Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149Alsace ou Alsaces ? Ligne de part...L’histoire de l’Alsace, entre sci...

Alsace ou Alsaces ? Ligne de partage, histoire partagée

L’histoire de l’Alsace, entre science et engagement

Regional history: a scientific vs a committed approach
Regionale Geschichte zwischen Wissenschaft und Engagement
Marie-Claire Vitoux
p. 11-27

Résumés

Le champ de l’histoire d’Alsace est devenu au début du XXIe siècle un champ de bataille entre historiens « régionalistes » et historiens qualifiés de jacobins. La communication explique l’émergence et la radicalisation récente du débat sur l’identité alsacienne dans un contexte marqué par l’accélération du déclin de la culture alsacienne et par la crise démocratique. Elle analyse l’émergence d’une conception essentialiste de la culture alsacienne confondue avec l’affirmation d’une identité régionale propre et l’oppose à l’analyse historienne qui insiste sur la construction dans le temps de cette culture et de cette identité. Enfin, la communication rappelle les conditions méthodologiques et déontologiques qui permettent de rendre compatibles la science historique et l’engagement citoyen.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Éric Ettwiller, « Unsri Gschicht ou la reconquête des mémoires », Dominique Rosenblatt et Géra (...)
  • 2 Smaïn Laacher, La France et ses démons identitaires, Paris, Hermann, 2021, p. 8.

1Depuis quelques années, le monde des historiens de l’Alsace s’est clivé de façon dramatique. Le débat et la critique ont laissé la place à l’anathème et les universitaires, dont je fais partie, sont voués aux gémonies1. De plus, cette nouvelle Historikerstreit ne se déroule pas derrière les portes insonorisées des palais universitaires mais se déploie dans l’agora de la cité. L’appel à contributions pour le colloque qui nous réunit caractérise les deux courants historiques en présence par rapport à la référence nationale : les historiens seraient soit « régionalistes » soit « jacobins ». Cette lecture pose directement la question de l’engagement du « sachant » dans la vie de la Cité. C’est cette question des conditions de compatibilité entre la science historique et l’engagement citoyen que cette communication aborde, en s’efforçant, comme le sociologue Smaïn Laacher, « […] d’intervenir dans le débat public sans céder à la prise de position normative ou la leçon inspirée du haut de la science2 ».

2Dans un premier temps, sera proposée une contextualisation de ce clivage historiographique (Pourquoi maintenant ? D’où vient cette urgence ?). Dans un second temps, il faudra tenter de repérer les éléments de discussion, voire d’opposition, entre les récits historiques produits sur l’Alsace. Enfin, seront précisées les conditions nécessaires pour que l’histoire-science puisse être compatible avec l’engagement citoyen.

Contours et contexte de l’histoire régionale

  • 3 Les principaux auteurs sont Michel Krempper, Bernard Wittmann, le Collectif Unsri Gschicht présidé (...)
  • 4 https://www.unsrigschicht.org/page/2329560-accueil, consulté le 10 juin 2023. Dans l’année qui a su (...)
  • 5 Dominique Rosenblatt et Gérard Schaffhauser (dir.), Rupture et transmission, op. cit.

3Depuis les années 2010, la production éditoriale sur l’histoire régionale alsacienne s’est déployée de façon impressionnante. Beaucoup de ces ouvrages émanent d’historiens qui adoptent un positionnement militant de valorisation de l’histoire germanique de l’Alsace3. Ils se démarquent et dénoncent d’autres auteurs qu’ils qualifient de « jacobins », tout particulièrement les professeurs Alfred Wahl et Georges Bischoff. Dans cette mouvance, deux groupes se dessinent nettement : d’une part des militants régionalistes s’affirmant historiens comme Bernard Wittmann, Jean-Claude Streicher ou Michel Krempper et, d’autre part, des historiens formés par l’université, souvent titulaires d’un Master de recherche, voire d’un doctorat, comme Éric Ettwiller ou François Waag. La nature des ouvrages produits par les deux groupes est très différente. Les auteurs engagés publient essentiellement chez un éditeur autonomiste breton. Leurs ouvrages sont à destination du grand public tant par le type d’écriture que par la nature de leurs productions en format « livre de poche ». L’association Unsri Gschicht, créée par Éric Ettwiller en janvier 2019, tient un site très actif, graphiquement réussi4, où les textes relèvent du militantisme régionaliste mais organise également des colloques et publie des articles dans des ouvrages de type universitaire5. Ainsi, le clivage que veulent imposer les historiens engagés entre « historiens régionalistes » et « historiens jacobins » en cache un autre, bien plus important : l’opposition entre les différents récits sur le passé de l’Alsace se situe surtout entre historiens de métier, ayant en commun d’avoir été formés aux méthodes et à la déontologie de la recherche, et historiens autodidactes. Même si des historiens de métier se sont engagés aux côtés des historiens militants, leurs discours ne sont pas de même nature que ceux des historiens autodidactes et ne peuvent donc pas être discutés de la même manière.

  • 6 Dans un article paru dans Land und Sproch en 2021 et intitulé « Quelle culture historique pour les (...)

4Certains événements et acteurs retiennent l’attention de ces historiens de l’Alsace, tous en lien avec la relation entre la province et le royaume / la nation. Ainsi, sont plus particulièrement réexaminés la conquête de l’Alsace par Louis XIV, la période du Reichsland, le retour de l’Alsace à la France en 1918 ainsi que l’entre-deux-guerres qui connut un puissant développement du mouvement autonomiste. Quant aux personnages historiques sortis de l’ombre, il s’agit quasi exclusivement des autonomistes de l’entre-deux-guerres. Si les premiers ouvrages remettent en lumière des personnages qui ne furent jamais soupçonnés de collusion avec le nazisme comme Jean Keppi (Bernard Wittmann en 2014) ou encore Camille Dahlet (Pierre Klein en 2015), les années suivantes voient la « réhabilitation » d’acteurs controversés, Joseph Rossé (Michel Krempper en 2016) et Karl Roos (Bernard Wittmann en 2021). Sans pouvoir développer ce point ici, il faut noter que c’est bien l’Allemagne et non l’espace alémanique dans sa globalité qui focalise l’attention de ces historiens. Il y a probablement là une différence majeure avec les linguistes qui incluent la langue alsacienne dans l’espace linguistique alémanique. La motivation première de ces travaux historiques est en effet la question nationale : il s’agit pour eux de dénoncer la négation de l’appartenance de l’Alsace à l’histoire allemande ou la confusion entre germanité et nazisme6.

  • 7 Georges Bischoff, Pour en finir avec l’histoire d’Alsace, Pontarlier, éditions du Belvédère, 2015.

5Les dates de parution des ouvrages des historiens régionalistes insèrent leurs travaux dans le contexte politico-intellectuel français du début du XXIe siècle. Dès 2011, la commémoration du centenaire de la constitution de 1911 redynamise la revendication culturelle et politique autonomiste. En 2013, l’échec du référendum qui proposait la création d’une collectivité européenne d’Alsace regroupant les deux départements est une immense déception pour les régionalistes. Déception surmultipliée par la création en 2015, « sur un coin de table à Paris », de la région Grand Est : les régionalistes ressentent cette région dans laquelle, à leurs yeux, l’Alsace disparaît, comme la dernière étape de décennies de politique jacobine centralisatrice. La même année, l’historien médiéviste Georges Bischoff publie une étude sur la construction historique de l’Alsace, Pour en finir avec l’histoire d’Alsace7. Ce titre, volontairement provocateur mais à prendre, c’est une évidence, au second degré, a déclenché une violente condamnation : le champ de l’histoire d’Alsace devient alors un champ de bataille. Les historiens « régionalistes » y déploient une énergie remarquable en se radicalisant. Pour ne prendre qu’un seul exemple de cet état d’esprit, relisons la lettre datée de mars 2021 envoyée par le président d’Unsri Gschicht au président de la Collectivité européenne d’Alsace :

  • 8 Publiée dans Land und Sproch, mars 2021 p. 19.

[…] Nous faisons tous le terrible constat de la disparition de l’allemand dialectal au sein des plus jeunes générations, qui maîtrisent également de moins en moins l’allemand standard, aussi appelé Hochdeutsch… Pour Unsri Gschìcht, l’explication se trouve dans la falsification de l’histoire de l’Alsace par un ensemble d’acteurs – Université, Éducation nationale, associations patriotiques, presse régionale – depuis 1918. L’objectif de cette politique délibérée et assumée est de nier le caractère germanique de notre culture8.

6L’association exprime ici tout à la fois une immense inquiétude et le sentiment d’une double urgence à agir. D’une part, les Alsaciens dialectophones ont douloureusement conscience de l’accélération de la disparition de la langue et de la perte des références culturelles propres à la région. Comme la Provence ou le Languedoc l’ont montré depuis les années 1970, le déclin de l’usage de la langue signe la disparition d’une culture régionale séculaire. Lorsqu’Amadou Hampâté Bâ lance à la tribune de l’Unesco à la fin des années 1960, « en Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle », il nous dit quelque chose du grand danger dans lequel se trouvent la langue et la culture alsaciennes. Est-il besoin de rappeler que la disparition de quelque culture que ce soit appauvrit l’humanité entière ?

  • 9 Voir la synthèse d’Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Europe, XVIIIe-XXe siè (...)
  • 10 Impossible ici de développer. Rappelons seulement la création de la première internationale sociali (...)
  • 11 L’église catholique a été profondément bouleversée par les mouvements révolutionnaires qui se déplo (...)
  • 12 Voir Marie-Claire Vitoux, « Identité nationale, identité alsacienne : ce qui se joue depuis 1870 », (...)
  • 13 François Waag retrace l’historique des historiens « autonomistes » depuis les années 1970 dans « Un (...)

7La seconde urgence, c’est l’urgence démocratique. L’engagement citoyen des historiens « régionalistes » est affirmé, voire proclamé : il s’agit de redonner au « peuple » alsacien les clefs de son destin. L’aube du XXIe siècle est de fait le quatrième moment d’un « désir d’Alsace ». À la fin du XIXe siècle, l’identité nationale devient une composante essentielle de l’identité de soi, le « nous » national rassemble9. Or, l’affirmation dans toute l’Europe des identités nationales provoque l’émergence de deux autres identités, au niveau infranational, donc régional (on pense au Félibrige en Provence ou à la Bretagne) et au niveau supranational, avec les internationales socialiste10 et catholique11. En Alsace, le rattachement à l’Allemagne au moment même où celle-ci proclame son unité favorise la création d’une identité régionale particulièrement solide qui se traduit tant culturellement que politiquement dans le Reichsland12. En 1919, quand prend fin « l’éblouissement tricolore », débute une seconde période qui voit le « malaise alsacien » se transformer en « crise autonomiste ». Un troisième moment s’ouvre avec la crise de la France gaulliste et mai 68. Les deux décennies qui suivent sont celles de la contestation de la centralisation politique et administrative, de l’exigence de démocratie locale et d’autogestion dans l’entreprise (l’affaire Lip à Besançon), de respect des spécificités régionales (le volem viure al pais du Larzac13). C’est cette revendication démocratique qui s’exprime à nouveau en Alsace depuis la décennie 2010 en étant indissociable de l’affirmation de la spécificité linguistique, culturelle et historique de la région.

8L’engagement citoyen des historiens de l’Alsace est donc un fait historique. Dès lors, il peut devenir un objet d’histoire. Après l’avoir contextualisé, il est possible de l’examiner de l’intérieur pour en comprendre les logiques et en cerner les éventuelles limites.

Qui empêche l’histoire de l’Alsace ?

  • 14 Voir en particulier Suzanne Citron, Le mythe national : l’histoire de la France en questions, Ivry- (...)

9Le président d’Unsri Gschicht, dans la citation supra, dresse la liste des adversaires de l’Alsace : « Université, Éducation nationale, associations patriotiques, presse régionale ». La charge est rude : la situation dramatique dans laquelle se trouve la culture alsacienne serait la conséquence d’une « politique délibérée et assumée », ajoutons multiséculaire, de « falsification de l’histoire de l’Alsace ». Or, l’amalgame ainsi effectué provoque une dommageable confusion des acteurs et des discours qu’ils produisent. Sont ainsi mélangées la connaissance historique élaborée par des historiens de métier et l’histoire enseignée dans le primaire et dans le secondaire. Bien évidemment et heureusement, les programmes d’enseignement prennent en compte les avancées de la recherche historique. Il n’en reste pas moins que les deux discours sur le passé, celui de la recherche et celui de l’enseignement, ne sont pas de même nature ni de même finalité. Dans tous les pays se réclamant de la démocratie pluraliste et quelle que soit la nature centralisée ou fédérale de leur organisation administrative et politique, l’enseignement de l’histoire vise à donner une histoire commune aux futurs citoyens de la nation. En France, si la IIIe République a suscité l’émergence d’un « récit national » hagiographique sanctifiant la mission civilisatrice de la France des Droits de l’Homme et, dans son sillage, légitimant la disparition des cultures régionales14, les dernières décennies du XXe siècle ont vu l’enseignement de l’histoire changer de focale, intégrer des points de vue différents (petites patries…) et critiques (en particulier sur la colonisation, sur la mondialisation, etc.). L’accusation portée par les historiens « régionalistes » contre un enseignement gangréné par le « récit national » est donc injustifiée et, il faut bien le dire, injuste pour les collègues du Secondaire qui s’efforcent de fournir à leurs élèves, futurs citoyens, les clefs de compréhension du passé et des enjeux géopolitiques mondiaux.

  • 15 Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, SEVPEN, 1960.
  • 16 Pierre Deyon, Amiens, capitale provinciale : étude sur la société urbaine au XVIIe siècle, Paris, M (...)
  • 17 Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Paysans de Languedoc, Paris, SEVPEN, 1966.

10Certes, la part de l’enseignement consacrée à l’histoire régionale est faible. Si cette constatation peut être partagée par tous les historiens de l’Alsace, l’explication de cet état de fait ne l’est pas. Il ne s’agit pas d’une volonté délibérée de la République jacobine, encore moins des historiens dits jacobins, de faire disparaître les cultures régionales. Là encore, les programmes de l’enseignement secondaire se modifient en fonction des nouveaux questionnements de la recherche historique. Ainsi, dans les années 1960, en lien avec la redécouverte et l’affirmation des cultures régionales, de grandes thèses d’histoire avaient été consacrées à des espaces régionaux : Pierre Goubert traitait dans sa thèse d’État du Beauvaisis à l’époque moderne15, Pierre Deyon d’Amiens au XVIIe siècle16, Emmanuel Le Roy Ladurie des paysans du Languedoc17. Une génération plus tard, la recherche historique a changé d’échelle, elle se veut globale, comparative et pluri-scalaire. L’histoire des femmes, l’histoire de la guerre, le couple (souvent infernal) histoire-mémoire, l’histoire de la civilisation matérielle constituent quelques-unes des pistes de recherche qui sautent par-dessus les frontières locales, régionales et même nationales.

  • 18 Jean-Paul Sorg, « La guerre de 1870 pour l’Alsace, traumatismes et résiliences », Dominique Rosenbl (...)

11Il est par ailleurs impossible de valider la clef d’explication de cet état de fait qui repose sur une essentialisation des acteurs, contraire au processus même de la compréhension historienne. Sur la scène de la recherche en histoire de l’Alsace, si l’on en croit les historiens « régionalistes », deux acteurs, et seulement deux, seraient dans le jeu : l’Alsace et l’État français. Ce sont les deux incarnations du « nous » et « eux » dont les historiens « régionalistes » affirment qu’elles seraient pluriséculaires. À leurs yeux en effet, l’Alsace en tant que territoire d’un peuple partageant une même culture existe depuis des siècles. Comme l’affirme Jean-Paul Sorg : « C’est que l’usage naturel d’un dialecte allemand donnait une identité immédiate et comme organique à la population alsacienne qui formait par là-même un peuple original distinct, debout sur un fond linguistique permanent, sur d’épaisses fondations de granit18 ».

  • 19 https://fr.wikipedia.org/wiki/Culture, consulté le 31 décembre 2021.
  • 20 Voir Marie-Claire Vitoux, « L’Alsace, zone de métamorphisme de contact », Dominique Rosenblatt et G (...)
  • 21 Marie-Christine Fourny, Identités et dynamiques territoriales. Coopération, différenciation, tempor (...)
  • 22 C’est bien la thèse d’Anne-Marie Thiesse qui prend la suite des travaux déjà anciens de Benedikt An (...)
  • 23 Marc Ferro, Le ressentiment dans l’histoire. Comprendre notre temps, Paris, Odile Jacob, 2007. Cynt (...)

12Or, cette essentialisation du « nous » alsacien confond culture et identité. Pour reprendre la définition de l’Unesco19, « la culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels, matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social […]. Cet ensemble de références évolue dans le temps grâce aux rencontres et aux échanges20 ». Aucun historien universitaire, ni d’ailleurs aucun citoyen de bonne foi, n’a jamais mis en doute le caractère germanique de la culture alsacienne : cette croyance des historiens « régionalistes » est erronée. Ce qui doit être questionné en revanche, c’est la non-différenciation que ces historiens opèrent entre culture et identité. « Identité » est un mot-valise et piégeux. Afin de rester dans le champ défini par les historiens « régionalistes » eux-mêmes pour lesquels l’identité est forgée par la fabrication d’une culture à l’intérieur d’un espace géographique délimité, il est possible de retenir la définition des géographes pour lesquels l’identité territoriale est définie comme « la modalité à partir de laquelle une société fonde la conscience de sa singularité en la référant à un espace qu’elle institue sien21 ». Ainsi, une culture propre à une population ne produit une revendication d’identité que par un processus de « prise de conscience ». Ce phénomène aurait été, si l’on reprend l’affirmation de Jean-Paul Sorg, un mouvement insensible et donc une réalité multiséculaire. Pour d’autres historiens, l’émergence de l’identité alsacienne survient dans le contexte particulier de la fin du XIXe siècle, celui de la revendication de souveraineté populaire et nationale22. La population qui vivait en Alsace et qui baignait dans une culture germanique pendant la terreur exercée sur elle par Turenne ne partageait donc pas une identité alsacienne. L’État français, le second acteur de la scène alsacienne, est, sous la plume des historiens « régionalistes », systématiquement jacobin, centralisateur et assimilationniste. Pour eux, ce caractère de l’État français est atemporel, peu importent les mutations de son fonctionnement sur deux siècles (les lois de décentralisation de 1981 par exemple), la diversité des courants intellectuels et politiques qui traversent les partis de droite et de gauche, les politiques culturelles menées depuis les années 1980, la « mondialisation » culturelle qui affecte depuis plusieurs décennies les langues et les cultures française et européenne. La politique nationale serait depuis toujours intrinsèquement assimilationniste : le « nous » alsacien en serait depuis des siècles la victime. Le mot est prononcé, « victime ». Dans le récit régionaliste sur l’histoire d’Alsace, celle-ci aurait été en permanence victime de la violence militaire (Turenne) et politique depuis la conquête de Louis XIV (l’absolutisme) jusqu’à la réforme territoriale de 2015. S’il n’est pas question de nier ni l’extrême brutalité des armées louisquatorziennes, ni la maladresse dramatique des politiques administratives, religieuses et linguistiques des années 1920, ni la faute politique (pour employer un terme modéré) de la réforme de 2015, il n’est pas juste de voir à l’œuvre sur plusieurs siècles un État identique et immuable. Par ailleurs et probablement plus grave encore, comment peut-on réduire la « vie politique » de plusieurs siècles à une relation de bourreau à victime ? Cette analyse apparaît comme l’expression d’un ressentiment sans cesse ressassé, dangereux intellectuellement autant que démocratiquement contre lequel nous mettent en garde l’historien Marc Ferro et la philosophe Cynthia Fleury23.

13Enfin, cette vision essentialiste des acteurs de la scène politique et culturelle régionale et de leur relation entre en contradiction absolue avec la nature même de la science historique : l’histoire est intrinsèquement la science de la construction dans le temps et dans l’espace du monde des hommes. Afin de ne pas multiplier les citations, retenons la définition la plus récente du travail historien telle qu’elle nous est donnée par Johann Chapoutot dans l’entrée « Dé » de son dictionnaire de l’histoire :

  • 24 Johann Chapoutot, Les 100 mots de l’Histoire, Paris, PUF, Que sais-je?, 2021.

Dé- : De fait les historiens construisent beaucoup – c’est-à-dire qu’ils considèrent toute réalité sociale (la « nation France », le Code civil, la propriété,…) comme le produit d’une construction issue de l’interaction des volontés, d’intérêts et d’actions. Ce faisant, ils naturalisent (en le socialisant) tout ce que l’on a tendance à (faire) considérer comme naturel […], car invoquer la nature est le meilleur moyen de rendre une réalité indiscutable en la rendant nécessaire24.

  • 25 Georges Duby, L’histoire continue, Paris, éditions Odile Jacob, 1991.

14Réviser l’histoire d’Alsace est donc sans conteste salutaire (comme le proclamait l’historien Georges Duby, « l’histoire continue25 »). Les changements de focale vis-à-vis des acteurs et des événements permettent à la connaissance historique de s’enrichir : encore faut-il que ces travaux s’insèrent dans le champ historique défini par des méthodes et des principes élaborés de longue date et qui font de l’Histoire une science.

Les conditions d’une histoire à la fois scientifique et citoyenne

15En préliminaire à cette dernière étape de la réflexion, il est nécessaire d’insister sur le fait que les balises ici présentées, qui ne sont en fait que les « règles du métier », s’adressent à tous les historiens parce qu’elles sont les conditions pour que l’histoire soit tout à la fois scientifique et citoyenne.

16Pour démontrer que les deux courants historiographiques sont bien sur le même terrain, je reprends les termes d’Éric Ettwiller dans sa préface à la publication du colloque organisé par Unsri Gschicht sur 1870‑1871 :

  • 26 1870-71 en Alsace-Moselle, annexion ou libération ?, Unsri Gschicht, 2020, préface, p. 5. Cette vol (...)

[…] Les articles qui suivent ont été rédigés par des auteurs honnêtes et consciencieux, historiens de formation ou blanchis sous le harnais […] et rien n’est plus éloigné de leurs intentions qu’un projet de « réécriture » de l’histoire. Il s’agit, au contraire, de retrouver une histoire objective de la guerre de 1870 et de ses conséquences, dégagée des approches orientées et des mots biaisés qui enferment trop d’historiens dans un roman national dont ils ne perçoivent peut-être même pas qu’ils contribuent à sa perpétuation26.

17Ainsi, l’objectivité est garante de la qualité scientifique des contributions rassemblées dans la publication. Or, depuis que la prétention positiviste d’une histoire scientifique produite par des historiens objectifs et neutres a sombré au début du XXe siècle dans la réalité de leurs discours patriotiques, les différentes écoles historiques ont réfléchi aux conditions d’objectivité et de vérité de leurs productions intellectuelles. Johann Chapoutot résume en quelques lignes la quadrature du cercle :

  • 27 Johann Chapoutot, Les 100 mots de l’Histoire, op. cit.

Objectivité : Idéal régulateur indispensable à toute activité scientifique, qui désigne l’émancipation, par le sujet connaissant, de sa propre subjectivité. […]. Or, c’est bien là le problème majeur des sciences humaines, un humain travaille sur de l’humain. Quand on participe à son sujet à ce point-là, on n’est guère objectif au sens où l’on serait pleinement détaché et désengagé27.

  • 28 Ibid., entrée « véridicité ».

18Nous tous historiens et historiennes sommes des humains aux identités multiples et aux engagements nombreux. En conséquence, nous devons tous redoubler de vigilance, éventuellement « penser contre nous-mêmes », pour avancer sur la route vers le « dire-vrai », vers cette véridicité qui est « le critère ultime qui distingue l’histoire (au sens noble) de la fiction (au sens péjoratif) […]28 ». Nombreux sont d’ailleurs les historiens qui donnent des gages de leur scientificité en invoquant la phrase célèbre de Lucien Febvre, « une histoire qui sert est une histoire serve », en oubliant de citer la suite de la réflexion de l’historien :

  • 29 Ibid.

[…] Pour faire de l’histoire, tournez le dos résolument au passé, et vivez d’abord. […] Ne vous contentez pas de regarder du rivage, paresseusement, ce qui se passe sur la mer en furie. Dans le bateau menacé, ne soyez point Panurge qui se salit de mâle peur, ni même le bon Pantagruel qui se contente, en tenant le mât embrassé, de lever les yeux au ciel et de l’implorer. Retroussez vos manches, comme frère Jean. Et aidez les matelots à la manœuvre. Est-ce tout ? Non. Ce n’est même rien, si vous devez continuer à séparer votre action de votre pensée, votre vie d’historien de votre vie d’homme29.

  • 30 Pierre Nora, Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard (Bibliothèques des histoires), 1987. Maurice A (...)
  • 31 Nous rencontrons là, sans pouvoir la développer, la notion weberienne de « neutralité axiologique » (...)

19« Vie d’historien et vie d’homme » ne sont pas dissociables. Or, nous l’avons constaté, la décision d’emprunter la route si difficile et si ingrate parfois de la recherche historique est le plus souvent prise quand s’impose la conscience d’une blessure individuelle ou collective qui nous a été infligée. Travailler sur la Seconde Guerre mondiale permet de conjurer la souffrance d’un père incorporé de force comme travailler sur l’identité alsacienne permet d’agir dans la crise démocratique actuelle et contre la stigmatisation culturelle ressentie. C’est au courant des années 1980 que « l’ébranlement des repères classiques de l’objectivité historique et l’investissement du présent par le regard de l’historien » amènent Pierre Nora à créer l’exercice d’ego-histoire qui consiste à « expliquer, en historien, le lien entre l’histoire qu’on a faite et l’histoire qui vous a fait30 ». Pour un(e) historien(ne), cultiver en permanence la conscience de soi permet de trouver et conserver la bonne distance avec l’objet de sa recherche. C’est cette posture intellectuelle qui est la première condition de la qualité et donc de « l’utilité » du récit sur le passé produit par l’historien31.

  • 32 Ainsi, Michel Krempper, dans son ouvrage sur Mulhouse dans le Reichsland, écrit : « […] nous tenter (...)
  • 33 Johann Chapoutot, Les 100 mots de l’Histoire, op. cit.

20Une autre « objectivisation » de la démarche historienne concerne l’obligation d’explicitation de sa problématique. En effet, plusieurs des historiens « régionalistes » affirment que les faits parlent d’eux-mêmes32. Je laisse Johann Chapoutot réfuter cette affirmation : « un positivisme primaire a pu voir dans le fait et l’événement les petites briques dont on édifiait le récit historique, avant qu’une épistémologie plus éclairée n’admette que le fait est construit par la problématique de l’historien […]33 ».

  • 34 Voilà la courte synthèse que nous propose Johann Chapoutot (décidément fort sollicité !), Les 100 m (...)

21L’objectivité de l’historien ne réside pas dans le recensement des faits mais bien dans l’explicitation de sa problématique, la présentation des archives et de la littérature secondaire mobilisées34. Or, comment ne pas être frappés par l’indigence des bibliographies de certains ouvrages d’histoire régionale parus récemment ? Même si ces livres sont des livres grand-public faisant la synthèse de travaux antérieurs et ne nécessitant pas de recourir aux archives, choisir volontairement de ne citer que des auteurs non-historiens et d’omettre systématiquement les travaux d’historiens ayant travaillé sur les sources révèle que la démarche militante l’emporte là sur l’honnêteté intellectuelle.

  • 35 Alexandre Berbett, Eugène Ricklin (1862-1935), un chef autonomiste alsacien, Mulhouse, JdM, 2018.
  • 36 Johann Chapoutot, Les 100 mots de l’Histoire, op. cit.

22Un dernier balisage est nécessaire pour délimiter le champ de la recherche historique : à l’opposé des historiens « régionalistes », il faut affirmer la radicale différence entre le discours historien et celui de la réhabilitation. Les études consacrées aux militants autonomistes de l’entre-deux-guerres affirment haut et fort leur volonté d’en finir avec la damnatio memoriae dont ils sont victimes. Braquer les projecteurs sur des acteurs mal connus voire méconnus est en soi faire acte d’historien. Par contre, confondre science historique et réhabilitation morale et judiciaire est contreproductif. En effet, seule une analyse historique respectant la déontologie et la méthodologie scientifique de la discipline non seulement permet de faire sortir de l’oubli des acteurs importants de l’histoire mais aussi de redonner toute sa valeur à leur action. Ainsi en va-t-il de l’étude d’Alexandre Berbett sur Eugène Ricklin35. À l’opposé, se donner pour but premier de réhabiliter Joseph Rossé ou Karl Roos en occultant la complexité du contexte dans lequel ils ont agi, en triant dans les sources celles qui nourrissent la thèse et en choisissant une écriture de l’attaque et de l’exagération, transforme ces récits en pamphlets. Le récit de réhabilitation, qu’elle soit morale ou judiciaire, dresse un tableau en blanc et noir, il y a la victime (alsacienne) et le bourreau (l’État français). Le récit historien permet au contraire de sortir de la simplification moralisatrice, il analyse les jeux complexes des acteurs et des facteurs (économiques, sociaux, politiques, culturels, etc.) qui forment le contexte fabriquant l’événement ou le moment historique. Il s’efforce de comprendre comment se combinent les différents facteurs ; il tente de reconstituer le pourquoi et le comment d’un événement. Ce travail de déconstruction par l’historien de la réalité passée permet à ses lecteurs qui sont des citoyens de réutiliser ces matériaux pour bâtir une nouvelle histoire. Le travail historique de dé-complexification du passé redonne du pouvoir d’agir aux citoyens. C’est ce que dit avec justesse Johann Chapoutot à la fin de son entrée « Dé » citée plus haut : « rationalistes en diable, les historiens participent donc activement de (et à) ce processus de senchantement du monde […]. On peut trouver que cela manque de poésie mais c’est une hygiène intellectuelle et morale bien réconfortante qui cille et fatalise en rouvrant les possibles36 ».

23La recherche historique accomplie selon les règles du métier permet ainsi de maîtriser la complexité du passé. Elle autorise alors des évaluations et des interprétations du passé qui peuvent être divergentes et donc nourrir des débats scientifiques fructueux : là encore, « l’histoire continue ». Mais il faut affirmer que la qualité de l’analyse du passé est la condition sine qua non de la qualité des leviers mis à disposition des citoyens actifs pour agir sur le présent.

  • 37 Louis Pinto, « Neutralité axiologique », science et engagement : une lettre de Pierre Bourdieu », S (...)

24Cette étude espère avoir démontré que l’engagement et la science ne sont pas antinomiques, mieux qu’ils sont indissociables. Si l’on veut que les travaux sur l’histoire de l’Alsace permettent un engagement efficace en faveur de la culture alsacienne et de la démocratie, il faut que tous parlent la même langue dont la grammaire est disponible et n’a été ici que résumée. Il n’y a pas dichotomie entre scholarship et commitment… à une condition que Pierre Bourdieu précise37 : « il faut, pour être un vrai savant engagé, légitimement engagé, engager un savoir. Et ce savoir ne s’acquiert que dans le travail savant, soumis aux règles de la ‘communauté savante’ ».

Haut de page

Notes

1 Voir Éric Ettwiller, « Unsri Gschicht ou la reconquête des mémoires », Dominique Rosenblatt et Gérard Schaffhauser (dir.), Rupture et transmission. Histoire, langues et liminarités en Alsace depuis 1815, Lautenbach, Stockbrunna, 2020, p. 279-292 : « La recherche universitaire en histoire régionale contemporaine est plus ou moins formatée par le carcan du politiquement correct et a prouvé depuis longtemps sa déconnexion par rapport aux attentes de la société : recroquevillée sur une érudition bien ciblée, elle a laissé en friches de vastes champs d’étude, notamment le demi-siècle du Reichsland, le manque d’appétence faisant ici un tout avec le défaut croissant de compétences linguistiques. »

2 Smaïn Laacher, La France et ses démons identitaires, Paris, Hermann, 2021, p. 8.

3 Les principaux auteurs sont Michel Krempper, Bernard Wittmann, le Collectif Unsri Gschicht présidé par Éric Ettwiller, François Waag, Jean-Claude Streicher. Leur production éditoriale est trop abondante pour être ici présentée.

4 https://www.unsrigschicht.org/page/2329560-accueil, consulté le 10 juin 2023. Dans l’année qui a suivi le colloque Alsace-Alsace(s) de 2022, le comité d’Unsri Gschicht a été profondément remanié et le contenu du site modifié. Beaucoup des historiens non-professionnels et non formés à la méthodologie de l’histoire ont quitté leurs fonctions.

5 Dominique Rosenblatt et Gérard Schaffhauser (dir.), Rupture et transmission, op. cit.

6 Dans un article paru dans Land und Sproch en 2021 et intitulé « Quelle culture historique pour les Alsaciens du XXIe siècle ? », éric Etttwiller écrit : « S’aventurer dans cette mystérieuse période d’avant la guerre de 1870, ce serait remarquer que l’allemand n’était pas la « langue du voisin » mais le nom que les Alsaciens eux-mêmes donnaient à leur langue. Ce serait constater que les journaux étaient écrits en Hochdeutsch avant la prétendue « germanisation » par Bismarck et Guillaume II. Bref, ce serait comprendre que l’Alsace était culturellement allemande bien avant sa cession à l’Empire allemand ! ». Il dénonce « fermement la réduction délibérée de l’histoire de l’Alsace à la Seconde Guerre mondiale par toute une série d’acteurs qui délégitiment l’identité germanique de l’Alsace en l’associant au nazisme », https://www.unsrigschicht.org/page/1816997-land-un-sproch-octobre-2021, consulté le 10 juin 2023.

7 Georges Bischoff, Pour en finir avec l’histoire d’Alsace, Pontarlier, éditions du Belvédère, 2015.

8 Publiée dans Land und Sproch, mars 2021 p. 19.

9 Voir la synthèse d’Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Europe, XVIIIe-XXe siècles, Paris, Le Seuil (L’Univers historique), 1999.

10 Impossible ici de développer. Rappelons seulement la création de la première internationale socialiste (Association Internationale des Travailleurs) en 1864 et sa recréation en Internationale socialiste en 1889.

11 L’église catholique a été profondément bouleversée par les mouvements révolutionnaires qui se déploient en Europe après la Révolution française. Les nouvelles légitimités politiques (souveraineté populaire), la sécularisation inéluctable des sociétés, la perte des pouvoirs temporels du Pape avec la réalisation de l’Unité italienne, tout concourt à une redéfinition de la place et du pouvoir de Rome. En 1870, le dogme de l’infaillibilité pontificale consacre une réforme en profondeur de la relation entre la papauté et les églises nationales : c’est la centralisation vaticane et l’affirmation d’une internationale catholique.

12 Voir Marie-Claire Vitoux, « Identité nationale, identité alsacienne : ce qui se joue depuis 1870 », Jean-Pierre Rioux et Marcel Spisser (dir.), Souvenirs de la guerre de 1870-71, Strasbourg, éditions Candide, 2021, p. 131-150. Cet article est une version revue d’un article paru sous le même titre, Céline Borello et Airton Pollini (dir.), Questions d’appartenance. Les identités de l’Antiquité à nos jours, Paris, Orizons, 2014.

13 François Waag retrace l’historique des historiens « autonomistes » depuis les années 1970 dans « Une place pour Ricklin. La résurrection mémorielle des chefs autonomistes alsaciens (1970-2018) », Dominique Rosenblatt et Gérard Schaffhauser (dir.), Rupture et transmission…, op. cit.

14 Voir en particulier Suzanne Citron, Le mythe national : l’histoire de la France en questions, Ivry-sur-Seine, Les éditions ouvrières, 1987. Réédition en 2008 et 2017.

15 Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, SEVPEN, 1960.

16 Pierre Deyon, Amiens, capitale provinciale : étude sur la société urbaine au XVIIe siècle, Paris, Mouton & Co, 1967.

17 Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Paysans de Languedoc, Paris, SEVPEN, 1966.

18 Jean-Paul Sorg, « La guerre de 1870 pour l’Alsace, traumatismes et résiliences », Dominique Rosenblatt et Gérard Schaffhauser (dir.), Rupture et transmission, op. cit., p. 220.

19 https://fr.wikipedia.org/wiki/Culture, consulté le 31 décembre 2021.

20 Voir Marie-Claire Vitoux, « L’Alsace, zone de métamorphisme de contact », Dominique Rosenblatt et Gérard Schaffhauser (dir.), Frontière et hospitalité, questions alsaciennes, Lautenbach, Stockbrunna, 2022, p. 335-345.

21 Marie-Christine Fourny, Identités et dynamiques territoriales. Coopération, différenciation, temporalités, 2005, cité dans https://fr.wikipedia.org/wiki/Identit%C3%A9_(sciences_sociales), consulté le 31 décembre 2021.

22 C’est bien la thèse d’Anne-Marie Thiesse qui prend la suite des travaux déjà anciens de Benedikt Anderson, Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism paru en 1983 ou encore d’Eugen Weber, Peasants Into Frenchmen: The Modernization of Rural France, 1880-1914 paru en 1976 (traduction française, La Fin des terroirs, en 1983).

23 Marc Ferro, Le ressentiment dans l’histoire. Comprendre notre temps, Paris, Odile Jacob, 2007. Cynthia Fleury, Ci-git l’amer. Guérir du ressentiment, Paris, Gallimard, 2020.

24 Johann Chapoutot, Les 100 mots de l’Histoire, Paris, PUF, Que sais-je?, 2021.

25 Georges Duby, L’histoire continue, Paris, éditions Odile Jacob, 1991.

26 1870-71 en Alsace-Moselle, annexion ou libération ?, Unsri Gschicht, 2020, préface, p. 5. Cette volonté d’histoire objective et scientifique est affirmée en de multiples occasions.

27 Johann Chapoutot, Les 100 mots de l’Histoire, op. cit.

28 Ibid., entrée « véridicité ».

29 Ibid.

30 Pierre Nora, Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard (Bibliothèques des histoires), 1987. Maurice Agulhon, Pierre Chaunu, Georges Duby, Raoul Girardet, Jacques Le Goff, Michelle Perrot et René Rémond se prêtent à l’exercice. Je rappelle qu’une des questions posées par l’appel à communications pour ce colloque était ainsi formulée : « Enfin, dans quelle mesure le parcours individuel et l’histoire familiale des historiens influencent-t-ils leur vision de l’histoire de l’Alsace ? ». Je me suis moi-même soumise à cet exercice dans le séminaire du CRESAT, « Un itinéraire de recherche : entre hasard(s) et nécessité », Actes du CRESAT, 2015.

31 Nous rencontrons là, sans pouvoir la développer, la notion weberienne de « neutralité axiologique » (traduction courante bien que réductrice de werturteilsfreie Wissenschaft ou Wertfreiheit). Voir Alain Beitone et Alaïs Martin-Baillon, « La neutralité axiologique dans les sciences sociales : une exigence incontournable et incomprise », Journal du MAUSS, http://journaldumauss.net/?La-neutralite-axiologique-dans-les-1340, consulté en ligne le 18 décembre 2021.

32 Ainsi, Michel Krempper, dans son ouvrage sur Mulhouse dans le Reichsland, écrit : « […] nous tenterons dans les pages qui suivent, d’établir la vérité des faits et de leur enchaînement. Sans parti pris. Sans indignation ou enthousiasme, aussi déplacés qu’inutiles : les faits sont suffisamment parlants ». On peut retrouver cette affirmation sous le plume d’historiens « régionalistes » formés aux méthodes de l’histoire : il s’agit pour eux de se défendre de tout engagement partisan dans leur analyse historique.

33 Johann Chapoutot, Les 100 mots de l’Histoire, op. cit.

34 Voilà la courte synthèse que nous propose Johann Chapoutot (décidément fort sollicité !), Les 100 mots de l’Histoire, op. cit., sur les sources : « Pas d’histoire sans sources – et c’est du reste le premier critère. […] Les notes infrapaginales renvoient-elles à des sources primaires, comme disent les Allemands (Primärquellen), autrement dit à des documents produits par les acteurs et issus de l’époque que l’article étudie ? L’appareil critique est-il complété par une bibliographie scientifique (Sekundärliteratur – l’allemand est là encore explicite), ainsi que par un relevé complet des sources sollicitées ? C’est un héritage heureux des historiens positivistes du XIXe siècle, qui voulaient ainsi tracer une ligne de partage des eaux entre le discours historien et tout autre type de texte (fictionnel, poétique ou essayiste) ».

35 Alexandre Berbett, Eugène Ricklin (1862-1935), un chef autonomiste alsacien, Mulhouse, JdM, 2018.

36 Johann Chapoutot, Les 100 mots de l’Histoire, op. cit.

37 Louis Pinto, « Neutralité axiologique », science et engagement : une lettre de Pierre Bourdieu », Savoir/Agir, 2011/2 (no 16), p. 109 à 113 (en ligne, https://www.cairn.info/revue-savoir-agir-2011-2-page-109.htm, consulté le 10 juin 2023).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claire Vitoux, « L’histoire de l’Alsace, entre science et engagement »Revue d’Alsace, 149 | 2023, 11-27.

Référence électronique

Marie-Claire Vitoux, « L’histoire de l’Alsace, entre science et engagement »Revue d’Alsace [En ligne], 149 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5542 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11pjk

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Vitoux

Maître de conférences honoraire en histoire contemporaine, université de Haute-Alsace, CRESAT

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search