Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148VariaLa dissolution du Musée alsacien ...

Varia

La dissolution du Musée alsacien (20 janvier 1917) d’après le Journal de Charles Spindler

The closing down of the Musée Alsacien (January, 20, 1917), according to Charles Spindler’s diary
Die Auflösung des Elsässischen Museums (20. Januar 1917) nach dem Journal von Charles Spindler
Jean-Marie Gyss
p. 253-270

Résumés

L’artiste et marqueteur Charles Spindler et l’archéologue Robert Forrer se connaissent depuis 1899 et leurs excursions communes au Mur païen du Mont Sainte-Odile. Le 20 janvier 1917, ils sont convoqués pour une séance décisive : celle de la dissolution du Musée alsacien, alors privé, et de son transfert à la Ville de Strasbourg. L’éditeur allemand Lüdtke profite de l’absence des principaux actionnaires, alors réfugiés en Suisse ou à Paris, pour arriver à ses fins. Les objections de Spindler et de Forrer sont inutiles étant donné le rapport de forces. En fait c’est surtout le docteur Pierre Bucher, accusé d’être l’un des chantres de l’influence française en Alsace, qui est visé. Étant à la fois le principal dirigeant du musée et de la Revue alsacienne illustrée, il est l’homme à abattre pour Lüdtke. Ce dernier, après avoir réalisé l’inventaire de ses biens, veut poursuivre son œuvre, probablement pour éviter d’être envoyé au front. Pour le discréditer, il édite une brochure anonyme en Suisse dans laquelle il publie ses lettres privées, ainsi que celles d’amis, avec toujours le même fil conducteur : insister sur la volonté de Bucher de saper l’autorité allemande en Alsace. Le docteur concentre sur lui les deux principales accusations de germanophobie (Deutschfeindlichkeit) et de trahison de la patrie (Landesverräter) qui sont alors rédhibitoires et entraînent un exil intérieur forcé pour tous ceux qui n’ont pas pu (su ?) partir à l’étranger à temps.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Anne-Laure Rohe, L’Histoire du Musée alsacien de Strasbourg, mémoire de maîtrise sous la directio (...)
  • 2 . Gisèle Loth, Un rêve de France. Une passion française au cœur de l’Alsace allemande, Strasbourg, (...)
  • 3 . Philippe Dollinger et Jean-Yves Mariotte, notice « Léon Dollinger », in Nouveau dictionnaire de b (...)

1L’artiste Charles Spindler (1865-1938) a été l’un des rares Alsaciens à assister et à rapporter la dissolution du Musée alsacien, un musée privé créé en 1902 et ouvert en 1907. Sur les trente-sept membres de la Société du Musée en 1914, douze s’étaient réfugiés en France ou en Suisse au moment de l’éclatement de la Première Guerre mondiale, craignant une arrestation pour francophilie, treize héritiers habitaient également en France et douze étaient restés en Alsace ou dans le reste de l’Allemagne1. Les deux gérants, le médecin Pierre Bucher (1869-1921)2 et le rentier Léon Dollinger (1866-1921)3 étant à l’étranger, il était facile pour les autorités allemandes de confisquer leurs parts et celles des autres absents pour les transférer à la municipalité de Strasbourg.

Le Journal de Spindler, une source précieuse

  • 4 . Charles Spindler, L’Alsace pendant la guerre, 1re édition, Strasbourg, Imprimerie alsacienne, 192 (...)
  • 5 . Charles Spindler, L’âge d’or d’un artiste en Alsace. Mémoires inédits 1889-1914, s. l., Éditions (...)
  • 6 . Il existe une suite jusqu’en 1933 (1 300 pages). Jean-Marie Gyss, Charles Spindler mémorialiste : (...)
  • 7 . Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), 5 MW 275 et 283 (Erster Geschäft (...)

2Charles Spindler a évoqué l’épisode dans son Journal 1914-1918, paru sous le titre L’Alsace pendant la guerre en 1925, prix Monthyon de l’Académie française, réédité en 20084. Il l’a également synthétisé dans des souvenirs rédigés vers 1928-1932, publiés en 20095. Le manuscrit original, qui couvre la période du 25 juillet 1914 au 31 décembre 1918, comporte 2 600 pages (quatre fois plus de mots que dans la version imprimée6). Journal écrit en français, ce qui est rare à cette époque du Reichsland et aurait valu des ennuis à son auteur en cas de saisie, avec des dialogues en allemand et en alsacien, c’est le point de vue d’un artiste francophile qui espère la victoire de la France. Suspecté de germanophobie (Deutschfeindlichkeit) par les autorités allemandes pendant la guerre, il condamne surtout les exactions et les horreurs commises tant contre les combattants adverses que les civils, qui nourrissent son pacifisme. S’il semble privilégier et peut-être exagérer les sentiments pro-français des Alsaciens, il note un progressif revirement à cause de la dictature militaire : cantonnements des soldats allemands, enrôlements des hommes d’un certain âge, exils forcés à l’intérieur de l’Allemagne, réquisitions et perquisitions, limitation des déplacements avec l’obligation du passeport et confinement, crainte d’une famine, etc. Dans le passage étudié, il se comporte en journaliste qui reproduit le plus fidèlement possible les propos entendus, tout en ne masquant pas son opinion. On croirait lire le travail d’un(e) secrétaire notant scrupuleusement les minutes d’un débat. Certains dialogues sont en allemand, que nous avons traduits pour une facilité et une continuité de lecture, tout en plaçant l’original en notes de bas de page. Lorsque le mémorialiste ne trouve pas spontanément un mot français, il le remplace par son homologue allemand. L’intérêt du document est la précision du témoignage, alors qu’il n’y a pas de compte-rendu complet de la séance dans les archives, seulement un résumé de la situation en date du 20 janvier 1918 avec un rappel historique et financier (inventaires, comptes en caisse et à la banque, etc.), dans lequel la réunion est à peine évoquée7.

L’acquisition du Musée par la Ville de Strasbourg

  • 8 . On appelle ainsi les Allemands ou leurs descendants, venus s’installer en Alsace à partir de 1871 (...)
  • 9 . Bernadette Schnitzler, Robert Forrer (1866-1947), archéologue, écrivain et antiquaire, Strasbourg (...)
  • 10 . Liliane Châtelet-Lange, notice « Ernst Polaczek », in NDBA, no30, 1997, p. 3 031-3 032.
  • 11 . Bernadette Schnitzler, Robert Forrer (1866-1947), op. cit., p. 113-119, avec notamment une illust (...)

3Le mardi 9 janvier 1917, Spindler reçoit un avis des administrateurs du séquestre (Zwingsverwalter) du Musée alsacien, proposant la convocation à une assemblée générale en vue de céder le musée à la Ville de Strasbourg. C’est le docteur Gerhard Lüdtke, un « Vieil-Allemand8 », jeune éditeur successeur de Trübner à Strasbourg, qui est à la manœuvre. Trois jours plus tard, Spindler rencontre par hasard l’antiquaire et archéologue Robert Forrer9, également actionnaire et futur conservateur du Musée archéologique de Strasbourg. Ce dernier fulmine contre le projet, regrette que ni le docteur Bucher ni les Dollinger n’aient envoyé de procuration et explique qu’un peu plus d’un an auparavant, il avait été convoqué à la préfecture de police. Ernst Polaczek (1870-1938 ?)10, directeur du Musée des Arts décoratifs (1907), puis de celui des Beaux-Arts (1913) de Strasbourg, avait alors affirmé que « les pièces du musée n’offraient aucune protection suffisante contre l’incendie, les bombardements par les avions ». Forrer lui avait expliqué les origines du Musée et, évoquant le nom de Spindler, s’était rendu compte que celui-ci était mal noté pour sa francophilie et risquait être envoyé en détention préventive (Schutzhaft) au fin fond de l’Allemagne. Néanmoins, Forrer reste prudent : de nationalité suisse, il n’est pas non plus à l’abri d’une expulsion. Les deux hommes se connaissent bien depuis 1899 lorsqu’avec leurs amis du Cercle de Saint-Léonard, ils visitaient le Mur païen autour du Mont Sainte-Odile quand Forrer commençait à fouiller le site. C’est Spindler qui avait illustré l’ouvrage de l’archéologue : Die Heidenmauer von St Odilien; ihre prähistorischen Steinbrüche und Besiedlungsreste11.

  • 12 . « … Für mich ist die ganze Sache nur von einigen Drückebergern aufgewickelt worden, um sich von d (...)

4Comme Spindler, Forrer regrette la précipitation de l’opération et accuse quelques « tire-au-flanc », qui voudraient échapper au service civil (Dienstpflicht) et lorgneraient le poste de directeur de l’ensemble des musées strasbourgeois, notamment Polaczek12. Spindler se demande si toute cette affaire en vaut la peine – il espère une victoire française rapide –, mais Forrer répond que la guerre risque de durer encore trois à quatre ans.

  • 13 . Étienne Martin, « Charles Spindler et le cercle de Saint-Léonard. Régionalisme et modernité », in(...)

5Le 13 janvier, Spindler s’entretient avec Georges Haehl, un autre actionnaire, directeur d’une usine de fabrication de bougies à la Robertsau, où se réunissent souvent certains des membres du Cercle de Saint-Léonard13, surtout le vendredi. Il est aussi le beau-frère de Bucher qui a épousé sa sœur Amélie. Haehl exige qu’en cas de municipalisation du Musée, les sociétaires soient remboursés de l’argent investi, même si cela risque d’être délicat pour ceux accusés de trahison (Landesverräter) qui ont quitté l’Alsace.

6Une semaine plus tard, le samedi 20 janvier, se tient cette session historique. Spindler consulte Haehl une nouvelle fois. Celui-ci pense que, si Forrer et lui-même ne réunissent pas au moins 6 000 Marks sur les 33 000, valeur de la Société, leur cause sera indéfendable. Spindler arrive à 15 heures 30 au musée où l’assemblée générale se tient au deuxième étage. Avec un certain humour, il écrit : « Je me dis que c’est encore une ironie du sort qu’en fin de compte, ce soit à moi qu’incombe la mission de défendre les intérêts de Bucher, Dollinger, etc., qui autrefois avaient trouvé bon de m’éliminer tant qu’ils pouvaient. »

  • 14 . S’agit-il de l’avocat Georges Schmoll (1867-1947), président du Consistoire israélite du Bas-Rhin (...)

7Sont présents, du côté « vieil-allemand », le docteur Lüdtke (fondé de pouvoir, Prokurist), « extérieur impeccable, un gros dossier devant lui », l’avocat Oskar Fischbach, « en officier décoré de la Croix de fer », l’avocat Wilhelm Schroeder, curateur (Pfleger) de Bucher, et le notaire Karl Reis pour Elsa Koeberlé (1891-1950), installée à Paris, fille du célèbre chirurgien Eugène Koeberlé ; d’autre part, le parti « alsacien » représenté par Forrer, « très pâle, les sourcils froncés », Charles Steiner, industriel à Ribeauvillé, « qui sourd comme un pot, est d’un faible appui pour notre cause », et Spindler lui-même. Le docteur Keller, notaire impérial, « loin de la table dans l’échauguette », est chargé de rédiger l’acte. Assis à l’écart, l’avocat Georges Schmoll14 a été envoyé par Haehl pour conseiller et retarder autant que possible la transmission du Musée.

8Le premier point à l’ordre du jour est l’élection des gérants (Geschäftsführer) et du Conseil de surveillance (Aufsichtsrat). L’artiste note :

  • 15 . Déchus de leur nationalité.

On commence par compter les parts d’actions qui sont présentes. Je me rends tout de suite compte que, si nous avons quelque velléité d’opposition, elle n’a aucune chance d’aboutir. Le docteur Lüdtke s’est en effet fait nommer d’office curateur pour tous les actionnaires français et alsaciens en tant qu’ils sont ausgebürgert15.

  • 16 . Dans d’autres documents, il est domicilié à Orbey.
  • 17 . Les autres actionnaires, dont s’occupent les curateurs, sont nommés dans Anne-Laure Rohe, L’Histo (...)

9Lüdtke affirme disposer des voix de Mme Carpentier, héritière de Georges Spetz (1844-1914), artiste, industriel et collectionneur d’Issenheim, d’Édouard Méquillet (1832-1918), propriétaire à Colmar, des héritiers de Léon Lefébure (1838-1911), propriétaire à Urbeis16, etc., et même d’Anselme Laugel (1851-1928), artiste, viticulteur et homme politique, mais surtout mécène du Cercle de Saint-Léonard, ce qui révolte Spindler. C’est en effet lui qui assure la curatelle de Laugel, réfugié à Paris17.

10Lüdtke, Fischbach et Schroeder paraissent alors quelque peu déroutés :

« Qui vous a nommé tuteur ?

- Le tribunal cantonal de Rosheim. »

11Ils se consultent un moment et puis Fischbach dit :

  • 18 . « Durch wen, sind Sie denn zum Pfleger ernannt?
    - Durch das Amtsgericht in Rosheim. »
    Ils se consul (...)

« Cette tutelle générale est cassée par l’ordonnance spéciale du Dr Lüdtke18. »

12Spindler s’incline. Mes Fischbach et Schroeder déclarent représenter les parts des frères Léon et Ferdinand Dollinger (1862-1936), respectivement rentier et médecin à Strasbourg, ainsi que de Maurice Oesinger, industriel à Strasbourg, qui s’est réfugié à Paris ou en Suisse à cette date, et dont la famille est établie au Kupferhammer, ancien martinet à cuivre entre Ottrott et le Klingenthal.

13Ensuite Me Schmoll se lève et, « d’une voix calme mais vibrante », dit :

  • 19 . « Ich protestire dagegen. Hier ist zunächst eine notarielle beglaubigte und ausgefertigte Urkunde (...)

Je proteste contre ces procédés. Voici d’abord un acte notarié certifié et rédigé au nom de M. Maurice Œsinger, et voici deux télégrammes de MM. Léon et Ferdinand Dollinger, de Genève, qui me donnent leur procuration avec un écrit du tribunal qui lève la curatelle19.

14Cette intervention fait rougir le docteur Lüdtke : il bafouille et prétend qu’un tribunal ne peut confier, puis reprendre une curatelle. D’ailleurs la pièce n’est pas signée du juge, mais par son secrétaire. Me Schmoll fournit la preuve que le tribunal de Strasbourg a levé la curatelle et présente les procurations télégraphiques. Me Fischbach objecte alors que ces dernières ne sont pas réglementaires, qu’il faut la signature autographe du mandant. Me Schmoll ne se démonte pas et attend une lettre expresse qui peut arriver d’un instant à l’autre.

15Me Schroeder, après consultation de ses collègues, répond que, « tant que les procurations ne seront pas là, nous restons les curateurs et nos décisions sont exécutoires… ».

  • 20 . « So lange die Vollmachten nicht da sind, sind wir noch Pfleger und sind unsere Beschlüsse rechts (...)

16Forrer essaye de temporiser : « Je ne comprends rien à ces questions de droit, mais, à mon avis, nous avons quand même une certaine obligation morale d’attendre ces procurations20. »

17Me Reis marque son impatience : la séance a été fixée à 15 heures et les lettres d’invitation envoyées il y a dix jours, comme prévu par la loi. Me Schmoll rétorque qu’en temps de guerre, les lettres venues de l’étranger subissent de gros retards.

18À cet instant, le camp « allemand » change de tactique et demande si Maurice Oesinger est bien allemand. Or il est français et, de ce fait, n’a plus de droits en Alsace, ses biens étant réquisitionnés. Et comme les frères Dollinger ont été déchus de leur nationalité, les curateurs légaux sont bien les trois représentants allemands. Forrer et Spindler s’abstiennent de voter et demandent que leurs interventions soient ajoutées au procès-verbal, de même que Steiner, qui, sourd, doit se faire « hurler dans l’oreille un résumé du débat ».

  • 21 . « Ja, ja, die beiden Herren sollen das Museum nur gut verwalten. Ich bin ganz damit einverstanden (...)

19S’en suit l’élection des gérants (Geschäftsführer) « selon un programme évidemment convenu d’avance entre ces messieurs ». Me Fischbach propose le docteur Lüdtke et Me Schroeder, qui sont pour lui les vrais curateurs de Bucher et des frères Dollinger. Nouvelles protestations de Me Schmoll au nom de ses clients, mais « on lui rit au nez ». Forrer et Spindler s’abstiennent encore, alors que Steiner, qui n’a pas compris, demande des explications, que lui donne le marqueteur, et il répond : « Oui, oui, les deux messieurs doivent bien gérer le musée. Je suis tout à fait d’accord21. »

20Forrer essaye bien de soulever le problème des compétences d’un gérant de musée, « mais on l’avait aussitôt réduit au silence en disant qu’en temps de guerre, il ne s’agissait nullement de faire des achats pour le musée, mais simplement de dégager la responsabilité des actionnaires ».

21L’étape suivante est l’élection du Conseil de surveillance (Aufsichtsrat). Forrer assure en avoir fait partie, mais on ne trouve nulle trace dans les dossiers. Spindler regrette :

  • 22 . Charles Spindler utilise l’orthographe apprise pendant sa scolarité et ne tient pas compte de la (...)

La gérance des anciens directeurs. Ils faisaient tout sans consulter personne ; les assemblées générales réunissaient si peu de monde qu’ils représentaient toujours la majorité des actionnaires et alors ils gardaient leur situation. Si Forrer avait fait partie de l’Aufsichtsrath22, il aurait pu devenir Geschäftsführer et éliminer le docteur Lüdtke, étant donné que les Geschäftsführer devaient toujours être élus parmi l’Aufsichtsrath.

22Après bien des discussions, le Conseil élit Forrer, Reis et Spindler qui, fataliste, observe : « Nous ne pourrons évidemment pas empêcher grand-chose, mais du moins nous aurons toujours voix au chapitre. »

23À 16 heures 30, l’assemblée générale extraordinaire élit son président : Robert Forrer. Le premier point concerne la dissolution de la Société du Musée alsacien. Me Schmoll se retire, tout en évoquant une nouvelle fois « l’illégalité » (ungesetzlich) de l’opération et propose à Spindler et Forrer de représenter les frères Dollinger. Tous deux refusent, arguant leur méconnaissance du droit, et Spindler manifeste son mécontentement : « Je ne puis dire combien toute cette façon de procéder m’écœure. »

  • 23 . « … über eine Persönlichkeit die es als ihre Lebensaufgabe betrachtete den Hass gegen alles Deuts (...)

24Ensuite le docteur Lüdtke attaque Bucher dans un long plaidoyer : ce dernier « considérait le but suprême de sa vie à prêcher la haine contre tout ce qui était allemand23 ». Il ajoute que ses deux atouts étaient la Revue alsacienne illustrée (RAI) et le Musée alsacien. Protestation de Forrer qui, ayant très souvent assisté aux séances du Musée, affirme qu’on n’y a jamais traité de politique, mais uniquement d’achat ou d’acceptation de dons. Le docteur Lüdtke poursuit sa charge et lit une lettre de Bucher, adressée à la comtesse Mélanie de Pourtalès en 1908, dans laquelle il lui demande de le mettre à la tête d’une fête en l’honneur d’Erckmann-Chatrian au Musée alsacien. Spindler ne trouve pas la lettre très compromettante : « Elle est écrite dans la note habituelle de ces suppliques où, pour demander un service, on fait appel au sentiment patriotique. »

  • 24 . « … in welchem dieser als ein Mann dahin gestellt wird, der schon von Kindesbeinen an die Idee de (...)

25Lüdtke évoque encore un livre publié par Édouard Schuré en 1916 dans lequel il décrit le docteur Bucher comme « un homme qui, dès sa tendre enfance, s’est battu pour l’idée de la revanche24 ». Il réclame la dissolution de la Société du Musée pour cette raison et demande d’en concéder la propriété à la Ville de Strasbourg contre des dédommagements conséquents aux actionnaires.

  • 25 . « Es frägt sich nun ob anstatt der Stadt nicht der Staat ein grösseres Interess hätte an der Erha (...)

26La réponse de Forrer est sèche : il parle « d’un hold-up » (Raubüberfall), mais reconnaît qu’une telle transmission est prévue dans les statuts. Il se demande néanmoins s’il ne faudrait pas mieux léguer le Musée à l’État, car l’établissement « finalement ne cherche pas tellement à protéger les particularités de Strasbourg que celles de la région25 ». Il rappelle que le Märkische Museum (Musée de la Ville de Berlin), créé par des personnes privées, a depuis été légué à l’État prussien. Pour Spindler, Forrer évoque cette question pour gagner du temps. Mais Lüdtke a toujours le mot de la fin : les statuts prévoient que l’héritage revienne à la Ville de Strasbourg qui, par ailleurs, s’engage à rembourser les 33 000 Marks dus aux actionnaires.

  • 26 . Le compte-rendu n’en tient pas compte puisqu’il évoque un vote « à l’unanimité ». Anne-Laure Rohe(...)

27Spindler et Forrer se dispensent de voter26, la dissolution est approuvée et les liquidateurs nommés sont Lüdtke et Schroeder. L’inventaire très compliqué prendra bien trois mois, le Conseil de surveillance est joint aux liquidateurs et Me Keller précise que les frais de l’acte sont portés à la charge de la Société. Lüdtke assure qu’elle a dans sa caisse environ 4 à 5 000 Marks. Et notre artiste de conclure :

Finita la Comedia ! C’est là le résumé des débats qu’a provoqués la dissolution du Musée alsacien, dissolution amenée par des procédés absolument illégaux, mais contre lesquels toute opposition était absolument vaine… Du reste, si Strasbourg redevient français, toute cette affaire sera déclarée nulle, mais alors les raisons, qui nous avaient incités à fonder ce musée en dehors de l’administration, n’existeront plus et il est fort probable qu’on laissera ce musée à la Ville.

28Le pauvre Steiner a préféré quitter la réunion avant son terme et, comme sa démarche inspire quelques inquiétudes, Spindler l’accompagne jusqu’au bas de l’escalier : « Il ne manquerait plus, comme le dit Forrer, qu’il se cassât la jambe pour que la Ville de Strasbourg déclinât l’acceptation du Musée si, outre les autres dettes, cette acquisition était grevée de dommages-intérêts à payer. »

  • 27 . En fait, s’il n’a pas assisté à la première séance du 3 novembre 1902, il a participé à la deuxiè (...)

29Au moment de se quitter, Forrer espère que la gérance du Musée revienne à la Société pour la conservation des monuments historiques plutôt qu’à Polaczek. Quant à Spindler, il remarque avec quelque humour : « C’est tout de même cocasse que je n’aie jamais assisté qu’à deux assemblées du Musée alsacien, celle de sa fondation et celle de sa dissolution27 ! »

  • 28 . Anne-Laure Rohe, L’Histoire du Musée alsacien de Strasbourg, op. cit., vol. 2, p. 78-79 et 82, ai (...)

30Le conseil municipal de Strasbourg accepte la reprise du Musée le 13 avril 1917, la transmission des biens a lieu le 17 juin 1917, l’ouverture des locaux est repoussée au 1er avril 1918 et ne sera effective que le 21 janvier 191928.

  • 29 . « Herr Charles Spindler hat gesagt: « Die Lösung, die ich vorgeschlagen habe, wäre ideal. »

31Le 9 février 1917, le libraire « vieil-allemand » Henri Weber, ami de Spindler, rapporte que Lüdtke lui a confié : « M. Charles Spindler a dit : « La solution que je propose serait idéale29. » Ce n’est évidemment pas le point de vue du mémorialiste :

Quant à cela, je ne me le rappelle pas du tout, la vérité est que personne de nous, ni de Forrer ni de moi, n’a eu voix au chapitre, que, quant à moi, je me suis dit que les Français, quand ils reviendront, se moqueront pas mal d’une résolution prise en l’absence des intéressés.

32Quelques jours plus tard, le 27 février 1917, Spindler retrouve Lüdtke chez lui pour lui rendre la lettre que ce dernier a envoyée à Rudolf Schwander, le maire de Strasbourg. Le maître de Saint-Léonard ne discute même pas les amendements, que Forrer voudrait ajouter, estimant que tout cela est provisoire. Mais Lüdtke revient sur une de ses vieilles marottes : poursuivre la RAI après la guerre et la combiner avec les Images du Musée alsacien, naturellement le tout dans une orientation pro-allemande, bien différente que celle du temps de Bucher. Spindler refuse.

Le rôle de Lüdtke

  • 30 . Bernadette Schnitzler, Robert Forrer (1866-1947), op. cit., p. 151.

33D’autres passages du Journal de Charles Spindler révèlent le souci de Lüdtke de salir la réputation de Bucher, qui jouissait avant-guerre d’un certain prestige en Alsace et était même quelque peu redouté des Allemands par ses nombreuses relations et protections en France. Mettre la main à la fois sur le Musée alsacien et la RAI, c’était éliminer la concurrence d’un francophile notoire et réduire l’influence française en Alsace. Après un an et demi d’activité, Bucher avait en effet pris le contrôle de la RAI, fondée en 1898 par Spindler. Son influence progressive, « lui-même fortement influencé par les thèses de Barrès, fera obliquer l’ouverture initiale très large des fondateurs vers une sorte de culte puissant de la tradition, où domine l’idée d’une Alsace attachée au sol et parfois repliée sur son passé30 ».

  • 31 . Charles Spindler, L’âge d’or…, op. cit., p. 195.

34Le 23 octobre 1915 déjà, Lüdtke avait proposé à Spindler de fonder une nouvelle revue après la guerre, à laquelle il collaborerait. Indigné de voir de nombreux Allemands jeter la pierre à Bucher, Spindler avait pris sa défense en rappelant que beaucoup d’entre eux, même Polazcek, se trouvaient honorés d’être reçus chez lui avant la guerre. Le 14 mars 1916, Schweickhardt, le premier éditeur de la RAI, rapporte à Spindler que Lüdtke voudrait publier la quatrième livraison de 1914 qui n’a pu être imprimée à cause du conflit. Le marqueteur s’y oppose en l’absence de Bucher, le propriétaire31.

  • 32 . Journal Charles Spindler, 14 et 29 mars, 29 avril, 22 juillet 1916 et 21 janvier 1917.
  • 33 . X (Lüdtke), La propagande française en Alsace-Lorraine, Berne, éd. Ferd. Wyss, 1918. Consultable (...)

35Mais pour Lüdtke, tous les moyens sont bons pour abattre ce dernier. Chargé de trier sa succession, dont les biens sont sous séquestre, il épluche ses comptes, note tous les achats de meubles, les siens et ceux acquis par le Musée alsacien32. Il s’attaque aussi à sa vie privée en dévoilant des lettres intimes envoyées à ses amies. Il fait encore paraître anonymement en Suisse un pamphlet : Zehn Jahre Minenkrieg im Frieden, ein neues Schuldbuch: Frankreichs Propaganda in Elsass-Lothringen, traduit en français la même année33.

36Il le qualifie « d’agitateur politique sous le masque de la « culture double » et l’accuse d’avoir comploté contre la sûreté de l’Allemagne en vue d’une guerre. Il lui reproche sa correspondance avec la comtesse de la Tour, alors à Rome. Ainsi la lettre du 4 août 1908 :

Au mois de juin cependant j’ai organisé une grande fête Erckmann-Chatrian, dont les romans nationaux Madame Thérèse et L’Histoire d’un Paysan fournirent la décoration et les costumes. Environ 60 dames en costumes Louis XVI, Révolution et Directoire, environ 30 jeunes gens en volontaires de 1792… jouèrent durant quatre jours, au Musée alsacien, leur rôle avec une grande perfection. Ce fut un enthousiasme patriotique dans toute l’Alsace, et, malgré une pluie torrentielle qui ne cessa un instant de tomber, nous avons réalisé 25 000 Fr.

Le dernier jour, cédant aux sollicitations de mes amis, j’ai endossé un uniforme vénérable, celui d’un parent mort en 1870 durant la fameuse charge des cuirassiers de Reichshoffen. Cuirassé de fer, avec un casque énorme, en culottes rouges à basanes et armé d’une latte de preux, j’étais de faction à la porte pour recevoir nos invités. Un trou béant dans ma cuirasse et dans ma tunique, devant et derrière, indiquaient (sic) le passage de la balle qui avait tué mon vieux cousin. J’étais très fier, et les gens s’émouvaient en reconnaissant l’uniforme. Devant la porte se tenait un agent de police allemand chargé de maintenir l’ordre. Un bon pourboire et le respect inné de mon majestueux uniforme lui faisaient involontairement prendre la position militaire, aussi souvent qu’il avait à m’adresser la parole. Des vieux pleuraient. C’était la première fois qu’ils voyaient un casque à pointe saluer un cuirassier de la guerre fatale…

Tant que l’Alsace se cabrera contre les prétentions d’un maître qui lui est odieux, son énergie vitale sera heureusement tendue par la lutte, par la concurrence passionnée. C’est là le terme secret de la vitalité des peuples, et je crois faire œuvre féconde pour mon pauvre cher pays en ne permettant pas que la résistance se perde par l’acceptation, par la veulerie.

  • 34 . Charles Spindler, L’âge d’or…, op. cit., p. 193 explique que Bucher n’a jamais eu de « parent mor (...)

C’est là la réponse profonde de mon action, de mon initiative la plus passionnée34.

37Suit en décembre 1908 une autre lettre à la comtesse de la Tour :

  • 35 . X (Lüdtke), La propagande française…, op. cit., p. 6 et 23‑25.

Je puis regarder derrière moi avec satisfaction. Nos efforts amènent le succès. Nous voyons comme le sentiment national prend de la force, ainsi que le courage, par la lutte contre le poison de l’élément étranger… Mais il est utile que l’idée d’une guerre maintienne la fièvre, ravive le sentiment patriotique et le besoin d’activité35.

38L’attaque est féroce. C’est par le Musée alsacien et la RAI (Lüdtke n’ajoute jamais illustrée), surtout les Cahiers alsaciens, que Bucher a tissé sa toile. À propos du comité de la revue, ce dernier avait noté dans le brouillon d’une lettre : « Je tiens beaucoup à ce que la liste des membres ne contienne que des Alsaciens dont le nom est coté dans le pays ou chez les Français. »

  • 36 . Effectivement, Spindler et ses amis n’approuvaient pas la nouvelle ligne suivie par Bucher.
  • 37 . X (Lüdtke), La propagande française…, op. cit., p. 13, 16, 19, 20, 21-23 et 26.

39Autre reproche de Lüdtke : Bucher a encouragé l’œuvre de l’écrivain nationaliste Maurice Barrès en recommandant notamment la lecture d’Au service de l’Allemagne. Dans ses chroniques, il vantait uniquement les succès alsaciens en France et orientait la RAI « dans une tout autre direction et avec de tout autres buts que ceux de ses fondateurs36. » Les conférences organisées en français, comme celle de l’homme de théâtre Édouard Vierne en 1908, officiellement humanitaire pour venir en aide aux victimes du tremblement de terre en Sicile et en Calabre, étaient en fait « des critiques générales contre le pouvoir allemand ». Son travail de sape a consisté à fournir des renseignements à l’ambassade de France à Berlin, à être l’homme de confiance de nombreux périodiques français pour leur propagande. Son réseau d’influences était chargé de raviver la flamme de la France en Alsace par « les romans des provocateurs » (Maurice Barrès, René Bazin, les Régamey) et par les Alsaciens de Paris37.

  • 38 . Ibid., p. 9 et 31. Anne-Doris Meyer, Au service de l’Alsace. Lettre d’Hugo Haug à Henri Albert (1 (...)

40Lüdtke critique également l’amitié de Bucher pour Henri Albert (1868-1921), de son vrai nom Henri Albert Haug, frère de Hugo Haug, secrétaire de la Chambre de commerce de Strasbourg, et oncle de Hans Haug, le conservateur en chef des Musées de Strasbourg après la Première Guerre mondiale. Homme de lettres, journaliste et germaniste, Henri Albert était critique littéraire au Mercure de France et tenait la rubrique Lettres alsaciennes dans le Journal des Débats. Il a fondé le Messager d’Alsace-Lorraine en 1903, qui se voulait être la voix française de la bourgeoisie francophile alsacienne. Mais cet ami de Maurice Barrès est aussi l’écrivain et traducteur du philosophe allemand Friedrich Nietzsche, qu’il a fait connaître en France, notamment Ainsi parlait Zarathoustra en 1898, et qui a joué un rôle d’intermédiaire entre les cultures française et allemande38.

41Pour Lüdtke, la RAI et le Musée alsacien constituaient « les deux pierres angulaires » de l’action de Bucher et il conclut :

  • 39 . X (Lüdtke), La propagande française…, op. cit., p. 31.

C’est ainsi que pendant les dix années qui précédèrent la guerre, on mina politiquement les gens, sous le couvert d’aspirations artistiques et littéraire, avec une méthode sûre et un succès croissant. À côté de cette propagande, et d’une valeur égale à la sienne, on se servit du culte du passé comme d’un moyen apte à influencer profondément l’âme sensible d’une population durement éprouvée par les révolutions de l’histoire. La France et ses amis établis en Alsace et en Lorraine ont méthodiquement et sans relâche travaillé à la guerre de revanche. Le groupe de la « Revue alsacienne » s’est mis avec un zèle tout particulier au service de cette idée, et il a rassemblé avec beaucoup d’habileté, pour en réunir les effets, toutes les aspirations qui s’y tendaient39.

  • 40 . Il était le beau-père de Paul Imbs, professeur de philologie romane, académicien et concepteur du (...)

42L’historien peut se poser la question de l’influence de cette revue bilingue, publiée entre 1899 et 1914, ouvrage de qualité tant pour le fond que la forme, dont l’objectif était d’étudier l’histoire de l’Alsace, l’ethnologie, les monuments, l’art populaire et le mouvement artistique de l’époque, etc. Dans son Journal 1889-1941, Joseph Wilhelm, professeur et directeur de l’École normale (Lehrerseminar) d’Obernai avant la guerre, rapporte ce propos de Spindler le 27 mars 1931 (p. 128) : les deux premiers numéros auraient été tirés à 350 exemplaires40. Bucher avait tout fait pour évincer les abonnés allemands de la Revue, surtout lue à Paris dans les milieux nationalistes. Par ailleurs, quels Alsaciens étaient capables de comprendre la langue de Molière ? Essentiellement ceux de la bourgeoisie cultivée.

43L’éditeur Lüdtke discrédite indirectement le docteur Bucher en rappelant l’opposition de certains de ses amis au Théâtre alsacien. Il publie la lettre de protestation de Paul Schneegans, rédacteur de la revue L’Étoile de l’Est le 29 septembre 1901. Celui-ci refuse d’assister à un spectacle de la troupe du Théâtre alsacien de Strasbourg (TAS) à Nancy :

Elle s’est livrée à une démonstration aussi déplacée qu’écœurante en allant à Berlin donner des représentations de son répertoire... Berlin était la dernière ville où une troupe alsacienne pût aller porter l’idiome alsacien (auquel les Berlinois n’ont, d’ailleurs, rien dû comprendre) et les costumes alsaciens. C’était plus qu’un manque de tact : un manque de dignité et une honte.

44En outre, les dames en costume alsacien ont assisté à une séance du Reichstag où elles ont été applaudies par les députés allemands. La sentence est sans appel pour Schneegans :

  • 41 . X (Lüdtke), La propagande française…, op. cit., p. 16‑18. Reproduction photographique de la lettr (...)

Ceux et celles qui se sont prêtés à cette ignominie, qui ont fourni ce triomphe au parlement allemand, et qui s’en sont allés ainsi galvauder le costume alsacien à Berlin, n’ont plus rien à faire dans une ville française. Il faudrait que nous n’ayons plus une goutte de sang dans les veines pour les accueillir autrement qu’à coup de sifflets et de pommes cuites41.

  • 42 . Dans le manuscrit original et L’Alsace pendant la guerre à la date du 30 juillet 1914 (p. 32), il (...)

45Le 10 mai 1918, Spindler, après avoir acheté la brochure, rend visite à Lüdtke qui, gêné, reconnaît à mi-mots en être l’auteur. Pour se dédouaner, il admet avoir livré la plus grande partie du texte, mais estime n’être pas responsable de l’ensemble, car il n’a pas corrigé les épreuves, ne souhaitait pas la publication in extenso de certaines lettres et regrettait les attaques contre le docteur Dollinger et Henri Albert. Pour Spindler, Lüdtke a fait traîner en longueur la liquidation des entreprises littéraires de Bucher par peur d’être enrôlé et envoyé au front. À la certitude de l’éditeur que Bucher voulait provoquer un conflit, Spindler répond l’avoir vu trois jours avant la déclaration de guerre et qu’il envisageait de prendre du service dans un hôpital militaire allemand42. Avant de partir en France avec une petite valise, laissant une forte somme d’argent dans son coffre-fort, il avait voyagé dans le Pays de Bade. Curieux comportement pour un comploteur !

  • 43 . « Unsere Propagandalitteratur ist dagegen gehalten geradezu blöde, und verfehlt absolut ihren Zwe (...)

46Lüdtke reconnaît que son travail est une œuvre de littérature de guerre (Kriegslitteratur). En Suisse, il a pu constater la qualité de la propagande française : il a essayé de se mettre à son niveau, car « notre littérature de propagande est carrément stupide et manque absolument son but43 ».

47Aux reproches faits à Bucher d’avoir voulu développer la « double culture », Spindler répond que c’est le professeur et universitaire « vieil-allemand » Werner Wittich qui est l’auteur de l’expression. L’artiste conçoit la « double culture » comme un avantage pour les Alsaciens et rappelle que Goethe, étudiant à Strasbourg, Fischart traduisant Rabelais en allemand et Gottfried de Strasbourg faisant de même pour Tristan parlaient parfaitement l’allemand et le français, un peu « comme nos meilleurs bourgeois strasbourgeois ». Il évoque encore une visite à Saint-Léonard de Bruno Paul, le dessinateur du Simplicissimus, qui fut ravi d’entendre parler en haut-allemand, en français, puis en dialecte.

  • 44 . Journal de Charles Spindler, 10 et 11 mai 1918.
  • 45 . Bernadette Schnitzler, « Le Musée Alsacien : de la « Revue Alsacienne illustrée » au grand Musée (...)

48En fait, Spindler a l’impression après cet échange « que Lüdtke, tout en disant détester Bucher, a une profonde admiration pour son savoir-faire44 ». Après la guerre, ce denier connaîtra son heure de gloire. Engagé dans l’armée française, où il participe à des activités de renseignements dans son bureau de Réchésy (Territoire de Belfort), il est l’ami de Raymond Poincaré, président de la République, et de Georges Clemenceau, président du Conseil. Après l’armistice, il recouvre ses droits comme les autres actionnaires, les ventes forcées de 1917 ayant été annulées et les sociétaires dédommagés. Avec leur accord, le nouveau conservateur Adolphe Riff obtient le maintien de la municipalisation du Musée et de ses objets qui ne sont pas dispersés. Commence alors une nouvelle ère, celle de l’inscription de l’édifice à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques (25 juin 1929), de l’ouverture de nouvelles salles et de l’enrichissement constant par de nouvelles collections45.

Haut de page

Notes

1 . Anne-Laure Rohe, L’Histoire du Musée alsacien de Strasbourg, mémoire de maîtrise sous la direction de François Igersheim, université Marc Bloch de Strasbourg, 2005, vol. 2, p. 72.

2 . Gisèle Loth, Un rêve de France. Une passion française au cœur de l’Alsace allemande, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2000.

3 . Philippe Dollinger et Jean-Yves Mariotte, notice « Léon Dollinger », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA), no 8, 1985, p. 682.

4 . Charles Spindler, L’Alsace pendant la guerre, 1re édition, Strasbourg, Imprimerie alsacienne, 1925, p. 408-419 ; 2e édition, s. l., Éditions Place Stanislas, 2008, p. 477-488.

5 . Charles Spindler, L’âge d’or d’un artiste en Alsace. Mémoires inédits 1889-1914, s. l., Éditions Place Stanislas, 2009, p. 187-197.

6 . Il existe une suite jusqu’en 1933 (1 300 pages). Jean-Marie Gyss, Charles Spindler mémorialiste : son Journal d’après-guerre (1919-1933), diplôme d’études approfondies sous la direction de François Igersheim, Université Marc Bloch de Strasbourg, 2005.

7 . Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), 5 MW 275 et 283 (Erster Geschäftsbericht der Liquidatoren der Firma Elsässisches Museum in Strassburg - 14 pages et 7 annexes). Anne-Laure Rohe, L’Histoire du Musée alsacien, op. cit., vol. 2, annexe 22.

8 . On appelle ainsi les Allemands ou leurs descendants, venus s’installer en Alsace à partir de 1871, par opposition aux Alsaciens d’origine.

9 . Bernadette Schnitzler, Robert Forrer (1866-1947), archéologue, écrivain et antiquaire, Strasbourg, Publications de la Société Savante d’Alsace en coédition avec les Musées de Strasbourg, « Recherches et documents, t. 65 », 1999.

10 . Liliane Châtelet-Lange, notice « Ernst Polaczek », in NDBA, no30, 1997, p. 3 031-3 032.

11 . Bernadette Schnitzler, Robert Forrer (1866-1947), op. cit., p. 113-119, avec notamment une illustration de Spindler page 118. Charles Spindler, L’âge d’or…, op. cit., p. 166‑167.

12 . « … Für mich ist die ganze Sache nur von einigen Drückebergern aufgewickelt worden, um sich von der Dienstpflicht zu drücken… Keinen anderen Grund als Direktor sämtlicher Strassburger Museen zu werden. »

13 . Étienne Martin, « Charles Spindler et le cercle de Saint-Léonard. Régionalisme et modernité », in Strasbourg 1900. Naissance d’une capitale, Paris, Éd. d’art Somogy et Musées de Strasbourg, 2000, p. 92-97. Christian Joschke, « Aspirations communautaires et réseaux transnationaux. Le cercle de Saint-Léonard dans le contexte européen », in Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930, Éditions des Musées de Strasbourg, 2017, p. 84-90. Site web :  www.cerclesaintleonard.com.

14 . S’agit-il de l’avocat Georges Schmoll (1867-1947), président du Consistoire israélite du Bas-Rhin à cette date ? Il n’est pas mentionné dans le compte-rendu du 20 janvier 1918, peut-être parce qu’il n’a pas été officiellement invité (AVES 5 MW 283).

15 . Déchus de leur nationalité.

16 . Dans d’autres documents, il est domicilié à Orbey.

17 . Les autres actionnaires, dont s’occupent les curateurs, sont nommés dans Anne-Laure Rohe, L’Histoire du Musée alsacien de Strasbourg, op. cit., vol. 2, p. 72‑73.

18 . « Durch wen, sind Sie denn zum Pfleger ernannt?
- Durch das Amtsgericht in Rosheim. »
Ils se consultent un moment et puis Fischbach dit :
« Diese allgemeine Pflegschaft ist aufgehoben durch die Spezialurkunde von Dr. Lüdtke. »

19 . « Ich protestire dagegen. Hier ist zunächst eine notarielle beglaubigte und ausgefertigte Urkunde im Namen der Herrn Moritz Oesinger und hier mit zwei Telegramme von der Herrn Léon und Ferdinand Dollinger aus Genf, die mir Ihre Vollmachten übertragen und hier ein Schreiben vom hiesigen Amtsgericht, welches die Pflegschaft aufhebt. »

20 . « So lange die Vollmachten nicht da sind, sind wir noch Pfleger und sind unsere Beschlüsse rechtskräftig. »
Forrer essaye de temporiser :
« Ich verstehe nichts von diesen Rechtsfragen, aber meines Erachtens haben wir doch eine moralische Verpflichtung diese Vollmachten abzuwarten. »

21 . « Ja, ja, die beiden Herren sollen das Museum nur gut verwalten. Ich bin ganz damit einverstanden. »

22 . Charles Spindler utilise l’orthographe apprise pendant sa scolarité et ne tient pas compte de la réforme du début du XXe siècle. Il ajoute souvent la lettre h qu’on trouve dans des formes plus anciennes : Rath, Werth, Eigenthum, Landesverräther

23 . « … über eine Persönlichkeit die es als ihre Lebensaufgabe betrachtete den Hass gegen alles Deutsche zu predigen… »

24 . « … in welchem dieser als ein Mann dahin gestellt wird, der schon von Kindesbeinen an die Idee der Revanche verfochten hat. »

25 . « Es frägt sich nun ob anstatt der Stadt nicht der Staat ein grösseres Interess hätte an der Erhaltung eines Museums welcher schliesslich nicht so sehr die Eigenart städtlicher als vielmehr ländlicher Einrichtungen zu bewahren sucht. »

26 . Le compte-rendu n’en tient pas compte puisqu’il évoque un vote « à l’unanimité ». Anne-Laure Rohe, L’Histoire du Musée alsacien de Strasbourg, op. cit., vol. 2, p. 73.

27 . En fait, s’il n’a pas assisté à la première séance du 3 novembre 1902, il a participé à la deuxième assemblée générale du 15 mai 1903.

28 . Anne-Laure Rohe, L’Histoire du Musée alsacien de Strasbourg, op. cit., vol. 2, p. 78-79 et 82, ainsi que les annexes 22 à 26.

29 . « Herr Charles Spindler hat gesagt: « Die Lösung, die ich vorgeschlagen habe, wäre ideal. »

30 . Bernadette Schnitzler, Robert Forrer (1866-1947), op. cit., p. 151.

31 . Charles Spindler, L’âge d’or…, op. cit., p. 195.

32 . Journal Charles Spindler, 14 et 29 mars, 29 avril, 22 juillet 1916 et 21 janvier 1917.

33 . X (Lüdtke), La propagande française en Alsace-Lorraine, Berne, éd. Ferd. Wyss, 1918. Consultable à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg sous la cote M. 118 144. Charles Spindler, L’âge d’or…, op. cit., p. 195. Voir la version en allemand dans l’article : « Pierre Bucher der «Apostel» französischer Propaganda im deutschen Elsass », Elsass-Lothringische Mitteilungen, no14, 4 avril 1928, p. 188-189. Je remercie Nicolas Stoskopf de m’avoir communiqué ce document.

34 . Charles Spindler, L’âge d’or…, op. cit., p. 193 explique que Bucher n’a jamais eu de « parent mort en 1870 », mais a emprunté le costume chez Haberkorn.

35 . X (Lüdtke), La propagande française…, op. cit., p. 6 et 23‑25.

36 . Effectivement, Spindler et ses amis n’approuvaient pas la nouvelle ligne suivie par Bucher.

37 . X (Lüdtke), La propagande française…, op. cit., p. 13, 16, 19, 20, 21-23 et 26.

38 . Ibid., p. 9 et 31. Anne-Doris Meyer, Au service de l’Alsace. Lettre d’Hugo Haug à Henri Albert (1904-1914), Strasbourg, Publications de la Société Savante d’Alsace en coédition avec les Musées de la Ville de Strasbourg, « Recherches et documents, t. 81 », 2010, p. 17-19. Id., « Albert, Henri », in Roland Recht et Jean-Claude Richez (dir.), Dictionnaire culturel de Strasbourg : 1880-1930, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2017, p. 24. Charles Spindler, L’âge d’or…, op. cit., p. 197.

39 . X (Lüdtke), La propagande française…, op. cit., p. 31.

40 . Il était le beau-père de Paul Imbs, professeur de philologie romane, académicien et concepteur du Trésor de la Langue française. Je remercie Anne-Marie Obermuller, petite fille de Joseph Wilhelm, de m’avoir communiqué ce document.

41 . X (Lüdtke), La propagande française…, op. cit., p. 16‑18. Reproduction photographique de la lettre p. 54‑55. À cette époque, le TAS est dirigé par un « Vieil-Allemand », Jules Greber.

42 . Dans le manuscrit original et L’Alsace pendant la guerre à la date du 30 juillet 1914 (p. 32), il est question d’un lazaret strasbourgeois.

43 . « Unsere Propagandalitteratur ist dagegen gehalten geradezu blöde, und verfehlt absolut ihren Zweck. »

44 . Journal de Charles Spindler, 10 et 11 mai 1918.

45 . Bernadette Schnitzler, « Le Musée Alsacien : de la « Revue Alsacienne illustrée » au grand Musée régional des Arts et Traditions populaires », in Des collections entre France et Allemagne. Histoire des Musées de Strasbourg, Strasbourg, Éd. des Musées de la Ville de Strasbourg, 2009, p. 170-175.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Gyss, « La dissolution du Musée alsacien (20 janvier 1917) d’après le Journal de Charles Spindler »Revue d’Alsace, 148 | 2022, 253-270.

Référence électronique

Jean-Marie Gyss, « La dissolution du Musée alsacien (20 janvier 1917) d’après le Journal de Charles Spindler »Revue d’Alsace [En ligne], 148 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5508 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.5508

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Gyss

Professeur agrégé d’histoire et de géographie e.r., titulaire d’un DEA en histoire

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search