Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149Comptes rendusFeig Lucie, Grandhomme Jean-Noël ...

Comptes rendus

Feig Lucie, Grandhomme Jean-Noël et Savignol Alain (dir.), Général Émile Reibell. Pour l’Alsace, à la peine… La guerre de 1914-1918 et ses lendemains

Nancy, Publications historiques de l’Est, 2022, 755 p.
Raphaël Georges
p. 395-396
Référence(s) :

Nancy, Publications historiques de l’Est, 2022, 755 p.

Texte intégral

1L’incroyable effervescence éditoriale suscitée par le Centenaire a certes faibli, mais n’est pas tout à fait retombée. Des publications tardives, fruits de travaux engagés sur plusieurs années, continuent de raviver ponctuellement l’intérêt du public. On peut ainsi se réjouir de l’édition par les Publications historiques de l’Est des volumineux Mémoires du général Émile Reibell, couvrant la période 1914-1919 et augmentés d’un appareil critique rédigé par L. Feig, J.-N. Grandhomme et A. Savignol, d’une préface de F. Cochet, d’un carnet d’illustrations ainsi que d’un index des noms de personnes, très utile vu la densité de son réseau relationnel (les toponymes, tout aussi nombreux, en sont par contre dépourvus). L. Feig a étudié ce témoignage inédit dans le cadre de son mémoire de Master, soutenu en 2010, et livré son analyse dans la RA 2013 (p. 167‑180). On s’y reportera pour compléter la présente recension.

2Alsacien d’origine, né à Strasbourg en 1866 dans une famille bourgeoise « optante » (son père est général d’artillerie), Reibell grandit en France et bénéficie d’une instruction de qualité avant d’entreprendre sa formation militaire, à Saint-Cyr puis à l’École supérieure de Guerre. Colonel à l’entrée en guerre, il est promu général de brigade en décembre 1915. En revanche, son avancement au grade de général de division, tant espéré, est retardé en raison de l’inimitié que lui vouent certains de ses supérieurs, non sans causer un ressentiment palpable de bout en bout de ses Mémoires. Ceux-ci sont rédigés entre 1935 et 1940 à partir de carnets tenus pendant la guerre et de sa correspondance. En dépit du soin apporté à leur rédaction, ils étaient destinés à un cercle restreint et non voués à être publiés. Les chercheurs et lecteurs avertis y découvriront la Grande Guerre du point de vue d’un officier supérieur, attaché à fournir maints détails sur les opérations militaires, les forces en présence, le bilan des combats, mais aussi à donner son avis personnel, souvent critique, sur la stratégie poursuivie par le haut état-major. La liberté de ton est revendiquée. On suit l’auteur d’un théâtre d’opération à un autre (bataille de Sarrebourg, forêt d’Apremont, Verdun, Éparges, Somme, Argonne, Chemin des Dames), d’abris souterrains en cantonnements haut de gamme, de visites officielles en visites de courtoisie, nombreuses, de tâches administratives en lectures du soir (il vante les talents de Henry Bordeaux mais se montre sévère à l’égard du Feu de Barbusse), et de louanges adressées à des proches en confessions acerbes à l’égard de pairs, auxquels il attribue parfois des surnoms peu flatteurs (« le Professeur », « Liane de Pougy », « le Prophète », les « malfaiteurs », ou encore « sinistre vieillard » pour Clemenceau). C’est là une des caractéristiques des écrits du for intérieur : l’auteur estime avoir quelque chose à dire ; en l’occurrence, Reibell règle ses comptes !

3Du reste, nous avons affaire à un observateur attentif de la « question d’Alsace-Lorraine », qui ne manque jamais de rappeler son attachement profond à la terre de ses ancêtres – il s’installe d’ailleurs à Strasbourg après la guerre –, ni l’origine alsacienne de ses interlocuteurs. On lira avec attention ses lignes consacrées à l’entrée des troupes françaises sur le sol alsacien et mosellan aux premiers jours d’août 1914 puis, surtout, en novembre 1918. Globalement, l’accueil semble à la hauteur de ses espérances. Enfin, il est intéressant de souligner la quasi absence du thème du déserteur alsacien, pourtant si présent, voire central, dans la littérature patriotique de cette époque. C’est là justement l’un des intérêts majeurs d’une édition de ce type, qui permet de confronter des sources variées pour interroger à nouveau frais les mythes hérités de cette période.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Georges, « Feig Lucie, Grandhomme Jean-Noël et Savignol Alain (dir.), Général Émile Reibell. Pour l’Alsace, à la peine… La guerre de 1914-1918 et ses lendemains »Revue d’Alsace, 149 | 2023, 395-396.

Référence électronique

Raphaël Georges, « Feig Lucie, Grandhomme Jean-Noël et Savignol Alain (dir.), Général Émile Reibell. Pour l’Alsace, à la peine… La guerre de 1914-1918 et ses lendemains »Revue d’Alsace [En ligne], 149 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5708 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11pkr

Haut de page

Auteur

Raphaël Georges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search