Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148VariaTobias Stimmer : scènes de meurtr...

Varia

Tobias Stimmer : scènes de meurtre, de combat et de bataille illustrant le Flavius Josèphe paru chez Theodosius Rihel à Strasbourg en 1574

Tobias Stimmer: murder, fight and battle scenes illustrating his Flavius Josèphe published by Theodosius Rihel in 1574, Strasbourg
Tobias Stimmer: Mord-, Kampf- und Schlachtszenen die den Flavius Josephus, erschienen 1574 bei Theodosius Rihel in Strassburg, illustrieren
Pierre Kintz
p. 63-88

Résumés

L’invention de l’imprimerie et le développement de la Réforme au XVIe siècle ont permis la multiplication des versions de la Bible, souvent agrémentées d’illustrations sous formes de gravures insérées dans le texte. Ces « Figures de la Bible » connaissent un succès croissant et ont permis à des artistes du monde rhénan d’acquérir une notoriété, dans la lignée d’Albrecht Dürer. À Strasbourg, Tobias Stimmer (1539-1584) a illustré une version allemande des Antiquités Judaïques et de la Guerre des Juifs contre Rome de Flavius Josèphe, historien romain d’origine juive (14 éditions ont paru chez Theodosius Rihel à Bâle à partir de 1574). Il a réalisé les illustrations d’un recueil de scènes bibliques (Neue künstliche Figuren Biblischer Historien en 1576). Les éditions de ces textes étaient très en vogue dans les cours européennes et dans les familles bourgeoises.

Le thème des scènes de meurtre, combat et bataille est récurrent dans les illustrations de l’histoire biblique. Ces épisodes sont ainsi répartis dans la version du Flavius Josèphe illustrée par Stimmer et décrites dans l’article : scènes de meurtre (4 illustrations), scènes de combat (2 illustrations), scènes de batailles (10 illustrations) dans l’édition de 1603 de la BNUS.

Tobias Stimmer s’inscrit dans les courants religieux et culturels de son époque, considéré comme un représentant particulièrement significatif d’un maniérisme du Rhin supérieur.

Haut de page

Texte intégral

1Les illustrations bibliques de Tobias Stimmer s’inscrivent dans la continuité de ce genre littéraire apparu dès le Moyen Âge, sous la forme des Biblia pauperum pour se développer à la Réforme en raison du retour à la Parole de l’écriture Sainte. L’invention de l’imprimerie, l’émergence d’artistes manifestant le désir d’illustrer les scènes bibliques, et la multiplication des échanges en Europe ont favorisé le développement de la publication d’ouvrages illustrés se rapportant à l’histoire biblique, de la Bible illustrée aux recueils d’images commentées. C’est ainsi qu’apparaît un genre littéraire que Max Engammare (historien et théologien suisse) nomme « les Figures de la Bible ». Le XVIe siècle a ainsi été qualifié de siècle de l’image par Max Engammare :

Parmi la production pléthorique des livres illustrés de ce siècle, un genre de recueil mérite d’échapper à la méconnaissance dans laquelle il est maintenu. Distribuant images et textes bibliques, ce genre est si peu étudié qu’un mot même manque à s’imposer en français pour le désigner succinctement et avec précision : avant de le caractériser, le nommer : les Figures de la Bible.

2Après les avoir nommées, Engammare les décrit :

  • 1 . Max Engammare, « Les Figures de la Bible », in Mélanges de l’école française de Rome, 1994, p. 54 (...)

Les Figures de la Bible sont des recueils de gravures sur bois, plus tard sur cuivre, qui représentent ou signifient l’écriture à travers des cycles d’estampes couvrant toute la Bible, un seul Testament, voire un seul livre biblique, la Genèse et l’Apocalypse ayant alors la faveur des auteurs1.

  • 2 . « Neue künstliche Figuren Biblischer Historien, grüntlich von Tobias Stimmer gerissen », 1576, Bâ (...)

3Tobias Stimmer a participé à ce mouvement d’illustration des textes bibliques, par la production des gravures de l’ouvrage paru en 1576, intitulé Neue künstliche Figuren Biblischer Historien2, puis en illustrant la Biblia Sacra Veteris Et Novi Testamenti en 1578. Cependant, il faut relever qu’il avait illustré précédemment l’édition du Flavius Josèphe parue chez Theodosius Rihel à Strasbourg en 1574, ouvrage constituant le sujet de la présente étude.

  • 3 . Mireille Hadas-Lebel, Flavius Josèphe, Paris, Fayard, 1989, p. 268.

Depuis que ses traductions s’étaient répandues, Flavius Josèphe était pour toute l’Europe chrétienne l’auteur d’une histoire après l’écriture Sainte préférable à toutes les autres histoires, en quelque sorte un cinquième évangile. Les éditions se multipliaient, certaines agrémentées d’admirables gravures. Sans doute la Contre-Réforme fit-elle de lui plutôt le cinquième évangile des protestants, mais il demeura jusqu’au XIXe siècle l’historien de l’Antiquité le plus lu. Non seulement chaque roi d’Europe en possédait de magnifiques exemplaires, mais chaque foyer bourgeois avait aussi le sien3.

4Un rappel biographique sur Tobias Stimmer s’impose tout d’abord, afin de situer l’artiste dans ses œuvres et dans son temps. Une présentation des écrits de Flavius Josèphe, plus particulièrement les Antiquités Judaïques et La guerre des Juifs contre Rome permet ensuite d’introduire l’étude iconographique de ces textes illustrés par Tobias Stimmer. Les scènes de meurtre, de combat et de bataille constituent, en dernier point, un choix de thèmes récurrents dans l’histoire du peuple hébreu, aussi bien dans les écrits bibliques que dans les textes de l’historien Flavius Josèphe.

Tobias Stimmer (1539-1584) : de Schaffhouse à Strasbourg

  • 4 . August Stolberg, « Tobias Stimmer als Glasmaler », et « Zu den Viesierungen Tobias Stimmers », in (...)
  • 5 . Friedrich Thöne, « Beitrage zur Stimmers-Forschung », in Oberreihnische Kunst, Jahrgang VII, Frib (...)
  • 6 . Max Bendel, Tobias Stimmer – Leben und Werke, Zürich, 1940.
  • 7 . Jean Dentinger, Images pour des histoires – Bilder zu Geschichte, Mundolsheim-Bâle, Dentinger, 19 (...)
  • 8 . Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA), fasc. 36, p. 3 767.
  • 9 . Christian Geelhaar (dir.), Tobias Stimmer – 1539-1584, Bâle, Kunstmuseum, 1984.

5Tobias Stimmer (fig. 1) est essentiellement connu de nos jours pour le décor qu’il a réalisé, en 1572, de l’horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg. Pour cet artiste originaire de Suisse, cette notoriété reste limitée, en France, à cette œuvre et à quelques gravures, dont celle du Freischiessen (concours de tir) de 1576 à Strasbourg. Son nom était peu à peu tombé dans l’oubli à partir du XVIIe siècle, pour retrouver une notoriété à la fin du XIXe siècle, par les ouvrages de Stolberg4, Thöne5 ou Bendel6, cité plus brièvement par ailleurs7. Une notice lui est consacrée dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne8. Le catalogue de l’exposition du Kunstmuseum de Bâle de 1984, publié sous la direction de Christian Geelhaar (directeur de l’Öffentliche Kunstsammlung Basel), regroupe une quinzaine de contributions d’historiens, d’historiens d’art, spécialistes de l’art de la Renaissance en Suisse. Ce catalogue reste un ouvrage de référence pour approfondir l’étude de Tobias Stimmer9.

Fig. 1. Conrad Meyer (1618-1689), Portrait de Tobias Stimmer

Image 100002010000020E0000027BB5A748F8FACA34D8.png

Sanguine, c.1670, Zürich, Zentralbibliothek.

  • 10 . Parmi les citations : Elsa Kammerer, Entre récréation des âmes et récréation des yeux, in « HAL.a (...)
  • 11 . Henry St. John Thackeray, Flavius Josèphe, l’homme et l’historien, trad. étienne Nodet, Paris, Ce (...)
  • 12 . étienne Nodet, Introduction et traduction des Antiquités Juives de Flavius-Josèphe (livres I à II (...)

6Pourtant, il resterait à faire connaître plus largement sa production de gravures d’images de la Bible, dont il n’existe, à l’heure actuelle, aucune étude en langue française, quoique ces gravures soient citées dans la littérature10. Tobias Stimmer a ainsi réalisé les illustrations de plusieurs ouvrages portant sur les Figures bibliques, qui s’inscrivent dans les productions en vogue en ce milieu du XVIe siècle : le Flavius Josèphe (1574 chez Theodosius Rihel à Strasbourg), les Neue künstliche Figuren Biblischer Historien (1576 chez Thomas Gwarin (ou Guarin) à Bâle), et la Biblia Sacra Veteris Et Novi Testamenti (1578 chez Thomas Gwarin à Bâle). La présente étude s’intéresse plus particulièrement à certaines gravures du Flavius Josèphe, portant sur les scènes de meurtre, combat et bataille illustrant cet ouvrage et s’inscrivant en parallèle des gravures de Tobias Stimmer dans les Neue künstliche Figuren. L’étude de l’ensemble des illustrations des Neue künstliche Figuren a fait l’objet d’une thèse en histoire de l’art auprès de l’université de Strasbourg. Cet article s’inscrit dans une démarche d’histoire de l’art, et ne constitue pas une étude de l’œuvre littéraire de Flavius Josèphe. Il est possible de se reporter aux écrits de Henry St. John Thackeray11 et d’étienne Nodet12, qui portent sur les textes de l’ouvrage.

  • 13 . Johan-Caspar Füsslin, Geschichte der besten Künstler in der Schweiz, p. 46 : « Die Jahren seiner (...)
  • 14 . Une seule façade subsiste, restaurée dans son état d’origine : la maison Zum Ritter à Schaffhouse
  • 15 . De nombreux portraits gravés sont conservés à la Bibliothèque nationale et universitaire de Stras (...)
  • 16 . Cet ouvrage (en deux volumes), intitulé Elogia Virorum illustrium, a paru à Bâle en 1575, publié (...)

7Tobias Stimmer est né à Schaffhouse, dans le nord de la Suisse, le 17 avril 1539, fils aîné d’une fratrie de onze enfants, dont quatre artistes. Le père, maître d’école, était logé dans l’ancien couvent sécularisé accueillant l’école (Allerheiligen, actuel musée de la ville). Peu de renseignements permettent de définir la formation de Tobias : hypothèse d’une formation auprès d’un maître local, formation à Zürich ou à Constance13 ? Dès 1564, il exécute des portraits pour des commanditaires de la bourgeoisie : portrait de Conrad Gessner (Musée Allerheiligen de Schaffhouse), de Jacob Schwytzer et de sa femme Elisabeth Lochmann (Kunstmuseum de Bâle). Suivent de nombreux portraits de familles de Zürich, Saint-Gall et Schaffhouse. Il décore une horloge astronomique pour l’horloger Joachim Habrecht (le père des horlogers qui construiront l’horloge de la cathédrale de Strasbourg). Il réalise des blasons, propose des dessins pour des vitraux (Scheibenrisse) et des gravures d’objets d’art. Il exécute les portraits de la famille Peyer de Schaffhouse et du Bürgermeister Andreas Mörlin de Saint-Gallen, produisant également des séries de dessins dans son atelier de Schaffhouse. Il peint des façades de maisons (en fresque ou en décor peint à sec), en Suisse, à Strasbourg et à Nuremberg14. À partir de 1568, Tobias Stimmer consacre une part importante de son activité à l’imprimerie, et produit des portraits destinés à illustrer des livres15. En 1569, il se rend à Côme, dans le nord de l’Italie, à la demande de l’éditeur bâlois Pietro Perna, pour y relever en dessins les portraits de la galerie de l’évêque historien Paolo Giovio, en vue d’une édition de biographies d’hommes célèbres16.

  • 17 . Gorgoneum caput, gravure sur bois, 1571, version de la Zentralbibliothek de Zürich.
  • 18 . Gérald Chaix, Le monde de l’imprimé, p. 285 : « Dès le début du XVIe siècle, l’imprimé est mis au (...)
  • 19 . Le Fechtbuch de Joachim Meyer, illustré par Tobias Stimmer, a fait l’objet d’un colloque à l’univ (...)

8Tobias Stimmer arrive à Strasbourg au printemps (ou début de l’été) de l’année 1570, à l’invitation de Bernhart Jobin, à la suite de contacts noués précédemment. Il devient, le 4 août, le parrain du fils aîné de Bernhard Jobin, dénommé Tobias, d’après le registre de baptême de l’église Saint-Thomas. La femme de Jobin est la sœur de l’écrivain protestant Johann Fischart. Jobin, beau-frère de Fischart, exerce comme éditeur, imprimeur, correcteur et rédacteur. Ainsi naît la collaboration entre Jobin, Fischart et Stimmer pour une production de livres et de feuilles volantes, dont des gravures ou caricatures antipapistes17 (fig. 2). La même année, il produit les dessins pour l’ouvrage consacré à l’escrime, le Fechtbuch18 de Joachim Meyer, maître d’armes à Strasbourg19 (fig. 3).

Fig. 2. Tobias Stimmer, Caput Gorgoneum

Fig. 2. Tobias Stimmer, Caput Gorgoneum

Détail, gravure sur bois, 1571, Zürich, Zentralbibliothek.

Fig. 3. Tobias Stimmer, illustration du Fechtbuch de Joachim Meyer

Fig. 3. Tobias Stimmer, illustration du Fechtbuch de Joachim Meyer

Gravure sur bois, in Gründtliche Beschreibung der Kunst des Fechtens, 1570.

  • 20 . Détruit en 1689, par incendie, lors du sac par les troupes françaises.

9En 1571, il est chargé de décorer l’armoire de la nouvelle horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg, conçue par le mathématicien Konrad Dasypodius et construite par les frères Habrecht, originaires de Schaffhouse. Suivent de nombreuses collaborations, surtout sous forme de bois gravés (xylogravure), avec des éditeurs à Strasbourg (Bernard Jobin, Thiebold Berger), Bâle (Thomas Gwarin, Pietro Perna) et Paris (Abel l’Angelier). C’est en 1576 que paraissent à Bâle, chez Thomas Gwarin les Neue künstliche Figuren Biblischer Historien, production commune entre Stimmer pour les illustrations et Fischart pour les textes, souvent dénommée Stimmer’s Bibel, ou la Bible en images de Stimmer. En 1576, le Margrave Philippe II de Bade lui confie la réalisation des peintures murales de la salle des fêtes du Neues Schloss de Baden-Baden20. Il décède brutalement à Strasbourg, le 14 janvier 1584, à l’âge de 45 ans.

Le Flavius Josèphe illustré par Tobias Stimmer

Flavius Josèphe, référence à travers les âges

  • 21 . Henry St. John Thackeray, Flavius Josèphe…, op. cit., p. 32 : « Les Antiquités étaient destinées (...)

10Répondant à une demande du public et parallèlement à la diffusion des versions imprimées de la Bible, les éditeurs ont multiplié les versions illustrées des œuvres de Flavius Josèphe. Ses écrits ne sont pas mentionnés dans la Bible, puisqu’il est postérieur à la naissance du Christ. Titus Flavius Josèphe, Joseph fils de Matthias, est un historien romain, d’origine juive, né en 37 ou 38 ap. J.-C., mort à Rome vers 100. Il a participé aux événements de la grande révolte judéenne en 66, et s’est mis au service des Romains lors du siège de Jérusalem en 70. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages portant sur l’histoire du peuple juif21, s’inspirant essentiellement des écrits bibliques, mais aussi des traditions araméenne et grecque. La tradition chrétienne a transmis l’œuvre de Flavius Josèphe, la considérant longtemps comme un complément de la Bible. La majorité de ses œuvres ont pu être conservées, et leur diffusion s’inscrivait dans le cadre d’une culture humaniste.

  • 22 . Le Flavius Josèphe a paru en 1574, les Neue künstliche Figuren en 1576, et la Biblia Sacra en 157 (...)

11Ses principaux ouvrages, les Antiquités Judaïques et La Guerre des Juifs contre les Romains, ont été illustrés par Tobias Stimmer pour l’imprimeur bâlois Theodosius Rihel, la première édition datant de 157422. Cette version était recherchée par les collectionneurs : le testament de Rembrandt fait mention d’un exemplaire de l’édition du Flavius Josèphe illustré par Tobias Stimmer.

  • 23 . Hans Guggisberg, « Zur Basler Buchproduktion in konfessionellen Zeitaltern – illustrierte Bücher  (...)

12En 1574, Theodosius Rihel publia une nouvelle version plus complète de l’œuvre de Josèphe, traduite par Conrad Lautenbach, pasteur de Hunawihr. Ce livre comprenait l’histoire des Juifs, la guerre juive et la destruction de Jérusalem, la défense contre Apion et le Livre des Macchabées. Lautenbach traduisit également la version ultérieure de la guerre juive qui était attribuée à Hégésippe comme autre auteur. Il y avait en tout quatorze éditions de ces traductions de Lautenbach. La plupart d’entre elles étaient abondamment illustrées : l’édition complète fut faite par Tobias Stimmer. Ces traductions reflètent la fascination exercée par l’histoire du peuple juif23.

  • 24 . étienne Nodet, Les Antiquités Juives, Paris, Cerf, 1990, introduction, p. X.

13Les textes de Flavius Josèphe ont fait l’objet de nombreuses études jusqu’au XXIe siècle, dont les plus récentes sont dues à Henry St. John Thackeray (savant anglais, décédé en 1930) ou à étienne Nodet (dominicain, professeur à l’école biblique de Jérusalem). Ce dernier, dans l’introduction des Antiquités Juives relève la place de ces écrits dans la culture chrétienne24 :

Côté chrétien, depuis l’apparition de l’imprimerie et de traductions en langues vernaculaires qui suivirent rapidement, les Antiquités ont retrouvé le rôle de source biblique et historique pour grand public qu’elles avaient dans la chrétienté antique, grecque, puis latine à partir d’une traduction de Cassiodore au VIe siècle.

  • 25 . Henry St. John Thackeray, Flavius Josèphe…, op. cit, p. 2.
  • 26 . Dictionnaire abrégé de la Bible, pour la connaissance des tableaux historiques tirés de la Bible (...)

14Cet engouement pour la littérature de Flavius Josèphe se retrouve également outre-Manche jusqu’au XVIIIe siècle : « Dans mon pays, il fut un temps où dans presque chaque demeure on pouvait trouver deux livres, la Bible et les œuvres de Josèphe25 ». Un Dictionnaire abrégé a paru à Paris en 1766, en vue d’aider à la compréhension de l’ouvrage26.

15La Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNUS) possède plusieurs exemplaires des différentes éditions de cet ouvrage. La consultation de l’exemplaire de l’édition de 1603 (référence BNUS R10.806) a permis d’établir un inventaire des gravures de Stimmer illustrant le texte en allemand de cette édition. Cet ouvrage contient 80 gravures, dont 8 reprises : il s’agit de gravures figurant deux ou trois fois pour illustrer un épisode différent par une scène de bataille (l’édition de 1578, référence BNUS R.306, présente 108 gravures, souvent répétées). Les scènes illustrées dans les Neue künstliche Figuren (169 gravures) ne se retrouvent pas toutes dans la version consultée de 1603 du Flavius Josèphe (80 gravures insérées dans le texte) : 45 gravures illustrent les mêmes épisodes dans les deux ouvrages, alors que les épisodes de 21 gravures du Flavius Josèphe ne figurent pas dans les Neue künstliche Figuren. Le Flavius Josèphe présente également 18 gravures dont l’épisode n’est pas identifiable, soit des représentations de paysages, ou des vues de batailles ou d’assauts non légendées. La composition des épisodes communs aux deux ouvrages n’est jamais totalement identique : certaines compositions sont inversées, le personnage de droite passe à gauche, ou celui vu de dos devient visible de face (la tentation d’Adam, le combat entre David et Goliath). Les décors sont simplifiés (mort de Siséra), ou bien enrichis ; les formes générales des éléments représentés diffèrent (la tour de Babel) ; la tonalité générale se resserre (l’onction de Saül). Le format est également déterminant, notamment quant à la précision du trait et des détails : les illustrations du Flavius Josèphe mesurent 15 cm en largeur sur 11 cm en hauteur, alors que celles des Neue künstliche Figuren se limitent à 8,3 cm sur 6 cm (sans l’encadrement).

16D’inspiration identique, illustrant la destinée du peuple juif, les gravures exécutées par Tobias Stimmer s’inscrivent dans la progression stylistique de son œuvre, par un passage d’images plus imprégnées par la violence dans le Flavius Josèphe à une forme moins marquée dans les Neue künstliche Figuren, notamment en raison de leur taille réduite.

Meurtre, combat et bataille : sources d’inspiration inépuisable

  • 27 . Les textes cités ci-après renvoient aux Livres de la Bible.
  • 28 . Pour l’usage du réemploi des gravures, voir Cécile Dupeux, L’imaginaire strasbourgeois. La gravur (...)

17Les scènes de violence, de meurtre, de combat ou de bataille représentent l’un des thèmes fort en vogue dans les représentations artistiques à la Renaissance, et les récits bibliques en constituent une source d’inspiration inépuisable pour les artistes. Le Flavius Josèphe n’échappe pas à l’inspiration de Tobias Stimmer, qui intègre ces scènes dans les illustrations du texte ancien. Parmi les 80 illustrations de l’ouvrage qui a été consulté, les scènes de meurtre, de combat et de bataille représentent 16 illustrations (pour s’inscrire dans la comparaison avec l’Ancien Testament et les Neue künstliche Figuren, l’énumération des épisodes suit celui de l’Ancien Testament27, et n’intègre pas les 6 scènes « violentes » de la fin des Antiquités Juives). Quatre illustrations de batailles sont reprises en réemploi28.

18Les scènes retenues peuvent être classées selon la typologie suivante (les numéros de page renvoient à l’exemplaire de 1603 de la BNUS) :

  • Scènes de meurtre : 4 illustrations ;

  • Scènes de combat : 2 illustrations ;

  • Scènes de batailles : 10 illustrations.

19Dans cette présentation, le terme combat est utilisé dans le sens d’un affrontement entre deux combattants, ou d’un combattant contre un groupe, différent de la bataille, qui oppose des armées entières.

Des thématiques récurrentes dans l’histoire du peuple hébreu

Scènes de meurtre

  • 29 . Genèse, 4, 1-12.

20Les deux premiers humains, Adam et ève, ont été chassés du Paradis. Leurs deux fils, Caïn et Abel, constituent l’illustration du premier meurtre de l’humanité29. Au péché originel succède le meurtre originel. Abel tué par Caïn représente la première mort violente du déroulement de l’histoire biblique (p. 7). Les deux frères offrent chacun un sacrifice à Dieu, représenté par les produits de son travail, l’un berger, l’autre cultivateur. L’holocauste (sacrifice par le feu) d’un agneau par Abel est accepté par Dieu : sa fumée monte vers le ciel, alors que la fumée du sacrifice de Caïn ne parvient pas à s’élever. Dépité par le refus de son sacrifice, Caïn se jette sur son frère et le tue. Abel gît au sol, bras légèrement écartés, la tête sur le côté. Il remplit horizontalement le premier plan de l’image, dans une position de raccourci en oblique. Caïn se tient au-dessus de son frère, prêt à enjamber le corps au sol. Il a frappé, et relève sa massue au-dessus de sa tête pour prendre de l’élan et frapper encore. La même composition, inversée, est reprise pour cette scène dans les Neue künstliche Figuren.

  • 30 . Livre des Juges, 4, 1-21.

21La mort de Siséra, le général ennemi (p. 124), représente une mise à mort atroce, qui met en scène une femme volontaire, prête à accomplir un acte héroïque pour assurer la déroute de l’adversaire30 (fig. 4 et 5). Yaël occupe tout l’espace de la partie droite de l’image : femme décidée, elle est à genoux derrière Siséra. Vêtue d’une ample robe, au décolleté avantageux, elle tient dans la main droite le marteau dont elle s’est servie pour tuer le général ennemi. Sa main gauche repliée sur sa hanche, elle exprime la satisfaction d’avoir accompli sa mission. Siséra gît, les membres agités dans les affres de la mort. Sa tête est appuyée au sol, et le pieu planté dans sa tempe lui traverse le crâne et le cloue au sol. La couverture étalée sous lui à ses pieds forme de nombreux plis et des zones d’ombre par le jeu des tailles, indiquant l’origine de la lumière provenant de l’extérieur (procédé caractéristique de Stimmer).

Fig. 4. Tobias Stimmer, Mort de Siséra (in Flavius Josèphe)

Fig. 4. Tobias Stimmer, Mort de Siséra (in Flavius Josèphe)

Fig. 5. Tobias Stimmer, Mort de Siséra (in Neue künstliche Figuren)

Fig. 5. Tobias Stimmer, Mort de Siséra (in Neue künstliche Figuren)
  • 31 . Livre II Samuel, 18, 9-15.

22Scène cruelle que celle de la mise à mort d’Absalon dans sa fuite (p. 196), poursuivi par Joab31. Dans sa course folle pour échapper à l’armée de David, la longue chevelure d’Absalon reste accrochée dans les branches d’un arbre tortueux, chêne ou térébinthe. Le cheval d’Absalon s’est enfui, et l’homme reste suspendu dans l’arbre ; il se débat et agite ses jambes dans le vide, écartant les bras comme s’il tentait de repousser la lance de Joab, qui est emporté par l’élan de son cheval. Joab est représenté à l’instant précis où sa lance touche Absalon et le transperce. La même composition, inversée, est reprise pour cette scène dans les Neue künstliche Figuren, tout en conservant l’arbre au centre, qui forme l’axe vertical central de l’image.

  • 32 . Livre II Rois, 9, 30-37.

23Précipitée dans le vide par deux eunuques de sa suite sur ordre de Jéhu (p. 263), Jézabel, l’ancienne reine s’écrase au sol32 (fig. 6 et 7). Elle a été défenestrée du haut des murs de son palais, dont l’imposante structure architectonique constitue le décor de la scène. Elle est piétinée par les sabots des chevaux, avant que son corps écrasé au sol soit dévoré par des chiens de sang, ceux qui suivent, à l’odeur du sang, le gibier blessé. Les chiens n’en laisseront que la tête et les mains, qui seront enterrés sur ordre de Jéhu. Cet épisode illustre la punition infligée à celui ou celle qui tente d’imposer d’autres idoles au peuple juif.

Fig. 6. Tobias Stimmer, La mort de Jézabel (in Flavius Josèphe).

Fig. 6. Tobias Stimmer, La mort de Jézabel (in Flavius Josèphe).

Fig. 7. Tobias Stimmer, La mort de Jézabel (in Neue künstliche Figuren).

Fig. 7. Tobias Stimmer, La mort de Jézabel (in Neue künstliche Figuren).

Scènes de combat

  • 33 . Livre I Samuel, 17, 40-51.

24Le combat le plus célèbre de l’histoire biblique (fig. 8 et 9), et dont le vainqueur deviendra un thème essentiel dans les modèles artistiques, est le combat entre le jeune David et le géant philistin Goliath33 (p. 158). Le frêle David semble esquisser un pas de danse, en appui sur sa jambe droite. Sa jambe gauche levée indique le déroulé de sa course. Il fait tournoyer, au-dessus de sa tête, la fronde qui contient encore la pierre destinée à son ennemi. Vêtu d’une tunique, portant son sac en bandoulière, ce n’est pas un soldat expert au combat. Pourtant, son allure indique la détermination du personnage. La pierre va être lancée, et c’est de ce geste que dépendra l’issue du combat, mais aussi le sort d’Israël. La composition générale est identique entre les gravures du Flavius Josèphe et les Neue künstliche Figuren : les deux combattants occupent le centre de l’image, cependant, dans le Flavius Josèphe, les positions des deux personnages sont inversées, Goliath est représenté de face, et David de dos.

Fig. 8. Tobias Stimmer, David et Goliath (in Flavius Josèphe).

Fig. 8. Tobias Stimmer, David et Goliath (in Flavius Josèphe).

Fig. 9. Tobias Stimmer, David et Goliath (in Neue künstliche Figuren).

Fig. 9. Tobias Stimmer, David et Goliath (in Neue künstliche Figuren).
  • 34 . Livre II Rois, 19, 32-38.

25C’est un combat bien mystérieux que celui de l’ange exterminateur (p. 282), qui, seul contre l’armée assyrienne, extermine en une nuit deux cent mille soldats34 (fig. 10 et 11). Dans un paysage de mort et de désolation, un entassement de cadavres occupe la partie inférieure de l’image. Les soldats gisent dans un enchevêtrement de corps. Les postures des soldats morts les présentent tombés les uns sur les autres sous les coups mortels de l’ange exterminateur. L’ange se déplace au sommet de la scène, ailes déployées et corps allongé le long du cadre supérieur. Il tient dans sa main droite le glaive du châtiment divin. L’épisode de l’extermination de l’armée assyrienne se déroule de nuit, et le caractère funeste est accentué par le jeu des hachures horizontales assombrissant le ciel.

Fig. 10. Tobias Stimmer, L’ange exterminateur des Assyriens (in Flavius Josèphe)

Fig. 10. Tobias Stimmer, L’ange exterminateur des Assyriens (in Flavius Josèphe)

Fig. 11. Tobias Stimmer, L’ange exterminateur des Assyriens (in Neue künstliche Figuren)

Fig. 11. Tobias Stimmer, L’ange exterminateur des Assyriens (in Neue künstliche Figuren)

Scènes de bataille

26Les scènes de bataille mettent aux prises des groupes de soldats, des armées de combattants, à pied, à cheval ou installés sur des chars. Il s’agit surtout d’assauts violents, présentant les corps des hommes et des chevaux enchevêtrés, sous la direction de chefs militaires empanachés menant l’assaut, ou installés sur une éminence pour le commandement. Les batailles opposent l’armée des Hébreux à celles de ses voisins ou des envahisseurs, particulièrement les Madianites, les Philistins, les Assyriens.

  • 35 . Exode, 17, 8-13.

27La première illustration de cette série présente la bataille des Hébreux contre Amaleq (p. 65). Le peuple hébreu est sorti d’égypte et rencontre l’armée des Amalécites35. Moïse implore Dieu, les bras levés, soutenu par Aaron et Hur. À l’avant de l’image, un enchevêtrement de corps au sol, soldats casqués, chevaux couchés, puis le choc des cavaliers aux chevaux cabrés, expriment l’intensité de la bataille. Le vacarme des armes entrechoquées, les cris des hommes et des bêtes, sont manifestés par l’agitation rendue à travers le fouillis et le mélange des combattants. Dans un déchaînement de violence, la bataille s’étend de l’avant-plan à l’arrière-plan de l’image, dans une profusion de chevaux, de cavaliers et d’armes. Moïse, chargé de la protection de son peuple, est entouré de son frère Aaron et de son beau-frère Hur, qui le soutiennent et l’aident à maintenir les bras levés malgré la fatigue. Tous trois apparaissent visuellement sur une hauteur, dominant la scène du champ de bataille située en contrebas à gauche. Placés en avant dans la composition, ils constituent l’élément essentiel de l’historia, assurant le lien avec l’intervention divine. Cette première scène de bataille figure ainsi tel un modèle des scènes de batailles qui suivront le récit du peuple hébreu.

  • 36 . Livre de Josué, 6, 12-21.

28La prise de la ville (p. 110) ne constitue qu’une partie de la bataille de Jéricho, puisque la gravure présente l’attaque des soldats hébreux lors de l’effondrement des murailles de Jéricho36. Tous les éléments visuels d’une armée sont présents, hommes en armes montant à l’assaut de la ville. Les premiers soldats hébreux investissent la ville : ils pénètrent sous un porche, une porte de la ville, percée dans la muraille. Les soldats armés, casqués et portant des boucliers, se précipitent vers cette ouverture. Josué, le chef du peuple, contemple le flot des soldats prenant d’assaut la ville, les encourageant par son attitude triomphale.

  • 37 . Livre de Josué, 10, 16-27.

29Parmi les scènes non reprises dans les Neue künstliche Figuren figure la bataille que livre Josué aux rois cananéens (p. 113). C’est ici une scène d’affrontements, alors que la version des Figures bibliques présente la suite de l’épisode, la mise à mort des rois cananéens, exécutés par pendaison sur ordre de Josué37. Cette scène montre des cavaliers s’affrontant, des chevaux cabrés ou couchés au sol, dans une composition vaste de tumulte au centre de la bataille. L’horizon, très rapproché, laisse apparaître les chars et les cavaliers s’engageant dans l’affrontement.

30Autre bataille qui n’a pas été reprise dans les Neue künstliche Figuren, celle des Israélites contre les Benjaminites, des Bédouins semi-sédentaires (p. 120) : la gravure présente des cavaliers, des chevaux, le choc des armes de trait, javelots et flèches. La bataille se prolonge à l’arrière-plan, à gauche, et sur la falaise située à droite de l’image.

  • 38 . Livre des Juges, 6, 36-40, 7, 5-23.

31L’illustration de l’épisode de Gédéon dans les Neue künstliche Figuren condense trois épisodes de la vie de Gédéon, et représente leur succession chronologique par leur juxtaposition spatiale : au centre, le miracle de la toison, à droite en plan médian, le tri des 300 combattants, et enfin en arrière-plan, en hauteur, la victoire de Gédéon sur les Madianites38. C’est cette troisième scène qui illustre le texte (p. 127) de Flavius Josèphe : les 300 soldats d’Israël sonnent de la trompe, et portant leur cruche dissimulant des torches, envahissent le camp des Madianites. La bataille fait rage, les hommes gisent au sol, des survivants s’enfuient sur leur dromadaire.

  • 39 . Les plus beaux exemples de cette illusion du mouvement se trouvent dans les gravures du Fechtbuch(...)
  • 40 . Paolo Uccelo, La bataille de San Romano, 3 panneaux, conservés respectivement à Florence, Galerie (...)

32Deux scènes de batailles suivent (p. 232 et p. 234), épisodes non-identifiés. La première présente le siège d’une ville, où s’entrechoquent des combattants, dans le fracas des affrontements et des jets de flèches des archers. La seconde présente des chevaux, montés par leurs cavaliers, dans le choc provoqué par l’assaut des montures. Cette illusion de mouvement, qui constitue une des caractéristiques des gravures de Stimmer39, rappelle d’autres scènes de bataille, notamment de Paolo Uccello40. Des soldats, représentés en taille réduite, presque « miniatures », marquant l’éloignement, évoluent en arrière-plan sur un rocher en hauteur.

  • 41 . Livre I Rois, 22, 39-37.

33La mise à mort d’Achab (p. 249) se déroule durant une bataille : sur l’image, Achab est tombé à terre et reçoit un coup de lance d’un soldat ennemi41. La scène de la bataille qui se poursuit présente les corps de soldats emmêlés, un enchevêtrement d’hommes et de chevaux, de chars renversés, de boucliers au sol.

  • 42 . André-Marie Gérard, Dictionnaire de la Bible, Paris, Robert Laffont, 1989, p. 21.

34Achab, roi d’Israël, périt, en - 853, devant Ramoth de Gallad, ville dont le roi araméen de Damas refusait la restitution à Israël, malgré le traité conclu après la bataille d’Apheq (Samarie). Il tente d’échapper au destin de la prophétie de Michée en se déguisant en simple guerrier lors du combat42.

  • 43 . Livre II Rois, 7, 17-20.
  • 44 . André-Marie Gérard, Dictionnaire…, op. cit., p. 317 : « Le prophète annonce le retour de l’abonda (...)

35La fin du siège de Samarie43 (p. 259) est marquée par l’épisode du soldat piétiné au sol, dans le désordre d’une bataille et de la fin du siège de la ville44. Au centre de la gravure, un cavalier, monté sur son cheval, occupe la hauteur de l’image, peut-être le roi qui passe sous la porte de la ville, percée dans une haute tour. À droite, avance un berger suivi de son troupeau de brebis. À gauche, le soldat piétiné gît au sol. Cette scène de fin de siège d’une ville est reprise pour illustrer l’épisode du siège de Jérusalem par les Assyriens (p. 277).

36Les écrits de Flavius Josèphe se terminent sur la fin de Jérusalem : la ville est prise et détruite par les Romains (en 70 ap. J.-C.), les combattants sont tués et le reste des habitants emmenés en esclavage ; le Temple est détruit. Deux images illustrent la fin de Jérusalem (fig. 12 et 13), présentant la scène confuse de l’exécution des rebelles, et la destruction du Temple, surmontée par l’image des armées célestes, rappel de l’eschatologie de l’Apocalypse.

Fig. 12. Tobias Stimmer, L’exécution des rebelles de Jérusalem (in Flavius Josèphe).

Image 10000201000003040000022F7163011E500E2196.png

Fig. 13. Tobias Stimmer, La destruction du Temple de Jérusalem (in Flavius Josèphe).

Image 10000201000002F4000002199C5A8599C6807E66.png

37Par l’exécution de ces illustrations portant sur des sujets violents et morbides, Stimmer a choisi de s’inscrire dans les goûts et demandes de ses contemporains. La lecture des textes du Flavius Josèphe, accompagnée des gravures de Stimmer, amène le lecteur à sublimer la violence décrite à travers l’activité morale de l’étude du texte et de la contemplation des images.

Stimmer, reflet de son époque

  • 45 . Jan Bialostocki, Style et iconographie, Paris, Gérard Montfort, 1996, p. 36 : « Le maniérisme se (...)

38Tobias Stimmer s’inscrit profondément dans les courants religieux de son époque, et peut être considéré comme un brillant représentant d’un maniérisme original, fidèle à ses origines et ouvert à la culture de son temps et des territoires du Rhin supérieur45.

  • 46 . Voir Erwin Panofsky, La vie et l’art d’Albrecht Dürer, Paris, Hazan, 1987.
  • 47 . Roger Lehni, « Le rayonnement de l’art de Dürer en Alsace », in Hommage à Dürer, actes du colloqu (...)
  • 48 . Sylvia Brockstieger, Sprachpatriotismus und Wettstreit der Künste, Berlin/Boston, de Gruyter, 201 (...)

39Le développement de l’imprimerie, lié à l’émergence de la Réforme, amena les imprimeurs du XVIe siècle à multiplier les éditions des textes bibliques, et ce faisant, les gravures permettant d’illustrer ces textes. Le Flavius Josèphe n’échappa pas à cette règle, et bénéficia des images produites par les artistes, notamment, dans le cas présent, par Tobias Stimmer. C’est toutefois Albrecht Dürer46 qui fut incontestablement l’un des artistes les plus influents de ce mouvement, suivi de Martin Schoengauer, dont bon nombre de gravures ont pu être connues ultérieurement de Tobias Stimmer et de ses contemporains47. De nombreux artistes de l’époque se sont également engagés dans la voie de l’illustration des récits bibliques, répondant ainsi à la demande des imprimeurs48. Les influences se succédant aux influences, la diffusion et la connaissance des estampes des uns par les autres ont amené à une production d’images gravées représentatives de ce maniérisme de la sphère rhénane. Dans une continuité certaine de Dürer et de Schoengauer, Tobias Stimmer s’inscrit dans une riche lignée d’artistes issus de cet espace rhénan, parmi lesquels on peut relever Jost Amman, Hans Asper, Urs Graf, Daniel Lindtmayer, originaires de Suisse, les Allemands Heinrich Vogtherr, Sigmund Feyerabend ou les Alsaciens (ou établis) Hans Weiditz, Wendel Dietterlen ou Hans Bock. Ces artistes ont voyagé, pour la plupart, dans un monde d’échanges culturels, s’installant dans des villes au rayonnement lié au développement de l’imprimerie et à la présence de commanditaires, Strasbourg, Bâle, Zürich, Heidelberg ou Frankfort.

Haut de page

Notes

1 . Max Engammare, « Les Figures de la Bible », in Mélanges de l’école française de Rome, 1994, p. 549‑550.

2 . « Neue künstliche Figuren Biblischer Historien, grüntlich von Tobias Stimmer gerissen », 1576, Bâle (Thomas Gwarin) : « Nouvelles Figures d’histoires bibliques, illustrées par Tobias Stimmer ».

3 . Mireille Hadas-Lebel, Flavius Josèphe, Paris, Fayard, 1989, p. 268.

4 . August Stolberg, « Tobias Stimmer als Glasmaler », et « Zu den Viesierungen Tobias Stimmers », in Das Kunstgewerbe in Elsass-Lothringen, 1901, 1902, 1903.

5 . Friedrich Thöne, « Beitrage zur Stimmers-Forschung », in Oberreihnische Kunst, Jahrgang VII, Fribourg I Br., 1936.

6 . Max Bendel, Tobias Stimmer – Leben und Werke, Zürich, 1940.

7 . Jean Dentinger, Images pour des histoires – Bilder zu Geschichte, Mundolsheim-Bâle, Dentinger, 1989, p. 107 : « Tobias Stimmer gilt als einer der grössten Maler und Zeichner der zweiten Hälfte des 16. Jahrhunderts nördlich der Alpen. Schon seine Zeitgenossen schätzen ihn sehr und der jüngere Peter Paul Rubens übte sich durch Kopieren seiner Zeichnungen. »

8 . Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA), fasc. 36, p. 3 767.

9 . Christian Geelhaar (dir.), Tobias Stimmer – 1539-1584, Bâle, Kunstmuseum, 1984.

10 . Parmi les citations : Elsa Kammerer, Entre récréation des âmes et récréation des yeux, in « HAL.archives ouvertes », 2012 ; François Boespflug, Dieu et ses images, Montrouge, 2011, Max Engammare, « Les Figures de la Bible », art. cit.

11 . Henry St. John Thackeray, Flavius Josèphe, l’homme et l’historien, trad. étienne Nodet, Paris, Cerf, 2000.

12 . étienne Nodet, Introduction et traduction des Antiquités Juives de Flavius-Josèphe (livres I à III, texte grec), Paris, Cerf, 1990 ; Le Pentateuque de Flavius-Josèphe, Paris, Cerf, 1996 ; Textes et sommaires des « Antiquités » de Josèphe, Leuven/Paris, Peeters, 2017.

13 . Johan-Caspar Füsslin, Geschichte der besten Künstler in der Schweiz, p. 46 : « Die Jahren seiner Jugend sind dunkel: man hat sich nicht die gerinste Mühe gegeben, die Geschichte eines Mannes zu beschreiben, der so weit über viele andre erhaben war, denen tausend Lobsprüche zu Theil worden. »

14 . Une seule façade subsiste, restaurée dans son état d’origine : la maison Zum Ritter à Schaffhouse.

15 . De nombreux portraits gravés sont conservés à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNUS).

16 . Cet ouvrage (en deux volumes), intitulé Elogia Virorum illustrium, a paru à Bâle en 1575, publié par Perna, avec les illustrations de Tobias Stimmer (format 36,7 x 24,4 x 4,5 cm).

17 . Gorgoneum caput, gravure sur bois, 1571, version de la Zentralbibliothek de Zürich.

18 . Gérald Chaix, Le monde de l’imprimé, p. 285 : « Dès le début du XVIe siècle, l’imprimé est mis au service de l’escrime (épée, sabre, dague, poignard). Les ouvrages s’adressent à un public de jeunes nobles qui peuvent compléter les exercices qu’ils pratiquent par ailleurs grâce à cette manière plus théorique (texte) mais aussi plus démonstrative (image). Ils préservent ainsi les valeurs nobiliaires tout en adoptant les possibilités nouvelles offertes par les cultures de l’écrit et de l’image. L’image offre en effet la possibilité de se focaliser sur un geste précis – une sorte « d’arrêt sur image » – et le cas échéant de le décomposer, réunissant ainsi cinétique et dynamisme, simplification et clarté… Plus répandu, en tout cas dans le monde germanique, est l’ouvrage dû au maître d’armes strasbourgeois Joachim Meyer, « Fechtbuch », publié dans la ville alsacienne en 1570, et réédité ultérieurement à Augsbourg (1600) et à Ulm (non daté). Il est orné de 61 gravures du dessinateur, peintre et graveur Tobias Stimmer. »

19 . Le Fechtbuch de Joachim Meyer, illustré par Tobias Stimmer, a fait l’objet d’un colloque à l’université de Strasbourg, laboratoire ARCHE, les 21 et 22 février 2020.

20 . Détruit en 1689, par incendie, lors du sac par les troupes françaises.

21 . Henry St. John Thackeray, Flavius Josèphe…, op. cit., p. 32 : « Les Antiquités étaient destinées à montrer la grandeur de la nation juive au monde gréco-romain en exposant l’ancienneté et la gloire de son histoire ».

22 . Le Flavius Josèphe a paru en 1574, les Neue künstliche Figuren en 1576, et la Biblia Sacra en 1578.

23 . Hans Guggisberg, « Zur Basler Buchproduktion in konfessionellen Zeitaltern – illustrierte Bücher », in Tobias Stimmer, catalogue Bâle, 1984, p. 178 : « Theodosius Rihel machte kein geringeres Geschäft mit der Herausgabe der Jüdischen Geschichte des Flavius Josephus als mit Titus Livius. 14 Ausgaben mit den Holzschnitten Stimmers sind bekannt, die in den Jahren 1574, 1575, 1578, 1581, 1590, 1592, 1597, 1601, 1603, 1609, 1611, 1612, 1617 und 1630 erschienen sind. »

24 . étienne Nodet, Les Antiquités Juives, Paris, Cerf, 1990, introduction, p. X.

25 . Henry St. John Thackeray, Flavius Josèphe…, op. cit, p. 2.

26 . Dictionnaire abrégé de la Bible, pour la connaissance des tableaux historiques tirés de la Bible même, et de Flavius Josèphe, Paris, D. de Boubers, 1766.

27 . Les textes cités ci-après renvoient aux Livres de la Bible.

28 . Pour l’usage du réemploi des gravures, voir Cécile Dupeux, L’imaginaire strasbourgeois. La gravure dans l’édition strasbourgeoise. 1470-1520, Strasbourg, Musée de l’Œuvre Notre-Dame, 1989.

29 . Genèse, 4, 1-12.

30 . Livre des Juges, 4, 1-21.

31 . Livre II Samuel, 18, 9-15.

32 . Livre II Rois, 9, 30-37.

33 . Livre I Samuel, 17, 40-51.

34 . Livre II Rois, 19, 32-38.

35 . Exode, 17, 8-13.

36 . Livre de Josué, 6, 12-21.

37 . Livre de Josué, 10, 16-27.

38 . Livre des Juges, 6, 36-40, 7, 5-23.

39 . Les plus beaux exemples de cette illusion du mouvement se trouvent dans les gravures du Fechtbuch de Joachim Meyer (livre d’escrime) illustré par Tobias Stimmer en 1570, dans lequel il représente, en gravures pleines de réalisme et de vivacité, les principaux mouvements des escrimeurs. Un exemplaire de cet ouvrage est visible à la Bibliothèque humaniste de Sélestat.

40 . Paolo Uccelo, La bataille de San Romano, 3 panneaux, conservés respectivement à Florence, Galerie des Offices, à Londres, National Gallery, et à Paris, Musée du Louvre (1455 à 1460).

41 . Livre I Rois, 22, 39-37.

42 . André-Marie Gérard, Dictionnaire de la Bible, Paris, Robert Laffont, 1989, p. 21.

43 . Livre II Rois, 7, 17-20.

44 . André-Marie Gérard, Dictionnaire…, op. cit., p. 317 : « Le prophète annonce le retour de l’abondance. Un écuyer du roi en doute ; il sera, le lendemain, piétiné par la foule qui s’élancera au pillage du camp araméen abandonné avec des vivres à profusion. Les assiégeants ont fui, terrorisés par le tumulte d’une grande armée. »

45 . Jan Bialostocki, Style et iconographie, Paris, Gérard Montfort, 1996, p. 36 : « Le maniérisme se développa en Europe septentrionale souvent de façon parallèle à l’art de la Renaissance. De nouvelles formes et de nouvelles conceptions en matière architecturale commencèrent à se fixer profondément dans les pays de tradition gothique. La problématique du style artistique du XVIe siècle en Europe s’en trouve, par conséquent, extraordinairement compliquée. Dans certains cas, l’évolution de l’art, qui se faisait de manière naturellement indépendante, a subi une rupture artificielle, et de nouvelles tendances ont vu le jour. L’influence exercée, en France, par les artistes italiens travaillant à la cour de Fontainebleau, et les répercussions, à certains égards identiques, du mécénat royal et aristocratique sur l’art de l’Angleterre et de l’Espagne permirent l’introduction d’éléments étrangers dans l’art florissant de l’Europe septentrionale du XVe siècle. Si toutefois ces éléments l’emportaient sur l’art national par la maîtrise technique, la perfection de l’exécution, ils représentaient, dans leurs caractéristiques, des différences tout-à-fait essentielles. »

46 . Voir Erwin Panofsky, La vie et l’art d’Albrecht Dürer, Paris, Hazan, 1987.

47 . Roger Lehni, « Le rayonnement de l’art de Dürer en Alsace », in Hommage à Dürer, actes du colloque de Strasbourg (novembre 1971), Strasbourg, Istra, 1972, p. 72 : « Il existe aussi des œuvres qui semblent avoir envers Dürer une dette qu’elles n’avouent pas très franchement. Certaines estampes ont sans doute exercé une influence diffuse dans la mesure où il était difficile à l’artiste qui abordait un sujet de se défaire de l’empreinte laissée dans son esprit par la représentation exemplaire qu’elles proposaient du même sujet. À moins qu’il ne s’agisse de variations conscientes sur un thème fourni par Dürer. Ainsi, le souvenir de la gravure Adam et ève semble s’être imposé à Baldung, pour un dessin de 1510 (Hamburg, Kunsthalle), au Maître H. L., vers 1520, pour son groupe sculpté (Musée de Fribourg-en-Brisgau), et à Tobias Stimmer, pour un dessin de 1576 (Bâle, Cab. Est.). »

48 . Sylvia Brockstieger, Sprachpatriotismus und Wettstreit der Künste, Berlin/Boston, de Gruyter, 2018, p. 106 : « Die Druckerverleger erkannten bald, dass es auf der Grundlage dieser eingeführten Gepflogenheiten – einerseits den Bibeltext publikumsgerecht zu transformieren, anderseits ihn über Bilder anzureichern – auf Bedarf an illustrierten Teilbibeln bzw. Kommentierten “biblischen Bilderbüchern” geben musste, die mit lateinischen, deutschen oder zweigesprachigen Texten versehen wurden. Am Anfang dieser literarischen Mode standen Hans Sebald Behams überaus erfolgreiche Frankfurter “Biblicae Historiae […] Biblische Historien” (1533) sowie Hans Holbeins d.J. Lyoner “Historiarum veteris Instrumenti Icones” (1538), wobei sich Stimmer wahrscheinlich massgeblich an Holbeins “Icones” orientierte. Es folgten die bedeutsamen Arbeiten aus dem Umkreis des Frankfurten Druckverlegers Sigmund Freyerabend: Virgil Solis’ noch stark an Dürer angelehnte “Biblische Figuren dess Alten vnd Newen Testaments” (1560) bzw. “Biblische Figuren dess Alten Testaments” (1562), wenig später dann Johann Bocksbergers und Jost Ammans “Neuwe Biblische Figuren dess Alten und Neuwen Testament” (1564) sowie Ammans “Neuwe Biblische Figuren” (1571) und Ammans “Künstlische Vnd Wolgerissene Figuren” (1587). Zudem war im Jahr 1540 in Strassburg selbst, bei Wendelin Rihel die sogenannte “Leien Bibel” mit Holschnitten von Hans Baldung Grien erschienen. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Conrad Meyer (1618-1689), Portrait de Tobias Stimmer
Crédits Sanguine, c.1670, Zürich, Zentralbibliothek.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5462/img-1.png
Fichier image/png, 579k
Titre Fig. 2. Tobias Stimmer, Caput Gorgoneum
Crédits Détail, gravure sur bois, 1571, Zürich, Zentralbibliothek.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5462/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 3. Tobias Stimmer, illustration du Fechtbuch de Joachim Meyer
Crédits Gravure sur bois, in Gründtliche Beschreibung der Kunst des Fechtens, 1570.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5462/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 4. Tobias Stimmer, Mort de Siséra (in Flavius Josèphe)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5462/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 5. Tobias Stimmer, Mort de Siséra (in Neue künstliche Figuren)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5462/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Fig. 6. Tobias Stimmer, La mort de Jézabel (in Flavius Josèphe).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5462/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 7. Tobias Stimmer, La mort de Jézabel (in Neue künstliche Figuren).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5462/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Fig. 8. Tobias Stimmer, David et Goliath (in Flavius Josèphe).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5462/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 9. Tobias Stimmer, David et Goliath (in Neue künstliche Figuren).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5462/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Fig. 10. Tobias Stimmer, L’ange exterminateur des Assyriens (in Flavius Josèphe)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5462/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 11. Tobias Stimmer, L’ange exterminateur des Assyriens (in Neue künstliche Figuren)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5462/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Fig. 12. Tobias Stimmer, L’exécution des rebelles de Jérusalem (in Flavius Josèphe).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5462/img-12.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 13. Tobias Stimmer, La destruction du Temple de Jérusalem (in Flavius Josèphe).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5462/img-13.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Kintz, « Tobias Stimmer : scènes de meurtre, de combat et de bataille illustrant le Flavius Josèphe paru chez Theodosius Rihel à Strasbourg en 1574 »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 63-88.

Référence électronique

Pierre Kintz, « Tobias Stimmer : scènes de meurtre, de combat et de bataille illustrant le Flavius Josèphe paru chez Theodosius Rihel à Strasbourg en 1574 »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5462 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5462

Haut de page

Auteur

Pierre Kintz

Doctorant en histoire de l’art à l’université de Strasbourg, UR 3400 ARCHE

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search