Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148VariaLes enjeux de la fondation du Mus...

Varia

Les enjeux de la fondation du Musée alsacien

The challenges of the foundation of the ‟Musée Alsacien”
Die Herausforderungen bei der Gründung des Elsässischen Museums
Nicolas Stoskopf
p. 227-252

Résumés

Que s’est-il passé pour que le projet de musée ethnographique alsacien annoncé dans la Revue alsacienne illustrée en 1900 soit modifié de fond en comble lorsqu’il est mis en œuvre à partir de 1902 ? Des documents inédits ou peu exploités permettent de comprendre les divergences sur les conceptions muséographiques, l’identité et le positionnement politique, le statut et le financement du futur musée ainsi que les enjeux de pouvoir. Les promoteurs initiaux sont évincés ou marginalisés par les nouveaux gérants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . « Un musée ethnologique alsacien », in « Chronique alsacienne », 1er avril-1er juillet 1900, Revu (...)
  • 2 . Sur les principaux protagonistes, on pourra consulter, outre les notices du Nouveau dictionnaire (...)
  • 3 . Georges Klein (dir.), La naissance du Musée Alsacien et la Revue alsacienne illustrée, catalogue (...)
  • 4 . Lettres reçues par Charles Spindler, Archives Spindler (AS) à Saint-Léonard (je remercie Jean-Cha (...)

1La création d’un musée ethnographique alsacien est annoncée dans la « Chronique alsacienne » de la Revue alsacienne illustrée (RAI) parue en juillet 1900. L’affaire paraît bien engagée : la Revue « vient d’entreprendre une œuvre importante pour laquelle elle sollicite l’aide de tous ses lecteurs », « MM. Laugel et Spindler […] ont réuni un certain nombre d’objets intéressants » et MM. Greber et Stoskopf, directeurs du Théâtre alsacien, « se sont mis à la tête d’une vaste association qui aura pour but de pousser, par tous les moyens possibles, nos populations rurales à conserver leurs anciennes coutumes […]1 ». Était-il prématuré d’écrire au passé et de présenter la chose comme acquise ? Toujours est-il qu’un peu plus de deux ans s’écoulent avant la fondation, le 3 novembre 1902, de la Société du Musée alsacien dont Pierre Bucher et Léon Dollinger deviennent les gérants et quelques années supplémentaires avant l’ouverture au public en mai 19072. Ce tour de passe-passe entre la conception et la mise en œuvre qui aboutit au changement d’équipe dirigeante, ces délais successifs, n’ont pas suscité d’interrogations particulières de la part des historiens de ce musée qui en ont donc ignoré ou minoré la portée3. Peut-on néanmoins les expliquer ? Quelle histoire se cache derrière ces évolutions ? Si les réserves de Charles Spindler, exprimées dans ses Mémoires, sont bien connues, d’autres documents jusque-là peu sollicités – correspondance4, presse, archives inédites, actes notariés – apportent des éclairages qui justifient une remise à plat. Elle s’articulera en quatre questions sur les origines de l’idée d’un musée alsacien, la conception initiale, les divergences au sein du comité provisoire et la façon dont Pierre Bucher et Léon Dollinger se sont imposés, avant de dresser un bilan de cette phase préalable à l’ouverture du musée.

D’où vient l’idée du Musée alsacien ?

  • 5 . Charles Spindler, Mémoires, op. cit., p. 29-31.
  • 6 . Ibid., p. 62-63.
  • 7 . Ibid., p. 65.
  • 8 . Première lettre de Spindler datée du 30 décembre 1894 conservée par la famille Stoskopf, Brumath.
  • 9 . Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris, 1887-1884, correspondance familiale et récit auto (...)
  • 10 . À quelques exceptions près, comme Les courses à Eckwersheim de 1889, scène de genre où un couple (...)

2Partant du principe que le Musée alsacien, comme d’autres institutions, n’est pas né en un jour, ni en 1902, ni même en 1900, il s’agit d’abord de remonter le temps à la recherche des prémices. On sait qu’Anselme Laugel (1851-1928), viticulteur, notable et peintre à ses heures, et Charles Spindler (1865-1938), peintre et éditeur, qui se côtoient à Saint-Léonard, près de Boersch, s’intéressaient de longue date aux arts et traditions populaires. Dès 1887, ils envisageaient de réaliser un ouvrage de dessins sur La Vie rustique en Alsace5. Spindler reconnaît cependant lui-même qu’il connaissait peu l’Alsace. La procession de la Fête-Dieu à Geispolsheim en 1890 est pour lui une révélation : il est émerveillé par « la beauté de cette manifestation6 ». Mais, écrit-il dans ses Mémoires, c’est « par Stoskopf, né à Brumath, au centre d’une contrée essentiellement agricole, [que] j’appris à connaître les milieux paysans7 ». Gustave Stoskopf (1869-1944), peintre et poète, dont il a fait connaissance à l’automne 18948, n’est pas de son côté insensible aux charmes de la vie rurale. Dans une lettre à sa mère en juillet 1890, il raconte une excursion dans le Hanauerland : « C’est là qu’on trouve encore les vieux paysans de dans le temps (sic) et j’ai vu bien des choses intéressantes, entre autres une vieille Burstub comme je l’ai rêvée pour un tableau que j’ai l’intention de faire l’année prochaine ou dans deux ans9. » Il faut noter néanmoins que sa production picturale des années 1890 ne présente pas vraiment de caractère ethnographique, contrairement à celle de l’après-guerre10.

  • 11 . Dont l’importance est rappelée par François Igersheim, « Robert Forrer et le premier « Musée alsa (...)
  • 12 . Plusieurs lettres (de Stoskopf ou de Georges Haehl) de la fin de 1895 et du début 1896 signalent (...)

3Il ne semble pas que les deux peintres aient attendu pour commencer leurs pérégrinations le mémorable succès du Trachtenfest du 7 septembre 1895 à Strasbourg, où trente charrettes venues d’autant de villages avec des jeunes gens en costume traditionnel ont défilé de la gare à l’Orangerie11. Mais davantage qu’une coïncidence chronologique, c’est le signe que cet intérêt pour le costume est dans l’air du temps et partagé. Les deux peintres sillonnent en effet l’Alsace à partir de 1895 en compagnie de Laugel à l’affût des noces12 et des messtis où les paysans sortent leurs costumes de fête. Spindler multiplie les photos et les croquis :

  • 13 . Lettre à Stoskopf, non datée, 1895, AVES 213 Z 27.

Mes photographies ont presque toutes plus ou moins bien réussi, c’est te dire que j’ai déjà un excellent matériel pour notre grand ouvrage en question. Si le temps est un tant soit beau, je retournerai dimanche prochain à Hoerdt. Laugel est indisposé par suite des travaux de la cave et ne viendrait pas avec quoique j’eusse préféré. J’apporterai, outre mon petit appareil, le grand de Laugel et après avoir fait des photogr. à Hoerdt jusques vers trois heures de l’après-midi, nous irions à Geudertheim où j’aimerais bien faire la photographie de ta danseuse de dimanche pour les Bilderbogen13.

  • 14 . Ce qui confirme l’hypothèse de Barbara Gatineau, introduction de la réédition de Costumes et cout (...)

4En attendant de réaliser avec Laugel « le grand ouvrage », à savoir Costumes et coutumes d’Alsace, envisagé donc dès ce moment14, Spindler alimente sa revue artistique, créée en 1893, les Images alsaciennes (Elsässer Bilderbogen), de pages sur les costumes, donnant ainsi une nouvelle orientation à sa publication, passant en quelques mois de l’historicisme au Heimatschutz, la défense des coutumes et traditions locales. Si la première série de vingt-quatre planches, réalisées en collaboration étroite avec Joseph Sattler et publiées en 1893-1894, fait la part belle aux thèmes médiévaux et Renaissance (treize planches) et ne réserve que la planche no13, dessinée par Spindler, au bonnet alsacien, la troisième série de 1896 compte quatorze planches sur les costumes et deux seulement sur le Moyen Âge. Le thème du messti, introduit par deux textes, l’un de Stoskopf en allemand, l’autre de Laugel en français, est abondamment illustré par treize planches signées pour la plupart par Spindler avec quelques contributions des peintres Braunagel, Feuerstein et Seebach. La « jeune fille de Geudertheim en costume de fête » se retrouve sur la planche 52, datée de 1895…

  • 15 . Charles Spindler, Mémoires, op. cit., p. 65 et 67.

5Spindler complète encore sa formation sur les campagnes alsaciennes auprès notamment de Léon Kiener, notaire à Soultz, et du poète Hans Carl Abel. Il constitue la « collection de costumes la plus complète » et on peut le croire lorsqu’il affirme : « J’étais devenu vers 1898 l’homme le plus documenté sur les costumes et les coutumes du Bas-Rhin15. » Les choses paraissent donc mûres.

  • 16 . Lettres à Stoskopf, 20 septembre 1897, AVES 213 Z 27.
  • 17 . Parution du no1 en avril annoncée dans une lettre à Stoskopf, 10 mars 1898, AVES 213 Z 27.

6Faut-il alors attendre 1900 pour parler d’un musée ? Entre-temps, de nombreuses initiatives culturelles sont prises : dès 1897, Spindler évoque son nouveau projet de revue qu’il présente, quelques mois plus tard, comme « l’organe officiel de notre corporation de peintres […] où chacun de nous trouve à placer une chose qui lui paraisse bien – soit tableau, soit poésie – sans avoir besoin d’avoir égard au goût de rédacteurs qui n’entendent rien aux choses de l’art16 ». Laugel et Stoskopf forment avec lui le comité de rédaction de la Revue alsacienne illustrée dont le premier fascicule paraît au printemps 189817, deux ans après Jugend à Munich, un an après Art & Décoration à Paris, quelques semaines après Ver Sacrum à Vienne. Stoskopf participe également en mars 1898 à la fondation du Théâtre alsacien de Strasbourg (TAS) et en devient vice-président tandis que Spindler dessine son programme. D’r Herr Maire, dédié à Laugel, est joué pour la première fois le 27 novembre 1898. Le Salon d’art de la Revue alsacienne illustrée, préfiguration d’une Maison d’art alsacienne gérée par les artistes, ouvre sous la direction de Stoskopf en octobre 1899 dans le magasin Bader-Nottin, rue de la Nuée Bleue.

  • 18 . Aucun document ne permet à ce jour d’avancer une date ou de préciser les circonstances de la nais (...)
  • 19 . AVES 213 Z 17. Le texte sur papier libre est recopié avec quelques petites modifications dans un (...)
  • 20 . Charles Spindler, Mémoires, op. cit., p. 97.

7Pour compléter ce programme d’action, il manquait encore le Musée alsacien. Une note de Stoskopf malheureusement non datée18 se présente comme un compte-rendu d’une réunion sur un « Trachtenmuseum19 ». Pierre Bucher (1869-1921), docteur en médecine, y assistait-il ? Peut-être, si cette réunion a eu lieu après juillet 1899, point de départ d’après Spindler de l’intérêt de Bucher pour la Revue20. Elle aboutit à l’établissement d’une sorte de feuille de route qui tient en quelques points :

    • 21 . S’agit-il de Fritz Holl, rédacteur des Affiches de Strasbourg ?
    • 22 . François Igersheim, art. cit., p. 132‑133.
    • 23 . RAI, t. 1, 1899, p. 21-23.

    Élargir le comité d’action, se réunir au moins une fois par mois. Trois noms sont cités, Holl 21, désigné d’office comme secrétaire, Forrer et Greber. Robert Forrer, archéologue et antiquaire, a en effet de l’expérience en la matière : il a monté en 1889 une Elsässische Stube au Berliner Museum für deutsche Volkstrachten22 ; c’est un collectionneur avisé qui a déjà fait bénéficier les lecteurs du premier fascicule de la RAI d’un article sur les dégorgeoirs de moulins23, premier d’une série qui se poursuivra en 1900. Quant à Jules Greber, c’est un magistrat d’origine allemande, fondateur et premier président du TAS et ancien camarade de lycée de Spindler.

8D’autres résolutions suivent :

  • Délimiter les aires de costumes dans le passé et le présent, tâche confiée à Laugel.

  • Répartir ces aires entre des membres correspondants (instituteurs, médecins, ecclésiastiques) qui pourront renseigner sur les possibilités d’acquisition d’objets et de costumes.

  • Envoyer des circulaires avec appel aux dons.

  • Sélectionner dans les différentes aires des personnes susceptibles de faire des dons.

  • 24 . François Igersheim signale que le musée de Karlsruhe a présenté une exposition d’arts et traditio (...)

9Puis la note liste un certain nombre de problèmes à régler : question financière, lieu provisoire de stockage des collections, catalogue. Pour terminer, il est décidé d’aller visiter le musée de Karlsruhe en préparation et de rédiger un rapport24.

  • 25 . Voir Olivier Grenouilleau, Nos petites patries. Identités régionales et État central en France, d (...)
  • 26 . Voir Anne-Marie Thiesse, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours pat (...)
  • 27 . Voir par exemple le récent ouvrage d’Hélène Antoni, L’architecte Fritz Beblo et le Heimatschutz à (...)
  • 28 . Voir Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, S (...)
  • 29 . Jean-Marie Gallais, « Portrait de l’artiste en folkloriste », in Jean-Marie Gallais et Marie-Char (...)
  • 30 . Anne-Marie Thiesse, « À chacun son folklore. Identités nationales, arts et traditions populaires  (...)
  • 31 . Ibid., p. 90.
  • 32 . Ibid., p. 90.

10Ce projet apparaît donc comme le couronnement de cette période d’intense engouement de Spindler et de ses amis pour le costume paysan. Il est parfaitement en phase avec l’apogée du régionalisme en France comme en Allemagne, l’exaltation de la petite patrie en France et de la Heimat en Allemagne, en politique25, dans l’enseignement26, la littérature, les arts27, il l’est avec la multiplication des musées d’ethnologie qui en découle28, il l’est enfin avec le goût des artistes pour le folklore « qui le perçoivent non seulement comme une matière littéraire et iconographique, mais avant tout comme une expérience de retour aux sources et un terreau fécond pour qu’éclose un art nouveau29 ». L’art de Spindler est tout à fait représentatif de ce courant qui, souligne Anne-Marie Thiesse, promeut les traditions populaires « non seulement en thèmes de représentation artistique, mais aussi en ressources de haute qualité pour la création moderne30 ». Son Salon de musique, présenté à l’Exposition universelle de Paris en 1900 où « triomphent tout à la fois la modernité de l’électricité et « l’art national » d’inspiration populaire31 », en est une illustration remarquable. Or, l’intérêt pour le folklore est d’autant plus intense dans les minorités nationales ou régionales, là où on ne peut « se référer à un « État historique » ou à une ancienne culture littéraire32 », ce qui est le cas de l’Alsace devenue l’enjeu d’un conflit entre France et Allemagne.

Comment conçoit-on le Musée alsacien en 1900 ?

11Le manifeste, publié en 1900 par la RAI ne serait donc qu’une étape dans la création du musée. Étape décisive puisqu’il s’agit d’abord de rendre l’initiative publique et de lancer un appel auprès des lecteurs de la Revue en les sensibilisant à « l’œuvre importante » que celle-ci a entreprise. Elle se subdivise en deux parties, une action sur le passé, c’est-à-dire de défense du patrimoine, confiée à Laugel et Spindler, une autre sur le présent et l’avenir dont se chargeront les directeurs du Théâtre alsacien, Greber et Stoskopf.

  • 33 . Charles Spindler, Mémoires, op. cit., p. 187-189.
  • 34 . Voir Martin Roth, Heimatmuseum, zur Geschichte einer deutschen Institution, Berliner Schriften zu (...)

12À l’heure où la sauvegarde du patrimoine est une cause défendue par de multiples associations et largement partagée, l’argumentaire ne surprend pas, mais il était plus novateur en 1900 : constat d’une indifférence à l’égard de la disparition d’un environnement qui paraît banal, volonté d’arrêter « cette rage de destruction » et de transmettre aux générations futures les témoins du passé, objectif de conservation du « goût populaire alsacien » considérée comme une « œuvre pieuse ». Mais Spindler fait passer une idée qui lui est chère, qu’il reprendra plus longuement dans ses Mémoires33 : il ne veut pas d’un musée de ville, mais d’un musée immergé dans la ruralité, « une de ces anciennes maisons de nos villages, une de ces magnifiques constructions bourgeoises de nos bourgades convenablement meublées et pourvues de tous les ustensiles dont aimaient à se servir les aïeux ». Autrement dit, ce musée, qui prend des allures de Heimatmuseum34, une institution très répandue jusqu’à nos jours de l’autre côté du Rhin, voire d’écomusée, doit servir de modèle pour les populations rurales incitées à conserver les anciens usages et leur cadre de vie menacés par « la main niveleuse et égalisatrice de notre siècle ».

  • 35 . … malgré tous les débats contemporains sur les musées d’ethnologie et leur avenir. Voir Camille M (...)
  • 36 . Voir l’annonce dans la « Chronique alsacienne », 2e fascicule de la RAI, t. II, 1900, p. 18. Un p (...)

13Cette fonction pédagogique primordiale n’exclut pas un programme scientifique que ne désavoueraient pas les muséologues contemporains et les conservateurs du patrimoine35 : être utile aux chercheurs comme au plus grand nombre, respecter la chronologie, replacer les objets dans leur contexte, les faire parler afin qu’ils racontent « la vie de nos ancêtres et toutes les étapes du progrès ». Quant au « catalogue détaillé de tout ce qui se trouve encore aujourd’hui dans nos villages », on parlerait de nos jours d’un inventaire. Ce travail, Laugel et Spindler sont en train de le faire par la réalisation de leur « grand ouvrage », Costumes et coutumes d’Alsace, dont la publication en trente livraisons tous les quinze jours a commencé au printemps 190036 et s’achèvera par la parution de l’ouvrage complet en 1902.

14La raison d’être d’un manifeste est également de mobiliser des troupes, en l’occurrence les lecteurs sollicités comme financeurs, donateurs ou correspondants susceptibles de « signaler ce qu’ils auront observé d’intéressant dans la région qu’ils habitent », ce qui suppose un maillage du territoire. « C’est de cette entente entre la direction de la Revue alsacienne illustrée et ses lecteurs que doit naître le musée ethnologique alsacien. »

  • 37 . Anne-Marie Thiesse, Ils apprenaient la France…, op. cit., p. 87-90. Voir par exemple, Viktor Ness (...)

15Le second volet de cette « double entreprise » fait écho au souci de Spindler d’être au plus près des populations rurales en confiant aux directeurs du TAS le soin de créer une « vaste association » chargée de faire de la propagande en faveur de la conservation de « leurs vêtements si pittoresques et si jolis ». On compte y parvenir en multipliant l’expérience du Trachtenfest de 1895, c’est-à-dire en organisant des cortèges et des réjouissances. Mais l’idée que ces « fêtes pourraient rendre l’amour du sol natal à tous ceux qui ne sont déjà que trop tentés de quitter la maison paternelle pour courir après les mirages trompeurs des jouissances que procurent les villes » ne fait que refléter cette hantise de l’exode rural vécu qui imprègne par exemple les manuels scolaires de l’époque37. On reconnaît là le thème de la pièce D’Heimet, un titre qui a valeur de programme, écrite par Greber et Stoskopf et jouée par le TAS en février 1901.

  • 38 . Stoskopf en a mesuré la difficulté par ses candidatures au Salon, couronnée de succès en 1893, ma (...)
  • 39 . Comme à cette époque les Alsaciens Feuerstein, Willmann, Wadéré et Émile Schneider (voir les lett (...)

16On voit aussi comment tout doit se tenir : la Revue, la galerie d’art, le théâtre et le musée sont étroitement liés, affichent tous dans leur dénomination le même étendard, « alsacien » ou « alsacienne » selon les cas, et sont unis par le même amour de l’Alsace et la même fonction identitaire. Pour ces artistes qui ont décidé de ne faire carrière ni à Paris38, ni à Munich39, mais à Strasbourg, c’est en effet une formidable opportunité de pouvoir ouvrir un espace « alsacien » entre deux grandes nations antagonistes et leurs nationalismes respectifs. À l’instar de l’Alsacienne dessinée par Spindler en frontispice de l’article de Werner Wittich sur la double culture, ils écartent les deux arbres et les tiennent à égale distance, ouvrent les bras à 180° et recueillent les fruits des deux cultures. Pour la plupart, ils sont allemands par la nationalité, francophiles, mais pas germanophobes, évidemment bilingues, pacifistes et internationalistes, ils comptent parmi leurs amis et confrères des Français et des Allemands, ils veulent pouvoir montrer leurs œuvres à Paris comme à Berlin et à Munich. L’Alsace, y compris dans cette dimension ethnographique et linguistique, peut alors être un laboratoire d’Europe.

17Cette unité conceptuelle et pour ainsi dire organique entre ces diverses institutions, accrédite l’idée d’un « programme de Saint-Léonard » que Stoskopf évoquera a posteriori à deux reprises en 1928 et 1938 à l’occasion d’hommages à Laugel et à Spindler :

  • 40 . Manuscrit du discours du 24 juin 1938 lors du vernissage d’une rétrospective Spindler à la Maison (...)

Nos entretiens finirent par se concrétiser par un plan, un programme destiné à nous guider dans les réalisations que nous nous proposâmes. […] Cette fondation [du Musée alsacien] décidée, Anselme Laugel rêva de réunir sous une même direction, afin de les soumettre à une même discipline et de les animer d’un même esprit toutes ces différentes institutions qui devaient se prêter un mutuel appui. Malheureusement, ce magnifique projet ne put se réaliser pour des raisons financières40.

18Pas seulement…

Fig. 1. L’Alsace se crée un espace entre les deux arbres français et allemand dont elle récolte les fruits

Fig. 1. L’Alsace se crée un espace entre les deux arbres français et allemand dont elle récolte les fruits

Frontispice de Charles Spindler pour l’article de Werner Wittich, « Deutsche und französische Kultur im Elsass », Revue alsacienne illustrée, t. II, 1900, p. 71.

Quelles divergences au sein du comité provisoire ?

19Si l’on identifie bien les désaccords et les inimitiés qui vont miner la cohérence du projet, il est plus difficile de préciser la chronologie entre 1900 et 1902, faute d’allusions précises au Musée alsacien dans la correspondance entre les protagonistes. Par définition, celle-ci ne fait état que de ce qui n’a pu être dit de vive voix.

20C’est au sein de la RAI que se joue le premier acte avec Bucher dans le rôle principal. Spindler était prévenu :

  • 41 . Lettre à Spindler, 3 février 1899, AS.

En général j’ai un vif esprit d’indépendance, écrit-il en février 1899, et je déteste agir incorporé. […] Je suis un passionné des belles choses et de plus un fanatique « Alsacien ». Comme j’aime l’action, je me démène et m’agite quand cela peut servir l’une de ces deux causes. Mais ceci, je le fais de toute façon, enrégimenté ou non et pour être franc, jusqu’au bout, j’ai une sainte horreur de toute publicité de ma personne et je crains fort qu’une fois tenu d’agir, je n’y mettrais plus du tout le même entrain. Vous voyez – mais il y a longtemps que vous le savez – que je suis un drôle de pistolet41.

21En ce qui concerne la RAI et le Musée alsacien, il ira effectivement « jusqu’au bout ».

  • 42 . Charles Spindler, Mémoires, op. cit., p. 93-97.
  • 43 . Lettre à Stoskopf, non datée (1898), AVES 213 Z 27.
  • 44 . Un cahier intitulé « Revue Spindler » figure dans les archives de Stoskopf : il fait la liste des (...)
  • 45 . Lettre à Spindler, 17 décembre 1899, AS.

22D’abord hostile en 1897 à l’idée de création de la RAI, il s’y intéresse à partir de l’été 189942 et fait des offres de service à Spindler en lui proposant d’assurer la liaison avec l’imprimeur Müh dont il est le voisin quai Finkmatt. Or, la publication de cette revue se révèle être une corvée pour Spindler qui évoque une véritable « scie » à la perspective de préparer le 3e fascicule43 et met finalement deux ans pour réaliser les quatre premiers numéros du premier tome estampillé 1899 par l’éditeur Schlesier & Schweickhardt. Il finit par se décharger sur Stoskopf du soin de préparer le tome 2 en liaison avec Bucher et Laugel44. Bucher en effet ne se contente pas d’un rôle technique de relais avec l’imprimeur : fort des abonnés qu’il a sans doute apportés à la revue, il se dit « submergé de critiques sévères : qu’est-ce qu’une revue qui disparaît pendant de longs mois pour reparaître alors qu’on n’y songe plus ? » et invoque « la responsabilité que je prends moi-même » pour prier Spindler de hâter la publication du premier fascicule en janvier45.

  • 46 . Jules Greber, « Lisbeth », RAI, t. II, 1900, p. 27-44 ; Maurice Barrès, « En profondeur… Note sur (...)
  • 47 . En réalité ce fascicule a fait l’objet d’échanges épistolaires, Stoskopf informant par exemple Sp (...)

23Puis, il manœuvre pour évincer Stoskopf. On ne sait pas vraiment ce qui est reproché à ce premier fascicule de 1900, mais on peut aisément supposer que les dix-huit pages, soit 30 % de la revue, consacrées à une pièce de théâtre en allemand de Greber, sans aucune illustration, ont pu indisposer Bucher, ses « abonnés » et… Maurice Barrès dont l’article sur Émile Erckmann vient juste après la pièce de Greber46. Par écrit, Bucher s’étonne « qu’aucun de nous [n’a] su au juste ce qui [y] figurerait47 » et il prie Laugel et Spindler de venir en parler avec Stoskopf pour lui rappeler « ce point de vue auquel je tiens essentiellement à pouvoir le ramener toujours : Laugel rédacteur, vous organisation artistique. »

  • 48 . Lettre à Spindler, 2 janvier 1900. Il conclut ainsi sa lettre : « Votre souhait de nouvelle année (...)

Mais si je dois pouvoir être utile à la Revue, ainsi que je le désire et dans la voie que seule j’admets et qui est la vôtre et celle de Laugel aussi, il faut que je me sente soutenu par vous dans les cas où l’opinion de l’un pourrait différer. Rien n’est insupportable comme cette incertitude d’orientation et rien n’est plus néfaste non plus pour le développement de la Revue. Le jour où nous aurons une direction franchement avérée, nous serons sûrs de notre public48.

24On ne saurait être plus clair : il s’exprime déjà en patron en janvier 1900, du moins en Premier Consul s’appuyant sur les deux bras du fauteuil… En mars 1901, il obtempère de mauvaise grâce aux demandes de Spindler concernant la « Chronique alsacienne » :

J’ai supprimé les deux clichés du Journal d’un assiégé qui vous déplaisaient. Voici votre domaine et je m’y soumets sans murmurer. […] J’ai ajouté d’autre part, et selon votre vœu, une petite note à l’annonce d’Heimet quoique cette pièce, à l’exception de quelques jolis passages, soit détestable.

25Et il en profite pour contre-attaquer, en revendiquant de faire de la Chronique son domaine réservé :

  • 49 . Lettre à Spindler, 12 mars 1901, AS.

[Celle-ci] n’est pas que de littérature et art. Ces sujets-là tiendraient sur deux pages et ainsi la Chronique n’aurait aucun sens. Elle doit englober toute la vie alsacienne, au pays et en dehors, être un recueil de documents ethnologiques, où pourront puiser tous ceux qui veulent écrire sur l’Alsace. Voici ce qui m’intéresse personnellement et qui est mon seul plaisir au milieu de toutes les fatigues de la revue. Je tiens à pouvoir me l’offrir. Nous étions du reste d’accord là-dessus et si vous l’avez oublié, c’est que c’est M. Laugel, candidat officieux, que cela gêne. Vous allez recevoir sous peu les huit pages de Chronique transformées et je souhaite qu’elles aient votre approbation49.

  • 50 . Il paraît le 19 décembre dans la Strassburger Post et le 20 dans la Strassburger Bürgerzeitung. D (...)

26De même que Bucher impose progressivement son leadership à la tête de la RAI, en cantonnant Spindler à « son domaine » et en se passant de Laugel, il le fait au sein du comité provisoire du Musée alsacien. Quelques semaines après la constitution de la société en novembre 1902, différents quotidiens strasbourgeois publient un communiqué célébrant la création d’un nouveau musée à Strasbourg et ses fondateurs. Mais la Strassburger Bürgerzeitung, avec un décalage d’un jour sur la Strassburger Post, complète ce communiqué par un droit de réponse non signé, qui exprime les idées de Greber et Stoskopf50.

  • 51 . Ce qui correspondrait en gros à l’époque de la première de D’Heimet, le 6 février 1901.

27Ces derniers entendent d’abord compléter l’histoire fragmentaire telle qu’elle est racontée dans le communiqué. Il y a environ deux ans, peut-être donc au début de 190151, lors d’une réunion à Saint-Léonard chez Laugel avec Spindler et Bucher, tout le monde était d’accord avec l’idée que la fondation du musée relevait de l’intérêt général. Mais les avis ont divergé à propos du financement et donc du statut du futur musée : à la position de Greber et de Stoskopf d’avoir recours au soutien des pouvoirs publics, en particulier du Landesausschuss et du gouvernement, s’est opposé le « reste du comité » favorable à une initiative exclusivement privée.

28Aurait-il suffi seulement d’un an à Bucher pour se montrer indispensable aux yeux de Laugel et de Spindler et faire la preuve de son efficacité à gérer les projets ? Ou bien Spindler croit-il encore pouvoir faire aboutir son plan de maisons rurales qui ne nécessiterait pas de gros investissements ? Ce sont des hypothèses…

  • 52 . Ce que confirme un brouillon de lettre cité dans l’ouvrage anonyme, mais probablement de Gerhardt (...)
  • 53 . Lettre à Spindler, 5 décembre 1898, AS.
  • 54 . Dans une lettre à Spindler du 5 octobre 1902, Stoskopf exprime sa colère à la suite de la lecture (...)

29La question, on l’aura compris, n’est pas uniquement financière. Bucher, et sans doute a-t-il réussi à convaincre Laugel et Spindler sur ce point, veut éviter toute ingérence de l’administration allemande. Plus concrètement, il ne veut pas de Vieux-Allemands dans le comité52 et ne peut donc adhérer au manifeste de 1900 qui donnait un rôle à Jules Greber, président du TAS jusqu’en juillet 1901, mais aussi fonctionnaire allemand. Quand Stoskopf, lui succède, ce n’est pas suffisant, loin s’en faut évidemment, pour réhabiliter le TAS aux yeux de Bucher. Le temps est désormais loin où il organisait une petite fête en décembre 1898 en l’honneur de Stoskopf, auréolé par le succès de son Herr Maire53. Entre-temps, les griefs se sont accumulés contre le TAS et culminent à la suite de sa tournée à Berlin du 30 avril au 9 mai 190154.

  • 55 . Maurice Barrès, « Sur la conscience alsacienne (La Revue alsacienne illustrée et le Musée alsacie (...)

30Au-delà de ces considérations, l’enjeu est de savoir quelle identité on veut promouvoir : une Alsace de la double culture qui ouvre un espace entre deux grandes nations ou une Alsace française cultivant son héritage d’avant 1870, recherchant, comme l’écrira Maurice Barrès en 1905, « une reprise d’énergie au contact de nos morts » et une protection face à « des influences parfois inférieures » : « Quand les Alsaciens voient leur supériorité, que nul ne conteste, ils sentent grandir leur contentement intérieur et aussi leur volonté de demeurer alsaciens55. »

  • 56 . Ce n’est qu’en 1935 que Stoskopf reprendra ce flambeau avec la création de la Fédération pour la (...)
  • 57 . « Bischoffsheim und Umgegend » et « Frauentracht von Seebach und Umgegend », RAI, t. I, p. 23‑24 (...)
  • 58 . Maurice Barrès, « La genèse d’une œuvre », RAI, t. IV, 1902, p. 33‑38.

31Le projet arrêté en 1900 n’est donc pas appliqué : le Trachtenverein ne voit pas le jour56, la contribution du TAS est rejetée, la dimension populaire est enterrée. Plus surprenant, la RAI s’intéresse désormais très peu dans les années qui suivent aux arts et traditions populaires : les derniers articles sur le costume sont ceux de Spindler dans les deux premiers numéros de 189857 et il faut attendre 1901 et 1902 pour trouver trois articles de Forrer, de quelques pages à chaque fois, sur les aunes, les barres de tonneaux et les chaises sculptées. Il n’est plus question de faire naître le musée d’une entente entre la RAI et ses lecteurs… Celle-ci n’apparaît plus comme porteuse de projet, si ce n’est de façon très indirecte lorsque Barrès est invité à présenter « La genèse d’une œuvre », à savoir la création par Mistral du Musée Arlaten en 189658. L’engouement collectif de la fin des années 1890 est totalement retombé. S’il se passe encore quelque chose, c’est loin du public et dans le plus grand secret.

Comment Bucher et les frères Dollinger finissent par s’imposer

  • 59 . Lettre à Spindler, 29 octobre 1902, AS.

32C’est par une lettre du 29 octobre 1902 que Bucher informe Spindler qu’il a réuni 21 000 marks pour le Musée alsacien et qu’il l’invite à la constitution de la société le 3 novembre chez Me Ritleng. Pour lui éviter des frais, il lui propose de lui attribuer une part sociale de 500 marks en échange d’une ou de plusieurs aquarelles de Costumes et Coutumes d’Alsace. Il ajoute qu’il tient essentiellement à sa présence sur la liste des fondateurs et que s’il pouvait venir en personne, il en serait « très satisfait, car nous profiterons sans doute de la réunion pour discuter quelques points importants59 ».

  • 60 . Archives d’Alsace, site de Strasbourg (AA-S), 7 E 57.1-297. La libération partielle des actions e (...)
  • 61 . Son récit de la fondation du Musée alsacien dans les années 1930 est assez peu précis notamment s (...)
  • 62 . La part sociale ne donne aucun droit de propriété sur les collections (article VII).
  • 63 . Procès-verbal de la séance constitutive du 3 novembre 1902, transcrit par Anne-Laure Rohe, L’Hist (...)
  • 64 . … qui pour la plupart ne sont que des bailleurs de fonds. Dans un historique manuscrit postérieur (...)

33La société à responsabilité limitée du « Musée alsacien à Strasbourg » est donc fondée le 3 novembre 1902 devant Me Ritleng avec un capital de 22 000 marks, dont 6 000 versés60. Les capitaux sont apportés par des industriels, propriétaires et rentiers auxquels s’ajoute le peintre Louis Schützenberger et Robert Forrer61 auquel est attribué une part sociale de 500 marks et une somme équivalente en rémunération d’un apport en objets. Le ticket d’entrée, 500 marks versés à fonds perdus62, soit près de 2 000 euros, exclut d’office les compétences désargentées… Il est néanmoins possible de devenir membre associé permanent en versant 100 marks ou membre associé avec une cotisation annuelle de 5 marks. Quant à Spindler, absent ce jour-là, il a bien adressé une réponse positive à Bucher que celui-ci produit en séance, mais Me Ritleng déclare que sa proposition n’est pas recevable, faute de procuration ou d’acte de donation en bonne et due forme63. Il ne fera donc pas partie de la liste des fondateurs64

Fondateurs du Musée alsacien, 3 novembre 1902 (en caractères gras, personnes présentes, les autres étant représentées)

Nom

Qualité

Lieu

Souscription

Voix

Bucher Pierre

Médecin

Strasbourg

1 000

10

Haehl Georges

Fabricant

Strasbourg

1 000

10

Hartmann André

Fabricant

Munster

1 000

10

Lefebure Léon

Propriétaire

Urbeis

1 000

10

Mequillet Edouard

Propriétaire

Colmar

1 000

10

Steiner Charles

Fabricant

Ribeauvillé

500

5

Spetz Georges

Fabricant

Issenheim

1 000

10

Schwoerer Émile

Ingénieur

Colmar

1 000

10

Schlumberger Robert

Industriel

Guebwiller

500

5

Dollinger Léon

Propriétaire

Strasbourg

3 000

30

Albrecht Alfred

Propriétaire

Sand

1 000

10

Dollinger Anne Émilie

Rentière

Strasbourg

500

5

Jungbluth Xavier

Rentier

Paris

500

5

Oesinger Maurice

Industriel

Strasbourg

1 000

10

Grouvel Léon

Propriétaire

Paris

1 000

10

Vetter Jean-Baptiste

Propriétaire

Strasbourg

1 000

10

A & E Kuhff

Société

Strasbourg

1 000

10

Dollinger Ferdinand

Médecin

Strasbourg

3 000

30

Forrer Robert

Ecrivain

Strasbourg

500

5

Laugel Anselme

Propriétaire

St-Léonard

1 000

10

Schützenberger Louis

Peintre

Strasbourg

500

5

Total

22 000

220

  • 65 . C’est à lui aussi que les artistes strasbourgeois adressent en 1897 à l’instigation de Stoskopf u (...)
  • 66 . Voir les sommaires des Bulletins de la société en ligne sur Gallica.
  • 67 . Charles Spindler, Mémoires, op. cit., p. 65.

34L’assemblée générale qui suit la constitution de la société élit à l’unanimité deux gérants, Pierre Bucher et Léon Dollinger, un conseil de surveillance, composé de Laugel, président, Forrer, Oesinger et Spetz, et nomme enfin par acclamation Me Ritleng, président d’honneur. Ce dernier, président de la Société des amis des arts, est aussi un collectionneur réputé d’œuvres d’art65, comme l’est également Georges Spetz. Il n’en est pas de même des deux gérants, dotés en réalité de tous les pouvoirs et responsabilités en l’absence de précisions dans les statuts sur les réunions et prérogatives du conseil de surveillance. Léon Dollinger va devoir endosser un nouveau costume : secrétaire depuis 1895, puis secrétaire général en 1896 de l’influente Société des sciences, agriculture et arts de la Basse-Alsace, il a eu à s’intéresser aux progrès agronomiques et aux industries agro-alimentaires, pas aux arts et traditions populaires66. Il présente l’énorme avantage de pouvoir se consacrer à plein temps au musée. Quant à Bucher, son approche touristique du monde paysan sera raillée ultérieurement par Spindler qui lui reproche dans ses Mémoires de considérer les fêtes rurales comme « une espèce de spectacle » et les paysans comme des « figurants livrés à la curiosité des badauds et à l’indiscrétion des photographes67 ». D’une façon générale, on ne peut que constater le gouffre qui sépare ce cercle de bourgeois, citadins pour la plupart, d’un monde paysan dont ils veulent célébrer les us et les coutumes.

35Peut-être vexé d’avoir été seulement « invité » ou de ne pas avoir été retenu parmi les fondateurs, Spindler saisit en tout cas ce moment, comme il s’en ouvre à Stoskopf, pour faire des reproches à Bucher :

  • 68 . Lettre à Stoskopf, 9 décembre 1902, AVES 213 Z 28.

Au sujet de la Revue, j’ai posé mon ultimatum à Bucher, il m’a écrit une lettre navrée. Il ne voit pas les choses comme elles sont. Il nous reproche notre indifférence pour la revue et ne se rend pas compte qu’en assurant la rédaction à lui seul nous nous désintéressons forcément de la chose. Laugel est d’ailleurs de notre avis lui aussi68.

  • 69 . Lettre à Spindler, 5 octobre 1902, AS.

36Stoskopf, qui avait déjà fait remarquer quelques semaines auparavant que « dans la dernière année, il n’y a presque pas d’œuvres des jeunes artistes ni des littérateurs » et qu’il fallait « que ça change69 », l’approuve :

  • 70 . Lettre à Spindler, 10 décembre 1902, AS.

Il aurait dû comprendre plus tôt qu’on ne fait pas une revue tout seul surtout quand on ne paye pas les collaborateurs. Il faut être tout un comité qui se réunirait au moins tous les quinze jours une fois et discuterait les différents points ainsi que les changements à faire, etc., etc. Là, chacun aurait l’occasion de défendre ses idées et les malentendus ne s’amasseraient pas à un tel point que tout le monde finit par se prendre aux cheveux70.

37Mais en fait de « lettre navrée », la réponse de Bucher est plutôt cinglante, répliquant par un ultimatum à celui de Spindler :

  • 71 . « Quand elle fut créée [en 1905], je ne croyais pas qu’elle pût vivre […] J’ai même eu le tort de (...)

Georges [Haehl] vient de me communiquer votre lettre. J’ai peur de trop bien comprendre le retard des pages décoratives. Si j’avais la conviction que vous les retardez volontairement, dans le but désigné, je ne vous pardonnerais jamais le procédé. Résumons votre lettre : vous souhaitez une action commune en faveur d’une maison d’art alsacienne ? C’est mon vœu le plus cher depuis des années71 et la Revue alsacienne n’a jamais voulu ni préconisé autre chose que l’union de tous les Alsaciens. Vous êtes ému des déficits de cette dernière et vous rêvez de les éviter à l’avenir par un comité de lecture. Toutes les personnes que vous admettez me sont chères, mais ne pensez-vous pas qu’un comité de propagande ferait bien mieux l’affaire !

Si cette revue doit dépendre d’un comité qu’on aura grand peine à réunir tous les six mois, elle est condamnée d’avance à une cachexie mortelle, vous le savez aussi bien que moi. Vous-même qui aviez tant promis d’en diriger la partie artistique, que d’insistance pour que vous veniez me voir, que de supplications pour des dessins promis, que de lettres laissées sans réponse, que de fois enfin votre indifférence m’a désespéré ! Et c’est vous aujourd’hui qui vous plaignez de n’en point connaître le programme ?

Je reconnais le fond de votre pensée : vous parlez d’attaques et craignez donc la responsabilité d’une rédaction qui n’est pas la vôtre. Il ne me semble pas que vous ayez eu à en souffrir, mais enfin c’est votre droit.

Il faut absolument que je sois à l’abri de pareils reproches à l’avenir : j’entends donc dorénavant accepter la signature et la responsabilité de cette revue. Si jusqu’ici je ne vous l’ai pas offerte, c’est que j’obéissais à un scrupule tout intime. Je suis médecin et non journaliste et je désirais effacer ma personnalité au profit de nos efforts communs. Ces efforts, vous le dites, ont eu pour résultat principal vos intérêts propres et j’étais donc en droit de m’attendre de votre part à plus de confiance et d’appui.

User mes forces et mes ressources dans l’intérêt d’une œuvre qui ne m’apporte aucun bénéfice personnel et ne recueille en fin de compte que du mécontentement, c’est trop. Je suis excédé.

Je diffère la publication définitive de ce numéro jusqu’à votre réponse. Si vous ne m’y témoignez pas pleinement votre assentiment et votre sympathie, je suis résolu de me désintéresser de la Revue alsacienne.

38C’est dans ce contexte quelque peu électrique qu’intervient la polémique ouverte par l’article de la Bürgerzeitung. Il faut y revenir car cet article ne s’attache pas seulement à éclairer le passé et à expliquer les raisons d’un divorce, mais cherche à convaincre comme si son ou ses auteurs pensaient qu’on pouvait encore infléchir les choses. Il critique l’étroitesse du cercle fondateur alors que ce musée serait susceptible d’intéresser une large fraction de la population et d’être conçu à plus grande échelle, bien au-delà des capacités d’organisation de quelques particuliers. Il plaide pour une coopération privé-public et constate que les grands musées ont tous un caractère public et sont soutenus par les pouvoirs publics. C’est ce qui leur permet de recevoir des dons, car les particuliers répugnent à faire des dons à une institution privée qui peut à loisir transformer ses statuts et compromettre une conservation à long terme. Se pose également la question d’un bâtiment digne des objectifs. Pour toutes ces raisons, il est nécessaire d’élargir le petit groupe des fondateurs par une organisation étendue à tout le pays et en mobilisant comme c’était prévu en 1900, les médecins, enseignants et ecclésiastiques et de consacrer le caractère public du musée par une subvention du Landesausschuss.

39Dans une lettre à Barrès du 27 janvier 1903, Bucher attribue cette offensive aux Allemands :

  • 72 . Lettre à Barrès citée par Gisèle Loth, Un rêve de France, op. cit., p. 94-95 (provenant du fonds (...)

Les Allemands sont enragés et je suis en butte à toutes les misères imaginables […] Tous les Allemands mêlés à notre vie intriguent contre moi, effrayent les timides par la menace de graves représailles et ont malheureusement réussi à détacher de moi et de notre groupe d’amis maints Alsaciens sur qui je pouvais compter en m’accusant de cléricalisme et surtout de nationalisme outrancier. Naturellement, votre nom a été largement mêlé à cela. On m’a reproché votre amitié […] Les Allemands enragent surtout de ne pouvoir forcer l’entrée dans notre association et je me félicite encore davantage maintenant d’en avoir fait une société par actions limitées72.

  • 73 . Lettre à Spindler, 12 mars 1906, AS.
  • 74 . Prospectus, 1910, fonds Dollinger, AVES 110 Z 1-3.
  • 75 . Maurice Barrès, « Sur la conscience alsacienne… », art. cit.
  • 76 . Voir Thiébaut Flory, Le mouvement régionaliste français, sources et développement, Paris, PUF, 19 (...)

40Et comme son entêtement « ne fait qu’augmenter à mesure qu’ils s’efforcent de nous détruire », Bucher tient fermement la barre. À la suite d’une explication verbale avec Spindler en présence de Laugel, il devient officiellement gérant de la RAI en 1903, ce qui ne fait qu’entériner une situation de fait depuis 1900 : « Je porte, depuis le début de la seconde année, toute la responsabilité morale et matérielle de cette gestion » écrira-t-il à Spindler en 190673… Quelques années plus tard, on pourra lire dans un prospectus que cette revue « tient pour son devoir de s’attacher plus spécialement aux apports du génie français, facteur si important dans la « culture » de l’Alsace74 » tournant donc le dos à l’allégorie d’une Alsace tenant les deux grandes nations à égale distance. Et c’est une nouvelle fois à Maurice Barrès qu’il reviendra de célébrer conjointement la Revue et la fondation du Musée en usant, on l’a vu, de ses thèmes favoris75 et en colorant le régionalisme d’une teinte nationaliste et réactionnaire76.

  • 77 . Lettre à Spindler, 7 mai 1903, AS.
  • 78 . AA-S 7E 57/1-299.
  • 79 . Lettre de Léon Dollinger à Spindler, 17 octobre 1903, AS.

41Léon Dollinger insiste pour que Spindler assiste en personne à l’assemblée générale du 15 mai 1903 qui prévoit une augmentation de capital à 28 000 marks : ce serait « infiniment plus simple77 ». Dix nouveaux sociétaires sont alors admis, parmi lesquels Spindler, présent cette fois, en échange de ses aquarelles78. Bucher lui commande le dessin du diplôme de sociétaire qu’il livrera en octobre 190379.

Nouveaux sociétaires, 15 mai 1903 (en caractères gras, personnes présentes, les autres étant représentées)

Derendinger François

Brasseur

Haguenau

500

5

Frühinsholz Adolphe

Fabricant

Nancy

1 000

10

Reichard Charles

Fabricant

Erstein

500

5

Hatt Auguste

Malteur

Strasbourg

500

5

Mengus Léon

Propriétaire

Strasbourg

500

5

Koeberle Eugène

Rentier

Strasbourg

1 000

10

Ehrhard Auguste

Brasseur

Schiltigheim

500

5

Schützenberger Robert

Directeur de banque

Schiltigheim

500

5

Spindler Charles

Peintre

St-Léonard

500

5

Marconnet Ferdinand

Propriétaire

Nancy

500

Total

6 000

60

42Mais Spindler s’illusionne quand il pense pouvoir encore influer sur le cours des choses. En juin 1903, il propose, dans une lettre à Stoskopf, d’installer conjointement la Maison d’art alsacienne, en préparation, et le Musée alsacien dans la maison du 6, rue Brûlée qui appartient à la tante de Stoskopf.

Dans la combinaison avec le Musée alsacien, il faudrait naturellement qu’on te mette dans ce musée. Forrer et Laugel trouvent aussi bien que moi stupide que tu n’en sois pas […] et tout serait de nouveau réuni dans nos mains car tu comprends que la Revue serait aussi obligée d’aller avec nous.

  • 80 . Lettre à Stoskopf, 19 juin 1903, AVES 213 Z 29.

43Et il termine par un clin d’œil en espérant encore pouvoir concilier les différents points de vue : « La situation vis-à-vis de la mairie lui donnerait un petit cachet officiel80 »…

  • 81 . Assemblée générale extraordinaire, 28 décembre 1903, AA-S 7E 57/1-301.

44La décision en décembre 1903 d’acheter l’immeuble du quai Saint-Nicolas met un terme à ces vains espoirs. Pour couvrir les 70 000 marks du prix d’acquisition, la société lance un emprunt de 80 000 marks auquel la famille Dollinger souscrit pour 25 000 marks81. Déjà détentrice avec les familles alliées d’un quart du capital, elle s’affirme comme le principal bailleur de fonds de la société et comme détentrice avec Bucher de la réalité du pouvoir. En effet, les sociétaires manifestent très peu d’intérêt pour l’entreprise et ils sont rares à se déplacer pour les assemblées générales, guère plus de cinq à partir de 1905. Spindler ne vient plus, Laugel n’est présent que de façon intermittente. Et Bucher s’en plaint à Spindler en 1907 :

  • 82 . Lettre à Spindler, 4 juillet 1907, AS.

Depuis que Laugel et vous avez tant à faire, vous nous négligez terriblement. C’est très ennuyeux pour nous qui sommes forcés de prendre seuls un parti dans les problèmes qui se présentent chaque jour et la responsabilité de cette administration parfois pesante82.

45À l’évidence, ils ne s’intéressent plus à ce musée qui n’est pas celui qu’ils avaient imaginé.

  • 83 . Rapport des gérants sur les activités de la société pendant les années 1906, 1907 et 1908, p. 8-1 (...)

46Il n’empêche que ses gérants réussissent leur pari : déjouant les sombres pronostics de l’article de la Bürgerzeitung, ils rassemblent une collection très complète grâce à des tournées dans les campagnes, à des achats et à un afflux de dons que n’a pas du tout découragé le caractère privé de l’entreprise, au contraire, sans doute en raison du réseau de relations de Bucher et des frères Dollinger. Le rapport d’activité 1906-1909 énumère pas moins de 61 donateurs dont se détache, par l’importance de son don, Paul Westercamp de Wissembourg83. Toutefois, Stoskopf, qui figure parmi ces donateurs pour « divers dessins et images », tient sa petite revanche puisque le musée finit par recourir à l’argent public. Ce même rapport le signale discrètement par quelques lignes :

  • 84 . Ibid., p. 19.

La situation du musée, qui a été précaire pendant longtemps, s’est améliorée graduellement. Il possède aujourd’hui des ressources multiples et ces ressources sont susceptibles de développement. Citons en passant la concession que nous avons obtenue l’an dernier d’une loterie au profit de notre œuvre et dont le bénéfice a été très appréciable84.

47Stoskopf commente dans une note manuscrite :

  • 85 . Note annexée à l’article de la Bürgerzeitung dans les archives de Gustave Stoskopf, AVES 213 Z 17

Les objections que le Dr Greber et moi avions faites, selon lesquelles le musée ne pourrait pas tenir par des moyens privés, se sont vite avérées exactes. Au bout d’un an, les fonds sont devenus si rares que la liquidation a été envisagée. […] Ce n’est qu’après que le Dr Bucher se soit engagé dans la voie que nous avions proposée de solliciter l’aide du gouvernement que l’entreprise est devenue viable. Le gouvernement concéda une loterie à 3 marks le billet, qui fut autorisée en Bavière grâce aux bonnes relations de Bucher et rapporta 90 000 marks85.

48Forte somme sans doute, mais pas de nature à infléchir la ligne imprimée par le docteur Bucher et à le compromettre aux yeux de ses soutiens pro-français.

49Il y a très loin de la conception initiale du musée, collégiale et collective, rurale et populaire, s’intégrant dans un programme culturel d’ensemble, à sa mise en œuvre par un cercle restreint de bourgeois citadins, amateurs d’art populaire, loin des regards, avant une ouverture relativement tardive au public. On ne peut l’ignorer et faire comme s’il ne s’était rien passé. Sont en cause des divergences sur la conception muséographique, l’identité et le positionnement politique, le statut et le financement, sans oublier les enjeux de pouvoir ! Mais on peut hésiter entre deux lectures : regretter que les artistes se soient laissés déposséder de leurs idées et de leurs initiatives, que la cohérence de leur programme culturel ait été rompue, que la Revue alsacienne illustrée et le Musée alsacien soient devenus les organes trop exclusifs d’une vision très française de l’Alsace ; ou au contraire se féliciter qu’un médecin engagé et redoutablement efficace se soit emparé de ces deux institutions, aux dépens d’artistes submergés par leur propre œuvre et sans doute trop peu soutenus par leurs confrères, pour aller « jusqu’au bout » de la direction de ces deux fleurons du patrimoine alsacien.

  • 86 . C’est bien le propos de Stoskopf dans ses interventions de 1928 et 1938 (voir supra, note 36) qui (...)

50La municipalisation du musée en 1917 et la victoire française en 1918 mettront un terme à certains éléments déterminants du débat. Aussi, avec le recul du temps, force est de constater que le « programme de Saint-Léonard » a été réalisé, grâce aussi à Pierre Bucher86 et à Léon Dollinger, et qu’il l’a été dans la durée. Si la Revue alsacienne illustrée a cessé de paraître en 1914, elle a eu des héritières entre les deux guerres (La Vie en Alsace) et après 1945 (Saisons d’Alsace) ; le Musée alsacien, le Théâtre alsacien de Strasbourg et la Maison d’art, toujours gérée par les artistes de l’AIDA, sont des institutions solides plus d’un siècle après leur création. C’est ce bilan qu’il faut retenir.

Haut de page

Notes

1 . « Un musée ethnologique alsacien », in « Chronique alsacienne », 1er avril-1er juillet 1900, Revue alsacienne illustrée (RAI), tome 2, p. 53-54.

2 . Sur les principaux protagonistes, on pourra consulter, outre les notices du Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, Frank Jung, « Anselme Laugel », Bulletin de la Société d’histoire de Boersch-Klingenthal et Saint-Léonard, no99 à 103, mars-avril 2020 ; Charles Spindler, L’âge d’or d’un artiste en Alsace, Mémoires inédits, 1889-1914, texte présenté par Alphonse Troestler et Michel Loetscher, s.l., Éditions Place Stanislas, 2009 ; Richard Edmond Schalck, Gustave Stoskopf, une conscience alsacienne, Bernardswiller, I.D. l’Édition, 2021 ; Gisèle Loth, Un rêve de France. Pierre Bucher, une passion française au cœur de l’Alsace allemande, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2000.

3 . Georges Klein (dir.), La naissance du Musée Alsacien et la Revue alsacienne illustrée, catalogue d’exposition, 1985 (des erreurs dans la liste des fondateurs de la société en novembre 1902, p. 10) ; Malou Schneider, « La création du Musée alsacien », in Strasbourg 1900, naissance d’une capitale, Strasbourg, Somogy-Musées de Strasbourg, 2000, p. 33-37 ; Anne-Laure Rohe, L’Histoire du Musée alsacien de Strasbourg, mémoire de maîtrise dirigé par François Igersheim, Strasbourg, deux volumes (dont un de documents provenant des archives du Musée), 2005 ; Bernadette Schnitzler, Histoire des musées de Strasbourg. Des collections entre France et Allemagne, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, 2009, p. 157-171.

4 . Lettres reçues par Charles Spindler, Archives Spindler (AS) à Saint-Léonard (je remercie Jean-Charles Spindler de m’avoir accueilli à Saint-Léonard et d’avoir mis à ma disposition ces documents) et lettres reçues par Gustave Stoskopf, Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), 213 Z. à noter, que dans leur correspondance, Bucher, Spindler et Stoskopf ne s’appellent jamais par leurs prénoms, mais par leurs patronymes, usage qui a prévalu dans cet article.

5 . Charles Spindler, Mémoires, op. cit., p. 29-31.

6 . Ibid., p. 62-63.

7 . Ibid., p. 65.

8 . Première lettre de Spindler datée du 30 décembre 1894 conservée par la famille Stoskopf, Brumath.

9 . Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris, 1887-1884, correspondance familiale et récit autobiographique sur la vie d’artiste, textes présentés par Pierre Rézeau, Nicolas Stoskopf et Daniel Zimmer, Eckbolsheim, Éditions du Signe, 2019, p. 346.

10 . À quelques exceptions près, comme Les courses à Eckwersheim de 1889, scène de genre où un couple de bourgeois citadins semble perdu et quelque peu ridicule au milieu de la foule du village sous les couleurs du drapeau rouge et blanc (Musées de Strasbourg).

11 . Dont l’importance est rappelée par François Igersheim, « Robert Forrer et le premier « Musée alsacien » à Berlin en 1889 », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, t. LI, 2008, p. 134.

12 . Plusieurs lettres (de Stoskopf ou de Georges Haehl) de la fin de 1895 et du début 1896 signalent telle ou telle noce à Engwiller ou Mietesheim…

13 . Lettre à Stoskopf, non datée, 1895, AVES 213 Z 27.

14 . Ce qui confirme l’hypothèse de Barbara Gatineau, introduction de la réédition de Costumes et coutumes d’Alsace, s.l., Éditions Place Stanislas, 2008, p. 26.

15 . Charles Spindler, Mémoires, op. cit., p. 65 et 67.

16 . Lettres à Stoskopf, 20 septembre 1897, AVES 213 Z 27.

17 . Parution du no1 en avril annoncée dans une lettre à Stoskopf, 10 mars 1898, AVES 213 Z 27.

18 . Aucun document ne permet à ce jour d’avancer une date ou de préciser les circonstances de la naissance de l’idée du Musée alsacien.

19 . AVES 213 Z 17. Le texte sur papier libre est recopié avec quelques petites modifications dans un petit carnet.

20 . Charles Spindler, Mémoires, op. cit., p. 97.

21 . S’agit-il de Fritz Holl, rédacteur des Affiches de Strasbourg ?

22 . François Igersheim, art. cit., p. 132‑133.

23 . RAI, t. 1, 1899, p. 21-23.

24 . François Igersheim signale que le musée de Karlsruhe a présenté une exposition d’arts et traditions populaires en 1896, mais qu’il faudra attendre 1912 avant l’aménagement d’une section permanente, art. cit., p. 134.

25 . Voir Olivier Grenouilleau, Nos petites patries. Identités régionales et État central en France, des origines à nos jours, Paris, NRF Gallimard, 2019.

26 . Voir Anne-Marie Thiesse, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997. Sur la notion de Heimat : Heimat. La petite patrie dans les pays de langue allemande, Chroniques allemandes no13, CERAAC-ILCEA, université Stendhal, Grenoble, 2009.

27 . Voir par exemple le récent ouvrage d’Hélène Antoni, L’architecte Fritz Beblo et le Heimatschutz à Strasbourg, Strasbourg, Société académique du Bas-Rhin, t. CXXXIX, 2021.

28 . Voir Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1999.

29 . Jean-Marie Gallais, « Portrait de l’artiste en folkloriste », in Jean-Marie Gallais et Marie-Charlotte Calafat, Folklore, artistes et folkloristes, une histoire croisée, Centre Pompidou-Metz, Mucem, La Découverte, 2020.

30 . Anne-Marie Thiesse, « À chacun son folklore. Identités nationales, arts et traditions populaires », in Jean-Marie Gallais et Marie-Charlotte Calafat, Folklore, artistes et folkloristes, une histoire croisée, op. cit., p. 89.

31 . Ibid., p. 90.

32 . Ibid., p. 90.

33 . Charles Spindler, Mémoires, op. cit., p. 187-189.

34 . Voir Martin Roth, Heimatmuseum, zur Geschichte einer deutschen Institution, Berliner Schriften zur Museumskunde, t. 7, Berlin, 1990 ; Véronique Charléty, Itinéraire d’un musée, le Heimatmuseum, Paris, L’Harmattan, 2005.

35 . … malgré tous les débats contemporains sur les musées d’ethnologie et leur avenir. Voir Camille Mazé, Frédéric Poulard et Christelle Ventura (dir.), Les Musées d’ethnologie. Culture, politique et changement institutionnel, Paris, CTHS, 2013.

36 . Voir l’annonce dans la « Chronique alsacienne », 2e fascicule de la RAI, t. II, 1900, p. 18. Un prospectus avec deux spécimens de planches et un bulletin de souscription est annexé au tome II.

37 . Anne-Marie Thiesse, Ils apprenaient la France…, op. cit., p. 87-90. Voir par exemple, Viktor Nessmann, Geschichte der Stadt Westhoffen im Elsass, 1917, traduit en français par l’Association d’histoire de Westhoffen et environs, 2017.

38 . Stoskopf en a mesuré la difficulté par ses candidatures au Salon, couronnée de succès en 1893, mais pas en 1894, ce qui est l’origine de son retour à Strasbourg. Voir Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris…, op. cit., p. 431‑448.

39 . Comme à cette époque les Alsaciens Feuerstein, Willmann, Wadéré et Émile Schneider (voir les lettres adressées par ce dernier à Stoskopf, dans lesquelles il donne des nouvelles de ces artistes, AVES 213 Z 27).

40 . Manuscrit du discours du 24 juin 1938 lors du vernissage d’une rétrospective Spindler à la Maison d’art alsacienne, AVES 213 Z 45.

41 . Lettre à Spindler, 3 février 1899, AS.

42 . Charles Spindler, Mémoires, op. cit., p. 93-97.

43 . Lettre à Stoskopf, non datée (1898), AVES 213 Z 27.

44 . Un cahier intitulé « Revue Spindler » figure dans les archives de Stoskopf : il fait la liste des collaborateurs possibles écrivant en français, allemand et alsacien, contient des idées d’articles, explore ce que devrait être la « Chronique alsacienne » créée dans ce premier fascicule de 1900, etc. (AVES 213 Z 11).

45 . Lettre à Spindler, 17 décembre 1899, AS.

46 . Jules Greber, « Lisbeth », RAI, t. II, 1900, p. 27-44 ; Maurice Barrès, « En profondeur… Note sur Émile Erckmann (Erckmann-Chatrian), ibid., p. 45‑51.

47 . En réalité ce fascicule a fait l’objet d’échanges épistolaires, Stoskopf informant par exemple Spindler (dans une lettre non datée, AS) que l’article de Wittich sur la double culture serait reporté aux fascicules suivants, faute d’illustrations… Obtenir en temps et en heure les dessins des artistes est un problème récurrent pour les responsables de la Revue, avant et après 1900.

48 . Lettre à Spindler, 2 janvier 1900. Il conclut ainsi sa lettre : « Votre souhait de nouvelle année est charmant, j’ai regretté seulement que par erreur le texte en soit rédigé en allemand (Freundl. Grüss, etc.) »…

49 . Lettre à Spindler, 12 mars 1901, AS.

50 . Il paraît le 19 décembre dans la Strassburger Post et le 20 dans la Strassburger Bürgerzeitung. D’après Spindler, le contact de Stoskopf à la Bürgerzeitung serait Me S. Rosenthaler avec qui il fondera en 1909 la Strassburger Neue Zeitung (Mémoires, op. cit., p. 231).

51 . Ce qui correspondrait en gros à l’époque de la première de D’Heimet, le 6 février 1901.

52 . Ce que confirme un brouillon de lettre cité dans l’ouvrage anonyme, mais probablement de Gerhardt Lüdtke, liquidateur de la Société du musée en 1917, La propagande française en Alsace-Lorraine par X, Berne, éd. Ferd. Wyss, 1918, p. 22.

53 . Lettre à Spindler, 5 décembre 1898, AS.

54 . Dans une lettre à Spindler du 5 octobre 1902, Stoskopf exprime sa colère à la suite de la lecture d’un article d’Henri Albert « inspiré par Bucher » publié par le Mercure de France (XI-1902, p. 564-571). « On n’est trahi que par les siens dit un vieux proverbe et je me le tiens pour dit » conclut-il amer (AS). L’hostilité de la RAI à l’égard du Théâtre alsacien n’est cependant pas structurelle : Ferdinand Dollinger rédige des critiques approfondies et positives des nouvelles pièces de Stoskopf en 1904, 1905, 1906.

55 . Maurice Barrès, « Sur la conscience alsacienne (La Revue alsacienne illustrée et le Musée alsacien) », RAI, t. V, 1904, p. 41‑44.

56 . Ce n’est qu’en 1935 que Stoskopf reprendra ce flambeau avec la création de la Fédération pour la conservation du costume paysan alsacien.

57 . « Bischoffsheim und Umgegend » et « Frauentracht von Seebach und Umgegend », RAI, t. I, p. 23‑24 et 36‑47.

58 . Maurice Barrès, « La genèse d’une œuvre », RAI, t. IV, 1902, p. 33‑38.

59 . Lettre à Spindler, 29 octobre 1902, AS.

60 . Archives d’Alsace, site de Strasbourg (AA-S), 7 E 57.1-297. La libération partielle des actions est fréquente dans la création de sociétés dont le capital initial sert de garantie avant d’être progressivement appelé. L’article IV des statuts prévoit qu’à la suite du versement initial (250 marks pour les parts de 500 et de 1 000 marks), les appels de fonds ne peuvent porter tous les trois mois que sur le 1/10e du montant nominal.

61 . Son récit de la fondation du Musée alsacien dans les années 1930 est assez peu précis notamment sur le déroulement chronologique. Voir Robert Forrer, « Wie sich das Elsässisches Museum bildete », Neueste Nachrichten, 10 décembre 1932, article repris dans Annuaire du Club Vosgien, nouvelle série, vol. 4, p. 81‑88 ; Jean R. Debrix, « M. Robert Forrer », La Vie en Alsace, 1937, p. 132‑136.

62 . La part sociale ne donne aucun droit de propriété sur les collections (article VII).

63 . Procès-verbal de la séance constitutive du 3 novembre 1902, transcrit par Anne-Laure Rohe, L’Histoire du Musée alsacien de Strasbourg, op. cit., t. 2.

64 . … qui pour la plupart ne sont que des bailleurs de fonds. Dans un historique manuscrit postérieur à 1914, le seul fondateur serait Pierre Bucher « qui avait intéressé à son entreprise ses amis (G. Haehl, Laugel, Spindler, les frères Dollinger) et un certain nombre de notabilités des deux départements […] C’est le Musée Arlaten, créé par Mistral, qui suggéra à Pierre Bucher une fondation analogue à Strasbourg. » Fonds Dollinger, AVES 110 Z 6-5.

65 . C’est à lui aussi que les artistes strasbourgeois adressent en 1897 à l’instigation de Stoskopf une lettre (rédigée par Laugel) pour s’opposer au magistère exercé par les Amis des arts en préalable à l’exposition dite « Strasbourg-Novembre ». Voir Nicolas Stoskopf, « Le Cercle de Saint-Léonard et l’animation de la vie artistique strasbourgeoise », Strasbourg-Riga : l’Art nouveau aux confins d’empires, La Revue de la BNU, no19, printemps 2019, p. 128.

66 . Voir les sommaires des Bulletins de la société en ligne sur Gallica.

67 . Charles Spindler, Mémoires, op. cit., p. 65.

68 . Lettre à Stoskopf, 9 décembre 1902, AVES 213 Z 28.

69 . Lettre à Spindler, 5 octobre 1902, AS.

70 . Lettre à Spindler, 10 décembre 1902, AS.

71 . « Quand elle fut créée [en 1905], je ne croyais pas qu’elle pût vivre […] J’ai même eu le tort de dire trop haut ce présage pessimiste », écrira-t-il le 3 janvier 1908 (AS) à Spindler qui confirme ce jugement négatif dans ses Mémoires, op. cit., p. 233.

72 . Lettre à Barrès citée par Gisèle Loth, Un rêve de France, op. cit., p. 94-95 (provenant du fonds Barrès de la BNF).

73 . Lettre à Spindler, 12 mars 1906, AS.

74 . Prospectus, 1910, fonds Dollinger, AVES 110 Z 1-3.

75 . Maurice Barrès, « Sur la conscience alsacienne… », art. cit.

76 . Voir Thiébaut Flory, Le mouvement régionaliste français, sources et développement, Paris, PUF, 1966, p. 34 et Philippe Alexandre, « Maurice Barrès et les régionalistes lorrains », in Olivier Dard et alii, Maurice Barrès, la Lorraine, la France et l’étranger, Berne, Peter Lang, 2011, p. 121.

77 . Lettre à Spindler, 7 mai 1903, AS.

78 . AA-S 7E 57/1-299.

79 . Lettre de Léon Dollinger à Spindler, 17 octobre 1903, AS.

80 . Lettre à Stoskopf, 19 juin 1903, AVES 213 Z 29.

81 . Assemblée générale extraordinaire, 28 décembre 1903, AA-S 7E 57/1-301.

82 . Lettre à Spindler, 4 juillet 1907, AS.

83 . Rapport des gérants sur les activités de la société pendant les années 1906, 1907 et 1908, p. 8-12 (reproduit par Anne-Laure Rohe, L’Histoire du Musée alsacien de Strasbourg, op. cit., t. 2).

84 . Ibid., p. 19.

85 . Note annexée à l’article de la Bürgerzeitung dans les archives de Gustave Stoskopf, AVES 213 Z 17.

86 . C’est bien le propos de Stoskopf dans ses interventions de 1928 et 1938 (voir supra, note 36) qui rend ainsi hommage au Dr Bucher : « Ses nombreux travaux artistiques [de Spindler] l’empêchèrent bientôt de s’occuper de la Revue als., autant qu’il aurait voulu. Il en laissa donc la direction à Pierre Bucher, qui entre-temps était devenu un hôte fidèle de Saint-Léonard. Vous savez quel développement a pris sous la direction du Dr Bucher la Revue als. Et quelle influence elle a exercée. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. L’Alsace se crée un espace entre les deux arbres français et allemand dont elle récolte les fruits
Crédits Frontispice de Charles Spindler pour l’article de Werner Wittich, « Deutsche und französische Kultur im Elsass », Revue alsacienne illustrée, t. II, 1900, p. 71.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Stoskopf, « Les enjeux de la fondation du Musée alsacien »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 227-252.

Référence électronique

Nicolas Stoskopf, « Les enjeux de la fondation du Musée alsacien »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5504 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5504

Haut de page

Auteur

Nicolas Stoskopf

Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Haute-Alsace, CRESAT

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search