Faisanderie de Saverne.

18Pour assurer le spectacle, s’adonner à leur passion ou tout simplement se garantir un approvisionnement suffisant en gibier de leurs domaines, les seigneurs des deux rives du Rhin font aménager des territoires de chasse privatifs à l’instar des capitaineries des rois de France. En Lorraine, « les plaisirs » forment des territoires où la chasse est exclusivement réservée au souverain. Ces réserves de chasse s’étendent non seulement aux forêts mais aussi aux terres cultivées autour de chaque résidence ducale. Les margraves de Bade-Durlach possèdent à proximité de Karlsruhe une faisanderie et un parc aux cerfs ou « Tiergarten ». En Alsace, quelques grands seigneurs les imitent. Les comtes de Hanau-Lichtenberg possèdent à Bouxwiller une faisanderie qui constitue un terrain d’élevage destiné à repeupler en petit gibier leurs territoires de chasse. Aux portes de Saverne, le cardinal Louis de Rohan fait construire en 1765, une vaste réserve de chasse, appelée la Faisanderie, qui occupe 308 arpents15.

19La noblesse qui s’arroge progressivement le monopole du droit de chasse, est aussi sollicitée par les habitants pour la destruction des animaux considérés comme nuisibles. Si aucun seigneur de l’espace rhénan ne se montre un chasseur de loup passionné comme le Grand Dauphin, fils de Louis XIV, ils entendent néanmoins lutter activement contre ce fauve considéré comme un fléau pour les campagnes aux XVIIe et XVIIIe siècles. À partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, les paysans se plaignent des dégâts causés par les sangliers dans leurs champs. Comme l’exercice de la chasse et du piégeage leur est désormais interdit, ils réclament à leurs seigneurs des battues plus efficaces voire des dédommagements.

Des chasseurs de toute catégorie sociale

20Si la noblesse entend s’attribuer la chasse comme un droit honorifique, un privilège lié à leur personne, la confrontation avec les animaux sauvages concerne l’ensemble du monde rural pour qui la faune sauvage représente un danger pour les troupeaux, voire pour leurs gardiens, un dévastateur des cultures et un complément alimentaire non négligeable. La chasse n’apparaît donc pas comme une exclusivité des seigneurs hauts justiciers. Dans les faits, l’exercice de la chasse est partagé par plusieurs catégories sociales souvent avec l’approbation des autorités, pour des motivations bien diverses.

21Théoriquement, depuis le haut Moyen Âge, la chasse est formellement prohibée pour tous les membres du clergé qui doivent mener une vie sereine essentiellement consacrée à la prière. Mais les exceptions ne manquent pas dans l’espace rhénan. Une certaine tolérance est cependant accordée pour la chasse privée et tranquille, sans bruit et sans chien. Le haut clergé s’adonne parfois avec passion à la chasse y compris de façon ostentatoire. Les cardinaux de Rohan, princes-évêques de Strasbourg, vouent un culte très marqué pour saint Hubert. Les chanoines du Grand-Chapitre de Strasbourg ne sont pas moins friands de ce noble exercice. Ils s’y livrent dans les vastes forêts autour d’Erstein où ils possèdent leur « Lustwohnung » ou résidence d’été. L’un d’entre eux, le comte de Weid, paye même de sa vie sa passion pour la chasse à la suite d’un tir malencontreux qui l’atteint mortellement.

  • 16 . Dom Augustin Calmet, Histoire de l’abbaye de Munster, Colmar, 1882, p. 136.

22Certains membres du bas clergé partagent aussi cette passion. Une grande tolérance leur est habituellement accordée. Dans le Sundgau, la duchesse de Mazarin autorise le curé de Bretten à chasser sur les terres des villages voisins. Dans le secteur de Thann, l’abbé Gobel sollicite de la part du seigneur en 1727 une autorisation écrite afin de ne pas être inquiété par les gardes-chasse. Même le clergé régulier peut s’y adonner avec la mansuétude de ses supérieurs. Dom Calmet qui séjourne à l’abbaye de Munster en tant que sous-prieur, écrit que les moines « pourront quelques fois pêcher et chasser, mais avec discrétion16 ».

  • 17 . Archives municipales de Rouffach, A BB 78.
  • 18 . Archives de l’ancien évêché de Bâle à Porrentruy (Suisse), B 190 no21 (ordonnances) et no23 (port (...)

23Sauf permission spéciale ou en vertu d’une charge ou d’un privilège, les roturiers ne peuvent pas chasser. En 1593, le duc de Lorraine Charles III renouvelle la législation cynégétique. Si les nobles et les marchands circulant pour leurs affaires peuvent être armés, les paysans, eux, ne doivent jamais être porteurs d’armes. En 1603, une nouvelle ordonnance déplore que les ruraux écument les forêts avec des lacets, cordes et filets. L’ordonnance de janvier 1704 puis l’édit de 1729 réitèrent les mêmes interdictions. De telles dispositions sont prises du XVIe au XVIIIe siècle dans tout l’espace rhénan. L’évêque de Strasbourg interdit formellement la chasse à ses sujets du Haut Mundat, en Haute Alsace, en septembre 1707 sous peine d’amende voire d’un mois de prison en cas de récidive17. Il en est de même dans le Jura suisse où la prohibition de la chasse pour les roturiers est fréquemment rappelée entre 1729 et 1733 et en particulier la détention d’armes à feu18.

24Pourtant, l’exercice du droit de chasse évolue considérablement au début du XVIIIe siècle. En Alsace, plusieurs familles nobles ne pratiquent plus réellement la chasse. Les seigneurs allemands possessionnés en Alsace séjournent plus rarement dans la province. Ils n’hésitent donc plus à louer le droit de chasse sur leurs terres. Généralement, cette location est mise aux enchères et accaparée par un notable local. Dans les faits, les autorités montrent une grande tolérance pour le port d’armes à feu, du moins pour les notables.

  • 19 . Archives de Monaco, T 1234.
  • 20 . AVES, AA 2154.
  • 21 . Archives départementales de la Meuse, C 282.

25Les officiers de garnison se voient souvent octroyer un terrain de chasse « pour faire de l’exercice ». En 1729, les officiers de Belfort obtiennent ainsi un lot de chasse à proximité de la citadelle19. Ces concessions, parfois imposées par le pouvoir monarchique, font toujours l’objet de nombreux litiges avec les autorités municipales et seigneuriales à la suite d’inévitables empiètements et abus. Tout au long du XVIIIe siècle, des procès se succèdent au sujet des « plaisirs » du gouverneur militaire dans la banlieue de Strasbourg20. À Verdun, les bourgeois contestent les limites des terrains de chasse cédés à la garnison21.

  • 22 . Archives de Monaco, T 1234.
  • 23 . AA-C, E 1098.
  • 24 . Archives municipales d’épinal, DD 117.

26En effet, certaines communautés rurales ou urbaines parviennent parfois à conserver le droit de chasse sur leur ban communal, souvent au prix de longues procédures judiciaires. L’archiduc d’Autriche confirme en 1617 le droit des habitants de Belfort à chasser le petit gibier et les prédateurs autour de la ville22. Les habitants de Bergheim en Haute Alsace conservent l’intégralité du droit de chasse sur leur ban. Ce droit ainsi que les modalités pratiques de son exercice sont constamment contestés par les sires de Ribeaupierre, leurs voisins, qui dénoncent les abus des bourgeois et les empiétements sur leurs propres terres23. Les bourgeois d’épinal ont moins de chance : les ducs de Lorraine leur confisquent progressivement leur droit de chasse entre le XVIe et le XVIIIe siècle24.

  • 25 . AVES, série III 146 no17.

27Bien entendu, la chasse n’est pas seulement pratiquée par quelques personnes autorisées. Du XVIe au XVIIIe siècle, le braconnage sévit à grande ampleur dans l’ensemble de l’espace rhénan. Les autorités ne manquent pas de le déplorer. Toutes les archives seigneuriales contiennent de volumineux rapports et jugements pour de telles chasses illicites du XVIe à la fin du XVIIIe siècle. Au XVIe siècle, la répression seigneuriale se montre partout d’une sévérité extrême. En 1521, un braconnier est emprisonné à Ettenheim, sur la rive droite du Rhin, dans le territoire de l’évêque de Strasbourg25. Les châtiments corporels sont alors très fréquents. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, la législation se montre bien moins répressive à l’égard des braconniers. L’ordonnance royale des Eaux et Forêts de 1669 ne prévoit plus la peine de mort pour braconnage. Les réglementations seigneuriales vont toutes dans le même sens d’une plus grande mansuétude. Les tribunaux requièrent désormais dans la majorité des cas des amendes et la confiscation des armes utilisées. L’emprisonnement du braconnier n’est requis qu’en cas de récidive et les châtiments corporels demeurent des menaces ultimes, tombées dans les faits en désuétude.

28Ainsi, pour dresser un tableau de la faune sauvage dans les territoires du Rhin supérieur, il convient de se pencher sur les abondantes archives concernant les pratiques cynégétiques. Il en ressort que la situation n’apparaît pas figée à l’époque moderne. Les effectifs des grands herbivores et prédateurs sont progressivement réduits en fonction des aléas politiques et démographiques. La petite faune sauvage demeure très abondante même si, dès la Renaissance, certains seigneurs territoriaux élèvent du gibier pour peupler leurs domaines. On constate aussi des différences dans les types de chasse aristocratique. L’influence française s’exerce de façon précoce en Lorraine avec l’introduction de la vénerie et de la louveterie tandis qu’en Alsace, Bade et dans le Jura suisse, les techniques demeurent plus traditionnelles. L’exercice de la chasse repose principalement sur un personnel spécifique chargé de la surveillance, de l’éradication des prédateurs et de l’approvisionnement en venaison. La documentation consultée permet d’entrevoir une chasse illégale généralisée qui permet de lutter contre les animaux causant des dégâts au bétail et aux cultures mais aussi de fournir un complément alimentaire non négligeable. La démocratisation de la chasse décidée lors de la Révolution ne vient finalement que légaliser des pratiques déjà largement en usage dans les campagnes.

Haut de page

Notes

1 . Dossier d’habilitation à diriger des recherches, soutenu le 12 novembre 2021 à l’université de Franche-Comté. Le jury se composait de Paul Delsalle, garant (université de Bourgogne-Franche-Comté), Antoine Follain, rapporteur et président du jury (université de Strasbourg), Corinne Beck, professeur émérite (université polytechnique Hauts-de-France), Claude Muller, rapporteur (université de Strasbourg) et Annik Schnitzler, rapporteur (université de Lorraine).

2 . Jean-Marc Moriceau, L’élevage sous l’Ancien Régime : les fondements agraires de la France moderne XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Sedes, 1999, 256 p. ; Id., Histoire et géographie de l’élevage français : XVe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 2005, 477 p. ; Florian Reynaud, L’élevage bovin : De l’agronome au paysan (1700-1850), Rennes, Presses universitaires, 2010, 341 p.

3 . Damien Baldin, Histoire des animaux domestiques : XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, 2014, 377 p.

4 . Stéphane Audoin-Rouzeau, Damien Baldin, Jean-Pierre Digard, La Guerre des animaux : 1914-1918, Paris-Péronne, Artlys, 2007, 78 p. ; éric Baratay, Bêtes des tranchées : Des vécus oubliés, Paris, CNRS, 2013, 255 p.

5 . Philippe Salvadori, La chasse sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1996, 462 p.

6 . Philippe Cadet, La chasse sur le littoral de la frontière belge à la Baie de Somme (1715-1914), Arras, Artois Presses Université, 2005, 410 p.

7 . Monique Harlé d’Ophove, Une forêt des chasses royales : la forêt de Compiègne de la réformation de Colbert à la Révolution, Compiègne, Société historique, 1968, 337 p. ; Alexis Hluszko, Le terrain de chasse du roi, les capitaineries royales en Île-de-France, Paris, Montbel, 2009, 236 p.

8 . Odile Vincent, Chasse du renard et chasse du sanglier dans les Ardennes françaises, thèse de 3e cycle, université de Paris-X-Nanterre, 1985 ; Jean Claude Bouchet, Histoire de la chasse dans les Pyrénées françaises (XVIe-XIXe siècle), Pau, Marrimpouey, 1990, 251 p.

9 . Archives d’Alsace, site de Strasbourg (AA-S), G 5477 no7 et Archives du Land Rhénanie-Palatinat à Spire, B 2 no6270.

10 . Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 3014 à 3107 : comptes, acquits et contrôle du domaine de la seigneurie de Bitche.

11 . Archives du Land Bade-Wurtemberg à Karlsruhe, série 119 no334.

12 . Archives d’Alsace, site de Colmar (AA-C), 2 B 5 no1 et 2.

13 . Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), série VII 71 no1.

14 . Archives de l’ancien évêché de Bâle à Porrentruy (Suisse), B 190 no1.

15 . AA-S, G 2023, plan de la Faisanderie de Saverne.

16 . Dom Augustin Calmet, Histoire de l’abbaye de Munster, Colmar, 1882, p. 136.

17 . Archives municipales de Rouffach, A BB 78.

18 . Archives de l’ancien évêché de Bâle à Porrentruy (Suisse), B 190 no21 (ordonnances) et no23 (port d’armes).

19 . Archives de Monaco, T 1234.

20 . AVES, AA 2154.

21 . Archives départementales de la Meuse, C 282.

22 . Archives de Monaco, T 1234.

23 . AA-C, E 1098.

24 . Archives municipales d’épinal, DD 117.

25 . AVES, série III 146 no17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Jéhin, « L’Homme et la faune sauvage dans les pays du Rhin supérieur du XVIe au XVIIIe siècle »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 355-366.

Référence électronique

Philippe Jéhin, « L’Homme et la faune sauvage dans les pays du Rhin supérieur du XVIe au XVIIIe siècle »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5427 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5427

Haut de page

Auteur

Philippe Jéhin

Professeur agrégé et docteur en histoire, habilité à diriger des recherches de l’université de Franche-Comté, chercheur associé à l’UR 3400 ARCHE et au CRESAT

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search