Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148VariaLes juifs d’Alsace sous le Premie...

Varia

Les juifs d’Alsace sous le Premier Empire

Histoire et mémoire à partir d’une lecture du Blocus d’Erckmann-Chatrian
Alsatian Jews under the First Empire: history and memory in an interpretation of Erckmann-Chatrian’s Blocus
Die elsässischen Juden im Ersten Kaiserreich: Geschichte und Erinnerung aus einer Lesung aus dem Werk „Le blocus“ von Erckmann-Chatrian
Nils Renard
p. 159-174

Résumés

La place du judaïsme alsacien dans l’histoire des guerres napoléoniennes constitue un aspect négligé, tant de l’historiographie du Premier Empire que de celle du judaïsme. L’enjeu représenté par la conscription des juifs d’Alsace et leur participation dans ces guerres est pourtant relativement important dans l’histoire alsacienne, région au cœur des routes militaires sous la Révolution et l’Empire. Cette réalité historique trouve des échos dans la mémoire alsacienne, en particulier dans un roman d’Erckmann-Chatrian, Le Blocus, qui offre un exemple de rencontre entre enjeux historiques bien attestés et mise en récit. Le roman présente l’itinéraire de Moïse, investisseur juif de Phalsbourg, qui reflète les enjeux liés à l’économie de guerre, à travers son rôle de marchand, mais aussi ceux liés à la conscription, puisqu’à la faveur du siège de la ville en 1814, le personnage se trouve au cœur de l’expérience militaire napoléonienne. C’est cette réalité double que nous interrogeons, à travers une étude critique du roman. Nous y identifierons les notions de « juif de guerre » et « juif guerrier », développées dans nos travaux sur la place des juifs dans la guerre et les armées napoléoniennes, et qui permettent une analyse historique et anthropologique du récit proposé. Cette analyse conduira aussi à dégager l’originalité de l’œuvre d’Erckmann-Chatrian et ce qu’elle révèle de la mémoire alsacienne qu’elle entend transmettre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Freddy Raphaël et Robert Weyl, Regards nouveaux sur les Juifs d’Alsace, Paris, Librairie Istra/ é(...)
  • 2 . Henri Hatzfeld, « Erckmann-Chatrian et la culture populaire », Esprit, no9, 1963, p. 321, cité in(...)

1La valeur historique accordée à l’œuvre d’Alexandre Chatrian et Émile Erckmann, connus le plus souvent sous leur nom collectif d’Erckmann-Chatrian, longtemps minorée, tend à être mieux prise en compte. La contribution sur Erckmann-Chatrian, dans l’ouvrage de Freddy Raphaël et Robert Weyl, publié en 19801, propose un bilan de la lecture historique qui peut être faite de ces romans pour la connaissance de la place du judaïsme alsacien dans l’histoire des mentalités en France. Freddy Raphaël revient ainsi sur la spécificité des romans d’Erckmann-Chatrian, leur capacité à mêler histoire et fiction, et à offrir ainsi une reconstitution très vraisemblable des circonstances historiques du point de vue individuel, spécificité déjà remarquée par les différents travaux sur la question qu’ils citent2. Nous nous inscrivons dans cette approche qui tend à percevoir dans cette œuvre, avant tout romanesque, les marques d’un travail d’historien mené par Erckmann et Chatrian, qu’il sera utile d’analyser pour le comparer aux connaissances historiographiques sur la période. Cette comparaison nous amènera ainsi à étudier l’ambiguïté de l’intégration des juifs alsaciens dans la société française du Premier Empire, notamment pour ce qui est de la dimension militaire.

  • 3 . Freddy Raphaël et Robert Weyl, Regards nouveaux, op.cit., p. 151-153.
  • 4 . Geoffrey Wigoder, Sylvie Anne Goldberg, Véronique Gillet, Arnaud Serandour et Gabriel-Raphaël Vey (...)

2Émile Erckmann, né à Phalsbourg le 20 mai 1822 et mort à Lunéville en 1899, et Alexandre Chatrian, né à Soldatenthal, hameau de la commune d’Abreschwiller, le 28 décembre 1826 et mort à Villemomble en 1890, ont en effet vécu au contact des réalités du judaïsme alsacien, et si le second a adopté le regard généralement hostile aux juifs en Alsace, qui correspond à une perception courante à cette période, Erckmann propose une vision plus positive de la minorité juive. Si les deux auteurs ne sont pas juifs, leur enfance en Alsace les a mis assez tôt au contact du judaïsme, de manière négative pour Chatrian, qui accuse les juifs d’Alsace d’avoir ruiné son père, tandis qu’Erckmann a vécu auprès d’une famille juive et était ami d’un rabbin de Phalsbourg3. L’importance de l’Alsace dans l’histoire du judaïsme français à l’époque où écrivent les deux auteurs est certes en diminution, d’un point de vue numérique, puisqu’en 1872, sur 49 439 juifs vivant en France métropolitaine, près de la moitié vit désormais à Paris, alors qu’avant 1800, 70 % d’entre eux vivaient en Alsace4, mais la place de la région reste décisive dans l’histoire du judaïsme français, même à l’époque d’écriture du roman.

  • 5 . Natalie Petiteau résume l’image très néfaste diffusée par ces deux auteurs, et ce en plein Second (...)

3Cette première question de la place du judaïsme dans l’œuvre d’Erckmann-Chatrian peut être alors mise en relation avec un deuxième aspect bien plus connu de l’œuvre de ces deux auteurs, à savoir la représentation des guerres napoléoniennes. Le succès d’Erckmann-Chatrian s’inscrit en effet dans l’essor des récits sur ces guerres, sous le Second Empire. Les principaux succès éditoriaux des deux auteurs ont lieu entre 1860 et le début des années 1870, et épousent un contexte politique qui fait des guerres napoléoniennes un aspect essentiel de la vie culturelle française, en littérature comme dans les arts plastiques. Natalie Petiteau a résumé la place de leurs romans au sein de la légende napoléonienne, et a éclairé la vision bien plus nuancée et critique offerte notamment par le roman Le Conscrit de 1813, archétype des romans des deux frères, sur les guerres napoléoniennes, vision qu’on retrouve nettement dans Le Blocus5.

  • 6 . Erckmann-Chatrian, Le Blocus, in Gens d’Alsace et de Lorraine, présentation par Jean-Pierre Rioux (...)

4C’est bien la rencontre entre ces deux dimensions, le judaïsme alsacien d’une part et les guerres napoléoniennes d’autre part, qui sera ici envisagée, rencontre qui n’a été que peu étudiée jusqu’à présent, les études portant soit sur l’un soit sur l’autre de ces deux thèmes. Erckmann-Chatrian donnent à voir au quotidien, fût-ce, bien entendu, par l’intermédiaire de la fiction, une question qui sera l’objet de notre étude, en lien avec nos recherches, à savoir la question de l’impact des guerres napoléoniennes et de l’Empire en général sur la vie juive française, et plus particulièrement alsacienne. Cette dimension est surtout présente dans un roman en particulier, Le Blocus6, récit du siège de Phalsbourg en 1814 par les armées coalisées et qui met au premier plan l’itinéraire d’une famille juive alsacienne face à l’irruption de la guerre.

  • 7 . Robert Anchel, Napoléon et les Juifs, Essai sur les rapports de l’état français et du culte israé (...)
  • 8 . Bernhard Blumenkranz et Albert Soboul (dir.), Les juifs et la Révolution française, Problèmes et (...)
  • 9 . Simon Schwarzfuchs, Du juif à l’Israélite, Histoire d’une mutation, 1770-1870, Paris, Librairie A (...)
  • 10 . François Delpech, « Les Juifs en France et dans l’Empire et la genèse du Grand Sanhédrin », Annal (...)
  • 11 . Pierre Birnbaum, L’Aigle et la Synagogue, Napoléon, les Juifs et l’état, Paris, Librairie Arthème (...)
  • 12 . Notre mémoire de master 2 a eu pour objectif de contribuer à combler cette lacune : Nils Renard, (...)

5La question des évolutions du judaïsme dans le cadre de l’Empire napoléonien est bien renseignée et abondamment travaillée par l’historiographie. Depuis les travaux fondateurs de Robert Anchel7, nombre d’ouvrages ont abordé cette question, comme ceux de Bernhard Blumenkranz8,Simon Schwarzfuchs9, François Delpech10, avec une synthèse plus récente de Pierre Birnbaum11. Cette production historiographique, centrée sur les étapes de l’émancipation des juifs, la réorganisation de la vie communautaire du fait de la création des consistoires, la vie religieuse, l’antisémitisme et les spécificités du judaïsme alsacien, s’est cependant peu intéressée aux périodes de guerre. La question de la guerre et de la conscription, pourtant centrale dans l’organisation même de l’Empire, a été relativement minorée, et l’impact de la conscription – sur une population traditionnellement peu concernée par ce phénomène dans les armées modernes – a eu peu de place dans ces travaux12.

  • 13 . Alfred Fierro, André Palluel-Guillard et Jean Tulard, Histoire et dictionnaire du Consulat et de (...)
  • 14 . Alain Pigeard, L’armée de Napoléon, Organisation et vie quotidienne, Paris, Tallandier, 2000, p.  (...)
  • 15 . Philippe Landau, « Les Juifs et la conscription sous le Premier Empire », article en ligne, consu (...)
  • 16 . On peut citer le témoignage, assez lucide, du chancelier Pasquier sur la question de la rumeur du (...)

6La question est pourtant essentielle, puisque depuis le décret d’émancipation adopté par l’Assemblée constituante le 27 septembre 1791, les juifs de France sont astreints aux mêmes lois sur la conscription que le reste de la population française et, à la date des guerres napoléoniennes, c’est la loi du 26 août 1805, modifiant celle de 1798 de Jourdan, qui s’applique13. Dès lors, les juifs sont appelés à servir dans les armées françaises, lesquelles sont parmi les premières à les incorporer, sans distinction juridique. Cette conscription est, en un sens, facilitée par l’absence, en principe, d’aumônier militaire dans la Grande Armée14, ce qui évite tout problème lié au caractère multiconfessionnel de certaines unités. Philippe Landau, dans sa brève synthèse sur la place des juifs dans les armées de la Révolution et de l’Empire, rassemble ainsi les données chiffrées disponibles sur les juifs dans les armées, et le parcours de plusieurs officiers juifs ou élèves polytechniciens juifs15. Toutefois, Robert Anchel a souligné les limites de cette conscription des juifs, lesquels étaient souvent considérés comme inaptes au service militaire ou refusés par les officiers des corps, tandis que circulait la rumeur du fort taux de réfractaires dans leurs rangs16.

  • 17 . On rappellera ici les principales étapes de la réforme du judaïsme français entreprise par Napolé (...)
  • 18 . C’est la théorisation avancée dans le cadre de nos travaux : voir par exemple Nils Renard, Juifs (...)
  • 19 . De nombreux penseurs ont cherché à défendre cette idée d’une vocation militaire ancienne des juif (...)
  • 20 . Sur l’idée de régénération pendant la période révolutionnaire, on peut se reporter à l’article «  (...)

7Dans ce contexte, le roman Le Blocus d’Erckmann-Chatrian apparaît, outre sa dimension proprement littéraire, comme un objet historique pertinent pour cerner les réalités quotidiennes du fait militaire pour les populations juives alsaciennes et combler ainsi une certaine lacune dans notre compréhension de ces questions. Ce récit, publié en 1867, recèle en effet, au-delà des aspects fictionnels qu’il convient de traiter en connaissance de cause, des informations sur la place de la conscription, la guerre et les réalités militaires dans l’existence des communautés juives. Quoique l’œuvre ait été rédigée sous le Second Empire, les auteurs ont eu suffisamment de fois l’occasion d’être mis en contact, direct ou indirect, avec ces questions pour produire un roman qui renseigne assez exactement sur les réalités que les recherches récentes tendent à confirmer. Entre 1808, l’année de mise en place des décrets du 17 mars 180817, et 1867, année de la publication de Blocus, la réalité de la conscription des juifs a nécessairement évolué, mais des constantes sociologiques perdurent et permettent aux deux auteurs de reconstituer une représentation crédible de l’entrée des juifs dans l’armée napoléonienne. À cet égard, deux aspects essentiels se dégagent, correspondant à la théorisation du rapport des juifs à la guerre dans le contexte napoléonien, à savoir les notions de « juif guerrier » et de « juif de guerre », comme deux formes de réaction et de participation des juifs à la guerre, théorisation que nous avons proposée et que nous reprenons ici dans le cadre de notre analyse18. Le premier terme désigne la volonté des gouvernements européens mais aussi, dans une certaine mesure, de certaines autorités juives, de favoriser la conscription des juifs dans l’armée par un discours sur la régénération grâce à l’entrée dans les armées et d’exaltation de leur vocation martiale, et ce par des mesures juridiques incitatives, une rhétorique et une pression sociale diversement mises en place. En effet, si les juifs étaient systématiquement accusés de lâcheté dans les sociétés européennes à l’époque moderne, l’idée s’était répandue, au sein des élites impériales, d’une possibilité de régénération des juifs, en les rappelant aux vertus guerrières des Hébreux de l’Ancien Testament19. Cette idée de régénération du peuple juif ne doit pas se comprendre comme une marque spécifique d’hostilité, dans la mesure où l’idéal de régénération traverse toute la période révolutionnaire, et vise aussi bien l’ensemble du royaume de France, appelé à se régénérer, que les juifs de France, quoique le terme leur ait été accolé de manière emblématique par l’Essai de l’abbé Grégoire20.

  • 21 . Nos recherches n’ayant porté que sur des zones de guerre impliquant des communautés juives ashkén (...)
  • 22 . Christian Wilhelm Dohm souligne ainsi que les rois de France faisaient appel aux juifs d’Alsace c (...)

8Le deuxième terme, « juif de guerre », ou « juif des armées », que nous avons créé à partir de celui, plus connu, de « juif de Cour », désigne au contraire un rapport plus traditionnel des juifs à la guerre, surtout présent dans les régions d’Europe centrale et orientale, consistant pour les juifs, en contrepartie d’une exclusion du service armé, à jouer le rôle d’intermédiaires économiques pour la troupe, d’auxiliaires militaires, activités allant de la fourniture de vivres grâce aux spécialisations économiques déjà marquées dans ces régions, à l’aide en termes de transport et de données sur les routes et voies navigables des pays traversés. Ces deux tendances, l’une d’origine plutôt institutionnelle, et l’autre davantage ancrée dans des pratiques informelles, se retrouvent dans toutes les régions où résident des communautés juives ashkénazes21. Cette réalité, dans tous ses enjeux, se voit ainsi à l’œuvre dans Le Blocus d’Erckmann-Chatrian, puisque l’Alsace constitue une région qui répond à ces logiques, de manière assez unique en France mais suffisamment bien renseignée pour être l’objet de nombreuses remarques par les contemporains22. C’est bien cette spécificité de l’Alsace et ce rapport particulier, cette ambivalence, des juifs par rapport à la guerre, et sa mise en scène dans Le Blocus d’Erckmann-Chatrian, que nous allons étudier dans cet article. Nous verrons ainsi qu’au-delà d’une simple réitération de ce double rôle joué par les juifs dans les guerres napoléoniennes, double rôle qui est finalement plus dissimulé, par son évidente contradiction théorique, que mis en valeur dans les écrits des contemporains, le récit propose une articulation étroite de ces deux aspects et une résolution de cette contradiction, ce qui fait toute l’originalité de cette œuvre.

La place des juifs d’Alsace dans l’économie de guerre impériale : l’exemple de Moïse

9Le récit s’organise autour de Moïse, narrateur du roman, s’adressant à un auditeur fictif, selon une technique littéraire récurrente chez ces deux auteurs, et permettant l’inclusion du lecteur. Moïse et sa femme Sorlé vivent à Phalsbourg, du commerce principalement, tandis que leurs deux fils sont en Amérique, en partie pour échapper au service militaire. La vie de la famille est bouleversée, comme celle des habitants de la région, par le désastre militaire de 1812 et 1813. L’arrivée des armées coalisées en Alsace conduit très rapidement à la mise en état de siège des places fortes alsaciennes et à la levée des bans de la Garde nationale et donc des hommes encore aptes à porter les armes, ce qui implique que Moïse entre dans la garnison de la ville.

  • 23 . Fernand L’Huillier, Recherches sur l’Alsace napoléonienne, Strasbourg, Istra, 1947, p. 205‑246, c (...)
  • 24 . Geoffrey Wigoder, Sylvie Anne Goldberg, Véronique Gillet, Arnaud Serandour et Gabriel-Raphaël Vey (...)

10Le premier aspect qui marque la description de la vie de la famille de Moïse et qui correspond à une réalité historique bien attestée est la place de l’Alsace dans l’économie de guerre du Premier Empire. Terre de « l’extrême frontière23 », l’Alsace joue, depuis la fin du règne de Louis XIV, un rôle stratégique pour les armées en opération en Allemagne. Sa situation géographique en fait le point le plus extrême des magasins d’approvisionnement, tant en nourriture, qu’en réserves de cavaleries, stationnées dans les plaines, ou en uniformes. Cette région est aussi la plus peuplée pour ce qui est de la population juive française, concentrant environ 70 % de la population juive de l’Empire dans les départements français de 178924 – cette proportion devant être distinguée du nombre de juifs, accru notamment par les juifs de Hollande et des territoires rhénans annexés, dans les frontières du Grand Empire de 1811. Ces deux aspects, associés aux restrictions d’emploi imposées aux juifs par les ordonnances d’Ancien Régime, ont tendu à associer les juifs d’Alsace aux activités de revente et d’approvisionnement aux troupes, une tradition bien ancrée dans la région et dont le roman rend compte avec pertinence :

  • 25 . Erckmann-Chatrian, Le Blocus, op. cit., p. 1 025.

Outre mon commerce de fer, je trafiquais aussi de vieux souliers, du vieux linge, et de tous ces vieux habits que les conscrits vendent en arrivant à leur dépôt, lorsqu’ils reçoivent des effets militaires […]. Ce commerce allait très bien parce que des milliers de conscrits passaient à Phalsbourg de semaine en semaine, et de mois en mois. On les toisait tout de suite à la mairie, on les habillait, et puis on les faisait filer sur Mayence, sur Strasbourg ou bien ailleurs25.

  • 26 . Vivian B. Mann et Richard I. Cohen (ed.), From Court Jews to the Rothschilds, Art, Patronage and (...)

11Ce rôle de revendeur et d’intermédiaire économique que joue Moïse dans la vie quotidienne des soldats correspond de fait à des réalités attestées dès le début du XVIIIe siècle et particulièrement importantes pour les soldats des guerres napoléoniennes, lorsque les campagnes les portent jusqu’en Pologne, Lituanie et dans certaines régions d’Allemagne. C’est sous le terme de « juifs de guerre » que l’on désigne ces structures sociales et politiques qui voient les juifs, à toutes les échelles sociales, servir les armées en campagne et s’y illustrer par cette caractéristique. Cette notion, créée à partir de celle, déjà étudiée, de « juifs de Cour », ou Hofjuden en allemand26, désignant les juifs attachés à certains princes allemands et leur servant de banquiers et de conseillers financiers, en diffère par l’orientation exclusivement militaire et par la possibilité pour les juifs les plus humbles de jouer également un rôle dans l’aide aux armées. À cet égard, le personnage de Moïse est une figure exemplaire de cette économie de guerre dans laquelle les juifs s’illustrent en cette période de guerres quasi permanentes.

  • 27 . Des détails sur la famille Cerf-Berr sont disponibles dans l’article de Max Polonovski, « Un aven (...)

12Le nom de Cerf-Berr, famille juive alsacienne, est sans doute le plus illustre et constitue l’exemple par excellence de la place des communautés juives en Alsace et leur articulation aux réalités militaires27. Cette réalité ancienne ne fait que croître et devenir omniprésente aux périodes révolutionnaire et impériale, et ce non plus seulement pour les grandes familles juives, mais aussi pour les plus humbles, ce dont le roman se fait l’écho.

Le renversement du stigmate sur les juifs de guerre : l’alcool et la guerre

13Ce rapprochement entre le roman et la situation des juifs d’Alsace sous l’Empire prend également une pertinence accrue à mesure que le nœud central de l’action pour Moïse et sa famille devient, peu à peu, un ressort narratif essentiel qui relie la famille à l’ensemble de la ville. Sur les conseils de son épouse, Sorlé, Moïse a en effet choisi d’investir dans la vente d’eau-de-vie, en faisant venir à grands frais douze pipes d’esprit-de-vin pour former la base d’une petite distillerie que Moïse entend tenir. De fait, ce conseil est pertinent car toute place forte militaire voit affluer des soldats qui dépendent de l’alcool pour leur existence quotidienne. Conscient que l’alcool est une réalité militaire essentielle, Napoléon approvisionne généreusement ses armées. Moïse entend donc faire fortune en vendant ses liqueurs aux troupes stationnées. Les aléas de la commande, qui tarde à arriver dans la ville de Phalsbourg assiégée, devient ainsi l’enjeu d’une mutation du personnage de Moïse en véritable figure de l’approvisionnement de la ville et de la garnison. De fait, outre les diverses activités propres aux juifs de guerre, déjà présentées, la vente d’alcool est une caractéristique essentielle, et dans une certaine mesure fondatrice de la perception qu’ont les soldats napoléoniens du rôle crucial que peuvent avoir les juifs pour toute armée en campagne. On peut citer à cet égard le rôle de vendeurs juifs de liqueur en Pologne et sur le champ de bataille d’Eylau, immortalisé par les mémoires du capitaine Coignet, précisément les mémoires de soldat les plus répandus au XIXe siècle :

  • 28 . Capitaine Jean-Roch Coignet, Les Cahiers du capitaine Coignet, 1799-1815, Paris, Librairie Hachet (...)

Sur le midi, il arrive des tonneaux d’eau-de-vie que des juifs amenaient de Varsovie, escortés par une compagnie de grenadiers. L’ordre fut établi pour que chacun puisse en avoir à son tour [...]. Ces quatre tonneaux sauvèrent l’armée, et les juifs firent fortune. Ils furent escortés jusqu’à Varsovie par une compagnie de grenadiers, à trois francs par jour28.

  • 29 . Erckmann-Chatrian, Le Blocus, op. cit., p. 1074.
  • 30 . Ibid.

14Ce rôle de sauveur s’applique alors exactement à la figure de Moïse dans le roman : de fait, les pipes d’eau-de-vie arrivent près de Phalsbourg mais sont arrêtées en chemin par des Cosaques. La scène de l’annonce de cette terrible nouvelle pour la famille met cependant le sergent Trubert en alerte, lequel comprend immédiatement l’importance cruciale qu’une réserve d’eau-de-vie pourrait avoir sur la compagnie et la garnison. Il s’écrie ainsi : « Douze pipes de trois-six, ça fait vingt-quatre pipes de cognac. Quelle chance pour la garnison29 ! », et mène Moïse devant le gouverneur de la ville pour faire l’éloge de « ce patriote » qui les a fait venir « pour soutenir la garnison30». L’affaire devient presque une affaire d’état, puisque le colonel et le gouverneur comprennent immédiatement l’enjeu militaire de cet approvisionnement et envoient une compagnie, menée par le sergent Trubert et Moïse pour délivrer l’eau-de-vie des mains des Cosaques.

  • 31 . Mary Douglas, De la souillure : essai sur les notions de pollution et de tabou, traduction de l’a (...)

15Ce qui s’effectue alors, inconsciemment, c’est un retournement de la honte associée traditionnellement à la vente d’eau-de-vie dans les sociétés du XVIIIe et du XIXe siècles, liée également au mépris dans lequel sont tenus les juifs et leur rôle dans la vie économique. À la faveur de la guerre, l’eau-de-vie, saluée comme le secours du soldat, devient un point de jonction entre Moïse et l’armée et fait de lui un patriote. La guerre permet ainsi un renversement du stigmate, un phénomène qui peut être étudié à la lumière des travaux de l’anthropologue Mary Douglas31 sur la souillure. En effet, s’appuyant sur l’étude de nombreuses sociétés, elle évoque par exemple les castes en Inde et l’opprobre jeté sur les castes responsables des activités les plus méprisées de la société, comme la caste dite des « Intouchables ». Toutefois, Mary Douglas souligne également la réversibilité de certaines formes de souillure dans certaines circonstances précises, notamment rituelles. En un sens, la guerre, fait social total, peut se comprendre comme l’occasion d’un tel retournement de valeurs, et la revente d’eau-de-vie, méprisée comme un mal social incurable en temps de paix, devient une valeur socialement positive, notamment auprès des soldats. Ces derniers valorisent toujours, dans leurs mémoires, la vente d’alcool, même à un prix fort, et les mémoires du capitaine Coignet en sont un exemple emblématique à cet égard. Le roman s’en fait l’écho et Moïse devient une figure socialement valorisée dans la ville, tandis que les relations de plus en plus amicales entre le sergent Trubert et la famille juive, deviennent des plus fraternelles à cette occasion.

L’entrée de Moïse dans l’armée : un récit en écho du contexte impérial

  • 32 . Erckmann-Chatrian, Le Blocus, op. cit., p. 1 047.
  • 33 . Ibid., p. 1048.
  • 34 . Ibid., p. 1097.

16Ce renversement du regard des autres habitants sur Moïse s’accompagne également d’une mutation de son rôle dans l’armée, en écho aux volontés réformatrices impériales. Jusqu’alors, Moïse faisait figure de mauvaise recrue dans la garnison : mobilisé dans la Garde nationale, il était moqué pour son apparence peu martiale, sa faible combativité. La scène du recrutement voit ainsi Moïse provoquer un tel sentiment de pitié par son air chétif et sa vieillesse que les officiers veulent l’exempter, disant « vous pouvez retourner chez vous soigner votre rhume32 ». Ce n’est que sur l’intervention d’un habitant hostile qui dénonce ce père de famille qui a envoyé ses deux fils en Amérique pour fuir la conscription, que Moïse se retrouve dans la garnison. Son entraînement voit se succéder les humiliations et les invectives33, les sous-officiers encadrant leur formation l’incitant à se tenir droit et à relever la tête. De même, lorsqu’il effectue son service de garde autour de la ville, ses camarades se plaisent à l’humilier et le narrateur décrit ainsi les affronts qu’il doit subir34.

  • 35 . Pour le rôle de la guerre dans l’imaginaire impérial, voir : Jean-Paul Bertaud, Quand les enfants (...)

17Cette coexistence avec les autres troupiers constitue de fait une réalité douloureuse pour Moïse, qui, parce que juif, voit toujours peser sur lui le préjugé d’une faible combativité, d’une lâcheté et d’une convoitise. Cette description correspond exactement aux débats du temps, notamment ceux qui marquent les débats de l’Assemblée des notables juifs de 1806, et ceux du Grand Sanhédrin de l’Empire, chargé d’enregistrer solennellement les décisions de l’Assemblée des notables. De fait, Napoléon conçoit les juifs dans les cadres de pensée de l’Ancien Régime et les croit marqués par une longue tradition qui les excluait des armées modernes. Soucieux de faire de l’armée le creuset de la formation d’une unité du Grand Empire qu’il conçoit dans ces années, Napoléon veut ainsi, par l’intermédiaire des assemblées de notables juifs qu’il convoque, influer sur ce préjugé et modifier à la fois les représentations des contemporains vis-à-vis des juifs et la manière dont les juifs, croit-il, craignent l’armée. L’armée apparaît ainsi comme un vecteur d’intégration des juifs de l’Empire, au même titre que l’incitation à pratiquer des métiers dits « utiles », par une intégration qui en fasse des Français et donc naturellement des soldats, dans l’imaginaire belliqueux qui se déploie sous le Premier Empire35. Pour autant, et comme le roman le traduit bien avec l’arrivée de Moïse dans l’armée, cette volonté bute sur la pesanteur des préjugés ancrés.

18Pourtant, l’issue du roman donne une forme de dépassement de cette hostilité : les habitants sont en effet pris d’un élan de solidarité pour aider Moïse à ramener son eau-de-vie dans la ville. Le roman crée un axe de dépassement de l’opposition habituelle, la rencontre entre les deux figures du judaïsme en guerre intervient dans la fin du récit, lors de la scène de reprise des eaux-de-vie de Moïse. C’est sans doute l’un des rares textes qui donne une représentation réunissant ces deux aspects qui s’ignorent largement dans la mentalité des élites impériales. Moïse passe en effet de son statut de conscrit récalcitrant à celui de héros guerrier pour toute la ville de Phalsbourg, mais les circonstances rendent ce soudain héroïsme particulièrement significatif. On annonce à Moïse que des Cosaques ont capturé le convoi d’eau-de-vie. C’est l’élément déclencheur d’une quête belliqueuse qui place au centre Moïse en homme de guerre. Toutefois le paradoxe sourd dans les modalités de cette soudaine fibre guerrière qui s’anime chez Moïse : c’est en tant qu’il doit accomplir sa fonction anthropologique de « juif de guerre », à savoir assurer l’approvisionnement en eau-de-vie de la garnison, qu’il devient un « juif guerrier ». Ainsi ce personnage est valorisé en mêlant ces deux aspects a priori contradictoires dans la rhétorique émancipatrice et assimilationniste de la France impériale, véritable pied-de-nez qui donne à ce roman son originalité.

Conclusion

19La figure du juif guerrier s’oppose à celle du juif de guerre comme son exact opposé : l’une est essentiellement rhétorique, issue des autorités et de représentations ancrées dans la Bible et vise à façonner une nouvelle identité juive par la guerre et l’armée, et l’autre est spontanée, ancrée dans des réalités omniprésentes, décrites par les soldats le plus souvent, et s’inscrit dans l’accentuation des défauts reprochés aux juifs, à savoir leur confinement dans les activités marchandes et économiques les plus méprisées. Cette dichotomie est bien à l’œuvre dans le roman d’Erckmann-Chatrian, qui se fait le point de rencontre entre ces deux tendances propres aux rapports entre les juifs et la guerre à l’époque napoléonienne, en particulier, pour la France, dans le contexte alsacien, cœur du judaïsme français à cette époque de l’Empire.

20Seule l’Alsace réunit ces deux caractéristiques, nous semble-t-il, à cette époque, en France. Erckmann-Chatrian assurent la pérennité d’une mémoire alsacienne spécifique mais qui illustre, par sa dimension transculturelle, déjà forte sous l’Empire, les deux tensions, conscription des juifs et maintien de la pratique des juifs de guerre, qui se retrouvent dans toute l’Europe des guerres napoléoniennes. La figure romanesque de Moïse englobe donc ces deux facettes essentielles du rapport des juifs aux guerres napoléoniennes. Si l’oubli de ce deuxième élément de la place des juifs dans ces guerres semble avoir prédominé en France, tel n’est pas le cas dans la mémoire alsacienne, zone de frontière entre les différentes traditions de judaïsme.

Haut de page

Notes

1 . Freddy Raphaël et Robert Weyl, Regards nouveaux sur les Juifs d’Alsace, Paris, Librairie Istra/ éditions des Dernières Nouvelles, 1980. Voir en particulier le chapitre « Présence du juif dans l’œuvre d’Erckmann-Chatrian : mythe et témoignage » de Freddy Raphaël. Sur cette question, on se reportera également aux travaux fondateurs de L. Schoumacher et aux articles de Richard Neher et Pierre-Pascal Furth, cités par Freddy Raphael : L. Schoumacher, Erckmann-Chatrian, Paris, Les Belles Lettres, 1933 ; Richard Neher « Les Juifs d’Alsace dans l’œuvre d’Erckmann-Chatrian », évidences, novembre 1950, p. 30-36 ; Pierre-Pascal Furth, « Le personnage du juif dans l’œuvre d’Erckmann-Chatrian », Esprit, 1975.

2 . Henri Hatzfeld, « Erckmann-Chatrian et la culture populaire », Esprit, no9, 1963, p. 321, cité in Freddy Raphaël et Robert Weyl, Regards nouveaux, op. cit., p. 151.

3 . Freddy Raphaël et Robert Weyl, Regards nouveaux, op.cit., p. 151-153.

4 . Geoffrey Wigoder, Sylvie Anne Goldberg, Véronique Gillet, Arnaud Serandour et Gabriel-Raphaël Veyret, Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, édition française refondue et augmentée, Paris, Éditions du Cerf, 1993, p. 1349.

5 . Natalie Petiteau résume l’image très néfaste diffusée par ces deux auteurs, et ce en plein Second Empire : « Le but des romans populaires d’émile Erckmann et Alexandre Chatrian est identique : l’histoire d’un Conscrit de 1813 permet, dès 1864, de dénoncer la cruauté et l’inutilité des guerres impériales en un roman où Napoléon est un souverain lointain et froid, indifférent au sort de ses soldats et de son peuple, plaçant la satisfaction de son orgueil avant le bonheur de la France. », Natalie Petiteau, Napoléon, De la mythologie à l’Histoire, Paris, Le Seuil, « L’Univers Historique », 1999, p. 126.

6 . Erckmann-Chatrian, Le Blocus, in Gens d’Alsace et de Lorraine, présentation par Jean-Pierre Rioux, Paris, éditions Omnibus, 1993 [1re édition 1867]. Nous utiliserons cette édition pour toute l’analyse.

7 . Robert Anchel, Napoléon et les Juifs, Essai sur les rapports de l’état français et du culte israélite de 1806 à 1815, thèse présentée pour le doctorat de la Faculté des lettres de l’université de Paris, Paris, Presses universitaires de France, 1928.

8 . Bernhard Blumenkranz et Albert Soboul (dir.), Les juifs et la Révolution française, Problèmes et aspirations, Toulouse, Privat, 1976 ; Bernhard Blumenkranz et Albert Soboul, Le Grand Sanhédrin de Napoléon, Toulouse, Privat, « Collection Franco-Judaïca », no8, 1979.

9 . Simon Schwarzfuchs, Du juif à l’Israélite, Histoire d’une mutation, 1770-1870, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1989 ; Simon Schwarzfuchs, Napoleon, the Jews and the Sanhedrin, Londres, Routledge and Kegan, 1979 ; Simon Schwarzfuchs, La politique napoléonienne envers les Juifs dans l’Empire, Paris, Honoré Champion, 2010.

10 . François Delpech, « Les Juifs en France et dans l’Empire et la genèse du Grand Sanhédrin », Annales historiques de la Révolution française, no235, 1979, p. 1-26.

11 . Pierre Birnbaum, L’Aigle et la Synagogue, Napoléon, les Juifs et l’état, Paris, Librairie Arthème Fayard, 2007.

12 . Notre mémoire de master 2 a eu pour objectif de contribuer à combler cette lacune : Nils Renard, Juifs et judaïsme face aux guerres et aux armées napoléoniennes, mémoire de master 2, sous la direction de Mme le Professeur Patricia Hidiroglou, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soutenu en juin 2016.

13 . Alfred Fierro, André Palluel-Guillard et Jean Tulard, Histoire et dictionnaire du Consulat et de l’Empire, Paris, éditions Robert Laffont, 1995. Article « conscription ».

14 . Alain Pigeard, L’armée de Napoléon, Organisation et vie quotidienne, Paris, Tallandier, 2000, p. 282‑283.

15 . Philippe Landau, « Les Juifs et la conscription sous le Premier Empire », article en ligne, consulté le 5 février 2019 : http://judaisme.sdv.fr/histoire/historiq/consisto/landau.htm.

16 . On peut citer le témoignage, assez lucide, du chancelier Pasquier sur la question de la rumeur du fort taux de réfractaires parmi les juifs, qu’il relativise : « [Les juifs] en supportaient toutes les charges [de la citoyenneté], notamment celle du service militaire. Ils cherchaient bien à se soustraire à la conscription, profitant de ce que, pendant longtemps, aucun registre n’avait été tenu régulièrement pour constater leur naissance […]. Mais ces difficultés avaient été surmontées, lorsque l’Empereur crut devoir prendre la résolution de suspendre leurs créances », Chancelier Pasquier, Mémoires du Chancelier Pasquier, tome 1, 1789-1810, Paris, Librairie Plon, 1893, p. 270.

17 . On rappellera ici les principales étapes de la réforme du judaïsme français entreprise par Napoléon : à la suite des plaintes de paysans alsaciens, endettés auprès de créanciers juifs, qu’ils accusent d’usure, en janvier 1806, Napoléon convoque l’assemblée des notables juifs, le 30 mai suivant, assemblée qui doit répondre à une série de questions sur le judaïsme, afin de clarifier définitivement certains points, ce qui est aussi l’occasion d’une réflexion sur la situation du judaïsme en France depuis le décret d’émancipation. Napoléon choisit alors de convoquer une deuxième assemblée, plus solennelle, le Grand Sanhédrin, réunie officiellement le 9 février 1807, pour enregistrer les décisions doctrinales, en réponse aux questions posées à l’assemblée des notables, tandis qu’il réfléchit, avec ses conseillers, aux décrets d’application desdites réformes, mais aussi à des décrets d’exception sur les juifs de France. Après une pause de près d’un an, Napoléon promulgue, le 17 mars 1808, les décrets définitifs, composés de deux décrets organiques portant sur l’organisation du culte juif, en conformité avec les promesses faites à l’assemblée des notables, mais aussi un troisième décret, le fameux « décret infâme », introduisant une série de restrictions à l’activité professionnelle des juifs de France, avant d’accorder des exemptions à la plupart des départements, hormis ceux de l’Est de la France. Pour un récit plus détaillé, voir Simon Schwarzfuchs, Du juif à l’Israélite, op. cit., p. 157-226 (chapitres VII et VIII).

18 . C’est la théorisation avancée dans le cadre de nos travaux : voir par exemple Nils Renard, Juifs et judaïsme face aux guerres et aux armées napoléoniennes, op. cit.

19 . De nombreux penseurs ont cherché à défendre cette idée d’une vocation militaire ancienne des juifs, dont ces derniers auraient été éloignés uniquement par l’évolution du judaïsme et l’iniquité des lois des états chrétiens à leur égard, en particulier Christian Wilhelm Döhm.

20 . Sur l’idée de régénération pendant la période révolutionnaire, on peut se reporter à l’article « Régénération » de Mona Ozouf dans le Dictionnaire critique de la Révolution française : François Furet et Mona Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, p. 821-831. Sur l’enjeu de régénération dans la pensée de Grégoire, voir : Alyssa Goldstein Sepinwall, The abbé Grégoire and the French Revolution, The making of modern universalism, Berkeley/Los Angeles/Londres, University of California Press, 2005.

21 . Nos recherches n’ayant porté que sur des zones de guerre impliquant des communautés juives ashkénazes, nous ne sommes pas en mesure de dire si le phénomène se retrouve chez les juifs séfarades.

22 . Christian Wilhelm Dohm souligne ainsi que les rois de France faisaient appel aux juifs d’Alsace comme fournisseurs pour leurs guerres, notamment pour la remonte de cavalerie, phénomène qu’entend décrire le terme de « juif de guerre », et qui valide l’incorporation du judaïsme alsacien au sein de ces logiques. À propos des juifs d’Alsace, Dohm précise ainsi : « Leur sera-t-il permis de faire militer en leur faveur le bonheur qu’ils ont eu par-dessus leurs frères d’être de quelque utilité à l’état, tant en paix qu’en guerre, soit par la remonte de la cavalerie, soit pour l’approvisionnement des armées, soit pour l’importation des sels, objet si important pour les droits du roi en cette province ? », in Christian Wilhelm Dohm, De la réforme politique des Juifs, édition de Dominique Bourel, Paris, éditions Stock, 1984, p. 131‑132.

23 . Fernand L’Huillier, Recherches sur l’Alsace napoléonienne, Strasbourg, Istra, 1947, p. 205‑246, cité in Freddy Raphaël par Robert Weyl, Regards nouveaux, op. cit., p. 243.

24 . Geoffrey Wigoder, Sylvie Anne Goldberg, Véronique Gillet, Arnaud Serandour et Gabriel-Raphaël Veyret, Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, op. cit., p. 1 349.

25 . Erckmann-Chatrian, Le Blocus, op. cit., p. 1 025.

26 . Vivian B. Mann et Richard I. Cohen (ed.), From Court Jews to the Rothschilds, Art, Patronage and Power, 1600-1800, Munich/New York, Prestel-Verlag, 1996.

27 . Des détails sur la famille Cerf-Berr sont disponibles dans l’article de Max Polonovski, « Un aventurier mythomane sous l’Empire : Samson Cerfberr », Revue des études juives, tome 134, janvier-juin 1995, no1-2, p. 57.

28 . Capitaine Jean-Roch Coignet, Les Cahiers du capitaine Coignet, 1799-1815, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1885, p. 203.

29 . Erckmann-Chatrian, Le Blocus, op. cit., p. 1074.

30 . Ibid.

31 . Mary Douglas, De la souillure : essai sur les notions de pollution et de tabou, traduction de l’anglais par Anne Guérin, Paris, La Découverte, 2005 [1re édition Maspero, 1971].

32 . Erckmann-Chatrian, Le Blocus, op. cit., p. 1 047.

33 . Ibid., p. 1048.

34 . Ibid., p. 1097.

35 . Pour le rôle de la guerre dans l’imaginaire impérial, voir : Jean-Paul Bertaud, Quand les enfants parlaient de gloire, L’armée au cœur de la France de Napoléon, Paris, éditions Flammarion, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nils Renard, « Les juifs d’Alsace sous le Premier Empire »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 159-174.

Référence électronique

Nils Renard, « Les juifs d’Alsace sous le Premier Empire »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5479 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5479

Haut de page

Auteur

Nils Renard

Agrégé d’histoire, doctorant en histoire des sciences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8066 IHMC

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search