Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148La vie démocratique et l'opinion ...Les élections présidentielles et ...

La vie démocratique et l'opinion de l'Alsace

Les élections présidentielles et législatives du printemps 2022 en Alsace

Richard Kleinschmager
p. 307-351

Texte intégral

1Depuis les débuts de la Ve République à la fin des années cinquante du XXe siècle, plusieurs crises ont jalonné la vie politique mais aucune n’a été aussi singulière que la crise de l’épidémie de Covid-19 des années 2020 et 2021. Pendant un temps, elle a paru menacer l’humanité et conduit à des restrictions de la vie usuelle que seules les guerres auparavant avaient suscitées. À cette crise sanitaire, s’est ajoutée une véritable guerre menée par la Russie contre l’Ukraine aux frontières orientales de l’Union européenne. La vie démocratique n’a pas cédé aux peurs et aux craintes. Elle a respecté son pas de temps et a suivi des évolutions déjà entamées auparavant démontrant par là, la solidité des institutions qui encadrent le destin du pays. Les élections du printemps ont infléchi une évolution lente des forces politiques au-delà du clivage droite-gauche longtemps surdéterminant. Elles ont surpris en introduisant une variété nouvelle de rapports entre l’élection-phare des présidentielles et les élections législatives qui avec le temps avaient pu paraître secondaires. À leur façon, elles ont redistribué certaines cartes du jeu démocratique.

Une campagne présidentielle dans l’ombre portée des crises sanitaires et internationales

Un contexte singulièrement anxiogène

2Rarement une campagne présidentielle n’a été marquée par une atmosphère de crise aussi sévère. La campagne présidentielle du printemps 2022 s’est inscrite dans le souffle des deux années dévastatrices de la crise sanitaire de la maladie à coronavirus Covid-19 qui s’est développée en Europe au début de la décennie 2020. Au moment des élections de 2022, après deux années, la crise sanitaire a semblé tirer à sa fin. Cette crise a largement déstructuré les économies et les sociétés du monde entier, imposant notamment des confinements de population jamais pratiqués à cette échelle auparavant et causant un nombre de morts considérable. Trois confinements successifs ont été imposés en France, en mars puis en novembre 2020, et en avril 2021. Pendant la seule période du premier confinement du 2 mars au 11 mai 2020, le Grand Est a enregistré une surmortalité de 48 % par rapport aux années antérieures. Lors de cette première phase, l’excès de mortalité a atteint les 113 % dans le Haut-Rhin et 58 % dans le Bas-Rhin. Les plus de 80 ans ont représenté les deux tiers de l’excédent de mortalité et les plus de 70 ans l’autre tiers. Le Grand Est a enregistré 9 500 décès supplémentaires du printemps 2020 au printemps 2021. Les maisons de retraite ont été décimées. Nombre de familles endeuillées ont été affectées par les conditions très restrictives dans lesquelles elles ont pu accompagner leurs proches jusqu’au décès. Lors du premier confinement, certaines mesures, jamais connues depuis la dernière guerre mondiale, ont visé les populations dans leur quotidien. La stricte limitation des déplacements hors de chez soi ou l’obligation d’être détenteur d’une autorisation pour le faire dans des cas exceptionnels et sur des distances limitées, ont rompu les habitudes de vie et marqué les esprits. Dans les périodes où les déplacements ont été à nouveau autorisés, le port du masque a été imposé ainsi que d’autres gestes dits barrières. L’appel à la vaccination a été largement suivi puisque au printemps 2022, au moment de l’élection présidentielle, près de 78 % de la population française avaient reçu une vaccination complète.

3Cette crise sanitaire a aussi profondément transformé la sociabilité de l’ensemble de la population largement repliée sur la sphère privée jusqu’au début de l’année 2022. En instaurant le travail à distance grâce à l’équipement informatique individuel de ses personnels en situation de l’utiliser, le monde du travail a vu s’installer de nouveaux rapports, plus distanciés, selon des modalités très variables, afin de limiter les déplacements. Après un hiver très doux et très sec, le début de la campagne électorale 2022 a correspondu à un allégement de la pression sanitaire. Les cinq vagues successives de l’épidémie de Covid qui ont précédé l’élection ont été porteuses d’anxiété face aux risques sanitaires et économiques. Elles ont généré des protestations de plus en plus affirmées et structurées avec le temps dans des mouvements dits de « liberté » ou « antivax », avec des manifestations régulières sur la voie publique, le plus souvent le samedi après-midi. Elles ont paru prendre le relais et l’esprit du mouvement des gilets jaunes qui avait profondément marqué le début du quinquennat d’Emmanuel Macron. Le 17 novembre 2018, acte I de leur mouvement, les gilets jaunes avaient convergé vers 3 000 ronds-points de tout le pays et les manifestations, parfois transformées en véritable guérilla urbaine, avaient paru menacer gravement l’ordre public tous les samedis de novembre à décembre 2018. En Alsace, des groupes de gilets jaunes briefés par les réseaux sociaux avaient également participé à des rassemblements de samedi en samedi le long de l’hiver à partir du samedi 17 novembre 2018 où près de 10 000 personnes avaient convergé vers les principaux ronds-points de la région. Symboliquement, la statue de la liberté à l’entrée de Colmar avait été revêtue d’un gilet jaune. Seul l’attentat de Strasbourg opéré par Cherif Chekatt, le 18 décembre 2018 où cinq personnes avaient perdu la vie, avait provoqué une pause dans le cortège des protestations.

4Députée de la majorité présidentielle de la 4e circonscription du Bas-Rhin incluant à l’ouest de Strasbourg, les cantons de Lingolsheim, Hoenheim et Illkirch-Graffenstaden, Martine Wonner est devenue l’une des figures de proue des mouvements d’opposition à la politique sanitaire du ministre de la Santé Olivier Véran. Cette sensibilité minoritaire de l’opinion publique s’est caractérisée par son soutien à la prescription de l’hydroxychloroquine confortant les thèses du biologiste Didier Raoult, par la défiance sur le port du masque, l’obligation vaccinale et le pass sanitaire, non sans une certaine violence polémique. La députée Martine Wonner a tiré les conséquences de ses prises de position en créant sa propre formation « Ensemble pour les libertés » et en proposant 25 candidatures aux législatives de 2022 dont la sienne. En décembre 2021, l’épidémie de Covid-19 a été relancée par le variant Omicron après le variant Delta. Confronté à Omicron, moins agressif mais nettement plus contagieux, le département du Bas-Rhin a enregistré 7 310 nouveaux cas pour la seule période du 13 au 19 décembre 2021, à quelques semaines du début de la campagne électorale. Ce n’est pas le seul événement anxiogène qui est venu aviver les inquiétudes peu de temps avant les élections.

5Dans le déni d’un possible danger de guerre pourtant annoncé par les responsables politiques américains informés par leurs services de renseignement, la fable de manœuvres de guerre de la Russie aux portes de l’Ukraine s’est effondrée le 24 février 2022 quand les troupes russes ont réellement déployé des unités d’infanterie soutenues par des unités de blindés et l’aviation sur l’Est de l’Ukraine. Le but était d’encercler rapidement les principales villes d’Ukraine, y compris Kiev. Ceci s’est produit à 45 jours du premier tour de l’élection présidentielle française. Cette entrée en guerre dénommée « opération spéciale » par les agresseurs, une première en Europe depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, a laissé nombre de personnes et de responsables politiques, incrédules. Cette nouvelle guerre sur le sol européen à 2 000 km de l’Alsace, a transformé la tonalité de la compétition électorale. Elle a obligé le chef de l’état à se consacrer à la crise politique internationale, d’autant qu’il était à ce moment à la tête de l’Europe, la France ayant pris la présidence tournante de l’Union européenne au 1er janvier 2022. Nul ne peut disconvenir que le contexte de l’élection présidentielle a été à plusieurs titres, profondément inquiétant voire anxiogène. À Strasbourg où siège depuis 1949 le Conseil de l’Europe, ce climat anxiogène a été d’autant plus prégnant que la Fédération de Russie, 26 ans après son adhésion, a été exclue par décision du 15 mars 2022 de l’Assemblée parlementaire du Conseil. Le corollaire terrible de cette décision est que plus aucun citoyen russe ne peut désormais déposer un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme. Le consulat de Russie, place Brant, installé dans le beau bâtiment construit en 1904 par la famille Oppenheimer, propriétaire des Tanneries de Lingolsheim, est depuis entouré de barrières protectrices et a perdu son statut d’ambassade auprès du Conseil de l’Europe.

  • 1 . Didier Breton, Nicolas Belliot, Magali Barbieri, Hippolyte d’Albis, Magali Mazuy, « L’évolution d (...)

6Sur le plan économique, précédant la guerre, les incertitudes à long terme dominent et le risque d’une crise économique internationale majeure n’est écarté par aucun observateur. La baisse de la natalité, de l’espérance de vie et du nombre des mariages ainsi qu’une certaine diminution de l’immigration mesurée par la baisse des titres de séjour ont été des conséquences directes de la crise de la Covid analysées notamment par Didier Breton, professeur à l’université de Strasbourg1.

  • 2 . Céline Rousseau, « Population : les communes qui montent », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition (...)

7En 2020, la natalité a baissé de 17 000 enfants en France par rapport à 2019 et, contrairement à une idée reçue, le confinement n’a pas suscité d’augmentation des conceptions. La surmortalité de 2020 de 9,1 % avec 668 900 décès a enclenché une baisse de l’espérance de vie de six mois et généré le premier solde naturel négatif de l’après-guerre, même si la France est restée le pays de l’Union européenne à la plus forte croissance démographique. L’Alsace n’a pas échappé aux tendances générales sur un fond de gain régulier de population au cours des dernières années. Comme le rappelle la journaliste Céline Rousseau2, au 1er janvier 2022, la population de l’Alsace est officiellement estimée à 1 907 103 habitants soit une croissance de 2 % depuis 2013, plus accentuée dans le Bas-Rhin (1 140 057 habitants et + 2,7 %) que dans le Haut-Rhin (767 086 habitants et + 1,1 %).

  • 3 . INSEE, « Tableau de bord de la conjoncture : Grand Est », paru en ligne le 31.05.2022.

8Sur le plan économique, à proximité de l’élection, avant la crise ukrainienne, un certain vent d’optimisme conjoncturel a soufflé après les incertitudes et les pertes des deux années terribles de la crise sanitaire. Certains secteurs comme l’hôtellerie et la restauration, les services, les loisirs et les spectacles ont connu des évolutions très négatives deux années durant, partiellement compensées par des interventions massives de l’État face aux pertes d’exploitation des entreprises et face au chômage partiel des salariés induit par le confinement. Entre le 1er mars et le 1er juin 2020, 13,1 millions de salariés ont vu leur chômage partiel financièrement compensé par l’État dont 423 000 en Alsace. L’aide étatique a permis aux entreprises de verser une indemnité représentant au moins 70 % des salaires bruts. Sur la période proche de l’élection, l’évolution conjoncturelle de l’emploi a été plutôt favorable en Alsace selon l’INSEE3.

9Le nombre de salariés a progressé de 468 600 à 478 100 dans le Bas-Rhin et de 263 000 à 268 500 dans le Haut-Rhin, du 1er trimestre 2021 au 1er trimestre 2022. Quant au taux de chômage, il est passé sur la même période de 6,9 % à 6,3 % dans le Bas-Rhin. Situé à un niveau plus élevé dans le Haut-Rhin, il a diminué de 8,1 % à 7,3 % soit un taux intermédiaire entre les 7,2 % du Grand Est et les 7,4 % de la moyenne nationale. Après la crise économique majeure du printemps 2020, les données ont convergé pour souligner la relative bonne reprise économique de l’Alsace en général et du Bas-Rhin en particulier, avant que la crise ukrainienne ne génère des craintes majeures sur les économies européennes.

10Cette crise a brouillé les logiques de la campagne présidentielle qui venait de s’engager. L’opinion publique a été ébranlée par l’information provenant d’Ukraine qui a saturé l’espace médiatique jusqu’à la semaine qui a précédé le premier tour. Mobilisation des diplomaties, bombardements et destructions des villes, crimes de guerre contre des civils, évacuation et émigration massive de femmes et d’enfants, menace nucléaire, tout cela sur le sol européen à 2 000 km en voiture de Strasbourg, a produit la campagne électorale la plus singulière de la Ve République. Un « effet drapeau » faisant remonter la cote du président sortant au début de la crise s’est vite estompé dès que celui-ci a quitté ses habits de chef des armées pour ceux de simple candidat à la présidence parmi d’autres qui, avant qu’il ne se déclare, pouvaient avoir le sentiment de boxer dans le vide.

Une mobilisation politique difficile et laborieuse

  • 4 . IFOP, sondage pour Paris-Match et Sud Radio, 18 février 2022.

11Les événements géopolitiques mondiaux et la crise de la Covid dont la cinquième vague liée au variant Omicron s’est déployée à la fin 2021, ont fait de cette campagne présidentielle 2022, une campagne atypique. Élection reine de la vie politique française, la présidentielle de 2022 a longtemps été presque inaudible face aux urgences sanitaires et diplomatiques. Avant l’agression militaire de l’Ukraine par la Russie, le 24 février 2022 à 45 jours du premier tour, les candidatures se sont manifestées progressivement. Marine Le Pen s’est déclarée candidate le 12 septembre 2021 à Fréjus. Le 28 septembre Yannick Jadot a été désigné candidat des Verts à l’issue d’une primaire interne où il l’a emporté sur Sandrine Rousseau avec 51 % des quelques 120 000 votants écologistes. En Alsace, plusieurs élus écologistes de poids ont soutenu la candidature de l’eurodéputé Jadot dont Alain Jund, Jacques Fernique, Frédéric Hilbert, Caroline Rheys, Pierre Ozenne ou Michèle Sengelen. Anne Hidalgo, maire de Paris a été déclarée candidate officielle du Parti socialiste (PS) le jeudi 14 octobre 2022 par 72 % des militants en l’emportant sur Stéphane Le Foll. En Alsace, ses comités de soutien ont été pilotés par Antoine Homé dans le Haut-Rhin, Céline Geissmann et Thierry Sother dans le Bas-Rhin. Le 8 novembre 2021 sur le plateau de TF1, Jean-Luc Mélenchon a annoncé sa candidature approuvée par 96,2 % des participants d’une « assemblée représentative de son parti » début décembre 2022. Le 30 novembre 2021, Éric Zemmour, journaliste, écrivain, éditorialiste, lance sa candidature dans une vidéo. Il vise d’emblée à bousculer Marine Le Pen sur sa droite, avec un positionnement radical et nationaliste. Il atteint une popularité rapide et forte à tel point qu’à la mi-février, un sondage4 le place en deuxième position derrière Emmanuel Macron avec 16,5 points soit 0,5 point de plus que sa concurrente lepéniste.

  • 5 . Olivier Claudon, « Un appel de la société civile en faveur d’Emmanuel Macron », Dernières Nouvell (...)

12Le 4 décembre 2022 Valérie Pécresse est désignée candidate du parti les Républicains (LR) à la présidentielle via un congrès réservé aux seuls adhérents. Elle l’emporte avec 60 % des suffrages sur son concurrent direct Éric Ciotti. Un comité de soutien comportant des poids lourds de la vie politique alsacienne, les députés Patrick Hetzel, Philippe Meyer, Frédéric Reiss et Claude Kern, la sénatrice Elsa Schalck, l’eurodéputée Anne Sander, est constitué en janvier 2022. La même démarche est opérée dans le Haut Rhin autour des députés Jacques Cattin, Yves Hemedinger, Raphaël Schellenberger, de la maire de Mulhouse Michèle Lutz et du maire de Colmar Éric Straumann. Le 19 janvier 2022 Arnaud Montebourg renonce à se présenter comme le fera Christine Taubira le 2 mars malgré sa victoire à une « primaire populaire » organisée par un collectif de citoyens. Le Parti communiste (PC) avait proposé la candidature de son secrétaire national Fabien Roussel, quinze ans après Marie-George Buffet, dès avril 2021, choisissant de ne pas soutenir directement la candidature de Jean-Luc Mélenchon comme en 2012 et 2017. Les deux partis trotskistes, Lutte ouvrière et le Nouveau parti anticapitaliste ont présenté comme en 2017 leurs candidats, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou. À droite, Nicolas Dupont-Aignan, et au centre droit Jean Lasalle, tous deux déjà candidats en 2017, ont complété une offre électorale très proche de la présidentielle précédente, Éric Zemmour étant le seul à présenter une candidature originale et nouvelle. Quant au président de la République en exercice, comme François Mitterrand en 1988 ou Jacques Chirac en 2002 avant lui, il a retardé le plus longtemps possible son entrée en campagne. Aux préoccupations tactiques de ses prédécesseurs, s’est ajoutée la réalité de la guerre en Ukraine à compter du 24 février 2022. La conduite de moments diplomatiques délicats, entre autres, les discussions téléphoniques avec le fauteur de guerre Vladimir Poutine et les concertations avec les partenaires européens au titre de la présidence française de l’Union, a mobilisé l’Élysée. Réservant la télévision à la parole présidentielle, c’est par un communiqué à la presse régionale le 2 mars 2022 qu’il a annoncé son intention de se porter candidat à sa propre succession. Un comité de soutien Alsace à sa candidature animé par Didier Pettermann, conseiller régional et viticulteur de Dambach-la-Ville, a été constitué comprenant des personnalités venues du PS et du centrisme dont les anciens maires de Strasbourg, Fabienne Keller et Roland Ries, l’ancien maire de Schiltigheim Jean-Marie Kuttner, l’ancien ministre François Loos ou encore l’ancien député Alain Ferry et l’ancien 1er vice-président de la Région Alsace, Bernard Stoessel. Quant à la société civile, elle manifestera son soutien à Emmanuel Macron notamment par un appel de scientifiques, les trois prix Nobel de l’université de Strasbourg, Jean-Marie Lehn, Jules Hoffmann et Jean-Pierre Sauvage mais aussi Jacques Marescaux fondateur de l’Institut de recherche contre les cancers de l’appareil digestif (Ircad) et le chimiste Thomas Ebessen, prix Kavli, à voter en sa faveur au regard « du développement des populismes et obscurantismes de tous ordres et d’une menace islamiste toujours présente5 ».

13La campagne de 2022, malgré ses inévitables diatribes, postures et disputes s’est révélée moins tourmentée que celle de 2017 où les révélations sur le train de vie de François Fillon et ses démêlés avec la Justice par exemple, avaient animé la campagne. La vivacité de la campagne a certainement pâti du fait que l’offre politique globale est apparue comme un décalque de celle de 2017 avec pas moins de sept candidats sur douze déjà présents il y a cinq ans. Les réseaux sociaux ont pris une place déterminante au détriment des meetings et autres voyages des campagnes politiques d’avant le Covid. Les présences physiques des candidats en Alsace ont été peu nombreuses et courtes. Éric Zemmour a passé la journée du 18 décembre 2021 dans le Haut-Rhin à la rencontre de ses soutiens, notamment dans le vignoble, à Husseren-le-Château, Riquewihr et Hunawihr. Jean-Luc Mélenchon a tenu un meeting sur le thème de l’Europe le mercredi 19 janvier 2022 au Palais de la musique et des congrès de Strasbourg. Ce même jour Yannick Jadot a rencontré ses supporters à la salle de l’Aubette à Strasbourg. Marine Le Pen a fait un déplacement éclair au marché de la halle aux houblons à Haguenau le vendredi 1er avril.

  • 6 . Laurent Bodin, « À Chalampé, une visite présidentielle politique et policée », Dernières Nouvelle (...)

14L’Alsace n’a visiblement pas figuré dans les priorités de déplacement des candidats dans cette campagne du premier tour. Ceci n’a pas contribué à populariser la question de la sortie de l’Alsace du Grand Est que le président de la Collectivité européenne d’Alsace (CeA) regroupant les deux anciens départements alsaciens, Frédéric Bierry, entendait plaider auprès des candidats. Pour appuyer sa démarche, une consultation dite « grande consultation citoyenne » en vue de la sortie du Grand Est avait été opportunément organisée du 21 décembre 2021 au 21 février 2022. Le corps électoral des personnes susceptibles de participer à cette consultation avait été défini de la manière la plus large qui soit. Toutes les personnes majeures habitant sur le territoire de la CeA ainsi que les personnes déclarant y avoir leur attache pouvaient participer à cette consultation. Dans les documents invitant à voter, il était précisé que cette enquête citoyenne avait pour seul but d’éclairer le conseil de la collectivité et son président. À la question posée, « l’Alsace doit-elle sortir du Grand Est pour redevenir une région à part entière ?», 142 200 personnes ont répondu oui, 11 644 non, soit 92,4 % de oui pour 7,6 % de non. Au premier tour des élections départementales de 2021, 361 713 personnes s’étaient exprimées, le corps électoral alsacien étant de 1 296 881 personnes. Au référendum de 2013 portant sur la fusion de la Région Alsace avec les deux conseils généraux, 255 403 électeurs avaient voté oui en faveur de la fusion sur un total de 443 026 votants. Seul le quorum de 50 % des voix représentant au moins 25 % des inscrits avait empêché la nouvelle collectivité régionale alsacienne de se mettre en place. La consultation organisée par la CeA n’a fait que réitérer sur un mode discutable inspiré par les techniques de communication surfant sur la mode référendaire, une constante des enquêtes sur l’opinion publique alsacienne, le souhait d’une majorité d’Alsaciens de reconstituer une région Alsace et de sortir du Grand Est. Quant au chef de l’État, il s’est rendu ès-qualités plutôt que comme candidat, lundi 17 janvier 2022, sur le site de Chalampé afin notamment de saluer l’investissement de 300 millions d’euros de la BASF, le géant allemand de la chimie, ainsi que les salariés du site qui l’ont ovationné, et de s’entretenir avec les élus présents6.

Les thèmes peu différenciés d’une campagne sans éclat

  • 7 . émilie Roussey, « Sondage BFMTV-Présidentielle 2022 : le pouvoir d’achat principale préoccupation (...)

15Le contexte international et la crise de la Covid ont, à certains égards, cannibalisé une campagne électorale où les candidats ont peiné à faire entendre leur voix sur leurs thématiques de campagne. Fortement poussée par le Rassemblement national (RN) et la France insoumise (LFI), la question du pouvoir d’achat s’est imposée en tête, suite notamment à l’augmentation des prix de l’essence et du gazole qui ont atteint au cours de la campagne électorale leurs plus hauts niveaux historiques. Cette augmentation a fait suite à l’augmentation du baril de Brent de moins de 20 $ en avril 2020 à plus de 100 $ en février 2022. À la veille de l’élection, la plupart des sondages mettaient la question du pouvoir d’achat en tête des préoccupations des électeurs. C’est le cas de 55 % des Français interrogés par Elabre7 alors qu’en janvier 2021, seuls 31 % considéraient cette question comme la plus préoccupante. Cette préoccupation a pris une importance nouvelle dans les classes moyennes de plus en plus concernées par les mouvements inflationnistes de l’économie. Parmi les autres préoccupations ont été évoquées dans l’ordre, la santé, la sécurité, les retraites, l’immigration, l’école, les inégalités sociales et l’éducation.

16Chacun des candidats s’est emparé de ces thèmes avec des inflexions propres. Le parti des Verts fondé en 1984 sur le modèle des Grünen ou Verts allemands, devenu Europe Écologie Les Verts (EELV) en 2010, boosté par ses succès municipaux de 2020, a fait de la lutte contre le réchauffement climatique un de ses étendards majeurs. Un écologisme modéré est apparu dans les programmes de toutes les formations. La France insoumise comme le RN ont surtout mis en avant la défense du pouvoir d’achat, largement servis par la poussée inflationniste de 4,8 % en un an depuis avril 2021. Reprenant à son compte une des antiennes de l’extrême droite, Éric Zemmour a tenté de réactualiser les questions de l’immigration et de l’identité nationale. Ces thèmes n’ont pas imprégné le débat avec la même vigueur que dans de précédentes campagnes présidentielles. Les droites républicaines et le RN se sont aussi saisis des questions de la sécurité des personnes et des biens pour mettre en cause les gouvernements successifs d’Emmanuel Macron de la même façon que la gauche, celle de Mélenchon en particulier, a renforcé ses attaques sur la question des inégalités ainsi que celle des libertés en dénonçant les violences des forces de l’ordre.

17Cette campagne présidentielle de 2022 comme celle des législatives qui s’en suivront, s’est inscrite dans un contexte à la fois complexe et inquiétant à tel point qu’elle a pu paraître de basse intensité sans mobilisation majeure de la société malgré les efforts des médias de diverses natures qui lui ont fait une large place. La campagne présidentielle 2022 a peiné à s’imposer comme un moment majeur de la vie politique d’autant que par bien des aspects elle est parfois apparue comme une réplique de la présidentielle de 2017, en particulier dès lors que, très tôt, s’est dessinée la certitude que les deux finalistes seraient les mêmes que cinq ans plus tôt.

Le premier tour des présidentielles du 10 avril 2022

  • 8 . Richard Kleinschmager, « Les élections présidentielles et législatives du printemps 2017 », Revue (...)

18« Le 23 avril 2017 au soir, les résultats nationaux de l’élection présidentielle ont fait figure de séisme dans la vie politique française. Pour la première fois depuis 1958, date de la création de la Ve République, les deux grandes sensibilités qui ont marqué son histoire, la gauche socialiste et la droite républicaine ont été exclues du deuxième tour de l’élection présidentielle » écrivions-nous en 20178.

  • 9 . Eugénie Bastié, Jérôme Fourquet, « Deux blocs sociologiques et culturels se font face », Le Figar (...)

19L’élection présidentielle 2022 fait continuum avec ce bouleversement de 2017 et l’amplifie en Alsace comme dans le reste du pays. Elle atteste que l’élection de 2017 ne fut pas qu’un accident. Selon l’appréciation du politologue Jérôme Fourquet, « 2022 poursuit un mouvement de tectoniques des plaques profond, une décomposition-recomposition du paysage politique qui est encore en cours9 ».

20En France entière, Emmanuel Macron totalise le 10 avril 2022 au soir 27,6 % des suffrages contre 24 % en 2017, Marine Le Pen 23,4 % contre 21,3 % en 2017, et Jean-Luc Mélenchon 21,9 % contre 19,6 % en 2017. Les deux grandes forces politiques, la droite républicaine et les socialistes, qui ont structuré le débat politique sous la Ve République et se sont partagées le pouvoir, sont réduites à un niveau de faiblesse qui confine à la disparition alors même qu’elles ont conservé de fortes positions régionales et départementales en 2021, et municipales en 2020. Benoît Hamon, candidat du PS, n’a totalisé que 6,4 % des suffrages en 2017 mais Anne Hidalgo est descendue au dixième rang des 12 candidats avec 1,7 % des suffrages. Candidate de LR, Valérie Pécresse avec 4,9 % contre 20 % encore à François Fillon en 2017, se voit cruellement obligée de faire face à un emprunt personnel de 5 millions d’euros parce qu’elle ne parvient pas aux 5 % de voix nécessaires pour être remboursée de ses frais de campagne. Quinze ans plus tôt en 2007, Nicolas Sarkozy précédait Ségolène Royal avec 31,2 % des suffrages contre 25,9 % à la candidate socialiste. Les deux grandes sensibilités, à droite, gaullistes et centristes, à gauche, socialistes et divers gauches, ne sont plus structurellement constitutives de l’opinion publique en 2022.

Elections présidentielles 2022 en Alsace. 1er tour abstention

Elections présidentielles 2022 en Alsace. 1er tour abstention

Une abstention persistante

21La grande crainte d’une abstention record dans le contexte singulier de ce printemps 2022 ne s’est pas concrétisée. L’abstention a augmenté mais avec modération. Sur le pays tout entier, elle a été limitée à 26 % soit 12,8 millions d’électeurs. Cette abstention plus haute qu’en 2017 (25,4 %) n’a pas atteint le niveau record de 2002 à 28 % qui avait facilité le passage au deuxième tour de Jean-Marie Le Pen. En 2022, les urnes de la présidentielle ont totalisé 35 418 947 suffrages, le nombre de votes blancs s’est élevé à 543 633 et les votes nuls à 237 021. L’abstention a été forte, comme c’est le cas depuis longtemps, chez les jeunes (33 % chez les 18-24 ans) et les ouvriers (33 %) par opposition aux cadres (26 %) et aux retraités (19 %) selon l’enquête Ipsos-Steria du 10 avril 2022.

22En Alsace avec 24,4 % d’abstention dans le Bas-Rhin contre 20,1 % en 2017 et 25,9 % dans le Haut-Rhin contre 21 % cinq ans plus tôt, l’abstention a progressé par rapport à 2017 mais est restée en deçà de la moyenne nationale. 961 718 électeurs sur 1 310 417 inscrits se sont exprimés à cette élection en Alsace. 14 715 bulletins blancs ont été déposés dans les urnes soit nettement moins qu’au premier tour de la présidentielle de 2017 où l’on en comptait 19 003 dans un contexte où l’abstention était moindre. L’élection présidentielle reste une élection prisée. Pour mémoire, au premier tour des élections régionales de 2021, l’abstention avait atteint le chiffre record de 70,97 % au niveau de la CeA alors qu’elle n’était que de 25 % aux premières élections régionales de 1986. La cartographie de l’abstention par circonscriptions législatives à ce premier tour des présidentielles en Alsace établie par Benjamin Furst et l’atelier de cartographie du Centre de recherches sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (CRESAT) de l’université de Haute-Alsace (UHA), confirme une propension à l’abstention plus forte dans les zones les plus au nord et les plus au sud de la région alors qu’une vaste zone centrale est moins concernée. Au delà de cette tendance générale, la carte rend aussi compte de l’accentuation marquée de l’abstention dans les trois villes majeures, Mulhouse d’abord, Strasbourg, dans le sud de son agglomération surtout, et Colmar. On ne saurait observer une sub-régionalisation significative de l’abstention mais la corrélation avec le fait urbain s’établit sans peine, même au niveau des petites villes, alors que les zones rurales voient la participation s’accentuer.

L’implantation amplifiée d’Emmanuel Macron en Alsace

23Emmanuel Macron a totalisé 27,6 % des suffrages en France entière, 27,3 % des suffrages dans le Grand Est et 29,6 % en Alsace. Emmanuel Macron arrive en tête dans 52 départements dont les deux départements alsaciens désormais regroupés dans la CeA, alors même que tous les autres départements du Grand Est ont mis Marine Le Pen en tête des suffrages exprimés. Le président sortant a conforté son influence en Alsace. Il est désormais majoritaire dans le Bas-Rhin avec 30,7 % des voix ainsi que dans le Haut-Rhin avec 27,8 % des suffrages. Il n’est plus devancé par Marine Le Pen qui le précédait dans les deux départements en 2017. La violence des attaques personnelles à son encontre a parfois fait oublier la réalité de sa progression dans l’électorat. En Alsace, il l’emporte sur sa concurrente du RN à ce premier tour dans onze cantons du Bas-Rhin soit les cantons strasbourgeois 4 (quartiers Robertsau-Lycée Kléber) et 5 (quartiers Conseil des Quinze et Esplanade) et neuf cantons proches de Strasbourg, d’Obernai à Haguenau. Dans le Haut-Rhin, il est dominant dans les deux cantons colmariens et les deux cantons adjacents de l’ouest, Wintzenheim et Sainte-Marie-aux-Mines. Il l’emporte dans le canton 3 de Mulhouse qui inclut Illzach mais aussi sur la bande rhénane dans les cantons de Rixheim (30 %), Brunstatt (32,4 %) et Saint-Louis (33,9 %). Les trois grandes villes et les zones péri-urbaines proches où les classes moyennes sont prégnantes, sont le réceptacle majeur de son influence. Les cartes de Benjamin Furst et de ses collaborateurs, détaillent par commune les intensités du vote en sa faveur. Un nombre plus élevé de communes à haut niveau de vote caractérise la supériorité de son influence dans la moitié centrale et nord de la région, de Colmar à Wissembourg avec quelques zones de majoration du vote dans les communes proches de Marlenheim jusqu’à Wangenbourg, ainsi que sur une zone centrale de communes proches de Sélestat. Par rapport à la carte du vote Macron à l’échelle cantonale en 2017, la forte concentration du vote en sa faveur sur Strasbourg et son pourtour a disparu. Une nette déprise du vote strasbourgeois en sa faveur au bénéfice d’une large diffusion dans diverses zones sans inflexion géographique très prononcée a marqué son vote à ce scrutin. Globalement, cette élection révèle une appétence macronienne qui rapproche l’Alsace de l’ouest français plus que du nord et du reste de l’est et a fortiori du sud-est littoral. Elle différencie nettement l’Alsace du Grand Est par ce vote en faveur du président sortant.

Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats

Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats

Le maintien à haut niveau de l’extrême droite

24Pour la troisième fois après 2002 et 2017, le Front national (FN) devenu Rassemblement national (RN) figure au deuxième tour de l’élection présidentielle. Si on fait la somme des voix d’Éric Zemmour, de Nicolas Dupont-Aignan et de Marine Le Pen, l’extrême droite représente près d’un tiers des suffrages exprimés (32,5 %) sur le pays en 2022. En Alsace, elle est majorée à 35,2 %. Elle totalise 825 196 voix dans le Grand Est (29,5 % des suffrages exprimés) contre 762 244 voix à Emmanuel Macron (27,3 %). L’Alsace inverse les proportions. Le président sortant obtient 177 018 suffrages (30,7 %) contre 145 018 à Marine Le Pen (25,3 %) dans le Bas-Rhin et 107 244 suffrages (27,8 %) dans le Haut-Rhin contre 106 930 (27,8 %) à sa rivale. À la faveur de cette élection, Marine Le Pen a perdu 4 619 voix par rapport à 2017 mais Éric Zemmour ayant récolté 70 741 voix en Alsace, l’extrême droite se positionne dans la région comme dans le reste du pays nettement plus haut qu’en 2017 avec au total 323 003 voix, voire 353 747 voix si on y ajoute les 30 744 voix obtenues par Nicolas Dupont-Aignan. À ce premier tour de la présidentielle de 2022, ce n’est pas moins de 36,7 % des suffrages exprimés en Alsace qui vont à une sensibilité de droite extrême, toutes nuances confondues. Le gain est de plus de 28 000 voix par rapport à 2017.

  • 10 . Michel Weckel, Ces protestants alsaciens qui ont acclamé Hitler : enquête sur les secrets de fami (...)

25La cartographie du vote en faveur de Marine Le Pen établie par Benjamin Furst se révèle conforme dans ses grandes lignes à celle des précédents scrutins. La candidate du RN continue de réaliser ses meilleurs scores dans les vieux fiefs alsaciens du FN. Au nord, les cantons de Reichshoffen (36,9 % des suffrages exprimés), Ingwiller (36,4 %) et Bischwiller (35,6 %), au sud, ceux de Cernay (31 %), Wittenheim (35,7 %), Ensisheim (35,7 %) et Masevaux (33,9 %) sont les vieux bastions populaires périphériques de ce vote Le Pen. En Alsace Bossue, s’ajoute la composante identitaire religieuse protestante qui s’affirme dans une sensibilité à l’extrême droite enracinée dans l’histoire religieuse luthérienne dont le pasteur Michel Weckel a dévoilé certains fils anciens10.

Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats

Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats
  • 11 . Louis Imbert, « Élection présidentielle 2022 : les Français d’Israël ont voté à plus de 50 % pour (...)

26Quant à Éric Zemmour que le sondage Ipsos-Sopra-Steria de début octobre 2021 donnait avec 15 % des suffrages presque à égalité de suffrages avec Marine Le Pen indiquée à 16 % des voix, il a obtenu au final 7 % des suffrages et en Alsace 70 772 voix, en proportion très légèrement plus dans le Haut-Rhin (7,86 %) que dans le Bas-Rhin (7,02 %). Dans ce dernier, son score le moins élevé est celui de Strasbourg 1 (centre-ville) avec 5,2 % des suffrages et le plus élevé celui de Strasbourg 4 (Robertsau-Lycée Kléber-Palais des Fêtes) avec 8,7 % des suffrages. Cette géographie strasbourgeoise laisse entrevoir que le vote Zemmour se démarque du vote Le Pen par des caractéristiques plus bourgeoises que populaires. La carte du vote en faveur de Zemmour à l’échelle alsacienne ne révèle pas de concentration sub-régionale caractéristique si ce n’est davantage de scores élevés dans le nord-ouest ou les fonds de vallées vosgiennes bas-rhinoises comme sa concurrente Marine Le Pen. Une singularité est peut-être l’accentuation du vote en sa faveur, malgré ses propos sur la culpabilité de Dreyfus ou le régime de Vichy dans les zones proches de la synagogue de la Paix. Si le score du canton 5 est le plus élevé des cantons strasbourgeois avec 8,75 % des voix en sa faveur, les trois bureaux du Palais des Fêtes affichent respectivement 16,7 % (bureau 417), 10,1 % (bureau 418) et 14,6 % (bureau 419) pour le candidat Zemmour. Des responsables de la communauté juive de Strasbourg (Communauté plurielle, « Citoyens, juifs, nous ne votons pas Zemmour ») avaient lancé un appel à ne pas voter en sa faveur malgré sa judéité. Cet appel a été entendu pour l’essentiel car les résultats strasbourgeois ne sont en rien comparables à ceux du vote des Français d’Israël qui ont placé Éric Zemmour en tête des candidats avec 53,6 % des suffrages11.

Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats

Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats

La remontée d’une gauche portée par Jean-Luc Mélenchon

27Cette élection présidentielle de 2022 ne s’est toutefois pas limitée au duel Macron-Le Pen. Elle a accentué la tripartition des forces politiques avec l’importance prise par Jean-Luc Mélenchon dont la montée s’est concrétisée au niveau national avec 21,9 % des suffrages exprimés contre 19,8 % en 2017. En Alsace, son score reste inférieur de quatre points au niveau national avec 17,8 % des suffrages exprimés, 18,8 % dans le Bas‑Rhin et 17,2 % dans le Haut-Rhin. Ses résultats sont surtout marqués dans la région par une forte différence entre les deux villes principales et le reste du territoire alsacien. La carte régionale du vote en sa faveur établie par Benjamin Furst ne révèle pas de concentration géographique significative, si ce n’est sur une longue bande occidentale de la région, incluant les fonds de vallées vosgiennes et une esquisse de majoration sur la partie septentrionale du Bas-Rhin. Le sud de la région, singulièrement le Sundgau, échappe davantage à son influence. À Strasbourg, il pointe en tête avec 36 512 voix soit 35,5 % des suffrages tout comme à Mulhouse où il est aussi premier avec 11 510 voix soit 36,6 % des suffrages. Bischheim avec 30,7 % des suffrages et Schiltigheim avec 36,3 % l’ont également plébiscité. Il a largement compensé à gauche la faiblesse des votes pour la socialiste Hidalgo (1,8 % à Strasbourg, 1,3 % à Mulhouse) et pour l’écologiste Jadot (6,4 % à Strasbourg, 4,5 % à Mulhouse) malgré la victoire des écologistes aux municipales strasbourgeoises de 2020. En s’éloignant de Strasbourg, son résultat s’amenuise. Dans le canton de Brumath, il obtient 12,2 % des suffrages, 11,3 % dans celui de Bouxwiller et 9,3 % dans celui de Wissembourg. Il est dans la ligne de la polarisation métropolitaine traditionnelle du vote en faveur de la gauche en Alsace.

Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats

Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats

La dispersion des candidatures d’envergure mineure

28La polarisation du vote autour de trois forces majeures a été assez forte pour ne laisser que des parts réduites aux neuf autres candidats, à des niveaux étonnamment faibles pour certains. L’évolution la plus singulière est la faiblesse des deux grands partis incarnés par deux femmes, Valérie Pécresse pour les Républicains héritiers de l’UMP, et Anne Hidalgo, maire de Paris, portant les couleurs du vieux parti de François Mitterrand, le PS. Cette dernière ne totalise que 1,8 % au niveau national et 1,4 % des voix en Alsace, moins que le sans parti Jean Lassalle crédité de 2,9 % des suffrages dans le Haut-Rhin et 2,5 % dans le Bas-Rhin. Il est vrai que la région n’a jamais été une terre d’influence majeure de la gauche mais même à Mulhouse et Strasbourg qui ont été des fiefs municipaux du socialisme alsacien, elle ne totalise respectivement que 1,3 % et 1,9 % des suffrages.

Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats

Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats

29Plus étonnant encore à bien des égards, est la faiblesse du score de Valérie Pécresse, candidate de la droite républicaine, formation traditionnellement ultradominante en Alsace. Son score régional de 4,2 % des suffrages est même inférieur à son résultat national à 4,8 %. Cela souligne cette marquante et nouvelle volatilité de l’électorat et l’incapacité des formations à désigner des représentants fédérateurs comme si la vie des partis se jouait aujourd’hui hors la préoccupation des rapports de force électoraux réels. Dans le cas de Valérie Pécresse, l’alignement des choix de l’opinion politique régionale sur ceux de l’ensemble du pays est confirmé dans ce type d’élection à faible assise territoriale. C’est d’autant plus étonnant qu’en 2012 Nicolas Sarkozy s’était classé au 1er rang du premier tour avec 34 % des suffrages alsaciens et François Fillon au 3e rang en 2017 avec encore 22 % des suffrages. Cette chute vertigineuse fait un contraste saisissant avec les résultats à peine un an plus tôt de l’alliance des Républicains avec des centristes et indépendants qui ont raflé la mise aux élections de la CeA en obtenant 74 des 80 sièges de l’instance. La situation des écologistes est à certains égards comparable, Yannick Jadot ayant obtenu 4,6 % des suffrages sur l’ensemble du pays et 4,9 % en Alsace. Aux municipales de 2020, les écologistes avaient emporté la mairie de Strasbourg avec 13 532 voix au premier tour (27,9 %) et 21 592 au deuxième tour (41,7 %). Au premier tour de la présidentielle de 2022, le score de Yannick Jadot tombe à 6 601 voix (6,4 %) à Strasbourg. Il obtient 1 550 voix (5,6 %) à Colmar et 1 435 voix (4,5 %) à Mulhouse. Quant au vote pour Nicolas Dupont-Aignan, faible à Strasbourg (1,4 %) ou Mulhouse (1,8 %), il est en moyenne à 3,6 % des suffrages dans le Haut-Rhin et 2,9 % dans le Bas-Rhin. Jean Lasalle augmente nettement son score de 2017, passant de 11 420 voix en 2017 à 25 714 en 2022 soit 2,7 % des suffrages. Quant à Anne Hidalgo, elle a sombré dans cette aventure présidentielle bien que maire de Paris comme l’avait été Jacques Chirac qui s’était servi de sa position municipale comme tremplin pour la plus haute fonction. Sur l’ensemble de l’Alsace, Anne Hidalgo ne récolte que 13 237 votants représentant 1,38 % des suffrages et sur Strasbourg, elle n’obtient que 1 936 suffrages (1,9 %) alors qu’à l’élection municipale de 2020, Catherine Trautmann avait rassemblé 9 601 voix, près de 20 % des suffrages. Quant aux candidats de la mouvance trotskiste – 0,73 % des voix en Alsace, 0,77 % au niveau national pour Philippe Poutou, 0,62 % en Alsace pour Nathalie Arthaud contre 0,57 % au niveau national –, ils restent aux marges de cette élection présidentielle dont ils font avec constance une tribune pour leurs idées.

30Ce premier tour des élections présidentielles 2022 a accentué les évolutions du paysage politique amorcées en 2017. En 2022 par rapport à 2017, la majoration est de 3 points de pourcentage pour le président sortant, de 1,2 point pour la candidate du RN et de 2,3 points pour le candidat de LFI. À l’hégémonie des grands vieux partis de la Ve République, la droite républicaine ou la gauche socialiste, s’est substitué un dispositif de trois forces, une gauche radicalisée, la droite extrême et le centre droit et gauche. Cette tripartition confirmée de 2017 à 2022, structure désormais aussi le vote alsacien mais avec un décalage d’une élection. En 2017 encore, en Alsace, Emmanuel Macron rassemble 213 133 voix (21,7 % des suffrages) et ne se place qu’en troisième position précédé de François Fillon (221 732 voix, 22,1 %) et de Marine Le Pen en tête avec 257 299 voix et 25,7 % des suffrages comme son père en 1995 déjà, avec 25,4 % des voix devant Édouard Balladur (24,5 %) et Jacques Chirac (16,7 %). Cette deuxième position de François Fillon en 2017 en Alsace, la seule de toutes les régions avec un tel résultat, rappelle l’importance subsistante de la droite républicaine à ce moment encore. Une volatilité nouvelle de l’électorat en Alsace et une certaine forme d’alignement aux élections présidentielles sur les comportements nationaux s’est affirmée. On est à des années-lumière des 58,8 % de voix au premier tour de Georges Pompidou en Alsace en 1969, voire très loin des 36,2 % des suffrages de Nicolas Sarkozy dans la région en 2007 sous la bannière de l’UMP. Quant à Jean-Luc Mélenchon, il progresse de 23 041 voix d’un scrutin à l’autre culminant à 17,8 % des voix en Alsace en 2022 contre 14,6 % en 2017. L’écart reste marqué avec son score national, de 4,1 points de pourcentage.

La nette victoire du macronisme en Alsace au deuxième tour de l’élection présidentielle

31La campagne entre les deux tours a été marquée par un calme relatif, beaucoup d’observateurs exprimant le sentiment d’un déjà vu peu propice à susciter le suspens. Marine Le Pen a tenu son ultime meeting de campagne à Arras dans son fief nordiste sans passer en Alsace. Emmanuel Macron a consacré le mardi 12 avril 2022 à la région, à Mulhouse pour s’exprimer sur les questions de santé publique devant les tentes de l’hôpital militaire, à Châtenois pour les questions de sécurité avant de tenir réunion devant la cathédrale de Strasbourg, accueilli par Roland Ries, ancien maire, la maire écologiste Jeanne Barseghian ayant décliné l’offre de le recevoir. Devant un public d’environ 2 000 personnes, il a réitéré ses convictions européennes considérant qu’elles faisaient le socle de son opposition à son adversaire qui a préconisé la baisse des contributions de la France au budget de l’Union européenne. Quant à la CeA, Emmanuel Macron a fait l’éloge à Châtenois de « ce trésor pensé par les élus alsaciens » annonçant qu’il « n’y aurait aucune remise en cause du droit local » et qu’il faudrait amorcer une réflexion sur la sortie du Grand Est. Marine Le Pen, en proposant de « rendre l’Alsace aux Alsaciens », a pris une position plus radicale en faveur de la sortie de l’Alsace du Grand Est et en envisageant la reconstitution des 22 régions antérieures à la loi NOTRe qui avait créé les 13 régions métropolitaines actuelles en 2015.

Elections présidentielles 2022 en Alsace. 2e tour, suffrages pour E. Macron

Elections présidentielles 2022 en Alsace. 2e tour, suffrages pour E. Macron

Elections présidentielles 2022 en Alsace. 2e tour, suffrages pour M. Le Pen

Elections présidentielles 2022 en Alsace. 2e tour, suffrages pour M. Le Pen

Elections présidentielles 2017 en Alsace. 2e tour, candidat arrivé en tête

Elections présidentielles 2017 en Alsace. 2e tour, candidat arrivé en tête

Elections présidentielles 2017 en Alsace. 2e tour, candidat arrivé en tête

Elections présidentielles 2017 en Alsace. 2e tour, candidat arrivé en tête

32Au sortir du premier tour, quatre candidats, Valérie Pécresse, Anne Hidalgo, Yannick Jadot et Fabien Roussel ont appelé à voter pour Emmanuel Macron, deux candidats, Éric Zemmour et Nicolas Dupont-Aignan ont soutenu le vote pour Marine Le Pen, deux candidats, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou ont préconisé de ne pas voter Le Pen et deux autres, Nathalie Arthaud et Jean Lasalle n’ont donné aucune consigne. Des personnalités politiques de poids se sont manifestées : Nicolas Sarkozy a indiqué qu’il voterait pour Emmanuel Macron, tout comme François Bayrou et François Hollande.

33Le débat télévisuel du second tour entre les deux candidats sur les chaînes TF1, France 2 et la TNT, animé par les journalistes Gilles Bouleau et Léa Salamé a eu lieu le mercredi 20 avril sur un ton plus mesuré et tempéré qu’en 2017. Les questions économiques, en particulier celle du pouvoir d’achat que Marine Le Pen a mis en tête de ses affiches de campagne, ont pris le dessus, donnant une tonalité plus technique à un débat un brin plus monotone que celui de 2017. Le respect de l’adversaire l’a emporté sur l’invective. Les sondages au sortir du débat ont convergé en faveur d’une meilleure prestation du président sortant, même si Marine Le Pen a été jugée bien meilleure que cinq ans plus tôt.

  • 12 . Olivier Claudon, « La participation toujours plus basse », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition (...)

34Après une journée de vote sans incident notable, la question de l’abstention s’est à nouveau posée. Dans son article du lendemain de ce deuxième tour, Olivier Claudon a développé que « moins de trois Alsaciens sur quatre sont allés voter » et a rappelé qu’il fallait remonter au deuxième tour de juin 1969 qui opposait Alain Poher alors président du Sénat à Georges Pompidou, pour trouver une abstention plus élevée après l’élimination de Jacques Duclos pour le PCF (21,3 % des suffrages) et Gaston Deferre (5 %) pour le PS au premier tour12. En Alsace, Georges Pompidou l’avait emporté avec 65,7 % des voix. En 2022, 903 923 électeurs se sont exprimés au deuxième tour contre seulement 573 098 en 1969, avec toutefois un taux de participation similaire de 74,1 % en 2022 pour 73,1 % en 1969. Ces chiffres rappellent l’importance de la progression démographique de l’Alsace qui est passée de 1,4 million d’habitants en 1968 à 1,8 million en 2018 soit une progression de près de 34 % en 50 ans représentant un gain de près de 10 000 habitants par an. L’élection présidentielle de 2022 a confirmé une tendance générale à la baisse de la participation d’autant que ce deuxième tour est apparu comme un remake du deuxième tour de 2017 sans perspective avérée de changement. Il n’en est toutefois pas ressorti une progression du vote blanc qui s’exprime par une enveloppe vide ou un bulletin blanc et se trouve décompté à part depuis 2014. Le vote blanc en Alsace a significativement baissé passant de 81 561 bulletins blancs en 2017 à 51 231 en 2022. Les votes nuls ont suivi une évolution parallèle de 23 274 en 2017 à 16 913 en 2022. Le fait marquant du deuxième tour de l’élection présidentielle 2022 reste la baisse de la participation par rapport à 2017 : elle atteint 74,6 % dans le Bas-Rhin et un peu moins dans le Haut-Rhin avec 73,4 % alors qu’elle était respectivement de 76,1 % au nord et de 75,5 % au sud en 2017.

35Le soir du dimanche 24 avril 2022, Emmanuel Macron a été réélu à la tête de l’État par 18 768 639 voix soit 58,5 % des suffrages et Marine Le Pen défaite avec 13 288 686 voix représentant 41,5 % des votants. Le très net écart de 17 points de pourcentage soit près de 5,5 millions de voix ne saurait masquer la réalité de l’évolution de l’adhésion à Emmanuel Macron qui a perdu 1 704 489 électeurs par rapport au second tour de 2017 alors que son adversaire en a gagné 2 650 211. L’écart entre les deux candidats est moindre en Alsace puisque le président sortant n’obtient que 56,5 % des suffrages exprimés (512 012 voix) et sa challenger du RN 43,5 % (413 015 voix) soit une différence de 13 points de pourcentage.

  • 13 . Emmanuel Delahaye, « L’Alsace (des villes) offre la victoire à Emmanuel Macron », Dernières Nouve (...)

36Un fait marquant est l’accentuation de l’écart de comportement politique entre les deux départements alsaciens. Avec 47,1 % des voix pour Marine Le Pen et 52,9 % pour Emmanuel Macron en 2022, le Haut-Rhin se différencie nettement des résultats du Bas-Rhin qui totalise 59 % des voix pour le président sortant et 41,0 % pour la candidate du RN. C’est une tendance déjà présente en 2017 où Emmanuel Macron enregistrait 63,1 % des voix dans le Bas-Rhin contre 58 % dans le Haut‑Rhin soit un écart de 5,1 points de pourcentage au lieu de 6,1 points en 2022. À un Bas-Rhin qui se rapproche des scores macroniens des régions à l’ouest de Paris – Bretagne : 66,6 % des suffrages, Pays de la Loire : 64,9 %, Centre-Val de Loire : 56,4 % – s’oppose un Haut-Rhin plus près de la moyenne du score macroniste du Grand Est où le président sortant ne totalise que 52,1 % des suffrages. Une autre caractéristique géographique est le renforcement des scores macroniens dans les villes comme le souligne le journaliste Emmanuel Delahaye en reprenant l’image de deux « planètes électorales », celle des villes et celle des campagnes13. Ce clivage paradigmatique de la vie sociale s’est accentué sur le plan politique. Il opère dans les deux départements alsaciens. Emmanuel Delahaye l’illustre en prenant deux villages aux antipodes de l’Alsace. Thal-Drulingen en Alsace Bossue, zone à dominante protestante, petit village d’environ 190 habitants, proche de l’Allemagne, et Liebsdorf en terre catholique du Sundgau, situé non loin de la Suisse et qui compte près de 300 habitants. Dans le village bas-rhinois, les électeurs ont choisi Marine Le Pen à 72,1 % et dans celui du Sud à 73,6 % en 2022. En 2017, Marine Le Pen n’avait obtenu que 65,3 % des voix à Thal-Drulingen où en 2012 toutefois Nicolas Sarkozy culminait encore à 84 % au deuxième tour de la présidentielle. Au sud, à Liebsdorf, les résultats sont similaires. En 2017, Marine Le Pen y avait totalisé 60,4 % des voix et Nicolas Sarkozy 82,8 % en 2012. Dans le même temps, en ville, à Strasbourg on a voté à 22,3 % pour Marine Le Pen en 2022, à 18,7 % en 2017. Nicolas Sarkozy n’avait obtenu que 45,3 % des voix en 2012. À Mulhouse, la candidate du RN a obtenu 34,2 % des suffrages en 2022 contre 29,4 % en 2017. Nicolas Sarkozy avait obtenu 47,7 % des suffrages en 2012. De la ville principale aux villages, le surcroit de vote lepéniste en 2022 est de 50 points de pourcentage entre Thal-Marmoutier et Strasbourg, de 40 points entre Liebsdorf et Mulhouse. L’écart des scores de Nicolas Sarkozy entre les villages et les villes dix ans plutôt corrobore l’existence dans la durée de deux planètes électorales en Alsace, peut-être plus nettement que dans d’autres régions. Dans le monde rural comme dans celui des villes, la progression en nombre de voix de Marine Le Pen est avérée de 2017 à 2022. Dans une élection à forte charge idéologique comme l’élection présidentielle, l’implantation rurale du RN est confortée là où auparavant les droites gaulliennes ou centristes étaient ultradominantes. Les villes sont entrées dans une tripartition mise en place à l’occasion de la présidentielle de 2017 qui reconstitue une majorité politique centrale entre l’extrême gauche et l’extrême droite. L’éloignement des villes favorise le vote d’extrême droite dans de nombreuses communes où la droite républicaine était auparavant maîtresse du jeu. Au niveau de l’élection présidentielle dans le Grand Est – 52,1 % Macron, 47,9 % Le Pen –, le vote lepéniste déjà puissant en 2017 est dominant dans cinq départements, la Haute-Marne (57 %), les Ardennes (56,7 %), la Meuse (55,6 %), les Vosges (52 %) et l’Aube (51,7 %) mais minoritaire dans quatre départements, la Moselle (49,5 %), la Marne (47,9 %), le Haut-Rhin (47,1 %) et le Bas-Rhin (41 %).

Elections présidentielles 2017 en Alsace. 2e tour, abstention

Elections présidentielles 2017 en Alsace. 2e tour, abstention

37L’Est lorrain sauf les Vosges, et les deux départements alsaciens font désormais figure de zone captive du macronisme dans la partie est du pays comme autrefois le gaullisme (80 % des voix en Alsace au 2e tour de 1965), le pompidolisme (66 % en 1969), le giscardisme (66 % en 1974), le chiraquisme (58 % en 1995) ou encore le sarkozysme (65 % en 2012). Emmanuel Macron a obtenu 61 % des suffrages en Alsace contre 63 % sur l’ensemble du pays en 2017 et 56 % en 2022 contre 58 % sur la France entière. Il reconstitue une force centrale majoritaire dans laquelle venus de la gauche, de la droite et du centre des éléments d’une génération plus jeune que celle issue du baby-boom recompose le paysage politique en Alsace comme dans le reste du pays, en cassant l’affrontement antérieur des forces directement issues du gaullisme, de la gauche socialiste et du centre. Dans la région, moins que l’avenir politique de Strasbourg où les écologistes ont pour une bonne part pris le relais de l’ancienne influence des sociaux-démocrates des ères Trautmann et Ries largement déstructurée par la défaite de 2017 du candidat officiel du PS Benoît Hamon, la présente élection pose le problème de l’avenir de la droite républicaine longtemps dominante et implantée sur toute la région.

Des législatives en zone de turbulence

38L’emboîtement des élections législatives dans les présidentielles depuis la mise en place du quinquennat par le référendum de 2000 et l’élection présidentielle de 2002, a naturellement conduit à faire des élections à l’Assemblée nationale, une consultation inspirée et influencée par les résultats de la présidentielle qui les précède. Ce calendrier est censé permettre au président élu de diminuer les risques de cohabitation et lui permettre de disposer d’une majorité à sa main.

Une campagne législative morose et paradoxale

  • 14 . Olivier Claudon, « Catherine Trautmann tire à boulets rouges sur l’accord LFI-PS », Dernières Nou (...)

39La campagne des élections législatives de 2022 a été à certains égards paradoxale. L’un des candidats de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, arrivé au troisième rang, s’est présenté dès l’issue du scrutin présidentiel, comme futur Premier ministre de cohabitation de la nouvelle mandature, entendant capitaliser pour le compte de sa formation, la France insoumise, toute l’opposition de gauche et devenir le principal opposant du président élu, tout en évacuant au passage l’importance du vote en faveur du RN. Pour parvenir à ses fins, il a fait signer un accord par les appareils des partis EELV, PS et PC, en vue des proches élections législatives. Cet accord, intitulé Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes), a été établi sur la base d’une répartition des candidats de ces formations dans toutes les circonscriptions législatives du pays, de manière à éviter la concurrence entre ces quatre formations et à garantir l’obtention d’un certain nombre de sièges pour chacune. C’est ainsi qu’en Alsace, sur les quinze circonscriptions, trois circonscriptions, celles de Molsheim, Mulhouse et Strasbourg 1 ont été réservées à un candidat écologiste. Celle de Colmar a été dévolue à un candidat du PS et les onze autres à un candidat de LFI. Cette part écrasante des candidatures réservées au parti de Jean-Luc Mélenchon ne pouvait pas ne pas susciter la division au sein du PS et la forte irritation de certains de ses leaders. Catherine Trautmann, ancienne ministre socialiste et ancien maire de Strasbourg, en tête, a estimé que dans cet accord « il n’y a pas de projet politique sauf la domination et les moyens financiers pour LFI14 ».

  • 15 . Olivier Claudon et Emmanuel Delahaye, « Les socialistes alsaciens divisés », Dernières Nouvelles (...)

40Aucune circonscription bas-rhinoise n’ayant été attribuée au PS, les militants bas-rhinois et leur secrétaire fédéral Thierry Sother se sont montrés beaucoup plus critiques que dans le Haut-Rhin où le secrétaire fédéral, Antoine Homé s’est au contraire félicité de cet accord qui aurait respecté l’esprit des négociations nationales menées par Olivier Faure et Pierre Jouvet, les responsables nationaux mandatés par le PS15.

41Les Républicains alliés à l’UDI étaient sortis solides vainqueurs des élections législatives de 2017 en Alsace. Ils avaient capitalisé neuf députés sur quinze dont six réélus. Plusieurs députés de 2017 ne se sont pas représentés : Jean-Luc Reitzer à Altkirch après sept mandats depuis 1984 et 34 ans de vie parlementaire, Frédéric Reiss à Wissembourg député depuis 2002, Antoine Herth élu depuis 2002 à Sélestat, Thierry Michels élu LREM en 2017 à Strasbourg. Outre que la disparition du jeu électoral d’un député sortant fragilise presque toujours l’emprise d’une formation sur une circonscription, leurs successions se sont inscrites dans cette tripartition nouvelle de la vie politique qui a marginalisé les membres de LR comme ceux du PS.

42À bien des égards la campagne des élections législatives est restée de basse intensité. Le nombre de candidats en Alsace passé de 153 en 2012 à 224 en 2017, est redescendu à 153 en 2022. La féminisation s’est légèrement accrue. Sur les trente candidats de deuxième tour en 2022, dix sont des femmes en 2022. Elles n’étaient que six en 2017 mais déjà neuf en 2012. La campagne s’est déployée sur les terrains des quinze circonscriptions avec les pratiques de proximité, tractages et contacts personnels usuelles. Les principaux candidats se sont inscrits dans les logiques nationales de conquête de leur parti mais aussi, pour certains dans le souci d’assurer des ressources à leur formation comme l’autorise la loi du 11 mars 1988 sur le financement public des partis. Elle permet le financement d’un parti dès lors qu’il obtient 1 % des voix dans au moins cinquante circonscriptions. En 2022, une voix a rapporté 1,42 € et un élu 37 280 €. Cette modalité de financement public de la vie politique explique en partie la présence dans certaines circonscriptions de formations sans véritable assise politique régionale et le nombre parfois élevé de candidats comme dans la 1re circonscription de Strasbourg où pas moins de 17 candidats ont sollicité les suffrages des électeurs alors qu’on n’a compté que neuf candidats dans la circonscription de Haguenau ou dix dans celle de Molsheim. La 1re circonscription de Strasbourg confirme qu’à bien des égards la vie politique y est plus intense que dans les autres circonscriptions alsaciennes, sachant que parmi les jeunes, les diplômés votent davantage et régulièrement que ceux qui ne le sont pas. La ville comptait en 2022 plus de 66 000 étudiants qui participent de multiples façons à la vie locale, notamment par leur investissement dans le monde associatif et politique.

Un premier tour de confirmation des présidentielles en Alsace

43Les législatives de 2017 s’étaient inscrites dans le souffle de l’élection présidentielle. En 2022, ce souffle a été affaibli par une forte reprise de la contestation de la politique de la majorité présidentielle, dès le lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron. Au niveau national, avec 25,8 % des suffrages, la coalition législative macronienne dénommée « Ensemble » s’est située légèrement en dessous des 27,8 % des voix d’Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle 2022 mais très en deçà des 32,3 % des voix du premier tour des législatives de 2017. Le RN a été relégué à la troisième place avec 16,7 % des suffrages exprimés à ces législatives 2022 alors que Marine Le Pen avait capitalisé 23,1 % des voix au 1er tour des présidentielles 2022 et 41,4 % au second. Ce score législatif du RN est toutefois plus élevé que les 13,2 % des voix obtenus en 2017. L’alliance LR-UDI a obtenu 11,3 % des suffrages contre près de 19 % en 2017 soit une baisse significative de 1,3 million de voix passant de 4,2 millions à 2,9 millions de suffrages. Reconquête, la formation d’Éric Zemmour, a obtenu 4,3 % des suffrages exprimés et son leader n’a pu passer la barre du second tour dans la 4e circonscription du Var où il se présentait, département dans lequel il avait obtenu 12,7 % des suffrages aux présidentielles. Quant aux partis dits régionalistes, ils ont obtenu 248 338 voix représentant 1,09 % des suffrages dont 71 022 soit 28 % outre-mer.

44Ce premier tour des législatives s’est déroulé sans ferveur particulière, si ce n’est la mobilisation tonitruante de ses électeurs par Jean-Luc Mélenchon qui a stratégiquement bataillé pour obtenir une position de force d’opposant majeur que sa troisième place présidentielle ne lui avait pas accordée. À l’opposé, ni Marine Le Pen, ni Emmanuel Macron n’ont paru s’engager résolument dans la campagne législative.

45Une abstention massive de 52,5 %, la plus élevée de toutes les élections législatives de la Ve République, reste la première caractéristique de ce scrutin au niveau national. Elle est proche de celle de 2017 à 51,3 % mais à des années-lumière des 16,8 % d’abstention des législatives de 1978 par exemple. En réalité, depuis 1993 et ses 31,1 % d’abstention, la croissance de l’abstention est continue, accentuée depuis que les législatives suivent les présidentielles. En Alsace, l’abstention a été encore plus prononcée qu’au niveau national avec 54,8 % d’abstention et a progressé par rapport à 2017 (53,4 %). 961 718 électeurs se sont exprimés en Alsace au premier tour de la présidentielle, 905 627 au deuxième tour mais seulement 585 293 au premier tour des législatives et 523 700 au deuxième tour soit une perte de 10 % d’électeurs d’un tour des législatives à l’autre. Avec pas moins de 56,2 % d’abstention, le Haut-Rhin se situe parmi les départements les plus abstentionnistes du pays davantage que le Bas-Rhin et ses 53,8 % d’abstention. La plus forte abstention a été enregistrée dans la sixième circonscription du Haut-Rhin, celle de Mulhouse-Nord avec 59,58 % d’abstention, la plus faible sur Strasbourg 1 Centre-ville avec 49,24 %. Dans le Bas-Rhin, le taux d’abstention le plus élevé est celui de Wissembourg à 56,8 % suivi de près par celui de Haguenau à 56,2 %. À l’exception de la circonscription de Strasbourg-centre (50,6 % en 2017) et de Sélestat (55,2 % en 2017 et 54,2 % en 2022), toutes les circonscriptions alsaciennes ont enregistré une baisse de la participation à ces élections législatives. Dans l’ensemble des circonscriptions alsaciennes, l’abstention a significativement progressé des présidentielles aux législatives. Ainsi, par exemple, dans la circonscription de Colmar est-elle passée de 26,9 % au premier tour de la présidentielle 2022 à 55,7 % au premier tour de l’élection législative 2022, dans celle de Schiltigheim de 26,5 % à 54,3 %, dans celle de Mulhouse-Nord de 27,4 % à 59,5 %. Ces chiffres expriment bien une certaine morosité de l’électorat à ce stade de la compétition et le très grand écart d’intérêt entre ces deux élections.

46Les résultats nationaux de ce premier tour confirment à bien des égards la restructuration de la vie politique française. Elle sort de la bipolarisation gauche / droite pour confirmer le rôle minoré par rapport à 2017 mais important du rassemblement central opéré par les partisans d’Emmanuel Macron (5 874 286 voix aux législatives soit 25,8 % des suffrages), la percée législative du RN (4 248 626 voix soit 18,7 % des suffrages) mais aussi la remontée marquante de la gauche via la Nupes, regroupant diverses formations des sensibilités de la gauche et de l’écologie sous la férule de LFI et se plaçant en tête avec 5 939 897 suffrages représentant 26,1 % des voix. Bien qu’arrivé troisième à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a revendiqué dès le lendemain du 1er tour des législatives, le « poste de Premier ministre de cohabitation » grâce à une majorité de sièges qui serait obtenue au second tour, notamment dans les 564 duels dont 278 opposant les candidats de la Nupes à ceux d’Ensemble, la coalition macroniste.

47En Alsace, ce premier tour des législatives a confirmé les tendances observées lors de la présidentielle à savoir l’amplification du vote macroniste qui devient nettement majoritaire à tel point que l’expression « majorité alsacienne » devrait désormais pour certains être accolée au macronisme. Regroupés sous l’étiquette « Ensemble », les candidats du président réélu ont récolté sur l’Alsace, 27,98 % des suffrages devant le RN (19,46 %) la Nupes (18,7 %), les candidats LR-UDI (15,80 %). Unser Land (4,81 %) et l’extrême droite souverainiste zemmourienne (4,53 %) restent en deçà des cinq points de pourcentage. L’extrême gauche est reléguée aux oubliettes avec 0,67 % des voix. Les différences entre le Bas-Rhin et le Haut-Rhin procèdent pour l’essentiel du surcroît de voix RN dans le Haut-Rhin qui atteint 20,8 % des suffrages contre 18,6 % dans le Bas-Rhin. À l’inverse, la Nupes obtient un score supérieur dans le Bas-Rhin (18,6 %) que dans le Haut-Rhin (16,2 %). Quant au parti régionaliste Unser Land, il obtient un léger surcroît de voix dans le Bas-Rhin (5,3 %) par rapport au Haut-Rhin (4,1 %). Au référendum de 2013, c’est ce même département qui par l’insuffisance des voix en faveur d’une nouvelle région fusionnant les deux départements alsaciens et la Région Alsace, avait empêché la réalisation du projet du président de région Philippe Richert.

48Deux circonscriptions seulement ont échappé au duel avec la majorité présidentielle. Dans la 7e circonscription du Bas-Rhin, celle de Saverne et de l’Alsace Bossue, Patrick Hetzel (LR) a devancé de 13,7 points de pourcentage Valérie Eschenmann (RN). Dans la 4e circonscription du Haut-Rhin, celle de Thann-Ensisheim, la candidate du RN, Marion Wilhelm a précédé le député sortant Raphaël Schellenberger (LR) de quatre points de pourcentage. Treize candidats de la majorité présidentielle se sont qualifiés pour le deuxième tour donnant lieu à cinq duels avec un candidat de la Nupes, six avec un candidat du RN et deux avec un candidat LR. Ce premier tour des législatives 2022 a imposé la même nouvelle configuration triangulaire de la vie politique qu’au niveau national. Dans dix des quinze circonscriptions alsaciennes, le trio des candidats arrivés en tête a été composé de candidats de Ensemble, de la Nupes et du RN. Dans quatorze circonscriptions sur quinze, le RN a placé son candidat dans les trois premiers. Ce n’est que dans la 1re circonscription du Bas-Rhin, celle de Strasbourg que cela n’a pas été le cas. L’ancien député du PS Éric Elkouby, héritier d’Armand Jung, se présentant sans étiquette, s’est placé en troisième position devant la candidate RN, Tamara Volokhova.

Un deuxième tour à contre-courant en Alsace

49Le deuxième tour des élections législatives 2022 a vu l’abstention s’élever à un niveau record de 53,7 % au niveau national et de 57,7 % à l’échelle régionale alsacienne. Elle a frôlé les 60 % dans le Haut-Rhin (59,79 %) contre 56,23 % dans le Bas-Rhin. Le regroupement macroniste « Ensemble » a capté 36,6 % des voix soit 246 sièges pour la France entière suivie de la Nupes (32,6 % des voix et 142 sièges) et du RN (17,3 % des voix et 89 sièges). Cette évolution tient fortement à la réduction à la portion congrue de LR associés à l’UDI qui ne totalisent que 7,27 % des voix leur attribuant 64 sièges.

50À certains égards, l’élection législative a bousculé la donne de la présidentielle 2022 en créant une situation inédite sous la Ve République. Tout juste réélu, le président Macron a été mis en difficulté pour mettre son programme en œuvre en l’absence de majorité législative absolue. Cette élection législative de 2022 a produit ce que d’aucuns ont qualifié de « reparlementarisation » de la Ve République. Si le parti macroniste a obtenu la majorité des sièges, le RN se voit doté d’un groupe politique très important (89 sièges), une force inédite au niveau de la représentation parlementaire en phase avec ses progressions récentes. La Nupes lancée par Jean-Luc Mélenchon a produit un résultat plus modeste que celui envisagé avec fracas, en obtenant 142 sièges soit 75 députés pour LFI dont le leader avait décidé ne pas se présenter cette élection.

Elections législatives 2022 en Alsace, les députés élus au 2e tour

Elections législatives 2022 en Alsace, les députés élus au 2e tour

51Ce deuxième tour des législatives a dévoilé une Alsace à contre-courant des évolutions nationales. Au moment où les électeurs ont affaibli la force de la sensibilité macroniste au niveau national, les électeurs alsaciens ont renforcé son implantation régionale au détriment de LR. Dans la circonstance de cette élection, l’ancienne majorité alsacienne a été réduite à une peau de chagrin. À l’issue de ce scrutin, elle ne compte plus que deux députés, les sortants Raphaël Schellenberger qui l’emporte avec 54,9 % des voix sur sa concurrente du RN dans la 4e circonscription du Haut-Rhin, et Patrick Hetzel, qui totalise 64 % des voix dans la 7e circonscription du Bas-Rhin, Saverne-Alsace Bossue. En 2017, les tenants de cette sensibilité n’étaient pas moins de neuf à être élus dont six réélus. La vague macroniste de 2022 a bouleversé le paysage parlementaire régional. La sensibilité macroniste a sans conteste pris le relais de l’ancienne majorité alsacienne en totalisant onze députés sur quinze. Parmi eux, plusieurs députés LREM de 2017 ont été réélus sous l’étiquette Ensemble, en l’occurrence, Vincent Thiébaut (59,8 % des suffrages exprimés) à Haguenau, Bruno Studer (54,5 %) à Strasbourg-Schiltigheim, Olivier Becht (64,6 %) à Mulhouse-Habsheim et Bruno Fuchs (55,3 %) à Mulhouse-Illzach. Plus étonnante est l’arrivée sans coup férir de nouveaux visages dont ceux de quatre femmes. Stéphanie Kochert (56,6 %) en Alsace du Nord et Wissembourg, sa ville natale, éducatrice spécialisée, maire de Climbach a été élue dans la circonscription détenue pendant 35 ans par le député gaulliste François Grussenmeyer de 1958 à 1993. Françoise Buffet (66,1 %) ancienne adjointe du maire socialiste de Strasbourg Roland Ries, spécialiste de l’agriculture urbaine l’emporte nettement à 66,1 % à Strasbourg-Kochersberg et s’est substituée sans coup férir à l’ancienne député Martine Wonner en rupture de ban avec la macronie. L’ancienne ministre déléguée chargée de l’Insertion du gouvernement Castex, Brigitte Klinkert (50,2 %), petite-fille de l’ancien maire de Colmar Joseph Rey, l’emporte de justesse avec 126 voix de plus que son concurrent LR, Yves Hemedinger. Quant à Louise Morel (56,9 %) à Molsheim-Obernai, plus jeune députée d’Alsace à 26 ans, elle est la fille d’Alice Morel qui avait été elle-même élue en 1977, à 21 ans, maire de Bellefosse. Trois nouvelles personnalités sont apparues dans la représentation parlementaire de la région : Charles Sitzenstuhl (60,7 %) à Sélestat, sa ville natale, ancien collaborateur du ministre de l’économie Bruno Lemaire, membre de Renaissance, auteur d’un roman très personnel et saisissant publié chez Gallimard, « la golf blanche », Hubert Ott (52,9 %) à Ribeauvillé-Guebwiller, professeur de sciences de la vie et de la terre, membre du Modem de François Bayrou qui prend sa revanche de 2017 sur Jacques Cattin, Didier Lemaire (53,9 %) à Saint-Louis et Altkirch, sa ville natale, pompier professionnel, membre d’Horizons, le mouvement fondé par l’ancien Premier ministre Édouard Philippe.

52Chez les Républicains, Patrick Hetzel augmente son score de 2017 de 840 voix et atteint 64 % des suffrages, et Raphaël Schellenberger l’accroît de pas moins de 3 980 voix atteignant 54,9 % des suffrages contre 50,9 % en 2017. En 2012, douze élus sur quinze étaient membres de l’UMP dont six avec plus de 60 % des suffrages. En 2007, la majorité de droite alsacienne avait cartonné avec 11 élus dès le premier tour après la victoire de Nicolas Sarkozy.

53La gauche rassemblée pour la bataille législative sous le chapeau de la Nupes promue par Jean-Luc Mélenchon, a signé son retour dans la représentation régionale à l’Assemblée nationale grâce aux élus des deux circonscriptions de Strasbourg et de son agglomération, l’un de ses vieux fiefs historiques en Alsace. Le premier député socialiste de Ve République Jean Oehler, avait été élu en 1981 dans la 2e circonscription du Bas-Rhin en même temps que Jean-Marie Bockel à Mulhouse. Dans la circonscription de Strasbourg-centre, dans le souffle de la victoire municipale des écologistes, Sandra Regol, originaire de Béziers, secrétaire nationale adjointe des Verts, déjà candidate à Strasbourg pour les Verts en 2012 où elle avait obtenu 2 188 voix soit 6,6 % des suffrages au premier tour, l’a emporté. Elle s’est imposée avec 51,5 % des voix devant Alain Fontanel, ancien adjoint au maire de Roland Ries, malgré l’appel au vote en faveur de ce dernier, de l’ancien député PS Éric Elkouby et de la candidate de LR Audrey Rozenhaft. Sur la 2e circonscription de Strasbourg-Illkirch, Emmanuel Fernandes, originaire de Lauw dans la vallée de Masevaux, l’a emporté avec 816 voix d’avance sur le député sortant et vice-président de l’Assemblée nationale, Sylvain Wassermann qui avait lui-même défait le député sortant PS Philippe Bies en 2017.

54Malgré la présence historique de huit candidats qualifiés pour le deuxième tour, le RN échoue à emporter une circonscription, en dépit de ses trois candidats arrivés en tête au premier tour. Dans ce vieux fief du vote FN puis RN qu’est l’Alsace, le parti de Marine Le Pen n’a trouvé aucun successeur à Gérard Freulet ou Robert Spieler qui avaient été élus il est vrai dans l’exceptionnel et unique scrutin de liste de 1986. Plus qu’un autre, le RN peine à garder son électorat mobilisé du scrutin présidentiel au scrutin législatif, même dans le cas de figures connues comme Laurent Gnaedig dans le Bas-Rhin ou Christian Zimmermann dans le Haut-Rhin.

55La composition de la représentation parlementaire alsacienne a évolué à plusieurs points de vue. En 2002, l’Alsace comptait encore seize députés après la victoire présidentielle de Jacques Chirac. Un seul était une femme, Arlette Grosskost élue à Mulhouse. Six candidats sur seize avaient été élus dès le premier tour. Un seul élu n’appartenait pas à la majorité alsacienne, le socialiste Armand Jung élu avec 121 voix d’avance sur Robert Grossmann à Strasbourg. En 2012, après la victoire de François Hollande, la majorité alsacienne avait résisté à la poussée socialiste avec six élus au premier tour, contre deux élus socialistes à Strasbourg, Armand Jung réélu avec 61,6 % des voix et Philippe Bies élu dans la 2e circonscription du Bas-Rhin avec 52,2 % des voix. Dix ans plus tard, la majorité présidentielle macronienne, compte onze élus. Les écologistes et LFI gagnent dans les deux circonscriptions strasbourgeoises comme le PS en 2012. La grande différence en vingt années est sans nul doute la féminisation de la représentation parlementaire régionale : cinq femmes sur quinze députés en Alsace ont été élues à la présente élection de 2022, une proportion proche du taux national qui est de 37 %. Quant à l’âge, l’évolution est moins sensible qu’il ne peut paraître avec de nouveaux élus dont une bonne partie de jeunes quarantenaires. Il y a vingt ans la représentation comptait trois députés de plus de 60 ans sur seize députés. En 2022, ils sont trois sur quinze.

56Ces élections législatives de 2022 ont confirmé la reconfiguration de la représentation parlementaire de l’Alsace esquissée en 2017. Elles l’éloignent du tropisme d’extrême droite, elles déstructurent l’ancien monopole des droites républicaines, elles reconstituent une minorité de gauche sans le PS. La vague 2022 de la sensibilité macronienne désormais représentée par onze députés sur quinze au lieu de six en 2017, six dans le Bas-Rhin, cinq dans le Haut-Rhin, rapproche aujourd‘hui le paysage régional de celui de l’Ouest français et l’éloigne de celui du Grand Est où le RN a fait ses meilleurs scores après la côte méditerranéenne, de Nice à Perpignan. L’ancrage en macronie s’est imposé avec une génération renouvelée et féminisée de représentants qui font rupture dans l’histoire politique longue de l’Alsace. Elle signe dans la région une nouvelle forme d’alliance centrale prépondérante en correspondance avec la majorité nationale.

En guise de conclusion

57Les élections françaises du printemps 2022 se sont déroulées dans un climat marqué d’incertitudes et d’inquiétudes persistantes : interminable crise du Covid, agression militaire russe contre l’Ukraine. La pénétration des troupes russes en Ukraine à 2 000 km de l’Alsace, a réveillé un passé de guerre et de menaces que la plupart des Européens pensaient révolu. C’est dans ce contexte que le président Emmanuel Macron a vu son mandat renouvelé sans coup férir. Aux législatives qui ont suivi, il n’a toutefois pas gagné l’assurance de gouverner le pays dans une relative quiétude, en n’obtenant pas de majorité législative absolue.

58Le paysage politique alsacien a confirmé en la renforçant la forte évolution amorcée en 2017. À cette date le jeune président élu obtient 21,3 % des voix au premier tour en Alsace, pourcentage qui monte à 29,6 % cinq ans plus tard. En 2022, il est en première place au premier tour alors qu’en 2017, il était derrière Marine Le Pen et François Fillon. Parallèlement le nombre de députés se réclamant de la majorité présidentielle passe de six à onze sur quinze députés. La sensibilité macronienne est désormais nettement majoritaire dans l’électorat alsacien tel qu’il s’est exprimé en 2022. La gauche qui retrouve deux députés strasbourgeois reste minoritaire en voix à l’échelle régionale, derrière le RN. La somme des voix obtenues par les divers candidats à la députation dans les quinze circonscriptions s’établit à 163 880 voix pour les candidats d’Ensemble, 113 854 pour ceux du RN et 109 071 pour ceux de la Nupes. Dans le Bas-Rhin, ces derniers récoltent plus de voix (72 043) que le RN (66 098) grâce aux importants scores strasbourgeois. Marine Le Pen est en recul à la présidentielle par rapport à 2017 mais son parti conforte son implantation locale avec des candidats dans toutes les circonscriptions. Cette évolution a été rendue possible par l’effondrement de la droite républicaine qui n’a désormais plus que deux députés pour la représenter.

59La tectonique des plaques évoquée à partir de l’obscurcissement de l’opposition gauche/droite et son remplacement par une tripartition politique, ne joue pas en Alsace à l’unisson de l’évolution nationale compte tenu de la faiblesse persistante de la gauche et de l’écologie qui s’affirment surtout dans les villes. À l’occasion de cette élection, le macronisme s’est diffusé au delà des villes dans les zones péricentrales de la région alors que le RN se concentre davantage dans les zones périphériques. L’Alsace s’est rapprochée de l’Ouest français et s’est distancié du reste du Grand Est désormais nettement plus marqué à l’extrême droite que l’Alsace. Une nouvelle forme d’adhésion majoritaire alsacienne à un pouvoir et une sensibilité centrale portées par Emmanuel Macron s’est affirmée à l’occasion de cette élection. La gauche incarnée par la Nupes progresse, l’extrême droite maintient son implantation. Le macronisme est désormais une force politique dominante en Alsace d’autant qu’il se pose au centre d’un jeu politique complexe dominé par les incertitudes sur le plan national et au niveau international.

Haut de page

Notes

1 . Didier Breton, Nicolas Belliot, Magali Barbieri, Hippolyte d’Albis, Magali Mazuy, « L’évolution démographique de la France : moins de naissances, de mariages et de migrations, plus de décès… la Covid-19 bouleverse la dynamique de la population française », Population, La conjoncture démographique de la France, vol. 76, no 4, 2021.

2 . Céline Rousseau, « Population : les communes qui montent », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition de Strasbourg, 11 janvier 2022, p. 21.

3 . INSEE, « Tableau de bord de la conjoncture : Grand Est », paru en ligne le 31.05.2022.

4 . IFOP, sondage pour Paris-Match et Sud Radio, 18 février 2022.

5 . Olivier Claudon, « Un appel de la société civile en faveur d’Emmanuel Macron », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition de Strasbourg, 7 avril 2022, p. 20.

6 . Laurent Bodin, « À Chalampé, une visite présidentielle politique et policée », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition de Strasbourg, 18 janvier 2022, p. 19.

7 . émilie Roussey, « Sondage BFMTV-Présidentielle 2022 : le pouvoir d’achat principale préoccupation des Français », mis en ligne le 21 janvier 2022.

8 . Richard Kleinschmager, « Les élections présidentielles et législatives du printemps 2017 », Revue d’Alsace, no 143, 2017, p. 287‑321.

9 . Eugénie Bastié, Jérôme Fourquet, « Deux blocs sociologiques et culturels se font face », Le Figaro, 11 avril 2022, p. 17.

10 . Michel Weckel, Ces protestants alsaciens qui ont acclamé Hitler : enquête sur les secrets de famille du réseau luthérien, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2022.

11 . Louis Imbert, « Élection présidentielle 2022 : les Français d’Israël ont voté à plus de 50 % pour Éric Zemmour », site du journal Le Monde, 12 avril 2022.

12 . Olivier Claudon, « La participation toujours plus basse », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition de Strasbourg, 26 avril 2022, p. 13.

13 . Emmanuel Delahaye, « L’Alsace (des villes) offre la victoire à Emmanuel Macron », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition de Strasbourg, 25 avril 2022, p. 13.

14 . Olivier Claudon, « Catherine Trautmann tire à boulets rouges sur l’accord LFI-PS », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition de Strasbourg, 6 mai 2022, p. 22.

15 . Olivier Claudon et Emmanuel Delahaye, « Les socialistes alsaciens divisés », Dernières Nouvelles d’Alsace, édition de Strasbourg, 6 mai 2022, p. 22.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Elections présidentielles 2022 en Alsace. 1er tour abstention
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5447/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5447/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5447/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5447/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Elections présidentielles 2022 en Alsace. Suffrages des principaux candidats
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5447/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Elections présidentielles 2022 en Alsace. 2e tour, suffrages pour E. Macron
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5447/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Elections présidentielles 2022 en Alsace. 2e tour, suffrages pour M. Le Pen
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5447/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Elections présidentielles 2017 en Alsace. 2e tour, candidat arrivé en tête
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5447/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Elections présidentielles 2017 en Alsace. 2e tour, candidat arrivé en tête
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5447/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Elections présidentielles 2017 en Alsace. 2e tour, abstention
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5447/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Elections législatives 2022 en Alsace, les députés élus au 2e tour
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5447/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Kleinschmager, « Les élections présidentielles et législatives du printemps 2022 en Alsace »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 307-351.

Référence électronique

Richard Kleinschmager, « Les élections présidentielles et législatives du printemps 2022 en Alsace »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5447 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5447

Haut de page

Auteur

Richard Kleinschmager

Professeur émérite de géographie à l’université de Strasbourg, président de l’Université populaire européenne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search