Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148VariaLa Marseillaise, de Strasbourg à ...

Varia

La Marseillaise, de Strasbourg à Paris, via Montpellier et Marseille

The ‟Marseillaise”, from Strasbourg to Paris, via Montpellier and Marseille
Die Marseillaise, von Straßburg nach Paris, über Montpellier und Marseille
Claude Betzinger
p. 127-158

Résumés

La création et les débuts de diffusion de la Marseillaise ont été peu traités dans leur globalité, laissant ainsi subsister quelques lacunes. Le présent article, appuyé sur une documentation renouvelée, se propose de retracer le chemin parcouru par notre hymne national depuis son origine.

Dans le Strasbourg de printemps 1792, en pleine effervescence politique, deux personnages vont contribuer à la réalisation d’un chant patriotique destiné à galvaniser les jeunes recrues partant à l’ennemi : l’un, le maire Frédéric Dietrich, qui en eut l’idée, l’autre, le capitaine-poète-musicien, Joseph Rouget de Lisle, qui le composa sous le titre de Chant de guerre pour l’armée du Rhin, et le présenta le 26 avril dans les salons du maire, qui y avait réuni un cercle d’amis.

On ne sait toujours pas comment il y était parvenu, mais dès le mois de juin le Chant de guerre fut publiquement interprété avec fougue à Montpellier par le jeune médecin François Mireur, aussi ardent Jacobin. Délégué à Marseille par le club montpelliérain, il transmit ce chant plein de vivacité à ses « frères » marseillais, qui l’adoptèrent immédiatement, et, lorsque le 2 juillet 1792 leur bataillon des Fédérés entreprit sa longue marche vers Paris, il le fit retentir tout au long de sa route. Arrivés à Paris le 30 juillet, les Fédérés marseillais y furent accueillis avec un enthousiasme délirant par le peuple révolutionnaire de la capitale, qui s’appropria aussitôt leur Chant des Marseillois.

Après quelques épisodes houleux, il fut décrété hymne national par l’Assemblée nationale en 1879. Le Chant de guerre pour l’armée du Rhin, d’abord rebaptisé Hymne des Marseillois, prit alors définitivement le nom de « Marseillaise ».

The composition and the early phases of its circulation have rarely been studied as a whole, thus lacking completion. This contribution, based on a revisited documentation, aims at tracing the path followed by our national anthem from the start.

Spring 1792. In the Strasbourg political turmoil two characters were to compose a patriotic song that was meant to boost the young draftees’ moral, before facing the enemy line: the former, Frédéric Dietrich, mayor of Strasbourg, devised it, the latter, Captain Joseph Rouget de Lisle, both a poet and a musician, composed it with the title “A war song for the Rhine army” and organized a first hearing for the mayor’s selected guests in his private residence on April 26th.

It is still unclear how he managed to have the “War song” interpreted – enthusiastically – in Montpellier by François Mireur, a young doctor, and also a passionate Jacobin, as early as June. The Montpellier club sent him to Marseille where he handed over this high-spirited song to his Marseille “brothers” who adopted it straight away. When, on July 2nd, 1792 the Federates’ battalion started its long journey, they loudly sang it all along the way. As the Marseille Federates arrived in Paris on July 30th, they were welcomed frantically by the capital’s revolutionary population who adopted the “Marseille song” at once.

After a few heated debates in 1879 the National Assembly declared it to be the national anthem. The “War Song for the Rhine Army” was first renamed “The anthem of the Marseille population” and then given its official final title “the Marseillaise”.

Haut de page

Texte intégral

1Contrairement à une tradition bien installée, il n’y eut pas de « première » de la Marseillaise à Strasbourg le 26 avril 1792. En effet, ce jour fut celui de la présentation, devant un cercle restreint, du Chant de guerre pour l’armée du Rhin, qui, il est vrai, prendra, mais plus tard, le nom de Marseillaise. Si, encore aujourd’hui subsiste un certain flou autour du contexte et des circonstances de la naissance à Strasbourg de ce qui est devenu notre hymne national, ce fut bien parce que, à l’époque, il s’agissait d’un non-événement : c’est qu’alors l’attention du « tout-politique » strasbourgeois était accaparée par « l’affaire Laveaux », dont l’évolution était à l’image de celle des affrontements politiques apparus dans la ville depuis quelque temps.

  • 1 . Voir : Hugh Gough, « Politics and power: the triumph of jacobinism in Strasbourg, 1791-1793 », Th (...)
  • 2 . Voir : Hugh Gough, Jean Charles Laveaux (1749-1827). A political biography, thèse de doctorat sou (...)
  • 3 . Pour un Jacobin, un « bon citoyen » ne pouvait être que jacobin.
  • 4 . Le procès-verbal de la séance des Jacobins de Strasbourg du 18 avril 1792 (Registre des Procès‑Ve (...)
  • 5 . Un procès sera fait à Laveaux, que les juges acquitteront le 2 mai pour vice de forme. Dietrich e (...)

2Déjà en février, une scission était intervenue dans la Société des Amis de la Constitution de Strasbourg, entre une majorité « constitutionnelle » modérée, dont le maire Frédéric Dietrich, et une minorité de Jacobins extrémistes1. Ceux-ci, entraînés par Jean-Charles Laveaux2, un bien curieux personnage tout juste arrivé à Strasbourg, diffamèrent et harcelèrent systématiquement le maire Dietrich et les autorités constituées modérées, dont ils avaient vainement brigué les places. Il se trouva que le 18 avril, au club des Jacobins, Laveaux engagea les « bons citoyens3 » à poursuivre tous les prêtres non-jureurs des campagnes à main armée et de les exterminer4. C’était là un véritable appel au meurtre susceptible de provoquer des troubles qui, alors que l’atmosphère politique était déjà suffisamment électrisée, risquaient de dégénérer en guerre civile, cette hantise des pouvoirs publics. Le maire Dietrich et les autorités constituées s’en émurent et portèrent plainte contre Laveaux, qui fut écroué à la maison d’arrêt de Strasbourg le 22 avril. Branle-bas chez les Jacobins, qui ameutèrent leurs « frères » de la France jacobine entière5.

  • 6 . Insertion des six couplets du « Chant de guerre pour l’armée du Rhin, dédié au Maréchal Lukner (s (...)

3Si donc on examine les journaux strasbourgeois d’avril et mai 1792, on y relève des pages entières noircies avec l’« affaire Laveaux », alors que pas une ligne n’est consacrée à cette « première » du Chant de guerre pour l’armée du Rhin, passée inaperçue. Il faudra attendre le 7 juillet pour enfin le trouver publié dans une gazette strasbourgeoise6.

  • 7 . « La Marseillaise, écrite par un seul, est d’inspiration publique », nous fait remarquer à juste (...)

4Ce chant ne fut pas un fruit du hasard, mais celui d’une conjonction de divers facteurs : deux circonstances, d’une part une déclaration de guerre et de l’autre, des manifestations tumultueuses d’un patriotisme combatif7 ; ensuite deux personnages : le maire Philippe Frédéric (de) Dietrich et le militaire-poète-musicien Rouget de Lisle.

  • 8 . Loi portant Déclaration de Guerre contre le Roi de Hongrie et de Bohême, donnée à Paris, 20 avril (...)

5Ce jeudi 26 avril 1792, Strasbourg était encore bien fébrile. La veille, accompagnés de détachements de la garde nationale et des régiments de la garnison, musique en tête, le maire et son secrétaire avaient parcouru la ville à cheval, au son des tambours, trompettes et cloches de toutes les églises, s’arrêtant aux principaux carrefours et sur chaque place, pour y proclamer solennellement la loi de déclaration de guerre8, et partout les vivats de la foule leur avaient répondu en écho.

  • 9 . À rapprocher de la devise des Jacobins : Vivre libre ou mourir !
  • 10 . Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira… fut la chanson la plus populaire au début de la Révolution, chantée (...)

6Limitrophes du Saint-Empire, les deux départements du Rhin comptaient parmi les plus exposés à une invasion étrangère. Dans la ville frontière, l’esprit belliqueux, soigneusement entretenu depuis quelque temps, s’exprimait bruyamment. Sur les places et dans les rues, des citoyens surexcités, faisaient démonstration de leur enthousiasme patriotique ; ils s’interpellaient, se congratulaient, s’embrassaient, jetaient en l’air leurs chapeaux aux cris de Vive la liberté! Mort aux tyrans! À vos armes, citoyens! La liberté ou la mort9! etc., et partout, faute de mieux, on chantait à tue-tête le Ça ira10, cette rengaine d’une vulgarité désespérante, dont on commençait à se lasser. Et justement, le maire Dietrich s’en lassa.

  • 11 . Pour aborder la personnalité et les avatars du maire Dietrich, on peut consulter les biographies (...)
  • 12 . Il avait soutenu sa thèse de doctorat en 1770 devant le jury de la faculté de droit de l’Universi (...)
  • 13 . La Société des Amis des Noirs, fondée à Paris en 1788, comptait parmi ses membres fondateurs Bris (...)
  • 14 . Occupant depuis 1779 la charge de secrétaire général des Suisses et Grisons, c’est-à-dire, des co (...)
  • 15 . Claude Betzinger, Chroniques du Strasbourg révolutionnaire. Les élections aux États Généraux. Pri (...)
  • 16 . Rappelons qu’en juin 1790 fut plantée au pont de Kehl une pancarte portant l’inscription : ici co (...)
  • 17 . Contrairement à ce qu’il claironnait, il n’avait pas quitté l’Académie Caroline de sa propre init (...)
  • 18 . Claude Betzinger, Vie et mort d’Euloge Schneider, ci-devant franciscain. Des Lumières à la Terreu (...)
  • 19 . Maurice Gabolde, Philibert Simond. Contribution à l’Histoire de la Révolution, Paris, L’Harmattan (...)
  • 20 . Quelques notes biographiques sur Jean-Baptiste Anne Charlemagne de Taillevis de Perrigny (1762-18 (...)

7Philippe Frédéric (de) Dietrich11, ex-baron, 44 ans, était à l’image de l’honnête homme du XVIIIe siècle. Docteur en droit12, imprégné des Lumières du siècle, franc-maçon, affilié à la Société des Amis des Noirs13, savant minéralogiste et métallurgiste, membre de l’Académie royale des Sciences de Paris, de celles de Göttingen et de Berlin, il n’était pas pour autant dépourvu d’ambitions politiques personnelles. Alors qu’il demeurait à Paris depuis plusieurs années avec sa famille14, les premiers troubles de 1789 lui valurent d’être nommé par Louis XVI commissaire à Strasbourg avec mission de concilier le Magistrat et la bourgeoisie de la ville, entrés en conflit au moment des élections aux États généraux15. Quand éclata la Révolution, il se montra favorable aux réformes engagées par l’Assemblée nationale et sut acquérir une grande popularité à Strasbourg, ce qui le fit élire maire de la ville en février 1790 et réélire l’année suivante. Adepte d’une monarchie constitutionnelle et du strict respect de la constitution à laquelle il avait prêté serment et juré fidélité, depuis quelques mois il se trouvait confronté à une vive opposition venue d’une faction radicalisée, conduite par des meneurs jacobins, tous étrangers à la ville, en délicatesse avec leurs hiérarchies qui les avaient expulsés ou qu’ils fuyaient, et venus récemment chercher asile à Strasbourg, « terre de liberté16 », tels Jean-Charles Laveaux (Champenois), renvoyé de l’Académie Caroline de Stuttgart (Hohe Carlsschule)17, Euloge Schneider18 (Franconien), ex-franciscain, ex-professeur, expulsé de l’Électorat de Cologne, Philibert Simond19 (Savoisien), prêtre du diocèse d’Annecy, fuyant les autorités sardes, Charlemagne (ou Charles) Taillevis de Perrigny20 (Domingois), cousin des frères Lameth, officier de la marine royale, banni à perpétuité du territoire helvétique pour propagande subversive, et quelques autres (Mainoni, Massé, Mougeat, Rivage, Simon le gazetier, Téterel, etc.), tous de plus en plus provocateurs, de plus en plus virulents, comme le sont toujours les minoritaires qui convoitent le pouvoir. Ce danger d’un genre nouveau resserrait alors autour du maire un cercle d’amis de même sensibilité, habituellement reçus chez lui, où certains soirs le couvert était mis pour une douzaine de convives, dont les conversations étaient essentiellement alimentées par les nouvelles politiques, internationales, nationales et locales.

  • 21 . Rouget de Lisle a fait l’objet de nombreuses biographies, dont les plus intéressantes sont : Jose (...)

8Claude Joseph Rouget de Lisle21, natif de Lons-le-Saunier (Jura), avait alors 32 ans. Entré à l’âge de seize ans à l’École royale militaire de Paris, il poursuivit six ans plus tard des études à l’École royale du génie de Mézières (Ardennes), dont il sortit en 1784 avec le grade d’aspirant-lieutenant. Affecté d’abord à la citadelle de Mont-Dauphin (Hautes-Alpes), puis au fort de Joux (Jura), il se fit mettre en congé en 1789, se rendit à Paris, et là, il tenta de se faire un nom d’auteur dans le monde du spectacle lyrique. Même si les pièces qu’il présenta n’eurent pas le succès espéré, du moins se fit-il quelques relations d’amitié dans ce milieu. Son congé expiré, il fut affecté à Strasbourg avec le grade de capitaine. Il y arriva en mai 1791, avec une réputation de poète et aussi de musicien. À la demande du maire, il composa un Hymne à la Liberté, orchestré par Ignace Pleyel (1757-1831), alors maître de chapelle à la cathédrale de Strasbourg. Joué sur la place d’Armes le 25 septembre 1791 à l’occasion de la solennité de l’acceptation de la Constitution, il fut favorablement accueilli. Rouget de Lisle n’était pas le néophyte que certains voulurent qu’il fût. Il avait aussi gagné l’amitié du maire, dont il était souvent l’invité.

  • 22 . Plusieurs adresses de son domicile strasbourgeois ont été citées, ainsi : 15 Grand’rue (aujourd’h (...)

9Après une journée bien mouvementée, dans la soirée du mercredi 25 avril le maire Dietrich retrouva chez lui quelques-uns de ses bons amis, dont le capitaine Rouget de Lisle. On rapporta que dans l’enthousiasme des discussions patriotiques, le maire avait demandé au poète-musicien de réfléchir à un chant hardi, martial, exaltant l’amour de la patrie et de la liberté, propre à enflammer les jeunes soldats qui allaient marcher à l’ennemi, afin de remplacer cet éternel Ça ira qu’il ne trouvait plus du tout approprié aux réalités des temps présents. Se faisant d’abord prier, Rouget de Lisle finit par céder à l’insistance de ses compagnons. Ce soir, regagnant tardivement son logis22, la tête échauffée par l’ambiance patriotique et l’atmosphère guerrière, peut-être aussi par quelques coupes de vin de Champagne, il eut du mal à s’endormir. Se relevant, il saisit son violon, et voilà que dès les premiers coups d’archet, remontèrent en lui des cris et des paroles glorifiant l’amour de la patrie, le courage, le sacrifice. Tout cela s’enchaîna et, gagné par une fièvre créatrice, l’inspiration lui fit jeter quelques notes sur des portées hâtivement tracées, y associer ces énergiques expressions patriotiques entendues, essayer l’effet de leur combinaison, raturer, recommencer jusqu’à trouver le motif pertinent, pour finalement en sortir un chant qui lui semblait répondre aux exigences du moment. Épuisé par l’effort fourni, il s’endormit sur son œuvre nocturne. Le matin venu, il la reprit, y porta quelques retouches et s’en fut la soumettre au maire Dietrich.

10En mélomane averti, Frédéric Dietrich sentit de suite que le jeune capitaine avait eu un éclair de génie. Ce qu’il venait lui présenter allait même bien au-delà de son attente. Conquis, il décida de réunir son habituel cercle d’amis pour les en faire juges, et là ils entendirent pour la première fois le Chant de guerre pour l’armée du Rhin que le capitaine Rouget de Lisle venait de composer au cours de la nuit.

  • 23 . Voir : Élisabeth Messmer-Hitzke, Sybille de Dietrich. Une femme des Lumières en quête de liberté, (...)
  • 24 . Elle accoucha le 23 mai d’un petit Paul Émile († 16 octobre 1799), dont les parrains furent, par (...)
  • 25 . Achille François de Lascaris d’Urfé, marquis du Chastellet, plus couramment appelé Duchâtelet (17 (...)
  • 26 . Lettre au maire Dietrich datée de Sélestat du 29 avril 1792, dans laquelle on peut lire : « … je (...)
  • 27 . Nicolas (de) Luckner (1722-1794, guillotiné), Bavarois au service de France depuis 1763, avait ét (...)
  • 28 . NDBA, fasc. no5, p. 366-367.
  • 29 . Entre autres, la narration parue le 12 août 1830 dans le journal Le Temps, par C. Masclet, qui au (...)
  • 30 . Armand Désiré de Vignerot du Plessis de Richelieu, duc d’Aiguillon (1761-1800), député aux États (...)
  • 31 . Louis Maximilien de Caffarelli du Falga (1756-1799), avait fréquenté l’École royale du génie de M (...)
  • 32 . Louis Charles Antoine Desaix (ou Des Aix) de Veygoux (1768-1800), général de brigade en 1793 et f (...)
  • 33 . Notamment Frédéric-Auguste Engelhardt (fils de Daniel-Frédéric) dans un article inséré dans le Co (...)
  • 34 . Adam Walther Strobel, Vaterländische Geschichte des Elsasses von der frühesten Zeit bis zur Revol (...)
  • 35 . Johannes Friese, Neue Vaterländische Geschichte der Stadt Straßburg, und des ehemaligen Elsaßes, (...)

11Qui, ce jeudi, fit partie de la société du maire ? En dehors de ceux de Dietrich et de Rouget de Lisle, bien des noms ont circulé depuis. La maîtresse de maison, Louise Sybille Dietrich23, l’épouse du maire, fut-elle présente ? C’est possible, encore qu’aucun document contemporain connu n’en fasse état ; mais se trouvant dans son huitième mois de grossesse24, s’attardait-elle encore dans ces réunions d’hommes, devenues épuisantes pour elle ? Il n’est pas exclu que le colonel Duchâtelet25 en fût, mais là aussi, un doute subsiste, car sa présence ne ressort pas explicitement de sa lettre écrite au maire trois jours plus tard26. On a aussi avancé le nom du maréchal Luckner27, à qui Rouget de Lisle avait dédié ce chant ; mais, alors que la déclaration de guerre venait d’être proclamée, le commandant en chef qu’il était, n’avait-il pas d’autres soucis que de faire des ronds de jambes dans un salon, fût-ce celui du maire ? Son chef d’état-major, Victor Broglie28, lui aussi cité, pouvait ne pas avoir été de la compagnie pour des raisons identiques. Des relations plus tardives29 évoquent une présence de quelques autres officiers, tels le colonel duc d’Aiguillon30, le capitaine Caffarelli du Falga31 ou encore le lieutenant Desaix32. Certains mentionnent la présence de deux filles du maire, alors qu’il n’avait que des fils ; d’autres33 citent aussi les frères Daniel-Frédéric et Christian-Maurice Engelhardt, négociants de Strasbourg, en parenté avec le maire (dont la grand-mère paternelle était une Engelhardt). Ce qui est tout de même surprenant, c’est que leur frère, Louis-Henri (1785-1852), le professeur d’histoire qui rédigea les deux derniers volumes de la célèbre Vaterländische Geschichte des Elsasses parue en 184934, n’y évoqua même pas cet épisode pourtant exceptionnel, dont ses frères auraient dû l’entretenir… à condition d’y avoir été présents ! Tout aussi étonnante est l’absence d’une relation par le chroniqueur strasbourgeois contemporain, Jean Friesé (1741-1817), dans sa non moins réputée Neue vaterländische Geschichte der Stadt Straßburg35, publiée en 1801, moins de dix ans après les faits.

  • 36 . Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, 1847, t. 2, p. 417-419 (voir annexe 4), ave (...)
  • 37 . Huile sur toile, 0,92 x 0,75 m. actuellement au Musée historique de Strasbourg.
  • 38 . Il a été rapporté que les personnages représentés étaient des familiers du peintre, qu’il avait p (...)

12Ce fut en 1849 que le peintre Isidore Pils (1815-1875), vraisemblablement inspiré et séduit par le récit imaginé par Lamartine dans son Histoire des Girondins36, fixa la scène avec son tableau, Rouget de Lisle chantant la Marseillaise37. On y voit, bien au centre de la composition, un jeune officier, debout dans une pose un rien théâtrale, entouré d’une assistance visiblement captivée par ce qu’il lui fait entendre. Or, il s’agit d’une composition, non de mémoire, mais d’imagination, exécutée avec cette liberté d’interprétation que peut s’autoriser tout artiste, ce qui ne nous permet guère de mettre un nom sur chacun des personnages représentés38. À remarquer aussi : Rouget de Lisle excepté, aucun militaire en uniforme ne figure sur ce tableau.

Fig. 1. Isidore Alexandre Pils, Rouget de L’Isle chantant la Marseillaise pour la première fois

Fig. 1. Isidore Alexandre Pils, Rouget de L’Isle chantant la Marseillaise pour la première fois

Huile sur toile, 1849 Strasbourg.

Musée Historique (dépôt du musée du Louvre, Paris). Photo Musées de la ville de Strasbourg, M. Bertola.

13À vrai dire, sans compte-rendu direct et contemporain de l’événement, il faut se résigner à admettre que les personnages alors présents nous restent en grande partie inconnus.

  • 39 . Cette hypothèse s’appuie sur une lettre attribuée à Louise Sybille Dietrich destinée à son frère (...)

14En représentant Rouget de Lisle entonner le Chant de guerre… lors de cette audition « inaugurale », Isidore Pils a-t-il ainsi transposé fidèlement la réalité historique ? Là aussi, les avis divergent. Pour les uns, ce fut bien Rouget de Lisle qui interpréta lui-même son œuvre, pour d’autres ce fut le maire Dietrich39.

  • 40 . Sans qu’aujourd’hui encore, il soit possible de situer l’origine de cette affirmation, qui, repri (...)

15Il a longtemps été prétendu et admis que cette scène se serait déroulée dans les salons de l’hôtel Dietrich au no4 de la place Broglie40 (encore appelée place du Marché-aux-Chevaux ou Roßmarkt). Cet immeuble fut démoli en 1924 (ainsi que les nos3, 5, 6, 7 et 8), pour faire place à celui de l’actuelle Banque de France (qui porte le no3), sur la façade duquel est gravée une inscription rappelant cet épisode, flanquée de deux médaillons en bronze, représentant, l’un, le maire Dietrich, et l’autre, Rouget de Lisle. Tous les Strasbourgeois, et biens d’autres, les connaissent.

  • 41 . Archives de Dietrich, 62/113 (orthographe originelle) : « Je vous prie, Mon tres cher fils, de me (...)

16À la fin du siècle dernier, des recherches effectuées dans divers fonds d’archives me rendirent quelque peu hésitant quant à la localisation du domicile strasbourgeois du maire Dietrich et de sa famille. Et puis, il y eut ce petit billet décacheté qui m’a intrigué. De la main de Jean de Dietrich, le père, il est adressé « à Monsieur de Dietrich, Maire de Strasbourg » et daté du 15 avril 179241 : un père écrirait-il ainsi à son fils s’il logeait sous son toit, et qui plus est, sous pli cacheté ? Ce billet insolite me détermina à approfondir les recherches pour trouver une réponse à la question : en avril 1792, père et fils habitaient-ils ensemble dans l’hôtel familial de la place Broglie ?

  • 42 . Ainsi le 27 février 1789, il écrivait à l’Ammeister Jean de Turckheim : « […] Cette affaire est p (...)
  • 43 . Pour Conrad de Gérard (1729-1790), voir NDBA, fasc. no12, p. 1 149-1 150.
  • 44 . Le préteur royal était ce que nous désignerions aujourd’hui par « l’œil de Versailles ». Voir : I (...)
  • 45 . Jean V de Turckheim (1749-1824), voir NDBA, fasc. no 37, p. 3 022-3 023.
  • 46 . Louis Pierre de Chastenet, comte de Puységur (1727-1807).

17Là, un petit bond en arrière s’impose pour suivre le récent parcours de Frédéric Dietrich. Dès le début de l’année 1789, alors qu’il résidait encore à Paris, il n’avait cessé d’intriguer pour être nommé à la charge de préteur royal de Strasbourg42, en remplacement de Conrad de Gérard43, malade. Sous la Monarchie, le préteur royal était le premier personnage (civil) de la ville44 : à lui honneurs, considération et autorité. Les événements se bousculant, et grâce aux interventions déterminantes du conseiller du roi, le baron Louis Auguste de Breteuil (1730-1807), et du député de Strasbourg aux États généraux45 auprès du ministre de la Guerre46, Frédéric Dietrich fut nommé, non pas préteur royal comme il l’espérait, mais commissaire du roi pour en faire les fonctions, du moins certaines. Louis XVI signa le brevet le 28 juin 1789. Le 5 juillet, il arrivait à Strasbourg. Seul.

  • 47 . Rothau (Bas-Rhin), un bourg de la vallée de la Bruche, anciennement chef-lieu du comté du Ban-de- (...)

18Tout naturellement, il descendit alors dans l’hôtel familial, où, outre son père, y demeuraient encore sa belle-sœur Louise Sophie de Glaubitz (1751-1806), femme de son frère Jean, dit Hansel (1746-1805), avec son fils, Jean Érasme, 22 ans, et ses deux filles, Louise, dite Pervenche, 15 ans et Amélie, 11 ans. Son épouse, accompagnée de ses deux fils (« Fritz », 16 ans et Albert, 15 ans), n’arriva en Alsace qu’en septembre, mais, curieusement, s’arrêta à Rothau47, à une douzaine de lieues (environ 50 km) de Strasbourg, puis, de là, repartit à Paris pour ne revenir à Strasbourg qu’au début de janvier.

  • 48 . Marie-Claude Douet fut guillotinée à Paris le 25 floréal an II (14 mai 1794) à l’âge de 60 ans, c (...)
  • 49 . Son père, Jean Fauste de Batailhe, seigneur de Francès (1683-1761), entrepreneur général des hôpi (...)
  • 50 . La Ville libre Royale de Strasbourg était sous tutelle du ministre de la Guerre depuis son passag (...)
  • 51 . Lettre du 30 septembre 1789 (Archives de Dietrich, 64/3, p. 554).

19Pourquoi la baronne de Dietrich fit-elle demi-tour et s’en retourna-t-elle à Paris ? Ce sera la correspondance de Madame Douet qui nous fournira quelques indications. Épouse d’un fermier général et conseiller au Parlement de Paris, née Batailhe de Francès48, Madame Douet était aussi la fille d’un précédent propriétaire de ce qui devint « l’hôtel de Dietrich » à Strasbourg49. Elle se considérait un peu comme la maman parisienne de Frédéric et Sybille, qu’elle appelait « mon fils » et « ma fille ». Par elle nous apprenons que si Sybille n’avait pas rejoint Strasbourg, ce fut surtout parce que Frédéric était alors « sans maison ». Cette expression « être sans maison », voulait simplement dire : non établi, sans ménage propre. Que Frédéric Dietrich fût alors « sans maison » à Strasbourg, ce ne fut pourtant pas faute de s’en être inquiété. Exerçant des fonctions de préteur royal, il s’était persuadé ne pouvoir occuper que l’hôtel prétorial (alors à l’emplacement de l’actuel no3 de la rue des Veaux), une propriété de la Ville de Strasbourg mise gracieusement à la disposition des préteurs royaux. Il adressa plusieurs lettres insistantes au ministre de la Guerre50 et fit aussi intervenir le député Jean de Turckheim, auquel il confia : « Tant que je ne serai pas dans cet hôtel, on me prendra pour un oiseau de passage51 », ce qui en dit long… En fin de compte, le roi lui fit attribuer le logement vacant du directeur des haras. Grosse déception ! Ce logement n’avait en rien le prestige de l’hôtel prétorial, sans compter qu’il se trouvait excentré (dans la rue Sainte-Élisabeth au Finkwiller), aussi Frédéric Dietrich invoqua-t-il mille prétextes pour ne pas s’y installer. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, en attendant, il continua de demeurer avec son père.

  • 52 . Voir NDBA, fasc. no34, p. 3 591-3 592.
  • 53 . Lettre du 24 février 1790 (Archives de Dietrich, 64.I/2, p. 69). À cette date, la municipalité n’ (...)
  • 54 . AVES, 1 MW 53, à la date.

20Survinrent alors : la réforme des municipalités, l’abolition de la charge de préteur royal, et aussi les élections du 5 février 1790 qui portèrent Frédéric Dietrich au fauteuil de maire de la ville. Il semble qu’il ne se fût toujours pas résigné à demeurer définitivement dans l’hôtel familial, bien qu’entre temps son épouse et ses deux fils l’y eussent rejoint. Cependant, on perçoit aussi son dépit lorsqu’il fit part au député étienne Schwendt (1748-1820)52 de « bruits de couloirs » pré-électoraux venus à sa connaissance, selon lesquels on n’attribuerait au futur maire ni logement ni fourniture en nature53. Effectivement, en date du 28 avril, le conseil général de la commune54 en décida ainsi, confirmant à Frédéric Dietrich qu’il n’y avait rien à espérer de ce côté.

  • 55 . AVES, 204 MW 49.
  • 56 . AVES, 204 MW 50.

21Les procès-verbaux des assemblées primaires de Strasbourg, réunies le 25 juin 179155, puis le 13 novembre 179156, indiquent que le maire Dietrich y figure comme électeur de la 6e section. Même si l’adresse du domicile des citoyens actifs composant ces assemblées n’est pas précisée, il s’en déduit néanmoins que Frédéric Dietrich apparaît comme ne demeurant plus au no4 de la place Broglie, situé dans la 2e section.

22Depuis quand ?

  • 57 . AA-S, Q.4416.

23Une note conservée aux Archives d’Alsace, site de Strasbourg, dans le dossier « Dietrich57 », précise que « le 15 mai 1790 la femme Dietrich a signé et approuvé un état d’effets et meubles à eux loués par étienne Laurent Lefèbvre, marchand tapissier à Strasbourg », mais ce document n’indique aucune adresse. Si donc Frédéric Dietrich et son épouse avaient éprouvé la nécessité de louer des meubles, ce ne fut évidemment pas pour compléter l’ameublement de l’hôtel de la place Broglie, mais bien pour installer leur « maison ». Cette décision coïncide d’ailleurs avec celle du 28 avril 1790 du conseil général de la commune ayant refusé d’accorder un logement de fonction à son maire. On peut raisonnablement en déduire que le maire et sa famille quittèrent l’hôtel Dietrich dans le courant du mois de mai 1790.

24Pour aller où ?

  • 58 . En prenant les actuelles dénominations des voies, cette section était délimitée par les côtés « i (...)

25Électeur de la 6e section, Frédéric Dietrich ne pouvait être domicilié que dans le périmètre de cette section58, mais à quelle adresse ?

  • 59 . AVES, AA.2005b, liasse 31, no15. Jean-Baptiste Antoine de Flachslanden (1739-1825), bailli de l’o (...)
  • 60 . Le baron Joseph André de Weittersheim, l’aîné (1742-1827, NDBA, fasc. no6, p. 511) avait acquis e (...)
  • 61 . Déclarations faites par les privilégiés de leurs propriétés et revenus en vue de l’application de (...)
  • 62 . Du soldat Gabriel Berteau du 22 juin 1790 « A monsieur le baron de Dietrix Maire de la ville de S (...)
  • 63 . AVES, 280 MW 35.

26Un passage plutôt énigmatique d’une lettre du 1er juin 1790 au baron de Dietrich par le bailli de Flachslanden59 (« … Je désire que vous vous trouviez bien dans mon manoir que je ne regrette pas… »), tout en me confirmant que le maire Dietrich avait bien quitté l’hôtel familial, m’incita à rechercher la localisation de ce « manoir » qui semblait pouvoir être son nouveau domicile. Ce fut ainsi que j’aboutis à l’hôtel situé rue des Charpentiers no23 (aujourd’hui no17), grâce à un premier document administratif du 5 octobre 1790, donnant la description de cet hôtel, « propriété de M. de Weittersheim60 et occupé par M. de Dietrich en bail de M. de Flachslanden61… ». Diverses lettres portant l’adresse de leur destinataire62 attestent de même que Frédéric Dietrich et sa famille demeuraient alors dans la rue des Charpentiers, et, lorsqu’à l’automne 1791 fut dressé un état de la garde nationale strasbourgeoise, par sections et rues, dans un cahier de celle de la 6e section, établi le 18 octobre 179163, on peut relever à la page intitulée « Ruë des Charpentiers » :

Fig 2. Extrait de l’état de la garde nationale de la 6e section au 18 octobre 1791

Fig 2. Extrait de l’état de la garde nationale de la 6e section au 18 octobre 1791

AVES, 280 MW 35.

  • 64 . L’hôtel existe toujours. Sa façade sur rue et son escalier intérieur furent classés Monument hist (...)

27De ce qui précède, il en résulte que la première présentation du Chant de guerre pour l’armée du Rhin par Rouget de Lisle au maire Dietrich et à ses hôtes le 26 avril 1792, n’eut pas lieu dans les salons de l’hôtel Dietrich au no4 de la place Broglie. Il existe suffisamment de preuves authentiques pour situer l’événement chez le maire Dietrich, mais au domicile qu’il occupait à cette date, c’est-à-dire au no23 (aujourd’hui 17) de la rue des Charpentiers64.

  • 65 . Cinquante Chants Français. Paroles de différents auteurs. Mises en musique avec accompagnt de Pia (...)

28Comment alors le Chant de guerre pour l’armée du Rhin devint-il La Marseillaise ? Comment passa-t-il de Strasbourg à Marseille et de là à Paris ? Rouget de Lisle écrivait lui-même en 1824, que ce chant « parvint à Marseille par la voie d’un journal constitutionnel rédigé sous les auspices de l’illustre et malheureux Diétrick65 ». En fait, il était assez mal renseigné.

  • 66 . Recherches Historiques et Chronologiques Pour servir L’histoire de Montpellier. 1re partie - Depu (...)
  • 67 . Jacques Guillaume Simoneau (1740-1792), maire d’Étampes (Seine-et-Oise, aujourd’hui Essonne) fut (...)
  • 68 . Dominique Pouderous (1721-1799), évêque constitutionnel du département de l’Hérault, élu en mars (...)
  • 69 . Dans son ouvrage, Pierre Roumel (La Marseillaise de François Mireur, op. cit., p. 52) explique qu (...)
  • 70 . François Mireur (1770-1798), né à Escragnolles (district de Grasse, alors dans le département du (...)
  • 71 . Jacques Gilles Marie Goguet (1767-1794), natif de La Flotte-en-Ré (Charente-Maritime), docteur en (...)
  • 72 . Joseph Servan (1741-1808), ministre jacobin de la Guerre (du 9 mai au 13 juin 1792), sans en avoi (...)

29À la Médiathèque Émile Zola de Montpellier est conservé un journal manuscrit66 qui, sous la date du 17 juin 1792 rapporte : « [À Montpellier] On célèbre au Champ de Mars une fête funèbre en l’honneur du Maire d’Étampes, assassiné dans une émeute populaire à raison de la taxe des grains67. Discours du Maire. Absoute faite auprès de la Colonne par M. Pouderous68 & chant de la Marseillaise ». Ce qui peut surprendre, c’est que le rédacteur ait mentionné la Marseillaise, bien qu’à cette date ce ne pouvait avoir été que le Chant de guerre pour l’armée du Rhin. Or, d’après les indications du manuscrit, son auteur, Vincent Louis Soulier, l’avait rédigé, certainement sur des notes de l’époque, au cours des années 1814 à 1817, soit plus de vingt ans après l’événement, alors que presque plus personne ne se souvenait du nom primitif de ce chant. Le Chant de guerre était donc parvenu à Montpellier avant d’arriver à Marseille, mais encore aujourd’hui, la voie et le mode de sa transmission de Strasbourg à Montpellier restent énigmatiques69. Toujours est-il que François Mireur, jeune médecin de 22 ans70, frais émoulu de la faculté de Montpellier, contaminé par la fièvre patriotique et révolutionnaire ambiante, devenu capitaine de la garde nationale de Montpellier et engagé dans le bataillon des Volontaires de l’Hérault, enflamma ses « frères et amis » du club de la Constitution et de l’Égalité de Montpellier, autrement dit, des Jacobins, en leur faisant entendre un Chant de guerre qu’il venait de découvrir. Le club le délégua à Marseille avec Jacques Goguet71, aussi médecin, pour coordonner, avec les Jacobins marseillais, le départ des volontaires du Midi qui devaient se rendre au camp des 20 000 Fédérés aux abords de Paris72.

  • 73 . Le siège de la société des Amis de la Constitution se situait dans cette même rue Thubaneau (1er  (...)
  • 74 . No48 du samedi 23 juin 1792, p. 200 (Bibliothèque de l’Alcazar à Marseille, magasin des périodiqu (...)

30Au cours du banquet patriotique organisé le 22 juin par le club jacobin de Marseille en l’honneur des Montpelliérains chez un traiteur de la rue Thubaneau73, François Mireur entonna le Chant de guerre des armées aux frontières, titre donné à l’œuvre de Rouget de Lisle. Dans un enthousiasme délirant, les convives – peut-être déjà passablement chauffés par le petit rosé des coteaux varois – reprirent en chœur cet air belliciste, qui se propagea très vite parmi les patriotes de Marseille. Le Journal des départemens méridionaux, et des débats des amis de la Constitution de Marseille74 s’empressa de le publier dès le lendemain. L’hymne chanté par François Mireur lors du banquet patriotique, si c’est bien celui publié par la gazette marseillaise, présente quelques légères variantes par rapport à celui publié à Strasbourg par Ph. J. Dannbach ou les autographes de Rouget de Lisle, ces différences étant plus importantes pour la quatrième strophe :

Variations de la Marseillaise

Variations de la Marseillaise

31Ces variantes ne se retrouvent ni dans les publications des journaux strasbourgeois, ni dans les exemplaires imprimés à Paris à cette époque.

  • 75 . Le bataillon était composé en grande majorité d’ouvriers et d’artisans. Près de la moitié étaient (...)
  • 76 . Jean-François Moisson (1745-1811), un des fondateurs du club jacobin marseillais. Notice biograph (...)
  • 77 . Leur périple les fit passer par Aix-en-Provence, Avignon, Orange, Pont-Saint-Esprit, où ils firen (...)

32Le bataillon des Fédérés marseillais quitta la ville le 2 juillet75. Conduits par leur commandant François Moisson76, avec armes et bagages, les « volontaires » entreprirent, la longue marche patriotique de quelque huit cents kilomètres vers le nord77, dopés par leur Chant de ralliement des Marseillais, qu’ils firent retentir dans tous les villages, bourgs et villes traversés.

  • 78 . Voir par exemple : Georges Reynaud, Les Marseillais de la Marseillaise, op. cit., p. 31 : « C’est (...)

33Ce lundi 30 juillet, vers midi, ils le chantèrent avec encore plus d’entrain et de fougue en entrant dans la capitale par le faubourg Saint-Antoine, tambours battants, drapeau déployé. La foule des patriotes parisiens leur réserva un accueil triomphal, entonnant avec eux cette Marche des Marseillois si entraînante et qui se répandit immédiatement dans le Tout-Paris révolutionnaire. Les Fédérés marseillais auraient-ils chanté l’Hymne des Marseillois en allant à l’assaut du château royal des Tuileries ? Certains le prétendent78.

  • 79 . Paris, [1793], chez du Pont, Impr.- libraire, in-12o, 72 p., en p. 25-27, BNF, NUMM-57063, en lig (...)

34Après la journée du 10 Août, plusieurs éditeurs parisiens publièrent la Marche des Marseillois, paroles et musique, sous divers titres : Chanson des Fédérés Marseillais chantée à Paris, le 10 Août 1792, premier jour de l’Égalité. Air des Marseillois, Marche des Marseillois, Hymne des Marseillois, etc., rarement avec le nom de son auteur. Il n’y eut pas que les éditeurs de partitions à diffuser ce chant. On le trouve aussi, par exemple, dans l’Almanach chantant pour l’an second de la République. Dédié au Peuple Français79, mais, et il convient de le souligner, sous le titre d’Hymne national.

  • 80 . La première traduction parut anonymement fin octobre à Strasbourg sous le titre de Kriegslied der (...)

35Encore dans l’année 1792, cet hymne fut publié en Alsace en traduction allemande80.

  • 81 . Ainsi, la séance du 27 octobre 1792 des Jacobins de Strasbourg « s’ouvre par le chant des Marseil (...)

36Adopté par les armées de la République, ce chant essaima dans toute la France81, puis en dépassa les frontières. Décrété chant national le 14 juillet 1795 par la Convention nationale, puis hymne national par l’Assemblée nationale le 24 février 1879, il prit alors définitivement le nom de Marseillaise.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Lettre de Sybille de Dietrich à Peter Ochs à Bâle (1792)

Cher frère … Je te dirai que depuis quelques jours je ne fais que copier et transcrire de la musique, occupation qui m’amuse et me distrait beaucoup, surtout dans ce moment où partout on ne cause et ne discute que politique de tout genre. Comme tu sais que nous recevons beaucoup de monde et qu’il faut toujours inventer quelque chose, soit pour changer de conversation, soit pour traiter des sujets plus distrayants les uns que les autres, mon mari a imaginé de faire composer un chant de circonstance. Le capitaine du génie Rouget de Lisle, un poète et compositeur fort aimable, a rapidement fait la musique du chant de guerre. Mon mari qui est un bon ténor a chanté le morceau qui est fort entraînant et d’une certaine originalité. C’est du Glück en mieux, plus vif et plus alerte. Moi de mon côté j’ai mis mon talent d’orchestration en jeu, j’ai arrangé les partitions sur clavecins et autres instruments. J’ai donc eu beaucoup à travailler. Le morceau a été joué chez nous à la grande satisfaction de l’assistance82. Je t’envoie la copie de la musique. Les petites virtuoses qui t’entourent n’auront qu’à la déchiffrer et tu seras charmé d’entendre le morceau.

mai 1792

… Ta sœur Louise Dietrich
née Ochs

Ad. Morpain, Souvenirs historiques d’Alsace. Critique musicale 1792. Rouget de Lisle à Strasbourg et à Huningue. Ses différentes habitations. Documents inédits. Strasbourg, Imprimerie Wurst, 1872, in-8o, p. 10 (BNF, NUMM-840984, en ligne sur Gallica).

Remarque : Alors que ce chant est ici qualifié de plus vif et plus alerte que du Glück, de son côté le maire écrit à Duchâtelet à Sélestat : « … nous nous sommes refroidis à son sujet parce que l’air n’est pas très marchant. » (Lettre du 6 mai 1792, Archives de Dietrich, livre de copies de lettres, 64/III/2, p. 346).

Annexe 2. Déclaration de Rouget de l’Isle (1824)

Je fis les paroles et l’air de ce Chant à Strasbourg, dans la nuit qui suivit la proclamation de la guerre, fin d’avril 1792 intitulé d’abord Chant de l’armée du Rhin, il parvint à Marseille par la voie d’un journal constitutionnel, rédigé sous les auspices de l’illustre et malheureux Diétrick. Lorsqu’il fit son explosion, quelques mois après, j’étais errant en Alsace sous le poids d’une destitution encourue à Huningue pour avoir refusé d’adhérer à la Catastrophe du 10 août, et poursuivi par la proscription immédiate qui, l’année suivante, dès le commencement de la terreur, me jeta dans les prisons de Robespierre, d’où je ne sortis qu’après le neuf thermidor.

(R : D : L :)

Cinquante chants Français. Paroles de différents auteurs mises en musique avec accompagnt de Piano par Rouget de Lisle. RDL. à Paris chez l’Auteur, rue du passage Saunier no 21 [1824], p. 83, no23 (BNF, Vm7-4454).

Annexe 3. Note historique (1833)

L’auteur de l’hymne des Marseillais, Mr Rouget de L’isle, m’a raconté plusieurs fois sur ma demande les circonstances de la composition de cet hymne.

Dans la nuit du 29 au 30 avril 1792, qui suivit la déclaration de guerre que Louis 16 fit à l’Autriche et à la Prusse83, et pendant un souper où assistaient avec l’auteur M.M. Victor de Broglie, d’Aiguillon, Alexandre Duchatelet et Diétrick, ce dernier maire de Strasbourg, on ouvrit l’avis de composer un chant nouveau pour le soldat qui fût en harmonie avec les idées nouvelles et les motifs de cette guerre.

Mr Rouget de L’isle était connu comme amateur musicien et comme homme de lettres faisant avec facilité le couplet. Mr Diétrick s’adressant à lui, l’engagea à se charger de cette double composition (musique et parole) tous les convives se réunirent à la pensée de Mr Diétrick et vers une heure de la nuit après avoir sablé nombre de verres de vin de Champagne, il rentre chez lui et trouvant son violon sur son lit où il l’avait laissé en sortant, il le prit et plein de l’idée de ce qu’on lui avait demandé, il racla dessus en cherchant un motif d’air. Croyant l’avoir trouvé, il fit immédiatement les paroles, le tout dans sa tête et sans les jeter sur le papier, puis se mit au lit.

Le lendemain en se levant à 6 heures du matin, il fut assez heureux pour se ressouvenir du tout, l’écrivit (musique et paroles) et se rendit de suite chez Mr Diétrick à qui il soumit son œuvre et qui ne fut pas peu étonné d’une aussi prompte conception. Il était dans son jardin, il jeta les yeux sur ce chant. Musicien amateur lui-même, il dit à Mr Rouget de L’isle, « montons à mon salon que j’essaie votre air sur le piano, à la 1ère vue je juge qu’il doit être bien bon ou bien tout mauvais. »

Mr Diétrick chantait fort bien, comme en général chantent les Alsaciens, allemands d’origine, il fut frappé de la beauté de cet air, fit lever sa femme qui était encore au lit et lui dit d’écrire de suite aux convives du souper de la veille de venir déjeuner chez lui, qu’il avait quelque chose d’important à leur communiquer. Tous y vinrent croyant qu’il avait déjà reçu des nouvelles de combats livrés par les généraux Luckner et Lafayette.

Il s’obstina à ne point satisfaire leur curiosité que vers la fin du déjeuner où le champagne parut de nouveau.

Il entonna l’hymne à pleine voix et produisit un effet admirable ; il reçut le titre de « Chant de l’armée du Rhin84 ».

Des journaux et des voyageurs de commerce le portèrent dans le Midi. Le bataillon des volontaires marseillais se rendant à Paris, chanta cet hymne sur toute la route et en entrant dans la capitale les volontaires brandirent leurs sabres ou portaient leurs chapeaux au bout de leurs baïonnettes en chantant à gorge déployée. L’effet fut magique et le chant de l’armée du Rhin prit le nom de la Marseillaise.

C’est dans sa retraite de Choisy le Roi que je l’ai vu plusieurs fois depuis la Révolution de 1830, que Mr Rouget de L’isle m’a raconté ces particularités en me donnant un exemplaire de ses œuvres.

septembre 1833./. De La Barre

BNF, fr.nouv. acq. no4 299, ms sur 2 pages. – Ce récit fut aussi publié par Julien Tiersot, Rouget de Lisle. Son œuvre - Sa vie, Paris, 1892, p. 392-93, avec de légères variantes orthographiques n’altérant en rien le sens de ce récit.

Annexe 4. La narration de Lamartine (1847)85

La Marseillaise conserve un retentissement de chant de gloire et de cri de mort ; glorieuse comme l’un, funèbre comme l’autre, elle rassure la patrie et fait pâlir les citoyens. Voici son origine.

Il y avait alors un jeune officier d’artillerie en garnison à Strasbourg. Son nom était Rouget de Lisle. Il était né à Lons-le-Saunier, dans ce Jura, pays de rêverie et d’énergie, comme le sont toujours les montagnes. Ce jeune homme aimait la guerre comme soldat, la Révolution comme penseur ; il charmait par les vers et par la musique les lentes impatiences de la garnison. Recherché pour son double talent de musicien et de poète, il fréquentait familièrement la maison de Dietrick, patriote alsacien, maire de Strasbourg ; la femme et les jeunes filles de Dietrick partageaient l’enthousiasme du patriotisme et de la Révolution qui palpitait surtout aux frontières, comme les crispations du corps menacé sont plus sensibles aux extrémités. Elles aimaient le jeune officier, elles inspiraient son cœur, sa poésie, sa musique. Elles exécutaient les premières ses pensées à peine écloses, confidentes des balbutiements de son génie.

C’était dans l’hiver de 1792. La disette régnait à Strasbourg. La maison de Dietrick était pauvre, sa table frugale, mais hospitalière pour Rouget de Lisle. Le jeune officier s’y asseyait le soir et le matin comme un fils ou un frère de la famille. Un jour qu’il n’y avait eu que du pain de munition et quelques tranches de jambon fumé sur la table, Dietrick regarda de Lisle avec une sérénité triste et lui dit : « L’abondance manque à nos festins ; mais qu’importe, si l’enthousiasme ne manque pas à nos fêtes civiques et le courage aux cœurs de nos soldats ! J’ai encore une dernière bouteille de vin dans mon cellier. Qu’on l’apporte, dit-il à une de ses filles, et buvons-la à la liberté et à la patrie ! Strasbourg doit avoir bientôt une cérémonie patriotique, il faut que de Lisle puise dans ces dernières gouttes un de ces hymnes qui portent dans l’âme l’ivresse d’où il a jailli. » Les jeunes filles applaudirent, apportèrent le vin, remplirent le verre de leur vieux père et du jeune officier jusqu’à ce que la liqueur fût épuisée. Il était minuit. La nuit était froide. De Lisle était rêveur ; son cœur était ému, sa tête échauffée. Le froid le saisit, il rentra chancelant dans sa chambre solitaire, chercha lentement l’inspiration tantôt dans les palpitations de son âme de citoyen, tantôt sur le clavier de son instrument d’artiste, composant tantôt l’air avant les paroles, tantôt les paroles avant l’air, et les associant tellement dans sa pensée, qu’il ne pouvait savoir lui-même lequel de la note ou du vers était né le premier, et qu’il était impossible de séparer la poésie de la musique et le sentiment de l’expression. Il chantait tout et n’écrivait rien.

Accablé de cette inspiration sublime, il s’endormit la tête sur son instrument et ne se réveilla qu’au jour. Les chants de la nuit lui remontèrent avec peine dans la mémoire comme les impressions d’un rêve. Il les écrivit, les nota et courut chez Dietrick. Il le trouva dans son jardin, bêchant de ses propres mains des laitues d’hiver. La femme et les filles du vieux patriote n’étaient pas encore levées. Dietrick les éveilla, il appela quelques amis tous passionnés comme lui pour la musique et capables d’exécuter la composition de de Lisle. La fille aînée de Dietrick accompagnait. Rouget chanta. À la première strophe les visages pâlirent, à la seconde les larmes coulèrent, aux dernières le délire de l’enthousiasme éclata. La femme de Dietrick, ses filles, le père, le jeune officier se jetèrent en pleurant dans les bras les uns des autres. L’hymne de la patrie était trouvé ! hélas ! il devait être aussi l’hymne de la terreur. L’infortuné Dietrick marcha peu de mois après à l’échafaud, aux sons de ces notes nées à son foyer du cœur de son ami et de la voix de ses filles.

Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, Furne & Cie, 1847, t. 2, p. 417-419.

Haut de page

Notes

1 . Voir : Hugh Gough, « Politics and power: the triumph of jacobinism in Strasbourg, 1791-1793 », The Historical Journal, vol. 23, 1980, p. 327-352 ; Daniel Schönpflug, Der Weg in die Terreur. Radikalisierung und Konflikte im Straßburger Jakobinerclub (1790-1795), München, Oldenbourg Wissenschaftsverlag, 2002, p. 113-138 (Die Spaltung).

2 . Voir : Hugh Gough, Jean Charles Laveaux (1749-1827). A political biography, thèse de doctorat soutenue à l’université d’Oxford en juin 1974, dactyl., xi+542 p., en dépôt à la Bodleian Library à Oxford, et plus récemment : François Labbé, Jean-Charles Laveaux (1749-1827), un aventurier littéraire, Paris, Champion, 2017, 687 p. ; voir aussi : Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA), fasc. no23, p. 2 250-2 252.

3 . Pour un Jacobin, un « bon citoyen » ne pouvait être que jacobin.

4 . Le procès-verbal de la séance des Jacobins de Strasbourg du 18 avril 1792 (Registre des Procès‑Verbaux Des Séances De la Société des Amis De la Constitution de Strasbourg, vol. 3, Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), 1 MW 113, à la date), nécessairement rédigé après la séance, atténue les faits pour les rendre moins incriminables. Frédéric Charles Heitz, Les sociétés politiques de Strasbourg pendant les années 1790 à 1795. Extraits de leurs procès-verbaux, Strasbourg, 1863, p. 202, se contente d’évoquer très brièvement cette intervention de Laveaux : « On arrête … d’engager les citoyens de la campagne de rétablir l’ordre, à l’instar des Marseillais, … » (dont, pour soutenir les « patriotes » d’Arles opposés à des « contre-révolutionnaires », une troupe armée de quelques milliers d’hommes était entrée le 27 mars 1792 dans la ville d’Arles qui avait été déclarée en état de rébellion).

5 . Un procès sera fait à Laveaux, que les juges acquitteront le 2 mai pour vice de forme. Dietrich et les autorités avaient confondu vitesse et précipitation, et la hâte mise à vouloir profiter d’une bonne occasion pour intimider les Jacobins, et Laveaux en particulier, leur avait fait oublier la précaution la plus élémentaire : le scrupuleux respect des formes de procédure. Cette maladresse pèsera d’ailleurs lourd dans l’accusation portée plus tard contre le maire Dietrich.

6 . Insertion des six couplets du « Chant de guerre pour l’armée du Rhin, dédié au Maréchal Lukner (sic) » dans les Affiches de Strasbourg – Strasburgisches Wochenblatt, no27 du samedi 7 juillet 1792, p. 322-323, sans nom d’auteur, ni musique, ni commentaire (BNUS, M.109.370 et MFL.203).

7 . « La Marseillaise, écrite par un seul, est d’inspiration publique », nous fait remarquer à juste titre Eugène Seinguerlet (L’Alsace française. Strasbourg pendant la Révolution, Paris, 1881, p. 112). Cependant, bien des auteurs considèrent que Rouget de Lisle se fut inspiré d’une affiche intitulée : Les Citoyens de la Société des Amis de la Constitution séante à l’Auditoire, à leurs concitoyens des Départemens du Rhin, ayant pour exergue : « Aux armes concitoyens ! L’étendard de la guerre est déployé, le signal est donné, aux armes ! Il faut combattre ou mourir ». Cette adresse n’est connue que sous forme d’un imprimé in-4o de 6 pages (BNUS, M.5.941,122), et il ne semble pas qu’elle ait existé sous forme d’affiche. Or, elle est du 30 avril, donc postérieure à la naissance du Chant de guerre pour l’armée du Rhin (Frédéric-Charles Heitz, Les Sociétés politiques, op. cit., p. 208-210). Pourquoi alors ne pas aussi admettre la réciproque, que le ou les rédacteurs de cette adresse se soient inspirés des paroles du chant de Rouget de Lisle ?

8 . Loi portant Déclaration de Guerre contre le Roi de Hongrie et de Bohême, donnée à Paris, 20 avril 1792, imprimé bilingue in-4o de 7 p. (AVES, 267 MW 29, doss. 416).

9 . À rapprocher de la devise des Jacobins : Vivre libre ou mourir !

10 . Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira… fut la chanson la plus populaire au début de la Révolution, chantée sur un air de danse dû à un violoniste-compositeur parisien du nom de Bécourt. Les paroles auraient pour auteur un chanteur des rues, ancien soldat, nommé Ladré, mais il s’y ajouta de nombreuses variantes. Pierre Roumel (La Marseillaise de François Mireur, Marseille, Autre Temps, 2005, p. 56) en met cette définition dans la bouche du maire Dietrich : « C’est un mauvais air de contre-danse au petit pied dont la Révolution a fait ses choux gras ».

11 . Pour aborder la personnalité et les avatars du maire Dietrich, on peut consulter les biographies qui lui ont été consacrées, entre autres : Louis Spach, Frédéric de Dietrich, premier maire de Strasbourg, Paris-Strasbourg, 1857, 142 p. ; Henri Welschinger, « Le premier maire constitutionnel de Strasbourg. Frédéric de Dietrich 1748-1793 », Revue des Deux Mondes, t. 47, 1918, p. 241-276 ; Gabriel G. Ramon, Frédéric de Dietrich, premier maire de Strasbourg sous la Révolution française, Nancy, 1919, 358 p. ; et aussi NDBA, fasc. no8, p. 653‑654.

12 . Il avait soutenu sa thèse de doctorat en 1770 devant le jury de la faculté de droit de l’Université de Strasbourg.

13 . La Société des Amis des Noirs, fondée à Paris en 1788, comptait parmi ses membres fondateurs Brissot, Clavière, Mirabeau, La Fayette, l’abbé Grégoire, etc. Elle fit campagne pour l’abolition de l’esclavage (Adresse de la Société des Amis des Noirs, à l’Assemblée Nationale, à toutes les Villes de Commerce, à toutes les Manufactures, aux Colonies, à toutes les Sociétés des Amis de la Constitution ; Adresse dans laquelle on approfondit les relations politiques et commerciales entre la Métropole et les Colonies, etc. rédigée par E. Clavière, Membre de cette Société ; A Paris de l’imprimerie du Patriote François, mars 1791, in-4o, vii + 128 p., Bibliothèque Nationale de France (BNF), Lk9.136, en ligne sur Gallica), mais les planteurs et grands négociants des ports de Bordeaux, Nantes et Le Havre combattirent vigoureusement les desseins anti-esclavagistes de la Société qui ne parvint alors pas à faire partager son point de vue par l’Assemblée constituante, bien que fondé sur l’art. 1er des Droits de l’Homme de 1789. L’esclavage ne fut aboli dans les colonies françaises qu’en 1794 par la Convention nationale, mais rétabli sous le Consulat en 1802. Il fallut attendre la Deuxième République pour son abolition définitive (décret « Schœlcher » du 27 avril 1848). Sur la question de l’esclavage et de son abolition : Marcel Dorigny et Bernard Gainot, La Société des Amis des Noirs (1788-1799). Contribution à l’Histoire de l’abolition de l’esclavage, Paris, UNESCO, 1998, 429 p.

14 . Occupant depuis 1779 la charge de secrétaire général des Suisses et Grisons, c’est-à-dire, des commandements du comte d’Artois et celle de commissaire du roi à la visite des mines (1784), il avait acquis en 1786 un hôtel situé boulevard du faubourg Poissonnière à Paris.

15 . Claude Betzinger, Chroniques du Strasbourg révolutionnaire. Les élections aux États Généraux. Printemps 1789, Strasbourg, La Nuée Bleue, 1989.

16 . Rappelons qu’en juin 1790 fut plantée au pont de Kehl une pancarte portant l’inscription : ici commence le pays de la liberté.

17 . Contrairement à ce qu’il claironnait, il n’avait pas quitté l’Académie Caroline de sa propre initiative, compte tenu de son aversion croissante pour un despotisme devenu insupportable, mais en fut renvoyé en raison de ses démêlés pour des motifs mesquins et grotesques, tant avec l’intendant de l’Académie Caroline, qu’avec quelques autres professeurs (Landesarchiv Baden-Württemberg, Hauptstaatsarchiv Stuttgart, A-273, Bü 139, dossier de la Vaux). « Je vivais dans le Virtemberg (sic), lorsque la sublime révolution françoise m’a fait tourner les yeux vers ma patrie. Plein d’enthousiasme pour la liberté qu’elle m’offrait, j’ai repoussé loin de moi l’intérêt avili par le joug […] » écrivait-il, sans fausse honte, dans le prospectus du 22 décembre 1791 annonçant la parution de son journal, le Courrier de Strasbourg.

18 . Claude Betzinger, Vie et mort d’Euloge Schneider, ci-devant franciscain. Des Lumières à la Terreur. 1756-1794, Strasbourg, La Nuée Bleue, 1997, 399 p.

19 . Maurice Gabolde, Philibert Simond. Contribution à l’Histoire de la Révolution, Paris, L’Harmattan, 2013, 542 p.

20 . Quelques notes biographiques sur Jean-Baptiste Anne Charlemagne de Taillevis de Perrigny (1762-1832) par Pierre Baudrier, in Généalogie et Histoire de la Caraïbe, no55, décembre 1993, p. 924.

21 . Rouget de Lisle a fait l’objet de nombreuses biographies, dont les plus intéressantes sont : Joseph Poisle-Desgranges, Rouget de Lisle et la Marseillaise, Paris, 1864, in-16o, 122 p. ; Julien Tiersot, Rouget de Lisle. Son œuvre - sa vie, Paris, 1892, in-8o, 435 p. ; Marguerite Henry-Rosier, Rouget de Lisle, Paris, 1937, in-16o, 230 p. ; Euloge Boissonnade et Christiane Laroque, Rouget de Lisle, de la Marseillaise à l’oubli, Paris, France Empire, 1999, 327 p. ; Christian Mas, Cl. J. Rouget de Lisle. Une présence politique entre lettres et musique, Paris, L’Harmattan, 2001, 332 p. ; Gérard Chappez Gérard, Rouget de L’Isle. L’oublié du Panthéon, Tours, éditions Sutton, 2017, 246 p.

22 . Plusieurs adresses de son domicile strasbourgeois ont été citées, ainsi : 15 Grand’rue (aujourd’hui no126), propriété de Georges Treuttel, le libraire (Adolphe Seyboth, Das alte Strassburg, Strasbourg, 1890, p. 88, qui précise : « tradition orale » ; François Frédéric Cossonnet, Comment est née la Marseillaise, Versailles, 1913, p. 3 ; Hermann Wendel, Die Marseillaise, Zurich, 1936, p. 24 « … in seinem Zimmer, Grande Rue 126, … » ; Henry Riegert, Le journal historique de l’Alsace, Mulhouse, 1978, t. iv, p. 380, selon « témoignage » de J.-G. Kammerer ; éric Hartmann, La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, Paris, Perrin, 1990, p. 290 ; Maurice Moszberger, Théodore Rieger et Léon Daul, Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, Illkirch, Le Verger éditeur, 2002, p. 74 : « Certains auteurs avancent que Claude Rouget de Lisle lui-même aurait séjourné dans cette demeure. ») ; 7 rue de la Mésange (Auguste Dietrich, Rouget de Lisle et la Marseillaise, Paris, 1882, p. 8) ; 8 rue de la Mésange (Frédéric Piton, Strasbourg illustré…, Strasbourg, 1855, t. 1, p. 51) ; 28 rue de la Mésange (Marie-Joseph Bopp, « La poésie politique en Alsace pendant la Révolution », Collectif, Deux siècles d’Alsace française, Strasbourg-Paris, 1948, p. 195 ; rue de la Mésange, sans numéro (Louis de Joantho, Le triomphe de la Marseillaise, Paris, 1917, p. 40 ; Louis Fiaux, La Marseillaise. Son histoire dans l’Histoire des Français depuis 1792, Paris, 1918, p. 28 : « son petit logement ») ; Frédéric Robert, La Marseillaise, Paris, Nouvelles éditions du Pavillon, 1989, p. 23 : « … il s’étend, exténué, sur son lit étroit de la rue de la Mésange … ». Quant à Frédéric Reiber (« Le centenaire de la Marseillaise. Étude historique », Elsässer Journal und Niederrheinischer Kurier. Journal d’Alsace et Courrier du Bas-Rhin, du 25 avril 1892), il penche plutôt pour l’un des pavillons d’officiers attenant aux casernes (sans préciser lesquelles), une hypothèse crédible, car de tels pavillons existaient, notamment dans l’enceinte de l’arsenal, le long du Fossé du Faux-Rempart, aujourd’hui quai Schœpflin (Karl Engel, Strassburg als Garnisonstadt unter dem Ancien Régime, Strasbourg, 1901, plan hors texte noviDas alte Zeughaus einst und jetzt). Cependant, à ce jour, aucun document probant n’a encore été découvert pour confirmer l’un ou l’autre de ces prétendus domiciles que Rouget de Lisle aurait occupé.

23 . Voir : Élisabeth Messmer-Hitzke, Sybille de Dietrich. Une femme des Lumières en quête de liberté, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2018, 279 p.

24 . Elle accoucha le 23 mai d’un petit Paul Émile († 16 octobre 1799), dont les parrains furent, par procuration, le maréchal Luckner et le général Lafayette (Registre des baptêmes et naissances de la paroisse du Temple-Neuf, 1790-1792, fo32, no87, AVES, N.240).

25 . Achille François de Lascaris d’Urfé, marquis du Chastellet, plus couramment appelé Duchâtelet (1759-1794), colonel du 10e régiment de chasseurs à cheval. Suspecté de complicité avec « le traître Dumouriez », il fut emprisonné à Paris en septembre 1793 et se donna la mort en prison en avril 1794).

26 . Lettre au maire Dietrich datée de Sélestat du 29 avril 1792, dans laquelle on peut lire : « … je n’ay point reçu le chant de guerre de M. De Lisle que vous m’aviez promis. » (Archives de Dietrich, 59/9/62), ce qui n’implique pas nécessairement sa présence à l’audition du 26 avril.

27 . Nicolas (de) Luckner (1722-1794, guillotiné), Bavarois au service de France depuis 1763, avait été élevé à la dignité de maréchal en décembre 1791 (NDBA, fasc. no25, p. 2 450).

28 . NDBA, fasc. no5, p. 366-367.

29 . Entre autres, la narration parue le 12 août 1830 dans le journal Le Temps, par C. Masclet, qui aurait alors été adjoint aux adjudants généraux sous Victor de Broglie. Or, si Masclet nomme ceux présents le 25, il reste muet sur l’épisode du lendemain. En admettant que le 26, Dietrich fit venir les mêmes convives que ceux présents à la soirée de la veille, alors on pourrait en déduire que ceux cités par Masclet pouvaient aussi figurer parmi eux. Cependant, la prudence s’impose, car sa narration, postérieure aux faits de près de 40 ans, recèle quelques inexactitudes, à mettre au compte d’une mémoire qui s’était effritée avec les années.

30 . Armand Désiré de Vignerot du Plessis de Richelieu, duc d’Aiguillon (1761-1800), député aux États généraux, fut l’un des premiers députés de la noblesse à se rallier au tiers état ; en 1792, colonel du 7e régiment de chasseurs à cheval en garnison à Sélestat. Il émigra à Hambourg en septembre 1792.

31 . Louis Maximilien de Caffarelli du Falga (1756-1799), avait fréquenté l’École royale du génie de Mézières où il avait peut-être croisé Rouget de Lisle ; capitaine d’artillerie à l’armée du Rhin en 1792, général de brigade en 1795, mort au combat à Saint-Jean-d’Acre lors de la campagne d’Égypte.

32 . Louis Charles Antoine Desaix (ou Des Aix) de Veygoux (1768-1800), général de brigade en 1793 et futur commandant en chef de l’armée du Rhin. Mortellement blessé lors de la bataille de Marengo le 14 juin 1800. Monument à Strasbourg.

33 . Notamment Frédéric-Auguste Engelhardt (fils de Daniel-Frédéric) dans un article inséré dans le Courrier du Bas-Rhin du 11 juillet 1863, repris et commenté par Albert de Dietrich, La création de la Marseillaise : Rouget de Lisle et Frédéric de Dietrich, Paris [1917], p. 33-37 (BNUS, M.132.638).

34 . Adam Walther Strobel, Vaterländische Geschichte des Elsasses von der frühesten Zeit bis zur Revolution 1789, … fortgesetzt von Dr. Ludwig Heinrich Engelhardt, t. 6, Strasbourg, 1849.

35 . Johannes Friese, Neue Vaterländische Geschichte der Stadt Straßburg, und des ehemaligen Elsaßes, von der ältesten bis auf unsere Zeiten, t. 5, Strasbourg,1801.

36 . Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, 1847, t. 2, p. 417-419 (voir annexe 4), avec bien des fantaisies, dont certaines mêmes grotesques : pourquoi avoir fait bêcher des laitues d’hiver au « pauvre » Dietrich ? – p. 419. Encore que Lamartine se fût probablement inspiré, du moins en partie mais en romançant quelque peu, de la « Notice historique » rédigée en 1833 (annexe 3) par un nommé De La Barre, rédacteur au journal Le Constitutionnel (BNF, fr. nouv. acq., no4 299, ms, 2 pages).

37 . Huile sur toile, 0,92 x 0,75 m. actuellement au Musée historique de Strasbourg.

38 . Il a été rapporté que les personnages représentés étaient des familiers du peintre, qu’il avait pris pour modèles ; ainsi, le vieillard debout, à tête blanche et foulard rouge au cou, serait son père (Louis Fiaux, La Marseillaise. Son histoire dans l’histoire des Français depuis 1792, Paris, 1918, p. 385).

39 . Cette hypothèse s’appuie sur une lettre attribuée à Louise Sybille Dietrich destinée à son frère Peter Ochs à Bâle (annexe 1), publiée en 1872 par Adrien Morpain (Souvenirs historiques d’Alsace. Critique musicale 1792. Rouget de Lisle à Strasbourg et à Huningue. Ses différentes habitations. Documents inédits. Strasbourg, 1872, in-8o, 15 p. – BNUS, M.120.824 – BNF, 8oLn27n.50484), qui prétendit avoir pris copie de son original se trouvant alors entre les mains d’un prote de l’imprimerie Dannbach à Strasbourg, Charles Bernhard (NDBA, fasc. no3, p. 187), décédé à Strasbourg le 31 juillet 1864, date limite à laquelle Adrien Morpain aurait pu se faire montrer l’original de cette lettre. Pourquoi alors avoir attendu 1872 pour la rendre publique ? L’original, censé avoir été possédé par Charles Bernhard, n’ayant jamais été trouvé, pas plus que la copie que Morpain prétend en avoir faite, de nombreux auteurs avancent cependant l’existence d’une copie conservée dans le fonds privé His/Ochs aux Archives de Bâle (Staatsarchiv Basel, Abteilung Privatarchive), et dont certains – par exemple : Sylvie Pécot-Douatte, À la recherche d’Edelmann, le musicien guillotiné, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 126, note 1 – en donnent même une cote (633 C, qui n’est autre que la cote générale du fonds His/Ochs). D’autres, se contentent d’affirmer l’existence d’une copie dans le fonds Ochs aux Archives de Bâle (par exemple Philippe Champy, « Les boiseries de la Marseillaise », Annuaire des Amis du Vieux Strasbourg, no36, 2011, p. 76), alors que, plus prudent, Julien Tiersot, Histoire de la Marseillaise, Paris, 1915, p. 46, s’était limité à sa publication « sèche », se gardant bien de préciser d’où il l’avait tirée. Bref, un bel imbroglio. Ayant compulsé ce fonds bâlois il y a un peu plus d’une douzaine d’années, je n’y ai trouvé aucune trace de copie de cette lettre (on peut d’ailleurs se demander pourquoi une copie ? et par qui ?) pas plus que de son original. Or, curieusement, en consultant le recueil de la correspondance active et passive publiée de Peter Ochs (Korrespondenz des Peter Ochs. 1752-1821, herausgegeben und eingeleitet von Gustav Steiner, Basel, 1927), j’y ai constaté l’insertion de cette lettre (t. 1, p. 353-354) mais sans référence d’archive, l’auteur précisant toutefois l’avoir relevée imprimée dans : “Ferd. Reiber. Le Centenaire de la Marseillaise, S. 12 ; ‘Temps’ 24 avril 1892 ; Julien Tiersot, Histoire de la Marseillaise, S. 46”, ce qui prouve bien qu’il n’a trouvé ni copie contemporaine ni original. Il faudrait aussi pouvoir expliquer par quelle mystérieuse voie, une lettre prétendument envoyée de Strasbourg à Bâle, pouvait se retrouver, en original, entre les mains d’un prote d’imprimerie à Strasbourg soixante ou soixante-dix ans plus tard ? Bien entendu, il est toujours possible d’avancer qu’elle n’aurait jamais quitté Strasbourg, soit que sa rédactrice eût oublié de la poster, ou qu’elle aurait été subtilisée en cours d’acheminement, voire plus tard, et qu’ensuite elle serait passée de main en main ; mais là, on tombe dans le roman. Or, un examen attentif de son contenu ne permet même pas de la rattacher avec certitude à Sybille de Dietrich : ainsi, sa prétendue compétence pour mettre son « talent d’orchestration en jeu, arranger les partitions sur le clavecin et autres instruments », comme il est affirmé dans cette prétendue lettre, devient vraiment douteuse dès qu’on se réfère à une authentique lettre autographe (qu’elle signa Dietrich née Ochs), quand elle écrivait : « … je ne sais pas copier la Musique » (Lettre du 17 fructidor an VIII, 4 septembre 1800, au pasteur Jean-Frédéric Oberlin au Ban-de-la-Roche, AVES, 77 Z 137,17). Qu’est-ce à dire, sinon qu’elle admet ne pas savoir transposer un air sur une portée ? Il est aussi une question qu’on ne peut éluder : qui aurait été l’auteur de ce qui semble être une mystification, et dans quel but ? Et là, on peut se perdre en conjectures – Julien Tiersot (1857-1936), musicologue et bibliothécaire du Conservatoire National de la Musique à Paris, qui a effectué bien des recherches sur Rouget de Lisle et sa Marseillaise, considère cette lettre comme le plus précieux document de tous ceux relatifs à l’origine de la Marseillaise et qui doit faire autorité avant tout autre. Or, posant lui-même la question : « Comment celle-ci a pu venir entre les mains d’un typographe de Strasbourg ? », il y répond : « c’est ce que nous ne saurions dire », et s’en contente. Il se rallie toutefois à l’avis de l’historien Rodolphe Reuss, que « les sources d’où provient cette lettre ne font pas autorité », en d’autres termes : il y a un sérieux doute quant à la crédibilité à accorder à cette prétendue lettre (Voir : Julien Tiersot, Rouget de Lisle. Son œuvre - sa vie, op. cit., p. 405‑408). Plus récemment, éric Hartmann, dans son ouvrage, La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., considère ce « témoignage épistolaire » comme irrécusable (p. 290), mais il omet de préciser qu’il ne pourrait l’être qu’à la condition que son existence et son authenticité soient établies.

40 . Sans qu’aujourd’hui encore, il soit possible de situer l’origine de cette affirmation, qui, reprise d’auteur en auteur, reçut, rien que par ses répétitions, un cachet d’authenticité.

41 . Archives de Dietrich, 62/113 (orthographe originelle) : « Je vous prie, Mon tres cher fils, de me procurer demain dans la matinée un passeport pour M. Le Comte de Rohdé Rhode Chambellan et Envoyé du Roy de Prusse en Portugal pour pouvoir prendre avec Lui 25 à 30 Louis. nous nous sommes seulement joints ce soir, il voulloit Vous faire une visite ; mais je l’en ai empeché. je Vous embrasse tendrement et Vous souhaite le bon soir. Ce 15. avril 1792 [sans signature]. » Bien entendu, ce billet aurait pu être porté au maire à la mairie, mais il fait partie des archives de Dietrich à Reichshoffen et figure parmi les papiers personnels que Frédéric de Dietrich avait reçus et conservés à son domicile, et qui sont restés dans la famille (sauf ceux détournés), contrairement à ceux officiellement reçus à la mairie, qui sont détenus par les Archives de la Ville de Strasbourg.

42 . Ainsi le 27 février 1789, il écrivait à l’Ammeister Jean de Turckheim : « […] Cette affaire est pour moi dun intérêt si vif que Je quitterai avec plaisir mes mines, mes forets, mes manufactures, quelqu’attraits que jaye pour elles, tenés moi, je vous Suplie, au Courant de ce qui Se Sera passé. Si vous avez été la premiere cause que mes idees Se Sont fixés Sur le pretorat, Il faut bien maintenant m’aider a terminer. » (Hélène Georger-Vogt, Dietericiana iv, Correspondance de Dietrich - de Turckheim, p. 9 - Archives de Dietrich, 64/3, p. 402).

43 . Pour Conrad de Gérard (1729-1790), voir NDBA, fasc. no12, p. 1 149-1 150.

44 . Le préteur royal était ce que nous désignerions aujourd’hui par « l’œil de Versailles ». Voir : Ingeborg Streitberger, Der königliche Prätor von Strassburg, 1685-1789. Freie Stadt im absoluten Staat, Wiesbaden, Steiner, 1961, 402 p.

45 . Jean V de Turckheim (1749-1824), voir NDBA, fasc. no 37, p. 3 022-3 023.

46 . Louis Pierre de Chastenet, comte de Puységur (1727-1807).

47 . Rothau (Bas-Rhin), un bourg de la vallée de la Bruche, anciennement chef-lieu du comté du Ban-de-la-Roche (Steinthal), acquis en 1771 par Jean de Dietrich (père). Il y possédait un château, datant du XVIe siècle, qu’il avait fait remanier. Ce fut là que la baronne de Dietrich s’était arrêtée. Le château existe encore.

48 . Marie-Claude Douet fut guillotinée à Paris le 25 floréal an II (14 mai 1794) à l’âge de 60 ans, comme complice de son mari, Jean-Claude Douet du Houssaye, âgé de 73 ans, fermier général « ennemi de l’égalité par état et par principes », exécuté le même jour (AN, F7.4680, dossier Douet et W.365, 809).

49 . Son père, Jean Fauste de Batailhe, seigneur de Francès (1683-1761), entrepreneur général des hôpitaux du roi et des fourrages aux troupes en Alsace, avait acquis cet hôtel en 1729 et l’avait revendu en 1737 à François Marie Gayot (1699-1776), alors commissaire provincial des guerres en Alsace, qui le revendit en 1739 au banquier Philippe Frédéric Hermanni (1698-1761), dont Jean de Dietrich (1719-1794) épousa la fille unique Amélie Anne Dorothée (1729-1766) en 1745.

50 . La Ville libre Royale de Strasbourg était sous tutelle du ministre de la Guerre depuis son passage sous la domination française en 1681.

51 . Lettre du 30 septembre 1789 (Archives de Dietrich, 64/3, p. 554).

52 . Voir NDBA, fasc. no34, p. 3 591-3 592.

53 . Lettre du 24 février 1790 (Archives de Dietrich, 64.I/2, p. 69). À cette date, la municipalité n’avait pas encore été élue en totalité. Les opérations électorales commencées le 5 février ne se terminèrent que le 14 mars.

54 . AVES, 1 MW 53, à la date.

55 . AVES, 204 MW 49.

56 . AVES, 204 MW 50.

57 . AA-S, Q.4416.

58 . En prenant les actuelles dénominations des voies, cette section était délimitée par les côtés « impairs » des rues des Grandes Arcades, des Hallebardes, des Juifs, du Parchemin et des Récollets, le quai Lezay-Marnésia, le côté sud de la place Broglie et le côté « pair » de la rue de la Mésange.

59 . AVES, AA.2005b, liasse 31, no15. Jean-Baptiste Antoine de Flachslanden (1739-1825), bailli de l’ordre de Malte, député aux États généraux par le tiers état du district de Haguenau-Wissembourg (NDBA, fasc. no11, p. 962).

60 . Le baron Joseph André de Weittersheim, l’aîné (1742-1827, NDBA, fasc. no6, p. 511) avait acquis en octobre 1783 cet hôtel provenant de la succession de la princesse Christine de Saxe (1735-1782), tante de Louis XVI, abbesse du chapitre noble de Remiremont (AA-S, étude Lacombe, 6E41/192, no21), et le revendit en mars 1797 à Antoine Blanchot (1748-1808), payeur général du département du Bas-Rhin et de la 5e division militaire (AA-S, étude Lacombe, 7E57/1, no12).

61 . Déclarations faites par les privilégiés de leurs propriétés et revenus en vue de l’application de l’impôt des vingtièmes (AVES, série VI/507-4, dossier B), état dressé par l’officier municipal Isaac Ottmann. Le bailli de Flachslanden avait bien été domicilié en cet hôtel (« son manoir ») avant de rejoindre Versailles (Almanach d’Alsace de 1788, AVES, US-145, p. 206 : M. le Baillif de Flachslanden rue des Charpentiers, 23).

62 . Du soldat Gabriel Berteau du 22 juin 1790 « A monsieur le baron de Dietrix Maire de la ville de Strasbourg dans son hotel rue des charpentiers a Strasbourg » (Arch. de Dietrich, 62/29) ; une du 1er mars 1791 de Pierre Ochs de Bâle, le beau-frère du maire, adressée à son domicile « ruë des Charpentiers à Strasbourg » (AVES, 282 MW 1) ; une autre du 26 juin 1791 de Louis Jean Gaudbert, secrétaire et homme d’affaires de Frédéric de Dietrich à Paris, surveillant de sa maison parisienne, adressée à « Madame, Madame de Dietrich née Ochs en son hotel rue des Charpentiers à Strasbourg » (AVES, 282 MW 6, liasse A, no47, lettre intéressante par le compte rendu fait par Louis Jean Gaudbert du retour à Paris de la famille royale après son escapade manquée).

63 . AVES, 280 MW 35.

64 . L’hôtel existe toujours. Sa façade sur rue et son escalier intérieur furent classés Monument historique par arrêté du 21 décembre 1927, sous le nom d’Hôtel Dartein (l’un des futurs propriétaires).

65 . Cinquante Chants Français. Paroles de différents auteurs. Mises en musique avec accompagnt de Piano par Rouget de Lisle – à Paris chez l’Auteur, rue du passage Saunier no 21 [s. d.], p. 83 (annexe 2).

66 . Recherches Historiques et Chronologiques Pour servir L’histoire de Montpellier. 1re partie - Depuis 1788 jusqu’au 1er vendémiaire an iv. Loisirs de Vt Ls Sr [Vincent Louis Soulier, greffier de la cour d’appel de Montpellier], dit Manuscrit de Soulier, cote MS 245.

67 . Jacques Guillaume Simoneau (1740-1792), maire d’Étampes (Seine-et-Oise, aujourd’hui Essonne) fut assassiné le 3 mars 1792 sur le marché d’Étampes au cours d’une émeute provoquée par des hausses des prix du blé et du pain. L’Assemblée nationale décréta une fête à sa mémoire, célébrée dans pratiquement toutes les villes.

68 . Dominique Pouderous (1721-1799), évêque constitutionnel du département de l’Hérault, élu en mars 1791.

69 . Dans son ouvrage, Pierre Roumel (La Marseillaise de François Mireur, op. cit., p. 52) explique que ce fut un jeune étudiant, du nom de Victor Delapierre, venu de Strasbourg à Montpellier y poursuivre ses études de médecine, qui aurait apporté le Chant de guerre pour l’armée du Rhin et qui l’aurait chanté lors de la fête funèbre célébrée en mémoire de Simoneau le 17 juin 1792. Recherches faites, je n’ai trouvé aucun Victor Delapierre (ou nom approchant, français ou allemand – Stein – et toutes leurs variantes) ni dans les matricules de la faculté de médecine de Strasbourg, ni dans les registres d’inscription de celle de Montpellier. Légende ou histoire vraie ? Pierre Roumel étant décédé, je n’ai plus eu l’occasion de me renseigner auprès de lui à ce sujet. Michel Winter, Les chemins de la Marseillaise, Barr, Le Verger, 2015, développe une toute autre hypothèse, mais là, c’est vraiment du roman.

70 . François Mireur (1770-1798), né à Escragnolles (district de Grasse, alors dans le département du Var, puis dans les Alpes-Maritimes à partir de 1860), sur la « Route Napoléon », d’abord médecin, puis plus tard, général de brigade dans l’armée d’Égypte, où il trouva la mort. Voir : Jean Lombard, Un Volontaire de 1792, Paris, 1892, XXI + 380 p. (ou nouvelle édition, Paris, 1903, XII + 362 p.) et aussi : Pierre Roumel, La Marseillaise de François Mireur, op. cit., 136 p. (un peu romancé).

71 . Jacques Gilles Marie Goguet (1767-1794), natif de La Flotte-en-Ré (Charente-Maritime), docteur en médecine et membre des Jacobins de Montpellier, commandant d’un bataillon de garde nationale de Montpellier, futur général de division, assassiné dans des conditions obscures en avril 1794 par un de ses soldats devant Landrecies (François Granel, «La vie ardente de Jacques Goguet, docteur de l’Université de Médecine de Montpellier, général des armées de la République (1767-1794)», Monspeliensis Hippocrates (1969) no43, p. 9‑20.

72 . Joseph Servan (1741-1808), ministre jacobin de la Guerre (du 9 mai au 13 juin 1792), sans en avoir référé au roi, avait proposé à l’Assemblée nationale de décréter un appel à 20 000 gardes nationaux volontaires de tous les départements, en vue, d’une part, d’assister à la Fédération du 14 juillet à Paris, et de l’autre, de former un camp sous les murs de Paris, dans le prétendu but de protéger la capitale contre l’ennemi extérieur, en réalité dans celui de soutenir les « patriotes » parisiens contre leurs ennemis intérieurs, une proposition que l’Assemblée nationale décréta le 8 juin (Moniteur, réimpr., t. 12,no161 du 9 juin 1792, p. 607) décret sur lequel Louis XVI apposa son veto le 11 juin, le rendant constitutionnellement inexécutable. Malgré cela, de nombreuses communes avaient mis des volontaires – qu’on appellera les Fédérés – en marche vers Paris. À Marseille, à l’appel de Charles Barbaroux (1767-1794, guillotiné, voir Auguste Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, Paris, 1916, p. 21-22), le 29 juin, le maire et les officiers municipaux annoncèrent le départ pour la capitale de cinq cents hommes « qui sachent mourir », pour le 1er ou le 2 juillet, « bien pourvus de patriotisme, de force, de courage, d’armes, de bagages et munitions ».

73 . Le siège de la société des Amis de la Constitution se situait dans cette même rue Thubaneau (1er arrondissement), dans un ancien Jeu de paume aménagé en salle de réunion, actuellement nos23-25 abritant le « Mémorial de la Marseillaise » depuis 2011.

74 . No48 du samedi 23 juin 1792, p. 200 (Bibliothèque de l’Alcazar à Marseille, magasin des périodiques morts, fol. 13141).

75 . Le bataillon était composé en grande majorité d’ouvriers et d’artisans. Près de la moitié étaient des hommes mariés. Les deux tiers avaient entre 21 et 40 ans. Un peu moins de la moitié étaient Marseillais de naissance ou d’adoption (c’est-à-dire établis dans la ville depuis au moins dix ans). Les autres venaient des départements des Bouches-du-Rhône et autres du Sud-est (Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Corse, Gard, Hérault, Var, Vaucluse), auxquels il faut ajouter un petit nombre d’estrangers : Auvergnats, Bourguignons, Comtois, Lorrains, Lyonnais, Normands, Parisiens, Stéphanois, et même un Suisse et deux Allemands (Georges Reynaud, Les Marseillais de la Marseillaise. Dictionnaire biographique du bataillon du 10 août. Paris, 2001, in-8o, 384 p.). Ce bataillon de Fédérés était-il pour autant constitué de cette « écume des crimes vomie des prisons de Gênes, du Piémont, de la Sicile, de toute l’Italie enfin, de l’Espagne, de l’Archipel [partie orientale de la Méditerranée, entre la Grèce à l’ouest, et l’Anatolie à l’est] et de la Barbarie[le Maghreb] » ainsi qualifiés par le député des Bouches-du-Rhône à l’Assemblée Législative, le Marseillais Mathieu Blancgilly (1747-1804) – ou Blanc-Gilli – ? (Mémoires (inédits) de Charles Barbaroux, député à la Convention nationale, avec des éclaircissemens historiques par MM. Berville et Barrière, Paris, 1822, p. 40 et 41, note). Jules Michelet (Histoire de la Révolution française, Paris, Robert Laffont, 1987-88, t. 1, p. 751), n’est guère plus bienveillant à leur égard : « … les Marseillais étaient déjà, quoique jeunes, de vieux batailleurs de la guerre civile, faits au sang, très endurcis … » et, Lamartine ne les tient pas en meilleure estime : « C’était le feu des âmes du Midi venant raviver le foyer révolutionnaire, … Ce corps … de Génois, de Liguriens, de Corses, de Piémontais expatriés et recrutés pour un coup de main décisif sur toutes les rives de la Méditerranée ; la plupart matelots ou soldats aguerris au feu, quelques-uns scélérats aguerris au crime. » (Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, 1847, t. 2, p. 414). Adolphe Thiers, Histoire de la Révolution française, Paris, 1851-1853, est un peu plus mesuré dans son appréciation : « Les Marseillais comptaient dans leurs rangs tout ce que le Midi renfermait de plus exalté, et tout ce que le commerce amenait de plus turbulent dans le port de Marseille. » (t. 1, p. 276). Il nous reste aussi la relation des événements par un Strasbourgeois, étienne Schwendt, juge au tribunal de cassation à Paris, précédemment député de Strasbourg aux États généraux puis à l’Assemblée nationale constituante, témoin direct de l’arrivée des Marseillais à Paris : « La mesure se comble, et nous en sommes au point où l’on ne peut plus s’arrêter. Les combinaisons les plus scélérates ont éloigné de Paris les troupes de ligne, y ont attiré les Marseillais, ont rendu odieux ceux de la garde nationale qui se prononçaient pour le bien et ont ainsi ôté à la force publique toute son action. On avait aposté les Marseillais aux Champs Élysées. Ils y ont massacré trois grenadiers et blessé 20 autres gardes nationaux. Moreau de St Méri [ancien Constituant] a, pour sa part, reçu deux coups de pierre et six coups de sabre, dont un peut-être dans le dos, du bas en haut de plus de trois pouces. 30 l’ont assailli. Enfin, les Marseillais avaient fait des dispositions pour attaquer le château dans la nuit d’avant-hier, et ils se faisaient fort de l’abandon que la garde nationale avait fait de ses camarades en ne les vengeant pas. On a su le projet et on y a pourvu par une force suffisante. Ces furieux usurpant la qualité de fédérés des 83 départements d’une part ne veulent pas partir, et de l’autre présentent des pétitions pour la déchéance du roi et de toute la dynastie. » (Lettre du 4 août 1792 au maire de Strasbourg, AVES, AA.2005a,75 − extrait). Au moment de leur départ, Maillet cadet, le président du club jacobin, vint les haranguer pour galvaniser leur patriotisme : « Allez braves citoyens, […] allez faire pâlir le tyran sur un trône qu’il ne mérite plus ! Allez lui dire que le peuple souverain est là pour sanctionner des décrets qu’il a frappés de son monstrueux veto !... Dites-lui qu’il a comblé la mesure de ses perfidies ! … » (Joseph Pollio et Adrien Marcel, Le bataillon du 10 août. Recherches pour servir à l’Histoire de la Révolution française, Paris, 1881, p. 141).

76 . Jean-François Moisson (1745-1811), un des fondateurs du club jacobin marseillais. Notice biographique dans Georges Reynaud, Les Marseillais de la Marseillaise. Dictionnaire biographique du bataillon du 10 août, Paris, 2001, p. 204-207.

77 . Leur périple les fit passer par Aix-en-Provence, Avignon, Orange, Pont-Saint-Esprit, où ils firent jonction avec le bataillon des volontaires de l’Hérault (250 hommes), pour alors poursuivre ensemble la route par Montélimar, Valence, Vienne qui fut atteint le 14 juillet, Lyon, Villefranche, Mâcon, Chalon-sur-Saône, Autun, Saulieu dans le Morvan, Avallon, Auxerre, Sens, Charenton où, dans la soirée du dimanche 29, ils furent attendus par Barbaroux et une délégation des Jacobins parisiens, et enfin Paris. − On peut lire dans le Courrier de Strasbourg no180 du jeudi 2 août 1792, p. 719 : « Paris, le 26 Juillet. Les Marseillais arrivent ce soir par le coche d’Auxerre et des bateaux ».

78 . Voir par exemple : Georges Reynaud, Les Marseillais de la Marseillaise, op. cit., p. 31 : « C’est au son de cette marche [l’Hymne des Marseillais] que l’assaut se fait ; c’est aussi en la chantant que certains blessés trépassent en demandant à leurs frères de les venger ».

79 . Paris, [1793], chez du Pont, Impr.- libraire, in-12o, 72 p., en p. 25-27, BNF, NUMM-57063, en ligne sur Gallica.

80 . La première traduction parut anonymement fin octobre à Strasbourg sous le titre de Kriegslied der Marseiller, (BNUS, CD.119.554, in-8o, 12 p. [s.l.n.d.]), dont la disponibilité chez les frères Stuber à Strasbourg fut annoncée par les gazettes Geschichte der gegenwärtigen Zeit, no263 du 26 octobre 1792, p. 1 052 et Argos, oder der Mann mit hundert Augen, noxxxv du 30 octobre, p. 280, cette dernière précisant que le traducteur en est Euloge Schneider. Une seconde traduction, sans titre, fut celle du pasteur de Munster, Jean Frédéric Lucé (1752-1808), insérée dans l’hebdomadaire de Colmar, Wochenblatt dem Unterricht des Landvolks gewidmet, durch eine Gesellschaft wahrer Freunde der Freyheit und Gleichheit, no1 du 1er novembre 1792 (BNUS, M.109.401).

81 . Ainsi, la séance du 27 octobre 1792 des Jacobins de Strasbourg « s’ouvre par le chant des Marseillois. À la dernière strophe [la 6e qui débute par : Amour sacré de la patrie …], l’ass. tient les mains levées vers le ciel. La société arrête que chaque séance s’ouvrira de même. » (Registre des procès-verbaux des séances de la société des Amis de la Constitution de Strasbourg, AVES, 1 MW 113, à la date). Le chant des Marseillais en ouverture de séance est encore évoqué de temps à autre, mais plus rien à partir de décembre 1792. – L’Hymne des Marseillais fut aussi chanté dans d’autres sociétés, ainsi dans celle de Honfleur, la première fois lors de la levée de la séance du 15 septembre 1792, où furent entonnés « des couplets patriotiques dont le refrein guerier [sic] », qui lors de séances suivantes, aussi bien à leur ouverture qu’à leur levée, furent nommés « himne [sic] des Marseillais ». (Michel Biard, Procès-verbaux de la Société populaire de Honfleur (Calvados) (janvier 1791-février 1795), Paris, 2011, p. 265). – Dans les procès-verbaux de la société populaire d’Égalité-sur-Marne (Château-Thierry) on relève que lors de sa séance du 13 brumaire an II (3 novembre 1793) à laquelle étaient venus assister les représentants du peuple en mission, Sylvain Lejeune (1758-1827) et Louis Félix Roux (1753-1817), « le citoyen Pichard [l’un des membres] chante l’hymne des Marseillais. » (J. Rollet, « Les procès-verbaux de la société populaire de Château-Thierry de l’an II de la République », Société historique et archéologique de Château-Thierry. Annales de 1881, 1882, p. 195). – À la société populaire de Lunéville, les séances commencent avec un couplet de l’hymne marseillais. (Henri Baumont, « La société populaire de Lunéville. 1793-1795 », Annales de l’Est, 1889, p. 345). – Il en fut de même dans celle de Villenauxe-la-Grande dans l’Aube (Alfred Bardet, « La société républicaine et montagnarde des sans-culottes de Villenauxe-la-Grande. En l’an ii de la République », Annuaire du département de l’Aube pour 1893, p. 48). Ailleurs, l’hymne des Marseillais fut chanté ponctuellement lors de certaines manifestations patriotiques (voir, par exemple, p. 145, à Montpellier). On pourrait ainsi multiplier les exemples confirmant l’adoption progressive de la Marseillaise aux quatre coins de la République.

82 . Cependant, « le ton badin » avec lequel Madame Dietrich s’exprime dans cette « lettre », ne fut pas toujours très prisé, tant s’en faut : « Le chant qui devait faire vibrer l’âme de tout un peuple n’est, d’après elle, que de la musique. Recopiant le texte qui, aujourd’hui, est connu du monde entier, l’épouse du premier magistrat strasbourgeois y trouve « une occupation qui [l’]amuse et [la] distrait beaucoup. » La phrase confine, pour certains, au sacrilège. D’autant plus qu’elle ajoute : « Dans ce moment où partout on ne discute (…) que politique… ». N’a-t-elle pas compris, l’ignorante, la portée universelle du texte du compositeur ? Eh bien non ! Mieux, elle qualifie le morceau de « chant de circonstance (…) entraînant et d’une certaine originalité ». Bref, on reprochera à Mme de Dietrich de « n’avoir pas pressenti la grandeur de l’hymne national » et de n’y avoir vu qu’un aimable amusement de salon destiné à distraire de notables patriotes. » (Hervé Luxardo, Histoire de la Marseillaise, Paris, 1989, p. 25).

83 . La date du décret de l’Assemblée législative est du 20 avril, il fut rendu en séance sur la demande de Louis 16.

84 . On était à Strasbourg.

85 . Bien que Lamartine n’ait pas été un confident de Rouget de Lisle, son récit, de seconde main – entre autres inspiré par le récit de La Barre (voir annexe 3, ci-dessus) – étant certainement le plus connu, et même s’il est parfois fantaisiste, j’estime qu’il doit être rappelé ici, car, sans aucun doute, il fut à l’origine du célèbre tableau du peintre Isidore Pils, Rouget de Lisle chantant la Marseillaise.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Isidore Alexandre Pils, Rouget de L’Isle chantant la Marseillaise pour la première fois
Légende Huile sur toile, 1849 Strasbourg.
Crédits Musée Historique (dépôt du musée du Louvre, Paris). Photo Musées de la ville de Strasbourg, M. Bertola.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig 2. Extrait de l’état de la garde nationale de la 6e section au 18 octobre 1791
Crédits AVES, 280 MW 35.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Variations de la Marseillaise
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5476/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Betzinger, « La Marseillaise, de Strasbourg à Paris, via Montpellier et Marseille »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 127-158.

Référence électronique

Claude Betzinger, « La Marseillaise, de Strasbourg à Paris, via Montpellier et Marseille »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5476 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5476

Haut de page

Auteur

Claude Betzinger

Historien

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search