Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149Comptes rendusFeix Marc, Haeringer Deroche Geor...

Comptes rendus

Feix Marc, Haeringer Deroche George et sœur Marie du Christ, L’affaire de Marienthal, Strasbourg

ERCAL Publications, 31, 2022, 333 p.
Claude Muller
p. 386-388
Référence(s) :

ERCAL Publications, 31, 2022, 333 p.

Texte intégral

1Que peut-il bien se passer dans le silence d’un cloître de carmélites en Alsace au tournant du XXe siècle ? Une question d’autant plus intéressante que cette époque est considérée par les historiens, à la suite de Claude Langlois, comme celle du « catholicisme au féminin. » Toutes les études, en effet, démontrent une explosion de vocations religieuses féminines, au point que l’on dénombre, en Alsace, deux fois plus de femmes que d’hommes dans les ordres ou congrégations. Une proportion d’autant plus incroyable qu’à la fin du XVIIIe siècle on comptait deux hommes pour une femme dans les couvents.

2Le flot bouillonnant des « hautes eaux religieuses » s’appuie alors sur les nouvelles congrégations féminines d’enseignantes et de gardes-malades, spécificités nées au XIXe siècle, prenant place aux côtés des vieux ordres contemplatifs intemporels. En règle générale, toute fondation nouvelle révèle des caractéristiques identiques, pour ne pas écrire universelles : une fondatrice (ou un fondateur) à forte personnalité et au charisme certain possédant une aura pour attirer à elle des disciples, des difficultés matérielles à l’origine quasi insurmontables pour bâtir, surmontées par l’enthousiasme indéfectible des jeunes novices et par l’aide financière de leurs familles ou des pieux et généreux mécènes, une atmosphère de petits miracles permanents en résultant, des tâtonnements liturgiques initiaux témoignant de la recherche permanente d’un style de vie religieuse adapté à ces communautés naissantes, la prise en compte d’échecs ou d’écueils desquels il faut apprendre, le scepticisme, voire l’hostilité des structures ecclésiales déjà existantes.

3La somme de ces ingrédients combinés explique une mise en route laborieuse, suggérant un aspect bancal de toute nouvelle fondation. Les miracles attribués à Élisabeth Eppinger, fondatrice des sœurs de Niederbronn, aujourd’hui proclamée bienheureuse, avaient d’abord laissé dubitatif Mgr André Raess. Les sœurs de Saint-Marc de Gueberschwihr ont dû faire face à des calomnies visant leur fondateur Pierre-Paul Blanck, contraint de quitter l’Alsace pour mourir à La Nouvelle-Orléans en 1873 (Archives de l’Église d’Alsace, 41, 1982, p. 263-282). Et ce qui se passe à Marienthal relève de la même veine.

4Le couvent des carmélites de Marienthal est fondé en 1887, vingt-deux ans après la consécration de la basilique en 1866, en présence de vingt mille fidèles venus d’Alsace, de Lorraine, du Palatinat et du pays de Bade, ainsi que d’une dizaine d’évêques. À proximité de la basilique se trouve la maison de retraite des prêtres diocésains et tout autour se bousculent les vendeurs ou vendeuses de souvenirs pieux. Louis Veuillot, dans çà et là, paru en 1860, brosse ce tableau : « Sur les chemins qui mènent à Marienthal, le plus grand sanctuaire du pays, des groupes et même de longues files de pèlerins passent sans cesse, chantant les litanies… Ils sont contents et remplis d’espérance…Comme ces simples chrétiens écrasent la superbe méchante l’incrédule. »

5C’est à Marienthal, annexe de Haguenau, que naît Marie-Joséphine Jenner le 20 mai 1849, fille de Dominique Jenner, aubergiste, et de Catherine Degen. Son père s’était marié une première fois avec Catherine Russel le 28 mars 1837. Veuf, il se remarie avec Catherine Degen le 9 octobre 1844. La jeune fille est mentionnée dans le registre de recensement de la population de Marienthal en 1851, 1856, 1859 et 1866. Jeune fille, elle vit journellement le flot de pèlerins et se rend à la basilique lors des offices. Elle se décide à entrer au Carmel d’Amiens à cette date, avant de revenir à Marienthal, pour fonder un nouveau Carmel, en 1887 donc. De ce fait, elle réapparaît dans le registre de recensement de la population de Marienthal en 1890, 1895, 1900 et 1905. Elle décède à Marienthal le 10 avril 1909, « supérieure du Carmel, sous le nom de sœur Marguerite du Saint Sacrement » (merci de ces renseignements à Anne Martin, archiviste).

6Dans les années 1980, au moment où l’histoire du catholicisme contemporain en France connaissait un développement fulgurant, dans le cadre d’une entreprise coordonnée au niveau national, il n’y avait pas aux archives de l’évêché de Strasbourg possibilité de consulter les archives du Carmel de Marienthal… à cause de « l’affaire », autrement dit la dissolution par la sacrée Congrégation des religieux du Carmel par décret du 10 février 1921 (pendant plus de deux ans), conséquence d’une longue et vieille querelle opposant la supérieure, sa successeure et les sœurs aux autorités religieuses, sur fond de nationalisme, paravent d’une situation bien plus commune tournant autour de la notion d’obéissance dans l’église. Il faut rendre grâce aux trois auteurs (deux femmes et un homme) de ce remarquable ouvrage, qui tente d’exposer avec une prudence de bon aloi des faits, sans tomber dans des jugements à l’emporte pièce.

7La publication des documents en annexe s’avère particulièrement intéressante. Les rapports émanant des évêques constituent des pièces de choix car, comme toujours, ils donnent des renseignements non seulement sur une situation – celle du Carmel en l’occurrence –, mais aussi sur la personnalité de ces hommes d’autorité. Ainsi Mgr Fritzen, cet Allemand distingué, et Mgr Marbach, cet Alsacien tourmenté et fin, enterré d’ailleurs au cimetière de Marienthal, obligés de trancher dans le vif dans un dossier s’apparentant à un sac de nœud, doivent faire face à des difficultés administratives, bien éloignées de leur esprit de charité et propre à leur ministère. On notera que les auteurs, tenus par leur modération bienvenue, ne s’attardent guère sur la personnalité des protagonistes. Quant à la préface du livre par sœur Odile Speich, elle constitue un bijou littéraire, digne des sentences des pères du désert, vraie traduction de l’esprit carmélite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Feix Marc, Haeringer Deroche George et sœur Marie du Christ, L’affaire de Marienthal, Strasbourg »Revue d’Alsace, 149 | 2023, 386-388.

Référence électronique

Claude Muller, « Feix Marc, Haeringer Deroche George et sœur Marie du Christ, L’affaire de Marienthal, Strasbourg »Revue d’Alsace [En ligne], 149 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11pkk

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search