Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149Comptes rendusFeron Jules et Munch Paul-Bernard...

Comptes rendus

Feron Jules et Munch Paul-Bernard, Le coude rhénan. Entre République et Restauration, Huningue l’Impériale (1799-1815)

Huningue, Presses universitaires Rhin et Danube, 2021, 287 p.
Claude Muller
p. 376-378
Référence(s) :

Huningue, Presses universitaires Rhin et Danube, 2021, 287 p.

Texte intégral

1J. Féron et P.-B. Munch ont, opportunément, saisi l’occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon Ier, en 2021, pour évoquer « Huningue l’impériale ». En cette « année Napoléon », génératrice d’un flot de livres conséquent à l’échelle nationale, l’Alsace s’est caractérisée par une production minimaliste. Mais cette « Huningue l’impériale » de qualité mérite un commentaire appuyé. Du tandem des auteurs, J. Féron, jeune doctorant, présente déjà une bibliographie consistante. P.-B. Munch, quant à lui ratisse, consciencieusement, depuis une trentaine d’années, archives locales, régionales et nationales pour enrichir la connaissance du Sundgau méridional, dont il peut être considéré comme l’un des meilleurs connaisseurs.

2Ces deux historiens personnifient le dynamisme de la recherche en histoire d’Alsace, dynamisme un peu méconnu vu de Strasbourg et pourtant bien vivifiant. D’autant plus que ce pays des trois frontières, devenu depuis peu coude rhénan, présente des caractères à la fois semblables et dissemblables comparés au reste de l’Alsace, du fait de la géographie rhénane particulière. En s’appuyant sur le trésor historiographique que constituent le Bulletin de la société d’histoire de Huningue-Village-Neuf et de la région frontalière (68 numéros annuels parus depuis 1951) et l’Annuaire de la société d’histoire du Sundgau (81 numéros annuels parus depuis 1931), des références archivistiques considérables (la somptueuse richesse des annexes, p. 153-274 est à noter) et le dépouillement d’une bibliographie impressionnante, J. Féron et P.-B. Munch nous présentent une place-forte surveillant le passage du Rhin côté Saint-Empire romain germanique et pointant ses canons sur la proche Bâle.

3La guerre et l’attente de la guerre y sont omniprésentes (aussi bien à la place-forte p. 202-274 qu’au Landskron, autre maillon du système défensif français, p. 168-198), de même que la petite sœur de la frontière, à savoir la contrebande (p. 164-167). Sans doute pour ne pas verser dans le chauvinisme local, les deux auteurs n’ont pas voulu forcer le trait de « Huningue l’impériale ». Il nous semble en effet que cette place-forte, en même temps ville, est très particulière. La présence d’une importante loge franc-maçonne (voir p. 153-163) n’est pas en soi originale, car elle est à la fois représentative de la réalité d’une garnison et d’une époque, la période napoléonienne en l’occurrence. Mais elle doit être combinée avec un autre facteur, la présence hypertrophiée eu égard à la situation alsacienne en général, bas-rhinoise en particulier, de personnes approuvant la Constitution civile du clergé de 1790. Il y a ici une concentration exceptionnelle de gens prônant ces idées nouvelles, républicaines, puis impériales, en ce que Bonaparte est le continuateur de la Révolution, mais aussi des idées gallicanes, soit la traduction religieuse de ces idées nouvelles, avec la présence dans les environs de presses pour diffuser ces idéaux dans les deux langues française et allemande. Huningue pourrait donc être, entre 1797 et 1815, une sorte de « liberté éclairant le monde » avant l’heure et la statue de Bartholdi.

4C’est encore par une prudence de bon aloi, vu leur situation de proximité, que les auteurs n’insistent pas sur « la neutralité armée » suisse. Pour prix du passage des troupes alliées russes, autrichiennes et prussiennes, Bâle obtient, au traité de Paris de 1815, la destruction définitive de la place-forte et donc la radiation de la menace permanente des canons. La fierté du Russe Mikhaïlowski-Danilewski, à Bâle le 28 septembre 1815, mérite un rappel : « Les fortifications établies le long du cours du Rhin passaient pour une protection invincible de la France. Toute l’Europe pensait qu’une guerre dans l’intérieur de ce royaume serait liée à d’incroyables difficultés… Un heureux succès couronna la courageuse entreprise du tsar Alexandre Ier » (BSHVNPF, 26, 1978, p. 29‑36).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Feron Jules et Munch Paul-Bernard, Le coude rhénan. Entre République et Restauration, Huningue l’Impériale (1799-1815) »Revue d’Alsace, 149 | 2023, 376-378.

Référence électronique

Claude Muller, « Feron Jules et Munch Paul-Bernard, Le coude rhénan. Entre République et Restauration, Huningue l’Impériale (1799-1815) »Revue d’Alsace [En ligne], 149 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5622 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11pke

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search