Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Positions d'habilitations et de t...L’Europe à Strasbourg, Luxembourg...

Positions d'habilitations et de thèses

L’Europe à Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles : palais et quartiers « provisoires », symboles architecturaux et urbains de la vocation des capitales (1949-1992) ?

Position d’habilitation à diriger des recherches
Gauthier Bolle
p. 385-399

Texte intégral

  • 1 . L’auteur, architecte DPLG et historien de l’architecture, est maître de conférences à l’École nat (...)

1Depuis 70 ans, les aléas de la construction européenne se traduisent aussi dans l’espace : les institutions sont dispersées au sein d’édifices plus ou moins reconnus, à Strasbourg depuis 1949, Luxembourg depuis 1952, et Bruxelles depuis 1958. Si ces métropoles ont saisi certaines étapes clés du développement institutionnel, comme autant d’opportunités successives, afin d’asseoir leur vocation de capitale, elles n’ont pas toujours anticipé pleinement cet essor, ni déployé des plans cohérents ou offert les édifices adéquats au fil du temps. Comment aborder la sédimentation architecturale et urbaine des quartiers européens installés au sein des trois villes où siègent les principaux organes historiques exécutifs, législatifs et judiciaires de l’actuelle Union européenne (UE)1 ?

  • 2 . Gauthier Bolle, « L’architecture du quartier européen à Strasbourg depuis 1949 : enjeux locaux d’ (...)
  • 3 . Le rôle du CdE, dans la structuration du site alsacien, nous a amenés à élargir l’étude en inclua (...)

2Dans la poursuite d’une première enquête limitée au cas spécifique de Strasbourg2, cette recherche élargit le cadre d’investigation au cas des trois métropoles citées, en croisant les dynamiques urbaines et architecturales afin de dégager une chronologie générale de l’évolution de ces sites. L’étude couvre ainsi une période qui s’étend de la fondation du Conseil de l’Europe (CdE) en 19493 à la tardive reconnaissance officielle des trois villes comme sièges des institutions en 1992. Il s’agit d’interroger le rapport entre architecture et politique au fil du second XXe siècle, en examinant le poids des acteurs et procédures sur les formes bâties ou même parfois seulement imaginées.

La construction européenne et sa traduction spatiale en question

  • 4 . Dirk Spierenburg et Raymond Poidevin, Histoire de la Haute autorité de la Communauté européenne d (...)
  • 5 . Birte Wassenberg, Histoire du Conseil de l’Europe, Strasbourg, Éditions du Conseil de l’Europe, 2 (...)
  • 6 . Michel Dumoulin (dir.), La Commission européenne, 1958-1972 : histoire et mémoires d’une institut (...)
  • 7 . Carola Hein, The Capital of Europe: Architecture and Urban Planning for the European Union, Westp (...)
  • 8 . Carola Hein, « Une capitale européenne polycentrique et opportuniste. Un nouveau paradigme pour l (...)

3La littérature questionnant l’identité culturelle européenne ou l’avenir politique de l’UE est foisonnante. Par ailleurs, les institutions elles-mêmes ont aussi fait l’objet de recherches, depuis une trentaine d’années, retraçant leur histoire, sans que la dimension immobilière y soit particulièrement présente. Citons, dès 1993, l’ouvrage de Dirk Spierenburg et Raymond Poidevin qui éclaire le destin de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA)4 ou, plus récemment, celui de Birte Wassenberg concernant le CdE et son action5. En 2007, la Commission européenne commandite un ouvrage retraçant son histoire à un groupe d’historiens dirigé par Michel Dumoulin6, dans lequel deux chapitres sont dédiés à la présence de l’institution dans Bruxelles. D’autres travaux, issus de la sphère de l’histoire urbaine, ont posé des jalons essentiels dans les années 2000. Carola Hein, pionnière, a retracé les phénomènes de concurrence entre les villes candidates au statut de capitale et a produit des synthèses concernant Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles7 : elle a développé le concept de capitale polycentrique et opportuniste pour l’Europe, plaidant au passage pour « l’édification d’une capitale à l’image de l’esprit novateur et de la structure à sédimentations successives de elle-même8 ».

  • 9 . On peut toutefois citer Denis Durand de Bousingen, « Les premiers bâtiments du Conseil de l’Europ (...)
  • 10 . Michel Pauly, « Luxembourg et Kirchberg : ville médiévale et capitale européenne », in, Jean-Luc (...)
  • 11 . Fernand Pesch, Le Fonds d’urbanisation et d’aménagement du plateau de Kirchberg (FUAK) : histoire (...)
  • 12 . Thierry Demey, Bruxelles : Chronique d’une capitale en chantier, tome 2, De l’Expo’58 au siège de (...)
  • 13 . Thierry Demey, Bruxelles, capitale de l’Europe, Bruxelles, Badeaux, 2007.
  • 14 . Gaël Comhaire, « Activisme urbain et politiques architecturales à Bruxelles : le tournant générat (...)
  • 15 . Ludovic Lamant, Bruxelles chantiers : une critique architecturale de l’Europe, Montréal, Lux Édit (...)
  • 16 . Géry Leloutre, « Tracer les contours de la transformation moderne de Bruxelles », p. 195-216, in (...)
  • 17 . Sven Sterken, « Bruxelles, ville de bureaux. Le Berlaymont et la transformation du quartier Léopo (...)

4Les trois sites ont été diversement abordés, probablement en fonction de la puissance de l’impact des institutions sur leur développement. Ainsi, la dimension architecturale et urbaine des institutions à Strasbourg est demeurée jusqu’ici peu traitée9. Si des universitaires ont inscrit le destin européen de Luxembourg dans la longue durée10, des publications émanant d’acteurs directement impliqués dans la gestion de l’urbanisme du plateau du Kirchberg, qui accueille les institutions, offrent des compléments11. Le cas bruxellois a fait l’objet de bien plus d’attentions, éclairé par de très nombreuses publications sur sa vocation européenne ou son urbanisme12. Plusieurs études ont permis, au fil des années 2000, d’établir une connaissance précise du contexte de développement urbain de l’Europe dans la capitale belge13, non sans lien avec une volonté militante et critique vis-à-vis de la place prise par l’UE dans la destruction du tissu urbain ou du patrimoine. La critique du rôle néfaste de l’UE rejoint ici celle de la « bruxellisation » dénoncée depuis les années 1970 par des architectes et intellectuels contestant la destruction du patrimoine bruxellois14. Ainsi, Ludovic Lamant poursuit une approche essentiellement critique15, qui cherche, au travers des apories architecturales bruxelloises, un reflet de l’état politique de l’UE. Cette ostracisation historique, parfois automatique, de la période de l’après Seconde Guerre mondiale à Bruxelles est en cours de révision, comme le souligne les travaux de Géry Leloutre16 ou ceux de Sven Sterken17. Dans ce contexte historiographique, afin de jauger la portée de cet héritage, cette étude entend préalablement analyser les enjeux et contextes qui ont façonné ces trois sites, en confrontant l’histoire des quartiers et édifices européens à l’histoire établie de l’architecture du XXe siècle, qui les ont largement ignorés.

Aux sources d’une histoire institutionnelle, immobilière et architecturale ?

5L’enquête se fonde sur un croisement de sources inédites. Du côté des institutions, les principaux fonds exploités sont issus des Archives historiques de l’Union européenne à Florence (AHUE). Les dossiers de la commission européenne incluant les archives de la Haute Autorité de la CECA de 1947 à 1978 (séries CEAB), ainsi que les archives de la Cour de justice européenne (séries CJUE), renseignent l’installation des institutions et le développement du plateau du Kirchberg à Luxembourg. Par ailleurs, les archives du Parlement européen (PE) de 1958 à 1989 documentent la politique immobilière et la gestion des locaux du PE à Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg (séries PE0, 01 et 02). Enfin, les archives des cabinets des Secrétaires généraux du Parlement contiennent des dossiers particulièrement riches (SG.01, 02 et 03). Le Centre virtuel de la connaissance sur l’Europe, rattaché à l’université du Luxembourg, donne accès à de nombreux éléments concernant les trois sites d’étude. Si les échanges concernant directement la conception et la construction des édifices sont souvent lacunaires, ils sont révélateurs des dynamiques à l’œuvre.

6Les autres sources d’archives consultées renseignent l’action des acteurs nationaux – les États à travers leurs administrations et architectes – et la manière dont ils ont saisi le développement institutionnel. À l’échelon national, l’action des gouvernements en la matière a laissé des traces assez disparates selon les pays et les dossiers. Les Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (France) nous ont permis de restituer la genèse précise de la conception des bâtiments du CdE à Strasbourg (série 185QO). Le fonds de l’architecte Henry Bernard (1912-1994), conservé au Centre d’archives d’architecture contemporaine, documente les étapes de la conception architecturale du Palais de l’Europe construit par ses soins. Aux Archives nationales du Luxembourg, la consultation, au sein du fonds du ministère des Finances, de la série des Travaux publics (FIN-04), renseigne les échanges entre les ministères et la Haute Autorité de la CECA, concernant son installation dans la capitale du Grand-Duché et la construction de bâtiments administratifs au Kirchberg. Enfin, aux Archives générales du Royaume de Belgique, le dépouillement des archives de Victor Bure (1904-1981) relatives à la candidature de Bruxelles comme capitale européenne (série I 531) et incluses dans les fonds du ministère des Travaux publics, informe sur la richesse des investigations menées des années 1950 aux années 1960, en vue d’établir un véritable district européen dans la capitale belge.

7Dans les fonds conservés par des Archives municipales, les trois échelons décisionnels impliqués (Europe / État / Ville) ont laissé des traces importantes. Les documents graphiques des édifices sont conservés au sein des dossiers de permis de bâtir ou dans les dossiers des services techniques des villes impliquées. Grâce aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, aux Archives municipales de la Ville de Luxembourg et à celles de Bruxelles, une conséquente iconographie des projets réalisés et abandonnés a pu être rassemblée.

8En croisant l’ensemble des sources d’archives à la presse nationale ou locale, émergent les décalages récurrents entre les phases de conception vis-à-vis du tempo irrégulier de la construction européenne et de l’agenda politique des États. Bien des édifices évoqués ne sont souvent plus adaptés aux besoins des institutions, alors qu’ils ne sont pas encore sortis de terre ou même achevés. Au vu de la diversité des sources considérées, comme de la complexité des processus, cette étude entend avant tout offrir des perspectives de recherche en éclairant certains des épisodes significatifs et méconnus de cette histoire.

Les trois phases structurantes des sites européens

9Le mémoire, divisé en trois parties chrono-thématiques, encourage une lecture transversale des terrains considérés. Ainsi, la première partie explore la période qui s’étend de 1949 à 1965, de la fondation du CdE en 1949, en passant par la naissance de la CECA en 1951, celle des communautés européennes en 1957, jusqu’à la fusion de leurs exécutifs et l’affirmation d’un statu quo dans la question du siège des institutions. Durant cette première phase, sont imaginées des solutions provisoires (accueil des institutions dans des édifices du patrimoine bâti local aménagés spécifiquement) ou « semi-provisoires », qui durent bien souvent au-delà des objectifs initiaux. À Strasbourg, après avoir reçu la première session du CdE dans des grands édifices publics en 1949, la Ville fournit par exemple, dès 1950, un vaste édifice semi-provisoire construit par l’architecte Bertrand Monnet (1910-1989), architecte en chef des monuments historiques en Alsace depuis 1944. Cet édifice, pourvu d’un hémicycle non national, devient aussi, dès 1952, le lieu de l’Assemblée commune de la CECA. Cette dernière installe provisoirement la quasi-totalité de ses instances (sièges de la Haute Autorité et de la Cour de justice) dans des édifices conçus initialement pour son administration nationale : on peut citer, par exemple, le très élégant bâtiment administratif construit entre 1951 et 1953 par Hubert Schumacher (1896-1961), architecte de l’État et directeur du Service des bâtiments de l’État, dans le centre historique de Luxembourg ville. Durant cette première période, naissent également de stimulants projets théoriques pour le compte des trois métropoles où s’installent les institutions au fil des années 1950, et où certains protagonistes rêvent de districts européens. En effet, des années 1950 aux années 1960, les urbanistes et architectes engagent des études prospectives à l’appui des candidatures des villes en tant que sièges des institutions, lors des différentes et infructueuses campagnes de désignation (fig. 1).

Fig. 1. Projet d’implantation d’une « ville européenne » sur le secteur du quartier de la Robertsau à Strasbourg, 1957, Charles-Gustave Stoskopf architecte

Fig. 1. Projet d’implantation d’une « ville européenne » sur le secteur du quartier de la Robertsau à Strasbourg, 1957, Charles-Gustave Stoskopf architecte

Publié dans Strasbourg invite l’Europe, 1958.

Fig. 2. Premier édifice construit sur le site du Kirchberg pour les institutions, baptisé « immeuble tour » ou « Héichhaus », signé par les architectes Gaston Witry et Michel Mousel (1966)

Fig. 2. Premier édifice construit sur le site du Kirchberg pour les institutions, baptisé « immeuble tour » ou « Héichhaus », signé par les architectes Gaston Witry et Michel Mousel (1966)

Archives nationales de Luxembourg © Photo Édouard Kutter, s.d.

  • 18 . Joseph Petit, « Luxembourg siège des institutions européennes, considérations proposées à l’atten (...)

10Dans la deuxième phase, qui s’étend de 1958 à 1979, les premiers édifices pérennes sortent de terre. S’ils amorcent généralement l’urbanisation des quartiers européens, les modalités de formulation des programmes d’attribution des commandes et la genèse de leur conception révèlent les tensions entre les échelles décisionnelles impliquées. Ces premiers et véritables « palais » européens questionnent tant leur inscription dans leurs contextes que la volonté des architectes de leur apporter une solennité nouvelle, souvent modérée par d’autres considérations, qu’elles soient politiques, économiques ou diplomatiques. Toutefois, à la différence des États lorsqu’ils bâtissent leurs palais nationaux, l’Europe n’est pas ici le véritable prescripteur et ne demeure longtemps qu’un simple usager : elle ne formule pas de doctrine en la matière et, au mieux, exprime ses besoins. Ainsi, au Grand-Duché, l’État enclenche l’urbanisation d’un site au nord du centre historique de la Ville de Luxembourg : « Sur le plateau du Kirchberg, un emplacement peut être mis à disposition pour la création d’une cité européenne nouvelle et de conception urbanistique et architecturale hardie et moderne18 ». Les premiers édifices administratifs qui y sont livrés usent d’un langage rationnel pour fournir des bureaux aux institutions, tout en conservant la possibilité de les attribuer aux administrations nationales si l’Europe devait quitter Luxembourg (fig. 2). À Bruxelles, des dynamiques parallèles se déploient à partir de 1958. Afin de devenir le siège définitif et unique des institutions, le gouvernement belge prend aussi l’initiative de construire un édifice. Les contours du colossal projet du Berlaymont sont très rapidement fixés, et cette construction « en régie » nationale est le fruit d’une désignation directe des architectes par l’État. Ainsi, l’architecte Lucien De Vestel (1902-1967) est nommé à la tête d’un collège d’architectes, où l’on retrouve Jean Gilson (1912-2000) du Groupe Alpha, mais aussi les frères André (1914-1988) et Jean Polak (1920-2012) (fig. 3). Si l’idée lancée en 1959 de regrouper dans le Berlaymont l’ensemble des institutions s’avère irréalisable, le projet constitue un premier marqueur architectural expressif pour le quartier européen. À Strasbourg, le CdE poursuit son essor, sous la houlette de Bertrand Monnet, puis sous la direction d’Henry Bernard, Grand Prix de Rome 1938, inspecteur des bâtiments civils et palais nationaux, désigné par l’État en 1965 au sein d’un comité d’experts pour réfléchir à l’avenir des locaux du CdE. Rapidement, Bernard devient plus qu’un expert et conçoit le nouveau Palais de l’Europe pour héberger le CdE et abriter les sessions du PE. Il opte pour une volumétrie rigide et monumentale, empreints de sa culture Beaux-Arts (fig. 4).

Fig. 3. Le Berlaymont, immeuble de la Commission, livré entre 1967 et 1970 par Lucien De Vestel, Jean Gilson, André et Jean Polak, présenté dans Das Werk: Architektur und Kunst, en 1974

Fig. 3. Le Berlaymont, immeuble de la Commission, livré entre 1967 et 1970 par Lucien De Vestel, Jean Gilson, André et Jean Polak, présenté dans Das Werk: Architektur und Kunst, en 1974

À l’arrière-plan gauche, le bâtiment dit Charlemagne (1967, Jacques Cuisinier), siège du Conseil des Communautés européennes de 1971 à 1995.

© anonyme, s.d.

Fig. 4. Façade sud-ouest du Palais de l’Europe, Henry Bernard architecte, François Debever et Patrick D’Hauthuille, architectes assistants (1977)

Fig. 4. Façade sud-ouest du Palais de l’Europe, Henry Bernard architecte, François Debever et Patrick D’Hauthuille, architectes assistants (1977)

À l’extérieur, le parvis d’accès a été aménagé sur l’emplacement de la première Maison de l’Europe, construite en 1950 par Bertrand Monnet et détruite en 1977.

© Photo G. Bolle, 2018.

  • 19 . L’accord intervenu lors du Conseil européen d’Édimbourg, en décembre 1992, octroie un statut défi (...)

11Enfin, dans une dernière phase, le passage des années 1970 aux années 1980 constitue, pour les trois sites, un temps de crises et de difficultés face à leur propre expansion et à la nécessaire adaptation des méthodes utilisées jusqu’alors pour les bâtir. Cette dernière étape correspond à une phase de contestations des projets et procédures, qui interrogent les ardeurs bâtisseuses des États hôtes dans des termes variés selon les trois sites d’étude. À Luxembourg, le colossal projet imaginé par Roger Taillibert (1926-2019) à la fin des années 1970 pour reconfigurer le Kirchberg, en dépit d’une plastique sculpturale, n’est ni du goût du milieu architectural local, ni de celui des futurs usagers qui ne se projettent pas dans cette tour penchée de 160 mètres de hauteur. À la même période, à Bruxelles, ce sont les habitants qui s’opposent le plus directement aux visées urbaines des institutions : en effet, sous la pression des comités de quartier, qui militent pour une mixité urbaine et le maintien du tissu urbain ancien, l’ampleur du périmètre envisagé pour implanter le Conseil de l’UE, le long de la rue de la Loi, en face du Berlaymont, est restreinte dès 1978. S’engagent alors plusieurs décennies de luttes aux résultats souvent mitigés, fruits de négociations et tractations diverses. Celles-ci se reproduisent, dix ans plus tard, avec la construction très contestée de l’Espace Léopold pour abriter les services du PE à proximité du parc Léopold. À Strasbourg, les habitudes sont bousculées lorsqu’un énième projet pour le compte du CdE, signé par le directeur du service d’architecture, François Sauer (1926), est vertement critiqué par le milieu professionnel. La nouvelle municipalité élue doit désavouer le travail de ses services et organiser, à la hâte, un concours international d’architecture. Cette dernière phase correspond aussi à la période de réflexion sur l’intégration urbaine de ces quartiers. Ayant bâti ses institutions sur un terrain quasi vierge et mis en place, dès 1961 un organe paraétatique efficace avec le Fonds d’urbanisation et d’aménagement du plateau de Kirchberg (FUAK), Luxembourg précède Bruxelles en initiant, dès les années 1980, la réflexion sur ce sujet, selon un processus qui porte aujourd’hui ses fruits. Les décalages des temporalités entre les trois sites sont aussi le fruit de la bataille intense que se livrent ces grandes métropoles. Il faut attendre 1992 pour que soit acté officiellement le fonctionnement polycentrique développé dans les faits depuis les années 195019. Si cette dynamique traverse toute la période d’étude, elle trouve des manifestations plus saillantes en lien avec les élargissements successifs de l’UE (1973, 1981, 1986). Ces contextes poussent en effet les villes à développer de nouveaux projets urbains et architecturaux, parfois au risque de la démesure. Les autorités locales tentent d’améliorer, chacune à leur tour, l’accueil immobilier des institutions. Les échelles politiques, urbaines et architecturales s’entrechoquent, et génèrent un certain nombre de projets inaboutis ou non réalisés, particulièrement révélateurs de ces crispations.

Fig. 5. Édifice en acier abritant la cour de justice des communautés européennes, Jean-Paul Conzemius, Francis Jamagne et Michel van der Elste architectes (1973)

Fig. 5. Édifice en acier abritant la cour de justice des communautés européennes, Jean-Paul Conzemius, Francis Jamagne et Michel van der Elste architectes (1973)

Archives nationales de Luxembourg © Photo Édouard Kutter, s.d.

Le poids des acteurs sur une architecture « européenne » ?

12La recherche interroge deux aspects transversaux : le premier concerne le poids des acteurs et le second s’attache à la compréhension des formes produites. Dans les trois sites d’étude, l’État, la Ville et le secteur privé prennent tour à tour en charge la construction des édifices, en dépêchant des architectes de l’administration publique ou des maîtres d’œuvre libéraux. Ainsi, certains protagonistes sont plus durables ou récurrents, à l’instar de Bertrand Monnet ou Henry Bernard à Strasbourg, Laurent Schmit (1924-2002) à Luxembourg, ou des membres du Groupe Alpha à Bruxelles. Souvent, les architectes, consultés en tant qu’experts, deviennent les maîtres d’œuvre d’un programme qu’ils ont préalablement élaboré. La trajectoire d’Henry Bernard auprès du CdE est, à ce titre, la plus étonnante. Même si leurs plans se déploient plus ou moins harmonieusement et que de nombreuses tensions émaillent leurs interventions, des urbanistes – étrangers cette fois-ci – comme le bernois Hans Aregger (inc.) ou le parisien Pierre Vago (1910-2002) sont mandatés très tôt afin d’imaginer le développement urbain du quartier européen sur le plateau du Kirchberg.

  • 20 . Aymone Nicolas, L’apogée des concours internationaux d’architecture : l’action de l’UIA, 1948-197 (...)

13En tous cas, si ces nominations effectuées depuis les ministères ou par les Villes ne suscitent pas de débats, progressivement, la nécessité d’ouvrir l’accès à ces commandes se fait jour. Le Luxembourg est précurseur, notamment pour la construction de la Cour de Justice, grâce à la désignation d’une équipe rassemblant le luxembourgeois Jean-Paul Conzemius associé à deux architectes anversois, François Jamagne et Michel Van der Elst, via un concours à plusieurs tours. Leur temple d’acier modernisé, livré en 1973, constitue une affirmation architecturale nette et durable de l’expression d’une justice européenne (fig. 5). Les exemples bruxellois soulignent souvent la limite de l’exercice puisqu’en associant les promoteurs dès les phases initiales de concours, les résultats architecturaux sont souvent bien moins éloquents. À partir des années 1980, la systématisation de la procédure de concours, plus ou moins alignée sur les cadres nationaux d’attribution de la commande20, permet une internationalisation des signatures, attachant le prestige institutionnel à l’aura de grands noms de l’architecture contemporaine, comme avec l’intervention du britannique Richard Rogers (1933-2021) à Strasbourg pour la construction de la Cour européenne des droits de l’homme, inaugurée en 1995.

  • 21 . Pierre Laconte, « Bruxelles, perspective et histoire d’une cosmopole », in Bruxelles, la Belgique (...)
  • 22 . Véronique Biau, Les architectes au défi de la ville néolibérale, Marseille, Éditions Parenthèses, (...)
  • 23 . Gilles Pinson, La ville néolibérale, Paris, PUF, 2020.

14Enfin, le rôle joué par certains acteurs « intermédiaires » – architectes, urbanistes et experts – est particulièrement manifeste. La figure de Victor Bure, directeur du département urbanisme au ministère des Travaux publics belge, est significative dans le confortement du site bruxellois et l’organisation d’une procédure de désignation d’une capitale à la fin des années 1950. Plus largement, le poids durable des services d’architecture, héritiers de longues traditions au sein des ministères des Travaux publics (au Luxembourg et en Belgique) ou des Villes (à Strasbourg), est ici manifeste. Le FUAK à Luxembourg ou la Société d’aménagement et d’équipement de la région de Strasbourg, organismes parapublics, sont tout aussi essentiels. À Bruxelles, la tâche est encore plus ardue puisque, comme le rappelle Pierre Laconte, « les responsables politiques ont laissé au secteur privé la responsabilité d’aménagements décisifs21 ». Bruxelles a de cette manière devancé les autres sites dans le passage à un urbanisme de fonctionnement néo-libéral, bouleversant les conditions de la commande et de l’exercice des architectes22, comme les modes de production de la ville23 dans les années 1980.

  • 24 . Henry Bernard, « Le Palais de l’Europe », Saisons d’Alsace, 1976, no60.
  • 25 . Rob Krier, « Lettre ouverte adressée à M. Taillibert », L’Architecture d’Aujourd’hui, septembre 1 (...)

15Ainsi, les formes bâties au service des institutions depuis les années 1950 expriment plusieurs tiraillements : entre le provisoire et l’idéal de pérennité, entre l’austérité et l’ostentation, entre la fonctionnalité et l’ambition symbolique. Certains concepteurs assument cette dualité comme Henry Bernard pour la construction, en 1977, du Palais de l’Europe à Strasbourg : « L’édifice vise à affirmer simultanément, par la musculature de sa plastique extérieure, que l’union fait la force, tout en manifestant, par son ambiance intérieure souriante et sereine, où dominent les courbes, l’ambiance de cordialité confiante nécessaire à la libre confrontation des idées24 ». Généralement, l’équilibre fragile et évolutif des institutions se traduit spatialement par une architecture d’agrégats, de passerelles, d’extensions et de greffes. La déroute de nombreux projets révèle aussi des pans méconnus de l’histoire, comme l’échec du très ambitieux projet conçu par Taillibert pour le Kirchberg en 1979, dont la forme même est l’objet de vives critiques25. Si l’échelle des édifices frise souvent la démesure, ils peinent pourtant à acquérir le statut de monuments reconnus et identifiés au pouvoir européen, et le patrimoine qu’ils constituent a bien souvent été effacé au fil du temps.

16En réalité, se projette sur le terrain européen la diversité des tendances qui traversent la scène architecturale internationale depuis le milieu du XXe siècle. De la multiplicité et richesse des intentions à leur difficile et parfois impossible réalisation, l’histoire des édifices institutionnels européens, au-delà de contextes exceptionnels, nous parle de la conception architecturale et urbaine en général. Cette histoire questionne ainsi fondamentalement l’établissement des critères du choix des maîtres d’œuvre et du jugement de l’architecture, l’expression symbolique et formelle du pouvoir, les bâtisseurs ne pouvant jamais s’extraire des contextes sociaux et politiques qui orientent leurs interventions.

Haut de page

Notes

1 . L’auteur, architecte DPLG et historien de l’architecture, est maître de conférences à l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg et chercheur à l’UR 3400 ARCHE. La recherche présentée dans cet article est issue du mémoire inédit en vue de l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches, soutenue le 17 novembre 2021, intitulé L’architecture des édifices institutionnels européens à Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles : des palais « provisoires », symboles de la vocation des capitales (1949-92) ? (Le dossier d’habilitation étant composé de quatre volumes et intitulé Acteurs de la conception architecturale et formes bâties : académisme et processus de modernisations au XXe siècle en Europe). Le jury était composé de Enrico Chapel, professeur en histoire et cultures architecturales, École nationale supérieure d’architecture de Toulouse ; Bruno Marchand, professeur honoraire de théorie de l’architecture, École polytechnique fédérale de Lausanne, rapporteur ; Jean-Baptiste Minnaert, professeur d’histoire de l’art contemporain, Sorbonne Université, rapporteur ; Claire Parin, professeure émérite en ville et territoire, École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux ; Émilie d’Orgeix, directrice d’études, histoire culturelle des techniques à partir du Moyen Âge, École pratique des hautes études, université Paris Sciences & Lettres ; Gilles Ragot, professeur en histoire de l’art contemporain à l’université Bordeaux Montaigne, garant. La recherche inédite est présentée dans le volume 3 (mémoire inédit, 214 p.) et l’ensemble de l’iconographie inédite relative aux trois sites d’études est rassemblé dans le volume 4 (cahier iconographique, 465 figures, 192 p.).

2 . Gauthier Bolle, « L’architecture du quartier européen à Strasbourg depuis 1949 : enjeux locaux d’un développement institutionnel supranational », In Situ. Revue des patrimoines (en ligne), 12 février 2019, no38 [https://journals.openedition.org/insitu/20202].

3 . Le rôle du CdE, dans la structuration du site alsacien, nous a amenés à élargir l’étude en incluant cette organisation internationale.

4 . Dirk Spierenburg et Raymond Poidevin, Histoire de la Haute autorité de la Communauté européenne du charbon et de l’acier : une expérience supranationale, Bruxelles, Bruylant, 1993.

5 . Birte Wassenberg, Histoire du Conseil de l’Europe, Strasbourg, Éditions du Conseil de l’Europe, 2013.

6 . Michel Dumoulin (dir.), La Commission européenne, 1958-1972 : histoire et mémoires d’une institution, Bruxelles, Commission européenne, 2007.

7 . Carola Hein, The Capital of Europe: Architecture and Urban Planning for the European Union, Westport, Conn, Praeger, 2004.

8 . Carola Hein, « Une capitale européenne polycentrique et opportuniste. Un nouveau paradigme pour la localisation et la répartition géographique du siège des institutions de l’UE ainsi que pour la conception de quartiers européens à Bruxelles et dans d’autres villes d’accueil », Brussels Studies (en ligne), 18 décembre 2006, no2 [https://journals.openedition.org/brussels/313?lang=nl], consulté le 11 août 2021.

9 . On peut toutefois citer Denis Durand de Bousingen, « Les premiers bâtiments du Conseil de l’Europe et la naissance du “quartier européen” de Strasbourg, 1949-1979 », Annuaire de la Société des Amis du Vieux Strasbourg, 2011, p. 157‑184.

10 . Michel Pauly, « Luxembourg et Kirchberg : ville médiévale et capitale européenne », in, Jean-Luc Fray et al. (dir.), Urban Spaces and the Complexity of Cities, Cologne/Weimar/Vienne, Bohlau Verlag, « Städteforschung, 97 », 2018, p. 273‑288.

11 . Fernand Pesch, Le Fonds d’urbanisation et d’aménagement du plateau de Kirchberg (FUAK) : histoire d’un mal-aimé, Esch-sur-Alzette, Le Phare, 2014.

12 . Thierry Demey, Bruxelles : Chronique d’une capitale en chantier, tome 2, De l’Expo’58 au siège de la CEE, Bruxelles, Paul Legrain, 1992 ; Paula Dumont, Bruxelles, 175 ans d’une capitale, Liège, Mardaga, 2005 ; Pierre Laconte (dir.), Bruxelles, la Belgique et l’Europe. Un urbanisme cosmopolite, Lyon, Certu, 2007 ; Roel De Groof et Geertrui Elaut, Europe in Brussels. Du district fédéral du monde à la capitale de l’Europe, 1900-2010, Tielt, Lannoo, 2010.

13 . Thierry Demey, Bruxelles, capitale de l’Europe, Bruxelles, Badeaux, 2007.

14 . Gaël Comhaire, « Activisme urbain et politiques architecturales à Bruxelles : le tournant générationnel », L’Information géographique, 2012, vol. 76, no3, p. 9‑23.

15 . Ludovic Lamant, Bruxelles chantiers : une critique architecturale de l’Europe, Montréal, Lux Éditeur, 2018.

16 . Géry Leloutre, « Tracer les contours de la transformation moderne de Bruxelles », p. 195-216, in Panos Mantziaras et Paola Viganò (dir.), Racines modernes de la ville contemporaine, Distances et formes de résilience, Genève, MétissPresses, 2019.

17 . Sven Sterken, « Bruxelles, ville de bureaux. Le Berlaymont et la transformation du quartier Léopold », Bruxelles patrimoine, septembre 2015, no15‑16, p. 102‑117.

18 . Joseph Petit, « Luxembourg siège des institutions européennes, considérations proposées à l’attention de la commission européenne des experts en matière d’urbanisme lors de leur visite à Luxembourg les 19 et 20 mars 1958 », 1958. Archives de la Ville de Luxembourg, LU82.1.2/225.

19 . L’accord intervenu lors du Conseil européen d’Édimbourg, en décembre 1992, octroie un statut définitif aux trois villes sièges des institutions européennes.

20 . Aymone Nicolas, L’apogée des concours internationaux d’architecture : l’action de l’UIA, 1948-1975, Paris, Picard, 2007.

21 . Pierre Laconte, « Bruxelles, perspective et histoire d’une cosmopole », in Bruxelles, la Belgique et l’Europe. Un urbanisme cosmopolite, Lyon, Certu, 2007.

22 . Véronique Biau, Les architectes au défi de la ville néolibérale, Marseille, Éditions Parenthèses, 2020.

23 . Gilles Pinson, La ville néolibérale, Paris, PUF, 2020.

24 . Henry Bernard, « Le Palais de l’Europe », Saisons d’Alsace, 1976, no60.

25 . Rob Krier, « Lettre ouverte adressée à M. Taillibert », L’Architecture d’Aujourd’hui, septembre 1978, no198.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Projet d’implantation d’une « ville européenne » sur le secteur du quartier de la Robertsau à Strasbourg, 1957, Charles-Gustave Stoskopf architecte
Crédits Publié dans Strasbourg invite l’Europe, 1958.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5442/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2. Premier édifice construit sur le site du Kirchberg pour les institutions, baptisé « immeuble tour » ou « Héichhaus », signé par les architectes Gaston Witry et Michel Mousel (1966)
Crédits Archives nationales de Luxembourg © Photo Édouard Kutter, s.d.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5442/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Fig. 3. Le Berlaymont, immeuble de la Commission, livré entre 1967 et 1970 par Lucien De Vestel, Jean Gilson, André et Jean Polak, présenté dans Das Werk: Architektur und Kunst, en 1974
Légende À l’arrière-plan gauche, le bâtiment dit Charlemagne (1967, Jacques Cuisinier), siège du Conseil des Communautés européennes de 1971 à 1995.
Crédits © anonyme, s.d.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5442/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9M
Titre Fig. 4. Façade sud-ouest du Palais de l’Europe, Henry Bernard architecte, François Debever et Patrick D’Hauthuille, architectes assistants (1977)
Légende À l’extérieur, le parvis d’accès a été aménagé sur l’emplacement de la première Maison de l’Europe, construite en 1950 par Bertrand Monnet et détruite en 1977.
Crédits © Photo G. Bolle, 2018.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5442/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 5. Édifice en acier abritant la cour de justice des communautés européennes, Jean-Paul Conzemius, Francis Jamagne et Michel van der Elste architectes (1973)
Crédits Archives nationales de Luxembourg © Photo Édouard Kutter, s.d.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5442/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gauthier Bolle, « L’Europe à Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles : palais et quartiers « provisoires », symboles architecturaux et urbains de la vocation des capitales (1949-1992) ? »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 385-399.

Référence électronique

Gauthier Bolle, « L’Europe à Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles : palais et quartiers « provisoires », symboles architecturaux et urbains de la vocation des capitales (1949-1992) ? »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5442 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5442

Haut de page

Auteur

Gauthier Bolle

Architecte DPLG et historien de l’architecture, maître de conférences HDR à l’école nationale supérieure d’architecture de Strasbourg et chercheur à l’UR 3400 ARCHE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search