Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149Comptes rendusSchneider Adrien, Mgr Paul Müller...

Comptes rendus

Schneider Adrien, Mgr Paul Müller-Simonis, bâtisseur « à pleines mains »

Strasbourg, ERCAL Publications, 30, 2022, 139 p.
Claude Muller
p. 383-384
Référence(s) :

Strasbourg, ERCAL Publications, 30, 2022, 139 p.

Texte intégral

1Paul Müller-Simonis (1862-1930) naît au château du Mullerhof, situé entre les communes de Muhlbah-sur-Bruche et Urmatt, dans la vallée de Schirmeck, dans une famille d’industriels et d’entrepreneurs catholiques, se situant dans la lignée des Mertian de Ribeauvillé par exemple. De l’argent à foison et pourtant des ecclésiastiques à profusion, le même lien constitue le fil directeur de ces réseaux claniques, que l’on retrouve aussi chez les protestants alsaciens à la même époque.

2Le Bulletin des Lois pour l’Alsace-Lorraine publie un avis d’après lequel Georges Henri Paul Müller, propriétaire de l’Elsässer, père du héros de ce livre, est autorisé, par arrêté en date du 1er février 1895, à ajouter à son nom de famille celui de Simonis (patronyme de son épouse, fille de banquiers strasbourgeois) et de porter en conséquence le nom de Müller-Simonis. L’ajout permet de distinguer cette branche des Müller de la masse des homonymes par l’apport d’un nom suggérant un homme politique important, l’abbé Ignace Simonis (1831-1903), député au Reichstag pendant un tiers de siècle.

3Ce rapprochement d’état-civil constitue cependant un leurre. En effet, Paul Müller-Simonis, chanoine de la cathédrale de Strasbourg en 1910, prélat de Sa Sainteté en 1924, ce qui lui permet de s’intituler désormais Monseigneur, ne s’investit pas dans le domaine politique comme on pourrait s’y attendre, vu le nombre d’ecclésiastiques s’engageant dans cette voie au tournant du XXe siècle. Il choisit un espace occupé par l’Église de manière intemporelle, la charité, caritas, donnant consistance au verset 111 (112) : « Il a distribué ses biens à profusion. Il a donné aux pauvres. Son mérite demeure à jamais. »

4L’enquête menée par A. Schneider, à partir de sources d’archives peu ou pas exploitées jusque-là (voir p. 123-125) et d’un récit autobiographique manuscrit, nous entraîne dans un foisonnement d’œuvres multiples et surtout dans de multiples bâtiments, véritables marques patrimoniales laissées par Mgr Müller-Simonis à travers le quartier impérial ou Neustadt, un apport tout à fait surprenant, qui permet de compléter une biographie bien renouvelée. A. Schneider apporte ainsi une contribution significative à l’impact de l’encyclique Rerum Novarum (1891) en Alsace : l’investissement du clergé catholique dans les domaines politiques, économiques avec les créations des caisses Raiffeisen, sociales avec l’intérêt aux ouvriers et donc caritatifs avec une œuvre personnelle, motrice de biens d’autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Schneider Adrien, Mgr Paul Müller-Simonis, bâtisseur « à pleines mains » »Revue d’Alsace, 149 | 2023, 383-384.

Référence électronique

Claude Muller, « Schneider Adrien, Mgr Paul Müller-Simonis, bâtisseur « à pleines mains » »Revue d’Alsace [En ligne], 149 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5644 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11pkh

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search