Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148VariaDes exemplaires multiples de l’ob...

Varia

Des exemplaires multiples de l’obituaire au cœur du conflit entre clercs et laïcs dans la paroisse Saint-Georges de Haguenau (début du XVe siècle)

Two versions of the obituaries, a cause for the conflict pitting clerics against laypersons in the Saint George parish, Haguenau (early 15th century)
Zahlreiche Exemplare des Nekrologs im Zentrum des Konflikts zwischen Klerikern und Laien in der Pfarrei St. Georg von Haguenau (Anfang des 15. Jahrhunderts)
Anne Rauner
p. 39-62

Résumés

Le procès-verbal d’un arbitrage prononcé en 1405 et une liste de revendications des Hospitaliers adressée à la fabrique en 1427 témoignent des vives tensions entre curé et fabrique de la paroisse Saint-Georges de Haguenau à propos des obituaires. La paroisse dépendait en effet des Hospitaliers de Dorlisheim, qui nommaient le pléban, au grand dam du Conseil, qui rêvait de voir s’installer un chapitre dans l’église Saint-Georges pour mieux exercer son influence sur la fabrique. Les deux textes apportent la preuve de la tenue de deux exemplaires similaires, en théorie du moins, de l’obituaire, l’un par le curé, l’autre par la fabrique, ainsi que les modalités de leur instrumentalisation par les deux camps pour conserver le contrôle des revenus liés aux anniversaires. C’est donc la redéfinition des relations entre autorités politiques et Église, entre clercs et laïcs, qui est en jeu derrière les querelles liées aux anniversaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Nicolas Buchheit, Les commanderies hospitalières. Réseaux et territoires en Basse-Alsace. XIIIe-X (...)
  • 2 . Nicolas Buchheit, Les commanderies hospitalières, op. cit., p. 22.
  • 3 . Ibid., p. 44-45.
  • 4 . Ibid. ; André-Marcel Burg, « La paroisse », art. cit., ici p. 19-21. 
  • 5 . Nicolas Buchheit, Les commanderies hospitalières, op. cit., p. 44-45 ; André-Marcel Burg, « La pa (...)
  • 6 . Ibid. ; Ibid., p. 22.
  • 7 . Claude Muller, L’administration temporelle des paroisses Saint-Georges et Saint-Nicolas de Haguen (...)
  • 8 . André-Marcel Burg, « La paroisse », art. cit., ici p. 45-48.

1Le 3 novembre 1262, Richard de Cornouailles, roi des Romains, accorda à l’ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem le droit de patronage de l’église Saint-Georges de Haguenau1. Débuta alors un long conflit entre les Hospitaliers et la ville de Haguenau qui ne s’acheva qu’en 1535, date à laquelle les Hospitaliers cédèrent le patronage de la paroisse à la ville de Haguenau2. Le Conseil de Haguenau fit en effet tout son possible pour empêcher l’application de la décision royale3. En demandant dès 1287 la création d’un chapitre à Saint-Georges, le Conseil espérait certes faire de l’église un lieu d’ancrage de l’identité haguenovienne, mais surtout conserver un contrôle sur le patrimoine des bourgeois de la ville, contrairement à la décision royale de 1262 qui espérait financer la reconquête de la Terre Sainte grâce aux revenus – générés, entre autres, par la dîme, les dons, les fondations, les divers placements – qui n’auraient pas été utilisés pour le fonctionnement quotidien de Saint-Georges4. Politique des autorités locales et politique de l’Église universelle entraient donc en collision. L’empereur Henri VII en 1309, puis le pape Boniface IX en 1390 confirmèrent pourtant la décision de Richard5. En 1354, lors de l’incorporation de la paroisse à la commanderie de Dorlisheim qui en réclamait le patronage depuis 13146, Otto von Schauenburg, premier pléban nommé par les Hospitaliers et accompagné de trois ou quatre autres prêtres de l’Ordre7, prit les rênes de la paroisse. Le conflit rebondit une nouvelle fois dans les années 1395‑1400, lorsque le curé Conrad von Mietesheim, nommé par le commandeur de Dorlisheim, voulut prendre ses fonctions. Sa place avait en effet été prise par Otto von Zebusen, qui l’occupait avec l’appui de l’empereur et du Conseil. Conrad fut rétabli dans ses droits en 1398, mais Otto n’abandonna ses prétentions qu’en 1400 lorsque ses soutiens, craignant l’excommunication, l’abandonnèrent8.

  • 9 . Jean-Paul Grasser, Gérard Traband, Haguenau. 1115-2015. Histoire de Haguenau des origines à nos j (...)
  • 10 . Le premier serment fut prêté par Peter Port en 1420. Le second le fut à une date indéterminée ; p (...)
  • 11 . Nicolas Buchheit, Les commanderies hospitalières, op. cit., p. 248 et 265.

2Ce long conflit entre les Hospitaliers et le Conseil affecta le fonctionnement quotidien de la paroisse du fait de la répartition traditionnelle des rôles entre le curé, chargé du spirituel, et la fabrique, l’Œuvre Saint-Georges, créée en 1250, responsable de l’entretien matériel de l’église9. Or, celle-ci se trouvait aux mains des élites haguenoviennes qui renforcèrent leur contrôle dès le début du XVe siècle puisque le werkmeister, un prêtre séculier responsable de la fabrique, prêtait serment au Conseil et devait alors rendre des comptes à deux Pfleger (administrateurs) nommés par les autorités municipales10. L’œuvre Saint-Georges conservait par conséquent son indépendance par rapport aux Hospitaliers et restait un lieu d’ancrage de l’identité haguenovienne11.

  • 12 . André-Marcel Burg, « La paroisse », art. cit., ici p. 54.
  • 13 . Obituaires : Archives municipales de Haguenau (AMH), GG 219 (édition : Georges Gromer, « Un docum (...)
  • 14 . Cf. les comptes d’anniversaires tenus en 1393 (AMH, GG 220/1). Les rentes, dont toutes n’étaient (...)

3Plusieurs sources évoquent les tensions récurrentes entre les prêtres, nommés par les Hospitaliers, et la fabrique au sujet de la plupart des dépenses et des revenus12. Dans le cas des anniversaires, les premiers célébraient les vigiles et les messes anniversaires tandis que la gestion des rentes et des cens obituaires, l’achat de la cire, le paiement des salaires perçus par les ecclésiastiques pour la célébration incombaient à la fabrique. La paroisse Saint-Georges bénéficia en effet dès le XIIIe siècle de nombreuses donations ou fondations de fidèles attachés à leur église et soucieux de leur salut et de leur mémoire. Les Archives municipales de Haguenau conservent ainsi trois calendriers nécrologiques et les comptes d’anniversaires de l’année 1393, ainsi que des mentions de documents nécrologiques disparus13. L’église Saint-Georges participa donc à ce vaste mouvement de diffusion de la commémoration liturgique et individuelle des défunts dans toute la société de l’Occident médiéval. D’abord réservée aux moines et aux chanoines, à leurs bienfaiteurs, la liturgie de commémoration individuelle se diffusa en effet dans presque toutes les strates de la société et ce mouvement ne fit que s’accentuer jusqu’au XVe siècle. On célébrait désormais dans les églises paroissiales des messes anniversaires fondées par des fidèles, d’abord les élites bourgeoises, puis des catégories sociales moins aisées. Les anniversaires participaient à la création d’une identité haguenovienne par la transmission de la mémoire et généraient des revenus non négligeables pour l’institution religieuse14. Dans un contexte aussi conflictuel, ils devinrent inévitablement un casus belli parmi d’autres.

  • 15 Texte de 1405 : AMH, GG 2/1 et GG 135/1 ; éd. : Charles Auguste Hanauer, Cartulaire, op. cit., p. 1 (...)

4Ces tensions autour des anniversaires présentent l’avantage d’être très bien documentées. Un arbitrage rendu par une commission officielle en 1405 et une lettre de revendications envoyée par les Hospitaliers à la fabrique en 1427 montrent comment les pratiques quotidiennes de la memoria animarum et la mise à jour des documents nécrologiques devenaient les instruments du conflit15. Ils dévoilent en particulier les enjeux liés à la tenue de registres multiples de l’obituaire paroissial au même moment et par des acteurs différents.

Deux temps forts du conflit autour des anniversaires : 1405 et 1427

L’arbitrage de 1405

  • 16 . Jean Burcklé, Les chapitres ruraux des anciens évêchés de Strasbourg et de Bâle, Colmar, Alsatia, (...)
  • 17 . Le maréchal, choisi parmi les représentants des corporations au Conseil, secondait le Stettmeiste (...)
  • 18 . Il s’agit probablement de Diemar Koenig ou Diemar Bogener. Merci à Bernhard Metz pour ces informa (...)
  • 19 . C’est-à-dire du chapitre d’Oberhaguenau. Jean Burcklé, Les chapitres ruraux, op. cit., p. 31.
  • 20 . « her Johans dechan zu Surburg und notarren der stat zu Haguenau, her Johans Negelin kamerer des (...)

5La première mention des deux obituaires en usage dans la paroisse Saint-Georges de Haguenau se trouve dans un arbitrage rendu en 1405, soit très peu de temps après la résolution du conflit entre Conrad von Mietesheim et Otto von Zebusen. La vie quotidienne de la paroisse en avait été altérée et l’absence de communication entre les deux prêtres avait empêché un suivi réel des anniversaires. Il devenait urgent d’y remettre de l’ordre. Toutefois, les tensions encore bien trop vives ne permettaient pas un règlement en interne et la fabrique, qui avait soutenu Otto, cherchait probablement à défendre autant que possible sa position. En 1405, le responsable de la fabrique, Peter Morhart, porta donc plainte contre le pléban Conrad von Mietesheim. Conformément à la pratique judiciaire médiévale, une commission fut nommée. Réunie le 8 février 1405, elle était composée de clercs et de laïcs choisis par les deux parties. Les deux archiprêtres Heinrich Linwetter de Gries et Simund, vicaire perpétuel d’Uhlwiller, tous deux membres des chapitres ruraux d’Ober-et Niederhaguenau et d’Oberhaguenau16, siègent ainsi avec des laïcs issus des élites dirigeantes de Haguenau : « le noble KleinKunz », Dietman zu der Steltzen, maréchal17, Diemar18, Stettmeister délégué par le Conseil, et enfin deux hommes que l’on ne peut identifier, un membre d’une famille de drapiers et d’échevins, Reisser, et DannenClaus. Un « obman » (surarbitre) dont la voix prépondérante permet de dégager une majorité est également choisi en la personne de « Her Mulheim ». Il appartient probablement à la famille von Müllenheim dont plusieurs membres sont ecclésiastiques ; il s’agit peut-être de Burkhard von Müllenheim, Schultheiß de Haguenau en 1411-1425. Afin de renforcer la valeur juridique de ces décisions et conformément à la procédure judiciaire, cette commission rendit ses décisions en présence de nombreux témoins, c’est-à-dire toutes les personnes ayant participé à la procédure, mais aussi d’autres personnalités : « herr Johann, doyen de Surbourg et notaire de la ville de Haguenau, herr Johans Negelin, camérier du chapitre de Pfaffenhofen19, le curé de Mietesheim, fils de Gerlawelin, herr Johann, chapelain de Mietesheim et frère du susdit curé, le maître d’école de Haguenau et d’autres honorables personnes qui étaient présentes20 ». La sentence fut ensuite mise par écrit sur un registre de papier demi in-folio de six folios, ainsi que sur un rouleau de papier composé de trois folios. La commission suivit la même procédure pour examiner les huit points litigieux : le werkmeister formulait sa plainte, le pléban lui répondait, on consultait aussi des écrits – l’obituaire ou un acte juridique – ou des témoins présentés par l’une ou l’autre partie, enfin la commission prenait une décision.

  • 21 . « alles ir gut ligende, varende, schulde, husrot, zinse, korn, nützig usgenummen » (AMH, GG 2/1, (...)

6Peter Morhart et Conrad von Mietesheim s’opposaient tout d’abord au sujet de la validité ou du financement des fondations d’anniversaires. La première affaire examinée concernait en effet l’anniversaire de Rulin, frère de l’Ordre des Hospitaliers, fondé par sa sœur Dine et que le curé, contrairement à ses prédécesseurs, refusait de célébrer. Malgré la déposition d’un témoin attestant de l’inscription de la fondation dans l’obituaire, la commission rejeta la requête parce que le curé présenta une charte antérieure à la fondation d’anniversaire. Or, celle-ci prouvait que Rulin et Dine avaient légué, avec l’accord du commandeur de Dorlisheim, « tous leurs biens mobiliers et immobiliers, leurs créances, leur ménage, leurs cens, leurs grains, sans rien excepter21 » à l’autel Sainte-Catherine en l’église Saint-Georges et au prébendier. L’antériorité de la charte sur la notice de l’obituaire annulait de facto la fondation d’anniversaire. On peut donc supposer que Peter Morhart, qui ne pouvait plus percevoir le moindre revenu de cette fondation, dut alors rayer la fondation de son obituaire. La commission se pencha ensuite sur un litige relatif à une rente, assise sur des biens à Lixhausen, dont la valeur avait été revue à la baisse après son rachat, ce que le responsable de la fabrique contestait. Après examen de la charte et des témoignages produits par Conrad, la commission trancha une nouvelle fois en faveur du pléban. Fabrique et Hospitaliers se disputaient enfin au sujet d’une lampe perpétuelle placée dans l’église. Celle-ci était financée par le pléban et Spengeler Hanseman grâce à un pré appartenant pour deux tiers à l’ecclésiastique et pour un tiers à Spengeler Hanseman. Or, ce dernier contestait devoir contribuer à l’entretien de la lampe. La commission décida que le pré revenait à l’Œuvre Saint-Georges pour assurer le financement complet de l’entretien de la lampe jusqu’au règlement du conflit opposant le curé et Spengeler.

  • 22 . « dis sol man teilen den priestern, die do tragen sorge der kirchen » (AMH, GG 2/1, f. 4r ; éd. : (...)

7L’interprétation des formules lapidaires des obituaires fut également source de conflits. Les notices des calendriers nécrologiques ne détaillaient pas toujours qui, de la fabrique ou du pléban, devait percevoir les sommes nécessaires à l’achat de la cire utilisée lors de la célébration de l’anniversaire. Peter Morhart accusait Conrad d’accaparer ces revenus dès que l’obituaire restait flou à ce sujet. Le curé accepta néanmoins de les laisser à l’Œuvre puisqu’elle finançait tout ce qui est nécessaire au culte. Il demandait seulement à bénéficier de la cire indispensable aux trois anniversaires qui lui revenaient comme ils étaient revenus à ses prédécesseurs. La commission valida ce compromis. Les obituaires de l’église Saint-Georges mentionnaient en outre le salaire qu’il fallait « partager entre les prêtres qui s’occupent de l’église22 » pour les rémunérer après la célébration de l’anniversaire. Or, le werkmeister était lui aussi ordonné et à ce titre, il estimait avoir droit à sa part de salaire, tandis que les Hospitaliers la lui refusaient. La commission donna raison à ces derniers et stipula que le responsable de la fabrique ne serait rémunéré pour un anniversaire que s’il était explicitement nommé.

8Peter Morhart reprochait par ailleurs à Conrad von Mietesheim d’inciter les fidèles qui souhaitaient tester à le faire en faveur des Hospitaliers, et non de l’Œuvre Saint-Georges ou d’autres églises. Sur ce point, la commission donna raison à Peter Morhart et rappela au pléban qu’il devait inscrire les volontés du testateur, sans chercher à l’influencer.

  • 23 . AMH, GG 2/1, f. 5r.

9La commission tenta enfin de résoudre un dernier problème. Il existait deux exemplaires de l’obituaire, l’un tenu par le curé qui célébrait les messes, l’autre par le responsable de la fabrique qui assurait le suivi administratif de la fondation. Afin que leur contenu fût désormais parfaitement identique, les arbitres exigèrent du werkmeister et du curé qu’ils se réunissent pour comparer le contenu de leurs obituaires et pour y copier les informations manquantes. À chaque fois que des mises à jour s’imposeraient, elles devraient être enregistrées dans les deux exemplaires du calendrier nécrologique par une seule main afin d’éviter tout soupçon de falsification et toute contestation ultérieure23.

La lettre de revendication des Hospitaliers (1427)

  • 24 . Cf. Introduction de cet article.

10L’enregistrement des fondations d’anniversaires dans les deux exemplaires de l’obituaire demeura néanmoins une source de discorde entre Hospitaliers et fabrique. En 1427, les Hospitaliers envoyèrent à la fabrique une lettre d’une page pour défendre leurs droits en matière d’anniversaires et montrer la mauvaise volonté de la fabrique. Les rapports de force avaient cependant changé depuis 1405. La mainmise grandissante du Conseil sur l’Œuvre Saint-Georges obligeait les frères de l’Ordre à défendre leur position dans la paroisse24.

  • 25 . AMH, GG 135/19, f. 1r: « darumb das ein lutpriester muss Got darumb antwurten, obe die jargezit r (...)
  • 26 . Ce reproche signifie que les Hospitaliers avaient continué, eux aussi, à inscrire des fondations (...)

11Dans leur lettre, les Hospitaliers affirmaient qu’eux seuls, et non d’autres prêtres, pouvaient célébrer l’anniversaire puisqu’ils en étaient « responsables devant Dieu25 ». Ils se présentaient d’ailleurs comme les garants de la bonne exécution de la liturgie commémorative. C’était d’autant plus important qu’il fallait éviter toutes récriminations des héritiers des défunts en respectant bien sûr la liturgie, mais aussi en célébrant l’anniversaire à la bonne date. Ils rappelaient d’ailleurs que le responsable de l’Œuvre ne devait en aucun cas inscrire un anniversaire un jour de fête spécifique à l’Ordre de l’Hôpital. La lettre énumère également les manquements de la fabrique à leur égard. Celle-ci ne leur fournissait pas toujours les ornements et les objets indispensables à la liturgie, ni ne les informait systématiquement de la réduction des anniversaires, ni ne partageait les revenus aux clercs présents selon les consignes données dans l’obituaire. C’est pourquoi les Hospitaliers demandaient que la mise à jour de l’obituaire se fît en présence de leur pléban, du werkmeister et de tous les autres acteurs de la commémoration des défunts et qu’une seule main mît à jour les deux exemplaires de l’obituaire en présence de témoins afin que le calendrier nécrologique possédât une valeur juridique supérieure à celle d’une charte scellée par l’échevin. Ils voulaient ainsi montrer qu’ils agissaient en toute honnêteté et non en cachette comme on le leur reprochait26. Ils insistaient enfin sur l’engagement pris par le responsable de la fabrique de leur communiquer les modifications apportées à leur exemplaire de l’obituaire, engagement qu’il n’avait pas encore tenu.

  • 27 . AMH, GG 2/5, f. 1r et GG 2/6, f. 1r. Cf. aussi André-Marcel Burg, « La paroisse », art. cit., ici (...)

12La réponse apportée à ces revendications ne nous est pas parvenue. En revanche, on sait que les anniversaires, comme d’autres aspects du quotidien paroissial, restèrent l’objet de querelles incessantes. En 1435, le commandeur de Dorlisheim somma le werkmeister de respecter les principes de partage du casuel établis dans l’obituaire27.

Un obituaire, deux manuscrits

  • 28 . Anne Rauner, Ce que les morts doivent à l’écrit : documents nécrologiques et système documentaire (...)
  • 29 . Cf. les obituaires administratifs d’Obernai, d’Offendorf, de la paroisse Saint-Nicolas à Strasbou (...)
  • 30 . André-Marcel Burg, « La paroisse », art. cit., ici p. 54.
  • 31 . AMH, GG 220/2. Cet obituaire remplit les critères les plus distinctifs des obituaires administrat (...)
  • 32 . Le chapitre Saint-Thomas tenait par exemple dès la fin du XIVe siècle (et peut-être à une date ul (...)
  • 33 . Mise en œuvre par les chancelleries princières et urbaines, la démultiplication des écrits est pa (...)

13La mention fréquente de l’obituaire du werkmeister et de celui du curé dans les deux sources ainsi que les indications sur leur rédaction représentent un apport inestimable à la compréhension des documents nécrologiques au bas Moyen Âge. Faute de mentions aussi explicites que celles-ci, les spécialistes des écrits de la memoria n’avaient en effet pas envisagé jusque-là l’existence d’un double obituaire dans les paroisses au début du XVe siècle. Il s’agit en fait des premières mentions explicites de cette pratique qui consistait à tenir un obituaire liturgico-administratif et un obituaire strictement administratif. Le premier, aux mains du prêtre, était utilisé au cours de la liturgie, mais aussi pour la gestion des fondations tandis que le second, tenu par la fabrique, ne possédait qu’une fonction administrative et servait à assurer le suivi des revenus et des dépenses des anniversaires28. Les obituaires administratifs d’autres paroisses du diocèse de Strasbourg, ou leur signalement dans les sources, sont tous quasi-contemporains ou postérieurs aux textes de 1405 et de 142729. En l’état actuel des connaissances, seul le fonds haguenovien fournit des indices pour déterminer la période d’apparition de cette pratique qui paraît bien ancrée en 1405 tant l’existence des deux manuscrits est familière à tous. André Marcel Burg suggère que les curés en fonction avant Otto von Schauenburg ne recevaient pas de fondations d’anniversaires, mais ne dit rien de l’existence éventuelle de deux calendriers nécrologiques30. En revanche, le calendrier nécrologique rédigé à Saint-Georges aux XIVe‑XVe siècles constitue bel et bien l’obituaire administratif de la fabrique31. Cette pratique des exemplaires multiples apparut donc au plus tard au XIVe siècle, peut-être sur le modèle des livres de distributions et autres registres des anniversaires dans les chapitres ou les monastères32. Elle s’inscrivait également dans un cadre plus large, celui de la multiplication des exemplaires au sein des administrations ecclésiastiques et laïques afin que chaque acteur disposât d’une copie ou du moins un registre lui permettant d’assurer sa tâche33.

  • 34 . AMH, GG 2/1, f. 4v-5r et GG 135/19, f. 1v.
  • 35 . AMH, GG 220/2. Éd : André-Marcel Burg, « Un second obituaire de l’Œuvre Saint-Georges de Haguenau (...)
  • 36 . Charles Auguste Hanauer, Cartulaire, op. cit., p. 288, no636.
  • 37 . Anne Rauner, Ce que les morts doivent à l’écrit, op. cit., vol. 1, p. 80-81. Le terme de selbuch, (...)

14À Haguenau, il ne s’agissait en effet pas, en théorie du moins, de deux obituaires différents, mais bien de deux copies parfaites et contemporaines de l’obituaire. Les deux textes sont catégoriques sur ce point et insistent sur le fait qu’une seule main devait inscrire les ajouts dans les deux calendriers nécrologiques34. À aucun moment, un manuscrit n’a servi de modèle à l’autre. Ce sont bien deux manuscrits rédigés en même temps et au contenu strictement identique et possédant la même valeur juridique, ce qui justifie le recours aux chartes et aux témoignages lors de la procédure judiciaire de 1405. Le contenu de l’obituaire, bien que tenu en deux exemplaires, demeurait « hybride », mentionnant à la fois les informations indispensables à la liturgie – se résumant souvent dans les paroisses du début du XVe siècle à l’identification du défunt – et au suivi administratif de l’anniversaire, bref un registre répondant aux besoins des deux principaux acteurs de la memoria. On le constate par exemple dans l’obituaire administratif tenu par l’Œuvre Saint-Georges aux XIVe-XVe siècles35. Il n’est donc pas encore question en ce début du XVe siècle de spécialisation des registres se traduisant par des contenus différents dans l’obituaire du curé et celui de la fabrique. Une charte de 1440 désigne cependant un obituaire de Saint-Georges comme « liber anniversariorum36 ». Bien que la dénomination des documents nécrologiques fût loin d’être fixée à la fin du Moyen Âge, cette expression désignait souvent un registre administratif utilisé pour la gestion des anniversaires, alors que « liber vitae » était d’ordinaire associé à l’obituaire37. Il s’agirait donc plutôt de l’obituaire du werkmeister. Peut-être, au milieu du XVe siècle qui voit les documents nécrologiques se spécialiser, a-t-on parfois ressenti le besoin de dénommer différemment les deux calendriers. À moins qu’il ne s’agisse d’un autre registre administratif relatif aux anniversaires que l’obituaire.

  • 38 . AMH, GG 249/30, registre 1454/55, f. 6r (« selbGch zG tutz ») et SGE 1, registre 1458/59, f. 14v (...)
  • 39 . AVES, 1AH 1642, f. 1-2r.
  • 40 . AMH, GG 249/30, registre 1454/55, f. 6r.
  • 41 . La place de l’allemand dans les calendriers nécrologiques s’accroît d’ailleurs. Dans l’obituaire (...)

15La similitude entre les deux exemplaires était si parfaite que l’obituaire administratif évoqué ci-dessus était rédigé en latin, à l’exception des toponymes ou quelques indications de lieu, comme l’était l’obituaire du pléban. Il faut attendre le milieu du XVe siècle pour que deux registres comptables datés de 1454/55 et de 1458/59 fassent référence à un « obituaire en allemand » aujourd’hui disparu38. Il semble donc qu’une trentaine d’années après la lettre des Hospitaliers de 1427, le werkmeister ait disposé de deux exemplaires de son propre obituaire. S’agissait-il, comme au couvent Saint-Marc de Strasbourg à partir de 1437, de disposer d’un registre consultable par tous les fidèles39 ? Peut-être. Mais cet « obituaire en allemand » révèle surtout le renforcement du contrôle de la fabrique par les autorités urbaines puisque la traduction avait été commandée par les administrateurs de l’Œuvre40. Le choix de l’allemand s’inscrit dans une logique linguistique plus générale puisque le Conseil haguenovien, comme de nombreux autres Conseils urbains dans l’Empire et en Occident, avait adopté la langue vernaculaire comme langue de ses actes et registres41. La réalisation d’un obituaire « en allemand » en 1454/55 reste cependant un hapax dans les registres comptables de la paroisse, obligeant à envisager un besoin ponctuel difficile à définir dans l’état actuel des connaissances. La reliure tardive du registre en 1458/59 interroge également. Le registre était-il auparavant protégé par une simple couvrure de parchemin remplacée à cette date par une reliure rigide ? On ignore également si la prise en charge des coûts de la reliure par la fabrique signifiait qu’elle le conservait dans ses archives.

  • 42 . Aucune source haguenovienne ne nous renseigne à ce sujet, au contraire d’autres documents. Par ex (...)
  • 43 . AMH, GG 150/2, f. 3r et GG 150/3, f. 1v.
  • 44 . AMH, GG 150/6, f. 4r.
  • 45 . Paul Bertrand, Les écritures ordinaires. Sociologie d’un temps de révolution documentaire (entre (...)

16On comprend en revanche fort aisément l’intérêt pour le curé et pour le responsable de la fabrique de disposer chacun d’un exemplaire de l’obituaire. Le premier l’utilisait pour déterminer les modalités de la mise en œuvre de la liturgie, pour lire les noms des défunts lors de la messe anniversaire42, mais aussi pour avoir accès aux informations administratives dont il pouvait avoir besoin. On rangeait avec quasi-certitude cet obituaire parmi les livres liturgiques de la paroisse. Les inventaires des biens de l’église, dressés par le werkmeister vers 1420‑1421, soit quinze ans après la première mention des deux calendriers nécrologiques, signalent en effet la présence d’un « selbuch » (un obituaire) parmi les livres liturgiques43. Un nouvel inventaire, rédigé dans les années 1470, cite « das selbGch, dez alte und dez nuwe » (l’obituaire, l’ancien et le nouveau) ; on avait visiblement procédé au renouvellement de l’obituaire du curé, mais conservé le manuscrit initial44. Le responsable de la fabrique, quant à lui, possédait une pièce dans laquelle il travaillait et conservait ses registres, dont son obituaire, et ses archives dont, faute d’inventaire conservé, on ne connaît pas le contenu exact. Que chaque acteur disposât d’un exemplaire conservé sur son lieu d’activité simplifiait grandement son travail. Par conséquent, les deux manuscrits fonctionnaient en interconnexion : après copie dans les deux calendriers, l’information était utilisée par des acteurs différents, dans des lieux différents, à des moments différents et à des fins différentes (liturgie pour l’un, gestion pour l’autre45). Cette interconnexion conduisit à une spécialisation des registres non dans leur contenu, mais dans leur usage. L’obituaire du curé, remplissant un rôle liturgique et administratif, conservait son hybridité. En revanche, l’obituaire de la fabrique ne possédait plus qu’une fonction administrative.

Instrumentaliser l’obituaire dans un conflit interne

  • 46 . L’expression est de Jean-Loup Lemaître. Cf. Jean-Loup Lemaître, « Un livre vivant, l’obituaire », (...)

17La spécificité de l’obituaire résidait dans sa longévité et dans son caractère « vivant46 » : la liste des défunts s’y allongeait année après année. L’interconnexion entre les manuscrits de la fabrique et du curé et leur impérative similitude exigeaient par conséquent une communication incessante entre les deux acteurs et un consensus sur l’information enregistrée dans les manuscrits. Or, les tensions politico-religieuses traversant la paroisse Saint-Georges empêchaient ce dispositif scripturaire d’être efficace. Les protagonistes du conflit instrumentalisèrent en effet l’obituaire pour en faire un facteur de conflit.

Mettre à jour deux exemplaires « vivants »

18Les mises à jour représentaient le premier défi dans la tenue des deux exemplaires et une excellente occasion de s’emparer de revenus en théorie attribués à l’autre. Elles consistaient en l’ajout de nouvelles fondations, mais aussi dans l’inscription des informations indispensables au suivi administratif des fondations : les rachats de rente, la transmission de la rente d’une personne vers ses héritiers, etc.

19Or, en 1405, on reprochait au curé comme au responsable de la fabrique de ne pas se transmettre les informations. Les différences de contenu devaient être particulièrement importantes après le conflit opposant Conrad et Otto puisque l’un comme l’autre avait probablement enregistré des anniversaires sans en informer l’autre. On peut d’ailleurs émettre l’hypothèse que le litige concernant la fondation de Rulin et de Dine relevait avant tout d’un problème archivistique. Le responsable de la fabrique n’avait pas forcément connaissance de la première fondation à l’autel Sainte-Catherine puisque c’est le pléban qui conservait la charte authentifiée par le commandeur de Dorlisheim. On ignore toutefois s’il avait déjà présenté cette preuve à Peter Morhart qui l’avait réfutée. En 1427, les Hospitaliers accusèrent la fabrique de rétention d’informations ; ils faisaient d’ailleurs allusion aux accusations portées contre eux de compléter l’obituaire en cachette. Leur mauvaise foi à tous cache une réalité : les fidèles s’adressaient à l’un ou l’autre, surtout pour fonder l’anniversaire, mais aussi pour les questions financières comme le prouve l’affaire de la rente de Lixhausen en 1405.

  • 47 . AMH, GG 2/1, f. 3r et GG 135/19, f. 1v.
  • 48 . Dans les divers procès-verbaux de renouvellement d’obituaires paroissiaux, certes rédigés à la fi (...)
  • 49 . Les comptes d’anniversaires de 1393 (AMH, GG 220/1) en témoignent. Les comptes de l’œuvre Saint-G (...)

20Mettre à jour l’obituaire signifiait en outre actualiser les informations concernant chaque fondation. Les biens sur lesquels était assise la rente obituaire changeaient de propriétaire au gré des successions et de nouveaux noms étaient alors associés à la notice. Les rentes pouvaient aussi être rachetées, comme le rappellent l’arbitrage de 1405 et la lettre de 142747. Soit l’anniversaire était alors rayé, soit la somme correspondante était modifiée, notamment du fait de la diminution du rendement des rentes. Le suivi de ces transactions s’avérait complexe pour toutes les institutions religieuses48, et il en était probablement de même à Haguenau malgré la précocité de la rationalisation et de la normalisation administrative par l’écrit à Saint-Georges49. La mauvaise volonté de la fabrique comme du pléban haguenoviens accentuait cependant la difficulté, puisque c’était une façon de garder pour eux-mêmes des revenus revenant en théorie à l’autre.

  • 50 . AVES, 1 AH 7425, f. 104v ; V 116b, p. 144 ; V 116c, p. 75r ; V 116d, f. 72v.
  • 51 . Élisabeth Clementz, Les lépreux en Alsace : marginaux, exclus, intercesseurs ?, thèse d’habilitat (...)

21Ces mises à jour parallèles et l’absence d’échanges des informations poussa la commission de 1405 à exiger des deux hommes qu’ils se retrouvassent en un même lieu pour actualiser leurs manuscrits respectifs. Haguenau ne constituait néanmoins pas une exception. Presqu’un siècle plus tard, le même problème se posait à la léproserie de Strasbourg. Un règlement de 1503, copié dans les dernières pages de tous les calendriers nécrologiques de l’institution, stipulait que l’enregistrement des anniversaires ne se ferait désormais qu’avec l’autorisation des administrateurs. Le contenu du calendrier nécrologique de l’économe, conservé dans son « bureau », différait en effet de celui du chapelain, conservé dans l’église, parce que l’un et l’autre étaient sollicités pour de nouvelles fondations50. Cet exemple, certes postérieur, montre la difficulté réelle de tenir deux exemplaires dans des lieux différents et par des personnes différentes dans toutes les institutions confrontées à cette situation. La forte mainmise des autorités urbaines strasbourgeoises sur la léproserie permit d’y imposer la figure des administrateurs (nommés par le Magistrat) comme seuls responsables de l’inscription des anniversaires51. Le rapport de force à Haguenau en 1405 rendait impossible une solution de la sorte, en faveur soit du Conseil, soit des Hospitaliers ; les difficultés perdurèrent inévitablement.

  • 52 . Anne Rauner, Ce que les morts doivent à l’écrit, op. cit., vol. 1, p. 125‑126.
  • 53 . AMH, GG 249/30, registre 1454/55, f. 6r et registre 1458/59, f. 14v ; SGE 2, registre 1474, f. 9v (...)

22Tandis que la mise en place du nouveau règlement de la léproserie de Strasbourg avait entraîné l’écriture de nouveaux calendriers nécrologiques52, la commission haguenovienne de 1405 se contenta d’exiger des deux hommes de comparer leurs obituaires et de reporter dans le leur les informations manquantes. On ignore d’ailleurs tout du renouvellement des obituaires de Saint-Georges. Celui de l’obituaire des Hospitaliers entraînait-il le renouvellement de l’obituaire de la fabrique, ou inversement ? Les comptes de l’Œuvre énumérant les coûts générés par la réalisation d’un nouvel obituaire dans la seconde moitié des années 1450, puis en 1474, enfin en 1477/147853, ne donnent aucune précision au sujet des destinataires du nouveau manuscrit. L’hypothèse la plus plausible reste celle d’une prise en charge par l’Œuvre des coûts de production de son manuscrit et par les Hospitaliers de ceux de leur exemplaire (probablement réalisé par l’un des frères à Haguenau ou dans l’un des scriptoria de l’ordre).

Interpréter les formules concises de l’obituaire à son avantage

  • 54 . AMH, GG 2/1, f. 4r. La mention est en effet quasi systématique dans les notices de l’obituaire ad (...)
  • 55 . Francis Rapp, Réformes et réformations à Strasbourg. Église et société dans le diocèse de Strasbo (...)

23La rétention d’informations représentait une arme efficace pour empêcher l’autre d’asseoir sa domination sur la paroisse. Interpréter le contenu de l’obituaire pour accroître ses revenus au détriment de « l’adversaire » en était une autre. Les notices anniversaires, souvent concises, voire elliptiques, s’y prêtaient fort bien. Par souci de synthèse et d’économie de l’espace de la page, elles n’explicitaient que rarement ce qui relevait des usages habituels dans l’institution. Deux litiges tranchés en 1405 en témoignent. Lorsque Peter Morhart prétend avoir droit à un salaire pour les anniversaires au même titre que les Hospitaliers, il joue de son statut de prêtre séculier, puisque certaines notices indiquaient la somme à distribuer aux « prêtres54 » sans apporter plus de précision. Cette quête de quelques sous supplémentaires était bien sûr une manière de rappeler son statut d’égalité avec les Hospitaliers, mais c’est aussi le signe de l’importance de ces revenus pour le clergé, et tout particulièrement le clergé paroissial, en un contexte économique difficile pour l’Église55. De même, les scripteurs n’avaient pas toujours précisé que le fondateur offrait la cire indispensable au luminaire à la fabrique, puisqu’il était évident pour tous que ces frais lui incombaient. Le pléban fut d’ailleurs bien obligé de reconnaître qu’il se l’appropriait à tort.

  • 56 . Christine Geissert a ainsi démontré que les rentes détenues par l’Œuvre Saint-Georges avait vu le (...)

24L’affaire de la rente de Lixhausen examinée en 1405, quant à elle, relève indirectement d’une mauvaise interprétation intentionnelle de l’obituaire, ou plutôt des pratiques entourant les rentes obituaires et les rentes en général. Peter Morhart accusait en effet Conrad von Mietesheim d’avoir intentionnellement mal négocié le prix de rachat de la rente pour faire perdre des revenus à la fabrique. Il faisait fi de la dévaluation conséquente des rentes diminuant le rendement du placement et expliquant la perception de 4 sous après rachat au lieu des 4 onces initiales. Saint-Georges, comme de nombreuses institutions religieuses, perdait ainsi une part de revenus non négligeables tous les ans56. Mais cette fois, les Hospitaliers n’en étaient pas responsables.

Remonter à la source de l’obituaire : agir auprès des fondateurs

  • 57 . Dès 1300, le Magistrat de Strasbourg avait interdit aux habitants de la ville de léguer plus du c (...)

25Si l’on en croit les propos de Peter Morhart, les Hospitaliers savaient en revanche fort bien jouer du rôle d’accompagnateurs des mourants inhérent à leur statut de curé. Pour garantir des revenus à l’ordre et diminuer ceux de la fabrique, pour asseoir sa domination sur la paroisse, c’était à la source de l’information qu’il fallait agir. D’après le werkmeister, les prêtres de l’ordre profitaient de la faiblesse des malades et des mourants qu’ils visitaient pour influencer leurs décisions testamentaires, notamment au sujet des legs et de la répartition des sommes attribuées à l’anniversaire. De telles pratiques sont-elles attestées ? Rien n’est moins sûr. Le responsable de la fabrique et, à travers lui, le Conseil, cherchait visiblement à encadrer davantage le droit de tester des bourgeois, comme d’autres autorités urbaines, par exemple Strasbourg et Ratisbonne, avaient déjà tenté de le faire57. La parole du testateur représentait en effet le premier maillon d’une longue chaîne de transmission de l’information. Au XVe siècle, de plus en plus de fidèles décidaient eux-mêmes de faire des dons à des églises et d’instituer un anniversaire en espérant un salut rapide. Ils dictaient leurs desiderata à un prêtre ou un juriste capable de rédiger un testament. Le passage du testament correspondant à l’anniversaire faisait parfois l’objet d’une charte de fondation et était toujours inscrit (et reformulé) dans l’obituaire. Un testament ou une charte rédigée en faveur de l’ordre et reconnu comme valide échappait ainsi à toute contestation.

  • 58 . AMH, GG 135/19, f. 1v.
  • 59 . Anne Rauner, « Tenir les comptes d’anniversaires dans les paroisses du diocèse de Strasbourg à la (...)
  • 60 . Cf. entre autres : Francis Rapp, Réformes et réformations, op. cit., p. 412-415 ; Olivier Richard(...)

26En 1427, les Hospitaliers exigeaient que toutes les parties fussent présentes lors de l’inscription dans l’obituaire afin que l’obituaire « hat als vil krafft als ein besigelter schöffen briff » (possède la même valeur probatoire qu’une charte scellée par un échevin58). Il y a ici un vrai souci juridique de la validité du registre, en raison de la perte possible des chartes instituant ces anniversaires, mais aussi du rôle grandissant de l’obituaire comme ouvrage de référence, aussi bien pour la mise en œuvre de la liturgie que pour le suivi des comptes59. En l’absence de testament ou de charte, il pouvait être une preuve en justice, au même titre que les actes juridiques ou qu’un cartulaire. Par exemple, dans le paragraphe consacré au premier litige en 1405, Peter Morhart apporta l’obituaire pour appuyer ses revendications. Le pléban n’eut gain de cause qu’en raison de l’antériorité de l’acte juridique qu’il avait présenté. Cette revendication trouve peut-être son origine dans des pratiques favorisées par le Conseil. On peut en effet émettre l’hypothèse que le Conseil, ne pouvant contester un testament canonique, cherchait à inciter les bourgeois haguenoviens à faire rédiger une charte de fondation par un échevin afin de pouvoir lui aussi influer sur les décisions prises et conserver une surveillance sur le patrimoine de ses familles et donc de la ville, comme cela se faisait dans d’autres villes de l’Empire60.

Les exemplaires multiples de l’obituaire, enjeu de la redéfinition des relations entre clercs et laïcs

27Le conflit entre les Hospitaliers et le Conseil (via la fabrique) s’inscrivait dans un contexte plus large de redéfinition des relations entre clercs et laïcs. L’idée d’une indispensable réforme de l’Église s’imposait toujours plus pour restaurer un lien de confiance entre le clergé et les laïcs. Parallèlement, les Conseils urbains cherchaient un peu partout à consolider leur emprise sur leur ville et à renforcer son identité. Les deux exemplaires de l’obituaire paroissial haguenovien se trouvaient inévitablement au cœur de ces problématiques.

  • 61 . AMH, GG 135/19, f. 1r.
  • 62 . Francis Rapp, Réformes et Réformation…, op. cit., p. 421-434.
  • 63 . Wolfgang Eric Wagner, « Von der Stiftungsurkunde zum Anniversarbucheintrag. Beobachtungen zur Anl (...)
  • 64 . AMH, GG 135/19, f. 1r: « darumb das ein lutpriester muss Got darumb antwurten, obe die jargezit r (...)

28Dans leur lettre de 1427, les Hospitaliers mobilisèrent des arguments spirituels pour appuyer leurs revendications. Ils savaient très bien que l’administratif n’était pas de leur ressort dans la paroisse et que face au Conseil, ils peineraient à se faire entendre sur ce point. Ils mirent en avant leur volonté de restaurer la confiance des fidèles haguenoviens en leur clergé afin qu’ils continuassent à fonder des anniversaires, à contribuer aux ressources des prêtres et surtout au prestige de l’église Saint-Georges. Jouant sur la peur du purgatoire pour faire fléchir le Conseil, ils rappelaient la raison profonde des anniversaires : garantir le salut du défunt grâce aux prières des vivants61. C’est aussi pour restaurer la confiance qu’ils insistaient tant sur la bonne tenue de l’obituaire, sur l’absence de conflit entre la date d’un anniversaire et une fête liturgique propre aux Hospitaliers, sur le respect de la date choisie pour l’anniversaire. Les reproches que les familles haguenoviennes semblent avoir formulés à ce sujet reflètent une sensibilité nouvelle des laïcs face aux manquements des clercs62. Ailleurs aussi, la redéfinition du lien entre les fidèles et leurs prêtres était passée par une politique de mise à jour, voire de renouvellement des obituaires. Le monastère scot de Vienne agit par exemple de la sorte pour s’attirer les bonnes grâces des laïcs et voir affluer à nouveau les demandes de messes63. Mais la lettre de 1427 trahit aussi une volonté de réforme plus profonde de la société. Dès les premières lignes, les Hospitaliers insistaient sur la responsabilité du prêtre devant Dieu quant à la bonne mise en œuvre de la liturgie64. Seul un prêtre, intermédiaire entre Dieu et les hommes et, à ce titre, au-dessus des autres hommes, était un spécialiste de la liturgie ; nul ne devait s’emparer de cette prérogative, y compris pour ce qui concernait les anniversaires. En somme, les prêtres en charge de la paroisse n’avaient de comptes à rendre qu’à Dieu et sûrement pas au Conseil.

  • 65 . Francis Rapp, Réformes et Réformation…, op. cit., notamment p. 484-485.
  • 66 . Nicolas Buchheit, Horizon universel, horizon régional. Réseaux et territoires des commanderies ho (...)
  • 67 . Anne Rauner, Ce que les morts doivent à l’écrit, op. cit., vol. 1, p. 87-88 et p. 453.

29Les enjeux soulevés par le conflit haguenovien dépassaient donc largement le cadre local et s’inscrivaient dans celui de la réforme de l’Église perçue comme de plus en plus impérieuse65. Or les commanderies hospitalières de Basse-Alsace entrèrent dans une logique de réforme, d’abord économique, mais aussi spirituelle, dès la fin du XIVe siècle, entre autres sous l’influence de la commanderie de Strasbourg66. Les Hospitaliers de Sélestat renouvelèrent par exemple leur obituaire en 1404 au moment de leur rattachement à la commanderie de Strasbourg. Il s’agissait alors pour eux de remettre de l’ordre dans la discipline pour rétablir la confiance des fidèles et surtout de rétablir les finances du couvent, afin d’assainir la situation économique de l’Ordre et lui permettre de remplir sa mission en Orient67.

  • 68 . Jean-Paul Grasser, Huit siècles d’histoire, op. cit., p. 24. D’autres Œuvres, telles que l’Œuvre (...)
  • 69 . Cf. entre autres, sur le contrôle via les testaments : Olivier Richard, Mémoires bourgeoises, op. (...)
  • 70 . Ce lien entre le responsable de la fabrique (de l’Œuvre dans le cas de la paroisse Saint-Georges) (...)
  • 71 . J’emprunte là un extrait du titre de la thèse de Nicolas Buchheit. Nicolas Buchheit, Horizon univ (...)

30À Haguenau, la volonté de réforme des Hospitaliers venait contrecarrer les velléités du Conseil. Sources de revenus pour les premiers, les anniversaires l’étaient aussi, indirectement, pour le Conseil, qui emprunta des sommes toujours plus importantes à l’Œuvre dès le début du XVe siècle68. Les fondations risquaient par ailleurs d’affaiblir le patrimoine des bourgeois et la puissance économique de la ville. Le problème était d’autant plus aigu que les revenus perçus par les Hospitaliers servaient en partie à financer la croisade. Les autorités haguenoviennes cherchaient par conséquent à contrôler les fondations et les donations à l’Église, et plus largement la fabrique grâce à la tenue de l’obituaire par le werkmeister. En cela, elles procédaient de la même façon que bien d’autres Conseils qui portaient une attention particulière aux écrits supports de la memoria animarum69. La spécificité haguenovienne tient dans le fait que les autorités pouvaient s’appuyer sur une partie du clergé local face aux Hospitaliers perçus comme des intrus dans la ville et renforcer par la même occasion l’identité urbaine face à des « étrangers ». C’est bien ce qui apparaît lorsque l’on analyse la place du werkmeister, qui, tout clerc qu’il était, était choisi par le Conseil et défendait ses intérêts70. Au contraire, les Hospitaliers avaient tout intérêt à bénéficier du maximum de dons et de fondations possibles, quitte à influencer les testateurs sur leur lit de mort, puisqu’il leur fallait assainir leurs finances à l’échelle locale et régionale, mais aussi financer la croisade grâce aux excédents dégagés dans le budget de la paroisse. Il est probable qu’ils cherchaient à mobiliser le sentiment d’appartenance des fidèles à l’Église universelle plus qu’à la paroisse elle-même. C’est à l’aune de cette dialectique « horizon universel, horizon régional » qu’il faut comprendre l’action locale des Hospitaliers à Haguenau71. Chaque exemplaire de l’obituaire constituait donc une arme pour défendre ses intérêts et ses positions face à l’autre dans un conflit qui opposait échelle locale et échelle de l’Église.

Conclusion

  • 72 . Les quatre obituaires rédigés dans la paroisse Saints-Pierre-et-Paul d’Obernai sont par exemple d (...)

31La sentence d’arbitrage de 1405 et la lettre de revendications des Hospitaliers de 1427 amènent à constater qu’à Haguenau, comme dans le reste de l’Empire, les autorités urbaines accroissaient peu à peu leur emprise sur les fabriques et cherchaient à contrôler les donations faites à l’Église. C’est néanmoins une histoire qui reste largement à écrire pour Haguenau et pour le diocèse de Strasbourg. Surtout, ces deux sources renouvellent profondément le regard sur l’obituaire dans la société tardo-médiévale en attestant le passage du manuscrit unique à un réseau de manuscrits interconnectés au sein des paroisses et en témoignant de la complexification du processus de mise à jour de l’information nécrologique (a fortiori dans un contexte conflictuel comme celui de Haguenau). La multiplication des registres écrits n’était en fait pas synonyme d’efficacité et de rationalisation administrative si l’on n’avait pas au préalable défini et fait respecter par tous le rôle de chacun au sein de l’institution. Voilà qui oblige donc à reconsidérer tous les calendriers nécrologiques paroissiaux conservés des XIVe-XVIe siècles de Haguenau, du diocèse de Strasbourg, voire de l’Europe occidentale72 et à envisager d’éventuelles différences de pratiques selon la taille et la localisation des paroisses.

Haut de page

Notes

1 . Nicolas Buchheit, Les commanderies hospitalières. Réseaux et territoires en Basse-Alsace. XIIIe-XIVe siècles, Paris, CTHS, 2014, p. 44 ; André-Marcel Burg, « La paroisse des origines à 1535 », Études haguenoviennes, 9, 1983, p. 3‑78, ici p. 18‑19.

2 . Nicolas Buchheit, Les commanderies hospitalières, op. cit., p. 22.

3 . Ibid., p. 44-45.

4 . Ibid. ; André-Marcel Burg, « La paroisse », art. cit., ici p. 19-21. 

5 . Nicolas Buchheit, Les commanderies hospitalières, op. cit., p. 44-45 ; André-Marcel Burg, « La paroisse », art. cit., ici p. 19-21 et p. 44.

6 . Ibid. ; Ibid., p. 22.

7 . Claude Muller, L’administration temporelle des paroisses Saint-Georges et Saint-Nicolas de Haguenau (1810-1870), Strasbourg, Société savante d’Alsace et des régions de l’Est, 1981, p. 7.

8 . André-Marcel Burg, « La paroisse », art. cit., ici p. 45-48.

9 . Jean-Paul Grasser, Gérard Traband, Haguenau. 1115-2015. Histoire de Haguenau des origines à nos jours, Haguenau, Société d’Histoire et d’Archéologie de Haguenau, 2014, p. 38.

10 . Le premier serment fut prêté par Peter Port en 1420. Le second le fut à une date indéterminée ; plus détaillé que le précédent, il est probablement postérieur et Charles Auguste Hanauer le classe parmi des documents de la fin du XVe siècle. Charles Auguste Hanauer, Cartulaire de l’église Saint-Georges de Haguenau, Strasbourg, F.-X. Le Roux, 1898, p. 247, no515 et p. 423-424, no929. Cf. aussi Jean-Paul Grasser, Huit siècles d’histoire de l’église. La paroisse Saint-Georges Haguenau, Haguenau, 1983, p. 19-20.

11 . Nicolas Buchheit, Les commanderies hospitalières, op. cit., p. 248 et 265.

12 . André-Marcel Burg, « La paroisse », art. cit., ici p. 54.

13 . Obituaires : Archives municipales de Haguenau (AMH), GG 219 (édition : Georges Gromer, « Un document alsacien du treizième siècle. Le plus ancien nécrologe de l’église Saint-George [sic] de Haguenau », Bulletin publié par la direction des archives, de la bibliothèque et du musée de la ville de Haguenau, 1, 1922, p. 1-63) ; GG 220/2 (édition : André-Marcel Burg, « Un second obituaire de l’Œuvre Saint-Georges de Haguenau. Texte et index », Études haguenoviennes, 8, 1982, p. 5-50) ; et GG 221. Comptes des anniversaires : AMH, GG 220/1. Il existe par ailleurs une mention d’un « liber anniversariorum » dans une charte de 1440 (Charles Auguste Hanauer, Cartulaire, op. cit., p. 191‑196, no413), d’un obituaire en allemand (AMH, GG 249/30, registre 1454/55, f. 6r et SGE 1, registre 1458/59, f. 14v), d’un obituaire (SGE 2, registre 1474, f. 9v). L’inventaire dressé dans les années 1470 signale la présence de « l’ancien et du nouvel » obituaire, sans qu’il soit possible de les identifier avec certitude avec un manuscrit conservé (AMH, GG 150/6, f. 4r).

14 . Cf. les comptes d’anniversaires tenus en 1393 (AMH, GG 220/1). Les rentes, dont toutes n’étaient certes pas liées à un anniversaire, représentaient plusieurs dizaines de florins par an (cf. André-Marcel Burg, « La paroisse », art. cit., ici p. 48-52).

15 Texte de 1405 : AMH, GG 2/1 et GG 135/1 ; éd. : Charles Auguste Hanauer, Cartulaire, op. cit., p. 191‑196, no413. Texte de 1427 : AMH, GG 135/19 ; éd. Charles Auguste Hanauer, Cartulaire, op. cit., p. 265-267, no556. Les notes de bas de page concernant le texte de 1405 renverront désormais uniquement au registre GG 2/1. André-Marcel Burg propose un rapide résumé des deux textes dans son article consacré à la paroisse de Haguenau au Moyen Âge (cf. André-Marcel Burg, « La paroisse », art. cit., ici p. 54‑55).

16 . Jean Burcklé, Les chapitres ruraux des anciens évêchés de Strasbourg et de Bâle, Colmar, Alsatia, p. 31.

17 . Le maréchal, choisi parmi les représentants des corporations au Conseil, secondait le Stettmeister. Jean-Paul Grasser, Gérard Traband, Haguenau. 1115-2015, op. cit., p. 34.

18 . Il s’agit probablement de Diemar Koenig ou Diemar Bogener. Merci à Bernhard Metz pour ces informations.

19 . C’est-à-dire du chapitre d’Oberhaguenau. Jean Burcklé, Les chapitres ruraux, op. cit., p. 31.

20 . « her Johans dechan zu Surburg und notarren der stat zu Haguenau, her Johans Negelin kamerer des capitels zu Pfaffenhofen, des kircheren zu Mütersheim Gerlawelin sun, her Johans capelon zu Mütesheim des vorgenanten lütpriester bruder, des schulmeisters zu Haguenau und ander erber personen, die do gegenwertig worent » (AMH, GG 2/1, f. 5r ; éd. : Charles Auguste Hanauer, Cartulaire, op. cit., p. 191‑196, no413, ici p. 196).

21 . « alles ir gut ligende, varende, schulde, husrot, zinse, korn, nützig usgenummen » (AMH, GG 2/1, f. 2v ; éd. : Charles Auguste Hanauer, Cartulaire, op. cit., p. 191-196, no413, ici p. 192).

22 . « dis sol man teilen den priestern, die do tragen sorge der kirchen » (AMH, GG 2/1, f. 4r ; éd. : Charles Auguste Hanauer, Cartulaire, op. cit., p. 191‑196, no413, ici p. 194).

23 . AMH, GG 2/1, f. 5r.

24 . Cf. Introduction de cet article.

25 . AMH, GG 135/19, f. 1r: « darumb das ein lutpriester muss Got darumb antwurten, obe die jargezit recht werden begangen oder nüt ».

26 . Ce reproche signifie que les Hospitaliers avaient continué, eux aussi, à inscrire des fondations dans leur obituaire sans en informer l’Œuvre.

27 . AMH, GG 2/5, f. 1r et GG 2/6, f. 1r. Cf. aussi André-Marcel Burg, « La paroisse », art. cit., ici p. 55-56.

28 . Anne Rauner, Ce que les morts doivent à l’écrit : documents nécrologiques et système documentaire de la memoria au Bas Moyen Âge (diocèse de Strasbourg), thèse de doctorat en histoire médiévale, université de Strasbourg, 2020, vol. 1, entre autres p. 142-143, 182 et 196.

29 . Cf. les obituaires administratifs d’Obernai, d’Offendorf, de la paroisse Saint-Nicolas à Strasbourg. Cf. Anne Rauner, Ce que les morts doivent à l’écrit, op. cit., vol. 2, p. 15-16, p. 41 ; Anne Rauner, « Des écrits pour gérer la commémoration des défunts : les quatre obituaires administratifs d’Obernai (XVe siècle) », Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie de Dambach-la-Ville, Barr, Obernai, 54, 2020, p. 17‑34.

30 . André-Marcel Burg, « La paroisse », art. cit., ici p. 54.

31 . AMH, GG 220/2. Cet obituaire remplit les critères les plus distinctifs des obituaires administratifs : il s’agit d’un obituaire sur papier, le schéma de réglure est tracé très succinctement, le calendrier est largement incomplet bien que l’on parvienne à retrouver les différentes dates, les marginalia correspondent à des marques de suivi administratif. Cf. Anne Rauner, Ce que les morts doivent à l’écrit, op. cit., vol. 1, entre autres p. 143-144, p. 195‑196.

32 . Le chapitre Saint-Thomas tenait par exemple dès la fin du XIVe siècle (et peut-être à une date ultérieure) des registres des anniversaires pour en faciliter la gestion. Au tournant du XVe et du XVIe siècle, il possédait plusieurs livres de distributions (Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), 2 AST 62/1 et 2 AST 62/2).

33 . Mise en œuvre par les chancelleries princières et urbaines, la démultiplication des écrits est particulièrement visible dans l’administration pontificale (cf. entre autres Armand Jamme, « Apports et devenirs d’une recherche. Production documentaire et modèles de cours dans la seconde moitié du XIVe siècle », in Armand Jamme (dir.), Le souverain, l’office et le codex. Gouvernement de la cour et techniques documentaires à travers les libri officiariorum des papes d’Avignon (XIVe-XVe siècles), Rome, École française de Rome, 2014, p. 115-126, ici p. 119‑122). On le constate d’ailleurs dans les archives de la paroisse Saint-Georges de Haguenau. La sentence de 1405 est connue par deux sources, l’une sous format de rouleau, l’autre de registre (AMH, GG 135/1 et GG 2/1). Les cahiers comptables ont eux-mêmes été conservés en double exemplaire, probablement un pour la fabrique et un second pour le Conseil. Un exemple parmi des dizaines d’autres : le contenu du registre GG 251, cahier 1478 (AMH) est identique au registre SGE 2, cahier 1478 (AMH).

34 . AMH, GG 2/1, f. 4v-5r et GG 135/19, f. 1v.

35 . AMH, GG 220/2. Éd : André-Marcel Burg, « Un second obituaire de l’Œuvre Saint-Georges de Haguenau », Études haguenoviennes, 8, 1982, p. 5‑50.

36 . Charles Auguste Hanauer, Cartulaire, op. cit., p. 288, no636.

37 . Anne Rauner, Ce que les morts doivent à l’écrit, op. cit., vol. 1, p. 80-81. Le terme de selbuch, employé dans les sources en langue vernaculaire, désignait aussi bien l’obituaire liturgico-administratif que l’obituaire administratif.

38 . AMH, GG 249/30, registre 1454/55, f. 6r (« selbGch zG tutz ») et SGE 1, registre 1458/59, f. 14v (« dutschen selbuch »).

39 . AVES, 1AH 1642, f. 1-2r.

40 . AMH, GG 249/30, registre 1454/55, f. 6r.

41 . La place de l’allemand dans les calendriers nécrologiques s’accroît d’ailleurs. Dans l’obituaire haguenovien de 1477/78 (AMH, GG 221), la première main opta encore pour le latin tandis que les scripteurs ultérieurs rédigèrent encore les notices en allemand, signe d’une indépendance accrue de l’obituaire administratif par rapport à l’obituaire liturgico-administratif (dont on ne peut que supposer qu’il avait été rédigé en latin puisqu’il a disparu) et de l’adoption des normes scripturaires urbaines. La langue vernaculaire est systématiquement employée pour la description de l’assiette de la rente dans tous les obituaires paroissiaux de la seconde moitié du XVe siècle, voire pour tout le texte. Cf. Anne Rauner, Ce que les morts doivent à l’écrit, op. cit., vol. 1, p. 180‑181.

42 . Aucune source haguenovienne ne nous renseigne à ce sujet, au contraire d’autres documents. Par exemple, un folio inséré dans le censier des anniversaires de la paroisse de Soultz-les-Bains et rédigé au début du XVIe siècle mentionne toutefois la lecture de l’obituaire en chaire, au moins le dimanche pour annoncer les anniversaires (Archives d’Alsace, site de Strasbourg (AA-S), G 6581/10, f. A. ; cf. aussi Anne Rauner, Ce que les morts doivent à l’écrit, op. cit., vol. 1, p. 215, p. 219-221 et p. 224-231.

43 . AMH, GG 150/2, f. 3r et GG 150/3, f. 1v.

44 . AMH, GG 150/6, f. 4r.

45 . Paul Bertrand, Les écritures ordinaires. Sociologie d’un temps de révolution documentaire (entre royaume de France et Empire, 1250-1350), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 244‑247.

46 . L’expression est de Jean-Loup Lemaître. Cf. Jean-Loup Lemaître, « Un livre vivant, l’obituaire », in Jean Glénisson (dir.), Le Livre au Moyen Âge, Paris, CNRS Éditions, 1988, p. 92.

47 . AMH, GG 2/1, f. 3r et GG 135/19, f. 1v.

48 . Dans les divers procès-verbaux de renouvellement d’obituaires paroissiaux, certes rédigés à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle, le difficile suivi des fondations et les paiements non honorés représentent la principale justification de rédaction d’un nouvel obituaire. Cf. Anne Rauner, Ce que les morts doivent à l’écrit, op. cit., vol. 1, p. 88‑90.

49 . Les comptes d’anniversaires de 1393 (AMH, GG 220/1) en témoignent. Les comptes de l’œuvre Saint-Georges ne constituent une série (quasi) complète qu’à partir de 1440 (AMH, GG 249/2 pour le registre 1440/41), mais les registres de 1420-1422 qui sont aussi conservés suivent déjà la même structure, signe de cette normalisation précoce des comptabilités haguenoviennes (AMH, GG 249/1).

50 . AVES, 1 AH 7425, f. 104v ; V 116b, p. 144 ; V 116c, p. 75r ; V 116d, f. 72v.

51 . Élisabeth Clementz, Les lépreux en Alsace : marginaux, exclus, intercesseurs ?, thèse d’habilitation, université de Tours, 2019, p. 242‑243.

52 . Anne Rauner, Ce que les morts doivent à l’écrit, op. cit., vol. 1, p. 125‑126.

53 . AMH, GG 249/30, registre 1454/55, f. 6r et registre 1458/59, f. 14v ; SGE 2, registre 1474, f. 9v, registre 1477/78, f. 8r et registre 1478, f. 6r.

54 . AMH, GG 2/1, f. 4r. La mention est en effet quasi systématique dans les notices de l’obituaire administratif conservé aux AMH sous la cote GG 220/2 (Éd. : André-Marcel Burg, « Un second obituaire de l’œuvre », art. cit.).

55 . Francis Rapp, Réformes et réformations à Strasbourg. Église et société dans le diocèse de Strasbourg (1450-1525), Paris, 1974, p. 237-248.

56 . Christine Geissert a ainsi démontré que les rentes détenues par l’Œuvre Saint-Georges avait vu leur valeur diminuer des trois quarts au début du XVIe siècle. Christine Geissert, Étude des rentes constituées de l’Œuvre Saint-Georges de la fin du Moyen Âge au début de l’époque moderne (1343-1631), maîtrise inédite d’histoire, université de Strasbourg, 1978, p. 4. Cf. aussi Francis Rapp, Réformes et réformations, op. cit., p. 244‑248.

57 . Dès 1300, le Magistrat de Strasbourg avait interdit aux habitants de la ville de léguer plus du centième de leurs biens à l’Église ; la règle était toujours en vigueur dans la seconde moitié du XVe siècle, comme l’attestent les critiques de Jean Geiler de Kaysersberg à l’encontre de cette décision (Francis Rapp, Réformes et réformations, op. cit., p. 412-415). À Ratisbonne, le Conseil intervenait lui aussi dans le processus de rédaction des testaments puisque des notaires de la ville les couchaient en général par écrit ; il tentait entre autres de favoriser certaines églises au détriment d’autres (Olivier Richard, Mémoires bourgeoises. Memoria et identité urbaine à Ratisbonne à la fin du Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 221-225 et p. 241-242). En 1405, ce phénomène ne semble être qu’à ses balbutiements à Haguenau : seule une analyse de toutes les chartes d’anniversaires et de tous les testaments conservés permettrait de savoir jusqu’où le Conseil étendit son emprise dans la paroisse Saint-Georges.

58 . AMH, GG 135/19, f. 1v.

59 . Anne Rauner, « Tenir les comptes d’anniversaires dans les paroisses du diocèse de Strasbourg à la fin du Moyen Âge », Comptabilité(s). Revue d’histoire des comptabilités, 11, 2018, revue électronique, URL: https://journals.openedition.org/comptabilites/2996.

60 . Cf. entre autres : Francis Rapp, Réformes et réformations, op. cit., p. 412-415 ; Olivier Richard, Mémoires bourgeoises, op. cit., p. 221-286.

61 . AMH, GG 135/19, f. 1r.

62 . Francis Rapp, Réformes et Réformation…, op. cit., p. 421-434.

63 . Wolfgang Eric Wagner, « Von der Stiftungsurkunde zum Anniversarbucheintrag. Beobachtungen zur Anlage des Liber oblationum et anniversarium (1442- ca. 1480) im Wiener Schottenkloster », in Michael Borgolte (dir.), Stiftungen und Stiftungeswirklichkeiten. Vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Berlin, Walter de Gruyter, 2009, p. 145-170, ici p. 168-169.

64 . AMH, GG 135/19, f. 1r: « darumb das ein lutpriester muss Got darumb antwurten, obe die jargezit recht werden begangen oder nüt » (Éd. Hanauer, p. 265).

65 . Francis Rapp, Réformes et Réformation…, op. cit., notamment p. 484-485.

66 . Nicolas Buchheit, Horizon universel, horizon régional. Réseaux et territoires des commanderies hospitalières de Basse-Alsace au XIIIe et au XIVe siècle, thèse d’histoire médiévale, université de Strasbourg, 2010, p. 240-245.

67 . Anne Rauner, Ce que les morts doivent à l’écrit, op. cit., vol. 1, p. 87-88 et p. 453.

68 . Jean-Paul Grasser, Huit siècles d’histoire, op. cit., p. 24. D’autres Œuvres, telles que l’Œuvre Notre-Dame à Strasbourg, prêtèrent de l’argent à ceux qui en avaient besoin à la même période (cf. Marie-José Nohlen, « L’Œuvre Notre-Dame au Moyen Âge », in Sabine Bengel, Marie-José Nohlen, Stéphane Potier, Clément Kelhetter (dir.), Bâtisseurs de cathédrales. Strasbourg, mille ans de chantiers, Strasbourg, La Nuée Bleue. Place des Victoires, 2014, p. 113-134, ici p. 126).

69 . Cf. entre autres, sur le contrôle via les testaments : Olivier Richard, Mémoires bourgeoises, op. cit., p. 221-244 ; sur le contrôle via l’obituaire et surtout les comptes : Martial Staub, Les paroisses et la cité. Nuremberg du XIIIe siècle à la Réforme, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en sciences sociales, 2003, notamment p. 89-114 et p. 141-200.

70 . Ce lien entre le responsable de la fabrique (de l’Œuvre dans le cas de la paroisse Saint-Georges) et les autorités urbaines, est caractéristique des paroisses médiévales dans l’Empire (cf. Arndt Reitemeier, Pfarrkirchen in der Stadt des späten Mittelalters: Politik, Wirtschaft und Verwaltung, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2005, p. 123‑133). Mais dans le conflit avec les Hospitaliers, il revêt une importance particulière puisqu’il permet au Conseil de contrecarrer au quotidien les tentatives de contrôle des frères sur l’institution.

71 . J’emprunte là un extrait du titre de la thèse de Nicolas Buchheit. Nicolas Buchheit, Horizon universel, horizon régional, op. cit.

72 . Les quatre obituaires rédigés dans la paroisse Saints-Pierre-et-Paul d’Obernai sont par exemple des obituaires administratifs (cf. Anne Rauner, « Des écrits pour gérer la commémoration des défunts », art. cit.). Le doute subsiste pour bien d’autres, par exemple pour l’obituaire de la paroisse de Molsheim (AA-S, 2 G 300/1).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Rauner, « Des exemplaires multiples de l’obituaire au cœur du conflit entre clercs et laïcs dans la paroisse Saint-Georges de Haguenau (début du XVe siècle) »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 39-62.

Référence électronique

Anne Rauner, « Des exemplaires multiples de l’obituaire au cœur du conflit entre clercs et laïcs dans la paroisse Saint-Georges de Haguenau (début du XVe siècle) »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5458

Haut de page

Auteur

Anne Rauner

Professeure agrégée d’histoire, docteure en histoire du Moyen Âge de l’université de Strasbourg, chercheuse associée à l’UR 3400 ARCHE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search