Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148VariaUne visite royale : la dernière d...

Varia

Une visite royale : la dernière dauphine, Marie-Thérèse Charlotte de France à Strasbourg (14-16 septembre 1828)

A royal presence: the last Dauphine Marie-Thérèse Charlotte de France visiting Strasbourg (September 14-16, 1828)
Königlicher Besuch: die letzte Dauphine (Erbprinzessin), Marie-Thérèse Charlotte de France in Straßburg (14.-16. September 1828)
Matthieu Mensch
p. 175-197

Résumés

Lors du retour au pouvoir de la dynastie des Bourbons, en 1814, il lui semble important de repartir à la conquête symbolique de son royaume. L’ensemble des membres de la famille royale est mobilisé et sillonne les routes de France.

L’Alsace n’est pourtant pas visitée avant 1828 mais elle est doublement honorée. Un premier voyage dans toute la province est organisé pour le roi Charles X et son fils, le dauphin Louis-Antoine, puis un second, pour la dauphine Marie-Thérèse Charlotte. Fille de Louis XVI, rescapée du Temple, la princesse, bien qu’âgée de cinquante ans, continue de susciter la compassion et reste un des membres les mieux connus de la famille royale. Pour la première fois, Strasbourg accueille une princesse Bourbon de naissance, future reine de France, en voyage officiel. Cette cérémonie importante du rituel monarchique médiéval et moderne est ici repensée et adaptée pour des objectifs politiques nouveaux au service de la monarchie restaurée.

La dauphine, comme agent de la propagande royaliste, cherche à gagner une région peu encline aux Bourbons, en proposant une visite plus sensible, complément nécessaire à celle plus virile des Princes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . 1731-1767, fille du roi de Pologne Auguste III et prince-électeur de Saxe, elle épouse le fils aî (...)
  • 2 . Edmond et Jules de Goncourt, Histoire de Marie-Antoinette, Livre Premier, Paris, Librairie de Fir (...)
  • 3 . Il est rappelé en France à la demande de Marie-Thérèse.
  • 4 . Marie-Thérèse Charlotte de France est la fille aînée de Louis XVI et Marie-Antoinette, née le 19  (...)

1Strasbourg semble entretenir un lien fort avec les Bourbons, après les visites de Louis XIV et de Louis XV, mais aussi avec les épouses des princes de cette Maison. Marie Leszczynska épouse par procuration Louis XV en la cathédrale de Strasbourg, le 15 août 1725. Marie-Josèphe de Saxe1 est accueillie à Strasbourg, le 27 janvier 1747, première étape française de son voyage qui la conduit de Dresde à Paris pour épouser le dauphin Louis. Enfin, Marie-Antoinette, après la cérémonie d’échange sur l’Île aux épis, entre Kehl et Strasbourg, est reçue en grande pompe dans la capitale alsacienne, le 7 mai 1770. Le cardinal de Rohan rappelle dans son compliment que « c’est l’âme de Marie-Thérèse qui va s’unir à l’âme des Bourbons2 ! ». Le cardinal a officié en tant qu’ambassadeur de France à la cour de Vienne, de 1772 à 17743. Cinquante-huit années plus tard, une autre princesse, Bourbon par naissance, mais elle aussi descendante de Marie-Thérèse, s’arrête à Strasbourg, ce sera la dernière visite officielle d’une Bourbon en terre d’Alsace. Mais celle qui est connue sous le titre de Madame Royale, de Madame, duchesse d’Angoulême puis de Madame la Dauphine ne passe pas par Strasbourg pour rejoindre la cour de son nouvel époux. Il s’agit d’une véritable visite politique et sentimentale. Politique, car elle arrive dans un contexte de difficulté électorale pour Charles X et sentimentale car l’image de la princesse martyre reste toujours facile à exploiter pour attirer la sympathie des Français sur la famille royale dans son ensemble. La propagande royale exploite la filiation de la duchesse d’Angoulême. Elle reste avant tout ce chaînon manquant entre les souverains Bourbons4 : la fille de Louis XVI, la sœur de Louis XVII et la nièce de Louis XVIII et de Charles X.

  • 5 . Si le souvenir de la princesse, lorsqu’elle est enfermée et après son départ, continue d’être dif (...)
  • 6 . Louis-Stanislas Xavier, 1755-1824, 4e fils du dauphin Louis et de Marie-Josèphe de Saxe.
  • 7 . Charles-Philippe, 1757-1836, 5e fils du dauphin Louis et de Marie-Josèphe de Saxe.
  • 8 . Louis-Antoine, duc d’Angoulême, 1775-1844, fils aîné du comte d’Artois et de Marie-Thérèse de Sav (...)

2La Révolution passée, les deux souverains successifs souffrent à la fois d’un déficit de légitimité – ils ne sont que les frères de Louis XVI – et de popularité5. À l’inverse de la princesse, ils n’ont pas connu la Révolution de l’intérieur et ont rapidement quitté la France avant que les évènements ne précipitent la fin de leur dynastie. Le comte de Provence6 quitte Paris le même soir que le roi et sa famille, la nuit du 20‑21 juin 1791, mais il arrive sans encombre à quitter le royaume. Le comte d’Artois7 émigre dès 1789 avec son épouse et ses fils. Les deux princes et leurs familles sont donc absents depuis près de vingt-cinq ans. La princesse ne quitte la France qu’en décembre 1795 et la propagande monarchiste continue, notamment à grand renfort d’iconographies, à diffuser son souvenir. Elle rejoint alors la cour de Vienne, jusqu’en juin 1799, avant de retrouver les Bourbons exilés en Courlande et d’épouser son cousin, futur héritier de la couronne de France, le duc d’Angoulême8. Dans l’optique d’une restauration monarchique, ce mariage doit permettre de réunir les deux rameaux de la famille royale.

  • 9 . Hélène Becquet, Marie-Thérèse de France, l’orpheline du Temple, Paris, Perrin, 2012 et Thèse des (...)
  • 10 . Marie-Joséphine de Savoie, 1753-1805 et Marie-Thérèse de Savoie, 1756-1810.
  • 11 . Voir Natalie Scholz et Christina Schröer (dir.), Représentation et pouvoir. La politique symboliq (...)
  • 12 . François-René de Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe, tome VI, Paris, E. et V. Penaud Frères, 1 (...)

3Les Bourbons retrouvent le trône de France en 1814 et la princesse fait alors office de « presque reine9 ». En effet, les épouses de Louis XVIII et de Charles X sont mortes en exil, avant la Restauration10. Dès 1814, le roi utilise sa nièce comme agent de propagande royaliste au travers de tout le royaume. Elle sera épaulée dans cette tâche, dès 1816, par sa belle-sœur, Marie-Caroline de Bourbon-Siciles, devenue duchesse de Berry. Les deux seules femmes de la famille royale se déplacent dans toute la France, avec pour mission de représenter le pouvoir royal et de lui apporter une touche sensible11. « La princesse des trônes et des échafauds12 », l’orpheline du Temple apporte au comte de Provence, devenu le roi Louis XVIII en exil, aussi bien une légitimité dynastique, qu’une légitimité acquise dans le malheur et le martyre de ses parents. Cette double légitimité, qui fait d’elle à la fois la fille de Louis XVI et la future reine de France, reste un élément politique fort dans ce contexte de monarchie bourbonienne restaurée.

4À la mort de Louis XVIII, en 1824, son beau-père devient le roi Charles X et elle porte alors le titre de dauphine de France, jadis porté par sa mère de ses 15 à ses 20 ans, la princesse a alors 47 ans.

  • 13 . La dernière à bénéficier seule de ce rituel est Élisabeth d’Autriche, épouse de Charles IX, le 29 (...)
  • 14 . Entre 1531 et 1533, voir : Robert J. Knecht, « Éléonore d’Autriche (1498-1558) », in Cédric Micho (...)
  • 15 . L’entrée du roy et de la reyne dans sa ville de Lyon. Ou le soleil au signe du Lyon, 11 décembre  (...)
  • 16 . Voir : François Moureau, « Les entrées royales ou le plaisir du prince », Dix-Huitième Siècle, 17 (...)
  • 17 . Marie-Claire Vitoux, « Une entrée royale au XIXe siècle : Charles X à Mulhouse en 1828 », Histoir (...)

5Les voyages royaux, et plus particulièrement ceux des femmes de la famille royale, visent à honorer les cités visitées mais aussi à montrer les Bourbons et à les faire aimer. La reine bénéficie d’entrées royales, parfois pour elle-seule, notamment à Paris après son couronnement13. On peut penser à la reine Éléonore de Habsbourg, épouse de François Ier, qui bénéficie d’entrées solennelles à Paris, Rouen et Lyon14. Mais au XVIIe siècle, ce type de cérémonies se marginalisent et la souveraine ne se voit alors accorder « qu’une lumière plus faible, et plus féminine15 ». Si les cérémonies existent toujours, elles tendent à devenir des spectacles plus que des actes politiques au service du souverain et les souveraines en sont régulièrement absentes. François Moureau évoque une cérémonie qui « entre en agonie16 ». Une entrée royale et le séjour d’un membre de la famille régnante s’inscrivent dans une longue tradition et la Restauration adapte ces entrées monarchiques héritées de la période médiévale. On peut alors parler d’une forme de revivification d’un rituel monarchique qui malgré tout connaît quelques ruptures ou plutôt des adaptations, dans un contexte qui n’est plus celui d’une monarchie d’Ancien Régime, mais qui s’attache néanmoins à une symbolique de renaissance. Le XIXe siècle et la Restauration semblent faire la synthèse de ces deux évolutions. Mais comme le rappelle Marie-Claire Vitoux, pendant la Restauration, une entrée royale « est toujours un acte politique dont la signification se donne à voir autant qu’à dire », même si le rituel n’est plus aussi figé qu’avant et qu’il s’inspire du passé plus qu’il ne le reproduit17.

  • 18 . De nombreuses gravures sont éditées pour ces deux évènements, et la visite de Louis XV a donné li (...)

6La princesse doit symboliser par sa présence aussi bien le retour des Bourbons que le pardon des fautes passées. La personne royale doit véritablement être actrice de cette visite, se donner à voir et accorder de l’attention à l’ensemble de ses sujets. Il y a donc, à la fois, une forme de continuité du rituel, à l’image des visites royales comme celles de 1744 ou de 177018 qui ont marqué les mémoires par leurs magnificences et une nécessaire adaptation aux nouvelles attentes.

  • 19 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre, suivie d’une N (...)
  • 20 . Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), 282 MW 39 : archives relatives à (...)

7L’un des derniers voyages de la princesse est organisé en Alsace. L’Est de la France a été longtemps négligé par les Bourbons et la princesse n’a fait que quelques séjours thermaux à Plombières, dans les Vosges, station à la mode, déjà fréquentée par ses tantes, Mesdames Adélaïde et Victoire, filles de Louis XV, par la princesse de Lamballe puis par Joséphine et Hortense de Beauharnais. Le roi profite de sa propre venue entre Mulhouse, Colmar et Strasbourg avec le dauphin, pour proposer à la dauphine d’honorer Strasbourg d’une seconde visite royale. Les princes sont en Alsace entre le 6 et le 12 septembre 1828. La princesse arrive dès le 14 septembre et quitte la ville le 16. Ce passage reste particulièrement bien documenté. Cet article s’appuiera largement sur l’ouvrage consacré à ce voyage, publié la même année à Strasbourg, sous forme de compte-rendu. Ce type de recueil est courant après une visite royale et on en compte de nombreux, relatifs aux différents déplacements de la princesse à travers le royaume. Si l’auteur est resté anonyme19, on peut penser, que comme pour les ouvrages similaires, il s’agit d’un royaliste fidèle qui compulse dans un même ouvrage, le voyage du roi et du dauphin et celui de la dauphine et cherche à en donner une conclusion positive et magnifiée. Le contenu subjectif et souvent partial de ce type d’ouvrage reste bien entendu à considérer, tout en permettant de saisir le discours monarchique qui y est élaboré, et doit être croisé avec les archives. L’ensemble des archives, relatives à la visite, sont conservées à Strasbourg20 et permettent de compléter, de manière très factuelle, ce compte-rendu littéraire. Ces documents offrent une vision exhaustive du cérémonial et des activités proposées à la duchesse d’Angoulême lors de son séjour strasbourgeois. La dauphine, auréolée de son statut de princesse des douleurs, doit tout à la fois apparaître comme le visage sensible de la monarchie mais également comme le reflet de la majesté royale.

Un rituel codifié, organisé et adapté

  • 21 . Joseph, comte de Villèle, 1773-1854, président du Conseil des ministres de 1821 au 4 janvier 1828
  • 22 . Jean-Baptiste Sylvère Gaye, vicomte de Martignac, 1778-1832, président du Conseil des ministres d (...)
  • 23 . Marie-Claire Vitoux, « Une entrée royale au XIXe siècle… », art. cit., p. 287‑298.
  • 24 . Il s’agit du journaliste et homme politique strasbourgeois Auguste Schneegans qui écrit alors qu’ (...)
  • 25 . Cité par Georges Livet et Raymond Oberlé (dir.), Histoire de Mulhouse des origines à nos jours, S (...)
  • 26 . 1797, 1805, 1806, 1809.
  • 27 . Claude Muller, « Vive l’empereur ! » L’Alsace napoléonienne 1800-1815, Bernardswiller, I.D. l’Édi (...)
  • 28 . Lettre de Jordan au ministre de l’Intérieur, 11 avril 1829, Archives nationales (AN), F7 6771.
  • 29 . Voir, Paul leuilliot, L’Alsace au début du XIXe siècle. Essai d’histoire politique, économique et (...)

8Ce voyage dans l’Est de la France est organisé après les élections de novembre 1827 qui ont contraint le roi à se séparer de Villèle21 au profit de Martignac22, plus libéral. Le roi cherche dans ce voyage « une légitimité directe qui ne peut qu’entrer en compétition avec celle de l’assemblée issue de l’élection23 ». Les Bourbons n’entrent pas dans des terres qui les chérissent ou les connaissent particulièrement bien. Il s’agit donc pour eux, non pas simplement de se montrer mais bien plus d’asseoir une légitimité qui n’est pas évidente pour tous les Français et encore moins en terre d’Alsace. La province, généralement peu favorable aux Bourbons, doit permettre au roi d’obtenir une forme de plébiscite populaire pour lui et sa dynastie. Depuis l’accession au trône de Charles X en 1824, la politique royale se réoriente vers une volonté de renforcement de l’absolutisme. La famille royale cherche à « séduire » l’Alsace réputée trop libérale. De toutes les provinces de France, elle semble la moins disposée à soutenir les Bourbons. Comme le rappelle, en 1822, Alsaticus24, les Alsaciens « se donnèrent à la République française et non à la dynastie des Bourbons, dynastie à laquelle ni eux ni leurs ancêtres n’avaient jamais appartenu25 ». Façon subtile de rappeler que le destin de l’Alsace n’est pas intimement lié à celui de la dynastie. Le lien entre les Bourbons et l’Alsace est récent. La province ne rejoint le royaume de France que tardivement, entre 1648 et 1697, dans la seconde moitié du règne de Louis XIV. La République de Mulhouse n’est réunie à la France que le 4 janvier 1798 et n’a donc connu le règne d’aucun souverain de la Maison de Bourbon. Le lien entre l’Alsace et la Maison Bonaparte est bien plus prégnant et peut être considéré comme une menace ou tout au moins une crainte légitime par les Bourbons. En effet, Napoléon a fait de nombreux séjours en Alsace et plus particulièrement à Strasbourg26 et c’est à son initiative qu’est restauré le palais Rohan qui devient palais impérial puis royal par ordre de Louis XVIII. Les Alsaciens ont fourni la majorité des hauts gradés de l’armée impériale, soit soixante-cinq hommes, mais aussi près de 50 000 enrôlés volontaires et plus de 2,5 millions de conscrits27. On instaure également des cérémonies solennelles pour commémorer la date de couronnement de l’empereur. Associé à une période d’assimilation et de grandeur, le règne de Napoléon marque la province bien plus que le lointain souvenir des Bourbons dont le dernier souverain à avoir séjourné à Strasbourg est Louis XV, en 1744. En cette fin de la décennie 1820, les échanges avec le ministère de l’Intérieur montrent un renouveau de la propagande bonapartiste. Le préfet du Haut-Rhin, Jordan signale que l’image de l’empereur « se reproduit sous toutes ses formes28 » et circule en grand nombre dans toute la région29.

  • 30 . Louis Véron, Mémoires d’un bourgeois de Paris : comprenant la fin de l’Empire, la Restauration, l (...)

9On peut donc penser ce déplacement comme une volonté de reconquête de l’opinion. Le roi, le dauphin et dans un second temps, la dauphine sont parfaitement accueillis et la liesse populaire est telle que le roi s’en étonne, pensant trouver en Alsace un accueil plus froid. Le ministre Martignac, en conseillant ce voyage aux Bourbons « cherchait à convertir le roi aux idées constitutionnelles ; il obtînt l’effet contraire30 ». Pour le roi, ce voyage est hautement politique et en se déplaçant personnellement, il envoie un message fort. Il le souligne en associant à cette visite ses héritiers. Si le roi est fêté, son fils, comme souvent, joue les seconds rôles, là où son épouse brille. Le fils de Charles X ne peut rivaliser avec la fille des souverains martyrs qui voyage auréolée de ses malheurs.

  • 31 . Le 11 septembre 1828, voir : Christian Pfister, Histoire de Nancy, Paris, Berger-Levrault & Cie, (...)
  • 32 . Les membres de la Maison de Lorraine sont inhumés en l’église des Cordeliers que Louis XVIII et C (...)

10Son voyage la conduit en premier lieu à Nancy31, afin de se recueillir sur les tombeaux de ses ancêtres lorrains32. Cette visite très symbolique s’inscrit dans le cadre de ce retour à une logique dynastique légitime, telle que définie par le Congrès de Vienne. On y voit cette recherche constante du pouvoir royal de mettre en scène sa légitimité.

  • 33 . Mairie de la Ville de Strasbourg, Réception de S. M. l’impératrice-reine Marie-Louise d’Autriche, (...)

11Loin d’être une visite improvisée ou discrète, l’arrivée de la dauphine est annoncée publiquement par les différents édiles de Strasbourg et du département. Depuis la venue de Marie-Antoinette lors de son échange en 1770, plus aucune princesse Bourbon n’a foulé le sol de la cité. Pourtant, les deux impératrices : Joséphine et Marie-Louise sont venues à Strasbourg. On peut penser que la présence de la princesse cherche aussi à faire oublier ces deux souveraines. Joséphine séjourna à Strasbourg à plusieurs reprises comme en 1805, 1806 ou 1808 et Marie-Louise est accueillie en France, en 1810, sur le même modèle qui avait été instauré pour Marie-Antoinette. Cette arrivée se traduit par des illuminations, notamment du Palais, des défilés et des spectacles33.

12La ville ne peut que prouver sa fidélité aux Lys et la famille royale qui doit montrer qu’elle n’oublie pas ses sujets alsaciens. Au-delà de la visite politique, voir Marie-Thérèse Charlotte de France, c’est posséder un peu de ce passé monarchique et contribuer à effacer les douleurs de la Révolution. Dès le 11 septembre 1828, le préfet Claude Florimond Esmangart annonce à François-Xavier Antoine de Kentzinger, maire de Strasbourg depuis 1815, la visite de la princesse et ce dernier fait placarder la nouvelle, sur des affiches, dans Strasbourg dès le lendemain. Il y communique aux habitants les consignes de rigueur sur les décorations des habitations amenées à être vues par la dauphine :

  • 34 . AVES, 282 MW 39 : archives relatives à la visite de Charles X et de la duchesse d’Angoulême à Str (...)

Les édifices publics seront décorés et pavoisés : les habitants des rues situées sur le passage de SAR aimeront aussi, je n’en doute pas, à orner de la même manière la façade de leurs maisons. Les 14 et 15 au soir, les édifices publics seront illuminés […] les témoignages unanimes d’ivresse et de dévouement que mes concitoyens ont fait éclater, il y a peu de jours, en présence du Roi et de son auguste Fils, ne seront pas moins vifs à la vue de la petite-fille de Marie-Thérèse : offrons-lui donc au lieu des honneurs, auxquels sa modestie veut se soustraire, l’hommage de notre amour, de notre vénération34.

  • 35 . Voir notamment : Anonyme, « Ode à son Altesse Royale Madame la Duchesse d’ANGOULEME, en la voyant (...)
  • 36 . Le Moniteur, 20 septembre 1828, p. 1.
  • 37 . On le retrouve dans l’ensemble des courriers adressés aux préfets ou aux maires des départements (...)
  • 38 . Il n’est pas rare de réutiliser des décors pour différents spectacles ou cérémonies, voir Pauline (...)
  • 39 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p.  (...)
  • 40 . Fanny cosandey, La reine de France, symbole et pouvoir, Paris, Éditions Gallimard, 2000, p. 169.

13Dans cette annonce, conservée aux Archives municipales de Strasbourg, la princesse n’est pas la fille de Louis XVI, mais la petite-fille de Marie-Thérèse. On préfère mettre en avant sa filiation Habsbourg-Lorraine plutôt que Bourbon. Faut-il penser que la figure de l’impératrice-reine mobilise plus l’imaginaire des Strasbourgeois que celle du roi de France ? Ou que l’image d’une princesse courageuse doit venir nuancer son image douloureuse d’orpheline ? Le maire souligne ainsi subtilement les liens de la dynastie avec la région, même si celle-ci n’a jamais été une terre de la Maison d’Autriche. Il n’est pas totalement impossible non plus, que le maire se soit largement inspiré du discours du cardinal de Rohan, cité plus haut, jusqu’à en reproduire les références. Mais cette évocation n’est cependant pas inédite. Dans les panégyriques ventant le courage de la princesse à Bordeaux, en 1815, les références à sa grand-mère ou aux Habsbourg ne sont pas rares. Elle est qualifiée de « Fille des Césars35 ». Il s’agit de mettre en avant le courage de la princesse, à l’image de celui de l’impératrice et sa capacité à se battre pour son peuple. Le reste des discours ou compliments prononcés pour accueillir la princesse n’est ni conservé aux Archives, ni reproduit dans la relation du voyage. Même si la princesse émet le « vœux d’être reçue sans aucune cérémonie36 », ce vœu classique dans la communication monarchique37 reste sans effet et la cité organise une entrée royale en exploitant les décors réalisés pour la visite du roi quelques jours plus tôt38. Cette démarche fait sens car la princesse ne fait que représenter le roi. Ainsi, l’imposant arc de triomphe érigé Porte Blanche (fig. 1) est à nouveau installé pour l’entrée de la dauphine. Comme pour le roi, le maire exige que les rues traversées par la princesse soient pavoisées et décorées car il en va de la réputation de la ville qui affiche là sa fidélité aux Bourbons et les remercie de la « faveur accordée39 ». Cet investissement peut permettre d’espérer des avantages au long terme de la part du pouvoir40. Une entrée princière coûte particulièrement cher aux finances municipales. Les Archives de la Ville de Strasbourg conservent les courriers des plaintes reçues et des débats houleux menés au conseil municipal évoquant ces dépenses. De Kentzinger, dans une lettre du 24 octobre 1828 à Jean-Nicolas Villot, architecte de la Ville, se plaint de l’explosion des dépenses occasionnées par ces deux visites qui finissent par atteindre la somme colossale de 102 000 francs.

  • 41 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p.  (...)
  • 42 . Louis Véron, Mémoires d’un bourgeois de Paris, op. cit., p. 240.

14Avant d’arriver à Strasbourg, la dauphine passe par Saverne, Wasselonne et Marlenheim où la population l’accueille « avec les plus éclatants transports de joie41 » selon le rapporteur de ce voyage, qui ne peut affirmer le contraire. Mais, lors de ses apparitions publiques, la princesse se montre souvent très circonspecte devant ces mouvements de fidélité populaire. Dans la correspondance qu’elle rédige à Bordeaux, le 20 mars 1815, et qui est interceptée et publiée par les Bonapartistes, elle écrit à son beau-père pour évoquer l’enthousiasme populaire : « tout cela est payé pour crier, tout cela jurait avec élan fidélité au bambin de Rome ; deux jours après, on l’a abandonné42 ». Si l’un des objectifs est de se faire aimer et donc de faire aimer la dynastie, il semble compliqué d’évaluer la réussite de cet objectif, tant les mouvements populaires semblent codifiés et bien peu spontanés.

  • 43 . Fanny Cosandey, La reine de France, symbole et pouvoir, op. cit., p. 174.
  • 44 . Bernard Guenée et Françoise Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, « Sourc (...)
  • 45 . Fanny Cosandey, La reine de France, symbole et pouvoir, op. cit., p. 164.

15Les entrées royales « sont l’occasion de montrer le souverain à la ville et la ville au souverain43 » et de créer un lien à la fois sentimental et palpable entre les sujets et le prince. Fanny Cosandey a analysé les entrées de souveraines dans les différentes cités françaises. Elle met en évidence un déroulé, pensé comme immuable qui permet à la ville d’honorer la souveraine et à la souveraine de marquer sa satisfaction envers la cité. L’entrée royale a été pensée comme « un dialogue entre un roi plus proche et des sujets moins passifs44 » et cet aspect est amplifié par la Restauration qui entend inscrire ce cérémonial dans une tradition monarchique française. Mais cette visite reste avant tout un cérémonial royal, c’est-à-dire, « tout ce qui touche à l’apparition publique de ceux qui revêtent la dignité royale, quelle que soit la nature de l’événement »45. Il s’agit donc d’une opération de communication importante pour la couronne et les activités de la princesse doivent lui permettre à la fois de découvrir la ville et ses curiosités, mais aussi son organisation et ses habitants. La cérémonie connaît déjà des évolutions au XVIIIe siècle pour répondre aux besoins de l’évolution de la monarchie. La Restauration semble chercher à ressusciter un cérémonial devenu presque obsolète pour ses prédécesseurs. En effet, les visites de Marie-Josèphe de Saxe en 1747 ou de Marie-Antoinette en 1770 ne sont en fait que des étapes dans leur trajet entre leur cour natale et Versailles. Étapes qui s’inscrivent néanmoins au sein d’un cérémoniel codifié, celui du mariage par procuration suivi de la cérémonie de remise. Dans cette volonté de faire renaître un rituel désuet, cette entrée royale prend un sens différent et s’apparente plus à une pratique ritualisante.

16En se donnant à voir, à aimer, la princesse a pour mission officieuse de renverser le risque politique de voir l’opposition saper les prérogatives de la couronne dans une province à la fidélité encore fragile. Tout comme pour la visite du roi, elle revêt une véritable fonction politique et la princesse contribue à fixer l’image d’une monarchie proche de ses sujets, à l’écoute de ses doléances et sensible à son quotidien.

17On constate que la visite de la duchesse d’Angoulême cherche à se conformer à cette tradition royale. Cependant, les étapes traditionnelles sont quelque peu adaptées et leur ordre diffère mais la logique du rituel est largement maintenue. Le pouvoir royal a évolué, il n’est plus question pour des sujets de rendre hommage à un seigneur. Les villes ne cherchent plus à obtenir des privilèges particuliers mais il s’agit plutôt d’un moment de propagande royale visant à donner à voir la royauté, mais également à rétablir un lien entre une famille royale et ses sujets dans une terre de conquête.

L’arrivée à Strasbourg

  • 46 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p.  (...)
  • 47 . Voir : Marie-Dominique Waton, « Les enceintes de Strasbourg à travers les siècles », In Situ, 16, (...)
  • 48 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p.  (...)
  • 49 . Louis XVIII abolit l’usage, en 1814, du drapeau tricolore utilisé depuis 1790.
  • 50 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p.  (...)
  • 51 . André Duchesne, Les Antiquités et recherches de la grandeur et majesté des roys de France, Paris, (...)

18Le premier contact entre la princesse et les Strasbourgeois ne se déroule pas en ville puisque « les autorités militaires reçurent Madame la Dauphine hors des murs de Strasbourg46 ». Ces mêmes murs que l’aïeul de la princesse, Louis XIV, ordonna d’améliorer sous l’égide de Vauban47. Cette réception est complétée par un défilé proposé par des jeunes filles « montées sur des chariots décorés de guirlandes et de drapeaux » et qui « s’empressèrent de venir complimenter Madame la Dauphine48 ». L’accueil des princesses par des jeunes filles souvent vêtues de blanc et arborant des fleurs de lys et une constante depuis l’accueil de la duchesse d’Angoulême, aux Tuileries, le 3 mai 1814 (fig. 2). Cette étape étant respectée, le cortège se met en route et la princesse entre à 15 h 30 dans Strasbourg pavoisée de drapeaux blancs, couleur de la monarchie49, de fleurs de lys et d’emblèmes royaux. C’est ici que l’ordre traditionnel du cérémonial est quelque peu bouleversé. Elle ne va pas directement à la cathédrale mais se rend au palais Rohan, alors palais royal, où elle réside le temps de son séjour. Une fois installée, elle reçoit l’ensemble des autorités militaires, civiles et le clergé. Pour finir, la princesse se montre au balcon du palais, pour saluer les Strasbourgeois amassés sur la terrasse face à l’Ill. On retrouve ici ce passage obligé sur le balcon de la résidence, comme le firent Louis XV, Marie-Antoinette ou Marie-Louise. La princesse se rend ainsi familière à ses sujets, et assiste à un nouveau défilé, celui « des cultivateurs qui lui avaient servi d’escorte, et les chariots remplis de villageoises50 ». À 18 heures, la dauphine dîne au palais où sont conviés les principaux fonctionnaires civils et militaires, l’évêque Jean-François-Marie Le Pappe de Trévern, le général de Castex, gouverneur militaire mais aussi les colonels des régiments stationnés à Strasbourg. Cette forte présence militaire autour de la princesse ne doit pas étonner. Strasbourg reste une ville-frontière et une ville de garnison. Le public est autorisé à circuler autour de la table, pratique courante sous l’Ancien Régime. En cela, sa présence à Strasbourg respecte la tradition qui veut que « les rois de France ont toujours eu d’honorer les entrées et arrivées des Roynes leurs épouses en leurs meilleures villes, et de faire voire l’affection qu’ils ont à leur grandeur51 ».

  • 52 . Le futur grand-duc Léopold Ier de Bade et son épouse, Sophie de Suède, fille du roi Gustave IV.
  • 53 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p.  (...)

19Le soir même, la princesse se montre au spectacle, où l’on donne Une visite à Bedlam d’Eugène Scribe et Le Nouveau Seigneur du Village d’Adrien Boieldieu. Elle est escortée par le margrave et la margravine de Bade venus lui faire leur cour52, et « les plus vives acclamations accueillirent l’auguste princesse, qui daigna rester jusqu’à la fin de la représentation53 ». La soirée se clôt par une illumination, comme il a été fait en 1744, 1747 ou 1770. Ces signes de fidélité et d’amour se veulent être des preuves d’attachement donnés à la dynastie et donc au roi.

20Ce n’est que le lendemain matin que la princesse se rend à la cathédrale pour entendre la messe. Elle parcourt ensuite tout l’édifice, découvre l’horloge et monte jusqu’à la plateforme (fig. 3). Accompagnée de la margravine, elle se rend sur le tombeau du maréchal Maurice de Saxe en l’église Saint-Thomas. Ce dernier était l’oncle de Marie-Josèphe de Saxe, grand-mère paternelle de la princesse. Viennent ensuite les visites d’établissements de soins, de charité ou d’enseignement.

  • 54 . Il passe par l’Hospice civil pour rencontrer les orphelins et les malades.

21Si le roi Charles X en visite certains54, son emploi du temps est plus occupé par l’inspection de casernes, de terrains d’entraînement et le passage en revue des troupes. À l’inverse, la princesse honore de sa présence bon nombre de ces établissements strasbourgeois. Elle se rend dans un premier temps à l’hôpital militaire, puis à l’hospice civil. Le maire de Strasbourg l’y accueille et dresse un compte-rendu très précis de sa visite qui est consigné dans un registre signé de la main de la princesse. Le personnel est présenté à la dauphine qui se rend ensuite dans les différents réfectoires pour visiter les malades et les installations.

  • 55 . Fanny Cosandey, La reine de France, symbole et pouvoir, op. cit., p. 290.
  • 56 . Ibid., p. 175.
  • 57 . Natalie Scholz, « La monarchie sentimentale : un remède aux crises politiques de la Restauration  (...)

22Le rôle traditionnellement dévolu à une dauphine, et plus largement aux femmes de la famille royale, reste celui de la charité. L’analogie avec la Vierge est évidente. Cette dernière, par effet miroir, fait de la princesse la mère de l’ensemble de ses sujets. Figure tutélaire et protectrice, sa bonté la rend plus accessible que le roi aux douleurs de son peuple, « la Vierge est dans le panthéon divin, participative de la sacralité du Christ55 ». Elle est l’inverse du roi, « être d’extérieur56 », notamment dans sa fonction militaire et politique, elle est « un personnage d’intérieur ». En associant la dauphine aux notions de charité, de douceur, de compassion, les Bourbons jouent sur l’image maternelle de la monarchie, celle d’une « représentation de la monarchie et de sa relation avec le peuple dans laquelle les émotions sentimentales jouent un rôle central57 ». Les différentes étapes de la visite de la princesse peuvent se décliner sous forme d’éléments propres à une visite royale féminine qui visent à souligner le rôle de mère du peuple de la princesse à l’inverse de la figure guerrière et virile du roi et du dauphin. La dialectique utilisée par l’auteur du compte-rendu du voyage pour illustrer cette générosité ne manque pas de renvoyer à

  • 58 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p.  (...)

La bonté touchante de Madame la Dauphine envers les pauvres qui l’entouraient, les paroles de consolation qu’elle daignait leur adresser, tous les souvenirs attachés à sa personne ont produit le plus vif enthousiasme. Chacun était avide de voir, de bénir l’auguste fille des Rois, la mère des pauvres58.

  • 59 . Ibid., p. 116.

23Cette synthèse résume la position ambivalente des princesses au sein de la famille royale. Figures féminines nécessaires, médiatrices entre les sujets et le souverain, elles sont, en tant que femmes, totalement exclues du gouvernement et de la politique. Le roi conserve jalousement ses prérogatives et n’y associe ses belles-filles, les duchesses d’Angoulême et de Berry, que par touches nécessaires à sa politique. Les princesses disposent d’une place dans la propagande royale. Si, elles ne participent pas ou peu à la politique du souverain, elles restent des figures au service de la monarchie. Leurs nombreux voyages en province doivent permettre de rendre le pouvoir royal plus accessible. Leur statut de femmes semblant les autoriser à une plus grande compassion, une plus grande générosité et à accorder un plus grand intérêt aux questions sociales que les princes. La dauphine semble parfaitement s’être acquittée de sa tâche à Strasbourg grâce à « cette touchante bonté, cette gracieuses affabilité, qui ne sont pas les moindres vertus des Bourbons59 ». En se montrant bonne et gracieuse, c’est l’ensemble de la dynastie qui profite de ces retombées.

  • 60 . Achetée par la Ville en 1804, elle est installée rue de l’Académie à compter de 1825. Voir : Mari (...)

24Ces visites d’établissements de charité sont suivies, le plus souvent, par celles aux établissements d’éducation et d’enseignement supérieur. Elles doivent souligner l’intérêt particulier que les Bourbons portent à la science qui permet au royaume de rayonner. Dans un premier temps, elle visite la bibliothèque de Strasbourg, fondée grâce au legs, en 1765, de l’historien Jean-Daniel Schoepflin et forte de plus de 10 000 volumes. Elle est accolée à la bibliothèque universitaire située au Temple Neuf. La princesse est ensuite conduite, non pas chez des écoliers, mais à la découverte de l’université et plus précisément des locaux alors situés rue de l’Académie, où on lui présente la très riche collection d’histoire naturelle initiée par Jean Hermann60 et complétée par son gendre, Frédéric-Louis Hammer qui accueille la dauphine.

  • 61 . Actuel opéra.
  • 62 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p.  (...)

25La princesse qui se montre en général peu encline aux festivités accepte cependant de présider un dîner puis un bal. Le dîner est offert par le préfet à l’hôtel de Klinglin et les autorités alsaciennes sont présentées à la princesse : le préfet du Haut-Rhin, le maire de Colmar et plusieurs députés de la région. Le bal organisé par la municipalité se tient au théâtre61. Là aussi les mêmes décors que pour celui proposé à Charles X sont réutilisés. Les dames de la noblesse locale lui sont présentées et la dauphine choisit de donner des signes de proximité. Celle qui est souvent décrite comme altière, froide et cassante, accorde à toutes des « paroles bienveillantes et flatteuses62 ». Délaissant la loge royale préparée pour elle, elle fait descendre dans la salle son fauteuil et celui de la margravine Sophie afin de siéger au milieu des dames invitées. Comme elle en a l’habitude aux Tuileries, la princesse se retire à 22 heures laissant la fête se terminer sans elle.

  • 63 . AVES, AA 1941.

26Enfin, la dernière étape du séjour consiste en la remise des cadeaux. En cela, la tradition est respectée, mais semble inversée. Sous l’Ancien Régime, la ville offre un cadeau à son royal visiteur, ce dernier, en échange, confirme les privilèges de la cité. Les villes désormais intégrées au maillage administratif français ne fonctionnent plus en termes de privilèges et la princesse ne voyage pas pour les confirmer. Les cadeaux viennent bien de sa part, pour remercier la ville de s’être mise en frais pour sa visite. Le maintien quelque peu désuet de cette pratique vient souligner le caractère à la fois rétrograde et hybride de cette cérémonie au XIXe siècle. Strasbourg qui s’était largement endettée pour la visite de Louis XV en 1744 n’en tirera aucun bénéfice et le roi ne laisse aucun cadeau ni privilège. Il se contente de faire envoyer, 14 années plus tard, son portrait qui est placé à l’hôtel de ville63. Il n’en va pas de même pour la princesse qui laisse au moment de son départ :

  • 64 . Société fondée en 1789 dont la présidente d’honneur et la bienfaitrice fut Marie-Antoinette, puis (...)
  • 65 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p.  (...)

1 000 fr. aux pauvres, 1 000 fr. à la société de charité maternelle64, et 500 fr. à des dames faisant partie d’une société de bienfaisance. Son Altesse Royale donna ainsi une nouvelle et éclatante preuve de cette charité vraiment chrétienne qu’elle possède à un si haut degré65.

  • 66 . Voir : Catherine Duprat, Usages et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lie (...)

27La société de charité maternelle, présente à Paris et dans de nombreuses villes de province, n’accorde son aide qu’aux mères de famille nombreuses ou privées de leurs époux par la maladie, la guerre ou l’infirmité66. La princesse verse annuellement une cotisation, assume la présidence de la société et participe à une réunion à Paris. Elle visite également les antennes provinciales lors de ses différents déplacements ou les gratifie d’une subvention exceptionnelle, comme c’est le cas à Strasbourg.

28Si le compte-rendu imprimé de la visite de la princesse semble magnifier la générosité de la duchesse, il faut opposer ces sommes laissées aux institutions charitables locales, soit 2 500 francs, au coût de ces visites royales, soit près de 102 000 francs.

Une princesse au service de la dynastie

  • 67 . Louis Marin, Politiques de la représentation, op. cit., p. 73.

29Il ne s’agit pas pour la princesse de voyager comme une particulière, mais bien de recevoir les hommages dus au roi, à la dynastie et de porter sa parole. Dans le cadre de ces déplacements, elle ne peut intervenir en son nom propre et n’a de parole que celle définie par le souverain. Bien plus que la dauphine, c’est la dignité royale qui se déplace et elle en est la représentante par intérim. Au travers de la princesse, la monarchie restaurée met un visage, une image de chair sur l’image de papier. Image qui devient visible pour le plus grand nombre et plus simplement pour les sujets résidants près des résidences royales. Elle est en rupture avec l’Ancien Régime et sa conception du pouvoir, à un moment où la cour tendait à se sédentariser autour de l’Île-de-France. La conception dix-huitièmiste du voyage royal, consistant à se translater d’une résidence royale à une autre ne peut plus rassembler un large consensus populaire après 1815, car elle est assimilée à une monarchie enfermée et inaccessible. Le voyage doit prendre la forme d’une fête populaire à laquelle les sujets sont largement associés et plus simplement de lointains spectateurs. On peut penser que les populations aspirent à se sentir destinataires de la visite et pas simplement observateurs. La personne royale se fait rare et peu de Français peuvent se targuer d’avoir vu le roi ou la reine. Cette dernière, ou la dauphine, existent avant tout pour leurs sujets au travers de l’iconographie, la Restauration y ajoute une personnification de chair et matérialise, en quelque sorte, la figure royale. En se montrant, le pouvoir se met au niveau de ses sujets qui cherchent alors « à s’approprier la représentation puisque la représentation est elle-même pouvoir67 ».

  • 68 . Arlette Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, (...)
  • 69 . Voir : Johann Martin Weis, Représentation des fêtes données par la ville de Strasbourg pour la co (...)

30La question du public amené à rencontrer la dauphine peut se poser. Lors de ces déplacements, n’importe qui peut apercevoir la princesse lors des nombreuses célébrations prévues alors que les évènements officiels comme les bals ou les dîners, sont réservés à l’élite locale. Lors de la visite de Louis XV en 1744, la population est le plus souvent reléguée dans une attitude passive, lointaine et « regarde une monarchie qui ne peut exister sans être vue68 ». Cependant, le roi semble trouver quelques moments privilégiés où il se montre plus accessible qu’à Versailles notamment aux militaires et aux bourgeois69. La fonction politique est indissociable du déplacement lequel est avant tout un outil au service de la monarchie et pas un simple élément de villégiature.

  • 70 . Jean Boutier, Alain Dewerpe et Daniel Nordman, Un tour de France royal : le voyage de Charles IX (...)
  • 71 . Ibid., 4e de couverture.

31Les Valois se sont servis des voyages pour faire connaître la figure royale. Dans les moments de fragilité politique, comme la minorité de Charles IX, la régente Catherine de Médicis organise un tour de France qui regroupe toute la famille royale70. Le contexte est incertain à bien des égards : la minorité du roi, les troubles religieux et la remise en question de la régente elle-même. Le voyage répond alors à un besoin de la monarchie de se faire connaître en exhibant la cour. Ce qui est la même nécessité pour les Bourbons restaurés dans cette volonté de créer une forme de proximité entre le trône et ses sujets. De ce tour de France royal reste l’idée d’une « migration de foule » et d’une « multitude de fêtes71 ». Pour la famille royale, c’est aussi un calcul politique, lui permettant de construire l’image d’un pouvoir au contact du quotidien de leurs sujets et de leurs préoccupations et donc de se détacher d’une image d’enfermement sous les dorures des palais. Ce besoin de voyager peut-il également répondre à une forme de lassitude d’un gouvernement à distance ? Le voyage d’un membre de la famille royale est une mise en mouvement et en image de la Couronne et son action.

32La princesse voyage donc en tant que dauphine, membre de la dynastie Bourbon, héritière également des Habsbourg, représentante du pouvoir royal dont elle assure en quelque sorte la visibilité. Il s’agit malgré tout d’un rôle politique.

  • 72 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p.  (...)
  • 73 . Paul leuilliot, L’Alsace au début du XIXe siècle, op. cit., p. 530‑531.

33La duchesse d’Angoulême, comme fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, rescapée du Temple, dauphine et donc logiquement future reine de France, « malgré les malheurs inouïs qu’elle a éprouvé72 », reste la figure propre à inspirer le respect, la dévotion, la fidélité et l’attendrissement qui doivent rejaillir sur le trône. Sa présence en province permet à la couronne de se faire connaître et de provoquer, sinon d’entretenir un sentiment royaliste. La princesse, Fille de France par naissance, petite-fille de Marie-Thérèse, rescapée de la Révolution semble la plus à même de faire oublier le souvenir bonapartiste en Alsace. Ce voyage qui arrive quelques mois avant la Révolution de juillet 1830 ne change pourtant rien aux résultats des élections de juin 1830 qui voient les candidats libéraux alsaciens triompher73.

Haut de page

Notes

1 . 1731-1767, fille du roi de Pologne Auguste III et prince-électeur de Saxe, elle épouse le fils aîné de Louis XV en 1747, elle est la mère de Louis XVI, Louis XVIIII et Charles X.

2 . Edmond et Jules de Goncourt, Histoire de Marie-Antoinette, Livre Premier, Paris, Librairie de Firmin Didot Frères, 1858, p. 14.

3 . Il est rappelé en France à la demande de Marie-Thérèse.

4 . Marie-Thérèse Charlotte de France est la fille aînée de Louis XVI et Marie-Antoinette, née le 19 novembre 1778.

5 . Si le souvenir de la princesse, lorsqu’elle est enfermée et après son départ, continue d’être diffusé pas la propagande iconographique monarchiste, c’est bien moins le cas pour les princes.

6 . Louis-Stanislas Xavier, 1755-1824, 4e fils du dauphin Louis et de Marie-Josèphe de Saxe.

7 . Charles-Philippe, 1757-1836, 5e fils du dauphin Louis et de Marie-Josèphe de Saxe.

8 . Louis-Antoine, duc d’Angoulême, 1775-1844, fils aîné du comte d’Artois et de Marie-Thérèse de Savoie.

9 . Hélène Becquet, Marie-Thérèse de France, l’orpheline du Temple, Paris, Perrin, 2012 et Thèse des Chartes : Marie-Thérèse-Charlotte de France (1778-1851) Représentations, sensibilités et politique, Paris, la Sorbonne, 2004.

10 . Marie-Joséphine de Savoie, 1753-1805 et Marie-Thérèse de Savoie, 1756-1810.

11 . Voir Natalie Scholz et Christina Schröer (dir.), Représentation et pouvoir. La politique symbolique en France (1789-1830), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

12 . François-René de Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe, tome VI, Paris, E. et V. Penaud Frères, 1851, p. 7.

13 . La dernière à bénéficier seule de ce rituel est Élisabeth d’Autriche, épouse de Charles IX, le 29 mars 1572. La dernière reine à être couronnée, Marie de Médicis, voit son entrée annulée suite à l’assassinat de son époux en 1610. Voir : Émile Roy, « L’entrée de la reine Marie de Médicis en 1610 : vers inédits de Régnier », Revue d’Histoire littéraire de la France, 1re année, no 4 (1894), p. 422‑429.

14 . Entre 1531 et 1533, voir : Robert J. Knecht, « Éléonore d’Autriche (1498-1558) », in Cédric Michon (dir.), Les conseillers de François Ier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 401‑414.

15 . L’entrée du roy et de la reyne dans sa ville de Lyon. Ou le soleil au signe du Lyon, 11 décembre 1622, Lyon, 1624, p. 10.

16 . Voir : François Moureau, « Les entrées royales ou le plaisir du prince », Dix-Huitième Siècle, 17, 1985, p. 195‑208.

17 . Marie-Claire Vitoux, « Une entrée royale au XIXe siècle : Charles X à Mulhouse en 1828 », Histoire, Économie et Société, 17-2, 1998, p. 287‑298.

18 . De nombreuses gravures sont éditées pour ces deux évènements, et la visite de Louis XV a donné lieu à la publication d’un ouvrage précieux rassemblant ces images : Johann Martin Weis, Représentation des fêtes données par la ville de Strasbourg pour la convalescence du Roi ; à l’arrivée et pendant le séjour de Sa Majesté en cette ville, Paris, Laurent Aubert, 1745.

19 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre, suivie d’une Notice sur le voyage à Strasbourg de Son Altesse Royale Madame la Dauphine, Strasbourg, Schmidt et Grucker Libraires, 1828.

20 . Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), 282 MW 39 : archives relatives à la visite de Charles X et de la duchesse d’Angoulême à Strasbourg en 1828.

21 . Joseph, comte de Villèle, 1773-1854, président du Conseil des ministres de 1821 au 4 janvier 1828.

22 . Jean-Baptiste Sylvère Gaye, vicomte de Martignac, 1778-1832, président du Conseil des ministres de 1828 à 1829.

23 . Marie-Claire Vitoux, « Une entrée royale au XIXe siècle… », art. cit., p. 287‑298.

24 . Il s’agit du journaliste et homme politique strasbourgeois Auguste Schneegans qui écrit alors qu’il proteste encore contre l’annexion de l’Alsace-Lorraine de 1870.

25 . Cité par Georges Livet et Raymond Oberlé (dir.), Histoire de Mulhouse des origines à nos jours, Strasbourg, éditions des Dernières Nouvelles d’Alsace, 1977, p. 239.

26 . 1797, 1805, 1806, 1809.

27 . Claude Muller, « Vive l’empereur ! » L’Alsace napoléonienne 1800-1815, Bernardswiller, I.D. l’Édition, 2012.

28 . Lettre de Jordan au ministre de l’Intérieur, 11 avril 1829, Archives nationales (AN), F7 6771.

29 . Voir, Paul leuilliot, L’Alsace au début du XIXe siècle. Essai d’histoire politique, économique et religieuse (1815-1830), t. I. La vie politique, Paris, Bibliothèque générale de l’école pratique des hautes études, 1959.

30 . Louis Véron, Mémoires d’un bourgeois de Paris : comprenant la fin de l’Empire, la Restauration, la Monarchie de Juillet, la République jusqu’au rétablissement de l’Empire, Paris, Gabriel de Gonet, 1853, tome 2, p. 369.

31 . Le 11 septembre 1828, voir : Christian Pfister, Histoire de Nancy, Paris, Berger-Levrault & Cie, 1902.

32 . Les membres de la Maison de Lorraine sont inhumés en l’église des Cordeliers que Louis XVIII et Charles X feront restaurer. Les dépouilles profanées pendant la Révolution seront réinstallées le 9 novembre 1826 à la demande du roi. Voir : Francine Roze, « Nancy, la chapelle ducale de l’église des Cordeliers », Congrès archéologique de France. 164e session. Nancy et Lorraine méridionale. 2006, Paris, Société française d’archéologie, 2008, p. 109‑114.

33 . Mairie de la Ville de Strasbourg, Réception de S. M. l’impératrice-reine Marie-Louise d’Autriche, Strasbourg, Imprimerie de L. Eck, 1810.

34 . AVES, 282 MW 39 : archives relatives à la visite de Charles X et de la duchesse d’Angoulême à Strasbourg en 1828.

35 . Voir notamment : Anonyme, « Ode à son Altesse Royale Madame la Duchesse d’ANGOULEME, en la voyant dans son jardin à Battersea », 1815, parue dans L’Ambigu.

36 . Le Moniteur, 20 septembre 1828, p. 1.

37 . On le retrouve dans l’ensemble des courriers adressés aux préfets ou aux maires des départements et aux cités traversées par les membres de la famille royale, voir notamment : AN, F7 6759, Affaires politiques (police politique), Objets généraux (1815-1838), Voyages de la famille royale.

38 . Il n’est pas rare de réutiliser des décors pour différents spectacles ou cérémonies, voir Pauline Lemaigre-Gaffier, « Servir le roi et administrer la cour. Les Menus Plaisirs et l’invention de leur personnel (années 1740‑1780) », Hypothèses, 12, 2009/1, p. 51‑62.

39 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p. 110.

40 . Fanny cosandey, La reine de France, symbole et pouvoir, Paris, Éditions Gallimard, 2000, p. 169.

41 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p. 111.

42 . Louis Véron, Mémoires d’un bourgeois de Paris, op. cit., p. 240.

43 . Fanny Cosandey, La reine de France, symbole et pouvoir, op. cit., p. 174.

44 . Bernard Guenée et Françoise Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, « Sources d’Histoire médiévale ; publiées par l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes », 1968, p. 8.

45 . Fanny Cosandey, La reine de France, symbole et pouvoir, op. cit., p. 164.

46 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p. 111.

47 . Voir : Marie-Dominique Waton, « Les enceintes de Strasbourg à travers les siècles », In Situ, 16, 2011, mis en ligne le 27 juin 2011, consulté le 12 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/insitu/442 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.442.

48 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p. 110‑111.

49 . Louis XVIII abolit l’usage, en 1814, du drapeau tricolore utilisé depuis 1790.

50 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p. 111.

51 . André Duchesne, Les Antiquités et recherches de la grandeur et majesté des roys de France, Paris, 1609, p. 571-575.

52 . Le futur grand-duc Léopold Ier de Bade et son épouse, Sophie de Suède, fille du roi Gustave IV.

53 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p. 111‑112.

54 . Il passe par l’Hospice civil pour rencontrer les orphelins et les malades.

55 . Fanny Cosandey, La reine de France, symbole et pouvoir, op. cit., p. 290.

56 . Ibid., p. 175.

57 . Natalie Scholz, « La monarchie sentimentale : un remède aux crises politiques de la Restauration ? », in Natalie Scholz et Christina Schröer (dir.), Représentation et pouvoir…, op. cit., p. 189.

58 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p. 113.

59 . Ibid., p. 116.

60 . Achetée par la Ville en 1804, elle est installée rue de l’Académie à compter de 1825. Voir : Marie-Dominique Wandhammer, Histoires naturelles. Les collections du Musée zoologique, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, 2008 et Dorothée Rusque, Le dialogue des objets. Fabrique et circulation des savoirs naturalistes : le cas des collections de Jean Hermann (1738-1800), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, « Histoire et philosophie des savoirs » [à paraître].

61 . Actuel opéra.

62 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p. 115.

63 . AVES, AA 1941.

64 . Société fondée en 1789 dont la présidente d’honneur et la bienfaitrice fut Marie-Antoinette, puis sous l’Empire Marie-Louise. Voir : Emmanuelle Berthiaud, « Les sociétés de charité maternelle, de la charité à l’assistance médicale », in Marie-Claude Dinet et Scarlett Beauvalet (dir.), Lieux et pratiques de santé du Moyen Âge à la Première Guerre mondiale (no spécial de la revue Hier, 41), Amiens, éditions Encrage, avril 2013.

65 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p. 115.

66 . Voir : Catherine Duprat, Usages et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social, à Paris, au cours du premier XIXe siècle, Paris, Comité d’histoire de la Sécurité sociale, 2 vol., 1996 et 1997.

67 . Louis Marin, Politiques de la représentation, op. cit., p. 73.

68 . Arlette Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1986, p. 201.

69 . Voir : Johann Martin Weis, Représentation des fêtes données par la ville de Strasbourg pour la convalescence du Roi…, op. cit.

70 . Jean Boutier, Alain Dewerpe et Daniel Nordman, Un tour de France royal : le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, Aubier, 1984.

71 . Ibid., 4e de couverture.

72 . Anonyme, Relation du voyage en Alsace de SM Charles X roi de France et de Navarre…, op. cit., p. 116.

73 . Paul leuilliot, L’Alsace au début du XIXe siècle, op. cit., p. 530‑531.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Mensch, « Une visite royale : la dernière dauphine, Marie-Thérèse Charlotte de France à Strasbourg (14-16 septembre 1828) »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 175-197.

Référence électronique

Matthieu Mensch, « Une visite royale : la dernière dauphine, Marie-Thérèse Charlotte de France à Strasbourg (14-16 septembre 1828) »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5490 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5490

Haut de page

Auteur

Matthieu Mensch

Docteur en histoire moderne de l’université de Strasbourg, chercheur associé à l’UR 3400 ARCHE

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search