Navigation – Plan du site
Les premières sociétés d'histoire et d'archéologie en Alsace de 1799 à 1914

1875 : Société Philomatique Vosgienne

Hervé Antoine
p. 51-54

Texte intégral

Quel est le rôle d’une Société Philomatique?

1Réunion de personnes physiques en une assemblée dotée de statuts, une Société Philomatique – personne morale de facto – aide et soutient la recherche en sciences. Les membres qui se vouent à cette mission peuvent devenir chercheurs ou administrateurs bénévoles; souvent les deux engagements sont nécessaires pour pérenniser une petite organisation. Le terme « philomate » est un néologisme français de la fin du dix-huitième siècle qui désigne « celui qui aime l’enquête, c’est à dire cherche à comprendre et connaître l’histoire des choses et des êtres ». Notons que l’idéal scientifique prôné par le siècle des Lumières est exigeant : une exigence éthique s’impose au cours des investigations dans le champ d’étude de 1’histoire naturelle et humaine. Cette rigueur dérape parfois pour se confondre avec un conservatisme d’un cercle privilégié ou un standing of life. Il va de soi qu’une Société, restreinte en nombre et limitée à un espace d’implication local, n’essaie d’intervenir humblement que dans le minimum de domaines où est reconnue – et où elle reconnaît – sa compétence.

Armes de la Société Philomatique (Ohl des Marais, début XXe)

Armes de la Société Philomatique (Ohl des Marais, début XXe)

Quelle est l’œuvre accomplie par la Société Philomatique Vosgienne?

2La Société Philomatique Vosgienne est une modeste société savante qui a choisi d’œuvrer sur l’arrondissement de Saint-Dié dès sa fondation en 1875. Elle collecte et préserve des séries d’objets en fondant différents musées thématiques : minéralogie, botanique (herbiers), biologie animale (insectes, oiseaux, mammifères), arts (gravures, peintures, sculptures), numismatique (monnaies et médailles), cartes et images photographiques, éléments préservés du patrimoine et outils techniques, céramiques et faïences, archéologie (pierres anciennes)… Les petites collections expliquées par une abondante documentation spécialisée forment une base pour exposer l’état des connaissances et n’empêchent nullement la poursuite des observations, des analyses, des reconstitutions et comparaisons. A côté de cette activité muséographique d’éveil à la connaissance, les écrits de la société, en particulier le bulletin annuel, rendent compte des activités pour comprendre les choses et dévoiler les comportements des êtres. L’histoire et la description des lieux et sites de la montagne vosgienne prennent toutefois une part prépondérante, tant la volonté d’exclure les jargons savants ou de les limiter aux rapports internes reste forte. En effet, une expression claire et l’évitement du mépris envers ceux qui proposent d’autres explications – parfois fantaisistes – ou affichent des attitudes différentes sont observés dans les écrits des précurseurs. Avec ses activités, la Société rassemble entre 300 et 400 membres pendant ses périodes les plus prospères. Mue par la joie de comprendre et d’offrir au plus grand nombre savoirs et aussi interrogations scientifiques, elle a donné l’intégralité de ses collections et ouvrages à la bibliothèque municipale du chef-lieu d’arrondissement et n’a cessé de contribuer à l’essor des différents musées, devenus successivement municipaux.

3Le vaste rôle scientifique que son président-fondateur Henri Bardy ambitionne à l’origine de jouer sur l’arrondissement est accepté par les autorités, mais il ne pourra se réaliser. Les guerres du vingtième siècle et – surprenant constat – 1’hostilité d’édiles politiques, plus tard relayé par le contrôle d’administrateurs, fonctionnaires municipaux, ont annihilé ses actions ou sclérosé son développement. Destructions et pillages en temps de guerre, négligence des institutions municipales en charge de l’important legs de la Société, incurie des fonctionnaires ou plus récemment inattention des employés précaires ont souvent réduit à néant l’œuvre collective et de longue haleine d’une poignée d’animateurs bénévoles. Il reste néanmoins par chance l’ensemble des publications et une grande partie des archives administratives. Bien qu’aujourd’hui, la Société Philomatique Vosgienne soit systématiquement mise à l’écart et que son riche passé soit décrédibilisé ou oublié, elle a contribué indéniablement à façonner l’image de l’arrondissement, y compris une part mythique qu’elle a imprudemment laissée écrire à quelques artistes charismatiques.

Visite organisée de l’ensemble cathédral de Saint-Dié (cloître) été 2008

Visite organisée de l’ensemble cathédral de Saint-Dié (cloître) été 2008

Qui ordonne efficacement l’action de la Société?

4La direction de la Société Philomatique Vosgienne est dès sa fondation collégiale et bénévole. La recherche a toujours été libre, mais la création de commission muséologique est restreinte pour préserver le rôle du comité ou conseil d’administration. L’influence de la société a vraiment été efficace sur de très courtes périodes où le libre esprit d’initiative des chercheurs aguerris a pu bénéficier de la gestion efficace d’administrateurs. En effet, les mutations de l’environnement social, politique, administratif ont été rapides. Dès les années qui suivent la crise agricole de 1878, les relations avec le pouvoir municipal qui fournit les locaux de l’association se détériorent et perdent 1’harmonie initiale. Des phases de crise rapides qui alternent avec des accords éphémères rendent de plus en plus précaire la vie associative. La fermeté sans concession de préserver le bulletin annuel et d’assurer la gestion des premiers musées, le partenariat à long terme avec d’autres institutions, voire les relations du président-fondateur Henri Bardy avec des hauts responsables de l’Etat réussissent à cantonner les attaques. Ce n’est qu’en 1912 que les reconnaissances officielles pleuvent sur les vieux dirigeants persévérants. En raison d’un faible effectif réellement actif, des présidents à forte longévité marquent de leur empreinte la vie de la Société, ténacité et courage des membres sont requis pour affronter les conjonctures, les hostilités passagères du pouvoir politique comme les hégémonies de leurs administrations au vingtième siècle. On peut ainsi distinguer des périodes de transition marquées par les guerres où seulement quelques membres dirigeants gèrent les affaires courantes, puis la paix revenue, s’essaient prudemment à passer le relais et forment des équipes renouvelées. Ce fut le cas entre 1914 et 1924 avec René Ferry et Marc François, entre 1940 et 1948 avec Georges Baumont et Pierre Evrat, suppléant le vieux président bibliothécaire Augustin Pierrot. Il y a des périodes où la société plus ou moins indépendante est phagocytée par le pouvoir municipal, perdant du coup une authentique représentation, par exemple entre 1934 et 1948. Il y a enfin des adaptations lentes à des conjonctures hostiles du pouvoir politique entre 1885 et 1893, entre 1924 et 1928, au cours des années 1960, depuis 1996 car la Société affirme, quoiqu’il en coûte, son engagement pour la défense du patrimoine.

A-t-elle tissé des liens avec d’autres sociétés?

5Dès que la société est vigoureuse, elle développe des contacts d’abord informels avec d’autres groupes à vocation culturelle, Académie ou Société de chercheurs par la médiation de ses membres. Ces échanges sont institutionnalisés par le bureau. Ses legs divers comportent plus de 120 revues provenant d’associations différentes. Actuellement l’échange se poursuit avec une soixantaine de revues en France, mais aussi en Allemagne, Belgique et Luxembourg.

Visite organisée de l’ensemble cathédral de Saint-Dié (cloître) en 2008

Visite organisée de l’ensemble cathédral de Saint-Dié (cloître) en 2008

Recherches et activités à la Société Philomatique Vosgienne

6Les recherches historiques sont aujourd’hui prépondérantes et occultent d’autres activités scientifiques minoritaires et très discrètes. La sauvegarde du patrimoine et l’activité muséographique poursuivies en partenariat avec des musées vosgiens en sont des applications. L’activité éditoriale mise en place par la revue semestrielle Mémoire des Vosges, Histoire Société, Coutumes et renforcée par l’essor de commissions, notamment Temps de guerre et Faïence et céramique a permis de garantir l’indépendance de l’association.

7La suppression de l’activité archéologique entre 1985 et 2004, ainsi que le discrédit des sociétés savantes, généralisé à la fin du millénaire, a porté un coup fatal à une source potentielle de renouvellement. Les membres chercheurs et animateurs bénévoles, les plus jeunes et les plus actifs, ont un âge moyen de 50-55 ans. Les 31 membres du comité ont une moyenne d’âge supérieure à 65 ans : ils attestent le vieillissement irrémédiable des fidèles membres, d’origine socioprofessionnelle et au mode de vie variées, qui avoisinent le nombre de 300. Les quatorze membres du bureau qui assurent la direction des actions sous contrôle du comité sont plus jeunes.

8Voici une liste des principales commissions ou groupes de travail qui œuvrent à la S.P.V. :

91507 America (valorisation de la Cosmographiae Introductio), Archéologie (section antique et section militaire), Botanique, Cimetières de Saint-Dié, Conception et maquette de Mémoire des Vosges, Histoire, Société, Coutumes, Cultures et techniques, Faïence et céramique, Lecture des revues, Lettre de la Philo nouvelle formule et Lettre électronique (lettre d’informations), Numismatique, Paléographie, Patrimoine et petits monuments, Permanence, Résistance-Archives Dodin, Temps de Guerre…

Contact

10Société Philomatique Vosgienne

11Local des associations
Allée Georges Trimouille - BP 231
88106 Saint-Dié-des-Vosges Cedex
Permanences au local: tous les jeudis de 14h00 à 18h00 (sauf en août).

12Tél. : 03 29 52 49 12

13Site : www.philomatique-vosgienne.org
Mail : info@philomatique-vosgienne.org

Haut de page

Table des illustrations

Titre Armes de la Société Philomatique (Ohl des Marais, début XXe)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Visite organisée de l’ensemble cathédral de Saint-Dié (cloître) été 2008
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/676/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Visite organisée de l’ensemble cathédral de Saint-Dié (cloître) en 2008
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/676/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Antoine, « 1875 : Société Philomatique Vosgienne », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 51-54.

Référence électronique

Hervé Antoine, « 1875 : Société Philomatique Vosgienne », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/676 ; DOI : 10.4000/alsace.676

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page