Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149Comptes rendusBoulat Régis et Neunlist Serge (d...

Comptes rendus

Boulat Régis et Neunlist Serge (dir.), L’Ingénieuse. L’École de chimie de Mulhouse depuis 1822

Mulhouse, Médiapop éditions, 2022, 112 p.
Michel Hau
p. 379-381
Référence(s) :

Mulhouse, Médiapop éditions, 2022, 112 p.

Texte intégral

1L’École de chimie de Mulhouse, dont on vient de célébrer le bicentenaire, a enfin son histoire : Régis Boulat et Serge Neunlist ont retracé ses deux siècles d’existence, complétant leur exposé par les apports de 33 autres contributeurs. Le texte à la fois exhaustif et vivant grâce aux témoignages d’anciens élèves ou professeurs. Cette école internationalement réputée est la plus ancienne école de chimie française et, peut-être même, la plus ancienne au monde. Elle fut créée en 1822 par deux cousins germains, Daniel Dollfus et Daniel Koechlin, chimistes l’un chez Dollfus-Mieg et Cie, l’autre chez Frères Koechlin Impression, les deux plus grandes indienneries mulhousiennes de l’époque. C’est dans cette école que, pour la première fois, furent donnés des enseignements tournés vers les applications industrielles dans le domaine de la toute jeune science chimique. L’avance technique qu’elle conféra aux chimistes mulhousiens leur permit de surclasser leurs rivaux anglais dans l’exportation de tissus imprimés puis, quelques années plus tard, de faire des découvertes décisives qui permirent l’essor de la chimie de synthèse. Mais une loi sur les brevets mal conçue obligea cette nouvelle industrie à partir s’installer 30 kilomètres plus loin, de l’autre côté de la frontière, à Bâle. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, beaucoup d’ingénieurs chimistes de toute l’Europe sont sortis de l’école mulhousienne. Si l’espace rhénan est devenu aujourd’hui, côté suisse et allemand, l’un des grands pôles de la chimie mondiale, l’École de chimie de Mulhouse y est pour quelque chose. À la fin du XIXe siècle, elle accueillait 90 étudiants, dont plus de la moitié étrangers à l’Alsace. L’un de ses élèves, Alfred Werner, obtint le prix Nobel de Chimie en 1913.

2Création originale, conçue par un petit groupe de personnes étroitement apparentées les unes aux autres et soutenue par le patronat local, cette institution est longtemps restée une institution privée, entièrement autonome. Son financement reposait sur les droits d’inscription ainsi que sur des soutiens provenant de la Société industrielle de Mulhouse et de la municipalité de Mulhouse. La chambre de commerce se joignit à ces dernières en 1930 dans le cadre d’une fondation reconnue d’utilité publique. Il s’y ajouta une Société des Amis de l’École de Chimie de Mulhouse qui accordait des bourses. C’est en 1977 seulement qu’elle est devenue un établissement public. Depuis 1986, elle est rattachée à l’université de Haute-Alsace. Conçue à l’origine par des ingénieurs, gérée jusqu’à nos jours par des représentants du monde de l’industrie, elle n’a jamais cessé de cultiver la liaison entre recherche et industrie.

3L’École de chimie de Mulhouse est bien insérée dans l’écosystème scientifique et industriel du Rhin Supérieur. Depuis quatre décennies, elle participe à un colloque annuel de chimie organique et bio-organique avec ses homologues de Bâle et Fribourg. Plus récemment, en 2010, elle a mis au point avec l’université de Fribourg la licence transfrontalière « Regio chimica », qui permet à ses étudiants de trouver des emplois en Suisse et en Allemagne.

4Avec près de 300 étudiants présents dans un cursus de trois années et 129 salariés travaillant dans cinq laboratoires de recherche (en chimie organique, chimie des matériaux, formulation, sécurité et développement durable), elle est en capacité d’appréhender les grands défis actuels dans lesquels le chimiste a un rôle à jouer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Hau, « Boulat Régis et Neunlist Serge (dir.), L’Ingénieuse. L’École de chimie de Mulhouse depuis 1822 »Revue d’Alsace, 149 | 2023, 379-381.

Référence électronique

Michel Hau, « Boulat Régis et Neunlist Serge (dir.), L’Ingénieuse. L’École de chimie de Mulhouse depuis 1822 »Revue d’Alsace [En ligne], 149 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5634 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11pkg

Haut de page

Auteur

Michel Hau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search