Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Varia« Burcberck […] in cujus montis c...

Varia

« Burcberck […] in cujus montis cacumine suum extitit castrum »

Analyse d’une bulle de Léon IX et bilan des données textuelles et archéologiques sur le Purpurkopf (Bas-Rhin)
Burcberck… in cujus montis cacumine suum extitit castrum”. A study of Pope Leo IX’s bull vs what text and archeology tell us about the Purpurkopf (Bas-Rhin)
Burcberck […] in cujus montis cacumine suum extitit castrum”. Analyse einer Bulle Leos IX. und Bestandsaufnahme der textlichen und archäologischen Daten über den Purpurkopf (Unterelsass)
Tristan Martine et Florent Minot
p. 11-38

Résumés

Le Purpurkopf (commune de Rosheim, Bas-Rhin) est un site très peu étudié. Il présente pourtant la particularité d’être l’un des rares sites castraux qui pourrait être connu à la fois par des données textuelle et archéologique pour le Moyen Âge central en Alsace. Le conditionnel est néanmoins de mise, car en l’absence de fouilles, les vestiges en place sont difficiles à dater, tandis que l’unique charte qui pourrait mentionner le Purpurkopf, une bulle de Léon IX, est également délicate à utiliser. Cet article fait donc un état des lieux de l’ensemble des données disponibles pour mieux comprendre le Purpurkopf. Il propose d’abord une analyse critique de la bulle papale, connue uniquement par un vidimus de 1462, en interrogeant sa datation et sa fiabilité, puis dresse un bilan des connaissances archéologiques, par le biais d’un état de la question et de relevés nouveaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Voir notamment Hans J. Hummer, Politics and Power in Early Medieval Europe Alsace and the Frankis (...)

1Malgré quelques travaux récents, l’Alsace du Moyen Âge central reste assez peu connue1. Ceci s’explique notamment par le faible nombre des sources écrites conservées pour l’Alsace post-carolingienne. Alors que les cartulaires sont nombreux pour la province de Trèves (diocèses de Trèves, Metz, Toul et Verdun) où l’on conserve environ 500 copies de chartes pour les années 880-1080, que l’on dispose également pour cet espace de sources littéraires, avec par exemple des Gesta episcoporum ou divers textes hagiographiques, tel n’est pas le cas pour l’Alsace des Xe‑XIe siècles. Sont certes conservés quelques textes hagiographiques, notamment la Vie de saint Desle, ainsi que quelques chartes originales, mais nous n’avons gardé ni cartulaire, ni Gesta episcoporum pour Strasbourg, et pas davantage de grande chronique monastique, à l’exception de celle d’Ebersmunster qui fut rédigée au XIIe siècle. En revanche, si l’on s’intéresse à l’archéologie, la situation est radicalement différente. Alors qu’en Lorraine, en Sarre et en Rhénanie-Palatinat, pour des raisons très diverses, les recherches archéologiques médiévales ont connu un essor assez faible depuis les années 1980, à l’inverse, de nombreux travaux ont été menés dans le même temps en Alsace, notamment sous l’impulsion de chercheurs comme Bernhard Metz, Thomas Biller, Jean-Michel Rudrauf ou Jacky Koch. Pour autant, si de nombreux sites médiévaux ont fait l’objet de prospections ou de relevés, aucun site castral du Moyen Âge central n’a été fouillé et rares sont donc les fortifications de cette période que l’on puisse dater avec précision.

2Surtout, et c’est là encore une différence réelle entre les situations alsacienne et lorraine, très peu de sites castraux sont documentés à la fois textuellement et archéologiquement pour cette période des Xe‑XIIe siècles. Un site peu connu, et surtout peu étudié, le Purpurkopf (commune de Rosheim, Bas-Rhin) pourrait constituer l’un d’entre eux. Le conditionnel est néanmoins de mise, en l’état actuel des recherches. Les vestiges en place pourraient en effet correspondre aux fortifications de cette époque, tandis qu’une bulle pontificale pourrait y faire référence. Cet article entend ainsi proposer un état complet des connaissances sur le Purpurkopf, en croisant l’ensemble des informations disponibles pour mieux appréhender ce qui pourrait constituer l’unique site castral documenté à la fois par des sources textuelles et monumentales pour le Moyen Âge central en Alsace.

Le « Burcberck » : essai d’identification chronologique et historique d’une mention dans une bulle de Léon IX

  • 2 . Pour une discussion sur la datation de l’acte, voir René Bornert, Les monastères d’Alsace, t. II/ (...)
  • 3 . « unaque omnis montani ruris, quod adjacet Burcberck, tam in longitudine, quam in latitudine, in (...)
  • 4 . Probablement début novembre 1049 selon René Bornert, Les monastères d’Alsace, op. cit., p. 71. Po (...)
  • 5 . Johann Daniel Schoepflin, Alsatia aevi Merovingici, Carolingici, Saxonici, Salici, Suevici diplom (...)
  • 6 . Ce statut n’est attesté qu’au début du XIIe siècle, mais tout laisse à penser qu’ils jouèrent ce (...)
  • 7 . Frank Legl, Studien zur Geschichte, op. cit., p. 187 ; Philippe Nuss, Les Habsbourg en Alsace, op (...)

3Le document le plus ancien que nous conservions et qui pourrait mentionner ce site est une bulle de Léon IX pour l’abbaye d’Altorf, datant probablement du 28 novembre 10492. Le pape y rappelle les conditions dans lesquelles son ancêtre, le comte Eberhard III (décédé avant 968), entreprit la fondation de l’abbaye, achevée par son fils, Hugues III raucus (décédé avant 986). Ce dernier construisit une ecclesiola dédiée à saint Barthélémy et au pape Grégoire le Grand, qu’il dota des dîmes de la villa d’Altorf, de « tout le terrain montagneux qui jouxte, en longueur comme en largeur, le Burcberck, sur le sommet duquel se trouvait son castrum3 », ainsi que des dîmes de tous ses domaines qui se trouvaient dans le voisinage. Le fondateur fit consacrer la nouvelle institution par l’évêque Erchenbald de Strasbourg (965-991), en présence notamment de l’abbé Mayeul de Cluny (965-994). Léon IX confirma l’ensemble des droits et possessions, consacra lui-même un autel Saint-Étienne4 et plaça le monastère sous protection pontificale, confirmant par la suite, le 7 mai 1052, l’indépendance du monastère envers les seigneurs locaux, aussi bien laïques qu’ecclésiastiques5. Bien que conçue dès son origine dans la logique des mouvements réformateurs, l’abbaye d’Altorf semble avoir conservé des liens très forts avec la famille de Léon IX et plusieurs membres de son groupe de parenté y furent probablement enterrés. Toutes les donations faites montrent par ailleurs bien l’investissement de la famille dans cet établissement qu’ils dominèrent par le biais de l’avouerie6 et qui fut la plus importante fondation de cette parentèle, jouant un rôle central dans leurs politiques familiales7.

Le vidimus d’un pseudo-original

  • 8 . AA-S, H1/2. Plusieurs éditions existent depuis le XVIIIe siècle, mais elles ne comprennent pas le (...)
  • 9 . Philippe Nuss, Les Habsbourg en Alsace, op. cit., p. 129.
  • 10 . Les douze premières lignes de ce document sont éditées dans Monumenta Germaniae Historica Scripto (...)

4L’original de cette bulle est perdu, mais elle nous est connue par un vidimus de 14628 (fig. 1). Dans la partie inférieure de ce vidimus a été ajoutée la copie d’une notice composée au milieu du XIe siècle par l’abbé Engelbold et qui se trouvait au verso de la bulle originale. Elle constituait une sorte d’exégèse permettant de clarifier et d’expliciter les donations mentionnées au recto9. Elle reprend ainsi la liste des dîmes données par les fondateurs de l’abbaye dans la deuxième moitié du Xe et au début du XIe siècle, et situées à Altorf, Barembach, Dorlisheim, Grendelbruch, Osterenforst (lieu-dit de la commune de Dorlisheim) ainsi que dans deux lieux non identifiés : « Deroberde » et « Demosande10 ». Le document de 1462 comprend également une notice dorsale de 1790 précisant que les donations concernent Grendelbruch.

Figure 1. Vidimus d’une bulle de Léon IX

Figure 1. Vidimus d’une bulle de Léon IX

(AA-S, H 1/2. Photographie : AA-S).

Figure 2. Copie des signes graphiques dans le vidimus

Figure 2. Copie des signes graphiques dans le vidimus

(AA-S, H 1/2. Photographie : Tristan Martine).

  • 11 . AA-S, H 165, fol IIv.
  • 12 . AA-S, H 4, fol. Iv. Dans un souci d’exhaustivité, notons qu’il existe également une quatrième cop (...)

5Nous conservons aussi deux copies ultérieures de la bulle de Léon IX : la première se trouve dans un cartulaire de l’abbaye d’Altorf, datant des XVIe-XVIIe siècles et contenant 143 folios de copies de documents, majoritairement des chartes, attestant des possessions monastiques depuis la fondation. Le texte y est identique, si ce n’est que le copiste utilise la graphie « Burcberg11 ». La seconde copie se trouve dans un manuscrit datant de 1748 : il s’agit des Éphémérides d’Altorf, chronique de l’abbaye depuis sa fondation jusqu’en 1617, comprenant plusieurs copies de chartes. Là encore, le texte est similaire et le site est, cette fois-ci, orthographié « Burchberg12 ».

  • 13 . Johann Daniel Schoepflin, Alsatia, op. cit., no208, p. 164-165 ; Magnus Sattler, Kurze Geschichte(...)
  • 14 . Paul Wentzcke (éd.), Regesten der Bischöfe von Straßburg bis zum Jahre 1202, Innsbruck, Verlag de (...)
  • 15 . Albert Brackmann (éd.), Germania Pontificia. Vol. III, Provincia Maguntinensis. Pars III, Dioeces (...)
  • 16 . Thomas Biller et Bernhard Metz, « Anfänge der Adelsburg im Elsaß in ottonischer, salischer und fr (...)
  • 17 . Frank Legl, Studien zur Geschichte, op. cit., p. 393 et p. 406.

6Ce document suscite plusieurs interrogations. La première question est de savoir de quand date cette bulle et quelle est sa valeur, alors qu’elle est connue uniquement par ces copies. Si les premiers éditeurs de l’acte ne l’ont pas remis pas en cause13, la plupart des chercheurs le mentionnant par la suite mettent en doute sa fiabilité. Paul Wentzcke souligne le fait que les éléments généalogiques ainsi que les allusions à l’autel dédié à saint Cyriaque, dont le culte fut instauré à Altorf par Léon IX, montrent bien que si ce document fait référence aux années 970, avec une consécration probable de l’abbaye en 974, il doit avant tout être replacé dans son contexte du milieu du XIe siècle14. En 1935, Albert Brackmann exprime ses doutes quant à l’authenticité de la bulle sans avancer aucun argument : « De fide dubitandum est15 ». Son avis non argumenté est repris par Thomas Biller et Bernhard Metz16, tandis que Frank Legl soutient que la charte est très vraisemblablement interpolée, probablement dans la première moitié du XIIIe siècle, en renvoyant à ces deux dernières publications17.

  • 18 . Pour une analyse plus détaillée des signes graphiques pontificaux dans la seconde moitié du XIe s (...)
  • 19 . Que soient ici chaleureusement remerciés Jean-Pol Evrard, Hannes Engl et Bruno Saint-Sorny pour l (...)

7L’étude des caractères externes de cet acte perdu est complexe. Notons néanmoins que la rota recopiée correspond à celle que l’on retrouve dans les originaux de Léon IX, que ce soit dans le texte de la devise « omnia Domini plena est terra », dans la manière de l’abréger, dans la disposition de ses quatre éléments en face des quatre branches de la croix avec « est » abrégé à côté de « plena » et non de « terra » ; enfin dans la disposition des lettres L, E, O, P dans les cantons de la croix, même si l’on attendrait deux points autour du P, mais on peut expliquer cette absence par une simple négligence du copiste. L’ensemble des lettres formant le « Benevalete » est également conforme aux bulles de Léon IX, de même que l’interponction, même si les trois points sont un peu discrets. Si les trois points avant le komma sont peu affirmés, cela peut relever d’une simple négligence du copiste. Le komma a lui-même été reproduit avec grand soin18 (fig. 2). Enfin, avant le contenu juridique de l’acte, l’auteur du vidimus décrit (lignes 6 et 7) le sceau et cette description correspond tout à fait à la forme des bulles de plomb utilisées sous le pontificat de Léon IX. Tous ces signes graphiques plaident donc en faveur de l’authenticité de l’acte, même si l’on ne peut bien sûr pas exclure qu’un faussaire ait utilisé une vraie bulle pontificale comme modèle19.

  • 20 . Dominique Iogna-Prat, « Léon IX, pape et consécrateur », in Georges Bischoff et Benoît-Michel Toc (...)
  • 21 . Regesta Imperii III, op. cit., no710, p. 283‑285 et no714, p. 286.
  • 22 . Dominique Iogna-Prat, « Léon IX, pape et consécrateur », op. cit., p. 380 ; Regesta Imperii III, (...)
  • 23 . Regesta Imperii III, op. cit., no683, p. 261‑262 et no715, p. 287‑288.

8Par ailleurs, la datation est, elle aussi, correcte. On arrive à suivre Léon IX dans bon nombre de ses déplacements en 1049 : il consacre par exemple Saint-Rémi de Reims le 2 octobre, Sainte-Marie-Madeleine de Verdun le 9 octobre, Saint-Arnoul de Metz le 11 octobre, l’abbaye Saint-Pierre et Saint-Paul d’Andlau le 10 novembre, l’église d’Ergat, près de Reichenau, le 24 novembre et le monastère Sainte-Croix de Donauwörth le 3 décembre20. Il consacrerait également deux autels à Schaffhausen le 22 novembre et serait à Reichenau le 26 novembre21. Sa présence à Altorf le 28 novembre 1049, à 180 km de Reichenau où il se trouvait deux jours plus tôt, n’est pas impossible, d’autant qu’il consacre également la collégiale Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg, potentiellement en novembre de la même année22. Pour autant, cet itinéraire à marche forcée n’aurait guère de sens. Doit-on en conclure que la datation est problématique et invalide l’acte ? Non, car le lieu de rédaction de cette bulle du 28 novembre n’est pas explicité, et nous suivons donc l’avis de Karl Augustin Frech selon lequel cette bulle aurait pu être rédigée à Reichenau le 28 novembre, après la visite du pape à Altorf, laquelle aurait eu lieu au début du mois de novembre23.

  • 24 . Acte n223 dans Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France, Cédric Giraud, Jean- (...)
  • 25 . Magnus Sattler, Kurze Geschichte, op. cit., no4, p. 250‑252 ; Regesta Imperii III., op. cit., no9 (...)
  • 26 . Voir Hannes Engl, Interaktion, op. cit., p. 130‑134, 137‑145 et 153‑154.

9Concernant le texte lui-même, il faut tout d’abord remarquer que le protocole initial, tout comme le protocole final, sont similaires à ceux que l’on retrouve dans d’autres bulles de Léon IX ; le préambule est ainsi presque identique à celui du privilège du 6 décembre 1050 pour Bleurville, conservé en original24, ou à celui d’une autre bulle de Léon IX pour Altorf en 1053, dans lequel le protocole final est également similaire25. L’acte présente certes, dans ses parties non dispositives, des passages qu’on s’attendrait davantage à retrouver dans un acte privé plutôt que dans un acte d’autorité. Mais l’auteur de l’acte étant un descendant des fondateurs, cela explique son engagement vis-à-vis du contenu : même si le récit de fondation est particulièrement long et s’il y a beaucoup de détails sur les reliques du temps d’Erchenbald et de l’abbé Mayeul, le dispositif est en revanche, lui, bien celui d’un acte d’autorité. Plusieurs des actes de Léon IX pour des abbayes lorraines et alsaciennes avec lesquelles il avait une relation particulière, soit en tant qu’évêque de Toul, soit en raison de ses origines familiales, montrent d’ailleurs qu’il pouvait participer de manière très active à la rédaction du contenu juridique26. Cela pourrait donc tout à fait être le cas pour ce récit de la fondation d’Altorf.

  • 27 . Regesta Imperii III., op. cit., no715, p. 287‑288.

10D’autres éléments méritent d’être questionnés. Pour Karl Augustin Frech, le fait que la consécration par Léon IX de l’autel Saint-Étienne ne soit pas mentionnée par d’autres sources n’est pas en soi un indice de falsification de l’acte. En revanche, alors que la place réservée dans ce dernier aux ancêtres de Léon IX est importante, que le comte Hugues III y est nommé à plusieurs reprises, le lien de parenté exact de celui-ci avec le pape n’y est pourtant pas précisé. Cela pourrait être un indice que l’éventuel faussaire ignorait que le fondateur était le grand-père du prélat toulois, car cette information ne se trouve pas dans la bulle de confirmation des biens d’Altorf par Léon IX le 7 mai 1052, laquelle aurait pu être utilisée pour construire un éventuel faux27.

  • 28 . Ibid.
  • 29 . Archangelus Sieffert, Altdorf. Geschichte, op. cit., p. 34. Pour une analyse des sources disponib (...)

11Certaines parties du contenu juridique de l’acte sont encore plus suspectes. On pense notamment à la partie du texte concernant les possessions et donations : d’une part la liste des possessions et les clauses finales sont entremêlées, d’autre part ce passage commence et se termine par la même formule (« corroboramus et confirmamus »), alors que peu de mots les séparent, ce qui ne correspond pas non plus au style de la chancellerie pontificale et laisse supposer une interpolation postérieure28. La confirmation de la règle bénédictine est également inhabituelle et prouve, pour Archangelus Sieffert, la contrefaçon : celle-ci pourrait s’expliquer par un litige qui aurait eu lieu dans les années 1225‑1234 entre l’évêque de Strasbourg, qui dominait alors Altorf, et l’abbaye cistercienne de Haute-Seille, dans le contexte du règlement de l’héritage de la comtesse Gertrude de Dabo. Se sentant menacés, les moines d’Altorf auraient alors ainsi voulu réaffirmer leurs droits29.

12Que conclure de toutes ces remarques ? Étant donné l’exactitude de la reproduction des caractères externes de l’acte, il est tout à fait possible que le vidimus ait été rédigé à partir de l’original aujourd’hui perdu. Néanmoins, différents points du contenu de la bulle laissent à penser qu’elle fut modifiée par la suite : il est donc probable que la bulle ait été arrachée de l’original pour l’attacher ensuite à un pseudo-original. Il semble assuré que Léon IX a bien émis un acte pour Altorf, mais la version qui nous est parvenue étant manifestement interpolée, on ne peut que formuler des hypothèses quant à son contenu juridique précis.

13Cependant, le passage qui nous intéresse le plus dans cet acte concerne la mention du « Burcberck », or celui-ci n’est cité que comme un élément de localisation ; il ne constitue pas une donation en soi. Même si l’acte est interpolé, il paraît ainsi avoir été inutile pour le faussaire, dont l’intention était vraisemblablement de montrer que cette zone appartenait depuis très longtemps à l’abbaye, de modifier l’original sur ce point précis.

Identification d’un toponyme

  • 30 . Jean-Michel Rudrauf, « L’apparition des premiers châteaux en Alsace entre le début du Xe et le mi (...)
  • 31 . Johann Daniel Schoepflin, Alsatia, op. cit., p. 165 ; Joseph Wimmer, Histoire de Grendelbruch et (...)
  • 32 . Thomas Biller et Bernhard Metz, Die Burgen des Elsass. Band II. Der spätromanische Burgenbau im E (...)
  • 33 . Stefan Alexander Würdtwein, Nova subsidia diplomatica ad selecta juris ecclesiastici Germaniae, t (...)
  • 34 . Frank Legl, Studien zur Geschichte, op. cit., p. 421-422 ; Georges Bischoff, Jean-Michel Rudrauf, (...)
  • 35 . Thomas Biller et Bernhard Metz, « Anfänge der Adelsburg », art. cit., p. 249 ; Jean-Michel Rudrau (...)

14La seconde interrogation principale autour de ce document concerne l’identification de ce « Burcberck ». En utilisant cette expression, le scribe désigne une montagne surmontée d’un château dont le nom n’est plus connu, signe qu’il est alors probablement ruiné30. Mais quelle est cette fortification abandonnée ? Longtemps, l’historiographie a conclu qu’il s’agissait du Girbaden, situé dans l’actuelle commune de Mollkirch, car il s’agissait du seul château considéré comme médiéval dans cette zone31. Cette identification a néanmoins été contestée à la fin du XXe siècle, car le Girbaden – dont les ruines actuelles datent a priori de la deuxième moitié du XIIe siècle32 – n’apparaît dans les sources qu’en 114133 et il devient rapidement un site castral important, régulièrement mentionné dans les textes34. Si la mention du « Burcberck » date réellement de 1049, voire si elle reprend une information datant des années 970, elle ne peut donc, en l’état des connaissances actuelles, pas renvoyer au Girbaden, dont l’existence n’est alors pas avérée. À l’inverse, si cette mention date de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle, le Girbaden était alors un site connu en Alsace et il serait donc nommé comme point de référence géographique par l’éventuel faussaire, lié à l’abbaye d’Altorf. L’historiographie récente n’associe donc plus ce « Burcberck » au Girbaden, mais y voit désormais une mention du Purpurkopf, situé sur la commune de Rosheim, à 1,3 km du Girbaden, de l’autre côté de la vallée de la Magel35.

  • 36 . Joseph Wimmer, Histoire de Grendelbruch, op. cit, p. 20.
  • 37 . AA-S, 126 J 15 : information fournie par A. Kientzler et transmise par Jean-Michel Rudrauf, que n (...)
  • 38 . Joseph Wimmer, Histoire de Grendelbruch, op. cit, p. 20.

15Le terme de Purpurkopf pourrait d’ailleurs être lié à celui de « Burcberck ». Joseph Wimmer propose ainsi plusieurs pistes permettant d’expliquer l’étymologie du Purpurkopf. Il relève tout d’abord le fait qu’il existe une tradition populaire expliquant que le Purpurkopf tirerait son nom du fait que « vu de Grendelbruch, son sommet brille d’un reflet pourpre dans la lumière du soleil levant36 », ce qui explique d’ailleurs le fait qu’en 1762 le prêteur royal d’Obernai évoque le canton du « pourpre Schloss37 ». Il évoque ensuite l’idée que cette appellation dériverait du « Burckberck », puisque l’on aurait ensuite parlé du « Burckberckkopf », pour désigner le sommet de cette montagne : « le Burgbergkopf devint d’abord le Burberkopf, puis par rapprochement avec un mot qu’on comprenait mieux, Purpurkopf. Les paysans de la région conservent d’ailleurs la prononciation « Burberkopf »38 ».

  • 39 . Harry Bresslau (éd.), « Gesta Chuonradi II. imperatoris », MGH SS rer. Germ. LXI, Cap. 19, p. 39.
  • 40 . Jean-Michel Rudrauf, « L’apparition des premiers châteaux », art. cit., p. 546.

16Enfin, si l’on accepte, d’une part, que ce « Burcberck » désigne le Purpukopf, et, d’autre part, que, comme le propose Jean-Michel Rudrauf, le Girbaden ait pu au début du XIIe siècle le remplacer, se pose alors la question de la date et de la raison de la destruction du Purpurkopf. Selon Jean-Michel Rudrauf, ce dernier pourrait avoir fait partie des sites castraux, dont les noms ne sont pas précisés par Wippon, le chroniqueur qui nous apprend qu’ils appartenaient au comte Hugues IV (mort vers 1038) et qu’ils furent détruits en 1027 par le duc Ernest II de Souabe (« castella Hugonis comitis […] desolavit39 »), en révolte contre son beau-père, l’empereur Conrad II40. Si tel était le cas, le Purpurkopf aurait donc pu être occupé au Xe siècle et détruit en 1027, ce que seules des connaissances archéologiques nouvelles permettraient de confirmer ou d’infirmer.

Le Purpurkopf : état des connaissances archéologiques

17Le site se présente sous la forme d’une vaste enceinte enserrant le sommet du Purpurkopf, situé sur le versant sud de la vallée de la Magel, dans la forêt de Rosheim. Au centre de cet espace clos, couronnant le sommet, se trouvent les vestiges largement éboulés d’un bâtiment rectangulaire.

  • 41 . Jean-Geoffroy Schweighaeuser, Antiquités de l’Alsace ou Châteaux, Églises et autres monuments des (...)
  • 42 . Johann Daniel Schoepflin, Louis Waldemar Ravenez, L’Alsace illustrée, ou Recherches sur l’Alsace (...)
  • 43 . Jacob Schneider, Beiträge zur Reichstett der alten Befestigungen in den Vogesen, Trèves, 1844, p. (...)
  • 44 . Gustave Bleicher, Charles-Frédéric Faudel, « Monuments mégalithiques, deuxième partie », Bulletin (...)
  • 45 . Charles Auguste Marie Sarrazin, « Le Heidenkopf et le Purpurkopf », Revue alsacienne, 1885/86, p. (...)
  • 46 . Curt Mündel, Die Vogesen, Strasbourg, K. J. Trübner, 1888, p. 261.
  • 47 . Fritz Kessler, « Les murs dits païens de l’Alsace », Bulletin de la Société industrielle de Mulho (...)
  • 48 . Charles Goehner, Fernand Jaenger « Der Ringwall auf dem Purpurkopf bei Grendelbruch », Cahiers d’ (...)
  • 49 . Karl Sebastian Gutmann, « Besuch auf dem Purpurkopf », Strasburger Post, no678, 13 juin 1914, p.  (...)
  • 50 . Robert Forrer, « Des enceintes fortifiées préhistoriques, romaines et anhistoriques d’Alsace », B (...)

18Le Purpurkopf est décrit pour la première fois par Jean-Geoffroy Schweighaeuser en 182841 qui, le premier, attribue à la fortification des origines protohistoriques, y voyant même un éventuel lieu de culte druidique ou germanique. Il mentionne une triple enceinte sans entrer davantage dans les détails morphologiques des vestiges. En 1849, la traduction par Louis Waldemar Ravenez des travaux de Jean-Daniel Schoepflin offre une description un peu plus détaillée, mais reprend l’idée de triple enceinte42. La première de ces enceintes correspondant a priori à l’édifice sommital, la seconde à l’affleurement rocheux situé à mi-pente et la troisième à l’enceinte principale. Le site est également mentionné en 1844 par Jacob Schneider43, puis dans l’inventaire de Frédéric Faudel et Gustave Bleicher en 188044, par Charles Auguste Marie Sarrazin en 188045, ainsi que dans un guide du Club Vosgien édité en 1888, dans lequel l’auteur décrit, une nouvelle fois, un système de triple enceinte46. Dans son inventaire publié en 191447, Fritz Kessler est le premier à donner les dimensions de l’édifice sommital et à mentionner la présence d’une dépression en son centre, interprétée comme une citerne. Il est également le seul auteur à préciser que la maçonnerie du bâtiment est liée avec un mortier de chaux. En 1923, Charles Goehner et Fernand Jaenger décrivent dans le détail la topographie du site, la morphologie de l’enceinte et en réalisent le premier plan connu48. Le degré de précision de leur description suggère même qu’ils aient effectué des sondages ou une coupe du mur d’enceinte puisqu’ils analysent sa stratification et son profil. Les auteurs signalent la présence du puits situé au sud-ouest, à l’extérieur de la fortification, et considèrent qu’il pourrait aussi s’agir d’une ancienne galerie de mine. Ils rapportent également la découverte d’un fragment de meule à main antique par Karl Sebastian Gutmann en 191449 à proximité du bâtiment central. Ils sont les premiers à considérer que ce bâtiment a probablement été érigé à une autre époque que le mur d’enceinte, mais sans l’attribuer à une ère chronologique précise. En 1926, Robert Forrer signale l’existence d’un trésor monétaire daté de la fin du IIIe siècle découvert en 1870 à proximité du site50, mais dont la localisation exacte n’est pas connue.

  • 51 . Jacky Koch, L’art de bâtir, op. cit., p. 33.

19Dans l’ensemble, les spécialistes qui se sont penchés sur son cas à partir du milieu du XIXe siècle et jusqu’au premier tiers du XXe siècle attribuent tous au Purpurkopf une origine protohistorique. Ils sont toutefois partagés sur sa vocation, lui attribuant un caractère tantôt défensif et tantôt cultuel. Dans l’ensemble, ils s’accordent cependant sur une continuité d’occupation ou une réoccupation du site à l’époque romaine, à la faveur des quelques découvertes mentionnées précédemment. Le long passage à vide que connaît la recherche archéologique sur les sites castraux à partir des années 192051 n’épargne pas le Purpurkopf. Ce dernier ne bénéficie d’un regain d’intérêt qu’à partir de la fin des années 1960, décennie qui voit naître l’archéologie médiévale, entraînant un renouveau de la recherche sur les origines du phénomène castral et sur les sites apparentés.

  • 52 . Joseph Wimmer, Histoire de Grendelbruch, op. cit.
  • 53 . Jean Braun, « Les fortifications anciennes de la vallée de la Bruche », Annuaire de la Société d’ (...)
  • 54 . Armand Kieffer, « Note sur le Purpurkopf », Cahiers alsaciens d’archéologie d’art et d’histoire, (...)
  • 55 . Ibid., p. 36.

20L’ouvrage de Joseph Wimmer qui questionne l’analogie entre Burckberg et Purpurkopf52 ouvre ainsi la voie à un nouvel axe de recherche, qui n’est toutefois pas tout de suite exploité. L’article de Jean Braun sur les fortifications anciennes du secteur53 qui lui fait suite ne mentionne pas l’hypothèse du Burckberg et se contente d’une synthèse des découvertes et des observations anciennes. En 1977, Armand Kieffer publie, lui, un plan précis accompagné d’une note qui réactualise les données morphologiques et archéologiques sur le site54. Le plan comprend un relevé complet de l’enceinte et de l’édifice central, mais aussi de la topographie générale du sommet. Si l’auteur reste attaché à la thèse « celtique » et « druidique » concernant l’enceinte, il s’attarde plus que ses prédécesseurs sur la description et l’interprétation du bâtiment central, dont il attribue avec réserve la construction aux Alamans. Il décrit une maçonnerie rectangulaire en pierre sèche dotée d’une porte et d’un mur de refend et mentionne également plusieurs « trous de fouille » dans et autour de ce bâtiment, supposant l’existence d’investigations anciennes. L’idée prédominante jusqu’à la décennie 1990 est donc celle d’un site fortifié protohistorique et antique dont la chronologie d’occupation ne dépasse pas le Ve siècle55.

  • 56 . Thomas Biller et Bernhard Metz, « Anfänge der Adelsburg », art. cit., p. 250.
  • 57 . Thomas Biller et Bernhard Metz, Die Burgen des Elsass, op. cit., p. 86.
  • 58 . Georges Bischoff, Jean-Michel Rudrauf, Les châteaux forts autour du Mont Sainte-Odile, op. cit., (...)
  • 59 . Jacky Koch, « Les châteaux alsaciens entre 950 et 1150 », art. cit., p. 181‑182.

21Sans remettre complètement en cause la possibilité d’une origine antique de l’enceinte, Thomas Biller et Bernhard Metz y voient, eux, les vestiges d’une enceinte-refuge (Fliehburg), voire ceux d’un habitat fortifié (befestigte Höhensiedlung56). D’une fortification publique, ou du moins communautaire, on serait passé à une fortification privée caractérisée par la construction du bâtiment central qu’ils considèrent comme précurseur des Turmburg des XIe et XIIe siècles : c’est à ce dernier état, proche d’un Adelsburg, que ferait référence la bulle papale57. Mis en évidence par sa situation centrale et sommitale ainsi que par ses caractéristiques architecturales, l’édifice rectangulaire réunirait selon eux tous les critères d’une résidence seigneuriale : il pourrait s’agir d’une résidence comtale de la fin du Xe siècle. Jean-Michel Rudrauf et Georges Bischoff58 soutiennent cette hypothèse qui semble faire relativement consensus59, rajeunissant de cinq siècles l’abandon supposé du site.

  • 60 . Jean-Marie Holderbach, Purpurkopf, rapport de prospection, Strasbourg, SRA, 2013.
  • 61 . Jean-Marie Holderbach, Florent Jodry, « La carrière d’extraction de meules en grès vosgien du Pur (...)
  • 62 . Robert Stahl, « Un nouveau site archéologique à Rosheim. Céramique protohistorique et gallo-romai (...)

22Une prospection de surface menée par Jean-Marie Holderbach en 201060 a, de son côté, permis d’aborder la question de la datation de l’enceinte grâce à la découverte de cinq fragments de meule, trois mêlés aux blocs du mur, un à proximité de l’édifice sommital et le dernier à l’extérieur du périmètre fortifié. Étudiés par Florent Jodry, ils sont attribués avec réserve à la fin du second Âge du Fer61. Ils s’ajoutent aux trois meules signalées en réemplois dans le mur d’enceinte en 1978 par Hans Zumstein et qui avaient, elles, été attribuées au Bas-Empire62. Il n’est cependant pas exclu que l’on ait affaire aux mêmes éléments, d’autant qu’il s’agit dans les deux cas de trois fragments observés au sein des moellons qui composent l’enceinte. Bien que ce mobilier ne permette pas de dater l’enceinte, leur position en réemploi offre tout de même un terminus post quem qui donne de bons arguments en faveur d’une construction dans le courant de l’Antiquité ou lors d’une phase postérieure.

Le Purpurkopf : description archéologique

  • 63 . Georges Bischoff, Jean-Michel Rudrauf, Les châteaux forts autour du Mont Sainte-Odile, op. cit., (...)

23Le site occupe le sommet du Purpurkopf qui culmine à 570 m d’altitude (fig. 3 et 4). Partiellement déboisé, il mesure un peu moins d’un hectare et domine la vallée de la Magel. Les pentes de cette éminence, abruptes à l’est, au nord, et dans une moindre mesure à l’ouest, lui confèrent des qualités défensives naturelles. Le sous-sol est caractérisé par la présence du socle gréseux qui affleure localement, notamment au niveau du sommet. Au sud du site, le terrain rejoint en pente douce le col du Hexenplatz qui sépare le Purpurkopf du reste de la montagne. Le sommet est encadré par deux vallons orientés du sud au nord et creusés par le ruisseau du Purpurthal à l’est et du Grand Ruchthal à l’ouest. En contrebas du site, sur le versant sud-ouest, à une cinquantaine de mètres de l’enceinte, une dépression humide accueille un puisard en pierre sèche d’au moins 3 m de fond et 0,90 m de circonférence63. Lors de notre prospection du site en septembre 2020, il était en eau, attestant de la faible profondeur des nappes ou de la présence d’une source.

Figure 3. Vue aérienne du sommet du Purpurkopf depuis l’ouest en 2018

Figure 3. Vue aérienne du sommet du Purpurkopf depuis l’ouest en 2018

Photographie : Bastien Prévot.

Figure 4. Plan du Purpurkopf réalisé à partir du modèle numérique de terrain (MNT) et des photographies aériennes

Figure 4. Plan du Purpurkopf réalisé à partir du modèle numérique de terrain (MNT) et des photographies aériennes

DAO : Florent Minot.

L’enceinte

24Le mur d’enceinte (fig. 5), composé d’un amoncellement de moellons, mesure 375 m de périmètre et délimite un espace intérieur de 142 m de long et 83 m de large pour environ 8900 m². Ce mur est conservé de manière inégale et prend le plus souvent la forme d’un éboulis soulignant une importante rupture de pente. La totalité de son tracé est toutefois nettement visible dans le relief et son aspect d’amas rocheux ne passe pas inaperçu. Le plan au sol est à mi-chemin entre le plan ovoïde et le triangle isocèle, de manière à présenter un front en éperon vers le sud. L’enceinte suit globalement la même courbe de niveau, sauf à l’est où elle prend un peu d’altitude en raison de la forte pente de ce côté du sommet. La porte d’entrée a été placée dans le tiers sud du front ouest, là où la pente est la moins accentuée. En toute logique, la voie d’accès initiale était la même qu’aujourd’hui et rejoignait le col du Hexenplatz. Le plan de la porte est difficile à interpréter : la présence d’une légère saillie de l’enceinte sur son côté nord pourrait suggérer un plan en tenaille, mais il n’est pas exclu que cette particularité résulte de l’aménagement du chemin d’accès dans une période récente. À l’ouest, les vestiges d’une deuxième enceinte précèdent l’enceinte principale du côté où la pente naturelle est la moins forte, mais son tracé est nettement moins visible.

Figure 5. Vue générale du mur d’enceinte nord depuis l’ouest

Figure 5. Vue générale du mur d’enceinte nord depuis l’ouest

Photographie : Florent Minot.

25Le mur ne présente pas ou plus l’aspect d’une maçonnerie. Il est constitué d’un empilement de moellons de grès rose grossièrement équarris et de dimensions variables, les plus grands atteignant près de 2 m de longueur. Seuls quelques rares tronçons présentent encore une structure ordonnée et des vestiges du parement originel (fig. 6). Aucun liant ne semble avoir été mis en œuvre dans la construction, ni terre ni mortier. Dans sa partie supérieure, l’épaisseur du mur est d’environ 2 m et certains gros moellons sont disposés en parpaing. La variété des modules suggère une production par débitage grossier ou éclatement du substrat gréseux extrait a priori directement sur le sommet ou dans son environnement proche. Côté intérieur, le mur retient une sorte de terreplein qui forme une petite terrasse plane rompant la pente naturelle du massif. De ce côté l’élévation de l’enceinte par rapport au niveau de circulation ne dépasse pas 1 m. Côté extérieur en revanche, la hauteur de l’enceinte est plus importante en raison de la différence de niveau entre l’intérieur et l’extérieur de la fortification. Elle atteint environ 2 m, mais son pied est masqué par un amas de moellons provenant au moins partiellement de son effondrement. Cet amas atteint jusqu’à 10 m de large par endroits et confère à la fortification un aspect d’éboulis plus ou moins raide et difficilement franchissable. En l’absence de fouille permettant de dégager sa base, la hauteur initiale du mur reste difficile à estimer, de même que son aspect primitif.

Figure 6. Un des rares endroits où le mur d’enceinte présente des vestiges de son parement externe

Figure 6. Un des rares endroits où le mur d’enceinte présente des vestiges de son parement externe

Photographie : Florent Minot.

Le bâtiment sommital

26Au centre du périmètre fortifié, le bâtiment qui coiffe le sommet révèle des caractéristiques tout à fait différentes. Les vestiges de cet édifice reposent directement sur l’affleurement rocheux qui présente à certains endroits, notamment au sud-est, des parois abruptes, voire verticales, de 1 ou 2 m de haut. De plan rectangulaire, il est orienté sur un axe nord-sud et mesure 18,50 x 11 m hors œuvre (fig. 7). Il est cerné par un talus d’éboulis provenant de l’effondrement de ses élévations. À certains endroits, le mur a été vraisemblablement dégagé lors de « fouilles » anciennes, mettant au jour certains tronçons de ses parements, tant internes qu’externes. L’épaisseur du mur, d’environ 2 m, est constante de tous les côtés, là où l’arase est visible. Le mur est constitué de deux parements droits qui bloquent a priori un fourrage difficilement observable en raison de la végétalisation des arases. Le mortier mentionné par Fritz Kessler n’apparaît plus, il a sans doute été lessivé par le temps. Les parements présentent donc l’aspect d’une construction en pierre sèche. Le matériau mis en œuvre correspond au grès local débité en moellons sommairement équarris et disposés en assises irrégulières (fig. 8). De nombreux éléments de calage sont employés dans la mise en œuvre pour compenser l’irrégularité des formes. L’angle nord-est, seul angle externe visible, est constitué de blocs d’angles grossièrement équarris de plus grand appareil que le reste de la maçonnerie et conservés sur au moins trois assises (fig. 9). Une interruption de la maçonnerie au milieu du mur ouest est interprétée par divers auteurs comme le vestige de l’entrée primitive, mais pourrait tout aussi bien résulter d’un effondrement du mur à cet endroit, tandis que le mur de refend mentionné par Armand Kieffer n’est plus visible.

Figure 7. Vue aérienne du bâtiment rectangulaire situé au sommet du Purpurkopf depuis le nord

Figure 7. Vue aérienne du bâtiment rectangulaire situé au sommet du Purpurkopf depuis le nord

Photographie : Bastien Prévot.

Figure 8. Vue du parement interne de l’angle sud-est du bâtiment sommital

Figure 8. Vue du parement interne de l’angle sud-est du bâtiment sommital

Photographie : Florent Minot.

Figure 9. Vue de l’angle externe nord-est du bâtiment sommital

Figure 9. Vue de l’angle externe nord-est du bâtiment sommital

Photographie : Florent Minot).

  • 64 . Thomas Biller et Bernhard Metz, « Anfänge der Adelsburg », art. cit., p. 250.

27Dans le détail, l’appareil plutôt fruste ne constitue pas vraiment un marqueur chronologique. Sa mise en œuvre, bien qu’assez simple, présente toutefois quelques indicateurs qui témoignent du soin apporté à la construction, notamment les blocs d’angle sommairement équarris. Les portions de mur observables sont cependant très réduites dans l’état actuel et les comparaisons sont donc délicates. La technique rappelle toutefois l’appareil de certaines fortifications attribuées au Moyen Âge central, notamment ceux du Petit-Ringelsberg ou du Petit-Koenigsbourg. En effet, même si les maçonneries de ces deux sites emploient des matériaux d’un gabarit globalement supérieur, la mise en œuvre y est similaire. Pour autant, ces éléments de comparaison concernent des maçonneries d’enceintes et non de bâtiments comme celui situé au sommet du Purpurkopf. L’épaisseur importante des murs constitue néanmoins un indicateur du caractère édilitaire et/ou défensif de l’édifice, ce qui justifie son identification comme Turmburg64.

Figure 10. Vue aérienne zénithale du site

Figure 10. Vue aérienne zénithale du site

Photographie : Bastien Prévot.

  • 65 . Steeve Gentner, Maxime Walter (dir.), Les enceintes de hauteur de la Heidenstadt à Ernolsheim-lès (...)

28Une campagne de prospection réalisée en 202065 a permis d’actualiser les données et de profiter de la faiblesse du couvert végétal pour réaliser une couverture photographique aérienne à l’aide d’un drone (fig. 10). Les clichés géoréférencés obtenus ont permis de réaliser un modèle en trois dimensions du site par traitement photogrammétrique puis d’en tirer un modèle numérique de terrain (MNT) (fig. 11). Cette méthode, peu coûteuse et facile à mettre en œuvre, permet de cartographier rapidement des zones nues, mais reste inefficace sous couvert forestier. La représentativité de notre modèle se limite donc à l’espace intra-muros, défriché, et comporte quelques anomalies liées à la présence d’arbres ou de buissons, notamment sur la pente nord du site. Elle a toutefois permis d’en tirer un plan actualisé (fig. 4).

Figure 11. Modèle Numérique de Terrain (MNT) du site faisant ressortir le relief de l’enceinte et du bâtiment central

Figure 11. Modèle Numérique de Terrain (MNT) du site faisant ressortir le relief de l’enceinte et du bâtiment central

Traitement numérique : Florent Minot.

29Cette campagne a également permis la mise au jour d’un tesson de céramique à l’intérieur du périmètre fortifié, sur le flanc sud-ouest du sommet, non loin de l’entrée. Il s’agit d’un fond de céramique difficilement identifiable, peut-être de la fine tournée mérovingienne ou une production antique locale. Le fait qu’il s’agisse vraisemblablement de céramique tournée est toutefois un indice supplémentaire en faveur d’une datation antique ou altomédiévale de l’occupation du sommet.

  • 66 . Thomas Biller et Bernhard Metz, « Anfänge der Adelsburg », art. cit. ; Georges Bischoff, Jean-Mic (...)

30Même si le Purpurkopf n’a pas cessé d’intéresser les chercheurs, il manque encore aujourd’hui un certain nombre de données archéologiques pour dépasser les diverses interprétations. L’hypothèse d’une datation du bâtiment sommital au Moyen Âge central a été largement reprise et semble faire désormais l’objet d’un relatif consensus de la part des chercheurs66. Pour autant, cette attribution repose encore sur des indices relativement minces, tandis que la datation de l’enceinte demeure tout aussi problématique, les quelques indices récoltés ne suffisant pas encore à proposer autre chose qu’une très large fourchette chronologique.

31Toujours souhaitable, le dialogue entre les sources historiques et archéologiques s’avère dans certains cas indispensable. Le Purpurkopf pourrait constituer une nouvelle illustration de cette nécessité.

32Malgré son utilisation délicate, la bulle de Léon IX constitue un indice intéressant pour la datation de ce site et invite à aller au-delà des relevés et de la prospection afin de statuer définitivement sur la chronologie précise de cette fortification, qui pourrait nous révéler de nombreuses informations sur une période castrale encore trop mal connue pour l’espace alsacien. Au-delà de son intérêt archéologique propre, une fouille de ce site permettrait également d’apporter un éclairage supplémentaire sur la fiabilité de cette bulle pontificale.

33Prometteur, le bilan des connaissances textuelles et archéologiques sur le Purpurkopf ouvre ainsi de nouvelles perspectives de recherches. De nouvelles investigations seraient nécessaires afin de confirmer ou d’infirmer les hypothèses que l’on peut établir à partir des données complexes et lacunaires qui sont actuellement à la disposition des historiens et des archéologues. Elles seraient les seules à permettre de lever un peu le voile sur ce site qui pourrait constituer un témoignage aussi unique que précieux pour mieux appréhender le Moyen Âge central en Alsace.

Haut de page

Notes

1 . Voir notamment Hans J. Hummer, Politics and Power in Early Medieval Europe Alsace and the Frankish Realm, 600-1000, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 2005 ; Hans-Peter Sütterle, Die Salier und das Elsass. Studien zu den Herrschaftsverhältnissen und zu den politischen Kräften in einer ‘Randregion’ des Reiches (1002-1125), Francfort-sur-le-Main, P. Lang, 2009 ; Erik Beck et alii (dir.), Burgen im Breisgau: Aspekte von Burg und Herrschaft im überregionalen Vergleich, Ostfildern, Thorbecke, 2012 ; Jacky Koch, L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (Xe-XIIIe siècles), Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2015 ; Tobie Walther, Zwischen Polemik und Rekonziliation: die Bischöfe von Strassburg im Investiturstreit bis 1100 und ihre Gegner, Stuttgart, W. Kohlhammer, 2017 ; Thomas Biller et Bernhard Metz, Die Burgen des Elsass. Band I. Die Anfänge des Burgenbaues im Elsass bis 1200, Munich, Deutscher Kunstverlag, 2018.

2 . Pour une discussion sur la datation de l’acte, voir René Bornert, Les monastères d’Alsace, t. II/1, Abbayes de Bénédictins, des origines à la Révolution française, Strasbourg, Éd. du Signe, 2009, p. 72 ; Johann Friedrich Böhmer, Regesta Imperii III. Salisches Haus 1024-1125. 5. Abt.: Papstregesten 1024-1058. 2. Lief.: 1046-1058, éd. par Karl Augustin Frech, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau, 2006, no715, p. 287-288.

3 . « unaque omnis montani ruris, quod adjacet Burcberck, tam in longitudine, quam in latitudine, in cujus montis cacumine suum extitit castrum », Archives d’Alsace, site de Strasbourg (AA-S), H1/2.

4 . Probablement début novembre 1049 selon René Bornert, Les monastères d’Alsace, op. cit., p. 71. Pour une discussion sur les détails de cette fondation, voir Frank Legl, Studien zur Geschichte der Grafen von Dagsburg-Egisheim, Sarrebruck, SDV, no11, p. 393 et Regesta Imperii III, op. cit., no683, p. 261‑262.

5 . Johann Daniel Schoepflin, Alsatia aevi Merovingici, Carolingici, Saxonici, Salici, Suevici diplomatica, Mannheim, Typographia Academica, t. 1, 1772, no211, p. 168 ; Magnus Sattler, Kurze Geschichte der Benedictiner-Abtei von Altdorf, Strasbourg, Bauer, 1887, no4, p. 250‑251 et Regesta Imperii III, op. cit., no957, p. 466‑467.

6 . Ce statut n’est attesté qu’au début du XIIe siècle, mais tout laisse à penser qu’ils jouèrent ce rôle dès la fondation d’Altorf (voir Philippe Nuss, Les Habsbourg en Alsace des origines à 1273. Recherches pour une histoire de l’Alsatia Habsburgica, Altkirch, Société d’Histoire du Sundgau, 2002, p. 130 ; Frank Legl, Studien zur Geschichte der Grafen von Dagsburg-Egisheim, op. cit., p. 189 et p. 522‑523).

7 . Frank Legl, Studien zur Geschichte, op. cit., p. 187 ; Philippe Nuss, Les Habsbourg en Alsace, op. cit., p. 129 ; Hans J. Hummer, « Reform and Lordship in Alsace at the Turn of the Millennium », in Warren Brown, Piotr Gorecki (dir.), Conflict in medieval Europe: changing perspectives on society and culture, Aldershot, Ashgate, 2003, p. 80 ; Tristan Martine, « Les mouvements de réforme monastique en Lotharingie méridionale au Xe siècle : quelles conséquences spatiales pour les familles comtales ? », in Jean El Gammal, Laurent Jalabert (dir.), Changer, rénover, restaurer : la réforme au fil de l’histoire et de l’actualité, Annales de l’Est, Spécial 2016, p. 19‑32.

8 . AA-S, H1/2. Plusieurs éditions existent depuis le XVIIIe siècle, mais elles ne comprennent pas les neuf premières lignes, dans lesquelles l’auteur du vidimus décrit notamment le document qu’il copie. Voir notamment Magnus Sattler, Kurze Geschichte, op. cit., no3, p. 249‑250.

9 . Philippe Nuss, Les Habsbourg en Alsace, op. cit., p. 129.

10 . Les douze premières lignes de ce document sont éditées dans Monumenta Germaniae Historica Scriptores (MGH SS) XV, 2, Hanovre, Hahn, 1888, p. 994‑995, ainsi que dans Alphonse Archangelus Sieffert, Altdorf. Geschichte von Abtei und Dorf, Strasbourg-Koenigshoffen, éd. Saint-Fidèle, 1950, p. 280.

11 . AA-S, H 165, fol IIv.

12 . AA-S, H 4, fol. Iv. Dans un souci d’exhaustivité, notons qu’il existe également une quatrième copie de cette bulle, datant du XVIIe siècle : Colmar, Bibliothèque municipale, Ms. Chauffour, no102, fol. 13.

13 . Johann Daniel Schoepflin, Alsatia, op. cit., no208, p. 164-165 ; Magnus Sattler, Kurze Geschichte, op. cit., no3, p. 249‑250.

14 . Paul Wentzcke (éd.), Regesten der Bischöfe von Straßburg bis zum Jahre 1202, Innsbruck, Verlag der Wagnerschen Universitäts-Buchhandlung, 1908, no245, p. 269.

15 . Albert Brackmann (éd.), Germania Pontificia. Vol. III, Provincia Maguntinensis. Pars III, Dioeceses Strassburgensis. Spirensis. Wormatiensis. Wirciburgensis. Bambergensis, Berlin, 1935, no1, p. 27.

16 . Thomas Biller et Bernhard Metz, « Anfänge der Adelsburg im Elsaß in ottonischer, salischer und frühstaufischer Zeit », in Horst Wolfgang Böhme (dir.), Burgen der Salierzeit, Sigmaringen, Thorbecke, 1991, p. 249.

17 . Frank Legl, Studien zur Geschichte, op. cit., p. 393 et p. 406.

18 . Pour une analyse plus détaillée des signes graphiques pontificaux dans la seconde moitié du XIe siècle, voir Joachim Dahlhaus, « Rota und Unterschrift. Zur unterfertigung päpstlicher Urkunden durch ihre Aussteller in der zweiten Hälfte des 11. Jahrhunderts », in Irmgard Fees, Andreas Hedwig, Francesco Roberg (dir.), Papsturkunden des frühen und hohen Mittelalters. Äußere Merkmale, Konservierung, Restaurierung, Leipzig, Eudora Verlag, 2010, p. 249‑303.

19 . Que soient ici chaleureusement remerciés Jean-Pol Evrard, Hannes Engl et Bruno Saint-Sorny pour leurs différentes remarques et suggestions.

20 . Dominique Iogna-Prat, « Léon IX, pape et consécrateur », in Georges Bischoff et Benoît-Michel Tock (dir.), Léon IX et son temps, Turnhout, Brepols, 2006, p. 379-380.

21 . Regesta Imperii III, op. cit., no710, p. 283‑285 et no714, p. 286.

22 . Dominique Iogna-Prat, « Léon IX, pape et consécrateur », op. cit., p. 380 ; Regesta Imperii III, op. cit., no682, p. 260‑261.

23 . Regesta Imperii III, op. cit., no683, p. 261‑262 et no715, p. 287‑288.

24 . Acte n223 dans Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France, Cédric Giraud, Jean-Baptiste Renault et Benoît-Michel Tock (éd.), Nancy, Centre de Médiévistique Jean Schneider ; éds électronique : Orléans, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 2010 (Telma). Pour une analyse détaillée de cet acte, et notamment de son intérêt pour les intérêts de Léon IX, voir Hannes Engl, Interaktion - Emanzipation - Integration. Die religiösen Gemeinschaften in Oberlotharingien und das Papsttum (9. bis 12. Jh.), thèse sous la direction de Michel Margue, Université de Luxembourg, 2020, p. 130‑134 ; Id., « Die Bedeutung des Pontifikats Leos IX. für die Beziehungen Oberlotharingiens zum Papsttum (1049 - ca. 1130) », in Francesco Massetti (dir.), L’importanza storica del pontificato di Leone IX (1049-1054), Milan, Vita e pensiero (à paraître).

25 . Magnus Sattler, Kurze Geschichte, op. cit., no4, p. 250‑252 ; Regesta Imperii III., op. cit., no957, p. 466‑467.

26 . Voir Hannes Engl, Interaktion, op. cit., p. 130‑134, 137‑145 et 153‑154.

27 . Regesta Imperii III., op. cit., no715, p. 287‑288.

28 . Ibid.

29 . Archangelus Sieffert, Altdorf. Geschichte, op. cit., p. 34. Pour une analyse des sources disponibles sur ce conflit, voir : Frank Legl, Studien zur Geschichte, op. cit., p. 394‑396.

30 . Jean-Michel Rudrauf, « L’apparition des premiers châteaux en Alsace entre le début du Xe et le milieu du XIe siècle », in Georges Bischoff et Benoît-Michel Tock (dir.), Léon IX et son temps, Turnhout, Brepols, 2006, p. 545‑546.

31 . Johann Daniel Schoepflin, Alsatia, op. cit., p. 165 ; Joseph Wimmer, Histoire de Grendelbruch et de la seigneurie de Girbaden. Contribution à l’histoire des vallées de la Magel et de la moyenne Bruche, Strasbourg, Impr. Muh-Le Roux, 1967, p. 32.

32 . Thomas Biller et Bernhard Metz, Die Burgen des Elsass. Band II. Der spätromanische Burgenbau im Elsaß (1200-1250), Munich, Deutscher Kunstverlag, 2007, p. 206‑213.

33 . Stefan Alexander Würdtwein, Nova subsidia diplomatica ad selecta juris ecclesiastici Germaniae, t. 7, Heidelberg, T. Goebhardt, 1776, no36, p. 96.

34 . Frank Legl, Studien zur Geschichte, op. cit., p. 421-422 ; Georges Bischoff, Jean-Michel Rudrauf, Les châteaux forts autour du Mont Sainte-Odile, Bernardswiller, I.D. l’édition, 2019, p. 72‑83.

35 . Thomas Biller et Bernhard Metz, « Anfänge der Adelsburg », art. cit., p. 249 ; Jean-Michel Rudrauf, « L’apparition des premiers châteaux », art. cit., p. 545‑546 ; Jacky Koch, « Les châteaux alsaciens entre 950 et 1150 », in Marie Pottecher (dir.), L’Alsace au cœur du Moyen Âge, De Strasbourg au Rhin supérieur, XIe‑XIIe siècles, Lyon, Lieux-Dits, 2015, p. 181‑182.

36 . Joseph Wimmer, Histoire de Grendelbruch, op. cit, p. 20.

37 . AA-S, 126 J 15 : information fournie par A. Kientzler et transmise par Jean-Michel Rudrauf, que nous souhaitons ici remercier pour ses différents conseils.

38 . Joseph Wimmer, Histoire de Grendelbruch, op. cit, p. 20.

39 . Harry Bresslau (éd.), « Gesta Chuonradi II. imperatoris », MGH SS rer. Germ. LXI, Cap. 19, p. 39.

40 . Jean-Michel Rudrauf, « L’apparition des premiers châteaux », art. cit., p. 546.

41 . Jean-Geoffroy Schweighaeuser, Antiquités de l’Alsace ou Châteaux, Églises et autres monuments des départements du Haut et du Bas-Rhin, Mulhouse/Paris, Engelmann & Cie, 1828, p. 61.

42 . Johann Daniel Schoepflin, Louis Waldemar Ravenez, L’Alsace illustrée, ou Recherches sur l’Alsace pendant la domination des Celtes, des Romains, des Francs, des Allemands et des Français, Mulhouse, François Perrin Libraire-Éditeur, 1849.

43 . Jacob Schneider, Beiträge zur Reichstett der alten Befestigungen in den Vogesen, Trèves, 1844, p. 52.

44 . Gustave Bleicher, Charles-Frédéric Faudel, « Monuments mégalithiques, deuxième partie », Bulletin de la Société d’histoire naturelle de Colmar, 1879-1880, p. 83-183, ici p. 139.

45 . Charles Auguste Marie Sarrazin, « Le Heidenkopf et le Purpurkopf », Revue alsacienne, 1885/86, p. 316‑319.

46 . Curt Mündel, Die Vogesen, Strasbourg, K. J. Trübner, 1888, p. 261.

47 . Fritz Kessler, « Les murs dits païens de l’Alsace », Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, 1913, 8 p. + ill.

48 . Charles Goehner, Fernand Jaenger « Der Ringwall auf dem Purpurkopf bei Grendelbruch », Cahiers d’archéologie et d’histoire d’Alsace, no53-56, 1923, p. 84-88.

49 . Karl Sebastian Gutmann, « Besuch auf dem Purpurkopf », Strasburger Post, no678, 13 juin 1914, p. 15.

50 . Robert Forrer, « Des enceintes fortifiées préhistoriques, romaines et anhistoriques d’Alsace », Bulletin de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, no26, 2e série, 1926, p. 57.

51 . Jacky Koch, L’art de bâtir, op. cit., p. 33.

52 . Joseph Wimmer, Histoire de Grendelbruch, op. cit.

53 . Jean Braun, « Les fortifications anciennes de la vallée de la Bruche », Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie de Molsheim, 1970, p. 43‑44.

54 . Armand Kieffer, « Note sur le Purpurkopf », Cahiers alsaciens d’archéologie d’art et d’histoire, no20, 1977, p. 35‑38.

55 . Ibid., p. 36.

56 . Thomas Biller et Bernhard Metz, « Anfänge der Adelsburg », art. cit., p. 250.

57 . Thomas Biller et Bernhard Metz, Die Burgen des Elsass, op. cit., p. 86.

58 . Georges Bischoff, Jean-Michel Rudrauf, Les châteaux forts autour du Mont Sainte-Odile, op. cit., p. 85.

59 . Jacky Koch, « Les châteaux alsaciens entre 950 et 1150 », art. cit., p. 181‑182.

60 . Jean-Marie Holderbach, Purpurkopf, rapport de prospection, Strasbourg, SRA, 2013.

61 . Jean-Marie Holderbach, Florent Jodry, « La carrière d’extraction de meules en grès vosgien du Purpurkopf à Rosheim (Bas-Rhin) », in Olivier Buchsenschutz, Stéphanie Lepareux-Couturier, Gilles Fronteau (dir.), Les meules à grain du Néolithique à l’époque médiévale : technique, culture, diffusion (Actes du 2e colloque du Groupe Meule, Reims, du 15 au 17 mai 2014), Dijon, 43e supplément à la Revue Archéologique de l’Est, 2017, p. 187-190.

62 . Robert Stahl, « Un nouveau site archéologique à Rosheim. Céramique protohistorique et gallo-romaine », Cahiers alsaciens d’archéologie d’art et d’histoire, no22, 1979, note 1, p. 35.

63 . Georges Bischoff, Jean-Michel Rudrauf, Les châteaux forts autour du Mont Sainte-Odile, op. cit., p. 84.

64 . Thomas Biller et Bernhard Metz, « Anfänge der Adelsburg », art. cit., p. 250.

65 . Steeve Gentner, Maxime Walter (dir.), Les enceintes de hauteur de la Heidenstadt à Ernolsheim-lès-Saverne, du Brotschberg à Haegen, du Kastelring à Lampertsloch, du Jardin des Fées à Lutzelhouse, du Kastel et du Petit-Ringelsberg à Oberhaslach, et du Purpurkopf à Rosheim (67), Rapport de prospection thématique, Strasbourg, SRA, 2020.

66 . Thomas Biller et Bernhard Metz, « Anfänge der Adelsburg », art. cit. ; Georges Bischoff, Jean-Michel Rudrauf, Les châteaux forts autour du Mont Sainte-Odile, op. cit., p. 84 ; Jacky Koch, « Les châteaux alsaciens entre 950 et 1150 », art. cit., p. 181-182 ; Jean-Marie Holderbach, Purpurkopf, rapport de prospection, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Vidimus d’une bulle de Léon IX
Crédits (AA-S, H 1/2. Photographie : AA-S).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 2. Copie des signes graphiques dans le vidimus
Crédits (AA-S, H 1/2. Photographie : Tristan Martine).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 3. Vue aérienne du sommet du Purpurkopf depuis l’ouest en 2018
Crédits Photographie : Bastien Prévot.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5449/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Figure 4. Plan du Purpurkopf réalisé à partir du modèle numérique de terrain (MNT) et des photographies aériennes
Crédits DAO : Florent Minot.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5449/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 5. Vue générale du mur d’enceinte nord depuis l’ouest
Crédits Photographie : Florent Minot.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5449/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Figure 6. Un des rares endroits où le mur d’enceinte présente des vestiges de son parement externe
Crédits Photographie : Florent Minot.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5449/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Figure 7. Vue aérienne du bâtiment rectangulaire situé au sommet du Purpurkopf depuis le nord
Crédits Photographie : Bastien Prévot.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5449/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Figure 8. Vue du parement interne de l’angle sud-est du bâtiment sommital
Crédits Photographie : Florent Minot.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5449/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Figure 9. Vue de l’angle externe nord-est du bâtiment sommital
Crédits Photographie : Florent Minot).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5449/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Figure 10. Vue aérienne zénithale du site
Crédits Photographie : Bastien Prévot.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5449/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Figure 11. Modèle Numérique de Terrain (MNT) du site faisant ressortir le relief de l’enceinte et du bâtiment central
Crédits Traitement numérique : Florent Minot.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5449/img-11.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tristan Martine et Florent Minot, « « Burcberck […] in cujus montis cacumine suum extitit castrum » »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 11-38.

Référence électronique

Tristan Martine et Florent Minot, « « Burcberck […] in cujus montis cacumine suum extitit castrum » »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5449

Haut de page

Auteurs

Tristan Martine

Maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Lille, UMR 8529 IRHIS

Articles du même auteur

Florent Minot

Archéologue territorial, Archéologie Alsace

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search