Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148VariaJeanne et Frédéric Régamey : un c...

Varia

Jeanne et Frédéric Régamey : un couple engagé pour l’Alsace

The Jeanne and Frédéric Régamey family in the service of Alsace
Jeanne und Frédéric Régamey: ein für das Elsass engagiertes Ehepaar
Raymond Scheu
p. 199-226

Résumés

En 1896, Jeanne Heimann, née en Alsace dans une famille bourgeoise, installée à Paris vers 1890, et Frédéric Régamey, un Parisien, issu d’une famille d’artistes se marient. Ils publient un grand nombre de romans, essais polémiques et articles donnant l’image d’une Alsace désireuse d’un retour à la France.

Seules quelques notices parfois erronées leur ont été consacrées. Par ailleurs, Jeanne est, au mieux, citée dans une notice consacrée à son mari comme si son rôle avait été secondaire. L’article se veut une première synthèse d’informations dispersées et prend en compte aussi des documents inédits.

Les Régamey donnent une conférence sur l’Alsace-Lorraine en 1898 chez Juliette Adam avant de s’installer pour quatre ans à Beblenheim, au Petit-Château. Ce séjour et d’autres, plus courts, attestés par le livre d’or signé par les invités des riches mécènes que sont Camille Méquillet et sa fille Fanny à Riquewihr, leurs relations avec les artistes et écrivains de la renaissance alsacienne de la Belle Époque témoignent d’une volonté de mieux connaître l’âme de l’Alsace.

L’annexion a été ressentie comme un viol, par Jeanne au cours de son adolescence et elle a transmis ce sentiment à Frédéric. Ce ressentiment a poussé Jeanne à agir à travers l’écriture seule ou à deux avec Frédéric. À l’engagement littéraire et artistique du couple s’est ajoutée la présence dans de nombreuses manifestations et associations patriotiques.

Alors que l’Alsace est revenue à la France, les dernières années de leur vie sont marquées par un choc, la mort de leur fils en service commandé. Gravement malades, ils meurent dans les années 1920 et tombent peu à peu dans l’oubli. Ils méritent d’être mieux connus, en particulier Jeanne qui a eu un rôle moteur dans le couple et a toute sa place dans l’histoire des femmes d’Alsace.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Critique du roman de Jeanne et Frédéric Régamey, Au pays des cigognes, Récits d’Alsace, Paris, La (...)

Les auteurs de ce curieux volume se sont proposés de faire connaître l’Alsace aux enfants de France. C’est l’histoire de deux petits Parisiens qui viennent apprendre l’allemand en Alsace, et qui, reçus dans une famille du pays, partagent la vie commune et sont en contact avec des enfants et des maîtres allemands. Tel est le thème. On voit les jolies scènes que peut inspirer cette donnée. C’est la vie alsacienne mise sous les yeux du lecteur, avec ses détails charmants, ses mœurs, ses coutumes, ses types inoubliables. De nombreux dessins illustrent ce roman pittoresque et éducatif1.

1Le 21 décembre 1907, le Journal des Débats présente comme un cadeau de Noël idéal un roman signé Jeanne et Frédéric Régamey intitulé Au pays des cigognes, sous-titré Récits d’Alsace. Sur la couverture rouge, figurent, outre le nom des auteurs, le titre, en lettres argentées, et le dessin de cigognes évoluant dans le ciel qui symbolisent la province enlevée à la France (fig. 1).

Fig. 1. L’ Alsace identifiée par les cigognes

Fig. 1. L’ Alsace identifiée par les cigognes

Jeanne et Frédéric Régamey, Au pays des cigognes, Récits d’Alsace, Paris, La librairie mondiale, 1907.

  • 2 . Jeanne et Frédéric Régamey, L’Alsace qui rit, Paris, Albin Michel, 1915, préface.
  • 3 . Hansi, L’histoire d’Alsace racontée aux petits enfants d’Alsace et de France, Paris, H. Floury, 1 (...)
  • 4 . Jeanne et Frédéric Régamey, Au service de l’Alsace, Paris, Albin Michel, 1906. https://www.academ (...)

2Ce roman a paru plusieurs années avant ceux, bien plus connus, de Hansi qu’ils considèrent comme « un ami2 »: L’histoire d’Alsace racontée aux petits enfants d’Alsace et de France, qui date de 1912, et Mon village, paru en 19133. Il vise le même public et le même objectif : faire connaître aux enfants de France la situation de l’Alsace-Lorraine annexée par l’Allemagne. Il faut que les nouvelles générations n’oublient pas les « provinces perdues ». La même année, Jeanne et Frédéric Régamey sont récompensés par l’Académie française pour un autre livre intitulé Au service de l’Alsace4.

  • 5 . François Lotz (avec la collaboration de Joseph Fuchs, Léon Kieffer et René Metz), Artistes-peintr (...)
  • 6 . Christian Wolff, « Frédéric Régamey », « Raymond Régamey », in Nouveau dictionnaire de biographie (...)

3Ces auteurs, très engagés, en leur temps, pour le retour de l’Alsace à la France, sont aujourd’hui méconnus. En 1987, François Lotz a consacré une notice à Frédéric Régamey dans Artistes peintres-alsaciens de jadis et de naguère (1880-1982) mais elle comporte des erreurs5. Dans le fascicule 30 du Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne paru en 1997, ils n’apparaissent pas. Il faudra attendre le supplément paru en 2006 pour lire un article consacré à Frédéric Régamey6 et un autre à Raymond Régamey, leur fils. Il n’y a pas d’entrée pour Jeanne. Pour Frédéric, il est dit que « lui et sa femme » ont publié de nombreux ouvrages et articles sur l’Alsace et les Alsaciens. On pourrait penser que le rôle de Jeanne était secondaire.

4Or, leur combat est celui d’un couple et le rôle de Jeanne mérite d’être mieux cerné. Il m’a paru intéressant d’analyser leur œuvre, de synthétiser des informations très dispersées, pour comprendre ce qui a conduit ce couple à s’impliquer si fortement dans une cause défendue avec passion, ce qui a nourri cet engagement ainsi que les formes qu’il a pris au fil du temps. Une histoire marquée par l’espoir, le bonheur de la réussite et un drame qui surgit dans leur vie alors que leur rêve vient de se réaliser.

La naissance de l’engagement d’un couple

  • 7 . Archives de Paris, état civil, 1896, 16, V4E, 10022.

5Jeanne et Frédéric Régamey se marient le 19 février 1896 à Paris7. Ils n’ont ni le même âge, ni la même histoire familiale, ni la même expérience professionnelle et pourtant, ils vont s’engager sur le même front, se battre pour le retour de l’Alsace à la France.

Un Parisien membre d’une famille d’artistes

  • 8 . Beaucoup d’informations sur la famille de Frédéric Régamey, ses parents et ses frères, en particu (...)
  • 9 . Horace Lecoq de Boisbaudran, L’éducation de la mémoire pittoresque et la formation de l’artiste, (...)

6Frédéric Régamey, né le 4 juillet 1849 à Paris, appartient à une famille d’artistes8. Son père, Guillaume Louis Pierre (1814-1878), peintre et lithographe, né à Genève, a connu la misère au cours de son enfance avec une mère célibataire, Louise Marianne Régamey, ouvrière dans une manufacture d’horlogerie. Travaillant d’abord pour d’autres lithographes ou imprimeurs comme apprenti à Genève, puis ouvrier à Besançon et enfin à Paris où il va s’installer à son compte, il a épousé Marie Paquin, une couturière. Ils ont trois fils qui deviennent tous artistes. Leur père les initie au dessin et leur transmet des principes républicains hérités de Proudhon qui a travaillé pour le même patron que lui à Besançon. Les trois fils, très liés, ont le même professeur de dessin, Horace Lecoq de Boisbaudran (1802-1897)9.

  • 10 . Ernest Chesneau, Notice sur G. Régamey, Paris, Librairie de l’Art, 1879.

7Guillaume (1837-1875), l’aîné, a réalisé beaucoup de gravures et tableaux de soldats, de scènes militaires mais ses problèmes de santé le conduisent à une mort prématurée au moment où il commence à être reconnu10.

8Félix (1844-1907), le cadet, illustrateur, caricaturiste et peintre, a accompagné Émile Guimet, chargé d’une mission d’étude des religions orientales, au Japon, en Chine, en Asie du Sud-Est puis en Inde. On lui doit de nombreuses scènes orientales, japonaises en particulier. Il s’est aussi consacré à l’enseignement : professeur à l’École des Arts décoratifs et à l’École libre d’architecture, il devient inspecteur de l’enseignement du dessin des écoles de la Ville de Paris. Il fait, jusqu’à la fin de sa vie, partie des officiels lors d’inaugurations d’expositions ou de remises de prix.

  • 11 . Une notice biographique est consacrée à Frédéric Régamey dans Jules Martin, Nos peintres, sculpte (...)
  • 12 . Paris à l’eau forte, Richard Lesclide éditeur, Paris, vol. 1, avril 1873-juillet 1873. Frédéric R (...)
  • 13 . « Jules Guesde », Le Matin, 20 novembre 1893, p. 1 ; « Paul Deschanel », Ibid., 3 décembre 1893, (...)

9Quant à Frédéric, il peint des tableaux, illustre des recueils de poèmes ou de souvenirs, des biographies et des romans11. Il publie aussi ses œuvres dans la presse : en 1873, il crée un hebdomadaire intitulé Paris à l’eau-forte12 avec Richard Lesclide (1825-1892), romancier, auteur dramatique, journaliste, éditeur et ancien secrétaire de Victor Hugo. Frédéric Régamey collabore aussi avec d’autres journaux. Dans Le Matin, un des quatre grands quotidiens d’avant la Première Guerre mondiale, Frédéric Régamey illustre, en première page, des portraits des hommes politiques en vue, aussi différents que Paul Deschanel et Jules Guesde13.

  • 14 . Catalogue illustré de peinture et de sculpture, Salon de 1889, Librairie Ludovic Baschet, 1889. L (...)
  • 15 . Frédéric Régamey, Vélocipédie et automobilisme, Tours, Alfred Mame et Fils éditeurs, 1898.
  • 16 . Vigeant, L’almanach de l’escrime, Paris, Maison Quantin, 1889.
  • 17 . Le Matin, 12 avril 1893, p. 3.

10Il participe, plusieurs fois, au Salon des Artistes Français. En 1895, il y présente une toile, Les délégués des colonies et Jules Ferry, novembre 189214. Richard Lesclide, promoteur du vélocipède, est peut-être à l’origine de l’intérêt de Frédéric pour ce moyen de locomotion auquel s’ajoute l’automobile qu’on retrouve dans un ouvrage, publié en 1898, Vélocipédie et automobilisme15. L’escrime est une autre de ses passions. En 1889, il produit des gravures pour un Almanach de l’escrime d’Arsène Vigeant16 (1844-1916), maître d’armes à Paris, qui a été le professeur d’escrime de Napoléon III et qui sera l’un des témoins au mariage de Frédéric et Jeanne Régamey. Dans la presse, Frédéric Régamey est souvent présenté comme « le peintre de l’escrime17 ».

Une Alsacienne issue d’une famille bourgeoise

  • 18 . Archives d’Alsace, site de Colmar, état civil, 5 E 105 (5 Mi 105/57).
  • 19 . Mme Frédéric Régamey, « Quatre ans d’Alsace », Revue alsacienne illustrée, 1902, p. 97.
  • 20 . Archives de Paris, état civil, 1896, 16, V4E 1002.

11Adèle Elisa Jeanne Heilmann, née à Colmar le 9 janvier 1868, est issue d’une famille bourgeoise alsacienne. Selon le registre des naissances, elle est la fille de Paul Eugène Heilmann, trente ans, négociant et de Lucie Beyser, dix-neuf ans, « sans état », autrement dit, sans profession. La famille habite 12, rue des Marchands à Colmar. Son grand-père paternel, Paul Heilmann (1815-1875), marié à Adèle Oehl (née en 1818), était agent de change et son grand-père maternel, Jean-Jacques Beyser, né en 1801, marié à Catherine Lydia Engel (née en 1809), était directeur du comptoir d’escompte18. Elle quitte l’Alsace pour Paris un peu avant 188819. Selon l’acte de mariage, Jeanne a habité avec sa mère, à Paris, alors que son père est resté à Colmar. Auguste Bartholdi, dont la maison natale se trouvait rue des Marchands, à Colmar, non loin de la sienne, était témoin de son mariage en 189620.

  • 21 . Jeanne Rival, Annexés, scènes de la vie alsacienne, Paris, Armand Colin & Cie, 1895.

12Lorsqu’elle se marie, Jeanne a déjà entamé une carrière littéraire. En 1895, sous le pseudonyme de Jeanne Rival, elle a publié Annexés, scènes de la vie alsacienne21. Dans ce roman à la fois sentimental et patriotique, l’héroïne, Suzanne Henriot, née en 1867, attend sur le quai de la gare de Calbourg, une petite ville alsacienne imaginaire, son frère Léon, lieutenant de chasseurs à cheval en garnison à Nancy, accompagné de Pierre, son ami d’enfance, un jeune avocat débutant dont elle est secrètement amoureuse. Après la guerre de 1870, la famille a choisi de rester en Alsace mais Léon comme Pierre ont fait des études à Belfort, comme beaucoup de jeunes Alsaciens, et n’ont pas voulu porter le casque à pointe.

13Jeanne, par la voix de Suzanne, fait un tableau sombre de l’Alsace obligée de vivre avec des vainqueurs détestés, accablée d’impôts, privée de liberté d’expression. Suzanne vit avec sa mère et Léon découvre, horrifié, que deux officiers de dragons allemands sont sur le point de s’installer au rez-de-chaussée. La mère, endettée, n’a d’autre choix que de louer une partie de la maison familiale à des Allemands.

14L’œuvre littéraire de Jeanne est, dès le début, marquée par « la question alsacienne ».

L’Alsace-Lorraine : l’engagement d’un couple

15Jeanne a dix-neuf ans de moins que Frédéric. Elle avait deux ans en 1870. Pourtant le retour à la France de l’Alsace-Lorraine, de l’Alsace en particulier, va orienter toute sa vie.

  • 22 . Ernest Chesneau, Notice sur G. Régamey, Londres, Librairie de l’Art, 1879, p. 41.
  • 23 . Ibid., p. 42.

16Frédéric a, quant à lui, vingt-et-un ans en 1870. Ses parents sont restés à Paris. Félix et lui se sont engagés dans une compagnie de francs-tireurs. Guillaume va à Londres. Vu sa mauvaise santé, il ne se sent pas très utile à Paris. En travaillant pour un peintre qui l’avait sollicité, il espère, écrit-il, « alléger de tout [son] pouvoir la situation précaire qui se préparait pour [ses] parents22 ». Il rentre à Paris, en avril, en pleine Commune. Il écrit : « Le père, la mère et Frédéric n’allaient pas trop mal. Mais, tous, ils avaient bien souffert23 ». Félix qui l’a rejoint après la capitulation de la France, revient, lui aussi, à Paris avant de repartir à Londres où il est proche des communards exilés. Guillaume meurt en 1875, à l’âge de trente-huit ans. La guerre, les privations, la défaite de Sedan, la Commune, ont touché Frédéric et sa famille.

  • 24 . Gambetta 1869-1879, avec un portrait par André Gill et un autographe, Neuchâtel-Genève, Librairie (...)
  • 25 . Ibid., p. 186.
  • 26 . Léon Gambetta, Souvenirs 1838-1882, publié sous la direction de M. Bertol-Graivil et Eugène Plant (...)
  • 27 . Félix Régamey, À Gambetta, Paris, La librairie de l’Art, 1884.
  • 28 . Une icône valorisée par des images d’Épinal, des monuments, des gravures, des tableaux. Jusqu’en  (...)

17Frédéric, comme Félix, a été marqué par la personnalité de Léon Gambetta qui a proclamé la République, le 4 septembre 1870, et qui a incarné l’opposition aux Prussiens24. Gambetta, qui a choisi d’être député du Bas-Rhin, s’associe à la protestation des députés alsaciens-lorrains25 à Bordeaux le 17 février 1871, protestation réitérée le 1er mars. Frédéric peint, en 1892, un tableau intitulé Funérailles de Gambetta, actuellement au Musée d’Orsay. Il illustre aussi un recueil de souvenirs de Gambetta26 et Félix produit un hommage27 à celui qui deviendra une sorte d’icône républicaine28. Les deux frères ont contribué, d’une certaine manière, à l’émergence de cette icône.

18Ce contexte explique que Frédéric Régamey sera sensible au thème des « provinces perdues » mais c’est sa rencontre avec Jeanne qui marque véritablement le début d’un engagement fort au service de cette cause.

  • 29 . Le Gaulois, 15 mars 1898, p. 2.
  • 30 . Juliette Adam a laissé plusieurs recueils de souvenirs : Madame Adam (Juliette Lamber), Le siège (...)
  • 31 . Georges Bergner, « Juliette Adam, l’amie des mauvais jours », L’Alsace française, 1936 (10 septem (...)

19En mars 189829, Jeanne et Frédéric Régamey donnent une causerie chez Juliette Adam, fondatrice de la Nouvelle Revue dans laquelle elle manifeste son opposition à Bismarck et sa revendication d’un retour de l’Alsace-Lorraine à la France. Cette épouse d’un sénateur à vie, Edmond Adam, tient un salon fréquenté par de nombreuses personnalités républicaines qui se sont opposées à Napoléon III. Gambetta s’y rend souvent30. Elle a aussi pour ami Auguste Nefftzer, né à Colmar rue des Marchands (comme Jeanne Régamey et Bartholdi), fondateur du quotidien Le Temps où elle a publié des feuilletons31.

20Jeanne et Frédéric Régamey n’étaient pas seuls, ce soir-là, à animer cette causerie. Il y avait aussi Émile Hinzelin, un Lorrain, né à Nancy en 1857 mort à Flin en 1937. Ce poète, romancier et journaliste a contribué à diffuser l’image d’une Alsace-Lorraine souffrant de ne plus être française. La troisième intervenante était Juliette Adam elle-même.

21Le thème de la causerie est formulé de la manière suivante : « L’Alsace-Lorraine ! » Le point d’exclamation souligne la passion avec laquelle le sujet est traité. Il peut traduire tout à la fois la frustration, la nostalgie des provinces perdues, la colère et le désir de revanche.

22C’est la première fois que le nom de Frédéric Régamey est associé à l’Alsace-Lorraine. Il avait, nous l’avons vu, souffert avec sa famille de la guerre de 1870, faisait partie des admirateurs de Gambetta mais il était un Parisien qui ne connaissait que peu l’Alsace et sans doute encore moins la Lorraine. On mesure donc l’influence de sa femme, épousée deux ans auparavant, qui va faire du « peintre de l’escrime » un amoureux de l’Alsace et un adversaire résolu de l’Empire allemand.

À la découverte de l’âme de l’Alsace

23Le couple que forment Jeanne et Frédéric Régamey va se donner comme mission de découvrir l’âme de l’Alsace en y vivant plusieurs années, y retournant fréquemment, développant des liens avec les écrivains et artistes de la « renaissance alsacienne ».

Quatre ans à Beblenheim

24En 1898, Jeanne et Frédéric Régamey s’installent en Alsace, à Beblenheim, où ils restent quatre ans (fig. 2).

Fig. 2. Autoportrait de Frédéric Régamey peignant dans les vignes à Beblenheim

Fig. 2. Autoportrait de Frédéric Régamey peignant dans les vignes à Beblenheim

Mme Frédéric Régamey, « Quatre ans d’Alsace », Revue alsacienne illustrée, 1902.

  • 32 . Mme Frédéric Régamey, « Quatre ans d’Alsace », Revue alsacienne illustrée, 1902, p. 97‑110.

25En 1902, Jeanne Régamey évoque, dans la Revue alsacienne illustrée, les quatre années qu’elle vient de passer avec son mari Frédéric et ses enfants dans un article illustré par son conjoint32. Elle explique qu’ils s’y sont installés pour mieux connaître cette province annexée et l’opinion de ses habitants :

  • 33 . Ibid., p. 98.

L’idée nous avait donc séduits de faire de ce pays une étude sérieuse et approfondie. Elle avait tenté avant nous maints reporters. Mais connaître l’Alsace, la voir telle qu’elle est, et dans son intimité, n’est pas à la portée de tous. Nous avions souri plus d’une fois, – il y a de ces choses dont on se hâte de sourire, – en lisant certaines enquêtes de journalistes parisiens, débarqués un beau matin à Strasbourg ou ailleurs, et qui avaient cru pouvoir, sur la foi d’une vague lettre d’introduction, arracher aux annexés leurs plus intimes pensées sur des sujets éminemment brûlants 33.

  • 34 . Jean Macé, Théâtre du Petit-Château, Paris, J. Hetzel Librairie Claye, 1861. Dans la préface, Jea (...)
  • 35 . Mme Frédéric Régamey, Autour des saisons, Paris, Librairie Larousse, 1905 (avec 105 illustrations (...)
  • 36 . Archives de la mairie de Beblenheim (Haut-Rhin), état civil, 10 janvier 1900.
  • 37 . Ibid.

26La famille élit domicile au Petit-Château où se trouvait, jusqu’en 1872, le pensionnat de jeunes filles fondé par Coraly Vérenet et où Jean Macé, fondateur de la Ligue de l’Enseignement, a enseigné et écrit plusieurs ouvrages pédagogiques34. Le Petit-Château sera le cadre d’Autour des saisons35, un ouvrage très pédagogique aussi, une histoire écrite par Jeanne Régamey et illustrée par Frédéric où, au fil des mois, une mère entraîne son fils, âgé de trois ans, à la découverte de la nature et des travaux des hommes. L’enfant s’appelle René comme l’aîné des fils Régamey. Le couple aura d’autres enfants. Le deuxième, prénommé Raymond, naît en 1900 à Beblenheim36. Le troisième, Roger, y voit le jour également, le 28 novembre 1901, mais il meurt, à l’âge de trois mois, le 5 mars 190237. Le dernier, Robert, naît après le départ de Beblenheim, à Paris, en 1903. Le livre Au pays des cigognes leur est dédié. La famille est protestante.

  • 38 . Mme Frédéric Régamey, « Quatre ans d’Alsace », art. cit., p. 100.

27Des relations amicales se créent avec la population locale : « Peu à peu, les langues se déliaient, les cœurs s’épanchaient et, de cette manière aussi, l’Alsace nous chuchotait à l’oreille beaucoup de ces choses qu’elle ne dit pas au premier venu38. »

  • 39 . Ibid., p. 101.

28Jeanne et Frédéric visitent la région, veulent mieux connaître l’histoire de l’Alsace et ce qui fait la culture alsacienne. L’Alsace a été, selon Jeanne et Frédéric Régamey, injustement arrachée à la France et ils s’efforcent de montrer qu’elle a des racines gauloises : « À chaque pas, nous retrouvions les traces du génie gaulois, depuis les mystérieuses pierres celtiques jusqu’aux merveilles de l’art ogival improprement appelé gothique39 ».

  • 40 . Ibid., p. 104-105.
  • 41 . Jeanne et Frédéric Régamey, Récits d’un vieil Alsacien, Paris, Albin Michel, 1905, p. 1.

29Frédéric dessine des personnes rencontrées. L’article paru en 1902 dans la Revue alsacienne illustrée comporte quelques portraits caricaturaux d’Allemands immigrés en Alsace40 qu’on retrouve dans les Récits d’un vieil Alsacien, préfacés par Maurice Barrès, dans lequel le narrateur écrit : « L’idée m’est venue d’inscrire, au jour le jour, les petits incidents de notre vie quotidienne d’annexés ». Il s’agit de montrer que les Alsaciens n’acceptent pas leur situation41.

30Pendant leur séjour à Beblenheim, les Régamey ont le sentiment de découvrir le caractère alsacien. En France, on connaît mal l’Alsace selon eux. Jeanne Régamey évoque cette coiffe, « la fausse légende du nœud de nos paysannes ». Elle s’exclame :

  • 42 . Mme Frédéric Régamey, « Quatre ans d’Alsace », Revue alsacienne illustrée, 1902, p. 106.

Qui donc sait aujourd’hui que le grand papillon noir, tant chanté, tant peint, tant présenté comme le symbole et l’emblème de la vieille Alsace, le grand papillon qu’on serait tenté d’entrevoir sur la tête des Alsaciennes dans des temps immémoriaux, date à peine du XIXe siècle, au moins dans sa forme actuelle42 ?

  • 43 . Dans Au pays des cigognes, Grétel, la domestique de la famille Hess, porte la fameuse coiffe tout (...)

31Mais l’image semble s’être tellement imposée dans la représentation que l’on se fait de l’Alsace en France que Frédéric Régamey dessine ou peint aussi des personnages féminins avec la coiffe au grand nœud noir43.

  • 44 . Mme Frédéric Régamey, « Quatre ans d’Alsace », art. cit., p. 106.

32Jeanne et Frédéric Régamey cherchent également à mieux connaître l’Allemagne et comprendre ce qui se passe de l’autre côté du Rhin44. Ils estiment pouvoir parler de l’Alsace, des Alsaciens et de l’Allemagne avec une pleine maîtrise de leur sujet.

Des séjours répétés en Alsace

  • 45 . Sur Camille et Fanny Méquillet : Christian Wolff, « Les Méquillet de Riquewihr (XVIIIe-XXe siècle (...)

33Les Régamey reviennent régulièrement en Alsace et sont les hôtes de Fanny Méquillet (1865-1950) et de son père Camille (1832-1918), francophiles, protestants comme eux, et riches mécènes45. Camille Méquillet avait plusieurs maisons à Riquewihr et une grande propriété 2, rue Bruat à Colmar. Il s’intéressait beaucoup à la viticulture et produisait un vin réputé pour sa qualité. Il a exercé la carrière d’avocat mais a fini surtout par gérer ses propriétés mobilières et immobilières et vivre de ses rentes. Fanny et Camille recevaient, de Pâques à la fin des vendanges, dans leur maison située au fond de la rue des Écuries seigneuriales, à Riquewihr, des membres de leur famille et des amis.

  • 46 . Archives de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Riquewihr, fonds Zeyer, 6 FZ 406.
  • 47 . La maison Méquillet à Riquewihr a inspiré celle de la famille Hess dans Au pays des cigognes. La (...)

34Fanny Méquillet a mis en place un livre d’or signé par ses invités entre 1903 et 193946. Les noms de Jeanne et Frédéric Régamey y figurent plusieurs fois et attestent de séjours répétés. Ils font partie des premiers signataires en 1903, reviennent en 1904. Le 22 septembre 1905, Jeanne souligne le plaisir que lui a procuré son séjour : « Le joli souvenir du passé et l’affectueuse cordialité du présent s’unissent pour prêter à cette bonne maison de Riquewihr, un charme tout particulier47 ». Le 20 septembre 1907, aux noms de Frédéric et Jeanne s’ajoutent ceux des trois fils, René, Raymond et Bob c’est-à-dire Robert (fig. 3). Le 16 septembre 1909, René écrit : « Qu’il fait bon dans la maison du passé ». La famille laisse à nouveau une trace de son passage le 27 septembre 1909 et une dernière fois le 11 septembre 1912.

Fig. 3. Signatures des Régamey dans le livre d’or de Fanny Méquillet

Fig. 3. Signatures des Régamey dans le livre d’or de Fanny Méquillet

Archives de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Riquewihr, fonds Zeyer, 6 FZ 406.

35Après la guerre, Raymond vient seul et note le 24 septembre 1920 : « Fidèle à la plus charmante des traditions dans la « maison du passé ». Robert revient en 1927 après son mariage et le décès de sa mère. Le 9 septembre, on trouve sa signature et celle d’Arlette Régamey, son épouse.

Des liens avec les artistes et écrivains de la « renaissance alsacienne »

  • 48 . Charles Spindler, L’âge d’or d’un artiste en Alsace, Mémoires inédits, 1889-1914, introduction d’ (...)

36Jeanne et Frédéric Régamey ont des liens avec les artistes et écrivains de « la renaissance alsacienne » de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, réunis autour de Charles Spindler (1865-1938) qui a installé son atelier à Saint-Léonard près de Boersch en 1893. Charles Spindler, qui était à la fois peintre et illustrateur, ébéniste et marqueteur, écrivain et photographe, raconte dans ses mémoires comment, avec le soutien de son voisin Anselme Laugel (1851-1928), élu en 1896 au Bezirkstag de Basse-Alsace puis au Landesausschuss, parlement régional, de 1900 à 191248, il a fondé le Cercle de Saint-Léonard dont les membres désirent valoriser une culture alsacienne qui ne peut se confondre avec la culture allemande.

  • 49 . Jeanne et Frédéric Régamey, Au service de l’Alsace, op. cit., p. 76-87.

37Dans le roman Au service de l’Alsace, le héros, Jacques Arnold assiste à un de ces dîners-débats (le Dîner des Treize d’Anselme Laugel, à Saint-Léonard puis à Strasbourg ou ceux du Kunschthafe organisés, dès 1896 au Schloessel de Schiltigheim par le fabricant de foie gras et mécène Auguste Michel) où se retrouvent tous ces artistes et écrivains. Ils sont explicitement cités : Charles Spindler, Léon Hornecker, les frères Ferdinand et Léon Dollinger et beaucoup d’autres. On y discute de la création du Musée Alsacien49.

38Frédéric Régamey a participé à certaines de ces réunions-dîners. Il a décoré de scènes extraites de la célèbre pièce de Gustave Stoskopf, D’r Herr Maire, huit assiettes produites par la faïencerie de Sarreguemines. Il a pris le relais de Henri Loux, mort prématurément, en 1907, à l’âge de vingt-cinq ans, après avoir peint les scènes des quatre premières de la série50.

39De 1902 à 1910, les Régamey collaborent à plusieurs reprises avec la Revue alsacienne illustrée que Charles Spindler a créée en 1898 et dont il a laissé, peu à peu, la direction à Pierre Bucher (1869-1921), médecin francophile installé à Strasbourg. La revue qui a paru jusqu’en 1914 avait comme objectif l’affirmation d’une culture et d’une identité alsaciennes.

  • 51 . Charles Spindler, L’âge d’or d’un artiste…, op. cit.
  • 52 . Pierre Bucher, 1869-1921, études et souvenirs, témoignages (5e édition), Paris, Plon-Nourrit & Ci (...)

40Si Charles Spindler avait des positions assez équilibrées, si pour lui l’Alsace se nourrit à la fois de la culture française et de la culture germanique, avec Pierre Bucher, la revue prend une nouvelle orientation, plus en faveur d’une Alsace française51. Il a invité l’écrivain nationaliste Maurice Barrès à y publier des articles. Il a entretenu des relations étroites avec d’autres écrivains français intéressés par la situation de l’Alsace comme René Bazin, André Hallays, Georges Delahache ou Paul Acker52. C’est lui qui a sollicité Jeanne Régamey pour faire le récit des quatre années passées avec son mari en Alsace.

41Les signatures d’Anselme Laugel et de sa femme Marie (née Hervé) apparaissent sur la première page du livre d’or de Fanny Méquillet, quelques lignes sous celles de Frédéric et Jeanne Régamey. La signature du docteur Bucher y figure également.

42Qu’il s’agisse du texte ou des illustrations, l’œuvre des Régamey se nourrit de ce qu’ils ont vu et entendu sur le terrain mais l’écho qu’ils renvoient dépend aussi des convictions profondes de Jeanne qu’elle réussit à partager avec son mari.

Les ressorts de l’engagement d’un couple

43La cession de l’Alsace à l’Allemagne est vécue comme un viol, une brutalité ressentie par Jeanne au cours des premières années de sa vie. Sa prise de conscience va générer la nécessité d’agir et cette action sera conduite à deux.

Le sentiment d’un viol

  • 53 . Dans Au pays des cigognes, Raymond, l’un des personnages, dit : « L’Alsace a été réunie à la Fran (...)
  • 54 . Voir par exemple : Jeanne et Frédéric Régamey, L’Allemagne à cheval, Paris, La librairie mondiale (...)
  • 55 . Jeanne Régamey, Celle qui dormait, op. cit., p. 194.

44Pendant deux décennies, à travers des romans, des articles, des essais polémiques, les Régamey donnent l’image d’une Alsace « annexée » qui souffre de la domination allemande. Ils emploient le mot « annexé » avec une connotation négative. Il n’est pas utilisé pour le rattachement de l’Alsace à la France au XVIIe siècle53. Dans l’œuvre des Régamey, le terme « annexé(e)(s) » est associé aux mots « province(s) » ou « pays » mais dans la très grande majorité des cas, c’est un nom qui désigne celui ou celle qui habite un territoire annexé54. L’annexion est une atteinte aux personnes. Dans Celle qui dormait, roman paru en 1919, apparaît l’expression très forte de « patrie violée55 ».

  • 56 . Ferdinand Dollinger, « L’Alsace au lendemain de la conquête, par J. et F. Régamey », Revue alsaci (...)

45C’est sans doute ce sentiment qui conduit les Régamey à des analyses parfois davantage guidées par l’émotion que par la raison. Lorsque Ferdinand Dollinger, dans la Revue alsacienne illustrée, présente, en 1911, un livre intitulé L’Alsace après 1870. L’Alsace au lendemain de la conquête, 1870-1874, il évoque tous les livres et articles qu’ils ont consacrés à la « question alsacienne » et souligne leur « sincérité ». Il note que les « qualités mais aussi les défauts des Régamey procèdent d’un talent de polémistes » en ajoutant « c’est là une heureuse tournure d’esprit et de caractère qui agrée à un grand nombre de nos lecteurs. L’expression passionnée de l’amour et de la haine est plus entraînante que la saine mesure ». Certes, il les défend, quand on leur reproche « leur vivacité de ton et leur intransigeance », en les opposant aux « paroxysmes de sentiment des écrivains et orateurs pangermanistes » mais il note aussi que « le sens historique ne va pas sans un besoin irrésistible de rechercher la totalité des faits56 ».

La nécessité d’agir

46Ce qui nourrit l’écriture des livres des Régamey, ce sont leurs rencontres au cours de leurs séjours en Alsace, leurs lectures sur l’Allemagne mais aussi ce qu’a ressenti Jeanne au cours de son enfance et son adolescence et qui a développé en elle la nécessité d’agir.

  • 57 . Jeanne Regamey, Celle qui dormait, op. cit. Le père de Violette est industriel et négociant comme (...)

47Celle qui dormait, que Jeanne Régamey signe seule en 1919, est un roman très personnel. Frédéric illustre la couverture (fig. 4). Le lecteur y suit, de l’âge de six ans à l’aube de la vie adulte, Violette, une jeune Colmarienne « née à la veille de la guerre de 1870 », dans une famille bourgeoise. De nombreux détails sont inspirés de la vie de Jeanne57.

Fig. 4. L’image d’une Alsace endormie

Fig. 4. L’image d’une Alsace endormie

On ne sait pas si Jeanne a servi de modèle pour l’illustration de la couverture signée par Frédéric.

Jeanne Régamey, Celle qui dormait, Paris, E. Santot, 1919.

  • 58 . Ibid., p. 53.

48Le roman accumule les anecdotes montrant ce que les Alsaciens vivent au quotidien. Violette entend les critiques contre les « Allemands » qui « ne sont pas comme les Alsaciens58 ». Son école est fermée car on n’y enseigne pas assez l’allemand. Le roman file la métaphore du sommeil et de l’éveil. Celle qui dormait, c’est Violette. C’est aussi une métaphore d’une Alsace résignée :

  • 59 . Ibid., p. 109.

Dans l’entourage de Violette, que nulle catastrophe immédiate n’a frappé, où personne n’a été tué ni blessé à la guerre, on vit dans ces dispositions, plus encore qu’ailleurs peut-être, parce que, sans doute, la mentalité tranquille des vieillards de la famille déteint sur les jeunes parents, et parce que les bourgeois pondérés, engourdis dans leur bien-être éprouvent une sorte de peur envers tout ce qui sort de la mesure commune et médiocre59.

49Le jugement de Violette correspond sans doute à celui de Jeanne sur sa famille. Elle sent grandir en elle la haine pour les Prussiens. Elle dit à sa mère :

  • 60 . Ibid., p. 244-245.

La haine que j’ai pour eux, tu ne vois donc pas que c’est ce que j’ai de meilleur en moi ! Ce qui m’élève au-dessus de la vie banale, égoïste, ce qui me rendrait, je crois, capable, de grandes choses, si je pouvais. Vous ne sentez donc pas, vous tous, ce que c’est que d’avoir ces gens-là chez nous… ces gens qui ont pris notre pays. Cela ne te fait donc rien, à toi, tu n’as pas envie de les injurier, de les chasser, de les tuer60 ?

  • 61 . Ibid., p. 230.

50Violette lit beaucoup et veut écrire61. Écrire ce que vivent quotidiennement les Alsaciens, parler des vexations subies mais aussi de leurs coutumes. Elle trouve qu’on ne décrit bien que par comparaison et elle n’est jamais allée en France. Elle, à vingt ans, veut s’installer à Paris. Quand sa cousine lui demande ce qu’on peut faire, elle s’écrie :

  • 62 . Ibid., p. 281.

Mais batailler, écrire, saisir l’opinion de nos souffrances, la prendre à témoin, l’émouvoir, déterminer un mouvement français d’abord, européen ensuite, en notre faveur… Il y a tant à dire sur l’Alsace : c’est une mine inépuisable, aux filons multiples. On y trouve tous les genres : la politique, l’histoire, la légende, le pittoresque. Tout est riche et si peu exploité, si peu connu62 !

51Écrire pour les gens de sa génération mais aussi celle qui suit, faire en sorte qu’en France on n’oublie pas les provinces perdues, dénoncer le pangermanisme : voilà justement le but de la vie de Jeanne.

  • 63 . La question est déjà posée à la fin du roman Annexés : « Qui sait si le patriotisme véritable ne (...)

52Mais ne vaudrait-il pas mieux rester en Alsace, ne pas la laisser à ceux qui acceptent la domination des Allemands ou se résignent63 ?

53Finalement, Violette décide de rester, séduite par Louis Hofert, la trentaine, député de Guebwiller à la Délégation (Landesausschuss) créée en 1874. Louis veut vivre avec elle :

  • 64 . Jeanne Régamey, Celle qui dormait, op. cit., p. 305.

Je vous ai dit, continua-t-il, quels sont mes projets : je compte me mêler activement et de façon très militante pour nos libertés, combattre l’injustice et l’arbitraire dont nous souffrons. J’ai déjà commencé ; je continuerai. Mais pour entreprendre cette tâche, j’ai besoin d’avoir auprès de moi une compagne d’intelligence supérieure et de cœur vaillant, qui, animée du même amour pour notre Alsace, me comprenne et prenne sa part de ma vie64.

  • 65 . Ibid., p. 310.

54Elle veut soutenir son mari : « Elle sait maintenant où sont à la fois le devoir et le bonheur65 ».

  • 66 . « Demeurons Alsaciens…, dit Jacques. Nous serons à l’avant-garde de ceux qui veulent conserver à (...)
  • 67 . « Tu es né en Alsace en un temps où la mission des annexés est de soutenir la résistance et l’esp (...)
  • 68 . Jeanne et Frédéric Régamey, Jeune Alsace, op. cit., p. 162 et 176.

55Ce thème, « Partir ou rester ? », est présent dans plusieurs livres des Régamey. Dans Au service de l’Alsace, Jacques, parti étudier à Belfort et Paris pour se lancer dans le journalisme et l’écriture de romans, revient en Alsace, finit par y rester, par prendre la nationalité allemande pour ne pas être expulsé, et se bat pour affirmer une culture alsacienne qui ne peut se confondre avec la culture allemande66. Dans Au pays des cigognes, le jeune Marcel tente de traverser la frontière avec son ami Georges Kaufmann pour ne pas porter le casque à pointe. C’est un échec. M. Kaufmann le ramène à la maison. Son grand-père lui rappelle que le devoir d’un Alsacien est de rester67. Dans Jeune Alsace68, paru en 1909, Jean, un jeune céramiste d’un village situé près de Colmar, après beaucoup d’hésitations, renonce à s’installer à Paris pour incarner un « art de clocher », un art lié à ses racines. Il souhaite aussi épouser Lina, une fille de paysans, une « fille du terroir », « l’Alsace faite femme ».

56Lina comme Violette incarnent ce que doit être une Alsacienne : une femme qui contribue à l’affirmation de la culture alsacienne en soutenant son mari. Curieusement, Jeanne semble échapper à cette vision très traditionnelle de la femme.

Agir à deux

57Jeanne va, quant à elle, partir à Paris avec sa mère. Il est difficile de comprendre ce choix différent d’un personnage qui lui ressemble tellement. Des fiançailles avec un Alsacien qui ne se sont pas concrétisées par un mariage ? Peut-être n’a-t-elle pas trouvé l’homme qu’elle aurait voulu soutenir. Elle va donc écrire mais, après sa rencontre avec Frédéric Régamey, écrire à deux. S’il lui est arrivé de signer seule certains textes comme Celle qui dormait, Frédéric n’est jamais loin. Ce dernier roman est dédié à son mari :

À FRÉDÉRIC RÉGAMEY

Cette étude d’une mentalité d’enfant alsacienne qui pourrait porter un titre imité de Goethe : « Vérité et Invention ». À lui ces pages qui lui appartiennent déjà, car aucun des collaborateurs que nous sommes ne peut écrire une œuvre où l’autre n’ait, dans une certaine mesure, sa part.

  • 69 . Jeanne Régamey, Celle qui dormait, op. cit., p. 5.

J.R69.

58En plus de confirmer que Jeanne a écrit une version romancée de sa vie, ces quelques lignes soulignent que l’ensemble de l’œuvre des Régamey est le produit d’une collaboration très étroite entre les deux membres du couple. Certains romans sont illustrés, d’autres pas et Frédéric ne se contente pas de produire des images. La plupart des livres sont signés des deux noms. En plus de peindre des tableaux ou d’illustrer les livres des autres, Frédéric était aussi écrivain avant de rencontrer Jeanne. Il a également illustré ses propres textes.

59Frédéric suit Jeanne dans son combat. L’engagement va au-delà de l’œuvre littéraire et artistique. Le couple est de plus en plus présent dans les associations et manifestations patriotiques.

  • 70 . « Ligue des jeunes amis de l’Alsace-Lorraine », Bulletin de la Ligue des Jeunes Amis de l’Alsace- (...)

60Jeanne et Frédéric font partie du comité d’honneur de la Ligue des jeunes amis de l’Alsace-Lorraine, fondée en 1911, aux côtés de personnalités telles que Maurice Barrès, Paul Déroulède, chef de la Ligue des Patriotes, l’historien Christian Pfister et le journaliste et écrivain André Hallays. René, le fils aîné des Régamey, apparaît comme le représentant de la Ligue pour l’école Jean-Baptiste Say70.

61Le 9 mars 1913, Frédéric Régamey figure, aux côtés de Maurice Barrès, parmi les personnalités présentes lors de la manifestation traditionnelle de la jeunesse des écoles à la statue de Strasbourg, place de la Concorde à Paris. Parmi divers groupements d’étudiants, se trouvent les Jeunes amis de l’Alsace-Lorraine mais aussi les Étudiants de l’Action française, les Étudiants plébiscitaires, la Ligue des étudiants républicains nationalistes, la Fédération des jeunesses républicaines et patriotes.

  • 71 . Le Gaulois, 4 février 1914, p. 1.

62Frédéric Régamey est mentionné comme étant présent le 4 février 1914 aux funérailles de Paul Déroulède, le chef de la Ligue des Patriotes : « Il y avait le drapeau de la Ligue (cravaté de crêpe et une palme avec cette simple et touchante inscription : « L’Alsace et la Lorraine à Paul Déroulède »). Le cortège s’est dirigé vers la statue de Strasbourg71 ».

  • 72 . Le Gaulois, 17 septembre 1917, p. 2.
  • 73 . Le Matin, 19 septembre 1917, p. 2.

63Les Régamey soutiennent aussi l’association La Renaissance française de l’Alsace-Lorraine, fondée en 1916 pour resserrer les liens entre les jeunes Alsaciens-Lorrains et la patrie française. Lorsqu’en septembre 1917, cette association organise, pour une soixantaine de jeunes Alsaciennes et Alsaciens de la région de Thann, conduits par leurs maîtres, une visite du château de Versailles, Jeanne Régamey est présente72. Elle est là aussi lorsque les jeunes sont reçus par le président du Conseil, Paul Painlevé, et le ministre de l’Instruction publique, Daniel-Vincent, avant de déposer des fleurs à la statue de Strasbourg73.

  • 74 . Paul Kestner, né à Mulhouse en 1864 et mort à Chailly-sur-Lausanne, en Suisse, en 1936, ingénieur (...)
  • 75 . Philippe Jian, « L’école en Alsace occupée par l’armée française durant la Grande Guerre : un des (...)

64Jeanne Régamey fait également partie des dirigeants d’une autre association d’éducation populaire, la Conférence au village, fondée en 1917 par le Mulhousien Paul Kestner74 qui vise aussi la réassimilation de l’Alsace et de la Lorraine, qui veut favoriser l’acquisition de la langue et de la culture françaises en complément de l’école, donner des conseils de lecture, diffuser des documents, organiser des causeries sur toutes sortes de sujets75.

  • 76 . Le Gaulois, 11 mai 1919, p. 2.

65Les dernières années des Régamey sont difficiles. René, le fils aîné, meurt, à vingt-deux ans, dans un accident d’avion, en mai 1919, peu de temps avant la date prévue pour sa démobilisation76. Le retour de l’Alsace à la France coïncide avec la mort d’un fils que le couple a élevé dans le culte de la patrie. Le choc est terrible. Frédéric est frappé d’une congestion cérébrale quelques mois plus tard. Il est très diminué jusqu’à la fin de sa vie en 1925. Le 10 décembre, Le Petit Parisien lui consacre ces quelques lignes :

  • 77 . Le Petit Parisien, 10 décembre 1925, p. 3.

On annonce la mort, à l’âge de soixante-seize ans, de Frédéric Régamey, peintre de talent, qui s’était spécialisé dans les scènes d’escrime et les paysages d’Alsace. Marié à une Alsacienne, il avait également publié sous la signature Jeanne et Frédéric Régamey plusieurs livres inspirés par l’affection qu’il éprouvait pour le pays de sa femme. Il s’efforçait, dans toutes ses œuvres, de faire partager cette affection à tous les Français77.

  • 78 . La Presse, 11 décembre 1925, p. 2.

66Le quotidien La Presse écrit que la mort de René « lui fut cruelle et mit fin à son activité78 ».

  • 79 . Le Gaulois, 7 septembre 1927, p. 2.

67Quant à Jeanne, elle est à demi-paralysée par une embolie, en 1924, et meurt, le lendemain du mariage de Robert, en 1927 (fig. 5). Ce que retient la presse, c’est surtout son action militante. Dans Le Gaulois, on peut lire ces quelques lignes : « On annonce la mort de Mme Régamey, veuve du regretté peintre, survenue subitement à Paris. Mme Régamey avait consacré sa vie, avant guerre, à défendre le souvenir de l’Alsace en France79. »

68La carrière de Jeanne, comme celle de Frédéric, s’achève alors que le but de son existence est atteint.

Fig. 5. Faire-part du décès de Jeanne Régamey reçu par Fanny Méquillet

Fig. 5. Faire-part du décès de Jeanne Régamey reçu par Fanny Méquillet

Archives d’Alsace, site de Colmar, fonds Méquillet, 180 J.

Conclusion

69Après des années d’engagement, les Régamey ont la joie de voir l’Alsace revenir à la « mère-patrie » mais c’est au prix d’une guerre qui a causé la mort de millions d’êtres humains sans oublier les millions de blessés et ce moment tant espéré va coïncider, pour eux, avec la perte d’un de leurs fils et le début de graves problèmes de santé. À l’heure de leur propre disparition, la presse se contente d’évoquer, en peu de mots le combat qu’ils ont mené ensemble. Ils sont ensuite peu à peu oubliés.

70Jeanne et Frédéric Régamey ont contribué à diffuser en France l’image d’une Alsace rêvant d’un retour à la France ce qui, selon de nombreuses études historiques, ne correspondait plus à la réalité quarante ans après la guerre de 1870.

71Leur engagement a été celui d’un couple dans lequel Jeanne est loin d’avoir joué un rôle mineur. À une époque où les femmes n’ont aucun pouvoir politique, elle affirme ses idées, entraîne son mari en Alsace, le rallie à la cause qu’elle veut défendre. Si Frédéric a été marqué par Gambetta, le couple va progressivement se situer plus à droite tout en restant fidèle à la république. Jeanne apparaît comme un élément moteur. Elle fait partie des femmes d’Alsace dont la mémoire mérite d’être conservée.

Haut de page

Notes

1 . Critique du roman de Jeanne et Frédéric Régamey, Au pays des cigognes, Récits d’Alsace, Paris, La librairie mondiale, 1907 parue dans le Journal des Débats, 21 décembre 1907, p. 2.

2 . Jeanne et Frédéric Régamey, L’Alsace qui rit, Paris, Albin Michel, 1915, préface.

3 . Hansi, L’histoire d’Alsace racontée aux petits enfants d’Alsace et de France, Paris, H. Floury, 1912. Id., Mon village, ceux qui n’oublient pas, Paris, H. Floury, 1913.

4 . Jeanne et Frédéric Régamey, Au service de l’Alsace, Paris, Albin Michel, 1906. https://www.academie-francaise.fr/node/15987.

5 . François Lotz (avec la collaboration de Joseph Fuchs, Léon Kieffer et René Metz), Artistes-peintres alsaciens de jadis et de naguère (1880-1982), Kaysersberg, Printek, 1987. Le séjour « déterminant » de quatre ans à Beblenheim date de 1898 à 1902 et non de 1908 à 1912. Par ailleurs, Jeanne est née à Colmar comme l’atteste l’état civil et non à Beblenheim.

6 . Christian Wolff, « Frédéric Régamey », « Raymond Régamey », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, no 48 (U/Z), p. 4 875, Strasbourg, Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, 2006. Raymond Régamey (1900-1996) était historien de l’art et théologien.

7 . Archives de Paris, état civil, 1896, 16, V4E, 10022.

8 . Beaucoup d’informations sur la famille de Frédéric Régamey, ses parents et ses frères, en particulier Félix, sont rassemblées par Jérôme Ducor, « La cigale laborieuse et la fourmi dépensière, Portraits croisés de Félix Régamey et Émile Guimet », Journal asiatique, vol. 304, no2, 2016, p. 265-267.

9 . Horace Lecoq de Boisbaudran, L’éducation de la mémoire pittoresque et la formation de l’artiste, précédé d’une notice sur la vie de l’auteur par L.-D. Luard et une lettre de M. Auguste Rodin, Paris, Henri Laurens, 1920. Frédéric Régamey est cité pour avoir fourni des renseignements pour la notice. Il a également réalisé un dessin de mémoire de l’Observatoire de Paris pour illustrer l’ouvrage.

10 . Ernest Chesneau, Notice sur G. Régamey, Paris, Librairie de l’Art, 1879.

11 . Une notice biographique est consacrée à Frédéric Régamey dans Jules Martin, Nos peintres, sculpteurs, graveurs, dessinateurs, Portraits et biographies suivis d’une notice sur les salons français depuis 1673, Paris, Ernest Flammarion, 1897. L’auteur y liste ses premiers tableaux marquants et ses collaborations avec la presse.

12 . Paris à l’eau forte, Richard Lesclide éditeur, Paris, vol. 1, avril 1873-juillet 1873. Frédéric Régamey apparaît comme le « directeur des eaux fortes ». Il a été reçu à la table de Victor Hugo en 1872 et a réalisé un portrait du poète édité à une centaine d’exemplaires (Richard Lesclide, Propos de table de Victor Hugo, Paris, E. Dentu, 1885, p. 286).

13 . « Jules Guesde », Le Matin, 20 novembre 1893, p. 1 ; « Paul Deschanel », Ibid., 3 décembre 1893, p. 1.

14 . Catalogue illustré de peinture et de sculpture, Salon de 1889, Librairie Ludovic Baschet, 1889. Le tableau est affecté du numéro 1598.

15 . Frédéric Régamey, Vélocipédie et automobilisme, Tours, Alfred Mame et Fils éditeurs, 1898.

16 . Vigeant, L’almanach de l’escrime, Paris, Maison Quantin, 1889.

17 . Le Matin, 12 avril 1893, p. 3.

18 . Archives d’Alsace, site de Colmar, état civil, 5 E 105 (5 Mi 105/57).

19 . Mme Frédéric Régamey, « Quatre ans d’Alsace », Revue alsacienne illustrée, 1902, p. 97.

20 . Archives de Paris, état civil, 1896, 16, V4E 1002.

21 . Jeanne Rival, Annexés, scènes de la vie alsacienne, Paris, Armand Colin & Cie, 1895.

22 . Ernest Chesneau, Notice sur G. Régamey, Londres, Librairie de l’Art, 1879, p. 41.

23 . Ibid., p. 42.

24 . Gambetta 1869-1879, avec un portrait par André Gill et un autographe, Neuchâtel-Genève, Librairie Sandoz et Thuillier, 1879. Gambetta écrit : « On a signé à notre insu un armistice dont nous n’avons connu que tardivement la coupable légèreté, qui livre aux troupes prussiennes des départements occupés par nos soldats, et qui nous impose de rester trois semaines en repos pour réunir dans les tristes circonstances où se trouve le pays une Assemblée nationale » (p. 182).

25 . Ibid., p. 186.

26 . Léon Gambetta, Souvenirs 1838-1882, publié sous la direction de M. Bertol-Graivil et Eugène Plantie, Paris, Imprimerie Tolmer & Cie, 1882.

27 . Félix Régamey, À Gambetta, Paris, La librairie de l’Art, 1884.

28 . Une icône valorisée par des images d’Épinal, des monuments, des gravures, des tableaux. Jusqu’en 1920, un véritable pèlerinage républicain s’organise chaque année, en présence de nombreuses personnalités, aux Jardies, la maison de Gambetta à Sèvres. Les associations d’Alsaciens-Lorrains sont représentées. Voir Jérôme Grévy, « Le pèlerinage républicain de Gambetta », in Luc Chantre, Paul d’Hollander et Jérôme Grévy (dir.), Politiques du pèlerinage du XVIIe siècle à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 315-330.

29 . Le Gaulois, 15 mars 1898, p. 2.

30 . Juliette Adam a laissé plusieurs recueils de souvenirs : Madame Adam (Juliette Lamber), Le siège de Paris : journal d’une Parisienne, Paris, Michel Lévy, 1873 ; Id., Mes premières armes littéraires et politiques, Paris, Alphonse Lemerre, 1904.

31 . Georges Bergner, « Juliette Adam, l’amie des mauvais jours », L’Alsace française, 1936 (10 septembre). À sa mort, en 1936, l’auteur rend hommage à « l’amie des mauvais jours » de l’Alsace. Elle avait trente-quatre ans en 1870. Elle se mêle à la foule des Parisiens, le jour de la proclamation de la République par Gambetta. Son mari prend la tête des gardes nationaux et elle fait des discours dans la rue. Edmond devient préfet de police puis, élu député de Paris, fait partie des 107 parlementaires qui, à Bordeaux, ont voté contre la cession de l’Alsace-Lorraine à l’Empire allemand.

32 . Mme Frédéric Régamey, « Quatre ans d’Alsace », Revue alsacienne illustrée, 1902, p. 97‑110.

33 . Ibid., p. 98.

34 . Jean Macé, Théâtre du Petit-Château, Paris, J. Hetzel Librairie Claye, 1861. Dans la préface, Jean Macé raconte les origines du pensionnat du Petit-Château. Après le départ du pensionnat, les bâtiments ont appartenu à plusieurs propriétaires successifs jusqu’en 1925 où ils ont été rachetés par la mission St. Chrischona de Bâle qui en a fait un lieu de soin et d’hébergement pour les personnes âgées. Le Petit-Château est aujourd’hui un EHPAD (Alfred Birckel, Beblenheim en Haute Alsace, Colmar, 1986, p. 159).

35 . Mme Frédéric Régamey, Autour des saisons, Paris, Librairie Larousse, 1905 (avec 105 illustrations de Frédéric Régamey).

36 . Archives de la mairie de Beblenheim (Haut-Rhin), état civil, 10 janvier 1900.

37 . Ibid.

38 . Mme Frédéric Régamey, « Quatre ans d’Alsace », art. cit., p. 100.

39 . Ibid., p. 101.

40 . Ibid., p. 104-105.

41 . Jeanne et Frédéric Régamey, Récits d’un vieil Alsacien, Paris, Albin Michel, 1905, p. 1.

42 . Mme Frédéric Régamey, « Quatre ans d’Alsace », Revue alsacienne illustrée, 1902, p. 106.

43 . Dans Au pays des cigognes, Grétel, la domestique de la famille Hess, porte la fameuse coiffe tout comme le personnage principal d’un livre pour enfants : Jeanne et Frédéric Régamey, Les histoires de la mère Grétel, Paris, Librairie Delagrave, 1916. Une Alsacienne à la coiffe au grand ruban noir figure, seule ou avec d’autres personnages sur de nombreuses couvertures : Jeanne et Frédéric Régamey, Au service de l’Alsace ; op. cit. ; L’Alsace qui rit, Paris, Albin Michel, 1915 ; Le baiser de la France, Paris, F. Rouff éditeur, 1918 ; Jeanne Régamey, Celle qui dormait, Paris, E. Santot, 1919.

44 . Mme Frédéric Régamey, « Quatre ans d’Alsace », art. cit., p. 106.

45 . Sur Camille et Fanny Méquillet : Christian Wolff, « Les Méquillet de Riquewihr (XVIIIe-XXe siècles, suite) », Bulletin du Cercle Généalogique d’Alsace, Strasbourg, no149, 2004, p. 289-295. L’auteur signale les liens de parenté entre les Heilmann et les Méquillet par les Schultz. Camille a épousé Mathilde Émilie Schultz née en 1832 et décédée en 1898.

46 . Archives de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Riquewihr, fonds Zeyer, 6 FZ 406.

47 . La maison Méquillet à Riquewihr a inspiré celle de la famille Hess dans Au pays des cigognes. La gravure de la page 69 donne une représentation très fidèle de la cour.

48 . Charles Spindler, L’âge d’or d’un artiste en Alsace, Mémoires inédits, 1889-1914, introduction d’Alphonse Troestler et Michel Loetscher, Colmar, Éditions Place Stanislas, 2009.

49 . Jeanne et Frédéric Régamey, Au service de l’Alsace, op. cit., p. 76-87.

50 . Ministère de la Culture, base Joconde, D’r Herr Maire (série décorative) : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/joconde/05330008167. Charles J. Bolender, « L’imagerie sarregueminoise », Le dossier de la faïence fine no24, août 2009 (édité par l’Association de la faïence fine : https://amisfaiencefine.fr).

51 . Charles Spindler, L’âge d’or d’un artiste…, op. cit.

52 . Pierre Bucher, 1869-1921, études et souvenirs, témoignages (5e édition), Paris, Plon-Nourrit & Cie, 1922.

53 . Dans Au pays des cigognes, Raymond, l’un des personnages, dit : « L’Alsace a été réunie à la France par le traité de Westphalie en 1648 » (p. 14). Éric Ettwiller a analysé l’emploi de ce mot et noté que « l’annexion devient allemande par essence » pendant la Première Guerre mondiale. Pour les Régamey, c’est déjà le cas dans les années qui précèdent. Jeanne Régamey, sous le pseudonyme de Jeanne Rival, intitule son roman « Annexés ». Voir Éric Ettwiller, « Introduction : l’annexion, une arme sémantique », 1870-71 en Alsace-Moselle : annexion ou libération ? (textes réunis par Éric Ettwiller, Strasbourg, Unsri Gschicht, 2020).

54 . Voir par exemple : Jeanne et Frédéric Régamey, L’Allemagne à cheval, Paris, La librairie mondiale, 1915, p. 202 (« L’annexé sent durement la main de fer qui le maintient courbé »). « Annexés » désigne aussi des personnes dans le titre du roman signé sous le pseudonyme de Jeanne Rival en 1895 (Jeanne Rival, Annexés, scènes de la vie alsacienne, op. cit.).

55 . Jeanne Régamey, Celle qui dormait, op. cit., p. 194.

56 . Ferdinand Dollinger, « L’Alsace au lendemain de la conquête, par J. et F. Régamey », Revue alsacienne illustrée, 1911, p. 43.

57 . Jeanne Regamey, Celle qui dormait, op. cit. Le père de Violette est industriel et négociant comme celui de Jeanne. Il assure la culture et la vente en gros de plantes médicinales. Violette est, comme Jeanne, née près de la collégiale Saint-Martin et du corps de garde. Ses grands-parents paternels s’appellent Paul et Adèle comme ceux de Jeanne Elle déménage avec ses parents dans la maison de ses grands-parents maternels rue des Cloches où logeaient ceux de Jeanne avant d’habiter une maison neuve à la limite de la ville près du séchoir des plantes.

58 . Ibid., p. 53.

59 . Ibid., p. 109.

60 . Ibid., p. 244-245.

61 . Ibid., p. 230.

62 . Ibid., p. 281.

63 . La question est déjà posée à la fin du roman Annexés : « Qui sait si le patriotisme véritable ne conseillerait pas de demeurer… » (Jeanne Rival, Annexés, scènes de la vie alsacienne, op. cit., p. 301).

64 . Jeanne Régamey, Celle qui dormait, op. cit., p. 305.

65 . Ibid., p. 310.

66 . « Demeurons Alsaciens…, dit Jacques. Nous serons à l’avant-garde de ceux qui veulent conserver à l’Alsace une mentalité alsacienne. Nous serons de ceux qui, lui créant une littérature et un art à elles, dégagent et conservent sa personnalité. Nous lui montrerons le chemin ; nous l’exalterons et la soutiendrons. » (Jeanne et Frédéric Régamey, Au service de l’Alsace, op. cit.).

67 . « Tu es né en Alsace en un temps où la mission des annexés est de soutenir la résistance et l’esprit français dans leur pays. Tu sais que moi-même, j’ai été absolument converti à cette idée, et que je ne me convertis jamais qu’à bon escient. Laisse-toi donc guider par moi, suis mes conseils, et plus tard, tu me sauras gré de te les avoir donnés. Et, frappant sur l’épaule de son protégé : Si tu partais, garçon, qui donc viendrait sur ma tombe me prévenir quand ils seront là ? » Ce sont les derniers mots du livre. (Jeanne et Frédéric Régamey, Au pays des cigognes, op. cit., p. 290-291).

68 . Jeanne et Frédéric Régamey, Jeune Alsace, op. cit., p. 162 et 176.

69 . Jeanne Régamey, Celle qui dormait, op. cit., p. 5.

70 . « Ligue des jeunes amis de l’Alsace-Lorraine », Bulletin de la Ligue des Jeunes Amis de l’Alsace-Lorraine, no6, Paris, 1914 (janvier). La liste des membres du comité directeur et du comité d’honneur est en 3e de couverture. René Régamey est cité page 35.

71 . Le Gaulois, 4 février 1914, p. 1.

72 . Le Gaulois, 17 septembre 1917, p. 2.

73 . Le Matin, 19 septembre 1917, p. 2.

74 . Paul Kestner, né à Mulhouse en 1864 et mort à Chailly-sur-Lausanne, en Suisse, en 1936, ingénieur chimiste, a fondé la Société de chimie industrielle.

75 . Philippe Jian, « L’école en Alsace occupée par l’armée française durant la Grande Guerre : un des moyens les plus efficaces de propagande », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2005/3-4 (no117-118), p. 74-78. Id., « Les comités d’éducation populaire au lendemain de la Grande guerre », in Carole Christen, Laurent Besse, Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945, Perspectives françaises et internationales, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017.

76 . Le Gaulois, 11 mai 1919, p. 2.

77 . Le Petit Parisien, 10 décembre 1925, p. 3.

78 . La Presse, 11 décembre 1925, p. 2.

79 . Le Gaulois, 7 septembre 1927, p. 2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. L’ Alsace identifiée par les cigognes
Crédits Jeanne et Frédéric Régamey, Au pays des cigognes, Récits d’Alsace, Paris, La librairie mondiale, 1907.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28M
Titre Fig. 2. Autoportrait de Frédéric Régamey peignant dans les vignes à Beblenheim
Crédits Mme Frédéric Régamey, « Quatre ans d’Alsace », Revue alsacienne illustrée, 1902.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5498/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7M
Titre Fig. 3. Signatures des Régamey dans le livre d’or de Fanny Méquillet
Crédits Archives de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Riquewihr, fonds Zeyer, 6 FZ 406.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5498/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4. L’image d’une Alsace endormie
Légende On ne sait pas si Jeanne a servi de modèle pour l’illustration de la couverture signée par Frédéric.
Crédits Jeanne Régamey, Celle qui dormait, Paris, E. Santot, 1919.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5498/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 5. Faire-part du décès de Jeanne Régamey reçu par Fanny Méquillet
Crédits Archives d’Alsace, site de Colmar, fonds Méquillet, 180 J.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5498/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond Scheu, « Jeanne et Frédéric Régamey : un couple engagé pour l’Alsace »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 199-226.

Référence électronique

Raymond Scheu, « Jeanne et Frédéric Régamey : un couple engagé pour l’Alsace »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5498 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5498

Haut de page

Auteur

Raymond Scheu

Inspecteur de l’éducation nationale e.r., secrétaire de la Société d’histoire et d’archéologie de Riquewihr, membre du comité de la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search