Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149Alsace ou Alsaces ? Ligne de part...Les sources pour l’histoire de la...

Alsace ou Alsaces ? Ligne de partage, histoire partagée

Les sources pour l’histoire de la Grande Guerre des Alsaciens-Lorrains et leur usage (1) :

les témoignages de soldats et leur pertinence pour aborder la question du sentiment d’appartenance
What sources for the Alsace-Lorraine history of World War I and how they were being made use of: the soldiers’ testimonials and their reliability in terms of national belonging
Die Quellen zu den Elsass-Lothringern im Ersten Weltkrieg und ihre Verwendung: Zeugenaussagen von Soldaten und ihre Aussagekraft um die Frage der Zugehörigkeit zu erörtern
Raphaël Georges
p. 197-217

Résumés

Cet article livre d’abord une réflexion sur les témoignages de guerre, un type de sources fréquemment employé dans l’historiographie de la Première Guerre mondiale, y compris pour le cas alsacien-lorrain. Il en ressort que leur usage, légitime, doit respecter une méthode permettant de déjouer les biais liés notamment au contexte de production et à la sociologie de leurs auteurs. Fort de ce constat préalable, l’article interroge ensuite la pertinence de cette source pour étudier la question sans cesse actualisée du sentiment national de la population alsacienne avant et après 1918. Pour ce faire, une analyse a été menée à partir d’un corpus de soixante-et-un témoignages de soldats ou d’anciens combattants alsaciens-lorrains. Elle permet de nourrir l’hypothèse d’un caractère évolutif du positionnement national, alors que ce dernier est encore souvent décrit sous l’angle d’une identité fixe et définitive.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Le Président de la République en Lorraine et en Alsace (7-11 décembre 1918), Paris, Imprimerie na (...)

1La question du sentiment national de la population alsacienne au début du XXe siècle continue de tarauder beaucoup de nos contemporains, qui expriment parfois à ce sujet des avis diamétralement opposés. Elle n’est pourtant pas vraiment débattue par la communauté historienne, qui a admis que la situation complexe de la région empêchait toute forme de généralisation hâtive. Le récit national, véhiculant pendant des décennies et sur des quantités de supports différents le mythe d’une population entière désirant ardemment redevenir française, n’est plus considéré comme une version fiable de l’histoire. La description d’une population germanophile acquise au contraire à l’Empire, entretenue notamment par certains cercles autonomistes, n’est pas moins réductrice et contestable. La principale limite de ces discours antagonistes tient dans leur vocation même, qui est avant tout politique – le premier doit servir à consolider l’unité nationale et le second l’unité régionale – et non scientifique, en dépit des apparences. L’historien, guidé quant à lui par la seule ambition d’approcher au plus près la réalité de l’époque, doit pouvoir fonder son travail sur des sources solides. Or, en la matière, la tâche est plus difficile qu’il n’y paraît. Le récit national insistait sur l’accueil chaleureux réservé aux troupes françaises en novembre 1918 pour conclure à un plébiscite populaire, validant la célèbre déclaration de Poincaré : « le plébiscite est fait1 ! » Mais l’argument est fragile, notamment à cause de l’absence de toute consultation populaire qui aurait permis de dévoiler avec plus de précision les sentiments majoritaires. De fait, il n’a jamais existé aucune donnée statistique prête à l’emploi et facile à interpréter. Le seul moyen de combler cette lacune consiste à se lancer à la recherche tous azimuts d’indices potentiels. Le présent article ambitionne d’apporter sa pierre à l’édifice en interrogeant l’opportunité de recourir à un type de sources en particulier, à savoir les témoignages rédigés par les témoins de cette époque. Pour cela, je me suis concentré sur la catégorie des Alsaciens-Lorrains ayant vécu la guerre en tant que soldats allemands avant de devenir français après 1918. Ce groupe présente l’avantage d’avoir beaucoup écrit et donc de nous offrir un corpus large et varié, théoriquement gage d’un certain niveau de représentativité. Pendant la guerre, la plupart ont entretenu un lien épistolaire avec leurs proches restés à l’arrière, laissant derrière eux une correspondance foisonnante, parfois conservée intacte. Ils sont aussi nombreux à avoir tenu un carnet ou un journal de bord pour y coucher leurs impressions et les événements marquants de leur expérience quotidienne jugés dignes de mémoire. Enfin, certains ont pris la plume après la guerre pour mettre leur expérience par écrit, pour la postérité en quelque sorte, conscients de sa dimension extraordinaire. Leur recensement, non encore achevé, a permis à ce jour d’identifier 136 témoignages. Parmi eux, soixante-et-un ont été sélectionnés pour les besoins de cette étude, notamment parce qu’ils ont été rédigés par les témoins eux-mêmes, tandis que les témoignages indirects (entretiens oraux retranscrits ou parcours individuels retracés par un tiers à partir de sources diverses) ont été écartés.

Présentation du corpus et avertissements

2Parmi ces soixante-et-un témoignages, la moitié (trente-et-un) a fait l’objet d’une publication sous la forme d’un livre ou d’un fascicule, parfois en autoédition à compte d’auteur. Leur diffusion varie donc beaucoup. Vingt-cinq ont été publiés sous la forme d’un ou d’une série d’articles dans des bulletins de sociétés d’histoire locale, bulletins municipaux, ou comme chapitre d’ouvrage. Enfin, cinq sont inédits, c’est-à-dire non publiés pour le moment.

Figure 1. Nature des témoignages (n = 61).

Figure 1. Nature des témoignages (n = 61).

3La catégorie « témoignage » recouvre des récits variés dans la forme autant que dans le fond, unis néanmoins par la transmission d’expériences vécues en qualité d’acteur ou de témoin oculaire. Ces écrits du for privé ou ego-documents relatent donc toujours des expériences personnelles. Le corpus est constitué de près d’un tiers de carnets ou journaux de guerre, c’est-à-dire de témoignages écrits à chaud, directement ou peu de temps après les événements. Cette temporalité explique la meilleure confiance que leur accordent habituellement les historiens, car ils y voient un gage de plus grande sincérité ou authenticité. En effet, les impressions qui y sont portées traduisent des émotions quasi-immédiates, moins suspectes de reconstruction a posteriori. De la même façon, le témoignage écrit pour soi ou destiné à une diffusion restreinte paraît plus fiable que celui produit en vue d’une diffusion large, dont la sincérité est potentiellement diminuée par le souci de l’esthétique narrative et d’une présentation valorisante de soi, puisque la postérité de l’auteur est engagée. Pour autant, il faut rappeler que toute mise à l’écrit d’une expérience vécue fait l’objet de choix. Certains faits sont jugés importants tandis que d’autres sont occultés, consciemment ou non. Ces limites ne disqualifient pas ces sources, irremplaçables à maints égards, mais doivent être prises en compte dans toute analyse.

4Les correspondances de guerre représentent seulement 10 % de notre corpus, ce qui s’explique par le fait qu’elles soient difficilement publiables en l’état, en raison de leur volume. Nos exemples viennent ici confirmer la règle.

5La catégorie la mieux représentée concerne les souvenirs et mémoires de guerre écrits a posteriori, soit immédiatement au sortir de la guerre, soit quelques décennies plus tard. La date de rédaction ne doit pas être négligée, car tout texte de cette nature s’inscrit dans un contexte particulier (culturel, éditorial, et mémoriel en l’occurrence), qui influence son contenu. À la différence des carnets et de la correspondance, leurs auteurs connaissent la fin de l’histoire avant de commencer à la rédiger. Pour le sujet qui nous occupe, cela a son importance.

6La dernière catégorie de témoignages, les romans à dimension autobiographique, a ceci de particulier qu’il est difficile d’y démêler le vrai, ou ce qui est avéré, du faux, c’est-à-dire de tout ce qui est inventé pour les besoins du récit, bien qu’on sache avec assurance que l’auteur s’est inspiré de son expérience ou de celle de proches.

7Ces témoignages ont permis de remplir une base de données compilant les informations sur les témoignages eux-mêmes (nature, format de la publication, date de production, date de publication) et sur les auteurs (date et lieu de naissance, catégorie socio-professionnelle, religion, statut matrimonial), tandis que trois entrées visaient à renseigner, de la façon la moins imparfaite possible, l’appartenance nationale des intéressés à partir de la description de leur rapport à la France et aux Français, à l’Allemagne et aux Allemands et de leur éventuelle conscience régionale. Un dernier champ a été laissé libre pour des observations complémentaires.

Figure 2. Date de naissance des auteurs (n = 58).

Figure 2. Date de naissance des auteurs (n = 58).

8Les auteurs se répartissent en trois générations successives de soldats. Les plus nombreux appartiennent aux classes d’âge les plus jeunes, nées au cours de la décennie 1890. Il s’agit donc de la deuxième génération née après l’annexion, qui n’a pas vécu sous régime français et dont les parents non plus, ou alors uniquement dans leurs jeunes années. Cela signifie qu’en dehors des familles cultivant le souvenir de la France, ils ont été socialisés dans un environnement essentiellement germanisé, en particulier au cours de leur scolarité et du service militaire.

Figure 3. Origine géographique (n = 61).

Figure 3. Origine géographique (n = 61).
  • 2 . Voir H. Baulig, « La population de l’Alsace et de la Lorraine en 1921 », Annales de Géographie, 3 (...)

9S’ils sont majoritairement originaires du Bas-Rhin, les trois composantes du Reichsland sont ici représentées dans des proportions presque équivalentes à celles de la répartition générale de la population2.

10L’analyse de l’origine socio-professionnelle des auteurs ou, à défaut, de leurs parents, laisse apparaître un éventail de professions varié. Seules les catégories les plus défavorisées, ou les moins qualifiées au plan professionnel, et, à l’inverse, les plus favorisées en sont absentes.

Figure 4. Profession (n = 61).

Figure 4. Profession (n = 61).

11La majorité des professions représentées ne nécessitent pas un usage quotidien de l’écrit. L’écriture de soi est surtout déterminée par le niveau d’instruction des auteurs. Or, à cette époque la majorité des soldats sont dotés d’un bagage scolaire suffisant pour tenir un carnet ou écrire à leurs proches, même avec une maîtrise linguistique approximative. En revanche, les projets éditoriaux de nature romanesque, exigeant des compétences rédactionnelles évidentes, ne sont entrepris que par les représentants de professions lettrées. À l’inverse, les catégories les plus faiblement scolarisées nous échappent pour deux raisons. D’abord leurs membres ont moins écrit et, s’ils l’ont fait, les chances que leurs témoignages aient été conservés et, mieux encore, publiés, sont amoindries par le désintérêt que leur contenu a pu ou peut encore générer, étant jugé moins riche que d’autres, ce qui est évidemment regrettable.

Premiers résultats

12L’observation de la date de publication des témoignages, ici rangée par tranches de vingt ans, permet de souligner différents éléments.

  • 3 . Voir Nicolas Beaupré, « De quoi la littérature de guerre est-elle la source ? Témoignages et fict (...)

13Un premier pic de publications a lieu au cours de l’entre-deux-guerres, avec seize témoignages publiés. Des souvenirs, un recueil de lettres, et surtout les sept romans de guerre de notre échantillon sont parus à cette époque, à un moment où l’intérêt du public était grand pour la littérature de guerre, en Alsace comme ailleurs en France3. À y regarder de plus près, cette vague de témoignages est cependant tardive, l’essentiel paraissant au cours des années 1930, ce qui correspond à la deuxième vague de publications de ce genre en France (la première ayant lieu entre 1914 et 1919), portée notamment par le vingtième anniversaire du conflit.

Figure 5. Nature du témoignage par période (n = 56).

Figure 5. Nature du témoignage par période (n = 56).

14Les décennies qui suivent marquent un fléchissement durable, jusqu’au regain d’intérêt apparu à la fin du XXe siècle à la faveur du 90e anniversaire et de la disparition concomitante des derniers vétérans. Il est consolidé quelques années plus tard lors du Centenaire. Ces deux anniversaires successifs ont suscité la publication de nombreux témoignages à l’initiative de particuliers, de sociétés savantes ou d’historiens. Il s’agit alors surtout de souvenirs, ainsi que, de façon de plus en plus marquée, de carnets ou journaux bruts retranscrits sous une forme généralement traduite.

15Qu’en est-il alors de l’expression du sentiment national dans ces témoignages ? Si l’on s’en tient aux journaux et carnets écrits « à chaud », pour les raisons de fiabilité exposées plus haut, il faut d’abord rappeler certaines limites inhérentes au contexte d’écriture, notamment la potentielle part d’autocensure. Rédigés pendant la guerre sous le régime allemand, il était dangereux pour leurs auteurs d’y exprimer librement des critiques à l’égard de l’armée voire, pire encore, des sentiments pro-français. En effet, si le carnet ou le journal venait à tomber entre de mauvaises mains (par exemple en cas d’égarement, d’évacuation sanitaire, ou après dénonciation), son propriétaire risquait d’être sévèrement sanctionné. Les soldats en avaient conscience, tout autant qu’ils savaient que leur courrier pouvait être visé par un bureau de censure. Certains se contentent ainsi (mais aussi pour d’autres raisons) de résumer en quelques mots factuels les événements récents, sans la moindre prise de partie. En l’absence de marqueurs explicites de consentement, d’enthousiasme ou de répulsion vis-à-vis de la France/des Français ou de l’Empire allemand/des Allemands, il a paru préférable de les ranger sous la catégorie qui « ne se prononce pas ». Pour cette raison, ils n’apparaissent pas dans le graphique suivant qui distribue les témoignages par genre et selon leur positionnement à l’égard de la France.

Figure 6. La position nationale en fonction du genre de témoignages (n = 48).

Figure 6. La position nationale en fonction du genre de témoignages (n = 48).

16D’autres carnets et journaux fournissent une quantité d’indices susceptibles d’être interprétés dans un sens national. Parmi eux, un seul témoignage affiche clairement une position pro-française. Il s’agit du journal de guerre d’Eugène Birsinger, né en 1871 à Neuwiller, village frontalier de la Suisse. Incorporé un an dans l’armée, mais demeuré à l’arrière, son journal constitue surtout une chronique riche et illustrée des événements locaux intervenus dans son village et dans le Sundgau environnant, sous un prisme francophile invariable. Tous les autres présentent des expériences militaires qui ne comportent aucune remise en cause de la légitimité de l’appartenance à l’armée allemande. Ils sont ponctués de « nous » collectifs, d’allusions positives aux camarades originaires des autres provinces de l’Empire et, a contrario, de descriptions négatives des Français, surtout quand ceux-ci se trouvent dans la tranchée d’en face et qu’ils sont à l’origine de tirs meurtriers. Sous le feu de la mitraille, l’appartenance à son camp et l’identification de l’ennemi semblent évidentes, si bien que les récits produits dans ces circonstances ne laissent paraître aucun état d’âme pour les adversaires quand il est question de leur opposer des tirs de barrage ou des contre-offensives. Cela permet-il de décrire leurs auteurs comme de parfaits patriotes ? Ce serait excessif, car les marques explicites de patriotisme sont quant à elles assez rares. La majorité semble effectuer leur devoir loyalement, tel qu’ils ont appris à le faire au cours de leur formation militaire et au contact de leurs pairs. D’ailleurs, les mêmes témoignages peuvent ponctuellement comporter des critiques plus ou moins acerbes à l’égard de certains gradés ou des mesures discriminantes visant les Alsaciens-Lorrains. Face à des injustices criantes, qui les font se sentir comme des soldats de second rang, le ressentiment est palpable. Mais aussi longtemps que l’issue de la guerre demeure imprévisible, leur place du côté allemand semble aller de soi.

Figure 7. Le rapport aux Français en fonction de la date de production des témoignages (n = 61).

Figure 7. Le rapport aux Français en fonction de la date de production des témoignages (n = 61).

17Pour les autres types de témoignages, en particulier les souvenirs et les romans de guerre rédigés après les événements, donc en contexte français, la tendance francophile est nettement plus marquée et même majoritaire dans le cas des romans. Cela s’explique par le contexte de production de ces récits.

  • 4 . Pour plus de détails, se reporter aux chapitres 4 et 6 de Raphaël Georges, Un nouveau départ. Les (...)

18La période de l’entre-deux-guerres est caractérisée au niveau culturel par le poids écrasant de la propagande nationale, véhiculée sur les supports les plus variés et en particulier par la littérature, du moins jusqu’à l’aube des années 1930. Si son importance a diminué ensuite, offrant de la place à l’expression d’une voie alternative régionaliste, elle n’a pas moins motivé l’écriture d’une série d’ouvrages pro-français sous la forme de romans ou de souvenirs romancés, ponctués de tous les stéréotypes attendus4. Même pour les auteurs inscrits plutôt dans la voie régionaliste, le propos n’est jamais frontalement hostile à la France, et pour cause : les auteurs sont devenus français, et cette seule assignation les incite à écrire autrement qu’ils l’auraient peut-être fait du temps où ils étaient des sujets de l’Empereur. On remarque même que plus le temps passe, plus les témoins se positionnent du côté de la France.

Figure 8. Le rapport aux Français en fonction de la date de publication des témoignages (n = 61).

Figure 8. Le rapport aux Français en fonction de la date de publication des témoignages (n = 61).

19Si l’on s’attache maintenant à observer le rapport entre le positionnement national et la date de publication, on remarque que la tendance depuis le regain des années 1980 consiste à l’inverse à éditer des textes – carnets ou souvenirs – décrivant des expériences loyales à l’Empire, dans lesquels les Français apparaissent comme les adversaires.

20Cela traduit manifestement un changement de paradigme mémoriel, le modèle national longtemps dominant ayant progressivement perdu du terrain, jusqu’à paraître suranné dans le contexte européen et au temps de l’amitié franco-allemande. C’est le cas dans la recherche universitaire autant que dans la production des sociétés savantes car, rappelons-le, la plupart des témoignages en question sont publiés dans des bulletins de sociétés d’histoire locale. Depuis lors, les témoignages décrivant des tranches de vie allemandes ne paraissent plus aussi sulfureux que dans les décennies précédentes, et sont même parfois édités avec l’ambition de contrebalancer un discours national jugé dépassé.

Figure 9. La profession des auteurs francophiles (n = 17).

Figure 9. La profession des auteurs francophiles (n = 17).

21Ce constat ne doit pas servir à disqualifier les témoignages pro-français au prétexte d’une reconstruction ou d’une reformulation des sentiments nationaux après 1918, dans un cadre national renouvelé, mais à les considérer pour ce qu’ils sont : les témoins de leur époque. Du reste, cela reviendrait à négliger d’autres facteurs d’explication, comme le montre l’analyse des catégories socio-professionnelles.

Figure 10. La profession des auteurs francophiles et neutres (n = 26).

Figure 10. La profession des auteurs francophiles et neutres (n = 26).

22Près de la moitié des auteurs francophiles ont suivi des études supérieures, en art, en théologie ou encore pour devenir enseignant. Ils sont généralement issus de la petite ou moyenne bourgeoisie locale, celle dont on sait justement qu’elle a plus qu’ailleurs continué à entretenir le souvenir de la France dans un cadre familial entre 1871 et 1918 – être francophone voire francophile était un marqueur social –, et qui a souvent envoyé ses enfants étudier en France. Le constat est renforcé si l’on y ajoute les témoins catégorisés comme « neutres », qui présentent leur expérience de façon impartiale au plan national. On retrouve alors 11 des 14 auteurs identifiés comme ayant suivi des « études supérieures ». En plus du contexte culturel, la sociologie des auteurs joue évidemment aussi un rôle dans le positionnement national affiché dans les témoignages.

Bilan provisoire et perspectives

  • 5 . Cette démarche a pour but d’éviter l’écueil de la citation isolée car, comme le rappelle Antoine (...)
  • 6 . Ce concept est emprunté à des études consacrées à des espaces périphériques en Europe centrale. V (...)
  • 7 . Défendant la pertinence de ce concept pour penser les appartenances nationales en Alsace-Lorraine (...)

23Cette étude fait apparaître l’importance de recourir à un corpus dense et varié (l’est-il suffisamment ? La question de la représentativité doit toujours être posée) et, en cela, l’absolue nécessité de considérer les deux biais fondamentaux que représentent le contexte de production et la sociologie des auteurs avant de mener toute enquête dans les témoignages, a fortiori quand cela concerne l’expression du sentiment national5. Il s’agit certes d’un rappel méthodologique élémentaire, mais toujours bon à répéter car cette source peut donner l’illusion d’être particulièrement facile à interpréter. Ce premier constat levé, l’analyse révèle d’abord les limites de cette source pour répondre à la question posée. Pour commencer, le positionnement national est rarement exprimé de façon explicite dans les témoignages de guerre, puisque ce n’était pas leur objet. Seuls des indices sur les liens de loyauté peuvent y être rassemblés puis interprétés en un sens proche. De plus, même si l’échantillon permet d’approcher une certaine représentativité du monde social, il n’en demeure pas moins assez limité et comporte des auteurs restés visiblement neutres, c’est-à-dire impartiaux vis-à-vis de la France et de l’Allemagne. Peut-on y déceler une forme d’indifférence nationale6 ? Ce qui est sûr, c’est que la volonté de catégoriser le positionnement national uniquement selon un prisme binaire français ou allemand se heurte à l’existence d’une zone intermédiaire, où les deux influences seraient assumées, voire revendiquées de façon non exclusive l’une de l’autre7. En admettant qu’un positionnement clair soit le résultat d’une réflexion aboutie pour les uns, notamment les plus instruits et dotés culturellement, il est permis de penser que parmi les masses ouvrières et paysannes de la population, un certain nombre n’y trouve pas son compte, voire s’en désintéresse. Pour valider (ou invalider) cette hypothèse, une étude plus approfondie mériterait d’être menée.

  • 8 . Sur le caractère évolutif de l’opinion publique au moment charnière de 1918, on se reportera avec (...)

24La présente analyse permet a minima de soutenir l’hypothèse du caractère souple et évolutif du sentiment national des Alsaciens-Lorrains, en particulier des soldats ayant vécu la guerre dans l’armée impériale. Tant qu’ils sont Allemands, leur rapport à la France est pour le moins distant, alors que devenus Français celui-ci se renforce à mesure que le temps passe, jusqu’à être reconstitué rétrospectivement dans des écrits revenant sur les années de guerre. Dans une province frontalière disputée comme l’Alsace-Lorraine, une région « d’entre-deux », le sentiment d’appartenance nationale n’est donc certainement pas fixe ou définitif, mais plutôt en redéfinition au gré des événements (changements de souveraineté, politiques d’assimilation8). Il devient alors intéressant de s’interroger sur les conditions de réversibilité ou de passage d’une loyauté à l’autre. En temps de guerre, l’expérience de la captivité et avec elle le bénéfice d’un régime de faveur ont pu jouer un rôle dans la conversion à la France, tout autant que la perspective de quitter un État défait et en proie à toutes les pénuries au sortir de la guerre, pour se tourner vers le pays généreux en pain blanc et en vin rouge (et promettant un change favorable à hauteur de 1,25 franc le mark, ce qui n’est pas négligeable). Par la suite, le positionnement national peut encore être infléchi en temps de paix sous l’effet de l’actualité, par exemple quand le Cartel des gauches menace de toucher au particularisme religieux en 1924. Ce serait donc surtout la teneur du sentiment national qu’il conviendrait d’interroger, plutôt que sa seule coloration.

Liste des témoignages sélectionnés pour cette étude

25Achereiner Jean, « De Troisfontaines vers la Russie en 1914-1918. Parcours d’un Lorrain dans l’armée du Kaiser », Les Cahiers Lorrains, 34, 2015, p. 1116.

26Anstett Marie-Madeleine et Grandhomme Jean-Noël, « Journal de guerre du fantassin Nicolas Schneider de Neunkirch-lès-Sarreguemines (traduit par Marie-Madeleine Anstett) », in Alsace(s) et Lorraine(s) : soldats d’entre-deux des Empires centraux (1914-1918) : études, regards et témoignages, Metz, CRUHL, Publications historiques de l’Est, 2022, p. 233‑248.

27Birsinger Eugène, « Extraits du journal de la Première Guerre mondiale (traduit par Lucien Kiechel) », Annuaire de la Société d’Histoire et du Musée de la Vallée et du Canton de Huningue, 25, 1977, p. 949.

28Bordmann Georges, « Lettres des époux Dirry-Kleindienst d’Oberhergheim : 1916-1919 », Annuaire de la Société d’Histoire de la Hardt et du Ried, 28, 2016, p. 109-116.

29Bouillon Eugène, Sous les drapeaux de l’envahisseur. La Grande Bête de l’Apocalypse, Colmar, Imprimerie du Messager de Colmar, 1934.

30Charles - Alsacien Lorrain. Entre les lignes, vivre sa destinée, Suresnes, Bookelis, 2019.

31Claude Pierre, Elsass-Lothringer in Feldgrau, Strasbourg, C. Boehm, 1931.

32Clo Jean, Les Frères perdus, Nancy-Paris-Strasbourg, Berger-Levrault, 1937.

33Dorn Alfred, « Karl Forster enfant de Rexingen » (en 2 parties), Bulletin de la Société d’Histoire d’Alsace Bossue, 78 et 79, 2018 et 2019, p. 814 et p. 2534.

34Dott Adolf, Meine Kriegserinnerungen und Erlebnisse während des Weltkrieges 1914-1918 / Mes souvenirs et expériences durant la guerre mondiale 1914-1918, Strasbourg, 1926.

35Freistroffer Nicolas, Frontberichte eines Lothringers, 1914-18, Metz, Paul Even, 1933.

36Gilliot Pierre, Souvenirs d’un Savernois, Créteil, Édipol, 2005.

37Grandidier Pierre, « Souvenirs de ma mobilisation pendant la guerre de 1914-1918 racontés 60 après, à la demande de mes enfants », Cahier du Cercle Jean Macé de Metz, 15, 1984.

38Greder René, « Mémoires de guerre de notre papa Eugène Greder », Bulletin du Cercle d’histoire de Hégenheim et environs, 11 et 12, 2007 et 2008, p. 729.

39Haby Joseph, Ma guerre 1914-1918, Éditions Yadlavie, 2007.

40Haegeli Albert, Souvenirs, 1974.

41Helmlinger Paul, Odyssée prussienne : Souvenirs 1914-1918, Maisons Laffitte, Éditions Ampelos, 2018.

42Heydt Arnold, « Elsässer - links raus! » Das Buch der Erlebnisse eines elsässischen Frontsoldaten, Strasbourg, Édition des Dernières Nouvelles, 1932.

43Hirth Émile, « Les tribulations du chauffeur Émile Hirth (1914-1918). Carnet de route traduit de l’Allemand et mis en forme par Paul Meyer », Almanach du Combattant (UNC Haut-Rhin), 1996, p. 3739.

44Jacques Antoine, Carnets de guerre d’un Lorrain (1914-1918), Colmar, J. Do Bentzinger, 2007.

45Jacques Pierre, Muss-Preusse (Malgré-Nous). Novelle aus dem Kriegsleben eines Lothringers, Metz, Imprimerie la Libre Lorraine, 1931 ; traduit et édité en français sous le titre Prussien malgré lui. Récit de guerre d’un Lorrain, par Chantal Kontzler et Véronique Stoffel, Metz, Éditions des Paraiges, 2013.

46Jolidon Paul, Un Alsacien avec les corsaires du Kaiser, Paris, Hachette, 1934.

47Kam Arthur, « Macht Platz Kameraden, die Deutschen wollen stürmen. » Kriegserinnerungen, Colmar, Imprimerie des Dernières Nouvelles, 1936.

48Kiehl Friedrich Philipp, An der Ostfront nichts Neues. Weltkriegserleben eines Elsässers, Leipzig/Strassburg/Zürich, Heitz & Cie, 1931.

49Klein Victor, Journal de guerre du caporal de réserve du service de santé Victor Klein, Sarreguemines, Confluences, 2017.

50Lambert Eugène, De la prison à la caserne ! Journal d’un incarcéré politique d’Ehrenbreitstein, 1914-1918, Metz, Paul Even, 1934.

51Lechner Jean, « Journal de la guerre 14/18 », in Alsace Lorraine : histoires d’une tragédie oubliée, Paris, Séguier, 2004, p. 13-176.

52Léonard Henri, « Souvenirs d’un fusilier lorrain dans l’armée allemande sur les fronts de Roumanie, de Crimée et des Balkans (1916-1918) », in La Grande Guerre dans les Balkans. Regards croisés, perspectives comparées, Sofia, Institut Français de Bulgarie, 2018, p. 117-132.

53Lombard Norbert, « La Grande Guerre du sergent Schmidt Ernest, originaire de Schoenau » (4 parties), Annuaire de la Société d’Histoire de la Hardt et du Ried, 26-29, 2014-2017, p. 145-157, p. 133-137, p. 123-126, et p. 167-174.

54Lorentz Albert, « Heimweh », Kocherschbari, 38, 1998, p. 39-48.

55Lorette Robert et Fizaine Fernand, Frontière, Paris, Firmin-Didot, 1930.

56Lux Albert, Von Goerings Kriegsflugstaffeln in Goerings Zuchthäuser. Selbsterlebnisse eines elsässischen Soldaten des Weltkrieges, Strasbourg, Éditions Sébastien Brandt, 1938.

57Lux Joseph, « Aus meinem Lebenslauf. Kriegsjahre 1914-1918 (Mes années de guerre 1914-1918) », Kocherschbari, 78, 2018, p. 42-63.

58Molinet Louis, « Le carnet de Louis Molinet : un habitant de Lembach raconte sa guerre de 14-18 (traduit par Marcel Neff et Kurt Petermann) », L’Outre-Forêt, 109, 2000, p. 21-36.

59Neu Aloyse, « Mes souvenirs de la Première Guerre mondiale, 1914-1918 (traduit par Chantal Kontzler et Véronique Stoffel) », in Alsace(s) et Lorraine(s) : soldats d’entre-deux des Empires centraux (1914-1918) : études, regards et témoignages, Metz, CRUHL, Publications historiques de l’Est, 2022, p. 169‑210.

60Pénin Pierre, Le carnet de Guerre d’un soldat lorrain. Le périple d’un jeune Moyenvicois de 1914 à 1918, du front russe aux champs de bataille du Nord de la France, Chemins faisant, 2013.

61Pons Huguette et Francis, « Les carnets d’Auguste Dubois, 1918. Carnet d’un Alsacien en Ukraine », Annuaire de la Société d’Histoire de Mutzig et environs, 12, 1988, p. 82-123.

62Pons Huguette et Francis, « Automne 1918. Carnet d’un soldat alsacien entre Meuse et Argonne », Annuaire de la Société d’Histoire de Mutzig et environs, 14, 1991, p. 95-116.

63Pons Huguette et Francis, « Les carnets d’Auguste Dubois : automne 1918, prisonnier... », Annuaire de la Société d’Histoire de Mutzig et environs, 15, 1992, p. 119-138.

64Rehberger Henri, « Tête carrée ». Carnet de route d’un Alsacien 1914/18, Strasbourg, éditions Sébastian Brandt, 1938.

65Reich François, Fünf Jahre in Sibirien. Erlebnisse und Eindrücke eines elsass-lothrigischen Kriegsgefangenen aus dem Weltkrieg 1914-1918, Sarreguemines, 1929.

66Richert Dominique, Cahiers d’un survivant. Un soldat dans l’Europe en guerre, 1914-1918, traduit par Marc Schublin, Strasbourg, La Nuée bleue, 1994.

67Rudrauf Charles, Le Drame de la mauvaise frontière. Lettres d’un Alsacien (1914-1916), Nancy-Paris-Strasbourg, Berger-Levrault, 1924.

68Schaffhauser Jean-Baptiste, « Premiers mois de guerre à Lautenbach », S’Lindeblätt. Les cahiers du patrimoine du Haut-Florival, 32, 2008, p. 821.

69Schlund Pierre, Souvenirs de guerre d’un Alsacien, 1914-18 - 1939-45, Montréal, Éditions Mille et une vies, 2011.

70Schwob Philippe, « Le carnet de la guerre 1914-1918 d’Édouard Forchard », Annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, 39, 2014, p. 57-111.

71Singer Charles, « Carnet de route d’un alsacien de Keskastel, fantassin de la Landwehr en Pologne (1915) », Bulletin de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Saverne et environs, 53, 1966, p. 39-43.

72Stauder Aloyse, Les carnets d’un Lorrain dans la tourmente, Pontarlier, Belvédère, 2012.

73Steiner Jean-Paul, Kriegs-Erlebnisse eines Landwehrmannes an der französischen und russischen Front sowie die Erlebnisse in russischer Gefangenschaft von 1. August 1914 bis 18. Januar 1919, Hayange, Imprimerie française Marchal, 1927.

74Thiebo Michel, Ma vie de soldat/Mein Soldatenleben (04/10/1915-28/10/1918), France, Société d’Histoire et d’Archéologie de Lorraine (Section de Sarrebourg), 2014.

75Waag Félix, Les deux Félix. 1914-1918 vu par un combattant d’Alsace-Lorraine, Colmar, Do Bentzinger, 2003.

76Walch Achille, 1914, un destin alsacien, Neuilly, Atlande, 2016.

77Walter Dany, « À mon grand-père, soldat sur les fronts Est et Ouest, de 1916 à 1918 », L’Outre-Forêt. Revue du Cercle d’histoire et d’archéologie de l’Alsace du Nord, 3-183, 2018, p. 21-28.

78Weiskircher Matthias, « Erlebnisse aus dem Weltkrieg 1914-1918 », Source(s). Cahiers de l’équipe de recherche Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe, 4, 2014, p. 95-122.

79Correspondance de guerre de René et Émilie Blaes, déchiffrée et transcrite par Albert Schreiber en 2021.

80Journal de guerre d’Auguste Jeandon.

81« Journal d’un fantassin lorrain dans l’armée du Kaiser » (Ast Jean), Confluence, 2, 1987, p. 28-52.

82Kriegstagebuch / Carnets de guerre et correspondance du sous-officier Albert Fritz (1914-1917), déchiffrés et transcrits par Albert Schreiber.

83« Les lettres d’Antoine Diwo », in Montenach : souvenirs de la Grande Guerre (1914-1918), Montenach, 2014, p. 117.

84« Souvenirs de guerre du lieutenant Charles Knoderer (traduit par Marjorie Galelli) », in Alsace(s) et Lorraine(s) : soldats d’entre-deux des Empires centraux (1914-1918) : études, regards et témoignages, Metz, CRUHL, Publications historiques de l’Est, 2022, p. 159‑168.

85« Souvenirs de la Première Guerre mondiale. Extraits du carnet de route d’André Graff – Grenadier de la Garde », Bulletin de la Section Histoire de Bennwihr, 1, 1996, p. 19-21.

Haut de page

Notes

1 . Le Président de la République en Lorraine et en Alsace (7-11 décembre 1918), Paris, Imprimerie nationale, 1919, p. 30.

2 . Voir H. Baulig, « La population de l’Alsace et de la Lorraine en 1921 », Annales de Géographie, 32-175, 1923, p. 12‑25.

3 . Voir Nicolas Beaupré, « De quoi la littérature de guerre est-elle la source ? Témoignages et fictions de la Grande Guerre sous le regard de l’historien », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 112-4, 2011, p. 41‑55.

4 . Pour plus de détails, se reporter aux chapitres 4 et 6 de Raphaël Georges, Un nouveau départ. Les vétérans alsaciens-lorrains dans la France d’après-guerre (1918-1939), Rennes, Presses Universitaires de Rennes (à paraître en 2024).

5 . Cette démarche a pour but d’éviter l’écueil de la citation isolée car, comme le rappelle Antoine Prost, la validité de l’exemplification « repose sur le nombre et la variété des exemples proposés ». Antoine Prost, « Histoire, vérités, méthodes. Des structures argumentatives de l’histoire », Le Débat, 92-5, 1996, p. 135. Concernant l’exigence de représentativité, voir également Nicolas Mariot, « Avec qui on écrit l’histoire. Le cas du témoignage combattant dans l’historiographie française de la Grande Guerre », Genèses, 95-2, 2014, p. 136-155.

6 . Ce concept est emprunté à des études consacrées à des espaces périphériques en Europe centrale. Voir notamment Tara Zahra, « Imagined Noncommunities : National Indifference as a Category of Analysis », Slavic Review, vol. 69, 2010, p. 93-119.

7 . Défendant la pertinence de ce concept pour penser les appartenances nationales en Alsace-Lorraine, Alison Carrol a montré la contradiction entre le choix binaire imposé par l’administration et la réalité de sentiments plus nuancés ou évolutifs dans le temps. Voir Alison Carrol, “Paths to Frenchness. National Indifference and the Return of Alsace to France, 1918-1939”, in M. Van Ginderachter, J. Fox (eds.), National indifference and the History of Nationalism in Modern Europe, Routledge, 2019, p. 142.

8 . Sur le caractère évolutif de l’opinion publique au moment charnière de 1918, on se reportera avec intérêt à Christian Baechler, Les Alsaciens et le grand tournant de 1918, Strasbourg, L’Ami hebdo (M.E.D.I.A.), 2008. Plus largement, au sujet des minorités en situation « d’entre-deux », voir Ségolène Plyer, Raphaël Georges et Jean-Noël Grandhomme (éd.), Soldats d’entre-deux. Identités nationales et loyautés d’après les témoignages produits dans les Empires centraux pendant la Première Guerre mondiale, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2019 ; Jean-Noël Grandhomme et Raphaël Georges, Alsace(s) et Lorraine(s) : soldats d’entre-deux des Empires centraux, 1914-1918, Metz, Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire, Publications historiques de l’Est, no76, 2022.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Nature des témoignages (n = 61).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 2. Date de naissance des auteurs (n = 58).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 3. Origine géographique (n = 61).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 4. Profession (n = 61).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 5. Nature du témoignage par période (n = 56).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5852/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 6. La position nationale en fonction du genre de témoignages (n = 48).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5852/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 7. Le rapport aux Français en fonction de la date de production des témoignages (n = 61).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5852/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 8. Le rapport aux Français en fonction de la date de publication des témoignages (n = 61).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5852/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 9. La profession des auteurs francophiles (n = 17).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5852/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 10. La profession des auteurs francophiles et neutres (n = 26).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/5852/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Georges, « Les sources pour l’histoire de la Grande Guerre des Alsaciens-Lorrains et leur usage (1) : »Revue d’Alsace, 149 | 2023, 197-217.

Référence électronique

Raphaël Georges, « Les sources pour l’histoire de la Grande Guerre des Alsaciens-Lorrains et leur usage (1) : »Revue d’Alsace [En ligne], 149 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/5852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11pju

Haut de page

Auteur

Raphaël Georges

Professeur d’histoire-géographie, docteur en histoire contemporaine de l’université de Strasbourg, associé ARCHE et UMR LinCS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search